Annals of Youtube Science 1(2) Suppl 1 : Il faut défendre la société civile américaine

La plupart des billets publiés sur ce blog le sont avec plusieurs semaines d’avance : le précédent, qui parle de la « transition Trump » aux États-Unis, ne fait pas exception, et évoque donc la période révolue de son arrivée au pouvoir.

De ce fait, je n’y ai pas évoqué les derniers événements, et en particulier deux des événements contestataires qui ont marqué l’actualité politique américaine dernières semaines — « marches pour les femmes » juste après l’inauguration de Trump, et manifestations dans les aéroports contre le refugee ban.

Dans les deux cas, ces événements donnent un très bon aperçu de ce que l’on enseigne, en sociologie politique, sous le nom de « participation politique non conventionnelle » : des acteurs sociaux, plus ou moins organisés en amont, se mobilisent en dehors des dispositifs politiques que sont les partis, les élections et le vote, pour faire connaître leur (absence de) soutien aux pouvoirs publics par d’autres moyens, autorisés ou non par ces mêmes pouvoirs.

Toutes les dimensions de ces événements sont intéressantes à analyser : le degré d’organisation préalable des groupes mobilisés (les mouvements féministes, les groupes de soutien aux réfugiés), la couverture médiatique des mouvements, la stratégie de moyen terme de l’exécutif…

La conférence ci-dessous s’inscrit dans ce contexte. Il s’agit d’une table ronde organisée par la NYU School of Law (chaîne Youtube), et qui montre comment la communauté universitaire est en train de s’organiser pour disséquer, mais aussi surtout pour lutter contre, les mesures de l’administration Trump :

Encore une fois, toutes les dimensions de l’événement sont intéressantes à prendre en compte : les personnes qui s’expriment ici – les juristes d’une université « libérale » de la côte Est – étaient préalablement organisées, dotées de capitaux très importants liés à leur activité professionnelle – très fort niveau de politisation, connaissances pointues en droit, salaires et budgets universitaires, très hauts niveaux de capital social, etc. –, auxquels se superposent la spontanéité et les forces supplémentaires de l’indignation, et leurs actions sont susceptibles d’avoir des conséquences de court, moyen et long termes.

Je n’ai pas le temps de rendre compte, dans le détail, de toutes les idées qui me viennent à l’esprit en suivant, par le biais des médias américains, les événements en cours—limogeage forcé de l’Acting Attorney General Sally Yates, résistance des tribunaux aux mesures de déportation, et ainsi de suite. Tout juste ai-je le temps d’attirer l’attention sur l’importance de l’arme du droit dans ce qui est en train de se jouer aux États-Unis.

À ce sujet, voici deux conférences données au Canada en 2014 par Liora Israël. La première, intitulée « Mobiliser le droit. Une approche sociologique« , est malheureusement un peu difficile à écouter, mais elle est très éclairante, de même que la seconde, intitulée « Résister par le droit: une approche sociologique« .

Dans une autre vie, je m’étais intéressé à la mobilisation des juristes américains contre les mesures de renforcement du droit d’auteur sur Internet, dont le représentant le plus connu est Lawrence Lessig. Je vois beaucoup de parallèles entre ce combat et ce qui se joue actuellement, mais n’ai malheureusement pas le temps de rentrer dans son détail.

Je laisse toutes ces pistes d’analyse en plan ici, en complément, donc, de mon billet précédent, en espérant que tous ces événements se retrouveront chroniqués sous la forme d’analyses plus complètes sur des blogs comme Lawfare, qui est très réactif, ou Mobilizing Ideas, qui est plus « slow science« .

Annals of Youtube Science 1(2) : From Obama to Trump

De l’avalanche de conférences organisées autour de l’élection présidentielle américaine et du phénomène Trump, je retiens celle-ci, qui se concentre sur la phase de transition entre deux équipes présidentielles :

La conférence, disponible sur la chaîne Youtube du Watson Institute for International and Public Affairs, fait intervenir deux personnes qui ont connu les transitions présidentielles de l’intérieur (spécifiquement, celle de Bush Senior vers Clinton/Gore).

Ce qu’ils ont à dire de la transition « Omaba vers Trump » est, à dessein, édifiant, Trump ayant déjà violé un nombre hallucinant des règles mises en place pour assurer que les périodes de transition entre deux « administrations » fédérales ne créent pas de vulnérabilité dans l’appareil d’État américain.

