Premier numéro de l’European Political Science Review

L’European Political Science Review vient de publier son premier numéro. Pour la première fois, j’ai lu une revue scientifique de la première à la dernière page, car il s’agit d’une publication un peu particulière, pour les raisons expliquées ci-dessous.

(Cette note aura un arrière-goût d’inside baseball pour les lecteurs qui ne participent pas directement à la production de la science politique, mais pour les autres, comme mon co-auteur Joël ou les politistes-blogueurs comme Christophe Bouillaud, Yves Surel, Laurent Bouvet et les autres, cela voudra certainement dire quelque chose ; et puis on ne va pas rater d’annoncer une bonne nouvelle pour la recherche en science politique, la conjoncture n’étant pas vraiment optimiste…)

L’américanisation de la science politique européenne est un vieux projet. Depuis 2001, l’European Consortium for Political Research (ECPR) organise tous les deux ans une General Conference qui ressemble à s’y méprendre au Salon de l’Automobile des polistes européens, l’objectif étant de montrer à la fois ce que l’on sait faire de mieux, et ce que l’on se prépare à savoir faire dans les années qui viennent. Cette conférence est organisée presque simultanément à l’Annual Meeting de l’American Political Science Association (APSA), ce qui a pour effet d’accentuer la relation à la fois concurrentielle et mimétique entre ces deux événements1.

La genèse de l’European Consortium montre que cette relation ambivalente, qui consiste en une imitation mais aussi d’une volonté de dépassement du modèle américain, afin de tendre vers l’excellence scientifique, n’est pas le fruit du hasard2. En 1970, les fondateurs de cette organisation, dont le politiste français Jean Blondel installé outre-Manche à l’University of Essex, s’étaient donné pour objectif de faire de la science politique européenne la seconde meilleure au monde, sinon la première. Cet objectif nécessitait de fonder une structure servant de forum de discussion (conférences), mais aussi de capital financier et symbolique (bourses et récompenses), de formation (summer schools), et enfin de publication (revues).

La première des revues publiées par l’ECPR à lancer un défi à la science politique américaine fut l’European Journal of Political Research, éditée à ses débuts par Arendt Lijphart. Aujourd’hui, l’European Political Science Review est une réplique de (add. la discussion de cette note montre que cette expression ne convient pas) renvoie à l’autre “PSR”, l’American Political Science Review ; les deux revues sont d’ailleurs éditées par les mêmes presses universitaires (Cambridge University Press), dont le siège social est basé à la fois en Europe et aux États-Unis.

La science politique européenne a-t-elle une chance de “rejoindre” la science politique américaine, voire de la “dépasser”3 ? Structurellement, non : les universités américaines forment beaucoup plus, et beaucoup mieux, un nombre plus élevé de politistes, dont les opportunités professionnelles sont également plus larges qu’en Europe. Seule une poignée d’universités européennes atteint le standard d’excellence statistique médian des départements de science politique américains.

Ceci étant dit, les analyses quantitatives ne sauveront pas la science politique américaine, qui est confrontée à d’autres problèmes, à commencer par sa faible perméabilité aux méthodes de recherche interprétatives. Son Annual Meeting subit aussi un effet Gulliver catastrophique, qui fait qu’on y vient plutôt pour rencontrer les leaders de la discipline que pour lire des papiers vraiment intéressants. En conséquence, les jeux ne sont pas faits.

L’European Political Science Review est éditée par une Européenne, Donatella della Porta, et un Américain, B. Guy Peters. Vous savez maintenant avec quel oeil je vais aller lire leur éditorial et les premiers articles, signés par une foule de grands noms : Johan P. Olsen, Philippe C. Schmitter, Deborah Savage et Albert Weale, etc. ! Dernier point, pas de quoi faire cocorico : l’editorial board contient un seul Français, alors qu’il y a plusieurs Allemands, Britanniques, Canadiens, Italiens…

Note : les commentaires sont fermés pour faire face au spam. Vous pouvez envoyer vos réactions par email, ou les poster sur un autre billet.

  1. Cette relation n’est pas, à ma connaissance, explicitement revendiquée par les participants, mais on peut l’objectiver de différents manières. À Montréal, un chercheur nord-américain m’a parlé des ECPR Joint Sessions comme de la « Rolls Royce » de la recherche européenne (j’étais d’accord avec lui). Pour la prochaine General Conference de l’ECPR à Potsdam, j’ai préparé un brouillon de papier très « américain » dans son objet et dans sa méthode scientifique (ce qui signifie que le papier est très théorique, avec des hypothèses d’arrière-plan très lourdes et empruntées en grande partie à la théorie économique). []
  2. Jean Blondel rappelle que l’ECPR incarnait aussi une volonté de détachement contre le modèle de sociologie politique et électorale défendu par l’Institut d’Études Politiques de Paris (Sciences-Po) et la Fondation Nationale des Sciences Politiques, un modèle “qui ne mérite pas vraiment son nom, étant donné qu’il ne s’intéresse que dans une moindre mesure aux objets que se donne la science politique dans la plupart des autres pays du monde”. Cet éclairage permet peut-être de relire un peu plus intelligemment que ne l’a fait la presse quotidienne la controverse récente aux airs de querelle de famille ayant causé un split institutionnel au laboratoire principal de Sciences-Po, le Cevipof. []
  3. Add. Encore une fois, la discussion de cette note montre que cette question extrapole sur les données présentées ici, ce qui pose un risque logique (de non sequitur) pour l’argument avancé. À corriger au fil de la lecture, donc. []

