Congrès

De retour du Congrès AFSP 2011, avec toujours une légère impression de surréalisme académique, à l’image des réunions de David Lodge. Les blogs américains rendent aussi un peu de cette atmosphère étrange, saturée de codes professionnels, jusque dans l’intonation et la gestuelle1. Pour ma part, le temps semble s’y être partagé entre deux sections thématiques très productives, des interventions plus ou moins réveillées pour l’ANCMSP2, et une navigation constante, entre 7h et 5h du matin, entre tous les groupes d’amis et de connaissances que l’on peut se constituer en quelques années de doctorat.

À l’occasion d’un café, un autre blogueur en science politique m’a demandé ce que devenait le Polit’bistro. À vrai dire, je n’avais pas prévu de laisser ce blog en standby, mais je n’ai pas trouvé le temps de reprendre après un problème de gestion des commentaires. La fin de ma période d’enseignement à Lille a aussi marqué un tournant. Sans contrainte éditoriale, j’ai laissé le zinc refroidir et perdre quelques degrés de centralité dans l’Hypothèsosphère. Si j’arrive à relancer la machine à café, ce sera d’abord vers mon travail de fin de thèse.

L’envie de rendre compte des richesses que l’ont extraire de l’espace des blogs universitaires me semble être une raison suffisante pour y rester actif. Un blog offre la possibilité de partager des méthodes de travail, des données et des résultats « de moyenne portée » (analyses exploratoires, observations préliminaires…). Ma communication à l’AFSP reprend par exemple une approche utilisée pour mesurer le changement climatique, et je vois comment les billets de Baptiste Coulmont sur le travail des députés pourrait s’adapter à d’autres supports empiriques.

P.S. Les commentaires sont rouverts.

Mise à jour : Christophe Bouillaud évoque aussi le Congrès AFSP 2011. Effectivement, le Congrès était très bien organisé, même si le programme pesait beaucoup trop lourd. Si vous creusez un peu Twitter, vous trouverez aussi quelques traces de live-blogging dans les amphis d’une section… Sur le fond, Christophe Bouillaud fournit une analyse d’ensemble des papiers qui me semble correcte.

  1. L’organisation de l’ASA 2011 à Las Vegas semble avoir été encore plus étrange encore. []
  2. Merci à toutes celles et ceux qui m’ont rappelé que je devrais essayer de dormir. []

Tentative de réouverture

Il y a presque un mois, le bistrot a dû fermer ses portes pour faire face aux clients malveillants : des moteurs de spam ont attaqué toute la plateforme Hypothèses. Les commentaires sont rouverts à partir d’aujourd’hui, mais pas sur les anciens billets, pour voir si l’on peut rendre le zinc à ses honnêtes consommateurs réguliers, ou si la plateforme est toujours sous le coup des robots.

Ralenti

Toutes mes excuses si le blog tourne un peu au ralenti depuis une semaine : j’ai commencé à trier environ 700 emails en retard (newsletters diverses et variées, numéros de revues scientifiques, presse et documents officiels…).

Je vais tenter d’en émerger avant la fin du semestre, qui signera par ailleurs mon dernier semestre d’ATER temps plein, après un an et demi d’enseignement au cours duquel j’ai appris énormément, énormément, énormément de choses. Quelques billets dans la rubrique « Enseignement » doivent en témoigner, et je mettrai bientôt cette liste à jour.

Sinon, j’en profite pour signaler que j’ai passé un bon moment avec mon co-blogueur fantôme, Joël, et qu’il se porte très bien. Si vous lisez Le Monde Magazine, vous le verrez cité dans l’article sur « Le FN en terrain conquis« .

Annonce rapide : Paris, et Mediator

En transit entre quatre villes, je suis à Paris pour un colloque à Sciences Po aujourd’hui et demain, passez dire bonjour si vous y êtes aussi !

