Magnette, un politiste au pouvoir (en Wallonie)

Ce billet est une accolade appuyée à Paul Magnette, politiste et dirigeant belge socialiste du gouvernement de Wallonie. Pour le contexte de l’accolade, voyez ci-dessous :

Et en français, voir aussi ce papier de Gaël Brustier dans Le Figaro (faîtes une exception) : « Mais qui est Paul Magnette, l’homme qui dit non au CETA ? » – et pour les abonnés du même canard, il y a aussi un article de Natacha Polony sur le sujet.

Si vous avez été étudiant à Sciences Po, en particulier dans la première moitié des années 2000, il est à peu près certain que vous avez « lu du Magnette » ; son ouvrage Le régime politique de l’Union européenne, en particulier, est une référence que l’on continue de donner aux étudiants, et sa bibliographie contient plein d’autres lectures recommandées pour comprendre ce que sait Magnette de l’Europe.

J’entends régulièrement parler de Paul Magnette parce que j’écoute la RTBF La Première à mes heures lilloises. Il y a quelques semaines, on parlait déjà beaucoup de lui au sujet de la fermeture d’une usine (Caterpillar) dans sa région.

Mais au fait… il y un parlement en Wallonie ?

… Mais au fait, soyons honnête, et profitons de l’occasion pour nous instruire un peu : qui connaît le fonctionnement du gouvernement belge, qui permet à une région de poser un veto sur un traité commercial international ? Quelques repères ci-dessous.

La Wallonie, ou Région wallonne, est une région francophone et germanophone mitoyenne du Nord de la France, du Luxembourg et de l’Allemagne (et d’un petit bout des Pays-Bas), et qui couvre, grosso modo, la moitié sud de la Belgique, où vit un petit tiers de la population belge.

La Wallonie – dont j’ai toujours souhaité qu’en cas d’éclatement du Royaume de Belgique, on puisse l’intégrer à la France, et en profiter pour revendre PACA aux oligarques russes, mais c’est une autre histoire – n’est dotée d’un gouvernement que depuis 1980. Son parlement est, techniquement, un parlement national, avec des pouvoirs qui rappellent ceux des chambres parlementaires des autres États-membres de l’Union européenne—et notamment celui de ratifier des traités internationaux.

En ce qui concerne l’exécutif wallon, dont est issu un ancien premier ministre belge récent, sa couleur politique a presque toujours été socialiste depuis 1980 (mais les modes de scrutin belges créent systématiquement des coalitions gouvernementales plutôt que des gouvernements monochromes). La situation est très différente en Région flamande, historiquement dominée par les chrétiens-démocrates, et actuellement gouvernée par une coalition dirigée par les nationalistes flamands.

Et le CETA dans tout ça ?

Soyons honnête à nouveau : jusqu’à récemment, je connaissais l’existence du CETA sans avoir la moindre idée de son contenu (sauf pour le volet sur la propriété intellectuelle) ou de la possibilité d’un veto du traité par la Wallonie. Mais Dani Rodrik a commencé à bloguer sur le sujet, et vu qu’il a l’air lancé pour monter en généralité sur le sujet de la signatures des traités commerciaux internationaux, je conseille de suivre son blog.

L’un des arguments que l’on retrouve chez Rodrik, mais aussi ailleurs, est que le CETA paie les frais de l’opacité des procédures dans lesquelles ces traités sont conçus—mais les arguments de Magnette vont bien au-delà, et touchent au « modèle social européen » dans son ensemble.

Feuilletons « Trump » et « Brexit » : deux documents

  • Ce sondage sur le respect d’un critère procédural de la démocratie représentative : admettre la défaite face à l’adversaire, Donald Trump ayant refusé de reconnaître, ce qui n’est d’habitude qu’une formalité, qu’il reconnaitrait sa défaite. À vrai dire, je suis surpris que si peu de sondés – donc placés dans une situation déclarative – ne prévoient pas de prendre les armes dans la situation inverse…

    surveymonkey-poll

    L’élection présidentielle américaine de 2016 est tellement, comment dire, absurde, qu’on est même en droit de se demander ce qui se passerait si Trump perdait et refusait le résultat : y aurait-il vraiment des groupes qui se constitueraient pour épuiser tous les moyens, légaux ou non, pour contester l’élection ? Y aurait-il vraiment des groupes prêts à prendre les armes pour renverser un gouvernement jugé illégitime, comme cela se produit régulièrement ailleurs ?

    La question paraît, à juste titre, absurde—mais que penser des groupes de vigilantes sillonnant sur la frontière sud du pays, qui se situent déjà aux lisières de la loi ? Quant aux gouverneurs des États fédérés, se laisseraient-ils gouverner, justement, par un président dont beaucoup d’entre eux (et pas seulement les démocrates, au sens partisan du terme) auraient intérêt à se désolidariser de la manière la plus ferme possible ? Même question, enfin, pour les circuits judiciaires, qui ne se prononcent pas sur les élections, mais qui, en cas de victoire de Trump, auraient très certainement un comportement plus discret mais tout aussi intéressant.

