Rentrée universitaire. 1. L’état d’urgence nuit-il à nos campus ?

Premier épisode d’une série en trois volets.

Des mesures de sécurité en état d’urgence

Nous discutions, hier, avec un collègue (étranger) qui râlait contre les nouvelles mesures de sécurité appliquées par l’établissement où nous enseignons : badges d’accès obligatoires, fouille des sacs, et bientôt, portiques de sécurité.

Comme j’enseigne en établissement confessionnel, je ne peux m’empêcher de voir un lien entre une partie (une partie seulement) de ces mesures et l’assassinat du prêtre Jacques Hamel à Saint-Étienne-du-Rouvray cet été1.

Pour commencer à répondre à mon collègue, je lui ai dressé mon bilan personnel de ces différentes mesures, qui tient en trois points :

  1. Il y a quelques années, j’ai résidé à l’étranger, en Grande-Bretagne ; du coup, j’ai passé pas mal de temps dans les aéroports, qui sont des cibles privilégiées du terrorisme depuis de nombreuses années.

    Je me souviens d’un « examen aléatoire » des chaussures à Heathrow où tous les passagers sans exception étaient requis de se présenter en chaussettes. Pourquoi, dans ce cas, parler de contrôle « aléatoire » ?

    Et je me souviens aussi de ces contrôles renforcés au Terminal 5 du même aéroport, où le contrôle allait jusqu’à inclure un swipe peu précautionneux des claviers d’ordinateur pour y détecter des traces d’explosifs.

    Je pense que ces contrôles ont toujours l’air un peu absurdes quand on n’en a pas l’habitude, cette sensation étant renforcée par les tentatives souvent maladroites de justification qui les accompagnent.

  2. Depuis plusieurs années, je vis entre plusieurs villes, ce qui fait que je connais très bien l’univers des gares TGV françaises (univers fascinant au demeurant, mais c’est une autre histoire).

    On croise, dans les gares françaises mais aussi étrangères, plus de militaires et de fusils-mitrailleurs que si l’on déambule ailleurs. En conséquence, j’ai l’impression d’avoir vu beaucoup plus de FAMAS que beaucoup d’autres résidents français.

    J’en tire une seule observation : on s’y fait. Peut-être est-ce terrible, mais l’habituation est indéniable, et riche d’enseignements sur la vie dans les régimes autoritaires où la police et/ou l’armée sont omniprésentes2.

    Je rajoute que je n’ai jamais vu un seul militaire faire usage de son arme, ou même de la violence, devant moi—de toute ma vie. Il en va différemment de la police, que j’ai déjà vue « à l’oeuvre » en France. Les sentiments de confiance et d’inquiétude qui vont avec s’en trouvent nécessairement affectés.

  3. Je vais rajouter, pour terminer, mon expérience d’enseignant dans un établissement qui pratique très souvent, et ce depuis plusieurs années, les contrôles de sécurité, généralement lors de la venue de personnalités politiques, mais depuis l’état d’urgence, de manière continue.

    Dans cet établissement comme dans celui où j’enseigne de manière permanente, il a fallu s’habituer à systématiquement montrer patte blanche—et là aussi, on s’y fait, d’autant que l’on avait déjà pris l’habitude de le faire ponctuellement. L’effet d’habituation est crucial.

    Et ma propre expérience de la sécurité à l’entrée dans certains établissements est, en réalité, beaucoup moins aiguë que celle de certains de mes amis qui travaillent dans des établissements médicaux, par exemple. Toute une frange de la population connaît les contrôles et les portiques de sécurité depuis longtemps—sans même parler de ce que l’on trouve à l’étranger, par exemple dans certains établissements scolaires des États-Unis.

Pour les différentes raisons évoquées ci-dessus, mon sentiment est que les mesures de contrôle imposées aujourd’hui dans le cadre de l’état d’urgence (et avant ça, dans le contexte de la lutte contre le terrorisme) nous paraîtront toujours un peu absurdes—mais que nous allons nous y faire.

Cette prédiction a un côté très inquiétant : ces mesures sont, en réalité, partiellement absurdes, mais nous allons nous résigner à leur absurdité partielle.

Pourquoi partiellement absurdes ? Parce que le contrôle systématique des sacs est un jeu de détection frustrant qui n’éliminera jamais totalement la possibilité de faux négatifs. Parce que certains accès sont très surveillés alors que d’autres ne le sont pas du tout.

