Quelques petits trucs pour patienter

Si vous avez parcouru ce blog avant-hier, ou si vous faites partie des fidèles abonnés du ‘bistro grâce à son flux RSS, alors vous avez dû y trouver un billet sur Charlie-Hebdo. Ce billet a été publié en avance par erreur—mais il reviendra, promis !

En attendant la suite, voici quelques petits trucs pour patienter.

Samuel Hayat a recommencé à bloguer, et a posté il y a peu de temps un très intéressant billet sur l’histoire conceptuelle. J’en ai profité pour rajouter le blog de Samuel Hayat et le blog collectif Slowpolitix dans la très courte liste de blogs de politistes français qui se trouve sur la page « Blogs » de ce blog.

Je n’avais pas vu que Philippe C. Schmitter avait posté un manuscrit d’ouvrage, Conceptual Analysis and Research Design for Politologists, sur sa page de l’IUE de Florence. Je prends toujours beaucoup de plaisir à lire Schmitter, que je trouve analytiquement irréprochable, hyper-clair, et divertissant car ultra-érudit (à la manière des textes de Jean Leca, par exemple, les notes de bas-de-page contiennent souvent des petites pépites).

Colin Crouch vient de publier Society and Social Change in 21st Century Europe, un petit ouvrage de synthèse qui a l’air très clair et très bien informé, dans la lignée de toute sa production éditoriale. À mettre entre toutes les mains, et celles des étudiants en particulier.

Comment ne pas parler des livres que l’on n’a pas lus

Écouter France Culture est un régal quotidien, et s’il ne fallait garder qu’une émission, ce serait évidemment Les pieds sur terre. Mais parfois, on y entend aussi des choses comme ça, dans la bouche de Vincent Ricordeau, co-fondateur de la plateforme collaborative KissKissBankBank :

Aujourd’hui après avoir encensé Piketty, on massacre Piketty, puisqu’il y a des étudiants, certains très jeunes, qui ont prouvé que ses bases de données, la façon dont il gérait les data, arrivait à des résultats qui étaient erronés.

Derrière Piketty, ce n’est pas ses formules mathématiques qui comptent pour arriver à prouver une chose. Il a montré assez clairement, et on a besoin de ça, que le système dans lequel on vit aujourd’hui, c’est-à-dire vers une maximisation du profit et une individualisation du profit, fait que ça crée des inégalités tellement dingues qu’on est revenu au même niveau qu’au XIXe siècle, et que potentiellement notre civilisation disparaîtra à cause de ça.

Donc du coup les mille pages de Piketty, qui sont très difficiles à lire d’ailleurs, n’ont de valeur pour moi que parce qu’elles montrent une direction. Si vous prenez Rifkin, également, […]

Les passages en gras sont de mon fait. S’ensuit le même style d’argument sur Rifkin. Allez écouter par vous-même, à la 21e minute environ du podcast de la dernière émission du sinon excellent Grain à moudre d’Hervé Gardette, qui conclut l’intervention de Vincent Ricordeau par ce propos laconique :

En général, quand on est critiqué, c’est aussi peut-être un signe de succès.

Avant de continuer, full disclosure : je ne connais aucun des protagonistes cités dans ce billet, et je n’ai pas lu le dernier ouvrage de Piketty. En revanche, j’ai pas mal manipulé les données Piketty/Saez, que j’ai souvent utilisées en cours, et j’ai lu quelques-uns des articles où elles apparaissent.

Enfin, il y a plusieurs années, j’ai écrit à Thomas Piketty pour lui demander quelques-unes de ses séries temporelles supplémentaires. Voici sa réponse (qui ne trahit rien de personnel : l’adresse email apparaissait sur son site Internet) :

piketty-email

Sur la forme, l’email ci-dessus n’est pas vraiment le genre d’email que l’on reçoit de la part de quelqu’un qui ne saurait pas “gérer ses data” ; c’est même plutôt l’inverse, Thomas Piketty étant l’un des rares chercheurs à diffuser publiquement et gratuitement la quasi-intégralité de ses données.

Mais sur le fond, il y a plein d’autres inepties dans le propos de Vincent Ricordeau, qui fait au passage la même erreur que de très nombreux commentateurs de Piketty, en lui attribuant la paternité intégrale des données utilisées dans Le capital au XXIe siècle. En réalité, comme l’indiquent plusieurs notes de bas-de-page, certaines sections de l’ouvrage utilisent les données WTID/WWID, qui ont mobilisé des dizaines de chercheurs1.