    À ceux qui répondraient que Trump pourrait utiliser les ressources du gouvernement fédéral contre lui-même, pour punir les récalcitrants à son arrivée au pouvoir, détrompez-vous : Trump n’a aucun relais dans l’administration, et comme il n’aura aucune succession politique même s’il devient président, aucun calcul de moyen-terme ne fonctionnera à son avantage. Il aura, de plus, toutes les ressources du « Speaker of the House« , Paul Ryan, contre lui1, et très certainement autant de « faux alliés » dans ses rangs, en service commandé pour saboter son gouvernement, que de vrais opportunistes prêts à faire ou dire n’importe quoi pour lui—Rudolph Giuliani étant, à ce titre, l’équivalent américain ponctuel de Brice Hortefeux sous Nicolas Sarkozy.

    En attendant, les minauderies de Trump, qui comme tant de choses à son sujet ne semblent avoir aucun fondement rationnel, m’ont néanmoins rappelé cette citation, beaucoup plus intelligente et subtile, de Robert Dahl, que j’aime bien poser en sujet de khôlle : « In a rough sense, the essence of all competitive politics is bribery of the electorate by politicians« …

  • Ce témoignage, aussi long qu’intéressant, sur le Brexit, vu par David Korski, l’architecte de la campagne des premiers perdants (l’équipe primo-ministérielle de David Cameron). Les « spads » se confient plus rapidement aux médias que les hauts fonctionnaires, qui attendent plutôt leurs vieux jours pour publier leurs mémoires. Le texte est trop dense pour que je lui fasse justice en une ligne : lecture intégrale très conseillée.

    politico-brexit

    L’un des aspects les plus intéressants du texte me semble être ce que l’auteur choisit de n’écrire qu’en filigrane : en promettant le referendum pour des raisons de compétition partisane, David Cameron a pris un risque énorme sans anticiper, car c’était naturellement impossible, que le parti d’opposition serait atone (car prisonnier de ses propres logiques compétitives) au moment du vote. En gros, Cameron s’est tiré dans le pied en pensant pouvoir marcher avec l’autre, et a eu tort.

    Theresa May doit désormais gouverner avec cette balle dans le pied que sont les ministres Brexiters, et qui se sont très vite révélés aussi peu fidèles aux règles du Cabinet government qu’ils furent honnêtes avec l’électorat durant la campagne référendaire2. Étant donné que May a la possibilité de virer tous ses ministres, il est tout à fait raisonnable d’imaginer une normalisation à court terme de la situation actuelle, qui n’est que la continuation logique de ce que la campagne a démontré, et qui laisse envisager le désastre qu’aurait été un gouvernement « Boris« .

    En mettant les deux principaux partis britanniques à genoux3, le Brexit m’a rappelé une autre citation, d’H.L. Mencken, que j’aime bien aussi poser en sujet de khôlle : « Democracy is the theory that the common people know what they want, and deserve to get it good and hard« …

  1. Comme le rappelle régulièrement David Cay Johnston. Johnston, par ailleurs, prédit qu’en cas d’élection, Trump devra faire face à un refus général d’obéir dans l’état-major, et qu’il tentera d’appliquer des vengeances personnelles au moyen de l’administration. Je crois que la première prédiction est correcte, et que la seconde sera tellement sabotée de l’intérieur qu’elle n’aura quasiment aucune conséquence. []
  2. Rappelons que les « Brexiters » ont fait mine d’avoir une équipe primo-ministérielle, la « Bogo » de Johnson et Gove, capable de gouverner en cas de victoire. La suite a montré qu’il n’en était rien. []
  3. Tout en sachant que ces deux partis avaient d’autres problèmes avant le Brexit : concrètement, le SNP a fait exploser le two-party system à la fin des années 1990, et Westminster ne s’en pas encore vraiment remis. []

La macroéconomie est un sport de combat

Mise à jour, 16 février 2017 : Olivier Godechot a publié une très bonne recension, calme et mesurée, de l’un des ouvrages cités dans ce billet.

Mise à jour, 23 novembre 2016 : Denis Colombi vient de publier un billet de blog sur le sujet abordé ci-dessous ; à déguster.

Paul Romer, Chief Economist à la Banque mondiale depuis peu et l’un des économistes régulièrement pressentis pour décrocher un jour le prix quasi-Nobel d’Économie pour sa théorie de la croissance endogène et pour ses travaux sur le changement technologique1, a récemment publié ce papier, qui est un délicieux jeu de massacres :

romer-1

romer-2

romer-3

Ce n’est pas la première fois que Romer prend la macro-économie à parti : son papier « “Mathiness in the Theory of Economic Growth” » était déjà une manière pour lui d’engueuler une bonne partie des macroéconomistes, en leur demandant de se mettre d’accord sur les fondamentaux, et de prendre les mesures nécessaires en cas de défaite dans l’affrontement qu’il appelle de ses voeux entre les différentes théories macroéconomiques qu’il juge incommensurables.

