Trois sites Internet dont les étudiants ne savent pas (tous) se servir

Ou, pour les optimistes, trois sites Internet dont les étudiants apprennent à se servir au fil de leurs études :

  1. Wikipedia. Le génial projet d’une encyclopédie en ligne modifiable par “tous” requiert un minimum de discernement du côté des lecteurs. Je me souviendrai toute ma vie de ma deuxième copie, corrigée à Édimbourg, où une étudiante en troisième année de sociologie avait basé deux pages de définition du liberalism sur l’entrée Wikipedia du même nom.
  2. Google. Si je me base sur les liens qui apparaissent dans les bibliographies d’exposés, l’algorithme PageRank est apparemment un excellent moyen de hiérarchiser l’information nécessaire pour rédiger un travail universitaire. Et pour une raison qui m’échappe totalement, Google Scholar reste inconnu de l’immense majorité des étudiants.
  3. Facebook. J’aime bien Facebook, mais je ne comprends toujours pas (et ne comprendrai probablement jamais) le besoin vital d’y jeter un coup d’oeil toutes les quinze cinq minutes. Si l’on rajoute les autres distractions, le temps de cerveau disponible en cours tend vers zéro. Une raison suffisante pour confiner les ordinateurs portables à leurs sacoches ? Nouveau débat ?

Attention, je n’ai pas écrit que les enseignants-chercheurs savaient mieux se servir d’Internet que les étudiants… Je suppose que, dans les deux cas, on a affaire à une distribution log-normale standard, c’est-à-dire avec beaucoup de personnes peu voire pas formées, ou pire, pensant l’être, et des minorités de plus en plus réduites au-delà du niveau qui devrait être le niveau standard. Ce n’est pas très sympathique de le faire remarquer, mais cela me semble vérifié par l’expérience, comme plein d’autres choses pas très amusantes.

Est-ce que c’est le début des cours qui me déprime comme ça ? ou juste un mécanisme d’auto-défense face à mon syndrome de l’imposteur, qui revient toujours à la charge en début de semestre face aux cours magistraux ?

Contemporary Political Analysis 2011

Le département de science politique où j’enseigne a eu la bonne idée de créer un cours de « science politique en langue anglaise », comme l’indiquait son intitulé initial sans plus de précision. Les deux premières séances du cours, qui s’appelle désormais « Contemporary Political Analysis » faute de mieux, ont eu lieu hier. Le public est composé d’étudiants en première année de Master de science politique.

Les textes

J’ai pris beaucoup de plaisir à rédiger le plan du cours. Un ami qui enseigne sa première conférence de science politique à Sciences Po Grenoble était lui aussi en train de rédiger son plan de cours le mois dernier ; nous avons tous les deux choisi ce texte génial de Charles Tilly, « La guerre et la construction de l’État en tant que crime organisé » (moi dans sa version originale, lui dans sa traduction française).

Le reste des textes a quelques propriétés intéressantes, qui ne me sont apparues qu’après-coup. Essayez par exemple de deviner les nationalités des auteurs sélectionnés, et quelque chose devrait vous marquer : l’équilibre entre les auteurs européens continentaux et nord-américains n’est pas important. Ce qui ressort vraiment, c’est la présence écrasante des immigrés, de longue date ou pas.

Est-ce explicable par l’idée qu’il existe, dans les faits, une sorte de science politique occidentale mais transnationale, composée de chercheurs ayant choisi de « structurer [leur] vie de manière comparative », comme le disait Philippe Schmitter dans son entretien pour l’ouvrage de Munck et Snyder ? C’est en tout cas l’impression que me laisse mes propres choix.

En ce qui concerne les approches, la comparaison et l’institutionnalisme historique sont bien représentés dans les textes, mais je pense pouvoir dire que l’ensemble est beaucoup plus éclectique. Pour ne prendre qu’un exemple, les auteurs des textes qui insistent le plus sur les choix des agents sont Carles Boix, Adrienne Héritier ou encore Diego Gambetta, mais les rassembler sous une étiquette serait absurde.

