Management estudiantin

Sur le blog OrgTheory, qui est un excellent blog de sociologie des organisations (au sens large, américain du terme), Fabio offre quelques conseils pour rendre un cours attractif tout en en préservant le contenu académique. Quelques extraits de chaque conseil, avec mes remarques :

Lesson 1: Put yourself in the shoes of the student. What would be a reasonable and typical student [belief] about your course?

Oui. Facile quand l’écart d’âge est réduit. Facile en toutes circonstances, à mon avis, à moins de vivre dans le monde universitaire comme dans un roman de David Lodge.

Lesson 2: You can adjust your class without dumbing it down.

Oui, mais d’autres essaieront parfois de vous y contraindre. Je refuse systématiquement de modifier mes bibliographies et plans de cours, même (surtout) lorsque les textes sont des classiques ou des papiers récents, parfois non publiés. Il suffit de calibrer sur deux choses : la longueur des textes et l’aptitude méthodologique. Cinquante pages sur une modélisation en théorie des jeux à information imparfaite, c’est non, mais quarante pages de Chamboredon dans les années 1970, c’est non aussi ; cela doit s’apprendre par essai-erreur (en tout cas pour moi, qui n’ai que très peu d’expérience).

Lesson 3: Design the grading scheme so that (a) the student must acquire some basic knowledge to pass, and (b) it is [achievable] by students who typically show up when they put in reasonable effort.

Oui. Bien dit.

Lesson 4: Variance: I try to make exams and quizzes have easy and hard questions.

Ma version : simple au niveau des exposés, où je ne demande que de la description synthétique et fournit en plus la bibliographie (inutile de forcer des étudiants pressés à aller récupérer des textes périmés ou mauvais par leurs propres moyens) ; plus difficile pour les dissertations, où l’on passe au niveau analytique et critique.

Lesson 5: Say “yes.” Unless the request is truly onerous, I grant most student requests.

Tout pareil, y compris pour le reste du conseil (à lire intégralement dans le texte de Fabio).

Lesson 6: Reduce grade disputes.

Ça ne m’est pas arrivé. Je note les travaux écrits et oraux sur une fourchette élevée (moyenne 14-15), qui redescend vers une gaussienne (moyenne 12-14) plus basse avec un même écart-type (environ 2) parce que les notes sont pondérées par la participation, ce que les étudiants comprennent et admettent, jusqu’à preuve du contraire (encore une fois, je manque d’expérience). Tout change sur les cours de méthodologie statistique, où les questions et les réponses sont “fermées”.

Lesson 7: Stubborn people. If you have truly tried to make the class comfortable and you have been flexible, it’s easy to dig in your heels with stubborn students. And stay tough. Don’t waffle.

Exemple : je ne compte aucune absence et aucun retard si prévenu jusqu’à la dernière minute avant le cours ; dans 80% des situations, les étudiants préviennent en avance ; dans 10% des situations, je suis prévenu en dernière minute ; dans 10% des cas, je ne suis prévenu et n’ai pas de scrupules sur la notification de l’absence.

Et vous ?

Évaluation sauvage

Deux rapides points de vue d’insiders sur le fonctionnement du monde académique.

Un professeur finlandais compare les soutenances de thèse dans plusieurs pays, dont la France :

The visit to Lyon was also interesting in the sense that I could again see how different the practices in doctoral programs and vivas or defences are across countries. I have firsthand experience in terms of serving on a jury or committee or acting as an opponent in several countries. Finland ranks number one in formality, Sweden in the quality of dialogue but perhaps also in conflict avoidance, Denmark in focus on practical relevance that sometimes overrides the theoretical side, UK in focus on theoretical argument but also in lack of transparency in evaluation, New Zealand in straightforwardness, Canada in positive atmosphere, Israel in originality, and France in terms of intimidation of the candidate (not this time though) and the quality of food and drink after it’s all over. I hope that no one is offended. I’ll try to collect more experiences and write a book about these cultural differences when I retire (although I’m not sure if anyone would be interested in such a book).