J’avoue que j’adore aller regarder les matches de boxe chez les économistes, parce qu’il y a vraiment du spectacle : les matches se jouent souvent sans les gants, et ça cogne fort, à coup de « ma science versus ta pseudo-science« . Les victoires se gagnent rarement par K.O., mais l’intention y est.

Un extrait supplémentaire du papier de Romer pour l’exemple :

romer-4

Et si vous n’avez pas le temps d’aller lire Romer, Noah Smith a résumé l’essentiel.

Un match de boxe économique française

cahuc-zylberberg Deux économistes français, Pierre Cahuc et André Zylberberg, ont récemment lancé leur propre match de boxe, en parlant de « négationnisme économique » (rien que ça) pour désigner l’économie qui échappe à leur définition de l’économie scientifique mais qui se vend néanmoins très bien dans différents segments des médias.

Je n’ai pas lu l’ouvrage, mais le compte-rendu de Stéphane Ménia chez Éconoclaste confirme que les auteurs n’y vont pas de main morte, et qu’on est bien dans un combat que les auteurs espèrent voir se finir au tapis.

Les économistes donnent souvent l’impression d’être très sûrs de gagner le match quand ils montent sur le ring, ce qui rend le match encore plus amusant quand ils se plantent : Cahuc et Zylberberg, par exemple, semblent manier l’épistémologie avec la subtilité d’un étudiant de première année de Licence, et ne semblent pas avoir pris le temps de répliquer les papiers qu’ils citent pour défendre leurs positions2.

Ce match a l’air moins intéressant que Romer v. Macroeconomics : Cahuc et Zylberberg se retrouvent déjà en difficulté au deuxième round, leur contre-attaque au troisième round m’a semblé bien faible, et effectivement, Alexandre Delaigue, l’autre Éconoclaste, n’a au aucun mal à taper fort là où ça fait mal.

Bref, le match est en train de tourner court pour ses instigateurs, et j’avoue que je n’ai même pas réussi à comprendre s’il s’agissait d’un match de « macro » ou de « micro ».

Depuis que j’ai rédigé la première version de ce billet, le match est devenu une sorte de grosse mêlée, avec réactions de toutes parts : André Orléan et l’AFEP (les premiers visés), mais aussi tout ce que la France comptent d’économistes avec une boîte email, s’y sont invités, et le tout ressemble désormais à un match de boxe de rue.

Passons, et revenons-en, comme l’a fait Béatrice Cherrier dans un billet bien mieux documenté et structuré que le mien, à Romer v. Macroeconomics.

Mon match de macroéconomie favori

Romer v. Macroeconomics s’annonce divertissant, mais si vous avez le temps d’aller assister à un match de boxe macroéconomique qui dure depuis plusieurs années et qui n’est pas prêt de se terminer, je recommande celui sur le DSGE et sa modélisation :

Et la nature modélisée du raisonnement économique garantit d’autres beaux matches à l’avenir, en fonction du degré d’abstraction (et donc d’évasion de la réalité) que la discipline est disposée à admettre.

Dernières petites choses

Le truc le plus intéressant cité dans ce billet reste le papier de Romer. Si vous êtes plus curieux de savoir ce qu’il prévoit de faire à la Banque mondiale, allez voir cette conférence.

Le papier de Romer est aussi intéressant pour ce qu’il a à dire du raisonnement bayésien appliqué aux problèmes d’identification dans les modèles économiques (Section 5.3, pages 13-14), et j’ai aussi beaucoup aimé son billet de blog sur « Abstraction vs. Radical Specificity« .

rodrik Outre Romer, les autres économistes américains que j’aime bien lire de temps à autre incluent ceux cités dans ma liste « DSGE » plus haut, ainsi que Dani Rodrik, qui vient justement de sortir un ouvrage de self-defense économique assez recommandable, car très lisible et en même temps très complet : on y retrouve les métaphores et les modèles essentiels de l’économie, dans une forme plus comestible que dans un manuel d’économie classique à la Mankiw.

  1. Voir les prédictions d’Alexandre Delaigue, du blog Éconoclaste, en 2005, 2006, 2008, et 2015. []
  2. Dixit un collègue qui a tenté de répliquer le papier sur l’effet des 35 heures : apparemment, ça ne réplique pas ; voir aussi ce billet de Thomas Coutrot, qui a eu presque la même idée de titre que moi. []

Joël sort son bouquin sur le Front National !