Antifascisme exemplaire

En lisant cette excellente note de Pierre Assouline sur Klaus Mann (le fils de Thomas Mann), je suis resté quelques secondes sur cette expression :

Que savent les Français de Klaus Mann (1906-1949) ? Qu’il fut le fils de Thomas Mann, cette montagne magique de la littérature contemporaine qui le domina au point de l’écraser au risque de l’éclipser durablement. Qu’il fut le neveu de Heinrich Mann, antifasciste exemplaire.

Je me suis demandé ce que pouvait être un “antifasciste exemplaire” avant de continuer ma lecture. En schématisant, il y a deux interprétations possibles : une interprétation rétrospective, qui se fonde sur ce que l’on sait aujourd’hui du nazisme, et qui juge le passé en connaissance de cause ; ou une interprétation contextuelle, ancrée dans le vécu des habitants de l’Allemagne nazie. Dans les deux cas, l’interprétation doit se terminer par l’exemplarité du comportement : exemplarité contemporaine dans le premier cas, exemplarité d’époque dans le second.

Pierre Assouline livre quelques clés de lecture de son propos dans le reste du reste du texte. Écrivain lui-même, il juge Klaus Mann à ce que ce dernier a écrit. On imagine sans difficulté qu’il existe d’autres manières de juger que la trace écrite : des milliers de résistants sont morts sans avoir rédigé une ligne sur leur engagement. D’autres ont menti abondamment sur papier1.

D’autres résistants sont morts en s’étant engagés dans la résistance pour des raisons que l’on jugerait aujourd’hui avec ambivalence : les résistants ultra-nationalistes français, par exemple, ou encore l’antinazisme motivé par le stalinisme, ce que note par ailleurs Pierre Assouline. On peut peut-être écarter les motifs moraux et leur formulation de ce qui fait l’exemplarité : entre un résistant stalinien, un résistant issu de l’Action Française et un résistant apathique à l’idéologie politique de son temps, je préfère me garder de juger, sinon rétrospectivement (interprétation 2).

Klaus Mann écrit, donc. Spécifiquement, il réagit à l’arrivée au pouvoir du national-socialisme :

Nous sommes en novembre 1930. Deux mois avant, les nationaux-socialistes ont obtenu six millions de voix (certains chiffres ont une résonance tragique, avec le recul) et cent sept sièges au Reichstag. Dans un bref essai Révolte contre la lenteur, Zweig a vu dans ce résultat une « révolte de la jeunesse, une révolte – peut-être pas très habile mais finalement naturelle et tout à fait à encourager – contre la lenteur et l’indécision de la ‘haute’ politique ». Il écrit même : « Le rythme d’une nouvelle génération se révolte contre celui du passé ». C’est peu dire que Klaus Mann est indigné par ce jeunisme. Sa réaction est sans mélange. Autant dire radicale au sens où il définit désormais son radicalisme : considérer ces gens comme dangereux, ne tenter aucun effort pour les comprendre, les rejeter donc sans appel. Ce sera désormais sa ligne d’action.

Après l’engagement verbal, la lucidité. Retient-on comme exemplaires seulement les personnes ayant eu la lucidité immédiate de condamner le national-socialisme, ou le maréchalisme en France ? Rétrospectivement, sans aucun doute. Dans son contexte, c’est certainement plus difficile (François Mitterrand n’est entré en résistance qu’après plusieurs mandats administratifs et politiques à Vichy, par exemple). Peut-être, finalement, ne faut-il juger que les actes, insensibles au point de vue adopté (interprétations 1 et 2). Pierre Assouline mentionne ainsi dans son texte les conséquences matérielles de la révolte intellectuelle de Klaus Mann :

Trois ruptures ponctuent l’engagement de cet européen absolu : l’exil (13 mars 1933), le renoncement à la langue allemande (29 août 1939), l’endossement de l’uniforme de l’armée américaine (28 décembre 1942).

