Aiding and abetting

18 U.S. Code § 2 – Principals

(a) Whoever commits an offense against the United States or aids, abets, counsels, commands, induces or procures its commission, is punishable as a principal.

(b) Whoever willfully causes an act to be done which if directly performed by him or another would be an offense against the United States, is punishable as a principal.

Dans l’un de mes trop nombreux billets sur Donald Trump, j’avais formulé la prédiction suivante, lâchement planquée dans une note de bas-de-page :

dans les deux années qui arrivent, le président des États-Unis d’Amérique sera publiquement à l’origine de l’assassinat ciblé d’un citoyen américain à l’intérieur de ses frontières, via Twitter ou autre medium lui permettant de communiquer avec la frange psychopathe de la population des États-Unis.

La prédiction ne s’est heureusement pas encore vérifiée, mais le nombre d’incidents se rapprochant du scenario évoqué est tragiquement remarquable.

Trump a publiquement appelé à l’exécution des individus reconnus coupables de terrorisme, à au moins deux reprises. Notons au passage que son premier appel, qui faisait suite à l’attentat de Barcelone, se fondait, comme si souvent avec Trump (et en politique en général1), sur un mythe aussi persistant qu’infondé.

Vint ensuite la marche de Charlottesville, que Trump refusa d’abord de condamner, avant de le faire du bout des lèvres : « both sides »2 ! Rappelons que la marche en question, un défilé de néonazis et paramilitaires aux sympathies pro-Trump univoques, a fait une victime à la voiture-bélier chez les contre-manifestants.

Vint ensuite ce tweet, qui se rapproche de très près du scenario que j’envisageais en début d’année : un appel au meurtre à peine voilé3. L’appel fut heureusement non suivi d’effet et non renouvelé, Trump et ses proches semblant désormais se contenter d’insulter CNN à la moindre occasion.

Hier, un « militant 2.0 » de Trump a apparemment tué son propre père, à l’issue d’une dispute au cours de laquelle il aurait traité ses parents de « pédophiles gauchistes ».

La rhétorique provocatrice de Trump annonce, hélas, d’autres incidents de ce style, à tel point que même le régime nord-coréen me paraît rationnel dans certaines de ses interrogations sur le maintien au pouvoir de l’actuel président des États Unis d’Amérique.

En moins d’un an, Trump n’a fourni aucune des garanties qui auraient rendu absurde la perspective d’une révocation en cours de mandat. Il ne s’est pas non plus extirpé de « l’enquête russe », et n’a créé aucun bénéfice politique qui puisse lui assurer une clientèle électorale susceptible de le reconduire au pouvoir. On top of that, il compte toujours au moins autant d’ennemis que de soutiens dans l’appareil d’État.

L’ancien directeur du renseignement intérieur américain James Clapper a certainement raison de penser que la perspective d’une révocation reste peu probable : la procédure est compliquée et très coûteuse, pour des bénéfices très incertains. Je ne parviens pas à imaginer quel événement hors du commun pourrait modifier cet équilibre, en rendant le statu quo moins préférable à un scenario de vacance au pouvoir.

À y réfléchir, je préfère ne pas l’imaginer.

  1. Vous avez remarqué que ça fait au moins deux semaines que personne n’a parlé de « l’arrivée démocratique au pouvoir d’Adolf Hitler » ? Ça ne saurait tarder. []
  2. En 2016, Trump avait également refusé de se distancier du Ku Klux Klan. Dans le cadre de ce billet, ce sont l’absence de condamnation morale et l’appel à la violence qui m’intéressent, mais il faut remettre la déclaration de 2016 en perspective : Trump n’était pas élu, et jouait alors chacune de ses phrases sur le marché de l’attention médiatique. Son « jeu présidentiel » (et, je suppose, le reste de son existence) montre que c’est le seul jeu qu’il connaît par ailleurs. []
  3. Les militants pro-Trump affirment avoir trouvé, dans la correspondance email d’Hillary Clinton, un appel au meurtre de Julian Assange (« can’t we just drone this guy? »), sans toutefois en apporter la preuve. []

Trucs et astuces informatiques

J’ai mis en ligne, il y a quelques jours, un repo GitHub contenant trois documents :

J’ai rédigé les deux premiers documents dans le cadre d’un module pédagogique à destination d’étudiants de Licence 2. Le module en question, sobrement intitulé « Atelier Culture Numérique », aborde de très nombreuses questions, de l’utilisation des feuilles de style à la « cyber-sécurité » : j’en avais déjà parlé il y a un peu plus d’un an.

Cette année, comme l’an dernier, ce sont les aspects les plus pratiques du module – quels logiciels utiliser, comment se débarrasser d’un malware, etc. – qui semblent avoir été les plus utiles aux étudiants. Les aspects plus techniques, comme par exemple le fonctionnement de Tor ou d’un tunnel VPN, n’ont rencontré aucun succès (« mais Monsieur, Tor, c’est illégal, non ? ») : je crois même avoir réussi à vider une moitié d’amphi lors de la session sur les protocoles de communication.

J’ai prévu de rédiger un document supplémentaire sur les navigateurs Internet que je connais (Chrome, Firefox, et puis peu, Brave ; je laisserai de côté Opera et Safari), afin de pouvoir rentrer dans les détails sur certains aspects de protection de la vie privée.

Vos commentaires, sur le fond et/ou sur la forme, sont naturellement les bienvenus.

