Racisme inversé

Si la note sur l’antifascisme exemplaire de Klaus Mann vou avait intéressé, jetez-vous sur la réflexion de Pherv au sujet du racisme inversé attribué à Sonia Sotomayor. D’autres commentaires sur Sonia Sotomayor sont disponibles chez les usual suspects, sur les blogs de politistes américains ou anglo-américains régulièrement cités ici et signalés dans notre petite liste de blogs de sciences sociales.

La science politique dans les médias

Rajoutez les termes “Sciences Po” dans le titre pour obtenir une controverse récurrente et facile (via, via), dans la mesure où personne dans la discipline n’est prêt de changer d’avis ou de comportement quant à la récupération du discours scientifique par les médias, et par la télévision en particulier.

En science politique, les périodes électorales et certains enjeux de politique intérieure (comme les banlieues) ou extérieure (comme le terrorisme islamique) autorisent des rapprochements particulièrement proches et fréquents entre un petit groupe de politistes et la profession journalistique.

En interne à la discipline, on se souvient d’au moins deux controverses récentes, dont on peut trouver des traces en ligne, et surtout dans les blogs de politistes souvent signalés par ce blog. La plus visible d’entre elles s’est traduite par quelques articles dans Le Monde et une scission institutionnelle.

La seule chose qui me semble intéressante à lire sur le sujet est l’ouvrage, tiré d’un mémoire de DEA, de Caroline Lensing-Hebben. L’échantillon de l’auteur contient de nombreux politistes, parfois tragicomiques, souvent vachards entre eux ; du coup, on se marre doucement à plusieurs reprises.

Je préfère ne pas m’étendre (ici) sur le sujet, sauf pour rappeler cette platitude logique : les médias ont les experts qu’ils méritent, et réciproquement, les experts y ont le temps de parole qui leur revient. Le système formé par les deux professions peut même probablement s’écrire en termes eastoniens.

Prévoir une élection

Colophon : J’ai oublié de rédiger cette note juste après l’élection de Barack Obama, alors je me rattrape tant bien que mal aujourd’hui… mais j’ai un prétexte : dans ma note précédente sur les élections européennes, je cite une tentative de prédiction du résultat de l’élection. Cela a-t-il un sens ? Est-il possible de prévoir une élection ?

On se pose sérieusement la question au moins depuis les années 1960. Voici deux manières servant à prédire un résultat électoral. Je précise immédiatement que ces méthodes sont valables dans les régimes démocratiques : si vous voulez prédire l’élection du prochain président tunisien ou congolais, ce n’est pas la même histoire…

Apprendre à connaître les électeurs

Pour prédire une élection, on peut essayer de « comprendre » les électeurs afin d’identifier des variables qui fournissent un indicateur fortement corrélé au vote (un proxy). Un des ouvrages les plus importants en la matière, The American Voter, établit une liste des variables s’approchant du vote des individus : origines socio-économiques, information sur les candidats, mais surtout et avant tout la super-variable party id : l’affiliation partisane. L’ensemble de ces variables est assemblé sous la forme d’un entonnoir, le funnel of causality, imaginé par Philip Converse (l’un des auteurs du livre) dans un séminaire de recherche pour doctorants1. En 2008, l’ouvrage a fait l’objet d’une suite (oui, comme pour les films hollywoodiens), où l’entonnoir subsiste comme modèle explicatif du vote. En France, des travaux comme L’électeur français en questions suivent à peu près la même démarche.

Apprendre à connaître les résultats du vote

L’autre solution pour prédire une élection consiste à reprendre tous les résultats des votes précédents sur les élections de même type afin de construire des modèles explicatifs pour ces résultats à partir d’indicateurs disponibles en continu. Si l’on arrive, par exemple, à prédire toutes les élections présidentielles françaises à partir du taux de chômage des jeunes, alors il suffit de suivre l’évolution de ce taux dans les mois précédant l’élection pour avancer des prédictions sur le résultat final. Les auteurs qui signent des papiers dans l’International Journal of Forecasting vol. 24 n°2 spécial “Élections américaines” ont évidemment imaginé des modèles beaucoup plus compliqués et surtout plus rigoureux2 que celui-ci, mais la base de leur travail consiste bien en cela : trouver des proxies dans le passé, les combiner intelligemment, puis les observer au présent.

Obama Cover 1 - PS, Political Science & Politics Obama Cover 2 - PS, Political Science & Politics

En 2008, plusieurs auteurs publiés dans PS: Political Science & Politics vol. 41 n°4 ont fabriqué de jolis modèles prédisant l’élection de Barack Obama, à des scores divers et à une exception près (un modèle donnait John McCain vainqueur avec une marge minuscule). En 2009, un regard rétrospectif sur ces tentatives de modélisation était publié dans PS: Political Science & Politics vol. 42 n°1. Pour faire simple, tout le monde s’était plus ou moins planté : le vote populaire a été généralement surestimé (ou très sous-estimé), et le vote des super-électeurs a été sous-estimé. Un modèle s’approchait très près du résultat, avec un modèle où le vote résulte de deux choses : le score du président sortant (très bas à cause, notamment, de la guerre en Irak) et les indicateurs économiques (très bas eux aussi, à cause de la crise économique et financière). Sur Internet, le site fivethirtyeight.com, lui, avait presque tout juste sur les deux scores – mais attention : même une horloge cassée produit deux prédictions exactes par jour3.