Je n’ai pas regardé précisément l’éventail disciplinaire des auteurs, mais il y a beaucoup, beaucoup de science politique, avec de la sociologie et de l’histoire, et deux philosophes (Max Horkheimer et Théodore Adorno). L’économie n’est présente que de manière latente, dans la terminologie, les approches et les thèmes de recherche. Le sociologue Frank Dobbin est le seul auteur apparaissant deux fois.

Les étudiants

Une douzaine d’étudiants, soit environ un quart des effectifs du Master 1, a choisi de suivre le cours, qui est optionnel—en réalité un peu moins d’un quart, mais la présence de deux auditeurs libres confirme qu’il y a une demande pour ce type d’enseignement, qui a également suscité quelques curiosités dans les bureaux. C’est un peu comme si l’on m’avait demandé de faire une mixtape de la discipline.

Le biais de sélection est évident et il faudra confirmer l’observation, mais le feedback en cours montre que le niveau de langue moyen chez les étudiants est suffisant pour leur permettre de comprendre, et même de participer, au cours. J’ai toujours pensé que le téléchargement des séries télévisées américaines, massivement pratiqué, aurait des effets culturels et scientifiques positifs sur le long terme.

La première séance portait sur les caractéristiques fondamentales de l’entreprise scientifique, sur la notion de concept et sur les hiérarchies conceptuelles, dont fait partie l’échelle d’abstraction de Giovanni Sartori. Pour aider à la compréhension, j’ai décidé de distribuer quelques notes écrites (succinctes et personnelles) sur les textes en début de cours, et d’en présenter les aspects essentiels à l’oral.

J’attends, encore une fois, d’avoir plusieurs séances derrière moi pour confirmer ces premières observations, mais je pense que tout se passe bien pour le moment, alors que je ne fais presque aucun « cadeau » pédagogique. Sur la forme, par exemple, je parle uniquement en anglais, sans traduction, assez vite de surcroît mais en répétant et en donnant souvent des synonymes.

Sur le fond également, les textes sont « sans concession ». L’ouvrage qui fait office de manuel pour le cours a été produit à l’Institut Universitaire Européen de Florence pour des étudiants en formation doctorale (M2R/D). Je reprends tout à l’oral, en illustrant énormément au tableau : pour la conceptualisation, il était question de terrorisme suicide, de démocratie et de partis de masse.

La suite

J’ai encore quelques coquilles à corriger dans le plan du cours, qui contient aussi deux ou trois petites excentricités—j’ai pleinement profité du fait que la commande pédagogique soit un réel exercice de freestyle académique. J’ai aussi quelques regrets sur la sélection des textes, n’ayant que dix séances, avec un seul regret sérieux : The Passions and the Interests, d’Albert Hirschman.

Les remerciements mentionnent un statisticien, Cosma Shalizi, et un épistémologue, Daniel Little (qui n’ont pas été consultés). Le collègue précédemment cité est aussi mentionné, de même qu’un commentateur régulier du bistro, que j’ai (presque) raté lors de mon dernier passage à Grenoble. J’aurais au moins deux autres personnes à remercier dans les semaines qui arrivent.

Sociographie des députés

La Vie des idées vient de publier un début de réponse à la question “Qui sont les députés français ?” La lecture du texte m’a rappelé un billet sur la parité électorale publié sur ce blog il y a deux ans et une semaine, à l’occasion d’un cours que je n’ai finalement jamais donné. S’il fallait le réécrire, je modifierais surtout les deux derniers paragraphes, pas complètement faux, mais pas tout à fait exacts non plus.

Ce qu’il nous faudrait à présent, ce serait l’équivalent de l’article d’Eggers et Hainmueller, qui montre la rentabilité économique d’un passage par la chambre basse du parlement britannique pour les députés… de droite. J’ai acheté sans avoir le temps de le lire l’ouvrage de Costa et Kerrouche, mais le compte-rendu semble indiquer que l’après-Parlement n’y est pas traité.

(Colophon : exceptionnellement, un billet vraiment rédigé, et pas seulement publié, à sept heures du matin. La qualité rédactionnelle s’en ressent probablement, le café n’a pas fini de percoler.)

