Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/01

La suite de ce billet. Je présenterai une première version des « règles de publication » de cette série de billets lors de la prochaine édition, prévue pour fin février.

  1. Sara Kendzior : « An Unaired Interview on Trump, Authoritarianism and Kleptocracy » :

    Trump is openly building a kleptocracy backed by billionaires and white supremacists, and several Trump fans, including a few in Missouri, have written to me in alarm, saying this is not what they signed on for. A lot of folks just wanted good jobs to come back, and to stop feeling let down by the government and other officials. It’s pretty clear looking at Trump’s policies that this is not what is going to happen.

    Et ce n’est que le début.

  2. Mariel Roberts : le morceau « Formations » de son album Nonextraneous Sounds (2012) n’est malheureusement pas disponible en vidéo ; en voici néanmoins un bref extrait, et il est écoutable sur Spotify.

    Ci-dessous, un lot de consolation, tiré de l’invraisemblable album No One to Know One (2011) du percussionniste Andy Akiho :

  3. Jane Mayer, dont l’ouvrage Dark Money: The Hidden History of the Billionaires Behind the Rise of the Radical Right documente un aspect essentiel de la vie politique américaine actuelle.

    Voir aussi son article « Covert Operations » pour le New Yorker en 2010, et cet article pour les représailles qui ont accompagné sa parution.

  4. Julia Belluz : « We visited one of America’s sickest counties. We’re afraid it’s about to get worse« . Sur un endroit paumé en Louisiane.

  5. Mimi Onuoha, « On Missing Data Sets » :

    « Missing data sets » are my term for the blank spots that exist in spaces that are otherwise data-saturated. My interest in them stems from the observation that within many spaces where large amounts of data are collected, there are often empty spaces where no data live. Unsurprisingly, this lack of data typically correlates with issues affecting those who are most vulnerable in that context.

  6. Jennifer (Jenny) Bryan, « Data Rectangling » (via).

  7. Andrea Parker, « After Dark » (1995) :

  8. Lorena A. Barba, « Barba-Group Reproducibility Syllabus » (via). Sur le même sujet, voir aussi les publications de Victoria Stodden.

  9. Mary Beard, SPQR: A History of Ancient Rome (on peut en lire beaucoup de bien un peu partout, et les quelques passages que j’ai lus étaient tous excellents).

  10. Alice Coltrane et Pharoah Sanders, « Journey In Satchidananda » (1971) :

Mention spéciale : Cathy O’Neil, dont je n’ai toujours pas lu le bouquin, Weapons of Math Destruction, mais dont tout le monde dit grand bien—voir, par exemple, la recension d’Arthur Charpentier.

Mon exemple favori d’erreur écologique

Ce billet traînait depuis plus d’un an et demi dans les brouillons du blog : le texte date de mai 2015. Je le publie sans retouches, mais vous aurez bien noté que le « peu de temps » dont je parle au début renvoie à cette période, c’est-à-dire aux premiers mois ayant suivi l’attentat contre Charlie-Hebdo.

Il y a peu de temps, Nonna Mayer et Vincent Tiberj ont pris le temps de fournir quelques résultats sérieux sur la sociologie des participants à la « marche républicaine » qui a suivi les attentats de janvier. Leur tribune répond au dernier ouvrage d’Emmanuel Todd, qui s’est basé sur différentes corrélations géographiques pour affirmer que les participants de la « marche » étaient… autant le laisser s’expliquer :

À la suite des travaux de Durkheim sur le suicide, ou de ceux de Max Weber, mon but, c’est de faire comprendre aux gens les valeurs profondes qui les font agir et qui ne sont généralement pas celles qu’ils imaginent. Quand on observe la carte des manifestations, la première chose qui frappe, c’est ce que l’Insee appelle avec élégance la prédominance des « cadres et professions intellectuelles supérieures ». C’est elle qui permet de comprendre l’importance qu’elles ont prise à Paris, Toulouse, Grenoble, etc.

Cette « chose qui frappe » s’enseigne d’ailleurs depuis des décennies en première année de sciences sociales : la participation politique (conventionnelle, comme le vote, ou pas, comme la manifestation) est inégalement distribuée en fonction, notamment, du plus haut niveau de diplôme obtenu. Mais c’est la suite du raisonnement qui contient le ressort argumentaire principal de Todd. Accrochez-vous :

L’autre variable qui, pour moi, d’une certaine manière, est encore plus importante encore, c’est la surmobilisation des vieilles terres issues du catholicisme. Là, il faut que je rappelle ma théorie des deux France, un modèle avec lequel je fonctionne depuis longtemps déjà. D’un côté nous avons la vieille France laïque et républicaine – le Bassin parisien, la façade méditerranéenne, etc. –, la France qui a fait la Révolution en somme. De l’autre, il y a la France périphérique : l’Ouest, une partie du Massif central, la région Rhône-Alpes, la Lorraine, la Franche-Comté. Ce sont les régions qui ont résisté à la Révolution et dans lesquelles l’imprégnation catholique est restée très forte jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. […]