Et hop, bientôt dans les bacs :

joel-bouquin-couv

À l’heure où j’écris ce billet, le livre n’est pas encore catalogué sur le site des Éditions Eyrolles, mais cela ne saurait trop tarder est dans les bacs de sa maison d’édition !

Une soirée de lancement a lieu ce soir à la Fondation Jean-Jaurès, où Joël officie en tant que membre de l’Observatoire des radicalités politiques :

joel-fjj

Je suis naturellement tout content pour mon estimé co-blogueur, et ce sera l’occasion pour moi de lire (et si tout se passe bien, de chroniquer ici) un bouquin complet sur le Front national, ce que je n’ai pas fait depuis très, très longtemps.

Sur le même sujet, comme on dit, deux articles récents de la revue Projet dans un petit dossier « spécial FN » :

Mise à jour : et il y a même une vidéo très éclairante !

Rentrée universitaire. 2. Faut-il faire débattre les étudiants ?

Ce billet est le deuxième d’une série rédigée à l’occasion de cette rentrée universitaire. Les épisodes n’ont pas grande chose à voir entre eux. Suite et fin dans deux semaines.

Le blog Crooked Timber a récemment publié deux billets d’Harry Brighouse qui m’ont intéressé au plus haut point :

  1. Making a classroom discussion an actual discussion
  2. Why have classroom discussions anyway?

Ces billets m’ont évoqué des conversations que j’ai eues à la rentrée avec deux collègues.

Le premier d’entre eux, un collègue allemand ayant enseigné à l’étranger, voulait que son cours magistral, dont j’assure les travaux dirigés, soit « interactif », et contienne par conséquent des moments de débat dans la salle. Le collègue a tenté l’expérience au premier cours, et a tout de suite abandonné : à la moindre question, les étudiants de son amphi se mettaient à bavarder de tout et n’importe quoi entre eux, sans payer la moindre attention aux quelques étudiants dévoués qui faisaient l’effort de prendre la parole devant tous les autres pour tenter répondre à la question posée.

Le second collègue assure quelques travaux dirigés d’introduction à la science politique dans mon département. Notre conversation portait sur l’organisation de ces travaux dirigés : quelle part y laisser au travail en petits groupes, et comment maintenir la « pression » sur les groupes pour que les séances de travail ne se transforment pas en cour de récréation ? Notre conversation était pleine de métaphores et d’observations non contrôlées sur l’attention span des étudiants. J’en ai retenu que les étudiants sont des chats, et que la Corée du Nord n’est pas un modèle d’enseignement intéressant.

Plus sérieusement, la recherche de la « formule pédagogique » la plus appropriée au travail collectif m’occupe plusieurs heures à chaque rentrée universitaire. J’ai testé des dizaines de formules, et je continue à en tester d’autres à chaque rentrée car aucune ne me satisfait pleinement.

Je souhaite toutefois partager deux convictions solidement ancrées dans mon imaginaire pédagogique.

Les cours magistraux ne servent (presque) à rien

La première de ces convictions est que la formule du cours magistral donné en « amphi » ne sert quasiment à rien.

Le « rien » de mon jugement fait référence à ce que disent tous les enseignants de cours magistraux après avoir corrigé les copies de leur examen final. Les étudiants ne retiennent généralement pas grand chose d’un cours magistral—et s’empressent ensuite de l’oublier. En plus de ça, « tenir un amphi » est un sport fatigant qui n’exerce aucun muscle intéressant1.

Le « quasiment » fait référence à toutes les raisons pour lesquelles ces cours continuent d’exister. Le « CM » remplit les services horaires des enseignants, les maquettes pédagogiques des formations, et les heures de présence des étudiants ; et la formule pédagogique est tellement habituelle qu’elle est attendue de tous, et facile à mettre en place.

Reste que le cours magistral est une formule pédagogique ultra-sous-optimale. Aucun collègue n’hésite à le penser tout haut en petit comité (ou au moins dans leur for intérieur), et les étudiants qui « sèchent » leurs amphis ont toutes sortes de raisons pour le faire, et elles ne sont pas toujours toutes mauvaises.

Toutes ces raisons, toutefois, s’annulent partiellement les unes les autres, et le mythe que le cours magistral procure une sorte de « base commune » à tous les étudiants reste vivace. Rien n’est plus faux, dans la mesure où il faut un très solide capital étudiant pour tirer quelque profit que ce soit d’un cours magistral, et que l’amphi ne fait que renforcer la distribution inégale de ce capital ; mais le mythe persiste.

De mon point de vue, il ne faut retenir, dans le cadre de cette conversation, qu’une seule dimension du cours magistral : celui-ci proscrit, par design, la conversation entre les étudiants. Dans un amphi, la règle est que l’enseignant s’adresse aux étudiants, et exceptionnellement, l’inverse.