Blogging scientifique : les commentaires

À mon avis, une analogie simple avec une discussion en classe s’applique à la gestion des commentaires sur un blog scientifique (ou même non scientifique).

  • Lorsqu’il y a peu de réactions, une réponse quasi-systématique est à la fois possible et nécessaire, par politesse mais aussi pour fidéliser un lecteur dont on souhaite reconnaître la contribution et augmenter la probabilité qu’il laisse à nouveau un commentaire.
  • Lorsque les commentaires se multiplient, au-delà peut-être d’un certain seuil où la participation de l’auteur/enseignant ne représente plus qu’une fraction de la conversation, qui suit sa propre écologie, alors il devient possible de sélectionner les réactions qui appellent une réponse.

Une pratique intelligente, me semble-t-il, consiste à construire des notes à partir d’un commentaire préalablement laissé sur le blog, pour signifier l’existence d’un lien entre le contenu du blog et ses commentaires. Ce sont les commentaires d’un lecteur, par exemple, qui m’avaient amené à pousser un peu plus l’expérience cartographique il y a quelques mois.

Blogging scientifique : la critique argumentée

Fin octobre, le politiste Henry Farrell (Crooked Timber) a publié sa plus longue critique de l’éditorialiste Megan McArdle (The Atlantic). Il y reprend l’historique complet de leurs échanges, faits de désaccords quasi-systématiques sur tout un tas de sujets liés à l’actualité politique américaine.

Dans le débat Farrell/McArdle, le désaccord s’exprime sous la forme de longues notes se répondant à peu près les unes les autres. Les protagonistes n’ont pas le même statut : political economist d’un côté, business editor de l’autre. Mais en ligne, les deux détiennent la même possibilité d’expression, via leurs plateformes de publication respectives.

Quiconque a passé un peu de temps à lire des blogs dans les cinq dernières années sait que ce style d’échange est aussi commun que la critique des leaders et des institutions politiques. Dans le cadre du blogging scientifique, la tendance est plutôt aux notes informatives, parce que la première mission que se fixent les blogueurs scientifiques consiste généralement à faire connaître des objets de recherches éclipsés ou déformés par le reste de l’information en ligne.

La critique argumentée se réintroduit discrètement dans le blogging scientifique par ses marges : critiques d’ouvrages, critiques sur le fonctionnement de l’enseignement supérieur et la recherche, critiques sur la stupidité routinière dans le même secteur, et ainsi de suite.

Sur ce blog, il y a peu de critique argumentée, probablement parce que la plupart de mes impressions critiques ne sont pas argumentées et s’évacuent très bien sous la forme d’un bref message sur Facebook ou Twitter. Sur certains sujets, j’ai juste eu envie de laisser une trace un peu plus visible en ligne.

Il reste que pointer les insuffisances du journalisme (notamment en matière de sondages) ou de la classe politique (notamment en matière de décision économique) reste une manière, pour les blogueurs scientifiques, de signifier à leur lectorat que l’univers des discours publics est délimité : la sphère scientifique se préserve une marge d’autorité sur les autres en disqualifiant les raccourcis et/ou l’aveuglement d’autres professions.

Le rite de la thèse

Les politistes français tiendront bientôt leur Salon des thèses, comme depuis plusieurs années ; à ce sujet, je signale cet article sur la soutenance de la thèse, paru sur un autre blog de la plate-forme Hypothèses.

Comme j’ai tendance à penser que les conflits d’intérêt peuvent se dissimuler jusque dans les actes les plus simples, je précise que je suis impliqué à différents niveaux dans les organisations citées ci-dessus, et qu’il n’y a pas de jeu de mots dans le titre de la note.

Plagiats

Il y a du plagiat partout, et si le plagiat scolaire reste la forme la plus visible de cette pratique, c’est seulement parce qu’on désigne le plagiat industriel, par exemple, avec d’autres termes. L’ubiquité du plagiat se comprend encore mieux lorsque l’on prend conscience que certaines activités culturelles, comme la calligraphie, s’apprennent principalement par réplication. L’imitation s’arrête là où les sociétés décident de reconnaître, avec Hegel et Locke, la présence d’une oeuvre de l’esprit dont l’appropriation stricto sensu constitue une violation de la propriété intellectuelle.