Eh bien, ce qui a inspiré ma méfiance immédiate, c’est que le 11 janvier, la mobilisation a été du simple au double entre la France de tradition athée et révolutionnaire et cette France périphérique, historiquement antirépublicaine. Ce sont les régions les moins républicaines par le passé qui ont le plus manifesté pour la laïcité, avouez qu’il y a là quelque chose d’étrange. En somme, les bastions ex-catholiques sont les endroits où on a le plus milité pour le droit au blasphème. Si on compare Marseille et Lyon, on voit même que l’intensité des manifestations est du simple au double. Qu’on ne vienne pas me dire dans ces conditions qu’il s’agit de la même laïcité que celle d’hier !1

Nonna Mayer et Vincent Tiberj rappellent ce qui doit inspirer une « méfiance immédiate » dans ce type de raisonnement, en faisant référence à William S. Robinson et à l’inférence écologique, que j’adore illustrer (pour enseigner le paradoxe de Simpson) avec cette slide, qui est d’ailleurs précédée d’un rappel de l’exemple historique de Robinson, qui concernait l’illettrisme2 :

ei

La propension à la mobilisation au niveau régional

Bon, soyons charitable avec Todd. Supposons qu’il ait raison, et qu’une fois le niveau de diplôme pris en compte, la propension à se mobiliser « pour la laïcité » et « pour le droit au blasphème » le 11 janvier soit différente d’une région à l’autre, en rapport à l’héritage catholique régional. Après tout, la réponse que lui font Nonna Mayer et Vincent Tiberj ne dit rien de la géographie des participants.

En revanche, pour que cette différence soit autre chose qu’un artefact, il faut qu’à niveau de diplôme égal et en dehors du contexte du 11 janvier, les habitants des différentes régions françaises aient la même propension à la mobilisation, sinon le lien avec la laïcité se retrouve pris dans un ensemble d’explications possibles au différentiel de mobilisation qu’observe Todd, sans distinction possible sinon de manière subjective.

On va donc prendre les données de l’European Social Survey (ESS) et regarder ça de plus près pour les années 2010 et 2012 (les années précédentes n’utilisent pas les mêmes regroupements géographiques, ce qui rendrait l’analyse plus longue qu’une pause-café). L’une des questions posées dans l’ESS (variable pbldmn) devrait faire l’affaire :

Il existe différents moyens pour essayer d’améliorer les choses en France ou pour empêcher que les choses n’aillent mal. Au cours des 12 derniers mois, avez‐vous fait l’une des choses suivantes ? … Avez‐vous pris part à une manifestation autorisée ?

On va vérifier, en langage Todd où les régions parlent d’elles-mêmes, que les différentes régions françaises répondent « oui » dans la même proportion à cette question. Voici la carte des « réponses régionales », en pourcentage des enquêtés et en tenant compte du schéma de pondération qui fait toute la qualité de l’enquête :

ess_pbldmn_1000_500

Comme on pouvait s’y attendre, la propension à manifester varie dans l’espace et dans le temps, selon des régularités qui ne s’observent pas au niveau régional : les cartes ne montrent pas les erreurs standard, qui sont conséquentes (certaines régions ne sont « représentées » que par quelques dizaines d’enquêtés), et ne disent rien du profil socio-démographique des résidents, qui varie (aléatoirement) d’une vague de l’enquête à l’autre.

On pourrait s’amuser à aller plus loin, mais pour quoi faire ? Les données ESS ne révèlent qu’une seule chose de manière stable, qui correspond à ce qu’expliquent Nonna Mayer et Vincent Tiberj à partir de données différentes : la propension à la mobilisation est nettement plus faible à droite, et plus nettement forte chez les diplômés (je ne montre pas les coefficients, mais vous pouvez faire tourner le modèle chez vous).

Pour détecter un effet géographique du style de ce que décrit Todd, il n’y a que deux manières de s’y prendre. La première consiste à réunir des données aussi granulaires que possible, de les faire passer dans un modèle multi-niveaux, et d’en tirer des conclusions prudentes sur tel ou tel prédicteur. La seconde consiste à avoir une théorie et beaucoup, beaucoup d’assurance.

  1. La dernière phrase est sublime, n’est-ce pas ? C’est extrait d’un entretien au Nouvel Obs du 30 avril 2015. Le journaliste lui sert d’ailleurs complètement la soupe. Je n’ose pas citer le site Internet sur lequel j’ai récupéré l’extrait. []
  2. Les états américains où l’illettrisme était le plus fort était ceux où il y avait le moins d’immigrés, alors que le fait d’être né à l’étranger est un prédicteur individuel de l’illettrisme. Le paradoxe du vote des riches et des pauvres aux États-Unis est un autre exemple. []

Open Data for Urban Research, version 2016

Au semestre dernier, j’ai participé à la nouvelle version de ce cours :

syllabus-odur-2016

La thématique du cours est désormais bien assise dans l’espace médiatique – qui n’a pas encore survolé la carte des loyers parisiens ? –, et elle donne aussi lieu à toutes sortes d’innovations intéressantes dans le secteur privé1.