Vu l’absence totale d’ethos du service public chez Trump, et vu le primat de la compétence bureaucratique qui s’exprime très clairement chez les deux conférenciers, leur bilan extrêmement négatif de Trump comme « président-élu » est peu étonnant. Le détail de leur bilan est intéressant.

Sur un sujet proche, voir « President Trump’s First Term« , un excellent texte publié en septembre 2016 par le New Yorker, dans lequel l’auteur faisait le point sur la marge de manoeuvre du pouvoir présidentiel aux États-Unis.

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

La situation est navrante au plus haut point, et je ne pense pas que je vais réussir à chroniquer Trump ce semestre, mais d’autres s’en chargent très bien.

À écouter également

L’unes des choses que je trouve compliquée à comprendre au sujet de l’opinion publique américaine est sa réception des accords commerciaux internationaux. Trump en a fait un chapitre important de sa proto-politique économique, et si ses annonces sur le sujet (NAFTA, TPP) sont amenées à être suivies d’effets, on peut supposer que ce sera au début de son mandat qu’il devra expliquer de quoi il en retournera vraiment.

Sur les accords commerciaux internationaux, je recommande la conférence « Votes, Vetoes & International Trade Agreements« , donnée par Helen Milner à Princeton en 2013 :

La conférence reprend le contenu de son livre sur le sujet.

Annals of Youtube Science 1(1) : Engineers of Jihad

Il y a sept ans, j’avais évoqué un papier de Diego Gambetta (assez souvent cité ici) et Steffen Hertog, sur les ingénieurs convertis au djihadisme.

Après une longue période de fermentation, le papier est devenu un article en 2009, puis l’an dernier, un bouquin, à rajouter aux « études quantitatives du djihad » (celles de Thomas Hegghammer, par exemple).

Présentation de l’ouvrage par Steffen Hertog sur la chaîne Youtube du LSE Middle East Centre :

Et conférence complète de Diego Gambetta, sur la chaîne Youtube du Robert Schuman Centre for Advanced Studies de l’Institut Universitaire Européen de Florence :

L’un des aspects notables de l’ouvrage est que les données (ou plutôt, des tableaux récapitulatifs au format Excel, pas les données brutes…) sont en ligne :

conf-gambetta

Note technique : ce billet inaugure une série de billets qui renverront tous vers Youtube. Si vous préférez télécharger les vidéos, pour les regarder hors-ligne avec un lecteur comme VLC ou bien pour les archiver plus tard, je ne saurais trop recommander le site KeepVid, qui fait très bien l’affaire.

ArchiPolis : des entretiens plein les tiroirs

Plus tôt ce semestre, un email de la liste de diffusion du réseau MATE-SHS m’a informé des avancées du projet ArchiPolis, qui vise à rendre accessible les matériaux bruts des enquêtes qualitatives en science politique, et que j’avais rapidement évoqué cet été :

archipolis-dataverse

Le catalogue ArchiPolis est désormais consultable en ligne, et c’est un veritable trésor d’enquêtes qualitatives – des entretiens réalisés sur les cinquante dernières années ! – qui est désormais accessible sur demande :

archipolis-catalogue

Le catalogue utilise Dataverse. Le reste des détails est à lire sur le blog d’ArchiPolis, hébergé, comme tant de choses chouettes, sur Hypothèses (Where else?).

Bravo aux acteurs du projet, et aux nombreux laboratoires de science politique qui y participent !

À (ré)écouter : « FN : une force politique mouvante »

Joël est allé parler de son bouquin à la radio, et chose incroyable au 21e siècle, il a pu parler sans être interrompu toutes les 30 secondes !

joel-grande-table

C’est évidemment sur France Culture que ça se passait, dans l’émission « La Grande Table » ; à réécouter ci-dessous :

Au fil de son intervention, Joël pose plusieurs questions à la fois scientifiques et électorales :

  1. La question scientifique à 10 000 francs : pourquoi le vote FN persiste-t-il sur les mêmes territoires, alors que la structure de son électorat a changé ?
  2. Le clivage interne au Front national : comment faire pour gagner l’élection présidentielle ? Gagner seul en mode « ni-droite-ni-gauche » – ou jouer la carte du « rassemblement des droites » ?
  3. La grande difficulté de 2017 sera justement de trancher entre ces deux stratégies, en fonction du score à la présidentielle, et surtout des scores et sièges aux élections législatives.

