Bravo Marin ! (et vive le Cléo)

Marin Dacos, Pierre Mounier (photo : Élodie Picard)

Photo : Marin Dacos et Pierre Mounier en 2009, à l’occasion du cours “Outils de publication web : comparaison et évolutions” à l’Université d’été de l’édition électronique ouverte. Photo d’Élodie Picard (Cléo).


Marin Dacos, que je connais depuis une dizaine d’années et qui m’a fait l’honneur de m’embarquer dans les aventures de ce qui allait devenir plus tard le Cléo1, a récemment reçu une médaille scientifique bien méritée2.

Bravo Marin ! Et bravo à toute l’équipe que tu as rassemblée au fil des années. J’ai une pensée particulière pour Pierre Mounier, engagé à tes côtés sur les questions d’accès ouvert à la recherche depuis le début.

Et je dis bien “engagé”, car si je n’ai compris qu’une seule chose au sujet de l’édition scientifique au cours des dix dernières années, c’est qu’il s’agit bien d’une lutte, acharnée même, en France comme à l’étranger, et d’un combat très déséquilibré de surcroît, aussi bien en termes de ressources mobilisables par chacun des protagonistes qu’au niveau de l’information qui fonde les positions des uns et des autres.

Pour les chercheurs en sciences humaines et sociales, un round supplémentaire du combat est en train de s’écrire en ce moment même outre-Atlantique. À suivre, en espérant que les chercheurs français finissent un jour par tous comprendre ce qu’apporte une unité de services telle que le Cléo, qui – enfonçons un peu plus loin le clou – ne doit sa légitimité actuelle qu’à un combat de longue haleine contre toutes sortes d’institutions et de positions favorables à un accès payant, à des coûts prohibitifs, à la recherche scientifique publique.

Pour terminer sur une autre parenthèse personnelle, à la même époque où je rencontrais Marin et Pierre pour la première fois, grâce notamment au petit milieu que constituait alors le blogging scientifique francophone, j’avais également rencontré Lawrence Lessig, qui faisait campagne pour Creative Commons.

J’ai tiré de toutes ces rencontres quelques recherches sur les politiques du droit d’auteur sur Internet, mais j’en ai surtout tiré quelques solides convictions sur l’accès à la connaissance, convictions qui n’ont pas varié d’un iota depuis.

Aujourd’hui, j’ai bon espoir que ces convictions soient aujourd’hui mieux représentées dans le champ scientifique, toutes générations confondues, et je sais que je dois cet espoir à des gens comme Marin et Pierre en France, et d’autres comme Lawrence Lessig à l’étranger.

Ajout du lendemain : sur un sujet connexe, et sur cette même plateforme, voir ce billet présentant Sci-Hub et son enjeu sous-jacent, c’est-à-dire la lutte contre le racket de la publication scientifique.

  1. Plus précisément, en 2008, Marin m’a proposé de rentrer au comité scientifique de la plateforme Hypothèses, dont je m’efforce, avec plus ou moins de succès, de suivre les discussions depuis. []
  2. La médaille émane d’un organisme qui, malheureusement, persiste à se ridiculiser en éditant tout un tas d’élucubrations vaseuses sous le nom de “sociologie de l’imaginaire”, mais bon, ce n’est pas le sujet ici, même s’il faudra y revenir. []

“La causalité en question”, avec Ivan Ermakoff

Je ne sais pas comment introduire la vidéo suivante pour vous la recommander, et vais du coup me contenter de copier-coller son descriptif :

Table ronde autour de la question de la causalité en sciences sociales. Notre invité était Ivan Ermakoff, Professeur de sociologie à l’université de Wisconsin-Madison (http://www.ssc.wisc.edu/soc/faculty/s…).

Discutant.e.s: Hervé Rayner (remarques générales et volet « théories de l’alignement »), Bernard Voutat, Agnès Aubry et Fabien Thétaz (volet « théorie(s) de l’acteur »), Mounia Bennani-Chraïbi, Nicholas Pohl et Youssef El Chazli (volet « méthodologie »), Ivan Sainsaulieu, Martino Maggetti et Hervé Rayner (volet « contingence et explication causale »).

Accrochez-vous, ça dure trois heures, mais ça en vaut largement la peine.

Je dois rajouter qu’Ivan Ermakoff est un personnage assez fascinant à écouter. Sa manière de s’exprimer est probablement ce qui se fait de plus chirurgical en matière de prise de parole, avec d’assez longs silences1 avant les questions qui demandent réflexion, et des choix de termes ultra-précis, qui laissent aussi peu d’ambiguïté que possible dans le propos. On est très proche, il me semble, de ce que la sociologie (ou la philosophie) analytique se donne comme agenda.

Si vous n’avez le temps que pour l’exposé principal d’Ermakoff, fondé sur son ouvrage Ruling Oneself Out: A Theory of Collective Abdications, commencez à la 24e minute. L’exposé s’arrête à la 60e.

  1. Ce lien pointe vers les rushes d’un documentaire, “Pétain, Vichy et nous tous”, avec d’autres interviews captivantes, entre autres, de Zeev Sternhell, Robert Paxton, Emilio Gentile, Denis Peschanski, Stéphane Audoin Rouzeau… []