Au passage, je regrette de ne pas avoir le temps d’écrire sur le scandale autour du Mediator, mais j’en parle dans tous mes enseignements du moment :

  • Avant Noël, j’en parlais dans la revue de presse de mon cours de politiques de santé, en rapport à la séance sur les marchés de produits pharmaceutiques.
  • J’en parle en ce moment dans un cours d’analyse et d’évaluation des politiques publiques, en rapport à d’autres scandales sanitaires (les parallèles avec le sang contaminé et l’amiante sont partout, on reparle de sécurité sanitaire…) et aux logiques de la médiatisation et de construction des crises par des lanceurs d’alerte et des relais politiques, etc.
  • Et je vais certainement en parler en statistiques, étant donné que la méthode utilisée par les laboratoires Servier pour annoncer trois décès imputés au Mediator est absurde en rapport aux méthodes et au raisonnement statistiques appliqués en épidémiologie. À ce sujet, l’épidémiologiste Catherine Hill explique assez simplement ce qu’est un odds ratio sans citer la notion1.

Pure coïncidence, j’ai reçu un appel à communication très à propos aujourd’hui même… La liste des soutiens financiers n’est pas encore publique.

Dernière chose, j’ai remarqué du spam dans les commentaires, je suppose que cela devrait se régler au niveau de la plate-forme assez rapidement, et je fais manuellement le tri de toute manière.

  1. Disclaimer : certains travaux de Catherine Hill apparaissent en sources dans ma recherche doctorale, et je prépare depuis longtemps une recherche sur le raisonnement statistique dans la controverse qui a opposé le célèbre statisticien Ronald Fisher aux épidémiologistes ayant identifié un lien entre tabagisme et carcinome (cancer) du poumon) dans les années 1950. []

Blogging scientifique et périodicité

Ce blog semble avoir trouvé sa périodicité à raison d’un billet grosso modo tous les quatre jours quitte à prendre un peu de retard sur l’actualité. Je garantis qu’il y aura des plages de silence de temps à autre. Cette stratégie de publication a fonctionné peu ou prou pour mon blog personnel, où je tournais à un billet quotidien, mais vais désormais viser une périodicité différente.

Une périodicité fixe force à passer un peu de temps à coordonner les dates de publication de chaque note, ce qui oblige à retourner régulièrement dans ses archives ; l’intérêt de cette contrainte est qu’elle permet du coup de mieux connaître ses propres archives, d’y apporter plus de soin (au niveau des mots-clés, par exemple), et d’y faire plus souvent référence.

La pré-publication induit aussi un décalage avec l’actualité immédiate : par exemple, un événement qui se produit à t ne pourra être couvert que vers t+16 si la périodicité est de quatre jours et que trois notes sont déjà prévues. On peut évidemment substituer la note prévue vers t+4 avec celle qui porte sur l’actualité “brûlante” pour réduire le délai à son niveau minimal. Dans tous les cas, ce décalage est aussi une forme de recul utile au blogueur et au lecteur.

J’en profite pour signaler que mon bien-aimé co-blogueur Joël est en congés prolongés dans le-vrai-monde-du-travail, comme me le disait le notaire de mes parents il y a quelques mois en apprenant que je faisais “une thèèèse” (prononcer avec la voix d’un prêtre au chevet d’un convalescent), mais qu’il va bien (Joël, pas le notaire ; il faut suivre un peu dans les parenthèses et les appositions).

Il m’arrive aussi de poster d’autres types de contenu sur Facebook, Twitter, Delicious, quelques blogs d’amis et un autre blog personnel plutôt discret, mais Polit’bistro concentre la plupart de mes notes sur les sujets scientifiques en langue française.

Pose du zinc en cours

Les auteurs du Polit’bistro travaillent sur l’installation du comptoir, d’où le look pas très sexy du blog à l’heure actuelle. La situation devrait heureusement s’améliorer rapidement. En attendant, vous pouvez d’ores et déjà rajouter le feed du Polit’bistro à votre agrégateur RSS (instructions). Vous pouvez aussi fouiller un peu dans la colonne de liens et dans notre listing de blogs, il y a d’autres choses intéressantes à lire en ligne sur la politique et les politiques.

Mise à jour : le comptoir est désormais bien posé.

Clap de fin : une discipline discrète

Science politique en ligne a commencé en octobre 2007. Je m’étais donné un an pour en éprouver le concept initial : suivre l’actualité de la science politique française par les publications en ligne. L’expérience va s’arrêter prématurément parce que ma première intuition était correcte. S’informer sur la science politique française en se limitant à ce qui est accessible à tous en ligne est une cause perdue d’avance ; pour le meilleur ou pour le pire, les revues et les colloques scientifiques restent le seul support de diffusion de l’actualité de la discipline.

