Reprise le 21 août

Ce blog s’interrompt officiellement pour trois semaines, le temps d’écrire au calme le jour et de coder la nuit.

Si la science politique vous manque d’ici-là, voici plus de 300 podcasts avec tout plein de politistes (surtout américains), et un nouveau portail – francophone, parisien, et primordialement politiste – de sciences sociales, et qui n’a malheureusement pas activé son flux RSS, ce qui fait que vous n’en entendrez probablement pas reparler ici.

Teaser programmatique

Cela fait un an que ce blog tourne à plein régime, avec entre 5 et 11 billets mensuels, soit entre 1.25 et 2.75 billet(s) par semaine. Il faut remonter à 2010 pour trouver une fréquence qui se rapproche de l’actuelle, et encore. Je pense que l’augmentation du volume de publication est à imputer à l’habitude de programmer les billets à l’avance, d’où l’heure de publication, factice, de 6 heures du matin, pour la plupart d’entre eux. Quand on publie sous cette forme, l’écriture devient largement asynchrone, et plus systématique.

Reprise des festivités le 21 août avec les deux feuilletons de l’année – Annals of Youtube Science et Women Also Know Stuff – et tous pleins de trucs que j’espère vaguement avoir le temps de finaliser dans les semaines qui arrivent, dont notamment un billet très en retard sur les élections legislatives de cette année.

Programme musical

J’ai le choix entre poster la liste des bouquins que j’aurais voulu lire cette année universitaire, ou poster une sélection de morceaux de musique. La seconde option convient mieux à une pause estivale.

Attention, la sélection ci-dessous demande de bonnes enceintes avec des vraies basses, pas des écouteurs standard ou des enceintes intégrées. Si vous cherchez un bon casque, je recommande la série MDR-XB de Sony (celui-ci est excellent) ; et pour les enceintes de bureau, les JBL Pebbles sont correctes, mais rien ne bat les Companion 2 de Bose.

  1. L’an dernier, j’ai eu la chance d’aller voir Terry Riley en concert pour la deuxième fois. La première fois, c’était à Grenoble en 1998, et il jouait avec Fred Frith ; la deuxième fois, c’était à Lille, et il jouait avec son fils.

    Si vous ne connaissez pas Terry Riley, c’est que vous avez oublié de prendre du LSD dans les années 1970. Séance de rattrapage :

  2. Pour la deuxième fois en quinze ans, je m’enracine : cela fait plus de trois ans et demi (ma durée-repère) que je paie un loyer au même endroit à Paris, et que je bosse au même endroit à Lille.

    Histoire de fêter ça, un peu de musique lilloise :

    Contexte : Sarin Assault est un des génies de la scène hardcore franco-britannique, que j’ai découvert grâce au morceau « The Thing » dans un mix de The DJ Producer, après avoir vu ce dernier live à Astropolis 2016.

  3. En février dernier, je suis allé voir Magma pour la quatrième fois—avec mon père, qui les a vus une douzaine de fois. Si vous ne connaissez pas Magma, vous avez quatre décennies de retard sur la musique contemporaine française, mais il n’est pas trop tard pour vous y mettre.

    Les techniciens de l’Olympia ont été sympa et astucieux ; voilà ce que l’on pouvait entendre comme « musique d’attente » avant le concert :

    Le morceau « Alice » de Sunn O))) est ainsi nommé en référence à Alice Coltrane, la moitié féminine du seul couple de divinités dont on ait une preuve du passage sur Terre, Alice et John Coltrane—ce dernier étant l’inspiration principale de Christian Vander, le batteur, créateur et leader de Magma. Je vous ai déjà parlé d’Alice Coltrane plusieurs fois cette année.

    Si vous ne connaissez pas Sunn O))), essayez le dernier album, qui est une tuerie absolue. Le groupe a commencé comme une sorte d’hommage à Earth, avant de vite devenir la référence du drone metal. Je rêve de les voir sur scène, dans le décor adéquat, mais les billets partent très vite.