Les deux premiers actes vont assez souvent de pair, si l’on pense à Milan Kundera, à Emil Cioran ou aux scientifiques qui se réfugièrent dans les universités américaines. Le dernier acte cité – s’aligner sur la position militaire de l’adversaire et y prendre part – fut peut-être moins commun. Les situations de “renversement” entre patrie et ennemi sont classiques, elles existèrent même sous la contrainte, lorsque les 130 000 Français d’Alsace et de Moselle furent envoyés par le Troisième Reich sur le front est pendant l’opération Barbarossa.

Ces quelques paragraphes ne débouchent sur rien d’autre qu’une série de questions sur la manière dont on se permet de juger et de comprendre le fait historique. Le reste du texte de Pierre Assouline mérite vraiment d’être lu dans cette perspective, car tous les éléments nécessaires à la réflexion s’y trouvent. Il faut se demander, à chaque mot : « Aurais-je agi comme Klaus Mann ? » Ou encore, ce que la théologie de la libération – à laquelle le pape actuel s’est opposé à plusieurs reprises, lui qui fut enrôlé dans les bataillons nazis avec le reste de sa classe d’âge – a assez bien formulé : « Qu’as-tu fait de ton frère ? »

La radicalité immédiate car immédiatement lucide de Klaus Mann est susceptible de nous faire répondre « non » aux questions que l’on peut se poser sur un hypothétique engagement individuel – ce qui est en droit de nous effrayer. Même si l’exil et l’engagement militaire ne se justifient plus dans les démocraties occidentales, il faut peut-être alors se rabattre sur les éléments que j’ai retirés de l’exemplarité, et tenir des propos à la fois lucides et sans équivoque. Le tract suivant, collé sur ma porte depuis l’élection présidentielle de 2007, peut à mon sens d’être considéré dans ces termes.

  1. Peut-être est-il inconcevable, pour un écrivain, que l’on parvienne à mentir en écrivant. []

Les pouvoirs publics aux prises avec les fusillades meurtrières

Sur son très bon blog de sociologie, Denis Colombi a récemment signalé l’analyse de Jay Wilkinson, du Montclair Socioblog, suite aux tueries quasi-simultanées aux États-Unis et en Allemagne. Les événements sont très similaires dans les deux cas : dans le comté de Genève, en Alabama, et à Winnenden, dans le Baden-Württemberg, deux tueries1 ont été perpétrées par de jeunes hommes se servant d’armes à feu pour faire une dizaine de victimes, puis se donner la mort.

Avant de réagir à l’analyse de Jay Wilkinson, on peut rappeler ce qui intéresse la science politique – et plus exactement l’étude des politiques publiques – dans ces événements. Il n’y a pas que la police allemande ou les médias qui émettent des hypothèses (fausses, dans un premier temps, dans les deux cas) sur l’origine de ces meurtres. Les pouvoirs publics s’en soucient aussi, et quelques lignes d’analyse peuvent expliquer pourquoi et comment.

La mise sur agenda du problème

C’est un résultat des analyses menées en psychologie politique2 : face à des événements ayant trait à la souffrance, à la mort et aussi à la violence, les pouvoirs publics se sentent naturellement investis d’une mission de justice et de réparation (envers les victimes, et envers la population en général), mais aussi de changement : les affaires se présentant sous forme de crises traumatiques aboutissent généralement à des propositions de loi et à d’autres formes de régulation devant assurer que la situation ne se reproduise plus.

Ce sentiment est exacerbé par la concentration de l’attention médiatique, qui rend le mandat des autorités publiques encore plus prégnant. par analogie, on peut citer, en France et dans un passé récent, les chantiers législatifs et exécutifs lancés autour du « droit au logement opposable » après la mobilisation des Enfants de Don Quichotte autour du Canal Saint-Martin3. Cependant, les pouvoirs publics sont conscients de ces mécanismes : lors de la tuerie de Dunblane, en Écosse, les autorités britanniques avaient ainsi rejeté les appels à légiférer contre les armes de poing, en raisonnant que ce serait un cas typique de « panic legislation » qui n’empêcherait pas la tragédie de se reproduire (cet incident reste l’un des plus graves qu’ait connu la Grande-Bretagne, avec celui de Hungerford).

Les récits causaux liés au problème

La mise sur agenda, quasi-spontanée, du problème posé par les fusillades récentes, ne constitute qu’une dimension d’étude possible parmi plusieurs autres. L’étude des récits causaux qui émergent du côté des pouvoirs publics est également intéressante pour la science politique : ces récits rassemblent des éléments narratifs dont l’effet causal ou déterminant semble établi, et dont les décideurs publics se saisissent par la suite pour intervenir sur le sujet4.

Dans le cas des fusillades, la circulation des armes à feu est évidemment mise en cause : ces tueries ne pourraient pas avoir lieu avec une même amplitude si les meurtriers n’étaient équipés que d’armes blanches. Par conséquent, les pouvoirs publics se sentiront obligés de prendre une décision, ou une non-décision5, au sujet des armes à feu. Dans les deux cas, ils devront justifier leur position ; j’y reviens plus tard.

