Ce blog a dix ans

Publier ce billet alors que ce blog patine et peine à publier quoi que ce soit depuis la rentrée me laisse une impression un peu étrange. N’empêche que, ce blog a dix ans.

unbirthday

Ten Years After, 2007-2017

Le 30 octobre 2007, je recensais, sur le blog « Science politique en ligne« , le bilan scientifique d’un congrès de l’Association Française de Science Politique. Dix ans plus tard, la version 2 de ce « blog de politiste » tourne encore, grâce à la plateforme Hypothèses1, et dans une version plus libre que l’originale, qui se contentait de recenser les – à l’époque rares – papiers de science politique nouvellement publiés en ligne.

Sur le modèle du blog « Political Science Weblog » d’Henry Farrell2, les recensions du blog consistaient alors en un simple résumé avec un lien vers le full-text, comme ci-dessous :

La politique et la question du voile en Iran et en Afghanistan

Notre objectif dans cet article est de montrer que le voile n’est pas qu’un enjeu central pour les droits et la condition des femmes iraniennes et afghanes. Il s’agit aussi d’un moyen de protestation utilisé par les femmes à l’encontre du gouvernement et pour montrer leur opposition aux obligations auxquelles entend les soumettre l’autorité patriarcale, au nom de la tradition.Deux événements historiques viennent à l’appui de ce constat : les tentatives d’enlèvement du voile en 1926 en Afghanistan et en 1936 en Iran, sous l’ordre de Reza Pahlavi, le shah d’Iran. Ensuite l’obligation du port du voile, en Iran, dans les années 1980 à la suite de la Révolution de 1979, ainsi que depuis 2001, en Afghanistan, pour des raisons liées à la sécurité. Dans cet article nous allons analyser et comparer des événements consécutifs à des réformes politiques qui ont provoqué la mobilisation des femmes pour leurs droits, au moyen du voile. [halshs-01356685]

Maintenant que les outils comme HAL-SHS sont plus connus et plus souvent utilisés par les chercheurs et/ou par leurs laboratoires, ce travail de recension aurait moins de sens, et serait surtout plus difficile à faire : les chercheurs déposent aussi des papiers sur Academia, sur ResearchGate, et sur des sites personnels toujours plus nombreux.

Plein d’autres choses ont changé depuis 2007 : c’était avant Facebook et Twitter, et même s’il y avait peu de blogs (et encore moins de blogs tournés vers les discussions scientifiques), il y en avait suffisamment pour animer une conversation à quelques-uns. J’en garde de bons souvenirs et plusieurs amitiés distendues mais durables.

En juin 2008, la faible présence de la science politique en ligne m’avait amené à cesser de publier mes recensions, en expliquant pourquoi. C’était encore l’époque où l’on se devait, quelque part, de signaler la mise en ligne des revues scientifiques francophones : il n’y en avait pas tant que ça de disponibles en version numérique, ce qui a changé, en particulier grâce aux portails Cairn, Persée et Revues.org, qui se sont énormément enrichis ces dernières années.

Ce blog a ensuite rouvert en février 2009 sur la plateforme Hypothèses. Joël et moi en avons un peu parlé à droite à gauche, y compris, comme l’indique la page « Blogs« , dans un chouette séminaire de l’EHESS. Jetez un coup d’oeil à notre texte d’intervention de 2009 et à mes slides de 2010 pour vous faire une idée du chemin parcouru.

En 2009 toujours, la présence des politistes sur les blogs était tellement faible que j’avais même réussi à en faire un sujet pour le bulletin de l’ANCMSP (Système D, septembre 2009, page 11), en prenant l’un de mes anciens enseignants comme exemple de politiste-blogueur, ce qu’il est encore aujourd’hui :

bouillaud-blog-ancmsp-2009
Le blogging et le micro-blogging via Twitter se sont depuis largement démocratisés, et beaucoup de monde tient une sorte de blog semi-public sur Facebook. Plus personne ou presque ne demande ce que « ça rapporte », alors qu’au temps du début des blogs, les questions sur les risques et les bénéfices du blogging revenaient tout le temps. Ce qui semble évident aujourd’hui était apparemment loin de l’être il y a dix ans, ou même cinq.

