Enseigner en français / Résister à la colonisation

Parmi les nombreuses réactions que l’actuel projet de loi sur la réforme de l’Université suscite, et sans avoir le temps de commenter plus avant, une brève émission radio m’a laissé sans voix.

Au micro de France Info, Michel Serres analyse en toute sagesse l’introduction de la langue anglaise dans l’enseignement universitaire français. Ce faisant, il mobilise les plus forts symboles que l’on puisse imaginer quand on est né en France dans la seconde moitié du vingtième siècle : la Résistance avec un grand « R », et la lutte contre l’impérialisme colonisateur.

À écouter, car l’argument va certainement se retrouver rapidement un peu partout dans la communautés des intérêts universitaires, dans des versions plus ou moins bien étayées, mais certainement tout autant chargées symboliquement.

(Disclosure of interest : j’enseigne en français et en anglais, et ma propre position sur le sujet tient en deux mots qui forment un nom et résument une manière de voir les choses en matière linguistique : George Steiner.)