On remarque que les médias et d’autres sources d’information aiment aussi évoquer les jeux vidéo dans leurs récits causaux, car les tueurs sont souvent de jeunes hommes jouant aux jeux vidéo, et qu’il faut peu d’imagination pour imputer un comportement violent réel à un comportement violent virtuel. Ce raccourci s’est vu lorsqu’un garçon de cinq ans a été accusé (à tort) d’avoir poignardé sa soeur pour une dispute liée à un jeu vidéo. Ce récit est présent dans la couverture médiatique de la tuerie de Winnenden, et dans plusieurs autres6.

On ne sait pas trop ce que comptent faire les pouvoirs publics s’il retiennent le récit causal du jeu vidéo ; peut-être coller des mises en garde sur les jeux, comme c’est déjà le cas sur beaucoup de produits en circulation. Sur les armes à feu, on peut s’attendre à des réactions différentes en Allemagne et aux États-Unis. C’est ce que prévoit Jay Wilkinson, traduit par Denis Colombi, dans l’analyse suivante :

Voilà ma prédiction sur ce qui va se passer. Quelques pays européens, peut-être même l’Allemagne, vont rendre leurs lois sur les armes encore plus strictes. Aux États-Unis, les gens vont secoueur la tête, pleurer, prier, et se concentrer sur l’histoire personnelle du tueur et de ses victimes […] Ici, aux États-unis, on se concentrera sur des explications individuelles. « Les authorités sont à la recherche d’un motif », nous dit CNN. C’est malheureux ce qui est arrivé, mais qu’est-ce qu’on n’y peut ? Il est simplement impossible de prévoir quand quelqu’un va péter les plombs.

[Je n’ai reproduit qu’un extrait, la traduction est plus longue.]

Il est objectivement juste d’affirmer que l’on ne peut pas prévoir ces tueries : au mieux peut-on procéder à des raisonnements probabilistes, qui identifient les conditions de probabilité maximales de l’événement. Néanmoins, il est objectivement justifié de s’interroger aussi sur les motifs des meurtriers, car ces motifs existent et l’on retrouve souvent leur trace matérielle, sur des forums Internet, dans des vidéos (comme dans le cas de la tuerie de Jokela, en Finlande) ou dans des courriers laissés par les tueurs. Deux raisonnements valables co-existent, sans vraiment s’exclure mutuellement ; néanmoins, au niveau des réponses politiques, Jay Wilkinson présume que le raisonnement dominant va façonner la réponse des pouvoirs publics.

Les schèmes de pensée dominants

On peut approfondir un peu cette dernière analyse. L’existence de deux raisonnements non exclusifs mais tout de même disjoints est une donnée intéressante : elle montre que notre manière d’interpréter les événements qui nous entourent est déterminé en profondeur par nos habitudes de pensée, par nos routines de raisonnement – bref, qu’il existe des cadres, des repères stables dans lesquels nous accomplissons nos actes, y compris nos actes mentaux.

Ces cadres structurent profondément notre existence au niveau individuel, mais aussi au niveau collectif, comme le montre l’exemple des tueries : ainsi, Jay Wilkinson sous-entend que « l’Allemagne », c’est-à-dire la majorité des décideurs publics allemands avec le soutien possible de l’opinion, construira un récit aboutissant à la mise des armes à feu, alors que « les États-Unis » aboutiront à un récit focalisé sur des variables personnelles et psychologiques, liées au tueur et à son entourage proche.

Si des schèmes de pensée différents existent dans les deux pays, si l’un avantage les causes « environnementales » (les armes à feu) et l’autre les causes « génétiques » (le patrimoine psychologique du tueur), alors il faut aller chercher les facteurs qui peuvent les expliquer. À partir des travaux de sociologues comme Frank Dobbin sur les fondements culturels de l’organisation rationnelle (du travail, de la pensée…), on peut s’attendre à ce que ces facteurs résident dans l’histoire culturelle des deux pays.

Mais on peut aussi utiliser les travaux du sociologue Karl Mannheim (1893-1947), qui identifiait deux styles de pensée systématiquement présents dans l’histoire des sciences : un discours ayant inspiré les Révolutions française et américaine, qui se focalise sur la Raison et le libre-arbitre des individus, et un discours conservateur, réactionnaire, né dans l’Allemagne de Goethe, qui se concentre sur ce que les individus héritent de la collectivité7.

Ici, le discours américain (imaginé par Jay Wilkinson) met clairement le libre-arbitre du tueur en avant, alors que le discours allemand insiste sur le rôle de la collectivité (la responsabilité des parents, détenteurs, et de la société, circulatrice, d’armes à feu). On retrouve bien les schèmes de pensée dans deux pays marqués par l’héritage révolutionnaire et contre-révolutionnaire dont se sert Karl Mannheim dans sa définition des styles de pensée.