Or, comme l’explique très bien Harry Brighouse, le schéma dans lequel les étudiants apprennent le mieux ce que nous souhaitons leur faire apprendre est précisément ce schéma proscrit : celui où un étudiant explique à un autre de quoi il en retourne. Ce qui m’amène à poser ce problème dans les travaux dirigés.

Les travaux dirigés doivent servir à faire dialoguer les étudiants

Ma conviction est que les travaux dirigés ne sont utiles aux étudiants que lorsque l’on respecte leur intitulé : l’enseignant dirige, les étudiants travaillent. Faîtes le bilan : sur deux heures de « TD », combien de temps passez-vous vraiment, en tant qu’enseignant, à travailler, pendant que les étudiants écoutent ?

De ce point de vue, la formule de la « conférence de méthode » en vigueur à Sciences Po (Grenoble) quand j’y étais étudiant était très bien : l’enseignant y « travaillait » au maximum une demi-heure, et le reste du temps était occupé par des exposés—des étudiants expliquant à d’autres étudiants de quoi parlaient les textes listés dans le plan du cours.

De toutes les formules pédagogiques que j’ai testées, c’est celle que je trouve la plus robuste, en particulier lorsque les exposés portent sur des textes pré-sélectionnés, pour éviter les exposés complètement hors-sujet ou très mal documentés. e reste ensuite qu’à corriger (généralement à la marge) la présentation des textes, et à s’assurer qu’il y ait un minimum de questions sur la présentation, de la ré-explication de certains points au débat plus libre sur les sujets évoqués.

  1. Sauf peut-être celui de la mémorisation et de l’écriture forcées au moment de l’épreuve finale. Avouez que c’est bien maigre pour 36 heures, voire plus, d’enseignement. []

Édition spéciale « process-tracing »

Un récent numéro spécial de New Political Economy, que j’ai repéré grâce à une note de bas-de-page de Jean Leca (page 315) au coeur de l’été, est entièrement consacré au process-tracing, que j’avais déjà évoqué une fois en passant :

npe-process-tracing

La revue n’est pas celle où l’on s’attendrait le plus à voir une discussion de la notion de process-tracing, que l’on a plutôt croisée dans des revues comme Comparative Political Studies ou des revues centrées sur les méthodes de recherche, mais New Political Economy présente l’avantage de permettre des « réponses invitées » à ses articles, ce qui fait que le numéro spécial contient aussi une série de textes assez courts commentant les textes plus longs sur lesquels il s’ouvre.

Le process-tracing, c’est un peu le moment passeronnien des méthodes de recherche qualitatives dans le champ des sciences sociales américaines, et en particulier de la science politique, où toute une série de réflexions sur la causalité, la temporalité et la complémentarité des approches « quali-quanti »1 a suivi la publication de « KKV« , l’ouvrage que tous les postgrads ont avalé durant leur formation au research design.

L’utilisation de la notion de process-tracing au sens de « méthode d’identification des mécanismes causaux » est assez ancienne (fin des années 1970, avec des racines en psychologie cognitive), mais sa popularité actuelle s’explique surtout par la publication du manuel de méthodologie des études de cas de George et Bennett, Case Studies and Theory Development in the Social Sciences, paru en 2005, et sur lequel plusieurs chercheurs très lus dans les cercles de recherche qualitatifs/comparatifs, tels que Peter Hall2, David Collier ou Gary Goertz, ont ensuite rebondi, avec la volonté de creuser la notion pour en extraire une armature épistémologique solide, qui puisse faire la démonstration de la nature rigoureuse des outils qualitatifs les plus communément employés (étude de cas, analyse comparée, recherche historique).

Quelques conseils de lecture

On trouve désormais une bonne dizaine de manuels consacrés au process-tracing, dont plusieurs sont cités dans l’article de Jean Leca évoqué en tête de billet3. Pour ma part, si je ne devais recommander qu’un nombre limité de textes sur le process-tracing, je choisirais les textes suivants :

  1. Cet article de Peter Hall, déjà cité, pour un bref aperçu de la notion et des conseils pratiques sur comment s’y mettre,
  2. Ce chapitre de James Caporaso, qui pose les bases générales de la réflexion sur le process-tracing et la division « quali-quanti »,
  3. Cet article de James Mahoney dans le numéro spécial de New Political Economy, qui connecte le process-tracing et la réflexion sur le raisonnement bayésien,
  4. Cet autre article de James Mahoney pour rentrer dans le coeur des enjeux (causalité, explication, logique),
  5. Et l’ouvrage collectif Process Tracing. From Metaphor to Analytic Tool, qui renvoie vers à peu près tout ce qu’on peut lire en supplément.

Cette liste ne mentionne pas les nombreux textes de Derek Beach, Ingo Rohlfing, Tulia Falleti, … qu’il faudrait aussi inclure dans une bibliographie étendue, mais les textes ci-dessus y renvoient régulièrement.