Et Gérard Noiriel se remémore son entrée dans le monde académique parisien :

Étant donné que j’ignorais tout, en raison de mes origines, des réalités sociales du milieu universitaire, j’avais une conception livresque de la science. J’avais lu tous les gens que j’invitais lors des débats ou des séminaires. Leur univers m’était donc très familier sur le papier ; mais j’ai fait connaissance avec les êtres réels et non plus seulement avec des auteurs « de papier ». C’est à ce moment-là que j’ai découvert des aspects du monde savant que j’ignorais totalement, comme les rivalités entre institutions, les luttes de concurrence, les stratégies de carrière, etc. Cela a été pour moi une expérience marquante. J’en ai d’ailleurs tiré profit dans mes recherches. Toutes les analyses que j’ai développées ensuite sur la question des « relations à distance » découlent de cette expérience vécue.

Mon idéal de la science, qui était la liberté de la critique, s’est trouvé confronté à toute la dimension sociale, voire anthropologique, du milieu. Autant il m’était facile de critiquer des auteurs que je ne connaissais pas, autant il devenait difficile de maintenir cet idéal critique – que j’ai appelé à la suite de Jürgen Habermas l’« éthique de la discussion » – à l’égard de personnes que je connaissais directement. J’ai donc mieux compris pourquoi il y avait si peu de véritables débats en France. Je crois que c’est un effet de la centralisation parisienne des grandes institutions, qui engendre une paralysie. Il n’y a pas d’espace possible pour une critique sereine : les débats deviennent aussitôt des querelles de famille. C’est à ce niveau que mon entrée brutale dans la sphère parisienne a été problématique.

Livrés ici sans autre forme de commentaire (ne pas y lire, par exemple, un soutien tacite), pour discussion.

La norme de la “vieille démocratie”

En survolant les bibliographies commentées de Charles Tilly, j’ai découvert cet excellent article de l’American Psychologist sur la norme de l’intérêt propre, qui explique comment la justification par les intérêts finit par prendre une place plus importante qu’elle ne devrait dans les explications des phénomènes, parce qu’il y a un biais en faveur de ce type de motivation :

The self-interest motive is singularly powerful according to many of the most influential theories of human behavior and the layperson alike. In the present article the author examines the role the assumption of self-interest plays in its own confirmation. It is proposed that a norm exists in Western cultures that specifies self-interest both is and ought to be a powerful determinant of behavior. This norm influences people’s actions and opinions as well as the accounts they give for their actions and opinions. In particular, it leads people to act and speak as though they care more about their material self-interest than they do. Consequences of misinterpreting the « fact » of self- interest are discussed.

L’article est signé par Dale Miller, qui a signé tout un tas d’autres articles intéressants. Celui mentionné ci-dessus aurait beaucoup plu à Bourdieu et ses collègues, qui affichent un (sain) mépris des explications intégrales par les motivations dans les premières pages du Métier de sociologue.

Ce détour pour en arriver à un extrait de la tribune de Badinguet, dans Le Monde d’aujourd’hui, au sujet du vote en Suisse sur les minarets :

Mais comment ne pas être stupéfait par la réaction que cette décision a suscitée dans certains milieux médiatiques et politiques de notre propre pays ? Réactions excessives, parfois caricaturales, à l’égard du peuple suisse, dont la démocratie, plus ancienne que la nôtre, a ses règles et ses traditions, qui sont celles d’une démocratie directe où le peuple a l’habitude de prendre la parole et de décider par lui-même ?

Le discours présidentiel attribue ici une prime symbolique discrète aux “vieilles” démocraties – autrement dit, il est bon, pour un peuple, d’être en démocratie, et encore mieux de s’y trouver depuis longtemps. Par conjonction, les “vieilles démocraties” méritent une médaille discursive (symbolique – une médaille en chocolat, suisse, donc).

On peut réécrire ce discours sous forme de syllogisme hypothétique (oui, il y en a que ça amuse, et j’en fais partie ; mais je me soigne). Je ne suis pas spécialiste de la chose1, mais je pense que le syllogisme avancé ici peut s’écrire de cette manière :

  1. S’il y a un seul état politique souhaitable, alors c’est une démocratie.
  2. Or s’il y a une démocratie, alors il est souhaitable qu’elle se maintienne dans le temps.
  3. Donc le seul état politique souhaitable doit également se maintenir dans le temps.

Si ce discours est largement accepté, c’est parce qu’il semble correct en premier lieu : les deux prémisses semblent correctement séparément, et la relation logique entre elles est valide.

Si l’on joue le jeu, quelle est la plus vieille démocratie ? J’ai un vague souvenir d’un Islandais me décrivant l’organisation de son pays au 10e siècle, avec un conseil de chefs votant les décisions “nationales” à la majorité (le terme “national” est anachronique). Bon, il faudrait spécifier le terme de “démocratie”, mais comme c’est un exercice conceptuel qui peut fonder et soutenir une carrière complète, je passe sur le détail. Toujours est-il qu’on peut régresser à volonté et trouver tout un tas de “vieilles démocraties”, dont l’état politique sera souhaitable ou pas.

Qu’en est-il des “jeunes” démocraties, sinon ? Ma fascination personnelle pour le régime politique américain va-t-elle souffrir de l’argument présidentiel ? La réécriture logique de l’argument présidentiel montre qu’en réalité, à moins de commettre une erreur de logique2, il ne peut pas se retourner contre les “jeunes” démocraties, parce qu’il se contente de primer les primo-arrivants – ce qu’en marketing, on appelle un first mover advantage. Ce qui est amusant, c’est que le first mover advantage est également… une croyance.

Mise à jour : Christophe Bouillaud a lui aussi réagi en deux temps sur le vote suisse, et son dernier billet contient une belle analogie présidentielle : “le hamster continue de tourner”.

  1. Par conséquent, j’invite Phersv à venir me corriger là où nécessaire. []
  2. Sans rentrer dans les détails, il y a tout ce qu’il faut dans les vieux bouquins de logique formelle pour s’amuser un peu. Mais attention, c’est addictif, on finit par voir des syllogismes partout ; exemple : “une grande société ne s’afficherait pas à Aubervilliers”, écrit le couple Pinçot-Charlot dans sa Sociologie de Paris. []

Manipulation nationale

Le site d’information Mediapart a lancé une pétition contre le débat sur l’identité nationale, en avançant de nombreuses raisons de refuser ce débat. Personnellement, j’estime qu’il y a trois moyens pour un scientifique de s’insérer dans un débat politique : par confirmation des arguments exposés, par réfutation des arguments exposés, ou par argument d’autorité (une forme de soutien ou de déni de soutien qui n’a aucune valeur démonstrative). Parce qu’elle ne permet pas de laisser de commentaires, la pétition de Mediapart ne permet que de formuler un argument d’autorité, alors qu’il y a des arguments valides permettant de réfuter le débat sur l’identité nationale.

Un argument consiste à montrer que les observations mobilisées dans le cadre du débat sont soit erronées, soit instrumentalisées. Plusieurs historiens sont déjà intervenus en ce sens, à partir de leurs travaux respectifs, mais Gérard Noiriel a bien résumé le problème : les observations sur l’appartenance a un groupe national sont inconséquents, et ne se comprennent qu’à la lumière de leurs usages politiques. Un autre argument consiste à montrer que les prémisses logiques du débat sont erronées. Personne n’a montré cela mieux que Michel Serres, qui pointe une faute cruciale dans le langage employé. Sa conclusion est fondamentalement la même : poser le terme d’identité sert un objectif politique.

Quelle que soit la démarche employée, on remarque que la finalité politique du débat l’a emporté sur sa validité. Un scientifique a toutes les raisons du monde de s’opposer à ce que l’on se réclame d’un débat (un agencement d’observations et d’arguments) qui n’aboutisse pas à une meilleure compréhension du monde, mais à sa manipulation. C’est sur cette base que je pense qu’il faut contester l’organisation du débat et le réfuter en bloc.