Conclusion : dispositions et situations

Cette mini-étude de cas montre ce que peut apporter une réflexion comparée à l’étude des comportements des décideurs publics, et des politiques publiques en général. En mobilisant un peu de sociologie des sciences (enfin, de sociologie tout court, car à l’époque de Karl Mannheim, les frontières disciplinaires sont encore très souples), j’ai essayé de montrer qu’une formation multi-disciplinaire est aussi un atout à cette fin. Enfin, je souhaitais montrer comment l’on pouvait « cumuler » des analyses : celle de Jay Wilkinson, de Denis Colombi, et la mienne ici.

Pour terminer, je souhaite citer un extrait du récent ouvrage de Jon Elster, Explaining Social Behavior8. Par coïncidence, je suis tombé sur ce passage quelques heures après avoir publié cette note. Or la réflexion de l’auteur colle parfaitement au thème abordé ici.

Jon Elster consacre un court chapitre à la question des individus et des situations. Alors que notre comportement est généralement réglé par le contexte, affirme-t-il (résultats de psychologie expérimentale à l’appui), nous avons spontanément tendance à chercher des explications dans les dispositions (la personnalité, pour faire simple) des acteurs. La psychologie appelle ce biais la fundamental attribution error (erreur fondamentale d’attribution). Cette erreur s’exprime de manière différente selon les contextes culturels, et peut-être cette observation permet-elle de replacer les intuitions de Jay Wilkinson dans un contexte plus large, où certaines populations9 expriment un biais plus fort que d’autres.

Voici l’exemple que cite Jon Elster, exemple tout à fait en phase avec la discussion ci-dessus :

… in 1991, an unsuccessful Chinese physics student shot his adviser, several fellow students, and then himself. In the same year, an American postal employee who had lost his job shot his supervisor, several fellow workers and bystanders, and then himself. Both events were widely reported in English and in Chinese newspapers, the former consistently explaining them in dispositional terms (« disturbed, » « bad temper, » « mentally unstable ») and the latter in situational terms (« easy access to guns, » « had just lost his jobs, » « victim of pressure to succeed »).

[Je coupe le raisonnement avant sa fin (p. 187) car je cite à titre illustratif ; je n’ai pas eu le courage de traduire.]

Les analyses présentés dans cette note se sont faites en grande partie à chaud, sur des faits pas encore tout à fait stabilisés et avec des fragments de raisonnement plutôt qu’une réflexion complète, mais je pense que ces fragments montrent toutefois ce que les sciences sociales peuvent dire en plus, et entre elles, sur des événements particuliers mais associables à des comportements réglés, réguliers, et intelligibles lorsque le regard devient suffisamment rétrospectif et les données de suffisamment bonne qualité.

Si ce n’est pas faire œuvre de science (sociale), alors il vaudrait mieux que je me recycle dans la percolation de mauvais café, mon autre formation de spécialiste…

  1. J’utilise les termes « fusillade », « tuerie », « tueur » et « meurtrier » sans grande distinction dans la suite de mon texte. []
  2. Voir, par exemple, le texte de M. Kent Jennings, « Political Responses to Pain and Loss », paru dans l’American Political Science Review en 1999. Ces mêmes facteurs peuvent mobiliser au niveau individuel, comme l’ont montré M. Kent Jennings et Ellen Ann Andersen dans le cas de militants associatifs luttant contre le sida (« The Importance of Social and Political Context: The Case of AIDS Activism », Political Behaviour, 2003 ; en France, les travaux d’Olivier Filleule et Christophe Broqua montrent probablement la même chose). []
  3. Cet exemple est repris dans le petit manuel Sociologie de l’action publique de Pierre Lascoumes et Patrick Le Galès (Armand Colin, 2006), dans la section consacrée à la mise sur l’agenda politique (agenda-setting) des problèmes sociaux. []
  4. La formation des récits causaux est expliquée dans l’article de Deborah Stone, « Causal Stories and the Formation of Policy Agendas », publié par la revue Political Science Quarterly en 1989. []
  5. Les autorités peuvent effectivement ne rien faire : cette dimension du pouvoir est très importante, comme l’ont expliqué Peter Bachrach et Morton Baratz dans leur article « The Two Faces of Power », paru dans l’American Political Science Review en 1962. []
  6. Il faut noter que les récits causaux se satisfont de règles que les scientifiques rejettent : ainsi, pour les jeux vidéo, la corrélation semble suffire à de nombreux observateurs, alors que le raisonnement scientifique se doit de rester sceptique face à cette corrélation, et doit demander une preuve de la relation de cause à effet. En effet, en toute probabilité, le jeu vidéo n’est ici qu’un proxy (une manifestation proximale, un symptôme) de la violence, et non sa cause ; inverser la flèche causale revient à commettre une erreur d’interprétation au plan scientifique, mais les discours publics se passent, par nature, de vérification scientifique. []
  7. Karl Mannheim, « Conservative Thought », in Essays on Sociology and Social Psychology, 1953. Je connais ce texte parce que je m’en sers sur un petit projet de recherche. []
  8. L’ouvrage est paru chez Cambridge University Press en 2007. Lire Jon Elster peut être un véritable chemin de croix, mais ce livre-là est très appréciable. []
  9. En fait, l’ouvrage de Richard Nisbett, The Geography of Thought (Free Press, 2003), montre qu’il s’agit d’ères géographiques plutôt que de groupes populationnels, mais c’est un détail ici. []

