La science politique interprète-t-elle correctement la politique ?

La revue European Political Science vient de publier un témoignage sur ce thème. L’auteur a fait partie des hautes sphères gouvernementales en Lettonie, et son jugement vis-à-vis de la science politique est finalement assez sévère :

Studying political science had not provided any recipes for success in real-life politics. […] While I found some of the insights of social science (e.g., regarding bureaucracies, conditionality) quite useful in forging my way in real-life politics, my general impression is that political science often assumes too much rationality and that it looks for clean, parsimonious explanations of a reality that is very messy and dictated by short-term considerations.

En défense de l’analyse scientifique des phénomènes politiques, l’objectif d’une démarche analytique consiste, en partie, à émettre des hypothèses dont la logique interne dépasse les interprétations des acteurs eux-mêmes et les surdétermine. De même, le travail scientifique fait appel à des modélisations et des représentations simplifiées qui permettent de lier plusieurs phénomènes ensemble, au-delà des éléments contingents et des circonstances spécifiques à chaque instance observée.

Dans le prolongement de ces premières critiques, l’auteur émet une autre observation qui me semble beaucoup plus pertinentes. Son témoignage nous indique que les politistes se plantent souvent dans les motifs qu’ils prêtent aux acteurs, ce qui est grave, car l’analyse des intérêts propres aux acteurs est cruciale à l’étude de leur comportement. L’auteur explique que les individus qu’il a croisés dans le monde politique n’étaient pas systématiquement motivés par la maximisation de leur intérêt personnel (hypothèse fondamentale du public choice) :

Observers of politics have traditionally attributed various motivations to politicians, starting from a patriotic desire to serve their country and implement ideas, to the desire for prestige, money, and raw power. However, I often sensed fear as well, especially around election time. For rank and file politicians, this was a fear of not being elected and the prospect of trying to make a living outside of politics when their professional qualifications were no longer marketable or their party affiliations severely limited career opportunities. Some of the ‘oligarchs’ undoubtedly fear that the absence of power could mean losing acquired fortunes or actually ending up in jail. However, in the ‘oligarch’ I could observe most closely, I sensed most of all a sportsman in search of the adrenalin rush of a good fight or the satisfaction of having again proved the sceptics wrong. I was quite surprised to discover that another core motivation in politics is revenge.

Encore une fois, il faut défendre la science politique, qui a très bien formalisé cette angoisse dont parle l’auteur : il s’agit des logiques de blame avoidance (R. Kent Weaver, “The Politics of Blame Avoidance”, Journal of Public Policy, 1986). Il faut prendre l’article comme une mise en garde : la science politique a développé des intuitions très avancées en ce qui concerne les institutions, l’idéologie et ainsi de suite, mais le travail sur les intérêts et les motifs poursuivis par les acteurs politiques est certainement parvenu à des conclusions trop limitées. Peut-être s’est-on trop reposé sur les motivations économiques (les préférences).

Le point sur les syndicats français

Les auteurs qui placent leurs dernières productions scientifiques sur le serveur HAL-SHS permettent de faire des recherches rapides sur des thèmes d’actualité, en se servant du moteur de recherche par mots-clé.

L’actualité est actuellement très chargée pour les enseignants-chercheurs, qui se mobilisent massivement (l’actualité de ce mouvement est suivie par Agora et par les blogs listés dans le dossier de La vie des idées). Mais qu’en est-il du mouvement syndical général en France, dont on sait qu’il a organisé une journée d’action un peu plus tôt dans l’année ?

Sur ce thème, un premier papier utile est celui de D. Labbé et D. Andolfatto au 2e Congrès international des associations francophones de science politique (Laval, Québec) :

Les syndicats français sont-ils toujours des vecteurs de mobilisation sociale ?

Examen des changements intervenus en un demi-siècle dans le répertoire d’action et le référentiel des syndicats français. On est passé d’un modèle de la mobilisation sociale à un système de groupes de pression en lutte pour le partage de positions de pouvoir et de ressources publiques. Cette évolution coïncide avec un affaiblissement continu des effectifs syndiqués et un émiettement des organisations. On montre également que cette évolution permet des changements rapides dans les relations industrielles qui rapprochent la France du modèle nord-américain. Plusieurs indices laissent penser que ces changements sont globalement peu favorables aux salariés français. Enfin, la notion de « groupe de pression » est complétée par deux concepts : « entrepreneurs de morale » et « partis de cartel ». [halshs-00150674]

Les mêmes, au XVIIIème congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française (Istanbul, Turquie) :

Le syndicalisme à la française en débat : la transformation “négociée” d’un système de relations professionnelles. Révolution ou achèvement d’un modèle ?

En janvier-avril 2008, une négociation entre syndicats et patronat a abouti à une “position commune” et à une loi pour la refonte des règles de représentativité et de la négociation collective en France. On trouvera ici un exposé des positions des principaux acteurs (CGT, CFDT, MEDEF) et du pouvoir politique. Les nouvelles règles assoient la “représentativité” syndicale sur l’audience électorale avec des seuils visant à éliminer les petites organisations ; les mises à disposition de personnel par les entreprises sont légalisées ; une transparence limitée des ressources syndicales est mise en oeuvre. Ce nouveau dispositif rénovera-t-il la “démocratie sociale” – selon son objectif – ou aggravera-t-il la crise des syndicats, achevant leur transformation en “cartels” privés de base sociale ? [halshs-00349255]

Voir aussi l’ouvrage Histoire des syndicats (1906-2006), Paris, Seuil, 2006, toujours des mêmes auteurs.

Quelques variations, enfin, sur le même thème, par S. Béroud, “Le mouvement syndical au miroir des élections de 2007 : les redéfinitions complexes du rapport au politique” :

Cet article se propose d’analyser les transformations des rapports entre l’univers syndical et l’univers politique. Cette question peut être abordée par l’étude des pratiques d’engagements multiples des militants. Mais cette dimension, aujourd’hui en déclin, doit être complétée, par l’analyse des formes d’articulation entre syndicats et partis, notamment dans leurs conceptions de leurs champs d’intervention. La CGT et la CFDT se sont appliquées à redéfinir, dans leurs discours, les limites de l’intervention syndicale, liant leur légitimité à agir dans le domaine des relations professionnelles à une conception de celui-ci comme un espace autonome, préservé du politique. A l’opposé, le PS et l’UMP n’hésitent pas à intervenir dans les débats syndicaux, se réappropriant une partie des propositions et se posant en détentrices du savoir sur le « bon modèle » de syndicalisme à promouvoir, ce qui prive justement les syndicats de cette autonomie qu’ils prétendent leur reconnaître. [halshs-00154337]