Terrorisme domestique

Un article sur le terrorisme néonazi en Allemagne m’évoque un thème que j’aborde souvent en cours lorsqu’il faut parler des perceptions que l’on développe de la réalité sous l’influence des médias et des gouvernements.

Al Qaeda et l’administration Bush ont, et on peut le dire, malheureusement, très bien fait leur travail : en classe, quand je demande le nom d’une cellule terroriste, le premier nom est toujours, toujours lié à l’islamisme radical. Quand je demande à étendre la liste, les étudiants “redécouvrent” le terrorisme régional/domestique, généralement en citant ETA ou l’IRA.

En cours de statistiques, j’utilise des corrélations sur les hate groups américains à même escient, pour montrer à quel point le terrorisme est soluble dans autre chose que l’islam radical pour être saisi.

Le terrorisme en Russie, comme les prises d’otage de Beslan ou de Moscou, sont de bons cas d’étude, qu’il faudrait compléter par quelque chose sur les Tigres Tamouls, groupe terroriste sans attache religieuse mais pratiquant le marxisme révolutionnaire jusqu’à sa destruction par l’armée sri lankaise.

L’histoire de l’IRA est également passionnante et illustrable comme il faut par le cinéma. Plutôt que Ken Loach, j’ai le film Hunger en tête, qui a l’avantage de présenter une situation ambigue : on y voit une organisation terroriste demander à un jeune homme de ne pas recourir à un répertoire d’action, la grève de la faim1.

Les liens entre terrorisme et État sont évidents, mais réversibles : les deux se menacent autant l’un que l’autre dans une lutte symbolique qui doit être menée jusqu’à la mort. Lu dans un squat berlinois : « der Staat ist das erste terroristische Organisation » ; c’est techniquement correct, encore plus si l’on parle en termes wébériens d’entreprise réussie.

C’était “le billet imitant Crooked Timber du jour”, sponsorisé par Wikipedia, comme les pires copies d’étudiants désemparés. Avec un peu de chance, j’arriverai à en faire une chronique consistante en rajoutant des liens vers International Security et le Journal of Peace Research (ou alors des liens vers des fichiers de réplication du JCR ; mais ce serait nerdy).

  1. Envisageant ses relations de plus long terme avec l’État et la société britanniques, l’IRA a eu rétrospectivement raison de se juger menacée par l’action de Bobby Sands : sa mort en prison dans des circonstances rappelant celles d’un prisonnier politique en régime autoritaire ont eu un effet déstabilisant dans le champ politique qui a finalement mené à sa division et la fin des hostilités. La paix en Irlande du Nord fut une priorité, très largement réussie, sous Tony Blair. []

Peut-on visualiser une économie morale ?

Ma solution :

  • Je prends les quatre séries (1985–2006) “Role of Government” de l’enquête ISSP, qui couvrent, en gros, l’Hémisphère nord. Je prends la moyenne des quatre vagues pour faire des observations générales (vérification faite, on perd assez peu d’information au passage).
  • Je recode les questions sur la santé, les retraites, le chômage et l’environnement sur des échelles standardisées [0,1] quand elles portent sur la responsabilité du gouvernement sur ces thèmes (oui/non), ou [-1,1] quand elles portent sur le niveau de dépenses (plus/moins) ou sur la réussite du gouvernement.
  • Je construis un premier graphe “Responsabilité/Dépenses” pour vérifier si les deux mesures concordent, je prends leur produit (alpha > .6), et je graphe ça contre le sentiment d’efficacité du gouvernement en 2006 sur la thématique. J’obtiens un quadrant qui croise l’impératif moral “agir/dépenser” à la performance publique ressentie.

Sans surprise, un impératif moral protège certaines thématiques du désengagement de l’État, un quadrant “positif-positif” entre responsabilité et dépenses où le sentiment de légitimité de l’action étatique est très prononcé. Quand on rajoute l’efficacité gouvernementale, les choses changent finalement assez peu. La santé, de même que les retraites, disposent d’un mandat “agir/dépenser” fort et sont assez bien évaluées, mais le chômage n’a pas ce privilège, et cette configuration reste remarquablement stable à travers les pays de l’enquête1 :

Graphique ci-dessus : sur l’axe horizontal, la performance estimée du gouvernement (“Pensez-vous que le gouvernement ait réussi à…”) sur une échelle [-1,1] ; sur l’axe vertical, la force du mandat sur une échelle [-1,1]. La variable “Mandat” est un produit des variables “Responsabilité” [-1,1] et “Dépenses” [-1,0,1] pour chaque thème. Chaque point est le score moyen pour la population adulte d’un pays de l’enquête ISSP 2006. Les polygones sont construits à partir de l’enveloppe convexe de chaque thématique.