À vos transistors

Tant qu’il n’est pas trop tard pour les écouter en ligne, je vous conseille les émissions suivantes sur France Culture (la seule radio que j’écoute, mon biais de sélection est donc évident) :

Blogs, journalistes, et conflits de juridiction

Si vous vous ennuyez ce weekend, allez vous divertir en lisant le torchon publié par Le Monde sur les blogs et le journalisme. L’article, qui usurpe au passage sa catégorisation (“Enquête”), est signé par le journaliste Xavier Ternisien.

Objectivement, l’article accumule tous les critères du torchon, entendu au sens journalistique1. Une grande partie des informations, comme celle selon laquelle les blogs seraient des “prescripteurs décisifs” en médecine, n’a pas fait l’objet de recoupements sérieux. La sélection des sources de l’article révèle un biais caricatural et non compensé vers les agences de communication. L’article contient un conflit d’intérêt évident lorsque Xavier Ternisien cite un employé du site Le Post, filiale du groupe “Le Monde Interactif”. L’enquête se résume donc à une chaîne de citations biaisées (one-sided), entrecoupées d’informations au mieux incomplètes, au pire inexactes.

Sociologiquement, cet article est intéressant parce qu’il permet d’observer de près ce que le sociologue américain Thomas Gieryn appelle le boundary-work. Cet auteur a étudié la manière dont les personnes investies d’une autorité scientifique abordent le problème de la démarcation entre science et non-science.

Le travail de Gieryn met en valeur les stratégies dont use le personnel scientifique pour se démarquer : différences statutaires, domaines d’expression réservés, langue à part2… Ces stratégies sont historiquement situées et revêtent parfois une importance particulière, comme lorsqu’il fut question de mettre une distance entre les astronomes professionnels et astronomes amateurs à la fin de l’ère victorienne3.

Les observations de Gieryn sont toujours valables dans le contexte contemporain : la mobilisation actuelle des enseignants-chercheurs en France peut être analysée à travers sa défense de l’autonomie du personnel scientifique et de ses institutions, au premier plan desquelles le CNRS. Dans ce cas précis, et contrairement à ce que laissaient entendre les torchons4 signés par une autre journaliste du Monde, Catherine Rollot, l’évaluation n’est en fait qu’un composant superficiel de la mobilisation : en arrière-plan, et comme l’indiquent très bien les travaux de Gieryn, c’est plutôt sur la source de l’objectivité consubstantielle au métier de scientifique et à son évaluation que se structure le conflit.

Un autre sociologue américain, Andrew Abott, a élaboré une théorie plus large dans laquelle s’insère le boundary-work. Dans son travail sur les professions légales, Abbott remarque qu’un corps professionnel est susceptible de se mobiliser dès lors qu’il perçoit un conflit de juridiction en ce qui concerne son coeur de métier. Afin de défendre son activité propre, cette profession va alors s’employer à réaffirmer son mandat et sa license (deux termes tirés de la sociologie des professions, et que j’utilise ici pour souligner la cumulativité des théories citées sur les derniers paragraphes).

L’article de Xavier Ternisien se lit très bien dans ce cadre théorique : le journalisme professionnel à tout intérêt à se décrire lui-même comme une activité dotée de règlements et de qualités exceptionnelles, au sens où ces règles et ces qualités ne se retrouvent pas dans d’autres secteurs professionnels ou amateurs (ici, les blogs et les blogueurs). L’image des blogs que construit son article (la mode de construction est d’ailleurs intéressant, puisque l’image est largement dessinée en creux) permet ainsi de rappeler comparativement les vertus du journalisme syndiqué, encarté, institutionnalisé, bref, professionnel.