Histoire d’illustrer le fait que Piketty ne fait vraiment pas secret de la production collective des données présentées dans son ouvrage, écoutez les dix premières minutes de cette présentation, qui ne fait pas exception (j’ai trouvé plein d’autres podcasts où Piketty raconte strictement la même chose sur la nature collective des données de l’ouvrage, en citant d’ailleurs toujours les mêmes collègues, dans le même ordre) :

Le début du propos est peut-être le plus censé : effectivement, l’ouvrage de Piketty a été critiqué, notamment par un jeune économiste de 26 ans. Sauf que la critique en question ne porte à aucun moment sur la manière dont Piketty “gère ses data”, qui s’en sortent parfaitement indemnes2.

À ma connaissance, la seule critique de Piketty qui a porté directement sur les données est celle de Chris Giles (du Financial Times), et qui s’est à mon sens complètement trompé, alors qu’il avait correctement diagnostiqué les problèmes d’un modèle publié par le FMI dans un rapport de 2012.

Le plus drôle dans l’intervention de Ricordeau, c’est évidemment l’énorme “smoking gun” que j’ai grassé dans le dernier paragraphe : apparemment, dans la bouche de quelqu’un qui parle comme s’il avait lu l’ouvrage, les “mille pages” du Capital au XXIe sont “très difficiles à lire”.

Notez que juste avant, le même intervenant parle de formules mathématiques. Voici l’index de l’entrée “équations” dans l’édition américaine de l’ouvrage, avec les équations soulignées :

piketty-equations

L’équation la plus compliquée étant un produit, on peut supposer que ce n’est pas la formalisation mathématique de Piketty qui lui vaut ici le qualificatif de “très difficile à lire”. Ce doit donc être le texte lui-même. Voici donc un extrait pris au hasard dans l’édition française de l’ouvrage :

piketty-bouquin-1

Pas convaincu ? J’ai arbitrairement sélectionné cet extrait ? L’intervention de Vincent Ricordeau se situant à environ 21:30 du podcast de l’émission, voici la page 231 de la version électronique de l’ouvrage :

piketty-bouquin-2

Si vous avez déjà lu de l’économie, ne serait-ce qu’un papier NBER, le contraste devrait être saisissant. Et si vous n’en avez jamais lu, le texte devrait quand même vous indiquer quelque chose que presque tous les compte-rendus de lecture de Piketty indiquent par ailleurs : c’est très bien, et surtout très simplement, écrit3.

De mon point de vue, le seul obstacle sérieux à la lecture du dernier ouvrage Piketty est la longueur du manuscrit, qui est un peu plus court en langue anglaise (dans une traduction sublime d’Arthur Goldhammer), mais qui reste long.

Sur tous les autres points soulevés par Vincent Ricordeau, j’ai surtout eu l’impression qu’il avait autant lu l’ouvrage que moi, qui l’ai acheté mais pas lu, et j’imagine qu’une partie des auditeurs de l’émission a dû se dire exactement la même chose. Peut-être ferait-il mieux de se tourner vers un ouvrage plus court.

  1. L’équipe WTID/WWID inclut notamment Tony Atkinson. []
  2. La critique de Rognlie consiste, en gros, à rajouter un diviseur sur certaines mesures centrales, et à décomposer certains résultats. Il obtient, comme d’autres, des effets parfois plus faibles que ceux rapportés par Piketty, et un effet majeur du secteur immobilier, dont il tire une critique que je n’ai pas la compétence d’évaluer. Piketty a répondu à ce type de critiques dans plusieurs revues ; pour un excellent numéro spécial dans ce style, cf. celui-ci, en sociologie. []
  3. Piketty a expliqué plusieurs fois avoir écrit son livre pour un large public, en insistant sur le fait qu’il se sent moins économiste que chercheurs en sciences sociales, et que du coup. Si j’ai bien compris son parcours, qui passe par le MIT, il doit bien maîtriser les équations DGSE, mais écrire des modèles complètement abstraits ne l’intéresse pas. Une partie des réactions à l’ouvrage de Piketty s’explique d’ailleurs à mon sens par cette distance à la formalisation, mais il y a d’autres facteurs à considérer. []