Dix ans et un peu plus de 400 billets plus tard, ce blog a pris la liberté d’emprunter quelques tangentes à ses objectifs initiaux. Il a aussi gagné, puis perdu, un co-blogueur qui repassera peut-être un de ces quatre, quand il en aura le temps.

Quant à la suite, je la conçois relativement identique à ce qui s’est publié cette année, moins les séries de billets maintenant que la « preuve du concept » me semble bien établie, et sur un rythme un peu plus lent, avec à nouveau des billets en lien avec des papiers publiés ou en voie de l’être.

Bref, tout ça pour dire :

Merci à vous de venir vous balader ici de temps à autre,

Et à bientôt !

Annexe statistique : les lecteurs du ‘Bistro laissent peu de commentaires (un peu plus de 600 quand même au total, ce qui semble légèrement en-deçà du reste de la plateforme). Selon les mois, il y a entre 3 000 et 7 000 lecteurs mensuels uniques, dont pas mal semblent abonné(e)s au ‘Bistro via son flux RSS.

  1. Voir la partie « Support technique » de notre page « À propos« . On ne remerciera jamais assez les architectes d’Hypothèses et leurs financeurs, qui ont accompli quelque chose qu’aucun autre acteur public ou privé n’a accompli : un service public de blogs scientifiques. []
  2. Henry Farrell est l’un des co-fondateurs du blog américain Crooked Timber. Il co-fondera aussi, quelques années plus tard, le blog The Monkey Cage, devenu une véritable vitrine de la science politique anglophone, et désormais hébergé sur le site Internet du Washington Post. []

La saison de la chasse n’était pas ouverte. Au sujet de Russeurope

Récemment, des scientifiques respectables – au-delà du fait que certains d’entre eux peuvent légitimement aspirer au statut de chercheurs éminents – ont protesté contre la fermeture, par la plateforme qui héberge également le blog que vous êtes en train de lire, du blog Russeurope, rédigé par l’économiste Jacques Sapir.

La « fermeture » du blog n’a pas supprimé ses archives, qui restent disponibles à la même adresse, et partout ailleurs sur Internet où Jacques Sapir aura souhaité reproduire ses billets—ce qu’il a longtemps fait sur un blog hébergé par l’hebdomadaire Marianne. Cette reproduction de billets à l’identique sur deux plateformes aux objectifs très différents vous donne un indice sur ce qui suit, et l’exemple ci-dessous illustre la reproduction à l’identique, fautes d’orthographe incluses :

Ce n’est pas la première fois que je parle du blog de Jacques Sapir : ce billet de mars dernier en parlait déjà. La date de publication du billet vous laisse deviner qu’à l’époque, le Conseil scientifique francophone d’Hypothèses – auquel j’appartiens depuis des plombes – discutait déjà du « cas Sapir ». Cela vous donne une idée de la longueur des débats ayant eu lieu en amont de la décision de fermeture mise en place fin septembre1.

Quelques éléments de discussion

Le billet que je viens de citer contient tout ce que j’avais à dire, à l’époque, sur la distinction savant/politique. Je ne vois rien à y rajouter dans le cadre de l’actuel « débat » – ou plutôt, de l’effusion de réactions sur les réseaux sociaux, et l’on m’accordera, j’espère, que ces deux choses sont différentes, dans la mesure où les coups de sang sur Facebook ou Twitter sont rarement accompagnées d’une preuve que leurs auteurs se sont convenablement renseignés sur l’historique de la décision2.

Deux blogueurs ont réagi, plus en longueur que par des messages laconiques, à la fermeture du blog de Jacques Sapir : Olivier Ertzscheid, hébergé en dehors de la plateforme Hypothèses (et il explique pourquoi), et Éric Verdeil, sur son blog Rumor (merci à Loïc Le Pape pour le signalement des deux blogs).