Ensuite, en termes de distribution, les lignes de densité des thèmes “Santé” et “Retraite” dans l’espace “Mandat/Performance” sont très similaires en comparaison de celles du thème “Chômage” (graphique 2a dans le code). Si l’on décompose la variable “Mandat” à ses dimensions initiales (“le grouvernement doit se préoccuper…” et “le gouvernement doit plus/moins dépenser…”), on voit encore mieux l’hétérogénéité du thème “Chômage” par rapport à “Santé” sur la période 1985-2006 :

De manière très générale, la population soutient l’engagement de l’État auprès des personnes malades et des personnes âgées, qui sont souvent les mêmes, mais accorde beaucoup moins de valeur à l’action publique en faveur des personnes sans emploi, ou “qui ne travaillent pas”, dans le sens responsabilisant de la guerre au chômeur. Les conséquences distributionnelles sont cruciales pour expliquer pourqoi les systèmes de santé se libéralisent et s’universalisent en même temps : si l’électeur médian se trouve dans l’espace défini plus haut, les acteurs politiques doivent maintenir un accès public aux soins pour recevoir mandat à réduire la dépense publique en encourageant l’offre privée2.

Quelques manipulations de plus avec le thème “Environnement”, pour lequel les données sont récentes, montre que ce dernier a rejoint le quadrant moral occupé par “Santé” et “Retraite”. Ces quadrants exploitent l’élément modal sur chaque économie morale, soit le sentiment que laisse l’existence de ces services (“la France dispose d’un système public de retraites”), leur légitimité publique et fiscale, et leur performance relative. Si les partis politiques ne modifient pas ces perceptions d’ensemble (celle, par exemple, que “la France dispose d’un système de santé accessible à tous et efficace”), elles laissent ces thématiques à des niveaux de politisation faibles qui ne requièrent pas de former une coalition minimale d’intérêts3.

Le code a été travaillé dans RStudio et sur StackExchange, et le résultat final, qui vaut ce qui vaut et qui n’est qu’une bafouille préliminaire, est sur GitHub. Un grand merci à tous les geeks qui oeuvrent à me faire écrire ma thèse en codant.

  1. Je n’étudie pas les positions nationales individuelles, il faut des données micro pour le faire sans extrapoler excessivement. []
  2. C’est une autre manière de comprendre le modèle de Carsten Jensen, qui reprend les . []
  3. Je situe cette thèse en parallèle à la thèse de Pierson sur l’établissement de coalitions larges dans les politiques sociales. []

Brève note pour une sociographie des crises de santé

Un élément important de la politisation des crises de santé concerne ses circuits de diffusion, mais la littérature scientifique renseigne très inégalement sur cet aspect selon le type de crise concerné. Les crises routinières du système hospitalier, par exemple, se traduisent par des mobilisations syndicales, professionnelles, voire sociales lorsque des publics larges y sont associés. Mais a-t-on des données pour comparer, par exemple, la mobilisation des infirmières dans plusieurs pays ? ou la mobilisation hospitalière du plan Juppé à aujourd’hui ?

Une piste de recherche sur laquelle je tombe souvent tient à la presse généraliste et spécialisée. La première est généralement importante au titre de chambre d’écho des crises, mais la seconde n’est pas vraiment traitée dans le détail. C’est assez dommage, parce que je ne peux pas me résoudre à penser qu’il n’y a pas d’écart entre un bouquin et une émission de radio en France et un triple éditorial repris dans un quotidien national en Angleterre.

Si je prends l’exemple ci-dessus et que je développe, voilà ce que ça donne. Les deux cas d’étude sont fonctionnellement équivalents : deux réformes du système de santé sont interrogées par un échantillon d’experts. Tout varie à partir de là, notamment parce que la réforme anglaise est en cours depuis moins longtemps.

Ces variations fournissent le noeud du problème quand on imagine leurs contrefactuels respectifs :

  1. Serait-il possible d’organiser l’événement français en Angleterre ? Au vu de ce qui se pratique, sans aucune difficulté. Des ouvrages comme NHS Plc. ont reçu exactement ce type de couverture médiatique.
  2. Serait-il possible d’organiser l’événement anglais en France ? Ce serait beaucoup plus difficile : le BNOM n’a pas l’audience du BMJ, ni aucune revue d’infirmière ou d’acteurs publics du système de santé.

Il faudrait rajouter un cas emblématique qui est presque une expérience naturelle en la matière. La littérature des “handbooks” et des observations généralistes dans les recherches thématiques indique assez peu de couverture médiatique sur la santé en France, ou en tout cas pas au point d’alimenter une politisation constante du système de santé comme en Grande-Bretagne. Il va falloir que j’écrive ça de manière plus claire, mais si un lecteur veut m’indiquer un article comparatif qui fasse le tour de la question, je suis preneur.

(C’était un billet de la série “J’écris ma thèse en partageant mes angoisses métaphysiques sur la revue de littérature en public, mais je me soigne.”)