Un modèle spatial de l’espace partisan sur Twitter

Note : ce billet est une version modifiée du billet publié le 17 avril. Les résultats sont à jour de la présentation que nous en avons fait, avec Ewen, à la journée d’étude « Science Po Quanti » qui s’est tenue hier. Si le fond du truc vous intéresse et/ou que vous avez un accès à l’API REST de Twitter dont vous ne vous servez pas, faîtes signe dans les commentaires, ou envoyez un tweet à @phnk ou @3wen (ou les deux).

Rappel des faits

Fin mars, j’ai rapidement expliqué comment utiliser les “followers” des comptes Twitter de la classe politique pour en positionner les différentes personnalités les unes par rapport aux autres. En partant du principe que Marine Le Pen va avoir plusieurs “followers” en commun avec Éric Ciotti, quelques-uns avec Valérie Pécresse, mais beaucoup moins avec François Hollande et encore moins avec Pierre Larrouturou, on peut reconstituer l’équivalent d’un spectre gauche-droite où la seule information de départ est la liste des “followers” de chaque personnalité, et où le résultat final est un positionnement sur une échelle unidimensionnelle allant de gauche à droite1.

Cette méthodologie, dite d’estimation de positions idéales, est bien connue en science politique : il s’agit, fondamentalement, d’identifier la dimension principale d’un espace latent, à partir d’une variable binaire comme un vote positif ou négatif. Cette méthode est généralement appliquée aux parlementaires à partir de leurs votes sur les scrutins publics, mais il y a plusieurs autres applications connues : à partir du moment où l’on dispose de votes publics, on peut par exemple s’en servir sur les décisions des juges de la Cour Suprême, ou sur les votes des pays membres des Nations Unies.

L’originalité de l’approche de Barberá (version gratuite), que j’ai déjà cité abondamment dans le billet précédent, est d’avoir transposé cette méthodologie à Twitter2, et de l’avoir appliquée avec succès aux États-Unis et à cinq pays européens. En regardant son fil Twitter récent, j’ai pu constater que sa méthodologie fonctionne également assez bien sur des personnalités politiques brésiliennes, et plusieurs papiers publiés (version gratuite) ou en cours de publication s’apprêtent à montrer que cela marche bien aussi dans d’autres contextes, y compris au-delà des frontières nationales (à suivre…).

Qu’en est-il des personnalités politiques françaises ?

Bon, notez bien que tout ce qui suit est un résultat préliminaire, car le modèle n’a pas fini de converger, malgré la très bonne machine sur laquelle Ewen est en train de le faire tourner. Vous avez bien noté la nature préliminaire des résultats ? Go :

ideal_points_parties

Le graphique ci-dessus correspond au modèle #1 de Barberá, appliqué à 418 personnalités politiques françaises, qui correspondent aux “n” en bas du graphique. Les barres verticales indiquent les positions minimales et maximales pour chaque parti, et le cercle indique la moyenne. Pour le moment, l’échantillon de “followers informatifs” est légèrement inférieur à 18 000. Pour revoir le tout premier résultat obtenu sur un échantillon encore plus petit, cliquer ici, et pour les résultats finaux sur 721 personnalités politiques, attendez encore quelques semaines. Le code de réplication (en cours d’amélioration) et la liste complète des personnalités politiques sont déjà en ligne3.

Sur le graphique, les petites croix correspondent aux scores gauche-droite des partis selon la moyenne établie par ParlGov, ce qui permet de comparer nos résultats aux mesures conventionnelles du positionnement de ces partis. Comme on peut déjà le voir, ça commence bien : “l’ordre” des partis politiques est presque celui attendu. En d’autres termes, les individus qui suivent les personnalités politiques françaises sur Twitter permettent de reconstituer l’espace partisan gauche-droite de ces personnalités de manière quasi-identique à ce que produisent des enquêtes d’experts comme la Chapel Hill Expert Survey, qui va néanmoins plus loin que cette seule dimension.

Vers quoi se dirige-t-on ?

Ce billet ne fait que résumer à très grands traits la méthode que nous sommes en train d’appliquer avec Ewen pour obtenir des estimations de points idéaux à partir de données issues de Twitter. Le point de départ de cette entreprise était un défi d’ordre strictement méthodologique : peut-on faire pareil, avec nos propres données, sur une matrice (d’adjacence) plus large, et en comprenant, à peu près, ce que l’on fait subir à cette pauvre matrice, par l’intermédiaire d’une modélisation assez compliquée ?

Les résultats finaux sont en cours de calcul, mais les résultats intermédiaires ont encourageants, et le code nous a d’ores et déjà permis de produire toutes sortes de résultats supplémentaires assez originaux. Le graphique présenté ci-dessus n’est que le point de départ de ces résultats : toute une batterie de tests montre des corrélations intéressantes au niveau géographique, par exemple. Voici un exemple de ces corrélations, qui se situent toutes entre 0.4 et 0.5 :

map_vote

Le panel de gauche montre le point idéal moyen des départements, calculé à partir des “followers informatifs” que l’on a réussi à localiser au niveau départemental ou municipal. Le panel de droite donne la carte du vote Sarkozy au second tour de la présidentielle de 2012. La corrélation est à 0.5, ce qui permet simplement de constater que les positions idéales générées par le modèle ne sont pas complètement décorrélées des comportement électoraux au niveau géographique.

Vous l’avez compris en lisant le paragraphe précédent : le modèle que l’on utilise n’estime pas des points idéaux que pour les seules personnalités politiques, mais aussi pour les “followers informatifs” que l’on y inclut (ce que ne produit pas vraiment une estimation “classique” de points idéaux à partir de données comme les votes parlementaires). Je n’ai pas évoqué cette spécificité du modèle jusqu’à présent, mais cela vous donne une petite idée de ce vers quoi se dirige l’analyse.

  1. Concrètement, la seule hypothèse nécessaire est celle d’une homophilie entre les personnalités politiques et leurs “followers”, ce qui s’établit sans difficulté quand on parle de plusieurs milliers de “followers” par personnalité. La raison pour laquelle on tombe sur un axe gauche/droite est qu’il s’agit de la dimension principale la plus forte (le clivage le plus fort). []
  2. Je comprends cette transposition comme un renversement de la proposition habituelle des modèles existants : en termes strictement utilitaristes, au lieu de considérer les votes comme “l’offre” et les personnalités politiques comme “la demande”, on considère les comptes Twitter de personnalités politiques comme constituant “l’offre”, et la liste des “followers” comme “la demande”. []
  3. Comme l’indiquent les différents totaux cités, le modèle repose sur une stratégie de sous-échantillonnage assez difficile à résumer en quelques mots. Pour indication, le nombre de “followers informatifs” sur lequel tourne actuellement le modèle final est légèrement supérieur à 44 000, après application de tous les critères cités dans le papier de Barberá. []