Interlude via Google Ngrams

Ingo Rohlfing a scanné la popularité de l’expression « process-tracing » dans Google Ngram, et sa croissance de popularité semble plus ancienne que ma brève chronologie. Voici son graphique, avec deux repères indiquant la publication de « KKV » (1991) et celle du manuel de George et Bennett (2005) :

pt-1

Le problème, c’est que ce graphique ne tient pas compte du volume variable de publications indexées dans Google Books. Voici un autre graphique qui permet de poser le problème, en comparant « process-tracing » et d’autres expressions beaucoup plus courantes :

pt-2

Si l’on normalise la série « process-tracing » par ces autres séries, le résultat ne dégage pas de chronologie très lisible :

pt-3

pt-4

Je suis très sceptique sur la qualité du corpus de Google Ngram : l’inconclusivité des résultats corrigés ne me surprend donc pas plus que ça.

Le code des graphiques, qui est totalement inintéressant, est quand même en ligne.

Une remarque supplémentaire

Une grande partie des méthodes de recherche que l’on utilise en science politique (je pense par exemple à la grille de lecture néo-institutionnaliste des « 3 i » formulée par Yves Surel et Bruno Palier, et initialement basée sur une synthèse Hall et Taylor) sont des théorisations de la pratique, c’est-à-dire des formalisations post hoc d’une esquisse de méthodologie initialement bricolée au moyen du pool d’outils existants. Il en va de même pour la comparaison pair-à-pair ou les champs d’action stratégique.

Le process-tracing n’échappe pas à cette catégorisation, et c’est tant mieux : ce que les déductivistes les moins tolérants aux approches inductives prennent pour une déficience est en réalité une marque d’honnêteté sur la manière dont s’élaborent les méthodes de recherche, dans toutes les domaines non théorématiques des sciences, sociales ou pas.

  1. Les débats sur les mixed-methods et le développement de la fuzzy-set analysis (ou méthodes « set-théoriques« ) rentrent dans la même catégorie de réflexion. []
  2. De mon point de vue, on peut recommander toutes les publications de Peter A. Hall, qui sont toujours très riches et souvent méthodologiquement passionnantes. []
  3. Voir aussi le workshop de Derek Beach et Ingo Rohlfing aux ECPR Joint Sessions d’Antwerp en 2012. []

Qualifier et quantifier l’activité parlementaire : données, méthodes et pratiques

Olivier Rozenberg et moi-même organisons une section thématique au prochain Congrès de l’Association Française de Science Politique. Voici l’appel à communications, qui se termine dans une semaine :

st38

L’appel existe aussi en anglais, et le reste des détails est à trouver sur le site Internet de la section, qui disparaîtra quand elle aura eu lieu—attendez-vous donc à ce que tous les liens de ce billet finissent en erreur 404 dans quelques temps (mise à jour : finalement, j’ai archivé quelques documents ici, les liens vers l’appel français/anglais ci-dessus continuent donc de fonctionner).

Si vous aimez les parlements et les données, envoyez vite votre proposition de communication !

Remerciements

La diffusion de cet appel à communications m’a donné l’occasion de faire le tour des associations professionnelles et groupes de recherche qui travaillent sur les parlements. Outre l’AFSP et l’ANCMSP, voici la liste des groupes qui ont reçu et diffusé l’appel—avec tous mes remerciements à leurs coordinateurs et organisateurs :

La seule société qui n’ait pas diffusé l’appel est la Société Québécoise de Science Politique, mais bon, on ne va pas se fâcher pour si peu.

Remerciements supplémentaires au blog germanophone « Soziologie der Parlamente » (hébergé sur Hypothèses), qui a relayé l’appel de son côté.

Repérages supplémentaires

La liste ci-dessus n’est pas tout à fait exhaustive : pour la zone francophone, le Groupe de Recherche sur les Parlements et les Parlementaires (GRPP) de l’AFSP aurait été pertinent, mais il est apparemment inactif, de même que l’Association de science politique du Luxembourg, LUXPOL, et que les associations qui ont existé en Tunisie et au Cameroun.

De plus, si l’on souhaitait étendre la liste aux groupes d’histoire parlementaire francophones et anglophones, il faudrait aussi inclure les groupes suivants :

  1. Calenda n’a pas encore diffusé l’appel, mais c’est ma faute, j’envoie toujours trop peu à l’avance… Mise à jour : c’est fait, l’équipe de Calenda a été très rapide—merci beaucoup ! []
  2. Et l’IPSA elle-même, qui a aussi diffusé l’appel de son côté. []
  3. Ce groupe est centré sur un autre sujet, mais je n’ai pas trouvé de groupe « parlements » au sein du CES, et ai pris celui-ci en remplacement. []

