Premier numéro de l’European Political Science Review

L’European Political Science Review vient de publier son premier numéro. Pour la première fois, j’ai lu une revue scientifique de la première à la dernière page, car il s’agit d’une publication un peu particulière, pour les raisons expliquées ci-dessous.

(Cette note aura un arrière-goût d’inside baseball pour les lecteurs qui ne participent pas directement à la production de la science politique, mais pour les autres, comme mon co-auteur Joël ou les politistes-blogueurs comme Christophe Bouillaud, Yves Surel, Laurent Bouvet et les autres, cela voudra certainement dire quelque chose ; et puis on ne va pas rater d’annoncer une bonne nouvelle pour la recherche en science politique, la conjoncture n’étant pas vraiment optimiste…)

L’américanisation de la science politique européenne est un vieux projet. Depuis 2001, l’European Consortium for Political Research (ECPR) organise tous les deux ans une General Conference qui ressemble à s’y méprendre au Salon de l’Automobile des polistes européens, l’objectif étant de montrer à la fois ce que l’on sait faire de mieux, et ce que l’on se prépare à savoir faire dans les années qui viennent. Cette conférence est organisée presque simultanément à l’Annual Meeting de l’American Political Science Association (APSA), ce qui a pour effet d’accentuer la relation à la fois concurrentielle et mimétique entre ces deux événements1.

La genèse de l’European Consortium montre que cette relation ambivalente, qui consiste en une imitation mais aussi d’une volonté de dépassement du modèle américain, afin de tendre vers l’excellence scientifique, n’est pas le fruit du hasard2. En 1970, les fondateurs de cette organisation, dont le politiste français Jean Blondel installé outre-Manche à l’University of Essex, s’étaient donné pour objectif de faire de la science politique européenne la seconde meilleure au monde, sinon la première. Cet objectif nécessitait de fonder une structure servant de forum de discussion (conférences), mais aussi de capital financier et symbolique (bourses et récompenses), de formation (summer schools), et enfin de publication (revues).

La première des revues publiées par l’ECPR à lancer un défi à la science politique américaine fut l’European Journal of Political Research, éditée à ses débuts par Arendt Lijphart. Aujourd’hui, l’European Political Science Review est une réplique de (add. la discussion de cette note montre que cette expression ne convient pas) renvoie à l’autre “PSR”, l’American Political Science Review ; les deux revues sont d’ailleurs éditées par les mêmes presses universitaires (Cambridge University Press), dont le siège social est basé à la fois en Europe et aux États-Unis.

La science politique européenne a-t-elle une chance de “rejoindre” la science politique américaine, voire de la “dépasser”3 ? Structurellement, non : les universités américaines forment beaucoup plus, et beaucoup mieux, un nombre plus élevé de politistes, dont les opportunités professionnelles sont également plus larges qu’en Europe. Seule une poignée d’universités européennes atteint le standard d’excellence statistique médian des départements de science politique américains.

Ceci étant dit, les analyses quantitatives ne sauveront pas la science politique américaine, qui est confrontée à d’autres problèmes, à commencer par sa faible perméabilité aux méthodes de recherche interprétatives. Son Annual Meeting subit aussi un effet Gulliver catastrophique, qui fait qu’on y vient plutôt pour rencontrer les leaders de la discipline que pour lire des papiers vraiment intéressants. En conséquence, les jeux ne sont pas faits.

L’European Political Science Review est éditée par une Européenne, Donatella della Porta, et un Américain, B. Guy Peters. Vous savez maintenant avec quel oeil je vais aller lire leur éditorial et les premiers articles, signés par une foule de grands noms : Johan P. Olsen, Philippe C. Schmitter, Deborah Savage et Albert Weale, etc. ! Dernier point, pas de quoi faire cocorico : l’editorial board contient un seul Français, alors qu’il y a plusieurs Allemands, Britanniques, Canadiens, Italiens…

Note : les commentaires sont fermés pour faire face au spam. Vous pouvez envoyer vos réactions par email, ou les poster sur un autre billet.

  1. Cette relation n’est pas, à ma connaissance, explicitement revendiquée par les participants, mais on peut l’objectiver de différents manières. À Montréal, un chercheur nord-américain m’a parlé des ECPR Joint Sessions comme de la « Rolls Royce » de la recherche européenne (j’étais d’accord avec lui). Pour la prochaine General Conference de l’ECPR à Potsdam, j’ai préparé un brouillon de papier très « américain » dans son objet et dans sa méthode scientifique (ce qui signifie que le papier est très théorique, avec des hypothèses d’arrière-plan très lourdes et empruntées en grande partie à la théorie économique). []
  2. Jean Blondel rappelle que l’ECPR incarnait aussi une volonté de détachement contre le modèle de sociologie politique et électorale défendu par l’Institut d’Études Politiques de Paris (Sciences-Po) et la Fondation Nationale des Sciences Politiques, un modèle “qui ne mérite pas vraiment son nom, étant donné qu’il ne s’intéresse que dans une moindre mesure aux objets que se donne la science politique dans la plupart des autres pays du monde”. Cet éclairage permet peut-être de relire un peu plus intelligemment que ne l’a fait la presse quotidienne la controverse récente aux airs de querelle de famille ayant causé un split institutionnel au laboratoire principal de Sciences-Po, le Cevipof. []
  3. Add. Encore une fois, la discussion de cette note montre que cette question extrapole sur les données présentées ici, ce qui pose un risque logique (de non sequitur) pour l’argument avancé. À corriger au fil de la lecture, donc. []