À propos du « Le Pen. Une histoire française », de Philippe Cohen et Pierre Péan

Les journalistes Philippe Cohen et Pierre Péan viennent de publier une copieuse (550 pages) biographie de Jean-Marie Le Pen. Sa parution a fait beaucoup de bruit dans les médias, tant à cause de son sujet que du parti pris des auteurs : « l’aborder [JMLP] comme un sujet d’enquête banal, sans a priori » (p. 10) – ce qui, interprété par certains, revient à faire preuve d’indulgence envers Le Pen et le Front national. De plus, les auteurs adoptent un ton volontairement polémique à l’égard de leurs collègues journalistes, accusés d' »autisme bibliographique » – les ouvrages consacrés à la vie de JMLP seraient tous soit hagiographiques, soit entachés du pêché originel de l’animosité à l’égard de leur objet. Seule la biographie de Christian Lionet et Gilles Bresson, deux journalistes qui officient alors (en 1994) à Libération, trouve grâce à leurs yeux.

On ne fera pas ici une recension « classique » de l’ouvrage, tant il a déjà été discuté dans de nombreuses arènes, que ce soit pour être voué aux gémonies (y compris par Maurice Szafran, rédacteur en chef de Marianne, employeur de Philippe Cohen) ou au contraire porté au pinacle. La discussion s’est d’ailleurs même déplacée sur le terrain judiciaire, puisque JMLP a déclaré qu’il attaquerait les auteurs, concernant ses histoires d’argent (auxquelles tout un chapitre est consacré), semble-t-il. Il ne s’agit pas davantage de juger le travail d’investigation – réel – mené par les journalistes, car je ne suis pas spécialiste de la biographie du président d’honneur du Front national, ni même historien. D’autres sont mieux qualifiés que moi pour porter un jugement sur ces points.

Il semble en revanche intéressant de lire cette biographie au prisme des savoirs produits par les sciences sociales sur le Front national et son président. Comment cet ouvrage se situe-t-il par rapport à ces connaissances, et peut-il être utile à un chercheur en sciences sociales travaillant sur le Front national ?

Ce questionnement m’est venu en lisant l’introduction du livre, pour deux raisons. En premier lieu, les auteurs insistent sur leur démarche, se voulant dépassionnée, dénuée d’a priori, presque empathique – même si le mot n’est pas employé. Cela semble suffisamment important et n’allant pas de soi pour que les auteurs y reviennent à plusieurs reprises dans le livre. Or, pour le chercheur en sciences sociales, cela ne semble guère problématique, tant la neutralité axiologique fait partie de l’éthique professionnelle la plus largement partagée – même si c’est avec des cas comme celui de l’extrême droite qu’elle semble parfois toucher à ses limites, du moins du point de vue de certains chercheurs. (On peut d’ailleurs se demander à quoi rimerait une neutralité axiologique qui ne s’appliquerait qu’aux objets qui ne nous dérangent pas). En second lieu, c’est l’interprétation que les auteurs proposent de la trajectoire de JMLP qui m’a conduit à m’interroger sur le rapport de cet ouvrage avec les sciences sociales. Il me faut d’abord résumer en quelques mots la thèse des auteurs : pour eux, Jean-Marie Le Pen n’est pas intrinsèquement un fasciste, ni même un idéologue – et, au fond, ce n’est pas tant ce qu’il est qui compte, que ce qu’on en a fait. « Il est surtout une construction, un monument érigé peu à peu au centre de notre vie politique […]. Au fond, la force et la faiblesse de Le Pen ont été d’aller au-devant du rôle que tous ceux-là entendaient lui faire jouer », écrivent les auteurs en introduction (p. 12-13). Ce sont donc des interactions entre JMLP et d’autres acteurs politiques (Mitterrand, Tapie, Chirac, Sarkozy) et médiatiques, voire associatifs (SOS Racisme) qui ont « fait » Jean-Marie Le Pen. Or, cette thèse a déjà largement été défendue en sciences sociales. C’est sans doute Jacques Le Bohec qui, parlant de « phénomène Le Pen » pour bien en souligner le caractère co-construit, l’a le plus clairement démontré en analysant les interactions entre Jean-Marie Le Pen et les journalistes. Mais d’autres chercheurs ont également contribué à cette approche ; Magali Boumaza, par exemple, a souligné le rôle que la stigmatisation jouait dans la construction de l’identité des (jeunes) militants frontistes. Plus largement, les approches constructivistes, interactionnistes ou encore en termes de rôle ont largement contribué à la compréhension du Front national et du rôle de son dirigeant historique. Or c’est bien une approche par la carrière extrémiste que nous livrent les auteurs, en montrant qu’en rien le jeune Jean-Marie Le Pen n’était « destiné » à devenir le président du Front national. C’est bien une succession de carrefours biographiques, marqués aussi bien par la contingence que par les dispositions antérieures, qui le conduisent d’abord à l’engagement à l’extrême droite, ensuite à la direction du FN, enfin à son enfermement dans son rôle de « diable de la République ». L’importance du fameux épisode du « point de détail de l’Histoire », en 1987, est ainsi soulignée : c’est de ce jour (« le jour où Le Pen est devenu Le Pen », titrent plaisamment Cohen et Péan) que daterait la relégation définitive de Le Pen en marge du champ politique français, relégation acceptée et entretenue par le principal intéressé à travers ses fameux « dérapages » (en réalité largement contrôlés).