Première mouture d’un atelier de culture numérique

Ce semestre, j’ai la chance d’animer un petit cours1 intitulé « Atelier de Culture Numérique ». Ayant plusieurs amis et collègues (mais néanmoins amis) qui enseignent plus ou moins la même chose, voici le plan que j’avais prévu d’enseigner (cliquer sur l’image pour le plan au format PDF) :

acn-v1-1

L’objectif de l’atelier est d’évoquer ce genre de choses :

acn-textes

Mais aussi, vu l’actualité, ce genre de choses :

acn-darknet

Et enfin, d’évoquer tous les aspects méthodologiques et pratiques qui peuvent être utiles à des étudiants qui ont souvent tendance à penser que leur domaine d’études (les sciences humaines et sociales) n’ont « pas besoin » de savoir utiliser l’ordinateur à bon escient, ou à un niveau professionnel d’utilisation, et ce alors même qu’ils se destinent à des professions liées à la communication écrite et orale où l’ordinateur et l’informatique sont omniprésentes.

Notez que l’atelier parle de « culture » numérique, donc quelque chose de moins contraignant en termes d’apprentissage qu’un enseignement de « méthodes » (ou d’outils) informatiques et/ou numériques, bien que mon contenu recoupe souvent celui d’un atelier qui serait plutôt destiné à des étudiants de Master s’il était mené en petits groupes avec une méthode d’examination plus avancée que la mienne.

Version édulcorée

Au final, j’enseigne, ce semestre, une version très édulcorée de mon plan, pour plusieurs raisons :

  • Par manque d’organisation et de temps, je n’ai pu rédiger qu’environ 50% des sections et activités prévues, et je n’ai pas eu le temps de rédiger les 50% restants au cours du semestre. De plus, le cours pèse vraiment léger en crédits ECTS. Du coup, je me contente de slides beaucoup plus limitées mais assez informatives et pas trop moches, donc l’objectif est en partie rempli.
  • Comme prévu, le niveau de culture informatique parmi les étudiants va de 0 (vraiment, zero) à 100 (un étudiant sous Linux), mais le niveau moyen est beaucoup plus faible que prévu : par exemple, la plupart des étudiants ne savent pas afficher les mots de passe sauvegardés dans leur navigateur Internet, et encore moins afficher les extensions installées dans ce même navigateur.
  • Enfin, il faut tenir compte du fait que le cours est délivré en amphi, et qu’il sert avant tout de formation aux outils numériques « de base » pour les étudiants : recherche de textes scientifiques, utilisation des feuilles de style, formatage d’une bibliographie. Du coup, je passe plus de temps que prévu sur ces aspects-là des méthodes numériques, ce qui n’est pas vraiment plus mal.

L’école où j’enseigne pratique le format « atelier » sur les deux premières années de la Licence : en L1, l’atelier (que j’enseigne également) est concentré sur le premier mois des cours, et porte sur les méthode de travail : dissertation, khôlle, etc. En L2, l’atelier « culture numérique » permet de faire quelques rappels utiles de ce que le premier atelier a évoqué. Il n’y a pas encore d’atelier en L3, mais je suppose qu’un atelier orienté « recherche », en vue de la rédaction des mémoires de fin de Licence, serait le bienvenu2.

Vous trouverez, dans les quelques liens qui me servent de « bibliographie » pour l’atelier, un lien vers la Boîte à outils des historiens, qui reste le meilleur exemple que je connaisse d’un enseignement de méthodes numériques à destination d’étudiants en sciences humaines sociales3.

Au passage : la guerre du general-purpose computing est perdue

Dans les liens qui terminent mon plan de cours initial, vous trouverez aussi une conférence de Cory Doctorow, que celui-ci a donnée en plusieurs endroits, et dont le sujet est la guerre de l’industrie informatique contre le general-purpose computing, c’est-à-dire l’utilisation généraliste de l’outil informatique pour faire à peu près tout ce que l’on veut avec.

Force est de constater que la génération actuelle, qui a disposé dès le départ d’outils très pratiques mais aussi fortement bridés par cette industrie (au premier plan desquels les téléphones portables et navigateurs Internet), ne sait plus utiliser un ordinateur en dehors des tâches prévues par les départements de marketing et d’UX des grands groupes industriels.

Si je me fie à ce que j’observe sur mon échantillon d’étudiants, la guerre est perdue. Les esprits facétieux objecteront que cette guerre a commencé il y a bien longtemps, et que le seul front de résistance sérieux dans ce conflit, j’ai nommé les logiciels libres, est toujours actif, et qu’il peut revendiquer de très belles victoires. On peut toutefois perdre la guerre en gagnant plusieurs batailles.