Ces deux blog ont – chose rare sur les blogs scientifiques – suscité de véritables discussions dans les commentaires de leurs billets : le billet d’Olivier Ertzscheid contient plusieurs commentaires de Sylvain Piron, qui publie régulièrement sur plusieurs blogs d’Hypothèses, et le billet d’Éric Verdeil contient lui aussi différents commentaires, dont un commentaire de Pierre Mounier, ami de longue date et lui aussi membre du Conseil scientifique d’Hypothèses.

Je renvoie à tous ces éléments pour ne pas perdre mon temps à répéter ce qui a déjà été dit et écrit, le plus souvent mieux que je ne serai jamais capable de le faire.

En revanche, je passe sous silence ici celles des défenseurs de Jacques Sapir, dûment rameutés par le blog qui héberge désormais ses billets ; vous aurez tout le loisir de les découvrir par vous-mêmes, dans plusieurs dizaines de versions différentes, voire plusieurs centaines si, comme Marin Dacos (directeur de la plateforme OpenEdition, également un ami) ou son « supérieur hiérarchique » (sic !), vous avez eu l’occasion de les voir se rabattre sur vos coordonnées professionnelles.

Un résumé personnel de la décision

Pour compléter ces éléments, je copie ci-dessous, avec ajustements mineurs, un commentaire que j’ai posté sur mon mur Facebook en réponse au commentaire d’un ami. Je n’ai pas demandé l’autorisation de publier ce commentaire à qui que ce soit, mais ne vois aucune raison valable de ne pas le reproduire en public. Le texte répond à la question : pourquoi suspendre la publication du blog de Jacques Sapir ?

De mémoire, l’hébergement [du blog] n’a posé aucun problème pendant plusieurs années, les contenus n’étant de toute façon surveillés ni avant, ni après publication (le Conseil scientifique n’intervient qu’à la demande d’ouverture des blogs). En revanche, des signalements [de billets inappropriés] sont parvenus [au Conseil scientifique] au moment où Jacques Sapir s’est rapproché du Front national et a commencé à politiser ses billets, avec des « pics » observables aux périodes électorales.

S’il faut un repère plus précis, j’ai personnellement gardé en tête le passage sordide de son blog où Jacques Sapir s’en est pris très directement à un journaliste du Monde, en faisant tout le nécessaire pour rameuter la meute de l’extrême-droite française vers ce journaliste, photo de visage et coordonnées – personnelles ? professionnelles ? je ne sais plus – à l’appui. Ce n’est qu’un exemple, récent, mais je me souviens avoir signalé et examiné d’autres comportements inadmissibles de Jacques Sapir sur son blog [voir le commentaire pré-cité de Pierre Mounier]. Aucun contenu n’ayant été censuré, sinon par Jacques Sapir lui-même, [le lecteur pourra] retrouver tout ça sur son blog.

Je pense pouvoir dire, sans trahir la confiance du Conseil scientifique, que le délibéré dudit Conseil a pris suffisamment de temps pour que les problèmes évoqués ci-dessus ne soient pas traités de manière légère ou épidermique, mais ont bien donné lieu à un débat contradictoire (dont je ne me souviens plus du détail, sinon que [plusieurs amis ou connaissances siégeant au Conseil scientifique d’Hypothèses] y avons pris part, avec des avis différents), et à un délibéré indépendant de la direction de la plateforme, en la personne de Marin [Dacos], qui confirmera ou infirmera mon souvenir de la chose, et qui corrigera aussi peut-être un élément de la discussion : le Conseil scientifique (où je siège) n’est pas responsable de la suspension du blog—c’est l’équipe d’OpenEdition qui a pris cette décision, sur avis, et après consultation et délibération, dudit conseil.

Ce que j’appelle « billets inappropriés » dans mon annotation ci-dessus a, je le rappelle, déjà fait l’objet d’un billet précédent.

En revanche, ce que j’appelle « billets inadmissibles » est d’un autre ordre. Plus haut, je fais allusion à une opération de « rameutage », cette opération de guidage d’une meute vers un gibier généralement inférieur en nombre. Dans le cas de Marin et de son « supérieur hiérarchique » (je rigole encore de l’expression), il s’agit d’un rameutage sur des coordonnées et des « hiérarchies » professionnelles, et l’on devra admettre qu’il puisse s’agir d’une opération menée « de bonne guerre », comme cela peut se dire.

