Révision générale des promesses électorales, la suite

Ne serait-ce que par symétrie avec le billet précédent, une réaction parmi d’autres au spectacle présidentiel. C’est vraiment dans des moments comme ça qu’on se sait en démocratie : quand le président parle sur six chaînes télévisées, mais qu’on se sent le droit de trouver ça absurde. Une vieille photo prise au moment du referendum constitutionnel européen m’a rappelé ces lignes, qui me semblent convenir mieux que d’autres aux circonstances :

bullshit

Joël et moi avons regardé l’intervention de Badinguet ensemble, et comme les réactions fusaient au fur et à mesure, je partage une partie de ses étonnements. Le premier est une sorte d’aveu en creux : il est apparemment possible d’habiter la fonction présidentielle sans évoquer la possibilité de passer les immigrés au jet d’eau. Moins ironiquement, Badinguet n’a pas exploité le thème de l’insécurité dans son discours : peut-être se réserve-t-il la possibilité d’y avoir recours plus tard, ou peut-être, comme le suppose Joël, a-t-il accepté l’idée d’une division du travail électoral entre sa formation et celle de Marine Le Pen.

Je pense qu’une autre possibilité doit être considérée. Badinguet est issu d’un parti politique conservateur qui dispose aujourd’hui de beaucoup plus d’information sur ce que signifie le principe du mandat électoral mené sous la bannière de l’élimination des ennemis intérieurs (immigrés, fraudeurs, chômeurs, criminels). Cette information est assez déroutante pour un élu de la majorité présidentielle : seule une frange très réduite des élus bénéficie concrètement d’un rapprochement programmatique avec l’extrême-droite. Je suis entièrement d’accord avec la thèse générale de Pierre Martin sur ce point. En bref, la rétribution électorale du Kärcher est mince après le second tour.

Heureusement pour lui, Badinguet n’a pas eu à s’expliquer sur ce point : les journalistes présents lui ont servi la soupe avec une déférence qui ferait pleurer de rire le dernier pigiste londonien ou berlinois. Grâce à la diligence des parties prenantes (qu’on remercie chaleureusement au passage), on a donc pu écouter une leçon, très chiraquienne au demeurant, d’ordo-libéralisme à la française sur les taux d’imposition et le coût du travail. Ce discours a quelques problèmes à s’ajuster à la réalité, mais l’économie morale des décisions macroéconomiques compense largement ce défaut, et Badinguet n’est pas du genre à se retenir.

Murray Edelman l’a très bien écrit : “Basic to the exercise of power is the ability to retain that power in spite of actions and events that might give the ruled reason to make changes”. L’exercice du pouvoir par Badinguet se conforme très bien à cette logique.

[EDIT par Joël : nous avons effectivement regardé ensemble l’intervention, et ma réaction se trouve sur mon blog perso.]

Révision générale des promesses électorales

C’est peut-être parce que la lecture de Robert Castel sur Pierre Bourdieu me renvoie quelques années en arrière que je me demande sérieusement si je comprends encore quelque chose au clivage gauche/droite, ou au mode de scrutin majoritaire à deux tours d’ailleurs.

De mémoire, l’électorat de gauche est plutôt sensible aux annonces partisanes sur l’emploi, et aurait tendance à soutenir l’intervention de la puissance publique dans le marché terriblement sous-efficient de l’emploi. La sélection des arbitrages sur l’emploi au Parti socialiste par Libération est pourtant mince :

La création de 150000 emplois d’avenir. Alors que Hollande a semblé un temps prendre ses distances avec la proposition du PS, ardemment portée par Martine Aubry pendant la primaire, d’en créer 300 000, le candidat socialiste a finalement acté au Bourget qu’il en créera 150 000.

C’est la seule promesse chiffrée sur l’emploi que Libération met en avant. Je ne suis pas spécialiste du marché du travail, mais une manipulation de 150 000 emplois me paraît résiduelle. Est-ce simplement une promesse excessivement prudente, ou aussi un effet d’apprentissage lié à la réforme des 35 heures ?

Les autres promesses sont plus ou moins baroques :

François Hollande a promis de supprimer les exonérations de cotisations sociales des entreprises qui ne respectent pas l’égalité des salaires entre hommes et femmes. (Sélection de Libération.)