Parce que regrouper les visiteurs de la Cité des Sciences et de l’Industrie à l’entrée sous la forme d’une foule compacte, bordée d’un côté par une grande esplanade vide et de l’autre par deux vigiles aussi lymphatiques que non armés, est nécessairement absurde, voire contre-productif.

… Mais nous allons nous y faire, et nous avons une bonne dizaine d’années de cette atmosphère devant nous.

La question me semble être : lorsqu’un endroit protégé par ces différentes mesures sera attaqué (ce qui, à moyen terme, est inévitable) et qu’il y a aura des victimes, penserons-nous que « tout a été fait » pour éviter le drame ? Quelle attitude aurons-nous lorsqu’il faudra désigner les responsables : dédouanerons-nous les « protecteurs » du lieu ?

Tout, dans la littérature scientifique, semble indiquer que nos biais de jugement nous placent dans une situation piégée : non seulement notre réaction aux mesures de sécurité actuelles est biaisée de manière négative, mais rien ne laisse penser que ces mesures nous protègent des réactions scandalisées qui s’exprimeront dans le cas de leur mise en échec.

Des conséquences de ces mesures sur l’enseignement

La longue digression ci-dessus doit à présent céder la place à l’observation que j’ai trouvé la plus intéressante dans les remarques de mon collègue : que font les mesures de sécurité de l’état d’urgence à l’enseignement que nous délivrons ?

Car nos campus ne sont-ils pas censés, jusque dans leur architecture, être des symboles de l’ouverture au monde et aux autres, et de la liberté en général ?

Je ne peux m’empêcher de penser, ici, au campus historique de Paris 8, celui de l’Université de Vincennes, qui jusque dans son éloignement spatial, représentait cette liberté d’aller penser et débattre dans un lieu quelque peu retiré de la camisole sociale et urbaine, mais la même idée se retrouve dans les campus anglo-américains.

Poussons le raisonnement à l’extrême : nos campus, et nos cours, étaient déjà fermés (interdits d’accès, aussi bien matériellement que symboliquement) à de larges pans de la société ; par ces nouvelles mesures de filtrage et de contrôle, l’état d’urgence ne renforce-t-il pas, ou a minima ne rend-il pas encore plus saillant, ce sentiment diffus de travailler dans une communauté fermée ?

Je n’ai aucune réponse définitive à apporter à ces questions, mais il y a quelque chose de fondamentalement juste dans cette vision des choses. Et je suis aussi d’accord avec mon collègue pour dire qu’il y a quelque chose de tout aussi fondamentalement dérangeant dans la docilité et le suivisme qui s’expriment lorsqu’il faut signaler, par une mesure supplémentaire quelconque, que cet état des choses nous convient finalement très bien.

Peut-être est-ce par ce surcroît d’atomisation et d’enfermement que le climat sécuritaire actuel laissera ses traces les plus profondes.

  1. L’assassinat de personnel religieux n’est pas exclusif au terrorisme islamique, loin de là. Il y a de nombreux cas d’assassinats de prêtres ou de pasteurs en Irlande, dont certains sont directement liés à la Guerre d’Indépendance du début du 20e siècle ou aux « Années Troubles » de la fin du même siècle. Je me souviens aussi de l’assassinat de Frère Roger, le fondateur du mouvement oecuménique de la Communauté de Taizé, par une déséquilibrée mentale. J’en profite pour rappeler que les meurtres perpétrés par des malades mentaux sont rarissimes, bien que très médiatisés, comme le rappelle Luc Mallet dans un entretien récent ; la situation inverse est, hélas, infiniment plus fréquente. []
  2. Notons toutefois qu’en situation autoritaire, la vraie différence ne réside pas seulement dans la quantité d’hommes armés visibles, mais aussi, et peut-être surtout, dans la quantité d’indicateurs et d’informateurs présents de manière invisible dans la population civile. Le Maroc, par exemple, est incomparable à la France sur ce point : certains endroits des grandes villes sont constamment sous surveillance, de manière beaucoup plus étroite que les quartiers français les plus surveillés. []

Une carto du complot

En fouillant les archives du ‘Bistro, je n’ai pas trouvé trace d’un billet évoquant cette petite cartographie des théories du complot, établie à partir des archives de trois blogs français documentant ce phénomène :

cartographie du complot

Le code pour produire le graphe est déjà vieux d’un an, mais il devrait tourner avec quelques ajustements mineurs. Je m’en sers parfois comme « demo » de ce que l’on peut faire avec un minimum de scraping et de visualisation de réseaux avec R.