Le cours a sa petite histoire : il y a quelques années (trois ans, si je me souviens bien), le Master Governing the Large Metropolis a accepté d’inclure, dans sa deuxième année, un atelier un peu baroque, et développé à l’époque avec Antoine Jardin. L’atelier contenait des « stats » (multi-niveaux) et de « l’open data » – avec l’intention de montrer les apports croisés de l’approche « par les modèles » et « par les données ».

L’atelier a lentement mûri, et la section « open data » vole désormais de ses propres ailes, avec une visite au PC Lutèce, un atelier basé sur l’Open Data Census, et des séances plus traditionnelles, basées sur la sociologie de la quantification—d’où la longue bibliographie sur le sujet dans le plan de cours, qui intéressera peut-être les copains qui travaillent sur ce thème – Émilien et Béatrice, par exemple.

Je profite de ce billet pour signaler à nouveau le lancement, au semestre dernier, de Datactivist, avec Joël et Samuel aux commandes :

datactivi.st est une coopérative en cours de création qui se donne pour mission de mettre les données ouvertes au service de la société civile et des citoyens.

À suivre sur Twitter.

  1. Voir, par exemple, l’article « Les données comme première trame urbaine » sur le « blogue urbain » du Devoir. Notez que toutes les « innovations » du moment ne se valent pas : je ne comprends toujours pas le « hype » autour du concept de « smart cities« , mais je me soigne. []

Qualifier et quantifier l’activité parlementaire : demandez le programme

En octobre dernier, vous avez pu lire sur ce blog l’appel à communications de la Section Thématique 38 du Congrès AFSP 2017, « Qualifier et quantifier l’activité parlementaire : données, méthodes et pratiques« .

La sélections des communications qui seront présentées dans la section est à présent terminée, et le programme de la section est désormais disponible sur le site Internet (temporaire) de la section :

st38-prog

Le programme est en anglais car la section aura lieu en anglais, histoire de permettre aux non-francophones de se sentir un peu plus à l’aise sous le soleil montpelliérain.

La sélection et ses suites

Le programme, élaboré avec Olivier Rozenberg, est résolument international, avec des papiers de plusieurs pays francophones mais aussi d’ailleurs. La sélection a été difficile : nous avons reçu 25 propositions d’un peu partout dans le monde1, et parmi elles, beaucoup étaient assez, voire très, pertinentes.

Remarque : trop peu de femmes

Mon seul vrai regret concernant les propositions que nous avons reçues : sur les 44 auteurs listés, on ne trouve que 5 femmes, et qu’une seule femme parmi les papiers retenus2. C’est peu, et probablement en-deçà de la présence des femmes dans les milieux scientifiques qui ont reçu notre appel à communications—du moins souhaitons-le !

Au niveau de l’âge, nous avons reçu un bon mélange de « juniors » et de « seniors » ; mais au niveau du sexe, notre créneau thématique (les études parlementaires) me semble terriblement masculin… Peut-être est-ce aussi la conséquence de la coloration « méthodologique », voire « quantitativiste », de notre thème de section.

Je ne citais pas directement la « ST 38 » dans ce billet, mais vous aurez fait le rapprochement.

À noter également : la « ST 37 »

Pour celles et ceux qui seront à Montpellier, notez également l’existence de la Section Thématique 37, « Dans l’ombre de la loi. Travail au parlement et vie politique », organisée par Sébastien Michon et Étienne Ollion.

See you in Montpellier!

  1. Plus exactement, nous avons reçu des propositions de chercheurs établis dans 13 pays différents, en excluant une proposition totalement hors-sujet (la seule) en provenance des Philippines. []
  2. Toujours si l’on exclut la seule proposition complètement hors-sujet, qui nous a été envoyée par deux jeunes étudiantes. La différence de proportion est non significative, mais cela reste regrettable. []

Annals of Youtube Science 1(1) : Engineers of Jihad

Il y a sept ans, j’avais évoqué un papier de Diego Gambetta (assez souvent cité ici) et Steffen Hertog, sur les ingénieurs convertis au djihadisme.

Après une longue période de fermentation, le papier est devenu un article en 2009, puis l’an dernier, un bouquin, à rajouter aux « études quantitatives du djihad » (celles de Thomas Hegghammer, par exemple).

Présentation de l’ouvrage par Steffen Hertog sur la chaîne Youtube du LSE Middle East Centre :

Et conférence complète de Diego Gambetta, sur la chaîne Youtube du Robert Schuman Centre for Advanced Studies de l’Institut Universitaire Européen de Florence :

L’un des aspects notables de l’ouvrage est que les données (ou plutôt, des tableaux récapitulatifs au format Excel, pas les données brutes…) sont en ligne :

conf-gambetta

Note technique : ce billet inaugure une série de billets qui renverront tous vers Youtube. Si vous préférez télécharger les vidéos, pour les regarder hors-ligne avec un lecteur comme VLC ou bien pour les archiver plus tard, je ne saurais trop recommander le site KeepVid, qui fait très bien l’affaire.