Ce qui signifie que les entreprises qui assument 100% du paiement de leurs cotisations sociales peuvent ne pas respecter l’égalité des salaires entre hommes et femmes. Ça paraît mal barré pour les inégalités salariales, qui dépendent notamment de la distribution très “genrée” des durées de contrat.

Nous créerons des dizaines de milliers d’emplois en améliorant en plus le pouvoir d’achat des ménages, par rapport à leurs frais de chauffage. (Discours officiel.)

On sent vraiment la puissance intellectuelle de John Kenneth Galbraith, Paul Krugman et Joseph Stiglitz réunis dans cette phrase.

Le programme officiel du Parti socialiste est plus long, mais si j’ai bien compris la campagne de François Hollande, sa manière de s’autonomiser du parti passe par une nébuleuse programmatique différente et par la rédaction d’un manifesto individuel, beaucoup plus ramassé. Cette stratégie évoque bizarrement la Grande-Bretagne1.

Certes, ce mode d’émancipation me paraît stratégiquement moins risqué que la candidature socialiste précédente, mais l’effet de révision à la baisse sur les promesses électorales (downplayed expectations) a l’air drastique. Comment est-ce qu’un candidat qui a besoin d’atteindre le second tour peut se positionner si loin des préférences de l’électeur médian de gauche ?

Je pars du principe que ces préférences devraient contenir des attentes bien plus marquées sur l’emploi public comme privé, et c’est peut-être là que je me plante. Dans ce cas, les cours de Pierre Bourdieu sur l’État ont probablement raison de mettre l’accent sur la nature artefactuelle des problèmes publics, à la façon de Murray Edelman.

Grâce au Manifesto Project, il y a des données assez complètes sur les programmes politiques. J’ai divisé le score de la variable “Market Regulation” (per403) par le score de la variable “Economic Goals” (per408) pour obtenir une sorte d’indicateur anti-interventionniste, mais les résultats n’indiquent rien d’immédiatement visible2 :

cmp-country31-party31320-per403-per408

Les résultats pour le Parti socialiste (id. party, 31210) ressemblent à ce qu’on obtient, en agrégat, pour les partis sociaux-démocrates (id. parfam, 30). Il faudrait surtout voir si les partis qui gagnent les élections sont différents de ceux qui les perdent sur ces scores. Si aucune différence gauche/droite ou gagnant/perdant n’est perceptible dans l’ensemble, j’ai vraiment besoin de revoir ma vision des préférences électorales.

Mise à jour : 150 000 est aussi le nombre de fonctionnaires détruits sous le gouvernement actuel, comme l’a rappelé l’Élysée à Claire Chazal dans la parodie de communication publique d’hier soir, et comme le rappelle Philippe Askenazy, qui parle aussi de l’Allemagne (sujet important puisque Badinguet est devenu ordo-libéral en 2012).

  1. Le rapprochement tient à l’usage d’un document court, le manifesto, pour la communication électorale, qui remplace les listes plus longues comme les 101 propositions de “Changer la vie” ; il y a aussi un rapprochement lié à l’utilisation de groupes d’experts indépendants de la base partisane, et à l’autonomisation de la machine de campagne en règle générale, mais je connais moins bien cet aspect des choses. []
  2. Plus précisément, il n’y a rien d’immédiatement visible par rapport aux performances électorales. []

SOPA/PIPA

Vous avez peut-être entendu parler de ça.

Les lois SOPA/PIPA devraient être au premier rang des préoccupations de tout lecteur d’une plateforme de blogs comme Hypotheses. À l’échelle d’Internet, ces deux lois sont la plus large offensive contre la liberté d’expression jamais engagée par un gouvernement démocratique. Au nom de la « propriété intellectuelle », et à l’heure où l’on pensait avoir basculé, avec Facebook, dans un excès de transparence plutôt que dans un excès de censure (visible encore dans les régimes autoritaires, mais détourné presque partout).

censure

SOPA/PIPA concerne l’Europe très directement. Dans le domaine de la régulation du copyright, les États-Unis exportent régulièrement avec succès leurs intérêts nationaux au niveau international, avec des retombées en France qui nous amènent jusqu’aux lois HADOPI (j’ai une sorte de récit complet pour qui souhaite, si vous avez une heure pour prendre un café). De plus, ce qui se fait dans les démocraties occidentales passent les frontières assez rapidement par diffusion. Autrement dit, les lois SOPA/PIPA, dont l’esprit est déjà dans le traité ACTA, peuvent très bien se retrouver en Europe dans une dizaine d’années.