Construction et résultats

Le graphe est un simple réseau de co-occurrence des mots-clés choisis par les auteurs des blogs pour thématiser leurs billets. Les groupes de mots-clés en gris correspondent aux différentes communautés du graphe, détectées à partir de l’algorithme de Louvain, et les mots-clés les plus foncés sont simplement les plus centraux.

Cette visualisation permet de repérer d’un coup d’oeil les différents éléments du conspirationnisme français tel que documenté par les blogs utilisés comme sources des mots-clés : extrême-droite (et extrême-gauche), « 11 septembre », anti-sémitisme, et « politique étrangère » à base d’empire états-unien et de conflit israélo-palestinien.

On retrouve aussi ces éléments dans le conspirationnisme « off-line », par exemple chez les négationnistes français, dont l’idéologie est aussi une sorte de syncrétisme permettant d’expliquer l’ordre mondial à partir des Juifs et de leurs alliés dans la fabrication de mensonges destinés à tromper les masses.

Données et références

La principale source du réseau présenté ci-dessus est le blog Conspiracy Watch de Rudy Reichstadt, qui a aussi signé une note sur le conspirationnisme pour la Fondation Jean Jaurès. Ce blog fournit l’immense majorité des données utilisées pour construire le réseau.

Mon cher co-blogueur Joël avait aussi signé un rapport sur le conspirationnisme en France, ainsi qu’une très utile visualisation en ligne des différentes composantes de la nébuleuse conspirationniste francophone sur Internet (cliquer sur l’image pour la version interactive) :

joel-complosphere

L’analyse de la « complosphère » n’en est qu’à ses débuts, mas il y a déjà quelques travaux là-dessus, et vu l’actualité prise par ce sujet depuis l’irruption de Dieudonné et d’Alain Soral dans cet espace d’expression, il y aura aussi une section thématique sur la « Sociologie politique du conspirationnisme » au prochain Congrès de l’Association Française de Science Politique1.

  1. La section (ST 52) sera co-animée par Philippe Aldrin, qui a récemment signé une Sociologie politique des rumeurs, et Pierre France. []

Trump : comment en est-on arrivé là, et va-t-on y rester longtemps ?

Le dernier tour pris par la campagne électorale de Donald J. Trump est tout aussi confondant que les précédents, mais la lecture de l’article du Guardian ci-dessous m’a donné envie de partager avec vous l’une des photos de Trump que l’on y trouve :

donald-trump-1

donald-trump-2

Pour celles et ceux qui se demanderaient d’où vient ce logo bizarre à l’ironie si parfaite, il s’agit à la fois d’une référence à la comédie musicale Les Misérables qui tourne en boucle sur Broadway, et d’une allusion à une phrase d’Hillary Clinton sur la nature « déplorable » d’une partie (selon elle, la moitié qui serait sexiste, raciste, homophobe et islamophobe) des soutiens électoraux de Donald Trump dans la population.

Je ne sais pas s’il est très judicieux de prendre au sérieux l’expression de Clinton, plus violente dans sa tournure exacte que ce que j’en ai retenu ci-dessus : Clinton a parlé de « basket of deplorables« , ce qui peut raisonnablement se traduire par « ramassis d’abrutis ». Mais peut-être est-ce toutefois le moment de se demander quels seront les effets à long terme de la candidature de Trump.

Le commentaire de Clinton, qu’elle a retiré depuis avec toute la bienséance stratégique de la personnalité politique qui joue sur plusieurs fronts électoraux à la fois, suppose en effet qu’une large partie de la population des États-Unis est disposée à entendre qu’entre un cinquième et un quart du pays est composé de dégénérés irrécupérables, et qu’une autre fraction de taille égale est trop idiote pour avoir vu le piège que la candidature de Donald Trump leur tend.

Et l’on peut évidemment penser que c’est de bonne guerre, dans la mesure où ce sont les irrécupérables en question qui ont ouvert les hostilités, comme l’explique très bien le détail de leur ethnocentrisme déclaré :

trump-feeling-therm-bar

Notez bien que les auteurs du texte dont est issu le graphique ci-dessus ont fait de leur mieux pour vérifier que l’attitude ethnocentrique des électeurs de Trump est plus prononcée que celle de l’électorat républicain en général—bref, en d’autres termes, que Trump est en train de rendre les choses encore pire qu’elles ne l’étaient déjà :

trump-whiteresentamerident11d

À ce stade, j’ai envie de poser deux questions.