De Google My Maps à ggplot2 en quelques secondes

J’avais brièvement évoqué, en juin dernier, la version 1.0.0 du package R xml2, qui permet de lire du XML dans R en permettant d’y mobiliser la librairie libxml. Voici un petit bricolage basé sur cette chaîne d’outils.

Les données : Google My Maps

Au hasard d’une recherche sans rapport avec le schmilblick, je suis tombé sur cette carte des morts violentes à Barbès et à la Goutte d’Or. La carte a été réalisée par Jean-Raphaël Bourge, qui fait un superbe travail de recherche sur le quartier.

En fouillant un peu, j’ai également retrouvé cette carte des églises africaines qui font leur publicité à la Goutte d’Or. La carte a été réalisée par Baptiste Coulmont, qui a amplement documenté le phénomène, et qui a publié un très chouette article sur le sujet.

Enfin, en creusant encore un peu, je découvre une autre carte : « Gangs of Los Angeles« , et son complément sur les gangs hispaniques. Les graffiti que laissent les gangs de Los Angeles font l’objet d’une recension aussi systématique que possible sur Instagram, et il existe des tonnes de cartes très détaillées des territoires de ces gangs1.

Le problème : KML et ggplot2

Je me suis demandé comment je pouvais réutiliser les données de ces cartes. Google My Maps est un outil très pratique qui peut être utilisé sans compétence technique par un nombre illimité d’utilisateurs, ce qui en fait un excellent support pour le recueil de données géolocalisées ; mais comment réexploiter ces données ?

Google My Maps permet d’exporter les informations d’une carte au format KML, ce qui est pratique, mais l’utilisation de ces données par des outils tels que les packages R rgdal ou sf n’est pas facile, surtout si l’on souhaite utiliser les packages du « tidyverse » (dyplr et ggplot2 en particulier) pour manipuler les données et les visualiser.

La solution (limitée) : tidykml

Histoire de passer rapidement d’un fichier KML à un jeu de données qui puisse être utilisé avec ces packages, j’ai codé un petit package, tidykml, qui importe les éléments KML les plus simples (les géométries de base et leurs métadonnées). Tous les détails sont dans le README du package, et voici un exemple de résultat :

gangs

Le package est très limité : il ne gère pas les « géométries multiples » (les multi-polygones qui permettent de visualiser des îles, par exemple), et il n’a été testé que sur les cartes listées plus haut, plus quelques autres exemples de cartes issues de Google My Maps. En attendant mieux, le package permet de réaliser des cartes comme celle-ci :

sherman

L’exemple ci-dessus, qui ne demande que quelques lignes de code dont la plupart sont des réglages graphiques réalisés dans ggplot2, apparaît également dans ce billet en anglais, un peu plus technique.

Pour aller plus loin

Mon objectif, avec tidykml, était de raccourcir autant que possible le code allant de l’import d’un fichier KML à un graphique réalisé avec ggplot2, histoire de faciliter la réutilisation de données Google My Maps sur d’autres supports, et sans passer par des solutions de cartographie plus sophistiquées.

Pour aller plus loin, il faudrait avant tout que je trouve un moyen de prendre en compte les « géométries multiples » évoquées plus haut, et aussi que je documente l’énorme répertoire d’outils cartographiques pour R, comme par exemple l’excellent package cartography de Timothée Giraud et al..

Pas d’empressement toutefois : les outils de cartographie avec R sont en discussion et pourraient évoluer de manière à rendre mon package obsolète dans les mois à venir. Tant mieux.

  1. Voir notamment cette conversation sur Reddit. []

Bonnes résolutions 2017, édition « science des données »

En toute probabilité, cette année, vous n’allez ni arrêter de fumer, ni commencer à manger et à dormir de manière équilibrée, ni vous astreindre à un planning hebdomadaire de passages à la piscine. Enfin, cette année, vous n’allez certainement pas réguler votre dose quotidienne de café1.

En revanche, cette année, vous pouvez prendre dix bonnes résolutions pas très compliquées, sur recommandation des nerds derrière le comptoir. Ces résolutions tournent autour de la « science des données », la fameuse data science, dont on ne sait pas encore exactement ce que c’est—mais ce n’est pas grave.

  1. Boycottez Elsevier

    Il faut continuer à signer la pétition The Cost of Knowledge, et encourager les réseaux de bibliothèques universitaires qui ont pris des initiatives de désabonnements massifs de certains « bouquets » de revues aux prix prohibitifs.

    Ce n’est pas compliqué, et c’est nécessaire si l’on veut mettre le minimum de pression nécessaire sur l’édition scientifique. Malheureusement pour la science politique, il y a d’excellentes revues chez Elsevier : Electoral Studies et Sociologie du travail2. Pour l’analyse de réseaux, c’est pire, la revue centrale est chez Elsevier.

    Mise à jour : un gentil commentateur m’apprend que Sociologie du travail s’apprête à quitter Elsevier pour rejoindre Revues.org. Double excellent choix ! L’éditorial de Didier Demazière sur le sujet est très intéressant à lire en entier.

  2. Désactivez Flash

    L’année 2016 n’a pas manqué de hacks (ou de révélations d’anciens hacks) spectaculaires, et si vous avez un compte LinkedIn ou Yahoo!, vous êtes concernés. Pour faire le point, voir l’excellent service Have I Been Pwned?