Politistes et praticiens des réformes électorales

J’apprends, grâce au blog du projet Making Electoral Democracy Work, que l’Electoral Law Journal publie un très intéressant dossier sur les réformes électorales en Europe et au Canada, et sur les interactions entre les « savants » et les « ingénieurs » de ces réformes :

In a symposium recently published in the Election Law Journal, we offer new insights on this topic by offering a view from outside of the US. We invited five political scientists from Europe and Canada who have been involved in electoral reform in their country, and who engaged with politicians, public officials, and the national media on the topic, to answer two related questions: (1) what do political scientists know about electoral reform that practitioners do not?; (2) do they make a difference?

Aucun des cinq articles du dossier (introduction, Grande-Bretagne, Canada, Portugal, Espagne) ne traitent de la France, mais le résumé que propose Eric Gunterman de l’article sur la Grande-Bretagne offre un point de départ intéressant pour en discuter :

Alan Renwick reports on his experience as one of the main government and media experts in the (unsuccessful) 2011 electoral reform referendum in the United Kingdom. He explains why the common wisdom that practitioners know less about electoral systems than political scientists is largely unfounded. Practitioners have a clear idea about the consequences of electoral laws. Therefore, political scientists should focus on educating the public rather than politicians, and accept to learn from practitioners, as they sometimes know more about electoral systems than they do. [Je souligne.]

J’avoue avoir été un peu surpris par cette « common wisdom« , qui n’est certes qu’une poupée de chiffon rhétorique (que les anglophones appellent un « homme de paille »), mais quand même : je n’ai jamais entendu qui que ce soit défendre l’idée que les universitaires en savaient plus sur le système électoral que ses praticiens. Au contraire, j’ai toujours entendu l’inverse, aussi bien dans la bouche desdits universitaires que desdits praticiens des élections1.

Le résumé de l’article de Renwick par son propre auteur est beaucoup plus nuancé que le résumé offert ci-dessus :

Political scientists might hope to offer practitioners involved in debates about electoral reform insights regarding either the process of reform or its potential effects. In respect of each of these, the practitioners whom we engage might be either elite decision makers or the activists, journalists, and regular citizens who constitute the bedrock of democracy. The UK’s electoral reform referendum of 2011 offers a good opportunity to explore the degree to which political scientists in fact offer original insights in these various areas. The article argues that, despite the great efforts that political scientists have expended in refining ever more sophisticated models of electoral system effects, elite practitioners have often—though not always—got there before us. By contrast, at least in the UK, practitioners sometimes fall short of political scientists in their understanding of how reform processes might unfold, and there is also a clear and strong need for political scientists to assist in educating public opinion. These findings have implications for how we should think about political science research: the research that practitioners most value is often not the research that has the highest prestige within the discipline. [Je souligne à nouveau.]

L’article lui-même reprend cet argument de la manière suivante, page 344 :

In respect, therefore, of many of the key relationships between electoral systems and outcomes, for the elucidation of which much scholarly sweat has been shed, we have often done no more than confirm what practitioners already knew.

Renwick offre bien quelques contre-exemples et situations médianes, mais son texte reprend le sentiment exprimé ci-dessus en conclusion, et relève aussi d’autres problèmes avec les connaissances produites par l’espace scientifique sur les systèmes électoraux. D’une part, ces connaissances sont parfois sciemment ignorées ou déformées ; d’autre part, certaines hypothèses d’arrière-plan utilisées dans l’espace scientifique, sur les préférences de l’électorat notamment, ne semblent pas tenir dans la réalité2.

Qu’en est-il en France ?

À ma connaissance, les interactions entre politistes et praticiens des élections y sont minimales : il existe bien un lien entre l’espace scientifique et l’espace gouvernemental, à travers au moins un partenariat privilégié entre le Ministère de l’Intérieur et un laboratoire de science politique, mais guère plus. Les échanges politistes/journalistes sont évidemment plus fréquents, mais si l’on compare les politistes aux directeurs ou chargés de mission des instituts de sondage, je dirais que ces derniers gagnent haut la main3.

Il faudrait rajouter au tableau français – et peut-être même au tableau britannique, si l’on en juge par le franc succès médiatique de certains constitutionnalistes depuis le vote du « Brexit » – la compétition entre universitaires de droit public et de science politique sur les questions électorales. Pour cela comme pour le reste, on manque de données, mais les expériences étrangères compilées dans le dossier de l’Electoral Law Journal offre néanmoins quelques cas d’étude nationaux4 utiles pour se faire un avis sur la question.

  1. Je l’entendais encore tout récemment dans la bouche d’un directeur de cabinet de préfecture, qui se reconnaîtra peut-être, et qui a pris un malin plaisir à me signaler toutes les bêtises qu’il a pu lire dans la bouche de politistes français lors de la dernière séquence électorale. []
  2. L’exemple que cite Renwick est celui de la catégorisation du mode de scrutin britannique, qui devrait théoriquement créer une demande plus forte de personnalisation du scrutin ; or, ce n’est pas le cas, ni en Grande-Bretagne, ni en France apparemment. []
  3. Je l’avais d’ailleurs rapidement mesuré lors de la sortie de l’ouvrage collectif Les faux semblants du Front national, déjà mentionné plus tôt cette année. Je n’ai jamais publié le résultat, mais voici un graphique assez parlant, montrant le nombre moyen de mentions des différents auteurs de l’ouvrage dans l’année ayant suivi sa parution, tous sujets confondus. []
  4. Le dossier ne contient aucun article sur le niveau européen, ce qui est bien dommage. []