Comment en est-on arrivé là ?

Dans mon précédent billet sur la candidature de Trump, je parle surtout de son hold-up électoral sur le Parti républicain, dont j’ai encore du mal à réaliser qu’il ait pu se faire braquer par un seul homme, aussi riche et mal coiffé soit-il. Toutefois, si l’on se pose la question de savoir comment est-ce que l’on en est arrivé là, il faut naturellement remonter plus loin dans le temps—bon, peut-être pas jusqu’à la Guerre de Sécession, hein.

De mon point de vue, la meilleure explication du processus de court terme qui nous a fourni ce clown triste qu’est Trump est à trouver dans un papier de Michael Tesler :

tesler

J’avais déjà évoqué ce papier (voir aussi cet autre signalement), en soulignant que le phénomène qu’il souligne, c’est-à-dire l’élévation du ressentiment racial aux États-Unis, ne commence pas avec la réforme du système de santé de Barack Obama. Je citais à ce propos l’ouvrage Off Center de Pierson et Hacker, qui explique entre autres que la « dérive des continents électoraux » démocrate et républicains aux États-Unis a des origines plus anciennes que l’élection de Barack Obama.

Reste que c’est avec l’élection d’Obama, puis avec sa réforme du système de santé, que s’est cristallisée, dans la période récente, la partie la plus dommageable de la polarisation politique américaine : celle qui, au-delà des doutes somme toute inoffensifs sur le lieu de naissance du premier président Noir des États-Unis, a aussi laissé entendre que ce président était musulman, insinuation que peu d’électeurs seraient disposés à accueillir par le flegmatique « What if he was? » de Colin Powell.

Encore une fois, la grille de lecture anti-élitiste, raciste et islamophobe est tout sauf nouvelle aux États-Unis : l’explosion des hate groups après l’élection de Barack Obama en 2008. Mais à partir de la réforme du système de santé et de sa première conséquence politique, l’émergence du Tea Party, il a fallu compter avec une branche « non armée » (quoique…), et très bien organisée puisqu’à la fois politiquement représentée et financée de manière pérenne, de ces groupes.

koch-network-extremism

Pour finir, si l’effet mesuré par Michael Tesler persiste aujourd’hui, son dernier ouvrage en montre aussi l’effet-retour : loin d’atténuer le ressentiment racial aux États-Unis, l’élection et la présidence d’Obama ont permis à une partie substantielle de l’opposition républicaine de s’organiser en partisans du racisme systémique—Trump fournissant aujourd’hui l’effet multiplicateur qui permet d’étendre le domaine du préjudice aux femmes, aux Musulmans, aux Hispaniques et à tous les autres, sans avoir besoin de rejoindre une milice paramilitaire sudiste.

Deuxième question.

Que restera-t-il de tout ça le 5 novembre ?

Personnellement, je vois très mal comment la tendance actuelle pourrait s’inverser sous Clinton, et ce quel que soit le nombre d’années qu’elle passera au pouvoir—en supposant qu’elle l’exerce, mais c’est autrement plus probable que le scenario inverse, et je n’ai vraiment pas envie de savoir à quoi ressemblerait President Trump, et surtout la société qui irait avec.

La présidence Clinton s’annonce (j’insiste sur le terme) très peu transformative. Pour le moment, sa promesse la plus importante, qu’elle a récupéré de son ancien concurrent démocrate Bernie Sanders, semble être la suppression des frais d’inscription dans les universités publiques d’ici 2021. Pour les raisons que donne Corey Robin, c’est une mesure qui est loin d’être mineure, mais c’est aussi une mesure qui sera largement financée par les étudiants eux-mêmes, ce qui signifie qu’elle ne sera mettra en place qu’au fur et à mesure d’un dispositif qu’on est en droit d’imaginer très long.