Bref, en images, les ordinateurs au 21e siècle, c’est moins ça :

acn-nerds

Que ce n’est ça (images tirées de mes slides introductives) :

acn-matrix

J’avoue ne pas participer activement au conflit : au quotidien, je tourne sur Mac OS X, avec des logiciels libres et pas libres. J’ai néanmoins arrêté d’upgrader ma version de Mac OS X à 10.9, étant donné que je ne trouve plus rien d’intéressant dans les nouvelles version, à part peut-être le decorum. Sous le capot, l’intégration avancée avec iOS ne m’intéresse pas du tout.

J’ai néanmoins bon espoir de passer, à moyen terme, sous Lubuntu ou Xubuntu ; il me manque quelques logiciels essentiels, mais je ne doute pas qu’ils auront des équivalents Linux dans quelques années. Et je n’ose même pas imaginer à quoi ressembleront les environnements Windows et « macOS » (beurk) dans quelques années…

Un extrait : encart « ergonomie »

Pour terminer, voici quelques slides présentées lors de la toute première séance de l’atelier. J’y parle d’ergonomie (et de nettoyage à la solution hydro-alcoolique), en répétant ce que j’ai trouvé dans cette brochure de santé publique, distribuée aux personnels salariés là où je travaille, mais pas aux étudiants, ce qui est assez dommage.

acn-ergonomie-2

acn-ergonomie-3

acn-ergonomie-4

acn-ergonomie-5

acn-ergonomie-6

acn-ergonomie-7

acn-ergonomie-8

acn-ergonomie-9

acn-ergonomie-10

acn-ergonomie-11

acn-ergonomie-12

  1. 10 heures, dont 2 heures de conférence invitée, réparties tout au cours du semestre, pour un seul et unique crédit ECTS obtenu sur un petit examen final qui sera conduit en amphi. []
  2. Le problème de la L3 étant que plusieurs étudiants sont en échange universitaire à l’étranger au premier semestre, il faudrait imaginer une forme d’enseignement à distance pour eux – challenge intéressant ! []
  3. Et même si vous ne me croirez pas, je ne dis pas ça parce qu’il est animé par des amis et parce que Joël et moi-même y sommes intervenus il y a plusieurs années. []

« … et on va voir si après tu filmeras la police »

Guillaume Vadot est ATER en science politique à Paris 1, militant au NPA, et membre du comité de rédaction du site Révolution Permanente.

Sortant son téléphone portable pour filmer une arrestation manifestement très brutale dans une gare de Saint-Denis, il se retrouve plaqué contre un mur et menacé, entres autres joyeusetés, de viol, par des officiers de la police nationale.

Quelques relais dans la presse nationale :

Les titres de ces articles sont d’excellents cas d’étude de sociologie des médias et de la communication, mais passons.

Je relaie ici la conférence de presse qu’a donné Guillaume Vadot, dans l’espoir que celle-ci soit diffusée le plus largement possible :

J’en profite pour rajouter que j’ai trouvé particulièrement bien choisis les mots de Johanna Siméant, qui intervient brièvement dans cette conférence de presse au titre de directrice de thèse de Guillaume Vadot.

Aparté technique

Généralement, lorsque l’on demande à effacer un fichier sur un média statique, de type disque dur ou carte SD, le système de fichiers se contente de noter que le fichier n’existe plus (ce qui a pour conséquence de le faire sortir des fichiers visibles à l’utilisateur), et qu’à la prochaine occasion où le système aura besoin d’écrire quelque chose sur ce média, il pourra éventuellement le faire dans la zone mémoire qui était occupée par le fichier effacé.

À ce stade, le fichier effacé est encore intégralement présent sur le média, même s’il n’est plus listé comme tel : c’est seulement lorsque l’utilisateur créera de nouveaux fichiers qu’il y aura possibilité que le fichier effacé soit partiellement ou intégralement « recouvert » par ces nouvelles données.

La technique la plus simple pour immédiatement effacer un fichier « pour de vrai » est de demander au système de réécrire n’importe quoi (généralement des zéros) par-dessus la zone mémoire du fichier. Les systèmes sécurisés proposent toujours cette option, qui consiste souvent à réécrire plusieurs fois des zéros pour minimiser le risque de rémanence.

Fort heureusement pour Guillaume Vadot, les systèmes de fichiers des téléphones portables ne sont généralement pas très sécurisés, et les policiers qui l’ont interpelé ne sont visiblement pas des flèches en informatique. L’un de ces policiers lui a toutefois demandé s’il utilisait un « cloud« , c’est-à-dire un système de stockage à distance—ce qui témoigne bien de la volonté expresse de faire disparaître les vidéos filmées au moyen du téléphone.

En réalité, si l’on dispose d’un téléphone capable de filmer et d’une connexion Internet, ce n’est pas un simple « cloud » qu’il faut utiliser dans ce cas, mais une application qui communique avec un « cloud » immédiat et uni-directionnel, c’est-à-dire un « cloud » qui (1) reçoit les données en temps réel, et (2) qui ne permet de les supprimer à distance. De nombreuses applications existent à cet effet.