Le plagiat de travaux de recherche combine plusieurs dimensions—c’est un plagiat scientifique, universitaire, voire industriel dans l’acception large du terme. Des plagiats sont régulièrement détectés, mais s’il est commun d’évoquer le plagiat étudiant, le plagiat scientifique souffre apparemment d’une omerta toute résumée dans cette formule que j’ai lue, entendue, condamnée : “on ne dénonce pas un collègue”. Paradoxalement, le milieu universitaire paraît parfois encore plus hostile au whistleblowing que d’autres où celui-ci peut avoir des conséquences beaucoup plus graves ; je pense à l’industrie, ou à l’armée. Il y a certainement un effet de taille du secteur.

J’ai découvert, il y a deux mois, que l’auteur d’un blog sur le plagiat universitaire avait été assigné en justice pour une partie de son travail, pourtant exemplaire, sur ce sujet. En relisant son blog, que j’avais déjà parcouru rapidement, j’ai découvert des plagiats géographiquement très proches des lieux où j’enseigne. Récemment, j’ai aussi entendu parler d’une enseignante parisienne plagiant… les travaux de ses étudiants. L’an dernier, il y a aussi eu un cas à proximité de mes thèmes de recherche aux États-Unis.

Avant de réagir sur l’essentiel (l’auteur est accusé de s’en prendre nominativement à ses pairs, dans sa propre université), j’ai décalé la publication de cette note. J’évite autant que possible de réagir à chaud, dans un effort désespéré de limiter le nombre impressionnant de conneries qu’il m’arrive d’exprimer, d’autant plus facilement lorsqu’il me manque le minimum de recul qui permet généralement de tourner son clavier au moins deux ou trois fois dans sa bouche. Lorsqu’il m’arrive de déroger à ma propre consigne, je commets parfois des erreurs que je regrette amèrement, surtout lorsqu’elles semblent irréparables, même à long terme.

Mais dans le cas présent, il faut, je pense, prendre unilatéralement la défense de l’auteur du blog. Un collègue m’a appris, il y a plusieurs années, qu’il faut savoir choisir ses ennemis, et concrètement, les plagiaires qui accusent Jean-Noël Darde d’être une sorte d’acharné dépourvu de déontologie se rendent coupables, à mon sens, d’une tentative aussi pitoyable qu’impardonnable de renversement du stigmate. J’espère que la justice saura exprimer la sagesse qu’il lui est arrivé de démontrer par le passé dans d’autres circonstances.

Histoire de détendre l’atmosphère, je signale que tous les plagiaires du monde ont au moins un point commun avec l’homme qui restera probablement le crétin le plus puissant du 21e siècle.

Annonce rapide : Paris, et Mediator

En transit entre quatre villes, je suis à Paris pour un colloque à Sciences Po aujourd’hui et demain, passez dire bonjour si vous y êtes aussi !

Au passage, je regrette de ne pas avoir le temps d’écrire sur le scandale autour du Mediator, mais j’en parle dans tous mes enseignements du moment :

  • Avant Noël, j’en parlais dans la revue de presse de mon cours de politiques de santé, en rapport à la séance sur les marchés de produits pharmaceutiques.
  • J’en parle en ce moment dans un cours d’analyse et d’évaluation des politiques publiques, en rapport à d’autres scandales sanitaires (les parallèles avec le sang contaminé et l’amiante sont partout, on reparle de sécurité sanitaire…) et aux logiques de la médiatisation et de construction des crises par des lanceurs d’alerte et des relais politiques, etc.
  • Et je vais certainement en parler en statistiques, étant donné que la méthode utilisée par les laboratoires Servier pour annoncer trois décès imputés au Mediator est absurde en rapport aux méthodes et au raisonnement statistiques appliqués en épidémiologie. À ce sujet, l’épidémiologiste Catherine Hill explique assez simplement ce qu’est un odds ratio sans citer la notion1.

Pure coïncidence, j’ai reçu un appel à communication très à propos aujourd’hui même… La liste des soutiens financiers n’est pas encore publique.