Néanmoins, lorsque le rameutage se fait menaçant et se fonde sur des éléments de la vie privée des individus-devenus-gibiers, comme ce fut le cas lorsque Jacques Sapit prit l’initiative de publier, à plusieurs reprises, le portrait du journaliste du Monde cité plus haut, on rentre dans la catégorie du doxing, du téléguidage malsain, et des incitations, à mon sens, inadmissibles.

En réponse aux futures objections

Pour terminer, un message aux lecteurs de ce billet qui souhaiteront peut-être m’objecter :

  1. que je n’ai pas d’humour (noir)
  2. que je prends les choses trop à coeur
  3. que le visage d’un journaliste fait partie de ses coordonnées professionnelles
  4. que tout ce qui est public au sujet d’un individu doit pouvoir être librement réutilisé
  5. et que n’importe laquelle des objections ci-dessus est suffisante

Je répondrais :

  1. lolwat
  2. C’est vrai dans certains cas.
  3. lolwat
  4. lolwat
  5. C’est vrai, mais lolwat.

Pour conclure, désormais.

Ce billet fournit les éléments qui m’ont personnellement amené à estimer légitime l’arrêt de la publication des billets de Jacques Sapir sur la plateforme Hypothèses. Peut-être s’agit-il, comme objecté au point 2 ci-dessus, d’une position déséquilibrée ; néanmoins, ayant largement eu le temps de la formuler au sein du débat contradictoire évoqué plus haut, je pense pouvoir éliminer cette objection dans le cas présent.

Le reste des membres du Conseil scientifique francophone de la plateforme, de même que la direction de la plateforme, ont produit d’autres motifs. Néanmoins, de mon point de vue, Jacques Sapir a, au moins une fois, versé dans le « rameutage » tel que défini plus haut, et personnellement, ce seul élément me suffit.

Car sur une plateforme de blogs scientifiques, la saison de la chasse n’est jamais ouverte.

Il ne me reste qu’à souhaiter à Jacques Sapir d’aller pratiquer ses méthodes d’établissement du débat d’idées où bon lui semble, et de préférence, ailleurs que là où l’on me demandera mon avis sur ces méthodes.

  1. Quant au billet que vous êtes en train de lire, il a été rédigé en fin de semaine dernière, dimanche 8 octobre ; comme souvent, je rédige mes billets quelques jours avant leur publication, afin de jeter un dernier coup d’oeil avant publication effective. []
  2. J’emploie le terme « historique » à dessein, ne serait-ce que pour me détacher de l’ironie qui veut que les réactions les plus outrées que j’ai lues çà et là émanent d’historien(ne)s reconnu(e)s, et à très juste titre pour le peu que j’en sais, pour leurs contributions à cette discipline. []

sleep 5 && reboot – Reprise retardée (à nouveau)

Peut-être est-ce une forme d’épuisement post-séquence électorale 2015-2017 : régionales, Brexit, Trump, présidentielle et législatives – et encore, j’ai le mauvais goût de ne rien suivre de ce qui se passe en Allemagne, en Autriche, en Espagne, en Italie, et me contente de vaguement suivre la lente ascension vers l’éligibilité de Jeremy Corbyn, en parallèle de la lente descente aux enfers de Theresa May, dont j’espère seulement qu’elle n’emmènera pas l’Irlande du Nord avec elle.

Peut-être est-ce aussi une forme de dégoût vis-à-vis du jeu politique du gouvernement français actuel, le président ayant choisi d’être Merkel à Paris / shadow-président de la Commission européenne / le meilleur élève du Haut Conseil des Finances Publiques pendant qu’un Premier ministre – de droite – se charge d’exploiter au mieux les faiblesses du corporatisme français de dialoguer sereinement avec les partenaires sociaux pour finaliser les réformes Attali / Hartz III / Hollande du code du travail. Quelle révolution1 ! Quelle expansion des horizons d’attente !

