Quatre politistes au secours du CNRS

L’actualité de la profession étant chargée en ce moment, une nouvelle tribune de politistes au sujet cette fois-ci du CNRS et de l’erreur que représenterait son démantèlement, tel qu’il s’esquisse dans le discours politique courant :

Recherche : les oeillères du réformisme

L’affaire semble entendue : « Haro sur le CNRS ! », crient en choeur les réformateurs de l’enseignement supérieur et de la recherche. Et les sciences humaines et sociales (SHS) de servir de bouc émissaire. Conseiller à l’Elysée, l’éminent économiste Bernard Belloc mentionne des « données officielles » selon lesquelles « 30 % des chercheurs des SHS ne publient jamais rien dans leur vie. Même pas dans La Dépêche du Midi » (Les Echos, 28 janvier).

Sans appel, ce jugement est simplement diffamatoire pour les innombrables chercheurs qui travaillent bien plus de quarante heures par semaine, souvent le week-end, publient dans des revues à comité de lecture, s’associent à titre d’experts aux travaux d’organismes publics et privés, organisent des colloques, enseignent dans les universités et initient des entreprises de recherche collectives. Il y a plus grave : au-delà du cynisme, ce jugement traduit un mauvais diagnostic et prélude à une erreur historique.

La tribune est signée par Daniel Benamouzig, Philippe Bezes, Pierre Lascoumes, et Patrick Le Lidec. Les liens ne sont pas d’origine.

Je joins ce commentaire personnel, suffisamment inoffensif pour pouvoir figurer en fin de recension.

Malheureusement, cette tribune ne reflète pas la profession de politiste, ni même de chercheur en sciences humaines et sociales. Les propos des auteurs n’y sont pour rien, j’ai l’impression au contraire qu’ils ont réussi à formuler très clairement ce que la plupart de mes interlocuteurs m’ont rapporté.

Mais structurellement, il y a un biais : où sont les doctorants ? Pourquoi cette tribune ne peut-elle pas accueillir la signature d’un doctorant en science politique ? Les auteurs évoquent la division interne du travail minée par le mandarinat et les faibles perspectives de carrière pour les jeunes maîtres de conférences, mais avant d’être MdC, les jeunes de la profession, ce sont les doctorants, qui sont censés avoir acquis un statut professionnel depuis une récente réforme.

Les sciences humaines et sociales font trop peu de cas de leurs plus récentes recrues, et l’on retrouve probablement ce biais dans dans secteurs d’activité professionnelle. Cette tribune le montre indirectement ; en toutes circonstances, il faudra que cela change dans un futur proche si les sciences humaines et sociales au CNRS veulent maintenir leur attractivité auprès des étudiants au niveau des choix de Master, attractivité qui déjà s’amenuise parmi les dernières générations de diplômés.

Ce n’est évidemment pas la seule tribune que je lis à reproduire ce biais : Le Monde avait publié plusieurs textes au moment des mouvements de protestation à l’EHESS, et à ma connaissance, aucun n’était signé par le moindre doctorant, malgré la présence d’auteurs multiples.

C’est cette critique, constructive je l’espère, que je peux proposer en tant que doctorant. J’en ai lu d’autres mais toutes s’accordent pour suivre la ligne générale du texte : il faut sauver le CNRS. (À la relecture le style de ce commentaire me semble maladroit mais je crois que le contenu, principal, y est. N’hésitez pas à demander quelques éclaircissements en commentaires, ou à commenter directement !)

Le recrutement en science politique

Joël Gombin, président de l’ANCMSP (Association nationale des candidats aux métiers de la science politique), signe un texte intéressant dans Le Mensuel de l’Université au sujet du recrutement académique en science(s) politique(s) (le pluriel est imposé par le titre officiel de la discipline) :

Depuis plus de dix ans, l’association nationale des candidats aux métiers de la science politique (ANCMSP) effectue un suivi et une publicisation des recrutements académiques opérés en science politique. Bien que limitée, cette action a permis une certaine moralisation de ces recrutements.

Outre ce suivi, l’ANCMSP participe aussi au bon fonctionnement des recrutements en apportant un petit soutien logistique aux candidats à travers sa mailing-list, qui permet d’ajuster son agenda de déplacement, voire d’échanger les dates si nécessaire. Baptiste Coulmont a monté un wiki servant les mêmes fins pour la sociologie.

Dans les archives de la mailing-list de l’ANCMSP, on trouve également plusieurs débats lancés par des correspondants, identifiés ou anonymes, autour du recrutement, ainsi que des conseils sur l’accès à l’emploi dans la discipline en général. Pour terminer, il y a aussi leur bulletin, Système D.

(Disclaimer : je ne possède aucune action chez Joël Gombin, mais je sais que certaines disciplines nous envient cette association et sa mailing-list.)

La création des administrations sociales sous la III° République

Cet article de D. Renard caractérise un phénomène – les cycles de vie  suivis par les administrations publiques  – déjà analysé de la même manière  par l’étude de C. Tuohy sur les politiques de santé en Amérique du Nord, publiée sous le titre Accidental Logics :

Une difficulté de l’analyse des politiques publiques est de comprendre comment s’articulent dans la prise de décision les logiques de court terme propres à la vie politique et les logiques de programme d’action qui se développent normalement à terme plus long. L’histoire des créations successives d’administrations centrales en charge des questions sociales sous la III° République, outre son intérêt propre, fournit un matériau intéressant pour aborder cette question. L’effet de perspective propre aux terrains historiques favorise l’ identification de logiques d’ensemble. L’examen au cas par cas met en évidence au contraire le poids de l’accident et de l’aléa dans la décision. [halshs-00223121]