La proximité de la ligne directrice des auteurs avec celles de certains chercheurs, et notamment de Le Bohec, est d’autant plus troublante que les chercheurs en sciences sociales ayant travaillé sur Le Pen ne sont quasiment pas cités dans l’ouvrage. À peine sont-ils convoqués parfois à l’appui de leurs arguments – et avec, semble-t-il, une connaissance médiocre de la littérature, à telle enseigne que le nom de Nonna Mayer, probablement la plus connue des spécialistes françaises du Front national, est doublement écorché (« Nona Meyer », p. 517). Laurent Bouvet et la « gauche populaire » sont également mobilisés, mais il s’agit là davantage d’une convergence (en tout cas perçue par les auteurs) du point de vue des réponses politiques à apporter au Front. En revanche, Le Bohec par exemple n’est jamais cité.

N’ayant pas de raison particulière de penser que les auteurs auraient ici volontairement omis de citer leurs lectures, il faut en conclure qu’ils arrivent aux mêmes conclusions qu’une partie de la littérature scientifique sans l’avoir lue. Et il faut alors le regretter, car aussi bien leur travail que la littérature académique gagnerait à des échanges intellectuels entre une œuvre de journalisme d’investigation comme celle-ci et des travaux plus distanciés et plus théorisés.

Car le livre de Péan et Cohen sera aussi utile pour le chercheur intéressé par le Front national et la figure de son président d’honneur. Il y trouvera un matériau détaillé qui fait malheureusement défaut dans la littérature académique, et pourra en nourrir ses analyses. Certes, il pourra ici ou là ne pas adhérer aux interprétations proposées par les auteurs, et devra sans doute attendre que d’autres journalistes (ou chercheurs ?) réfutent ou précisent telle ou telle information. Mais dans l’ensemble, je pense qu’il s’agit d’un livre utile, qui mérite d’être lu sans passion et sans a priori, loin des oppositions au sein du champ journalistique que les prises de position au sujet de l’ouvrage révèlent incidemment.

EDIT : ce billet a été repris par nonfiction.fr.

Paru, à paraître

Très rapidement car toujours pas le temps :

Vu le prix des ouvrages, il va falloir calculer avec Noël… Même les ouvrages de l’EHESS, sur lesquels une effort a été fait, coûtent une petite fortune.

Le café reste en carafe pour l’instant, mais allez voir à côté pour une jolie explication de texte sur des thèmes qui me sont chers, les regex et le scraping.

TeX et SHS

Joël et Maïeul Rouquette (blog, bouquin à lire1 ) ont lancé, via Twitter, une liste de discussion sur l’utilisation de TeX en sciences humaines et sociales. Si vous avez aperçu les récentes slides de Joël sur la cartographie avec R et rgrs, le package de Julien Barnier, alors vous savez à quoi sert TeX : faire cohabiter des structures complexes (équations mathématiques, images vectorisées, code informatique, etc.) avec du texte bien mis en page.

Dans les liens du paragraphe précédents, vous aurez aperçu des références à TeX et à Twitter, mais aussi des mentions de GitHub et de R. La somme de ces technologies vaut plus, à mon sens, que ses parties : l’idée est de construire des workflows, façon The Setup, pour les SHS. Un excellent exemple de workflow est celui de Kieran Healy, qui circule depuis longtemps et qui a intégré un mini-symposium sur le sujet dans la revue méthodologie de l’APSA.