  1. N’ayant pas une formation de journaliste, je me suis basé sur des informations de bonne foi, lues çà et là, au sujet de ce que ce métier reconnaît comme un bon article, puis ai construit ma définition du torchon en négatif. []
  2. À noter que j’estime faire partie de ce corps, et que j’utilise certaines de ces stratégies dans mon activité quotidienne de doctorant. []
  3. Je cite cet exemple que j’avais lu en détail dans un article de J. Lankford, Amateurs versus Professionals: The Controversy over Telescope Size in Late Victorian Science, parue dans la revue Isis en 1981. []
  4. Consultez les papiers (recensés par Christophe Bouillaud) et appliquez les même critères que ci-dessus. Je note aussi que la rédaction du Monde s’était laissée allée à titrer un article : “L’évaluation agite les enseignants-chercheurs”, alors qu’elle ne s’autoriserait pas d’autres titres identiques : “Les prêtres pédophiles agitent l’Église”, ou “Les discriminations agitent les femmes” (ce dernier exemple montre la filiation intellectuelle entre ce titre et les accusations d’hystérie collective, dont l’effet stigmatisant est resté intact depuis les femmes “hystériques” de l’époque de Charcot). []

Dans les revues, vol. 2 : Lipset et Rokkan

Pour une raison que je ne m’explique guère, les travaux de Lipset et Rokkan1 jouissent d’une piètre réputation chez beaucoup de politistes français2.

Mais l’actualité éditoriale permet à ceux qui veulent aborder ces auteurs toujours très cités par la littérature internationale3 de le faire assez aisément. En effet, les Editions de l’Université de Bruxelles ont eu la bonne idée de publier une traduction française de l’introduction de l’ouvrage de 1967 des deux maîtres4. On pourra regretter que l’opuscule coûte tout de même sept euros, mais au moins cela a le mérite de rendre ce texte ultra-classique très aisément accessible à tous les étudiants en science politique.

Par ailleurs, les Belges apparaissent décidément comme les repreneurs du flambeau francophone rokkanien, puisque le Courrier hebdomadaire du CRISP (au passage, la seule revue de science politique francophone hebdomadaire à ma connaissance) publie un numéro en forme d’état des lieux de la structure des clivages et des partis en Belgique5. Je n’ai pas encore lu, mais ça a l’air très complet. La discussion sur la manière dont la théorie des clivages peut rendre compte (ou pas) des partis d’extrême droite m’intéresse particulièrement.

Parmi les autres ressources francophones sur Lipset/Rokkan, citons notamment deux dossiers de la Revue internationale de politique comparée, l’un consacré à Seymour Martin Lipset lui-même6, dans lequel on lira notamment la contribution de Pascale Delfosse, et l’autre consacré précisément à la théorie des clivages7, dans lequel la contribution de Florence Haegel fait notamment le point sur la situation française. Par ailleurs, André-Paul Frognier a publié en 2007 un papier8 sur la théorie des clivages appliquée à la Belgique , qu’on lira donc en parallèle de l’opuscule de de Coorebyter.

On se reportera aussi, enfin, aux ouvrages de Daniel-Louis Seiler9, qui a été un des introducteurs des travaux de Lipset et Rokkan en France et a utilisé ces tarvaux pour proposer une classification des partis, permettant la comparaison internationale.

  1. Lipset, S. M., et S. Rokkan, Party Systems and Voter Alignments: Cross-national Perspectives, New York, The Free Press, 1967. []
  2. On se référera par exemple à ce qu’en disent Lagroye, François et Sawicki dans leur manuel de référence de Sociologie politique, pp. 263-265 []
  3. Voir par exemple ce qu’en dit Google Scholar. []
  4. Lipset, Seymour Martin, et Stein Rokkan, Structures de clivages, systèmes de partis et alignement des électeurs : une introduction, Bruxelles, Ed. de l’Université de Bruxelles, 2008. ISBN :978-2-8004-1427-0 []
  5. De Coorebyter, Vincent, “Clivages et partis en Belgique”, Courrier hebdomadaire du CRISP, 2008, n° 2000, pp. 7-95.  ISSN : 0008-9664 []
  6. Revue internationale de politique comparée, « Dossier : Seymour Martin Lipset », 2008, vol. 15, n° 3, ISBN : 9782804157579. []
  7. Revue internationale de politique comparée, « Les clivages en politique », 2005, vol. 12, n° 1, ISBN : 2-8041-4758-4. []
  8. Frognier, André-Paul, « Application du modèle de Lipset et Rokkan à la Belgique », Revue internationale de politique comparée, 2007, vol. 14, n° 2,  pp. 281-302 []
  9. Notamment : Seiler, Daniel-Louis, De la comparaison des partis politiques, Paris, Economica, 1986 et Seiler, Daniel-Louis, Les partis politiques, Paris, Armand Colin, 1993. []

Quand Nicolas Sarkozy parle

Dans un régime politique où le pouvoir exécutif est nettement dominé par une seule figure politique, celle du président ou du premier ministre, tout ce qui touche au chef de l’État fait l’objet de très nombreux commentaires. Le “style présidentiel” est une notion qui revient très souvent dans les médias, mais aussi dans les opinions politiques : on apprécie, ou pas, le style de tel candidat à l’élection présidentielle, ou de tel président.