Pour le détail, voir les 30 minutes d’antenne.

Tragi-comédie britannique : revoir « Yes Minister » après le Brexit (et un peu de « The Wire » en bonus)

Jim Hacker — I’m not like you, Humphrey. I’m pro-Europe, I’m just anti-Brussels. I sometimes think you’re anti-Europe and pro-Brussels.

Yes Minister, saison 2, épisode 5 (« The Devil You Know« )

Je ne suis pas sûr, cette année, de pouvoir présenter mes slides sur les séries télévisées britanniques et leur apport à la compréhension du fonctionnement de l’État britannique.

La série « Yes Minister », abondamment citée dans ma présentation, est toutefois tellement drôle que je ne peux m’empêcher d’en partager deux extraits ci-dessous—extraits devenus encore plus tragicomiques depuis le vote du « Brexit », sujet déjà évoqué sur ce blog ici, , et là aussi.

Extraits trouvés grâce à une conférence sur le « Brexit » à l’Institut Universitaire de Florence, conférence que je recommande également à tous ceux intéressés par le sujet :

Aparté n°1 : Yes Minister et le public choice

En visionnant le documentaire The Trap, qui dresse un excellent portrait de la pensée néolibérale, j’ai appris que la série Yes Minister n’était pas simplement un support de cours très pertinent pour enseigner les théories du choix rationnel – en fait, elle a été très directement inspirée par ces théories dès ses origines, comme l’explique rapidement l’ouvrage (hagiographique) d’un biographe de Margaret Thatcher :

blundell-thatcher-bio-p97

Je me disais bien, aussi, que certaines scènes étaient tellement faciles à « styliser » que c’en était louche…

yes-minister-principal-agent

Aparté n°2 : The West Wing et The Wire

Dans mon billet initial, je citais d’autres séries télévisées susceptibles d’être « enseignées » – et notamment The West Wing et The Wire. Je n’ose imaginer une future suite à The West Wing, qui porte sur l’exécutif présidentiel américain, lorsqu’il sera temps de porter Trump à l’écran…

Quant à The Wire, je tenais à finir ce billet en signalant un article récent de Béatrice Cherrier, qui utilise cette série pour enseigner l’économie. Là encore, la réalité ne fait que rejoindre la fiction, l’un des personnages de la série prenant à un moment donné l’initiative de suivre des cours d’économie pour maximiser les profits de son réseau entreprise de trafic de drogue.

cherrier-wire

cherrier-wire-2

cherrier-wire-3

Sur The Wire toujours, je profite de ce billet pour signaler également cet ouvrage en français, qui lui est tout entier consacré, et dont on trouvera l’un des chapitres ici.

Marx et la sociologie

Le titre de ce billet est le sujet d’un entretien passionnant avec Frédéric Lebaron, récemment publié dans la revue Actuel Marx.

lebaron-actuel-marx

Je me souviens d’un professeur anglais (de sociologie, mais initialement formé en philosophie) qui m’avait dit qu’il y avait des pans entiers des sciences sociales qui éveillaient sa curiosité, mais qu’il n’avait tout simplement pas eu le temps d’investir.

Marx, ça a l’air intéressant ; mais je n’ai pas le temps – ou en tout cas, je ne l’ai pas pris. En tout et pour tout, j’ai peut-être lu quinze pages de Marx sur les quinze dernières années, et même si je me suis fadé pas mal de numéros du Monde diplomatique ou de science politique d’inspiration marxiste et/ou gramscienne, ça ne compte pas ; d’ailleurs, je n’ai pas non plus lu Gramsci (ou Engels, ou Poulantzas, ou…).

L’entretien accordé par Frédéric Lebaron est très éclairant, et les références qu’il cite permettent de « faire le pont » entre Marx et ce que l’on aura peut-être plus souvent lu dans un parcours de sociologie ou de science politique (Weber et les commentaires de Colliot-Thélène et de Kalinowski, par exemple). Vivement recommandé.