  4. Agréable à toutes températures, Evigt Mörker, découvert grâce à Soundcloud :

    Sur la même plateforme d’écoute, je peux aussi conseiller son très chouette mix pour Metamorph, qui est généralement une très bonne source.

  5. Un peu plus agressif, désormais, mais de loin ma meilleure découverte cette année, Fen :

    La version live à Kiev est tout aussi bien, mais je doute d’arriver à convertir beaucoup de lecteurs de ce blog au black metal atmosphérique, alors que c’est, de très loin, l’un des sous-genres musicaux où « il se passe des choses » depuis quelques années.

  6. Programme pour quelques jours de vacances à Amsterdam :

    Eh oui : c’est Steve Reich qui fait l’ouverture du Festival Dekmantel cette année ! Faites-moi signe si vous y serez aussi. (Et au passage, pour les afficionados, le meilleur remix de « Drumming » jamais signé : celui de Mantronik, sur la génialissime compilation Reich Remixed.)

  7. Pour terminer, pensiez-vous sérieusement que j’allais vous parler de Magma sans vous laisser un extrait de concert ?

    L’extrait ci-dessus vient d’un morceau composé sur une trentaine d’années : voyez, pour comparaison, la version de 1978.

Puisqu’on parle musique, deux regrets récents : toujours pas de nouvel album de Casey (citée dans le Women Also Know Stuff de 2016), et le concert de Dasha Rush qui devait avoir lieu au Glazart n’a toujours pas été reprogrammé (je vous en parlais déjà en début d’année). Je me suis consolé en allant écouter Casey à Gennevilliers l’an dernier, et Dasha Rush au Rex cette année.

Également écoutés, vus et entendus cette année universitaire : Mayhem (black metal), Ecstatic Vision (rock psychédélique), Monarch (doom metal), Herbie Hancock (jazz), Scred Connexion (hip hop), l’Orchestre National de Barbès (rock gnanoua). Bêtement ratés, à charge de revanche : Ash Borer (black metal), Einstürzende Neubaten (rock industriel), Speed Caravan (oud-rock).

Et pour fêter la nouvelle année universitaire, on commencera par Zakir Hussain, Pharoah Sanders et Joachim Kühn, avec Émile Parisien et Jeff Mills en première partie. C’est le vrai line-up : ruez-vous sur les dernières places !

Passez de bonnes vacances si vous en prenez, et à bientôt.

Bravo Marin ! (et vive le Cléo)

Marin Dacos, Pierre Mounier (photo : Élodie Picard)

Photo : Marin Dacos et Pierre Mounier en 2009, à l’occasion du cours “Outils de publication web : comparaison et évolutions” à l’Université d’été de l’édition électronique ouverte. Photo d’Élodie Picard (Cléo).


Marin Dacos, que je connais depuis une dizaine d’années et qui m’a fait l’honneur de m’embarquer dans les aventures de ce qui allait devenir plus tard le Cléo1, a récemment reçu une médaille scientifique bien méritée2.

Bravo Marin ! Et bravo à toute l’équipe que tu as rassemblée au fil des années. J’ai une pensée particulière pour Pierre Mounier, engagé à tes côtés sur les questions d’accès ouvert à la recherche depuis le début.

Et je dis bien “engagé”, car si je n’ai compris qu’une seule chose au sujet de l’édition scientifique au cours des dix dernières années, c’est qu’il s’agit bien d’une lutte, acharnée même, en France comme à l’étranger, et d’un combat très déséquilibré de surcroît, aussi bien en termes de ressources mobilisables par chacun des protagonistes qu’au niveau de l’information qui fonde les positions des uns et des autres.