Dernière chose, j’ai remarqué du spam dans les commentaires, je suppose que cela devrait se régler au niveau de la plate-forme assez rapidement, et je fais manuellement le tri de toute manière.

  1. Disclaimer : certains travaux de Catherine Hill apparaissent en sources dans ma recherche doctorale, et je prépare depuis longtemps une recherche sur le raisonnement statistique dans la controverse qui a opposé le célèbre statisticien Ronald Fisher aux épidémiologistes ayant identifié un lien entre tabagisme et carcinome (cancer) du poumon) dans les années 1950. []

Typologies everywhere

Arrivera-t-on à mettre le welfare en types ? L’une des grandes questions dans l’étude des États-providence occidentaux consiste à se demander si l’on peut établir des typologies robustes qui permettraient de distinguer plusieurs familles de pays—ce qui donne, une fois transcrit dans le discours public, des références notamment aux pays “de tradition socio-démocrate” ou au “modèle nordique”.

Au début des années 1990, les travaux du sociologue Gøsta Esping-Andersen avaient apporté une première réponse à cette question, en distinguant trois régimes d’État-providence ; dans les travaux antérieurs, il faut au moins signaler ceux de Walter Korpi et la critique d’inspiration marxiste de l’État-providence, dont le représentant le plus connu est Claus Offe. Il y a de bons résumés de la typologie d’Esping-Andersen et de son mode de construction.

Les recherches sur les typologies se sont enrichies en intégrant progressivement les pays d’Europe de l’Est et ceux d’Europe méditerranéenne-sud-continentale, et en développant des dimensions supplémentaires comme le genre. Une autre expansion concerne les politiques de santé, qui sont multidimensionnelles et seulement partiellement assimilables à des politiques de prestations (cash payments) correspondant à un transfert salarial différé (income transfer).

Au cours des années 1990-2000, les réformes des États-providence européens ont montré que la typologie était finalement assez robuste, bien que les régimes d’États-providence aient considérablement changé—c’est d’ailleurs un bon critère pour évaluer une typologie que de vérifier qu’elle ne supprime pas le potentiel transformatif des objets classés.

Cependant, comme l’a signalé Henry Farrell, un article paru il y a déjà… deux ans (vous l’avez deviné, cette note est exhumée des archives-brouillons de ce blog) dans la Socio-Economic Review montre que l’on peut faire mentir une partie de cette typologie en observant uniquement les recettes des États-providence. Sous cet angle d’analyse, on observe que les États-Unis ont un système de taxation étonnamment progressif, et la Grande-Bretagne un système étonnamment régressif :

Il faudrait en dire beaucoup, beaucoup plus, mais il est impossible de rendre compte brièvement d’un courant de recherche aussi large, et qui continue à fournir des résultats extrêmement intéressants. Je mentionnerais juste que l’État-providence français est parfois difficile à ranger sagement dans les typologies existantes, pas au point de parler d’une “exception française” (et je rajouterais : heureusement), mais suffisamment pour parler d’une hybridation entre les différents régimes, qui s’observe également ailleurs.

Cette longue digression paraît aujourd’hui parce que j’ai récemment découvert que David Collier (encore lui) a mis en ligne une annexe d’un papier à paraître sur les typologies en politique comparée. On y trouve une liste des typologies couramment utilisées dans plusieurs branches de la science politique ; j’attends le papier lui-même avec impatience, car David Collier a toujours très bien écrit sur la conceptualisation, sur la méthodologie des recherches qualitatives et sur l’épistémologie des sciences sociales en général.

Pour tous ceux qui ne pourront, à raison, se satisfaire des quelques lignes de description ci-dessus au sujet des typologies d’États-providence, je renvoie aux deux ouvrages qui m’ont amené à ce sujet, tous deux signés par Bruno Palier : Gouverner la sécurité sociale (voir le premier chapitre) et La réforme des retraites, un petit ouvrage qui évoque synthétiquement la question, en plus d’expliquer clairement (ce qui est loin d’être évident) le fonctionnement des différents systèmes de retraite en Europe.