Le même Corey Robin pense aussi, et je me sens proche de sa position, que la présidence Clinton ne sera pas une présidence de « réalignement » politique au moyen d’une lutte contre un adversaire abstrait qui changerait à la fois l’orientation des politiques publiques et les règles de la compétition électorale, mais simplement celle qui succèdera à l’élimination d’un rival inacceptable. Toute ressemblance avec un autre président serait naturellement fortuite…

Bon, c’est peut-être du bluff, et peut-être qu’une fois au pouvoir, Hillary Clinton reprendra la réforme du système de santé où celle-ci s’est arrêtée, et fera passer une forme d’option assurantielle publique qui accentuera la concurrence sur les prix dans le secteur des assurances-maladie. Ce serait toutefois peu probable : son passé en matière de réforme de la santé menacerait de la rattraper, et Hillary Clinton ne voudra certainement pas prendre le risque de déclencher une autre « Tea Party« .

La variable la plus importante ici me semble être la structure que prendra l’opposition à Hillary Clinton une fois qu’elle aura accédé au pouvoir : si celle-ci reprend une forme de « Tea Party » échappant au moins en partie à l’establishment du Parti républicain jusqu’à présenter de nouveaux candidats à la Michele Bachmann, alors le cauchemar Trump continuera, même sans lui.

Quelques petits trucs pour patienter

Si vous avez parcouru ce blog avant-hier, ou si vous faites partie des fidèles abonnés du ‘bistro grâce à son flux RSS, alors vous avez dû y trouver un billet sur Charlie-Hebdo. Ce billet a été publié en avance par erreur—mais il reviendra, promis !

En attendant la suite, voici quelques petits trucs pour patienter.

Samuel Hayat a recommencé à bloguer, et a posté il y a peu de temps un très intéressant billet sur l’histoire conceptuelle. J’en ai profité pour rajouter le blog de Samuel Hayat et le blog collectif Slowpolitix dans la très courte liste de blogs de politistes français qui se trouve sur la page « Blogs » de ce blog.

Je n’avais pas vu que Philippe C. Schmitter avait posté un manuscrit d’ouvrage, Conceptual Analysis and Research Design for Politologists, sur sa page de l’IUE de Florence. Je prends toujours beaucoup de plaisir à lire Schmitter, que je trouve analytiquement irréprochable, hyper-clair, et divertissant car ultra-érudit (à la manière des textes de Jean Leca, par exemple, les notes de bas-de-page contiennent souvent des petites pépites).

Colin Crouch vient de publier Society and Social Change in 21st Century Europe, un petit ouvrage de synthèse qui a l’air très clair et très bien informé, dans la lignée de toute sa production éditoriale. À mettre entre toutes les mains, et celles des étudiants en particulier.

Comment Joël a (presque) cartographié les électeurs FN à l’adresse

Joël vient de publier un article sur le vote FN à Marseille, intitulé : « A Marseille dans les “quartiers nord” : dis-moi où tu habites, je te dirai pour qui tu votes« . L’article est illustré à grands renforts de cartes montrant le détail du vote dans les « quartiers nords » de Marseille, et mettant à l’épreuve les revendications représentatives des élus FN locaux :

joel-marseille

Joël a également publié sur son site une explication technique complète, « Comment j’ai (presque) cartographié les électeurs FN à l’adresse« , rédigée dans le joli gabarit tufte-css fidèle au style d’Edward Tufte :

joel-tufte

La note technique montre comment reproduire, code R à l’appui, les cartes statiques et interactives de l’article, à l’aide des packages tmap et leaflet1 respectivement, et en utilisant les fonds de carte d’OpenStreetMap.

Toutefois, c’est à mon sens au niveau du travail de préparation des données que la note de Joël est la plus intéressante, notamment parce qu’il y explique comment mettre en correspondance des données INSEE collectées au niveau IRIS et des données électorales collectées au niveau des bureaux de vote au moyen d’une géolocalisation guidée par la Base Adresse Nationale :

adresse.data.gouv.fr

La note illustre également les limites actuelles de l’open data gouvernemental en France : si les donnés actuelles permettent des cartographies ultra-précises, elles ne permettent toutefois pas de mettre n’importe quelle variable sur ces cartes, comme l’illustre le petit bricolage technique auquel Joël a eu recours pour obtenir le type de logement des électeurs (maisons versus logement collectif).

Dans la note de Joël comme souvent en sciences sociales il me semble, le modèle interprétatif est simple, ce sont les données qui sont compliquées. Le résultat de cette combinaison est une série d’observations empiriquement très précises, car basées sur des variables mesurées en « haute résolution », et faciles à interpréter.

  1. La librairie Leaflet donne accès à énormément de fonds de cartes : jetez un coup d’oeil ! []