    Pour réduire les risques, cette année, vous pouvez notamment abandonner Flash, en le désactivant dans les préférences de votre navigateur Internet. C’est totalement indolore : l’industrie a abandonné ce format, et les sites Internet que vous consultez ont déjà fait leur transition vers autre chose.

  3. Apprenez R

    C’est le bon moment pour apprendre R. Comme tous les langages, il est périssable, mais en ce moment, il est à son apogée : les outils de base de la science des données (import/export, manipulation, visualisation) sont robustes, et les innovations quasi-quotidiennes3.

    L’offre de formation à R est aussi à son apogée : on trouve presque tout sur Internet, sur Stack Overflow notamment, et les formations hors-ligne s’organisent aussi—j’en dirai plus cette année, ici ou ailleurs. Surtout, c’est dans ce langage que se mènent, en ce moment, certaines des discussions les plus intéressantes sur comment analyser quelles données (Julia et Python comptent aussi, bien sûr).

    Si vous êtes data-journaliste ou aspirant à l’être, et/ou si vous vous levez le matin pour analyser des données, apprenez R, et le reste suivra.

  4. Utilisez Youtube

    En 2016, j’ai enfin réussi à faire comprendre à Youtube que je n’étais pas intéressé par les vidéos d’Alain Soral et Jean-Luc Mélenchon, ce qui m’a permis d’utiliser Youtube pour remplacer l’écoute de France Info à mes heures perdues.

    Pour cela, j’ai dû m’abonner à tout un tas de « canaux » Youtube, histoire de les faire peser dans l’algorithme de recommandation. Voici quelques exemples de canaux recommandables :

    Médias
    Arte, Arte+7, Arte – Tracks, Mediapart ; Mediapart, en particulier, publie de longs et excellents débats quasi-nocturnes : je recommande en particulier ceux de la série « Moyen-Orient Express« 
    Universitaire
    British Academy, Center for European Studies, Paris School of Economics, London School of Economics (and Political Science), Lee Kuan Yew School of Public Policy
    Autres
    Oxford Union Society, Alan Macfarlane, Bycome, Reactions, On The Top of Damavand for ever, DEFCONConference
  5. Apprenez HTML

    Bilan d’une conversation avec un ami : dans la vie, ce sont les langages qui vous amènent quelque part. Dans mon cas, ce fut l’anglais, le web design valide et accessible, et la programmation statistique, avec Stata puis avec R.

    J’ai appris HTML5 et CSS2/3 il y a quinze ans, à une autre époque, celle de Jeffrey Zeldman, Mark Pilgrim et Eric Meyer. À l’époque, il fallait y rajouter un peu de Javascript et PHP/MySQL ; aujourd’hui, il faut rajouter beaucoup de Javascript, librairies et frameworks inclus (Angular, Node, jQuery). Je conseille d’apprendre les bases avant tout.

  6. Défendez RSS

    La fermeture de Google Reader, qui fut, je pense, l’une des plus grosses erreurs jamais commises par Google/Alphabet, a condamné l’utilisation de masse des flux RSS ; mais les blogueurs, journalistes et autres geeks connaissent RSS, et veulent continuer à l’utiliser.

    Le standard est menacé de disparaître : il n’y a pas de flux RSS (ou Atom) sur Twitter (solution alternative), par exemple, et la nouvelle plateforme d’édition scientifique de Cambridge University Press, Cambridge Core, n’a plus de flux RSS pour ses revues4 Il faut protester quand l’occasion se présente.

  7. Envisagez Linux

    Voici la seule recommandation de cette liste que je n’ai pas encore prise.

    Il y a trois ans, si j’avais fait la liste des choses qui me manqueraient si je passais de Mac OS X à Linux, la liste était longue ; aujourd’hui, elle est de plus en plus courte. À l’inverse, la liste des choses agaçantes et/ou inutiles sur Mac OS X – maintenant macOS, mais vu que je n’ai pas l’utilité des nouvelles fonctionnalités du système, je suis encore sous Mac OS X 10.9 – s’est allongée.

    Il reste trop de choses génialement conçues sur Mac OS X pour que j’envisage un « switch » immédiat, mais j’hésite désormais autant à installer Xubuntu qu’à installer macOS. La dernière itération du MacBook, qui est un gros jouet plutôt qu’un ordinateur, me conforte dans cette tendance.

  8. Hebdomarisez Facebook

    Ce n’est évidemment pas l’usage que Facebook souhaite que ses utilisateurs aient du service, mais de mon point de vue, Facebook devrait une sorte d’hebdomadaire. En 2016, Facebook a d’ailleurs inauguré son équivalent des marronniers sur l’islam ou les Francs-Maçons, avec le phénomène des « fake news.

    Les outils pour transformer Facebook en « revue hebdomadaire » restent à inventer – consulter Facebook une fois par semaine ne suffira pas5 –, mais c’est l’une des choses que j’aimerais voir se développer cette année, après dix ans d’utilisation et quelques pauses de désintoxication.