Pour les chercheurs en sciences humaines et sociales, un round supplémentaire du combat est en train de s’écrire en ce moment même outre-Atlantique. À suivre, en espérant que les chercheurs français finissent un jour par tous comprendre ce qu’apporte une unité de services telle que le Cléo, qui – enfonçons un peu plus loin le clou – ne doit sa légitimité actuelle qu’à un combat de longue haleine contre toutes sortes d’institutions et de positions favorables à un accès payant, à des coûts prohibitifs, à la recherche scientifique publique.

Pour terminer sur une autre parenthèse personnelle, à la même époque où je rencontrais Marin et Pierre pour la première fois, grâce notamment au petit milieu que constituait alors le blogging scientifique francophone, j’avais également rencontré Lawrence Lessig, qui faisait campagne pour Creative Commons.

J’ai tiré de toutes ces rencontres quelques recherches sur les politiques du droit d’auteur sur Internet, mais j’en ai surtout tiré quelques solides convictions sur l’accès à la connaissance, convictions qui n’ont pas varié d’un iota depuis.

Aujourd’hui, j’ai bon espoir que ces convictions soient aujourd’hui mieux représentées dans le champ scientifique, toutes générations confondues, et je sais que je dois cet espoir à des gens comme Marin et Pierre en France, et d’autres comme Lawrence Lessig à l’étranger.

Ajout du lendemain : sur un sujet connexe, et sur cette même plateforme, voir ce billet présentant Sci-Hub et son enjeu sous-jacent, c’est-à-dire la lutte contre le racket de la publication scientifique.

  1. Plus précisément, en 2008, Marin m’a proposé de rentrer au comité scientifique de la plateforme Hypothèses, dont je m’efforce, avec plus ou moins de succès, de suivre les discussions depuis. []
  2. La médaille émane d’un organisme qui, malheureusement, persiste à se ridiculiser en éditant tout un tas d’élucubrations vaseuses sous le nom de “sociologie de l’imaginaire”, mais bon, ce n’est pas le sujet ici, même s’il faudra y revenir. []

Open data et politique de santé

L’apéro Science & Web #33 de jeudi prochain à La Penderie sera consacré à l’open data en santé, qui pose toutes sortes de questions similaires à celles que l’on peut trouver dans l’histoire des politiques de surveillance épidémiologique.

Si le sujet vous intéresse, j’y ferai un petit topo au croisement de cette recherche, dont j’ai déjà résumé le contenu, et du contexte français actuel, qui ne ressemble pas à ce qui se fait dans d’autres systèmes de santé. Pour changer, il n’y aura pas de code R.

Ça commence à 19h30, pendant les happy hours.

Mise à jour #1 : on a raisonnablement profité des happy hours. La suite à l’Open Data Day de l’Open Knowledge Foundation, ce samedi !

Mise à jour #2 : une partie de cette intervention a été publiée dans un article co-écrit avec Samuel Goëta, et publié par la revue Statistique et société, déjà évoquée ici.

Le numéro spécial porte sur les données de santé et contient des contributions de spécialistes du SNIIRAM, de la cohorte Constances et de plein d’autres choses. Servez-vous, c’est gratuit et en ligne.

Screen Shot 2014-06-10 at 7.37.52 PM

Mises à jour

Pour votre plus grand plaisir, les mises à jour d’un blog qui a presque la même périodicité qu’une revue universitaire :

  • Les archives 2007-2009 du précédent blog ont été incorporées au ‘Bistro. Les liens sont souvent morts, les catégories déséquilibrées, sans parler des mots-clés ; mais tout est là, FWIW.
  • La maquette du ‘Bistro est désormais un peu plus large, en espérant que cela aide à la lecture ; l’image de bandeau n’a pas changé mais s’est un peu allongée, on verra si on trouve mieux dans les jours à venir.

En faisant du nettoyage dans les cartons de la cave, j’ai réalisé que nous maintenions, à nos débuts, une liste de blogs universitaires francophones, qui pour la plupart ont sombré dans l’oubli, délaissés par leurs auteurs (à qui je ne jette naturellement pas la pierre, vu mes propres difficultés à rester « publiant » dans la blogosphère au fil des années).

