Trois approches néo-institutionnelles du développement dans le monde musulman

F. Talahite :

North (2005) attribue l’échec économique du monde musulman aux institutions et à leur incapacité à promouvoir l’adaptation à l’environnement et l’innovation. Il fait remonter cet échec au moyen âge tardif, aux Xe-XIIIe siècles. Pour sa démonstration, il s’appuie sur les travaux d’Avner Greif et Timur Kuran. Le premier, met en œuvre les notions opposées d’échange personnel/impersonnel, de relations formelles/informelles d’échange. Il aborde le changement institutionnel comme un phénomène endogène à la communauté, fondé sur les comportements individuels, et utilise la théorie des jeux pour le modéliser, dans une démarche se rapprochant de celle de Aoki (2001). Tandis que North et Kuran privilégient une approche globale ou systémique. North s’inscrit dans le temps long de l’histoire de l’humanité qu’il traite à l’échelle planétaire. Il intègre la culture à travers les notions de ‘croyance comportementale’ et d’’héritage cognitif’. Ces trois auteurs partagent le projet de décrire et expliciter le lien entre culture et développement économique, ainsi que la méthode de comparaison historique. Ils convergent dans leur tentative de définir un cadre conceptuel rigoureux pour l’analyse institutionnelle du développement économique. Cependant, leurs démarches sont très différentes, de par les cadres analytiques qu’ils construisent et les résultats auxquels ils aboutissent. Nous nous attachons à décrire et comparer ces trois démarches. Nous les interrogeons du point de vue de l’état des connaissances historiques et de l’analyse institutionnelle comparée du développement. Nous réfléchissons enfin aux perspectives d’approfondissement : en intégrant l’idée d’une diversité institutionnelle constitutive de l’histoire ; en proposant, au lieu d’une approche en termes de performance économique (évaluée à travers le taux de croissance du PIB, ce qui pose problème à une telle échelle historique), une caractérisation plus complexe et nuancée de la marche des économies et des sociétés. [halshs-00203636]

Les maires des petites communes face aux enjeux de la diversification du monde rural

Cette enquête est résumée de la manière suivante par ses auteurs, J.-Y. Nevers et R. Bages :

Cette étude présente les résultats d’une enquête réalisée en 1996 à l’aide d’un questionnaire postal adressé à un échantillon représentatif de maires des communes de moins de 2500 habitants de la région Midi-Pyrénées. Le présent document décrit successivement : 1) les équipes municipales, 2) les élections, les compétitions électorales et le renouvellement des élus, 3) les problèmes de la gestion communale, 4) les attitudes et les choix des maires dans le domaine de la coopération intercommunale, 5) l’opinion des maires sur la décentralisation. Les résultats de l’enquête sont comparés à ceux d’une précédente étude réalisée en 1984. [halshs-00216201]

Cette enquête est très agréable à feuilleter : elle est très bien présentée, énoncée de manière claire (un principe méthodologique très débattu en sociologie, mais je m’engage discrètement en sa faveur ici). Certains résultats, sur la participation des femmes notamment, sont très intéressantes.

“Science” et “politique” : l’explication latourienne

(Merci à Antoine, qui m’a aiguillé sur cette recension.)

Bruno Latour tente un rapprochement entre science politique et science studies dans un texte récent disponible sur son site Internet. Extrait de la dernière page : 

J’ai tenté dans cette note de proposer une calibration des termes pour définirun phénomène, tel que nous l’observons depuis notre laboratoire, celui des « science studies ». Je suis convaincu qu’il est commun à celui des sciences politiques, même si l’usage différent que nous faisons des termes de « science » et de « politique » ne facilite pas toujours la superposition des cas. [24 pages]   

Dans le domaine des science studies, Sheila Jasanoff a également tenté de montrer comment le rapprochement avec la science politique pourrait s’opérer de manière efficace (cross-fertilization ; l’ouvrage à consulter en priorité est States of Knowledge). Il s’agit toutefois d’une initiative isolée. Je me souviens lui avoir posé la question : “Avec qui travaillez-vous à la Kennedy School ?” La réponse avait été éloquente.

L’article de Latour a été soumis à la RFSP en même temps qu’un autre manuscrit, co-rédigé avec Émilie Hache. Par ailleurs, Bruno Latour est le nouveau directeur scientifique de Sciences Po.