Prévoir une élection n’est qu’une partie du jeu analytique déployé autour de ces événements, et les modèles prédictifs ne remplacent pas le commentaire électoral. Cependant, ce petit exercice est assez amusant (tout ce qui concerne la prédiction sur critère scientifiques, les educated guesses, tend à être assez divertissant), et il confirme le rôle joué par l’état de l’économie dans les préoccupations des électeurs. Mais attention : pour la modélisation, il faut beaucoup d’élections comparables, et en France, on n’a pas tant d’élections que ça à comparer… Les Américains peuvent par exemple analyser les différentiels électoraux 2008/2004 et 1956/1952, alors qu’en France, on ne peut pas comparer les différentiels 2007/2002 et 1958/1953 (d’une part, on change de régime en 1958 ; d’autre part, le poids des candidats tiers, qui est généralement négligeable dans les élections présidentielles américaines, est important dans l’élection présidentielle à deux tours française, et évidemment remarquable en 2002).

À consulter

  • Angus Campbell, Philip Converse, Warren Miller, Donald Stokes, The American Voter, University of Chicago Press, 1960.
  • Daniel Boy, Nonna Mayer, L’électeur français en questions, Presses de Sciences Po, 1990.
  • Michael S. Lewis-Beck, William G. Jacoby, Helmut Norpoth, Herbert F. Weisberg, The American Voter Revisited, University of Michigan Press, 2008.
  1. J’ai relevé cette anecdote lors du séminaire GEOPP, où intervenait Michael Lewis-Beck, en janvier 2009. Leçon à retenir : une idée sortie dans un séminaire universitaire peut finir dans un bouquin, devenir un classique international et survivre pendant plus de quarante ans. []
  2. Le problème de rigueur est ici : comment assurer la validité et la fiabilité de la mesure du chômage des jeunes ? C’est un problème épistémologique : la question est moins de savoir s’il existe une ou plusieurs variable(s) permettant de prédire une élection que de savoir si cette variable est mesurable – c’est-à-dire de savoir s’il s’agit vraiment d’une variable. Le Zeitgeist, l’air du temps, permet probablement de répondre à tout sur tout dans le monde social, y compris en avance, mais ce n’est pas une variable. []
  3. L’analogie est tirée d’un débat sur les prédictions, que je laisse le soin au lecteur anglophone de reconstituer. Le débat est parti du comportement d’un sénateur américain qui a changé de parti, Arlen Specter. Son nouveau comportement électoral semble avoir fait défaut aux prévisions. []

Suivre les élections européennes

Trois sites que je recommande pour suivre les élections européennes, dont je prédis qu’elles seront, en France, (1) peu intéressantes, voire (2) très ennuyeuses. De la prédiction (1), je dérive un taux de participation français faible. De la prédiction (2), je dérive des réalignements partisans français faibles. Conclusion : si vous ne cliquez pas les liens suivants, votre comportement est rationnellement ignorant, et l’on ne pourra pas vraiment vous donner tort.

  • Éric Dupin : un chroniqueur que je suis depuis très longtemps, et dont les points de vue circonstanciés me semblent souvent justes, car prudents. Sa dernière chronique s’appelle “Vote sanction pluriel” (shorter : le vote sanction va viser les deux partis de gouvernement mais sera éclaté entre plusieurs formations).
  • Jean Quatremer : ce blog est devenu incontournable pour son côté “coulisses bruxelloises”. L’auteur est journaliste à Libération, et sa couverture de l’événement politique est plus centrée sur les individus et la redistribution des cartes du pouvoir dans les institutions communautaires : lisez par exemple son analyse de la possible “majorité anti-Barroso”.
  • Vote Watch (via) : un site de politistes britanniques, lancé pour monitorer les résultats de l’élection et surtout s’informer préalablement sur les votes précédents et le comportement des (groupes) parlementaires sur les enjeux européanisés.
  • Predict 09 (via) : plus drôle que le précédent, un site de politistes (également britanniques) qui pensent avoir mis la main sur un modèle suffisamment précis de prédiction du vote, pays par pays. Les auteurs donnent presque 10% au NPA et 4% de moins au FN (qui avait fait 9.8% en 2004).

En aparté, c’est amusant de faire le tour des amis que je connais depuis Sciences Po : à la louche, 10% ne croient plus dans les élections, 30% ne votent plus du tout, 30% ne voteront pas aux européennes, et 20% vont voter comme dans une élection nationale. Les 10% restants savent peut-être ce qu’ils font.

Post-scriptum : si vous écoutiez France Info cet après-midi, Vote Watch était annoncé à l’antenne neuf minutes après publication de cette note.

La psychologie du terrorisme par attentats-suicides

En quelques mots, la revue Political Psychology vient de sortir un numéro spécial sur les traits psychologiques des terroristes impliqués dans des attentats-suicides (ça me semble la meilleure traduction disponible de suicide terrorists, même si elle n’est pas très satisfaisante).

On se rappelle que l’article de Robert Pape dans l’American Political Science Review en 2003, intitulé « The Strategic Logic of Suicide Terrorism« , avait fait l’objet d’une petite controverse assez bien relayée en ligne par John Sides : voici un résumé de la controverse, et un résumé de la réponse de Robert Pape.