  9. Documentez une API

    Cette résolution est peut-être la plus importante de ma liste. Elle est sous-rédigée, mais j’essaierai d’y revenir plus tard cette année.

    Il y a de plus en plus de sources de données, mais le nombre d’individus qui les documentent est à peu près stable. C’est un problème, car pour que la « science des données » décolle et produise un vrai saut qualitatif, il faudra de la main d’oeuvre, et elle doit être aussi diverse que possible6.

    À l’heure actuelle, les données disponibles sous la forme d’APIs sont documentées par les développeurs de ces APIs, ou par quelques-uns de leurs utilisateurs7. Cela ne suffira pas : comme sur Wikipedia, il faut différentes categories de contributeurs pour créer un écosystème. Ma conviction est que l’écosystème actuel des APIs est trop homogène, trop uniforme : il faut des journalistes, des chercheurs, des informaticiens, mais aussi des étudiants, des cartographes, des bureaucrates, bref un peu de tout, et ce mix est rarement présent aujourd’hui.

    Conclusion : si vous avez un intérêt dans la data science, qui sera probablement mon thème pour 2017 sur ce blog et ailleurs, participez à documenter une API.

  10. Bloguez sur Hypothèses

    On est bien sur Hypothèses, et le ‘Bistro a déjà un billet de prêt (ou en préparation) jusqu’à début mars, au rythme d’un billet tous les trois ou quatre jours. Le planning pourra évidemment changer si nécessaire, mais un rythme de deux billets par semaine me semble être un bon rythme de croisière.

    Venez sur Hypothèses, et meilleurs voeux à toute l’équipe !

  1. Ce ne sont que des exemples, hein. Ne dîtes rien à mes parents, s’il vous plaît. Par ailleurs, êtes-vous déjà allé en Norvège ? C’est fantastique, les gens boivent du café à toute heure du jour et de la nuit. Autre question : êtes-vous déjà rentré dans une boutique Nespresso ? C’est terrifiant, les employés se présentent comme des « collaborateurs ». []
  2. De mon point de vue, la meilleure revue francophone de sociologie des organisations. Moment nostalgie ce Noël, quand j’ai retrouvé L’acteur et le système et Le pouvoir et la règle dans mes étagères. []
  3. À suivre cette année, les progrès en manipulation de données spatiales. Les cartographes utilisant R sont très bien organisés, et les derniers exemples de réalisations dans le domaine sont très prometteurs. []
  4. J’ai déjà râlé à ce sujet auprès des développeurs, et espère que Cambridge Core introduira des flux RSS pour ses revues cette année, même si je n’en ai actuellement aucune garantie. []
  5. Idée : une extension pour navigateur Internet qui ouvrirait des combinaisons d’onglets différents selon le jour de la semaine. []
  6. Au niveau professionnel, mais aussi au niveau sociologique, évidemment. []
  7. Voici un exemple : quelques APIs suédoises, listées par un data-journaliste de SVT.se. []

Bonne année quand même

Attention conservation notice (à la façon de) : ce billet est rédigé dans le style de l’excellent blog de Philip Schrodt, moins les qualités. Du coup, le billet est trop long, avec des tonnes de notes bas-de-page. Pire, il est même grossier par endroits. Je prends la bonne résolution de ne pas vous refaire le même coup avant le prochain bilan annuel.

Mettons-nous d’accord sur une chose :

L’année 2016 fut quand même une belle année de merde.

Je dirais même que, sur une échelle de 0 à 10 où 0 correspond à Cyril Hanouna et 10 correspond à l’existence des licornes, cette année 2016 doit bien valoir un score d’environ -4, voire -5 avec les disparitions de Gotlib (bien qu’il ne dessinât plus) et David Bowie (qui chantait encore), l’annulation du concert parisien de Dasha Rush, et l’absence de nouvel album de Casey.

Ni les nouveaux albums de Brian Eno, Death in Vegas, Underworld, Sumac et Swans, ni même le premier album, pourtant exceptionnellement réussi, de Mark Pritchard, n’arriveront à faire passer la pilule :

champagne-putin

champagne-trump

farage

Et juste pour être sûr, le test ultime : les meilleurs voeux de Boris Johnson. Qu’un pareil guignol puisse avoir la responsabilité des relations diplomatiques de ce qui était, il y a moins d’un siècle, un empire couvrant à peu près un quart du globe, est en soi la marque de fabrique de l’année qui vient de s’achever.

Ci-dessous, un bref passage en revue de quelques-uns des clowns tristes de 2016.

À peine…

À peine les Turcs avaient-ils pris le temps de rigoler de leurs “voisins” grecs, qui ont perdu à peu près un tiers de leurs salaires et autres traitements sur décision de l’Eurozone1, que leur propre pays se prenait un coup d’État manqué en plein poire, et depuis lequel la lire turque a perdu environ 20% de sa valeur sur le marché des devises2. On en est à se demander ce qu’il reste du “miracle turc”, pays auquel on proposait encore il y a dix ans de rentrer un jour dans l’Union européenne3.