À l’heure actuelle, la plus-value apportée par les archives institutionnelles est très faible : le dépôt n’y est pas spontané, et l’on y trouve que quelques chercheurs publiant leurs dernières contributions. Les dépôts spontanés (par pages personnelles) et les séries de working papers représentent un volume de publications extrêmement faible.

Le recensement des apparitions de la science politique dans les médias montre l’apport déterminant d’une émission de radio diffusée sur France Culture. Hormis cette émission, on peut considérer comme quasi-nul le nombre d’interactions entre la discipline et la sphère publique, ce qui ne doit pas aider dans les discussions institutionnelles sur le maintien des postes en science politique ou la préservation des sciences sociales en général dans le système de recherche.

Signe des temps, la blogosphère, qui absorbe, traite et commente une grande partie de l’information disponible en ligne, y compris l’information scientifique, n’a pas grand chose à dire de la science politique française. Ce qui n’empêche que certains aient montré un intérêt pour la discipline, ou que celle-ci n’ait fourni quelques blogueurs de très grand talent, trop peu nombreux (tous mes encouragements à ceux qui ont déjà mis la main au clavier). La blogosphère universitaire reste structurellement faible en France, et la science politique n’apparaît en tête de peloton.

Le volet “dissémination” de la science politique repose, en France, sur un nombre restreint d’organisations : le CNRS, qui finance une part substantielle de la recherche dans la discipline ; les universités et Instituts d’Études Politiques qui hébergent cette recherche ; la Fondation Nationale des Sciences Politiques, dont l’identité se fond avec Sciences Po et qui finançait autrefois des postes, le recrutement étant gelé pour l’instant ; et les associations professionnelles de la science politique, parmi lesquelles l’Association Française de Science Politique assume le rôle de “société savante” – au sens faible du terme, étant donné qu’elle ne partage l’autorité nécessaire à l’accréditation professionnelles comme c’est le cas dans d’autres groupements professionnels répondant au titre de “société savante”.

Le travail de communication de chaque organisme semble s’effectuer par isolats, de manière atomisée, et l’initiative la plus fédératrice, HAL-SHS, ne renvoie pas l’image d’une discipline très dynamique. De plus, les chercheurs ne sont soumis qu’à des incentives très faibles (issus principalement de leur éthique individuelle) en ce qui concerne la dissémination, qui n’est pas valorisée (sic) dans les avancements de carrière. En définitive, le contact avec l’actualité de la discipline ne s’effectue réellement que dans une seule instance, le congrès de l’AFSP, dont la prochaine édition se tiendra à Grenoble.

Ma dernière impression est donc celle d’une discipline discrète, ce qui ne dit rien de son dynamisme interne, et moins encore de la qualité des travaux : il y a des recherches plus pertinentes, intéressantes ou rigoureuses que d’autres, mais ce n’était pas l’objet de ce blog que d’en faire l’analyse. Je me suis limité à une appréciation de la visibilité de la discipline en ligne, en partant d’une idée américaine.

Une semaine avant de fermer ce blog, je me suis engagé dans une des “centrales électriques” de la science politique française – là où le courant des idées passe et où la discipline trouve son énergie. Bonne continuation à tous !

Statistiques

Textes les plus lus :

Visites mensuelles pour les mois octobre 2007-septembre 2008, soit douze mois d’activité :

Statistiques de fréquentation, 12 mois

Rester scotché au site

En visitant le site de Gérard Rimbert, jeune docteur en sociologie, j’ai trouvé cette excellente description de la technologie RSS : “Rester Scotché au Site”.

C’est exactement l’idée : RSS est une manière pratique de s’abonner au contenu de plusieurs sites, de centraliser ces abonnements dans un lecteur, puis de les bouquiner tranquillement sans avoir à se rendre sur l’ensemble des sites.

La technologie RSS permet également de s’abonner uniquement à certaines catégories de contenu sur un site (par exemple la catégorie “Experimental” de BBC Music ou les rubriques du Monde) et de lire dans le support de votre choix.

Pour vous abonner à “Science politique en ligne”, l’adresse à utiliser est http://sciencepolitique.wordpress.com/feed/. Pour de meilleures explications, rendez-vous sur la page RSS du Monde, pré-citée.