Le plus impressionnant pour moi tient à l’énorme coalition d’intérêts qui vient de se créer : Google, Wikipedia et une longue traîne d’autres tech players ont fait directement appel au public, avec un message qui a excellemment fonctionné dans les médias (“ils vont tuer Wikipedia ! vous ne pourrez plus y trouver la réponse à tous vos exposés de science politique !”). On sort très largement des cercles de mobilisation précédents, qui allaient approximativement de “hacker” à “geek” . La classe politique l’a très, très, très bien compris.

Les universitaires américains sont très mobilisés, mais ils ont aussi de vrais centres nerveux de réflexion sur le sujet, avec notamment une branche du droit très mobilisée contre l’expansion du régime international de propriété intellectuelle. La France ne se distingue pas en la matière, mais comme il faut commencer quelque part, j’ai d’assez bonnes archives sur DADVSI et HADOPI. Ce sera peut-être possible d’y mettre le nez après la thèse1.

Comme le conclut le New York Times :

“The problem for the content industry is they just don’t know how to mobilize people,” said John P. Feehery, a former House Republican leadership aide who previously worked at the motion picture association. “They have a small group of content makers, a few unions, whereas the Internet world, the social media world especially, can reach people in ways we never dreamed of before.”

Pour moi, l’erreur fondamentale de l’industrie culturelle s’est produite au moment de l’échec de la protection des fichiers par DRM. Trois changements étaient envisageables (mes excuses à Peter Hall) : la modification de l’offre musicale (l’instrument), la modification de la logique suivie (protection vs. offensive), et la modification des deux. La protection du partage des fichiers fonctionne bien : l’iTunes Music Store et Spotify montrent que l’offre musicale peut s’adapter. Mais continuer dans la voie des procès et des censures tous azimuts a coûté à l’industrie le cadrage initial du point de discorde, qui portait -en gros- sur le prix des commodités culturelles ; ce cadrage a été efficacement débordé, et les mesures actuelles touchent à des libertés civiques externes aux échanges commerciaux, ce qui ne garantit aucun succès à l’argument de l’industrie (“sauvez les artistes, renoncez à vos droits fondamentaux !”).

  1. Au passage, notez que les législateurs sont assez insouciants pour donner souvent des acronymes faciles à leurs lois scélérates. Si je devais faire voter discrètement un dispositif de surveillance d’Internet, j’essaierai de lui donner un petit nom un plus rebutant. Tout cela me rappelle l’AMI, la création d’ATTAC. Les liens avec l’altermondialisme sont d’autant plus évidents quand on considère la question des brevets pharmaceutiques. []

Sans titre (et sans carte)

Hmm. La dernière tentative de repasser au bistro remonte déjà au 4 octobre…

Sur 166 billets, j’en ai travaillé 20 (13%) au brouillon sans jamais les publier. J’avais moins de difficultés à publier il y a quelques années, et en cherchant à comprendre , je me suis rendu compte que je n’avais plus de carte mentale de la blogosphère, ou du moins des segments qui m’intéressent :

  • Sur le segment “Discussion politique”, les points de rencontre que je connaissais, comme Lieu Commun ou Paris Carnet, se sont épuisées, et je ne connais pas les nouvelles, si elles existent. Facebook et Twitter ont probablement capté une partie de l’attention.

    Je n’ai rien suivi dans ce domaine, mais je veux bien quelques impressions pour reprendre des repères. Sinon, je viens de remarquer que Versac (précurseur dans la cartographie des blogs politiques français) avait repris son blog.

  • Sur le segment “Discussion scientifique”, la structure que je connais le mieux marche bien. La plateforme-réseau Hypothèses, et d’autres plateformes étrangères comme la géniale StackExchange, comptent aussi beaucoup.

    Je réalise au passage que je n’ai probablement jamais signalé les blogs de statistiques et de santé publique que je tiens pour des cours, mais surtout pour moi. Les blogs tournent sous Tumblr, une sorte de ramasse-miettes intermédiaire entre blogging et social bookmarking.

Pour terminer, je redécouvre aussi le classement Wikio, qui était un peu le classement de Shangai des blogs francophones à une époque. La catégorie « Politique » m’est presque entièrement inconnue (et honnêtement, elle a l’air chiante à mourir). Il y a désormais une rubrique « Sciences humaines« , qui confirme la bonne indexation des plateformes citées plus haut.