En Syrie et en Irak, ou ce qu’il en reste aujourd’hui, la communauté internationale l’OTAN s’était mise d’accord sur une chose : il faut donner sa chance à la guerre. Avec un peu de bol et quelques tonnes de bombes incendiaires (voire d’armes chimiques), il était en effet possible d’imaginer qu’un dictateur extermine autant d’islamistes que possible, avant d’être lui-même destitué par des minorités très pressées de reconstruire une chouette démocratie multi-ethno-confessionnelle. Pas de bol, ça ne s’est pas tout à fait passé comme ça.

Au Darfour, où le conflit fait chaque année depuis 2003 quelques dizaines de fois le nombre de victimes du 11 septembre 2001, quand on sort prendre un café et acheter du pain, on se retrouve parfois dans une manifestation pacifique demandant l’arrêt des violences. Trente morts et quelques menaces plus tard, on se retrouve parfois dans un canot à moteur au large des côtes italiennes. Et encore quelques milliers de kilomètres plus loin, on découvre les joies des lits en carton sous la ligne 2 du métro parisien4.

Interlude

Il ne se passe heureusement pas une seconde sans que l’on dépense des millions de mégawatts pour faire tourner des serveurs enregistrant scrupuleusement chacun de ces événements : la population civile se charge d’en parler sur les réseaux sociaux ; les gouvernements se chargent d’archiver tout ça à des fins de surveillance de masse ; et tout ça finit dans un data center au Texas, au cas où cela puisse servir, demain, à identifier la dernière recrue de l’État islamique.

Évidemment, le stratégie ci-dessus ne fonctionne pas, ou plus exactement, on se retrouve avec 99,99% de faux positifs – vous avez déjà essayé de cueillir des fraises avec une moissonneuse-batteuse ? – et une tonne de gens à surveiller sans les personnels nécessaires pour le faire : compter au moins 12 agents pour chaque suspect. C’est peut-être le prix à payer quand on finance mieux la recherche contre la chute des cheveux que celles sur le wahhabisme et le nettoyage ethnique.

Pour connaître la suite, allez écouter ou lire Wassim Nasr, Abou Djaffar, François Burgat, Pierre Conesa, Scott Atran, Henri Laurens, Gabriel Martinez-Gros, Pierre-Jean Luizard, David Thomson, Romain Caillet, Michel Goya, Yves Trotignon, et j’en oublie quelques-uns. Parmi ces spécialistes, qui n’ont pas les mêmes expertises et qui ne disent pas nécessairement les mêmes choses, pas un seul ne donne moins de dix ans d’existence à la conjoncture actuelle, et les plus réalistes parlent d’au moins une génération (25 ans) pour changer les choses ne serait-ce qu’à la marge.

Si je devais ne recommander qu’une seule intervention sur le sujet du djhadisme et des années à venir, ce serait celle-ci :

Pendant ce temps…

Pendant ce temps, aux États-Unis, de jeunes suprémacistes raciaux se font jeter des fleurs par d’influents tarés richissimes à côté desquels Néron passe pour un prix Nobel de la Paix. Les esprits les plus optimistes calent un peu pour expliquer que le pays s’en remettra, les plus lucides ayant compris que tout va y passer, et qu’il faut bien avouer que les États-Unis ont élu un autocrate5.

Hail Jesus Donald! Et si vous n’avez toujours pas lu l’histoire de Tony Schwartz, le ghostwriter de The Art of the Deal, écoutez-le, ça vaut le détour (de même que David Cay Johnston, The Making of Donald Trump) :

En 2017, on pourra donc entendre Donald J. Trump réfléchir à haute voix à qui pourrait bientôt siéger à la Cour Suprême des États-Unis, une institution qui devrait être l’antithèse de son style de pouvoir. Néanmoins, et je l’ai déjà écrit mais le répète, c’est au niveau des relations internationales que portent mes principales inquiétudes.

Sur ce point, plusieurs passages de cette interview de Noam Chomsky m’ont paru tout à fait pertinents :

Pendant ce temps, aux Philippines, le président applique sa propre théorie des jeux (pace Thomas Schelling, décédé récemment, et on lui doit beaucoup) en signalant une menace crédible à l’ensemble de sa population. C’est à croire que sa stratégie ultime est un scenario où il survivra à une tentative d’assassinat et deviendra un demi-dieu protégé par les astres, le peuple, et par sa volonté de noyer le trafic de drogue dans un fleuve de sang. Duterte est loin d’être le seul dans ce genre, mais comme les médias l’ont remarqué, c’est le plus spectaculaire.

Pendant ce temps, en France, un ministre de l’Intérieur spécialiste des non-failles des services de renseignement6 se voit confié la mission d’étendre son immense discernement opérationnel à l’ensemble de l’action gouvernementale.

Du coup, en 2017, on verra François Hollande quitter l’Élysée (à scooter peut-être), et un immense mouvement de liesse populaireimmense, le mouvement, au moins un votant de la primaire sur mille – célébrer, place de la République, son remplacement par Arnaud Montebourg (pitié), Manuel Valls (oh bonne mère), François Fillon (achevez-moi) ou Marine Le Pen (Belgium, here I come!)—ou Jean-Luc Mélenchon (pfff), ou Vincent Peillon (lolilol), ou… La liste elle-même est triste7.