En France, le président de la République est au centre d’interrogations permanentes quant à sa manière de communiquer, sa manière de gouverner, mais aussi sa santé, ses humeurs, sa vie privée (ce qui rappelle de près ou de loin les régimes monarchiques et les interrogations de la cour ; l’ouvrage de Marc Abélès, Anthropologie de l’État, le montre très bien à partir d’une étude de gestes symboliques accomplis par François Mitterrand). Aux États-Unis, où l’histoire du pays ne contient pas de période monarchique ou impériale, la focalisation sur la personne du président est tout aussi visible.

Comment la science politique peut-elle saisir la réalité sous-jacente à ce que l’on désigne lorsque l’on évoque le “style” du président ? C’est une question très sérieuse dans la science politique américaine, où beaucoup de travaux (voire des revues) portent sur la personnalité présidentielle, dans la suite des travaux de Richard Neustadt dans les années 1960. Des recherches (de Fred Greenstein, Stephen Skowronek, Adam Sheingate et d’autres) ont depuis montré que ce regard ne permet pas de comprendre l’histoire des décisions publiques – le rôle du Congrès et celui de la Cour Suprême sont trop prégnants, et une combinaison des analyses de la personnalité présidentielle et des institutions politiques donne de meilleurs résultats.

En France, Nicolas Mariot et d’autres ont étudié la fonction présidentielle et les manières de l’habiter. Nicolas Mariot a notamment retracé l’utilisation d’un outil : le voyage présidentiel. Récemment, Paul Bacot a publié une petite note pour la revue qu’il dirige, Mots. Les langages du politique. Cette note de trois pages analyse la prise de parole de Nicolas Sarkozy pendant l’émission-fleuve où celui-ci s’est exprimé au sujet de la crise financière. Les intervieweurs principaux étaient David Pujadas et Laurence Ferrari.

Que remarque Paul Bacot ? Que les intervieweurs ne sont pas traités de manière identiques : Nicolas Sarkozy a en face de lui “Monsieur Pujadas” et “Laurence Ferrari”. Nicolas Sarkozy donne aussi du “Monsieur” deux autres journalistes masculins qui interviendront plus tard en cours d’émission, creusant l’écart de traitement entre Laurence Ferrari et ses collègues. La distinction, note Paul Bacot, est importante :

En les appelant différemment, notamment quand il s’adresse à eux, il leur assigne une identité de genre.

Dès lors, on pourrait se demander s’il s’adresse de façon aléatoire à l’un et à l’autre durant sa prestation, ou bien s’il choisit son interlocuteur en fonction de ce dont il traite. Une telle attribution de rôles distincts pourrait être mise en relation avec le fait que Nicolas Sarkozy ne leur parle pas de la même façon – mais sans que cela puisse en quoi que ce soit expliquer le choix de chacune des deux modalités d’adresse1.

L’auteur fait attention à ne pas imputer ces adresses différentes à un autre facteur que le président de la République lui-même2.

Paul Bacot, comme Nicolas Mariot, procèdent à des objectivations de données extraites du monde réel, et sur lesquelles ils opèrent des calculs, des visualisations (les cartes chez Nicolas Mariot), et des interprétations. Leurs données forment des séries : statistiques, géographiques, historiques. Il est possible d’arriver à des conclusions significatives sur le plan scientifique, même lorsque l’on part de données très peu tangibles3, et déjà investies par les intellectuels (les “préposés aux choses vagues”, disait Paul Valéry) ou les journalistes. Il faut être assez prudent, mais les exemples ci-dessus montrent que, lorsque Nicolas Sarkozy parle, les scientifiques écoutent… mais pas de n’importe quelle manière.

À consulter

  1. Mon emphase. []
  2. Ce faisant, Paul Bacot “contrôle” son observation, ce que les scientifiques font tout le temps, les journalistes presque jamais – en général, l’information journalistique est simplement recoupée : deux avis convergents et l’appréciation du journaliste suffisent (je caricature sans volonté de provocation ; quoique…). Le contrôle est un aspect essentiel de l’analyse scientifique. Ce matin, un journaliste de France Info annonçait que les fraudes à la Sécurité sociale était en forte hausse, or la suite de son reportage montrait simplement que la traque des fraudeurs était le seul facteur à avoir varié (en hausse), ce qui ne permet pas de conclure que les fraudes augmentent ; simplement, quand on les “cherche” mieux, on les “voit” mieux. Le même biais statistique (ignorance du base rate) peut expliquer la recrudescence des incivilités (augmentation du dépôt de plainte), des vols de téléphone portable (augmentation du nombre absolu de portables), ou des cancers (dépistage plus efficace). []
  3. Betrand Russell a écrit quelque part (j’ai perdu la référence) que, pour un scientifique, partir d’une question claire était nécessaire mais généralement impossible d’entrée de jeu, et que la construction d’une question précise était un résultat du travail scientifique. []