Et puis peut-être est-ce encore ce constat accablant : la lutte contre le terrorisme est apparemment une chose trop grave pour être confiée aux hommes politiques.2 Dans la droite lignée de la version stupide de la controverse expliquer/comprendre par un ancien Premier ministre, redevenu député avec le nihil obstat de l’exécutif actuel, on a eu droit à John Stuart Mill moins l’intelligence, par le porte-parole du gouvernement. Ne rien comprendre aux causes ni aux mesures de remédiation, ne rien apprendre du passé ; au lieu de ça, pérenniser ce qui devrait rester l’exception, et tenter de « terroriser les terroristes » en les traitant de déséquilibrés, de fous, alors même que les faits vont dans l’autre sens : quelle excellente manière d’envisager le terrorisme et ses corrélats. Bravo les gars ! Ça donne vraiment envie de « marcher » avec vous.3

Mais peut-être est-ce plutôt les températures extérieures clémentes, qui me permettent de bouquiner en terrasse avec un thé à la menthe quand je ne suis pas en train d’écrire un email à mes groupes de travaux dirigés, ou de leur donner cours. Le mois de septembre est toujours plus intensif que prévu, avec certaines journées de 10 heures de cours, et de nombreuses sessions nocturnes pour être sûr que tout est bien enclenché pour la suite.

Ou alors peut-être est-ce un éloignement mi-volontaire, mi-contraint (septembre…) de l’actualité ? J’ai résilié mon abonnement au Monde, contracté il y a au moins dix ans, fait de même pour Médiapart, et me suis désabonné des newsletters afférentes. Je ne me souviens pas non plus avoir acheté le Canard enchaîné depuis juin. Tout juste me reste-t-il les quelques articles en anglais du Spiegel, chaque weekend ; et je ne consulte plus mes « réseaux sociaux » qu’une fois par semaine. À part ça, je me contente – amplement – du journal du matin de la RTBF La Première quand je suis à Lille, et de quelques émissions de France Culture.

Enfin, peut-être est-ce une forme de lassitude face à lente fausse mort des blogs scientifiques, prophétie partiellement auto-réalisatrice, mais bien aidée par au moins deux facteurs de taille : Twitter, et avant ça, la fermeture de Google Reader (je ne leur pardonnerai jamais) et le retrait (ou la dissimulation) des flux RSS par des éditeurs scientifiques tels que Cambridge University Press4.

Toujours est-il qu’au mois de septembre, j’ai différé à nouveau la reprise de ce blog, qui fêtera bientôt ses dix ans. Les quelques billets apparus en septembre ont été rédigés longtemps à l’avance, avant les vacances estivales.

Je reprends aujourd’hui afin de publier, dans quelques jours, un billet sur la fermeture du blog de Jacques Sapir—et aussi parce qu’il me fallait un prétexte pour rester à mon ordinateur, près des enceintes, pendant l’écoute de la bande originale de Blade Runner 2049, tout aussi excellente que le film lui-même.

  1. Notons, au passage, que si l’offre partisane a radicalement changé ces derniers mois, les préférences électorales n’ont pas tant changé que ça de leur côté. Cette note de bas-de-page remplace le billet que je voulais écrire au sujet des élections législatives de cette année, et que je n’aurai probablement jamais le temps d’écrire. []
  2. Malgré l’allusion à Clemenceau, je ne suggère pas qu’on la confie aux militaires : je verrais plutôt un système qui la confierait aux juges anti-terroristes, sur nomination des deux autres branches du gouvernement. []
  3. Sans même parler du reste, qui est tout aussi inspirant. Je précise que je ne bénéficie d’aucune aide publique au logement, et que je me contrefiche royalement – sic – de tout ce qui peut avoir rapport à Stéphane Bern. []
  4. Bande d’imbéciles ; c’est pas faute, pourtant, de vous l’avoir réclamé de toutes les manières possibles, en allant même jusqu’à accepter de figurer dans les « testeurs » de votre plateforme. Peine perdue. Idiots. []