Ce triste état de fait va de pair avec la mort planifiée de la syndication RSS (pardon, de Google Reader), du faible soutien à l’open access au sein de “la base”, mais aussi de l’expansion de Twitter et de plein d’autres choses qui mériteraient un vrai développement. Toujours est-il que Versac n’aura jamais vraiment eu le blog de science politique francophone qu’il appelait de ses voeux.

Voilà pour les dernières actualités, à lire au son d’un fado un peu nostalgique. Le blog compte à peu près 250 billets (et une trentaine de brouillons jamais publiés). Et pour terminer, une relique : le contenu de la page de “promo” qu’utilisait le blog précédent !

À la manière des ouvrages de Tom Clancy, Philippe Roth ou Michael Crichton, voici la quatrième de couverture racoleuse de ce blog :

« An excellent French language politics blog »
Intute Social Sciences

“A good source for the latest research in French political science”
Arthur Goldhammer

“Longue vie à cette initiative”
Pierre Maura

“… it has really begun to bring together some interesting work which certainly would have evaded the attention of anglophones”
Henry Farrell

Je retourne ranger les derniers cartons.

Spam en folie

Le bistro reçoit en ce moment un volume inhabituel de VRP de toutes nationalités… autrement dit, on a un gros problème de spam dans les commentaires. Le plugin WordPress de la plateforme fonctionne bien, mais si vous faites partie des faux négatifs, prévenez les propriétaires du lieu ! À très bientôt.

Polit’bistro sur Twitter

Les sondages et les questions pédagogiques semblent avoir ranimé Polit’bistro, au moins le temps d’un weekend. Joël et moi étant également actifs sur Twitter, voici notre tentative de micro-blogging à quatre mains :

Il nous manque la page Facebook pour pouvoir nous livrer à des décomptes un peu nerdy, mais ça devrait finir par se faire si le bistro nécessite une succursale. On en est très loin pour le moment.

À bientôt sur une plateforme ou sur une autre !

P.S. Le graphique qui nous sert de logo vient d’une note d’Andrew Gelman sur le vote aux États-Unis.

Congrès

De retour du Congrès AFSP 2011, avec toujours une légère impression de surréalisme académique, à l’image des réunions de David Lodge. Les blogs américains rendent aussi un peu de cette atmosphère étrange, saturée de codes professionnels, jusque dans l’intonation et la gestuelle1. Pour ma part, le temps semble s’y être partagé entre deux sections thématiques très productives, des interventions plus ou moins réveillées pour l’ANCMSP2, et une navigation constante, entre 7h et 5h du matin, entre tous les groupes d’amis et de connaissances que l’on peut se constituer en quelques années de doctorat.

À l’occasion d’un café, un autre blogueur en science politique m’a demandé ce que devenait le Polit’bistro. À vrai dire, je n’avais pas prévu de laisser ce blog en standby, mais je n’ai pas trouvé le temps de reprendre après un problème de gestion des commentaires. La fin de ma période d’enseignement à Lille a aussi marqué un tournant. Sans contrainte éditoriale, j’ai laissé le zinc refroidir et perdre quelques degrés de centralité dans l’Hypothèsosphère. Si j’arrive à relancer la machine à café, ce sera d’abord vers mon travail de fin de thèse.

L’envie de rendre compte des richesses que l’ont extraire de l’espace des blogs universitaires me semble être une raison suffisante pour y rester actif. Un blog offre la possibilité de partager des méthodes de travail, des données et des résultats « de moyenne portée » (analyses exploratoires, observations préliminaires…). Ma communication à l’AFSP reprend par exemple une approche utilisée pour mesurer le changement climatique, et je vois comment les billets de Baptiste Coulmont sur le travail des députés pourrait s’adapter à d’autres supports empiriques.