Feuilletons « Trump » et « Brexit » : deux documents

  • Ce sondage sur le respect d’un critère procédural de la démocratie représentative : admettre la défaite face à l’adversaire, Donald Trump ayant refusé de reconnaître, ce qui n’est d’habitude qu’une formalité, qu’il reconnaitrait sa défaite. À vrai dire, je suis surpris que si peu de sondés – donc placés dans une situation déclarative – ne prévoient pas de prendre les armes dans la situation inverse…

    surveymonkey-poll

    L’élection présidentielle américaine de 2016 est tellement, comment dire, absurde, qu’on est même en droit de se demander ce qui se passerait si Trump perdait et refusait le résultat : y aurait-il vraiment des groupes qui se constitueraient pour épuiser tous les moyens, légaux ou non, pour contester l’élection ? Y aurait-il vraiment des groupes prêts à prendre les armes pour renverser un gouvernement jugé illégitime, comme cela se produit régulièrement ailleurs ?

    La question paraît, à juste titre, absurde—mais que penser des groupes de vigilantes sillonnant sur la frontière sud du pays, qui se situent déjà aux lisières de la loi ? Quant aux gouverneurs des États fédérés, se laisseraient-ils gouverner, justement, par un président dont beaucoup d’entre eux (et pas seulement les démocrates, au sens partisan du terme) auraient intérêt à se désolidariser de la manière la plus ferme possible ? Même question, enfin, pour les circuits judiciaires, qui ne se prononcent pas sur les élections, mais qui, en cas de victoire de Trump, auraient très certainement un comportement plus discret mais tout aussi intéressant.

    À ceux qui répondraient que Trump pourrait utiliser les ressources du gouvernement fédéral contre lui-même, pour punir les récalcitrants à son arrivée au pouvoir, détrompez-vous : Trump n’a aucun relais dans l’administration, et comme il n’aura aucune succession politique même s’il devient président, aucun calcul de moyen-terme ne fonctionnera à son avantage. Il aura, de plus, toutes les ressources du « Speaker of the House« , Paul Ryan, contre lui1, et très certainement autant de « faux alliés » dans ses rangs, en service commandé pour saboter son gouvernement, que de vrais opportunistes prêts à faire ou dire n’importe quoi pour lui—Rudolph Giuliani étant, à ce titre, l’équivalent américain ponctuel de Brice Hortefeux sous Nicolas Sarkozy.

    En attendant, les minauderies de Trump, qui comme tant de choses à son sujet ne semblent avoir aucun fondement rationnel, m’ont néanmoins rappelé cette citation, beaucoup plus intelligente et subtile, de Robert Dahl, que j’aime bien poser en sujet de khôlle : « In a rough sense, the essence of all competitive politics is bribery of the electorate by politicians« …

  • Ce témoignage, aussi long qu’intéressant, sur le Brexit, vu par David Korski, l’architecte de la campagne des premiers perdants (l’équipe primo-ministérielle de David Cameron). Les « spads » se confient plus rapidement aux médias que les hauts fonctionnaires, qui attendent plutôt leurs vieux jours pour publier leurs mémoires. Le texte est trop dense pour que je lui fasse justice en une ligne : lecture intégrale très conseillée.

    politico-brexit

    L’un des aspects les plus intéressants du texte me semble être ce que l’auteur choisit de n’écrire qu’en filigrane : en promettant le referendum pour des raisons de compétition partisane, David Cameron a pris un risque énorme sans anticiper, car c’était naturellement impossible, que le parti d’opposition serait atone (car prisonnier de ses propres logiques compétitives) au moment du vote. En gros, Cameron s’est tiré dans le pied en pensant pouvoir marcher avec l’autre, et a eu tort.

    Theresa May doit désormais gouverner avec cette balle dans le pied que sont les ministres Brexiters, et qui se sont très vite révélés aussi peu fidèles aux règles du Cabinet government qu’ils furent honnêtes avec l’électorat durant la campagne référendaire2. Étant donné que May a la possibilité de virer tous ses ministres, il est tout à fait raisonnable d’imaginer une normalisation à court terme de la situation actuelle, qui n’est que la continuation logique de ce que la campagne a démontré, et qui laisse envisager le désastre qu’aurait été un gouvernement « Boris« .