J’essaierai de continuer à faire la publicité de ces technologies par mes propres exemples et m’en tiens pour le moment à cette courte annonce car le filtre spam de la plateforme a l’air d’être en panne et il reste 444 messages en attente de suppression2. Je me tape l’inspection manuelle des commentaires pour éviter les faux négatifs et encourager les discussions, comme sur ce billet récentÉtienne et Sylvain Machefert ont posté des informations intéressantes sur Factiva (merci !). Si votre commentaire a sauté, prévenez-moi, et désolé du dérangement.

  1. Il y en a beaucoup dans tous les styles, comme à chaque rentrée. Merci à celles et ceux qui ont l’amabilité de m’en tenir informé, j’en reparlerai après lecture. []
  2. … sans parler des copies. Il faudra que je parle de cette copie de mathématiques rédigée en quasi-chinois, et que je dois rendre dans une semaine. []

Best of 2010

L’année est bien entamée, et j’aime bien l’idée du best-of académique. En science politique, je sélectionnerais quatre textes, et j’attends vos suggestions :

  • Black Ravens, White Shoes, and Case Selection: Inference with Categorical Variables”, un texte inédit du statisticien David Freedman dans un recueil édité par David Collier (un collègue de Berkeley, bien connu en science politique) et al.. En quelques pages, tout y passe, le paradoxe des corbeaux chez Hempel, la sélection des cas d’étude, quelques références en passant à Taleb (que j’ai découvert grâce à Mark Blyth), l’inférence statistique à “faible n”, etc. Freedman est (était) un des plus grands statisticiens du 20e siècle, et l’un des plus ouverts à l’épistémologie qualitative. Un modèle.
  • Democracy and the Limits of Self-Rule : le dernier ouvrage d’Adam Przeworski. Enough said. La préface – autobiographique, comme son chapitre dans l’ouvrage de Munck et Snyder déjà mentionné – est absolument magistrale. Foncez dessus par tous les moyens possibles ! Des extraits sont disponibles. Je n’ai pas fini de dire tout le bien que je pense des recherches d’Adam Przeworski, que j’avais déjà mentionné en passant. Je n’ai hélas pas le temps de lire autant que je voudrais, mais si l’on me propose un cours libre l’an prochain, ce sera un cours sur la démocratie et (presque) rien d’autre.
  • Transnational Diffusion: Norms, Ideas, and Policies”, une synthèse magistrale de Fabrizio Gilardi sur un phénomène essentiel en science politique. Le texte est à présent daté de 2011 mais j’ai lu la version précédente de 2010. Le texte est une version de travail pour publication dans un handbook de relations internationales, mais l’on y apprend beaucoup de choses utiles au niveau méthodologique qui sont utiles en dehors de cette spécialisation. À suivre, surtout en rapport au contexte politique actuel en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.
  • Rational Choice : je pense que j’ai enfin commencé à comprendre quelque chose à la théorie des jeux grâce à cet excellent ouvrage introductif d’Itzhak Gilboa. L’ouvrage ne m’empêchera toutefois pas de penser que l’immense majorité des articles dans les revues comme Games and Economic Behaviour (où l’on trouve ce genre de démonstration) représentent, au mieux, une perte de temps. Quitte à balayer le champ des rational choicers, je n’en dirais pas autant des recherches appliquées de Dennis C. Mueller en public choice (son manuel vient d’ailleurs d’être traduit en françaisshameless colleague plug!).

J’ai fait un peu exprès de prendre des textes hors de mes “intérêts de recherche” immédiats, parce que je pense apprendre autant en lisant de manière complètement sérendipiteuse qu’en lisant de manière focalisée. Dernier exemple en date, j’ai récemment appris beaucoup de choses en (re)lisant des extraits du chef d’oeuvre de Mary Douglas, How Institutions Think (clin d’oeil à David, à qui j’ai offert la traduction française) : Schelling, Williamson, tout y est. Quant aux clivages disciplinaires, qui m’évoquent de plus en plus la fractionalisation ethno-linguistique et religieuse, je refuse d’en tenir compte à ce stade.

Où vont, sinon, les sciences sociales à l’horizon 2020 ? La National Science Foundation a posé la question en 2010, et les réponses sont en ligne. Les thèmes de recherche d’une quinzaine des contributeurs m’étaient déjà connus, et la lecture de leurs papiers ouvre des perspectives de recherche passionnantes.

Terrorisme et sciences sociales

Dans la suite d’une mention rapide de l’ouvrage de Scott Atran, