Quaderni arrive en ligne

La revue d’étude de la communication Quaderni a rejoint le portail Persée. Une ressource de plus que l’on n’a plus à aller chercher à la bibliothèque, sans se ruiner à faire des photocopies à un prix prohibitif et sur du papier même pas recyclé.

“Chercheur en quoi ? En ouvrages”

La fameuse rengaine sur le “retard” scientifique (ou autre) de la France prend parfois tout son sens quand on travaille sur un domaine d’étude spécialisé.

C’est souvent marquant quand on observe le marché de la traduction, certains textes ultra-classiques prenant des dizaines d’années à être traduits en langue française.

Parfois, c’est assez marquant dans la disponibilité des ouvrages. L’ouvrage majeur sur la réforme des systèmes de santé en Amérique du Nord est sans aucun doute celui de Carolyn Tuohy, Accidental Logics. Le catalogue national SUDOC n’en trouve que… deux copies, dont zéro en institution de recherche : le premier exemplaire est à l’ESSEC, le deuxième à la FNSP (Sciences Po) mais il a été perdu.

À l’heure actuelle, les bibliothèques universitaires d’un pays industrialisé avec un déficit structurel record dans sa branche assurance-maladie ne possèdent qu’un seul ouvrage du livre d’une auteur contemporaine classique, reconnue par ailleurs pour son influence extra-universitaire sur les pouvoirs publics.

Le Review Francaise de le Science Politique

Aperçu dans un article récent qui fait le point sur la réputation des revues en science politique aux USA, au Canada et en Grande-Bretagne :

RFSP en “Globish”

Le “globish” (un anglais international qui permet de tout désigner) étant à la mode, voici une belle suggestion de nouveau nom pour la RFSP, non ?

Cette observation tongue-in-cheek doit surtout permettre d’observer que, si la revue majeure en science politique française n’est pas une revue majeure de la science politique anglo-américaine, elle n’est pas non plus complètement inconnue.

La comparaison entre l’APSR et la RFSP est absurde, même si le classement avance un chiffre. Ce qui me semble plus pertinent, c’est la comparaison entre revues voisines dans le classement. Le score réputationnel de la RFSP est légèrement plus élevé que Policy Sciences, une revue qui est tombée dans l’oubli après avoir été supplantée par d’autres, et légèrement inférieur à celui du Journal of Legislative Studies, une revue de second rang sur un secteur d’étude très développé.

La comparaison la plus pertinente est toutefois celle avec Scandinavian Political Studies et l’Australian Journal of Political Science, dont les scores réputationnels sont proches. On peut supposer que la RFSP a une double identité : comme Scandinavian Political Studies, c’est une revue de référence sur une ère géographique, et comme l’Australian Journal of Political Science, c’est une revue officielle de “signal” pour la profession, dans un pays de second rang dans la recherche internationale en science politique.

Aucune autre revue française – ou même francophone – ne semble intéresser nos collègues anglo-américains, même si le Canadian Journal of Political Science accepte des articles dans les deux langues. Et si ça agace les Canadiens d’être désignés comme “américains”, ils n’avaient qu’à citer la Revue internationale de politique comparée, et pis c’est tout1.

  1. Les Écossais, Gallois et Irlandais du Nord devront pour leur part excuser le terme “anglo”. []

Ostrom

Le prix Nobel d’économie 2009 a fait mentir les prédictions que j’avais lues par-ci par-là. Williamson ne m’intéresse pas, c’est un économiste. En revanche, Elinor Ostrom est une politiste. La National Academy of Sciences a publié une biographie assez bien faite en 2006. Si vous préférez lire directement un texte pour voir de quoi il en retourne, je conseille le chapitre 9 dans le volume Gintis/Bowles et al.. Dernier détail : on est loin, très loin de l’équilibre général…

Plus d’informations bientôt chez Éconoclaste. Il faut mentionner pour terminer que c’est la première femme qui obtient (partage) ce prix.

Rétribution et contrainte

Imaginons que vous disposez d’une distinction symbolique quelconque, avec un effet médiatique jugé significatif.

Choisissez un scenario applicable à l’instant t :

  1. Vous identifiez un candidat méritant à t-1 sur la base de ses actions passées (rétribution symbolique objective).

    Avantage : c’est apparemment rationnel, ce qui semble correspondre à votre mandat initial.
    Inconvénient : il y a de fortes chances pour que le candidat ait continué son action en l’absence de distinction ; auquel cas, c’est irrationnel.

  2. Vous identifiez un candidat potentiellement méritant à t+1 sur la base de ses actions futures.

    Avantage : c’est stratégique, dans la mesure où cela crée une contrainte symbolique sur le candidat.
    Inconvénient : c’est stratégique, et votre mandat n’est pas écrit tout à fait dans ces termes.

Je me demande si l’on peut réécrire ça sous la forme d’un jeu à somme positive… Peut-être en référence à l’altruisme réciproque : le comité Nobel a peut-être voulu “piéger” Barack Obama dans un jeu à coopération forcée.

Mise à jour : certaines sources (que je ne trouve plus) rapportent des divisions importantes dans le comité au moment de la sélection du lauréat. Obama a, semble-t-il, été promu par un membre du comité en particulier ; si l’on réfléchit en termes de préférences, il se peut que le choix ait suivi un schéma à la Condorcet.

Sauvez la science politique américaine

Vous avez un bon accent anglais ? Votre ligne téléphonique peut appeler les États-Unis pour pas cher ? Ça ne vous dérange de broder un peu ? Appeler un sénateur vous ferait bien rigoler ?

Il est légèrement trop tard pour sauver la science politique américaine, mais essayez quand même. L’APSA, Henry Farrell, Lee Sigelman, Andrew Gelman et Joshua Tucker résument l’essentiel : un sénateur républicain ne voit pas de contenu scientifique dans la science politique, et propose donc de retirer toute possibilité de financement à la discipline par la National Science Foundation (qui n’a pas réagi à ma connaissance).

L’argument est simple : la science politique s’intéresse à des questions dont les réponses sont déjà fournies par les commentateurs politiques sur les chaînes télévisées. En conséquence, mieux vaut financer la science, la vraie, celle qui sauve des vies ou fait des trucs très compliqués, comme des graphiques en trois dimensions (waaah).

Je m’étonne, en fait, que personne n’y ait encore pensé en France.

On peut se demander quelle est la meilleure défense :

  • Rappeler que la science politique sert quand même de temps en temps à quelque chose (enfin, parfois, sous conditions, ça dépend, et encore, etc.).
  • Rappeler que la science-qui-sauve-des-vies ne sert à rien en règle générale, sauf dans le millième de cas qui justifie les 999 restants.

Envoyez vos bouquins

Les blogueurs américains sont désormais tenus de déclarer les produits qu’ils reçoivent gratuitement, afin de rester transparents sur l’objectivité des évaluations qu’ils publient. En science politique, on attend encore les produits gratuits…

J’en profite donc pour faire acte de disclosure personnel : j’ai reçu, en tout et pour tout, un seul livre gratuitement depuis que je blogue, soit plusieurs années. Le livre m’est parvenu… des États-Unis, et je pense que l’éditeur a pensé à moi à cause de mon site Internet, et pas de mes notes sur tel ou tel blog.

Ce livre n’a jamais été mentionné dans aucun de mes textes (je n’en donnerai même pas le titre ici), même si j’envisage un jour d’en rédiger un compte-rendu pour un média en ligne, où sera précisé que j’ai reçu l’ouvrage gratuitement. En attendant, j’invite bien évidemment les Presses de Sciences Po à m’envoyer gratuitement leurs nouveaux titres, ça ne se refuse pas, vu les prix du marché1.

Outre le bouquin mentionné, j’ai déjà été contacté par une revue (par plusieurs, en fait, mais une seule a été mentionnée ici).

  1. C’est un appel tongue in cheek, je doute que mon adresse postale figure où que ce soit en ligne ; j’ai déjà du mal à obtenir mes courriers administratifs… []

Suicides chez France Telecom, deuxième passage

Je fais suite ici à la pas-si-brève note que j’ai rédigée, partiellement sous le coup de l’émotion, à propos des suicides à France Télécom. Un blogueur, venu d’un autre blog où j’ai mentionné la note (et où deux autres réactions ont été publiée peu après), a pris le soin de critiquer ma note dans le détail.

Le dernier commentaire indique trois limites possibles à ma note : on peut contester les motifs de la réduction des effectifs à France Télécom, le taux de suicide à établir pour les années 2008-2009, et la correction des biais dans les chiffres servant à établir à la fois la tendance des taux, et leur comparaison avec ceux de la population générale. Stéphane, qui blogue sur Éconoclaste (le blog mentionné ci-dessus), pense que les données ne permettent d’établir ni la tendance, ni de soutenir la comparaison ; ma note propose une observation (tendance à la hausse, inverse à celle de la population générale, et taux supérieur sur les années observées), et son critique propose d’établir l’observation inverse.

Pour être entièrement honnête, Stéphane est celui qui a, de loin, le plus raison : les données ne sont pas assez solides. Le comportement des élites dirigeantes de France Telecom est inacceptable (les propos initiaux l’étaient, et les excuses elles-mêmes ont tardé), et les effets négatifs du travail sur la santé sont une réalité objective, étudiée dans plusieurs travaux de sciences sociales, d’épidémiologie et de santé publique ; mais même si la question des taux de suicide, de leur tendance et de leur évolution est une question intéressante, posée par de nombreux observateurs, il n’y a aucune certitude possible à partir des données dont on dispose.

En l’absence de données fiables, mon raisonnement doit s’arrêter au plausible, et je persiste à croire (la croyance n’étant pas une preuve mais un élément de départ du raisonnement scientifique) que ma position est la plus plausible, et que la position inverse est la moins plausible. Les réductions d’effectifs de France Telecom ne sont pas de simples départs à la retraite non remplacés, comme peut le laisser penser le window-dressing de la direction du groupe, mais une destruction calculée de la main d’œuvre, ce que les témoignages d’employés confirment. C’est ce qu’on appelle de l’anecdotal evidence : ça n’a pas valeur de démonstration, mais c’est un point de départ. Il y a aussi les chiffres : 50 000 employés en moins d’une décennie, soit un tiers de la main d’œuvre, ça ne se laisse pas appréhender comme une réduction simplement mécanique dû à l’âge des effectifs. Mais il faut une donnée précise sur l’âge des employés, que je n’ai pas.

Cette donnée permettrait de mieux contrôler la suite des estimations, ce qui reste à faire. Est-ce que l’on trouverait une tendance à la hausse ? Je crois que oui. Les chiffres 2008-2009 ne sont, malheureusement, pas arrêtés, comme le montre le suicide survenu après la rédaction de ma note. En conséquence, le taux de 23/100 000 donné dans ma note ne peut pas être corrigé avec exactitude : utiliser une moyenne sur deux ans efface le risque de suicide sur les mois qui arrivent, et efface la différence entre les suicides de 2008 et ceux de 2009. Il faudrait, pour faire les choses bien, observer précisément la répartition des suicides dans l’année, ce qui reste également à faire, malgré l’aspect assez macabre que prendra alors toute démonstration réellement contrôlée.

À partir de cette démonstration, est-ce que l’on trouverait un taux plus élevé que dans un échantillon identique tiré de la population générale ? Je crois aussi que oui. Même en corrigeant brutalement, comme dans le dernier commentaire apporté à ma note, on persiste à trouver un taux supérieur à France Telecom en 2000 ; celui de 2002 semble en revanche proche de la population générale ; et celui proposé pour 2009 est inférieur, ce qui serait aberrant, à moins de supposer, contre toutes les données dont on dispose sur la santé au travail, qu’il est bénéfique d’appartenir à un environnement professionnel où le stress a augmenté sous des pressions liées à la gestion des effectifs et de la performance.

En deuxième passage, je dois donc retirer le côté assertif de ma note, mais si j’en conserve l’intuition première, à titre d’hypothèse plus plausible que les autres. Il faut se contenter de ces éléments, jusqu’à ce qu’un travail sérieux et documenté puisse établir une observation fiable. Hélas, il n’y a aucune certitude que ce travail soit un jour effectué, ni à l’intérieur de France Telecom (pour rappel, tout ceci est une mode sans gravité pour la direction du groupe), ni à l’extérieur. Stéphane, toujours, a raison de rappeler que le travail d’une commission d’enquête peut être vain, si l’on en juge par l’absence d’améliorations concrètes qui caractérise souvent ce style de réponse à un problème devenu public. Mais la valeur symbolique d’une commission est non négligeable, et ce serait une première forme de justice morale faite aux victimes des pressions du travail. Si une commission peut aussi exiger que l’on construise des données solides pour traiter du problème en toute connaissance de cause, ce serait une deuxième victoire morale, celle des données sur les spéculations, et surtout celle des résultats sur les interprétations données à la presse des dirigeants du groupe France Telecom.

Mise à jour, octobre 2009 : plus de chiffres, moins de certitude. Maintenant que j’ai passé suffisamment de temps à identifier les biais, je me rends compte à quel point on est loin, très loin d’arriver à des statistiques comparables. À moins de comparer avec… un autre grand groupe industriel de population comparable.

Mise à jour, juin 2010 : ce dossier est toujours d’actualité, et les nouveaux chiffres montrent une augmentation des cas de suicide.