    En mettant les deux principaux partis britanniques à genoux3, le Brexit m’a rappelé une autre citation, d’H.L. Mencken, que j’aime bien aussi poser en sujet de khôlle : « Democracy is the theory that the common people know what they want, and deserve to get it good and hard« …

  1. Comme le rappelle régulièrement David Cay Johnston. Johnston, par ailleurs, prédit qu’en cas d’élection, Trump devra faire face à un refus général d’obéir dans l’état-major, et qu’il tentera d’appliquer des vengeances personnelles au moyen de l’administration. Je crois que la première prédiction est correcte, et que la seconde sera tellement sabotée de l’intérieur qu’elle n’aura quasiment aucune conséquence. []
  2. Rappelons que les « Brexiters » ont fait mine d’avoir une équipe primo-ministérielle, la « Bogo » de Johnson et Gove, capable de gouverner en cas de victoire. La suite a montré qu’il n’en était rien. []
  3. Tout en sachant que ces deux partis avaient d’autres problèmes avant le Brexit : concrètement, le SNP a fait exploser le two-party system à la fin des années 1990, et Westminster ne s’en pas encore vraiment remis. []

Joël sort son bouquin sur le Front National !

Et hop, bientôt dans les bacs :

joel-bouquin-couv

À l’heure où j’écris ce billet, le livre n’est pas encore catalogué sur le site des Éditions Eyrolles, mais cela ne saurait trop tarder est dans les bacs de sa maison d’édition !

Une soirée de lancement a lieu ce soir à la Fondation Jean-Jaurès, où Joël officie en tant que membre de l’Observatoire des radicalités politiques :

joel-fjj

Je suis naturellement tout content pour mon estimé co-blogueur, et ce sera l’occasion pour moi de lire (et si tout se passe bien, de chroniquer ici) un bouquin complet sur le Front national, ce que je n’ai pas fait depuis très, très longtemps.

Sur le même sujet, comme on dit, deux articles récents de la revue Projet dans un petit dossier « spécial FN » :

Mise à jour : et il y a même une vidéo très éclairante !

Collecte et visualisation de données législatives avec R

Le groupe d’utilisateurs R du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris (le groupe “Sémin-R”) organise une conférence R demain. Cliquez sur l’image ci-dessous pour le programme complet :

JourneeR-2016-Programme

J’y présenterai les slides résumées ci-dessous (cliquez sur n’importe quelle image pour la version PDF complète, ou utilisez la version en ligne), et si tout se passe bien, j’aurai un court papier technique à partager sur le sujet dans moins d’un mois :

Briatte_R_MNHN_2016-2

Briatte_R_MNHN_2016-3

Briatte_R_MNHN_2016-4

La présentation reprend, en substance, une brève note que j’ai récemment publiée dans Network Science. Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder au preprint ou lisez directement son annexe pour le détail des données :

Briatte_NWS_published

Comme d’habitude, le code et les données sont en ligne — j’en ai déjà parlé à plusieurs occasions cette année, et vous risquez d’en entendre encore parler dans les années qui arrivent (plus de détails quand il y en aura à partager).

Affaire à suivre, donc, mais bon, c’est pas comme si je ne vous avais pas déjà un peu cassé les pieds avec R et la visualisation de réseaux de collaborations législatives depuis quelques temps déjà.

J’en profite pour saluer amicalement les collègues suisses, et Marion Deville en particulier, qui participent à la Semaine de la démocratie de Genève, et qui ont prévu d’utiliser certains de mes graphiques dans une présentation de leurs travaux lors d’un hackathon organisé le 23 septembre. Je n’ai pas beaucoup plus d’informations là-dessus, mais vous pouvez écrire à Marion si vous êtes intéressés.

En attendant, il reste quelques places pour la conférence de demain : écrivez aux gentils organisateurs (leurs coordonnées sont sur le site du Sémin-R), ou faîtes-moi très vite signe, et je ferai suivre. À demain !

Mise à jour, le jour même : malgré un léger gros problème qui m’a fait rater la matinée, je peux confirmer que la journée R du MNHN était, comme prévu, hyper-chouette, le cadre du Muséum d’Histoire Naturelle étant très agréable par ailleurs.

À noter dans les présentations, qui seront bientôt en ligne sur le site du RUG MNHN :

  • les dernières améliorations du package FactoMineR – et Factoshiny
  • l’utilisation de scripts R sur un serveur Apache
  • la visualisation de cartes auto-organisatrices
  • un exemple d’interfaçage R + Java
  • la sonification (!) de graphiques R/ggplot2

La dernière présentation, par Jérôme Sueur (l’un des deux organisateurs de la journée, avec Amandine Blin) était très divertissante. Pour comprendre pourquoi, jetez un coup d’oeil au package playitbyr.