P.S. Les commentaires sont rouverts.

Mise à jour : Christophe Bouillaud évoque aussi le Congrès AFSP 2011. Effectivement, le Congrès était très bien organisé, même si le programme pesait beaucoup trop lourd. Si vous creusez un peu Twitter, vous trouverez aussi quelques traces de live-blogging dans les amphis d’une section… Sur le fond, Christophe Bouillaud fournit une analyse d’ensemble des papiers qui me semble correcte.

  1. L’organisation de l’ASA 2011 à Las Vegas semble avoir été encore plus étrange encore. []
  2. Merci à toutes celles et ceux qui m’ont rappelé que je devrais essayer de dormir. []

Tentative de réouverture

Il y a presque un mois, le bistrot a dû fermer ses portes pour faire face aux clients malveillants : des moteurs de spam ont attaqué toute la plateforme Hypothèses. Les commentaires sont rouverts à partir d’aujourd’hui, mais pas sur les anciens billets, pour voir si l’on peut rendre le zinc à ses honnêtes consommateurs réguliers, ou si la plateforme est toujours sous le coup des robots.

Ralenti

Toutes mes excuses si le blog tourne un peu au ralenti depuis une semaine : j’ai commencé à trier environ 700 emails en retard (newsletters diverses et variées, numéros de revues scientifiques, presse et documents officiels…).

Je vais tenter d’en émerger avant la fin du semestre, qui signera par ailleurs mon dernier semestre d’ATER temps plein, après un an et demi d’enseignement au cours duquel j’ai appris énormément, énormément, énormément de choses. Quelques billets dans la rubrique « Enseignement » doivent en témoigner, et je mettrai bientôt cette liste à jour.

Sinon, j’en profite pour signaler que j’ai passé un bon moment avec mon co-blogueur fantôme, Joël, et qu’il se porte très bien. Si vous lisez Le Monde Magazine, vous le verrez cité dans l’article sur « Le FN en terrain conquis« .

Annonce rapide : Paris, et Mediator

En transit entre quatre villes, je suis à Paris pour un colloque à Sciences Po aujourd’hui et demain, passez dire bonjour si vous y êtes aussi !

Au passage, je regrette de ne pas avoir le temps d’écrire sur le scandale autour du Mediator, mais j’en parle dans tous mes enseignements du moment :

  • Avant Noël, j’en parlais dans la revue de presse de mon cours de politiques de santé, en rapport à la séance sur les marchés de produits pharmaceutiques.
  • J’en parle en ce moment dans un cours d’analyse et d’évaluation des politiques publiques, en rapport à d’autres scandales sanitaires (les parallèles avec le sang contaminé et l’amiante sont partout, on reparle de sécurité sanitaire…) et aux logiques de la médiatisation et de construction des crises par des lanceurs d’alerte et des relais politiques, etc.
  • Et je vais certainement en parler en statistiques, étant donné que la méthode utilisée par les laboratoires Servier pour annoncer trois décès imputés au Mediator est absurde en rapport aux méthodes et au raisonnement statistiques appliqués en épidémiologie. À ce sujet, l’épidémiologiste Catherine Hill explique assez simplement ce qu’est un odds ratio sans citer la notion1.

Pure coïncidence, j’ai reçu un appel à communication très à propos aujourd’hui même… La liste des soutiens financiers n’est pas encore publique.

Dernière chose, j’ai remarqué du spam dans les commentaires, je suppose que cela devrait se régler au niveau de la plate-forme assez rapidement, et je fais manuellement le tri de toute manière.

  1. Disclaimer : certains travaux de Catherine Hill apparaissent en sources dans ma recherche doctorale, et je prépare depuis longtemps une recherche sur le raisonnement statistique dans la controverse qui a opposé le célèbre statisticien Ronald Fisher aux épidémiologistes ayant identifié un lien entre tabagisme et carcinome (cancer) du poumon) dans les années 1950. []