Pendant ce temps, en Grande-Bretagne… Non, ce serait trop déprimant. Je vous fais confiance pour compléter le tableau par vous-même. Mes billets sur le Brexit sont , , , et , et je n’ai pas assez travaillé le sujet au niveau juridique pour mieux comprendre ce qui peut se passer désormais.

En 2017, on devrait donc aussi entendre Theresa May faire quelques annonces sur la remilitarisation de la frontière entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord, même si en réalité, dans mes bons jours, je fais plutôt confiance aux juristes britanniques pour trouver une solution au problème, qui reste ultra-épineux8.

Le Royaume-Uni n’avait vraiment rien d’autre à faire que de se placer dans ce merdier.

Que retiendra-t-on de tout ça ?

Sur le long terme, peut-être pas grand chose : si le prochain président de la République persiste à ne remplacer qu’un historien sur deux, on devrait même arriver un jour à se débarrasser complètement d’eux et des autres parasites fonctionnaires qui empêchent nos finances publiques de faire contrepoids à l’évasion fiscale des hauts revenus9.

Heureusement, Patrick Buisson, Lorànt Deutsch et l’algorithme de Facebook Actualités seront encore là.

Pour terminer désormais, cette carte-tract, aperçue sur un blog de cartographe, et qui synthétise presque à elle seule la somme des absurdités de cette année :

brexit-scare-map

Champagne (aux sulfates, et bientôt aux neutrons) !

Et bonne année quand même.

  1. Je cite les chiffres de mémoire. Je me souviens aussi avoir lu que 40% des jeunes grecs avaient travaillé au noir cette année. Une amie qui vient d’y passer quelques mois m’apprend que les salaires des musiciens ont été divisés par trois. []
  2. On me répliquera que la lire turque a toujours été une monnaie de singe. Je n’en sais rien. []
  3. Même pas besoin de revenir dix ans en arrière : écoutez cette émission de 2011. Quatre ans plus tard à peine, les choses avaient déjà pris une autre, triste tournure []
  4. La sollicitude des politiques municipaux nous expliquant, à l’été 2015, qu’il n’y avait « pas de places pour les loger », et ce dans une région où au moins 10% du patrimoine immobilier habitable détenu par les collectivités locales est inoccupé, a achevé de me retrancher du corps électoral « sympathisant » de la gauche de gouvernement. []
  5. Le désastre qui s’annonce est compliqué, mais permettez-moi juste une prédiction : dans les deux années qui arrivent, le président des États-Unis d’Amérique sera publiquement à l’origine de l’assassinat ciblé d’un citoyen américain à l’intérieur de ses frontières, via Twitter ou autre medium lui permettant de communiquer avec la frange psychopathe de la population des États-Unis. Et le pire, m’apprend un ami, est que cela ne suffirait même pas à déclencher l’Amendement 25. Au passage, mes billets sur Trump : 1, 2, 3, 4, 5 et 6. []
  6. Tout va bien, on vous dit. Les connaisseurs du système n’y trouvent rien à redire. Du tout. Et oui, il y a une différence entre « un système faillible » et « une suite de décisions déplorables doublées de déclarations tentant de redresser la barre par l’absurde ». Et je préfère ne pas m’étendre sur les talents stratégiques de toute une équipe gouvernementale qui n’a pas compris que la déchéance de nationalité leur coûterait le vote des enfants d’immigrés : c’est du même niveau que d’avoir envoyé un projet de loi imposant les individus plutôt que les foyers fiscaux au Conseil constitutionnel (même si je retiens l’hypothèse du sabotage pour expliquer le second cas, et la bêtise crasse dans le premier). Au passage, il n’y pas de failles non plus en Allemagne, le même pays qui a connu l’un des événements les plus étranges des dernières années. []
  7. Les candidats sont non équiprobables : je mets les chances de victoire du Front national dans une élection présidentielle à deux tours à 0.01. []
  8. En bref : l’indemnisation des victimes des Troubles (les années noires des bombes de l’IRA qui explosaient dans les pubs) passe, si j’ai bien compris, par un accord communautaire ; conséquemment, si le Royaume-Uni sort de l’Union européenne, il faudra trouver un arrangement bilatéral alternatif entre Anglais et Irlandais, ce qui peut facilement virer au fiasco. Deuxième problème, s’il faut remilitariser la frontière, il n’y a pas de régiment nord-irlandais dans l’armée britannique ; conséquence, il faudra déployer des Anglais (ou des Écossais) le long de la frontière, ce qui devrait beaucoup plaire aux ex-factions armées irlandaises dont on on sait pas vraiment si elles ont rendu toutes leurs armes (l’UDA en particulier). Solution possible : un « Brexit » qui ferait directement passer le pays de l’UE à l’EEA (c’est compliqué), avec pré-signature d’un « GFA » version 2.0. []
  9. Au fait, vous avez suivi le procès Cahuzac ? []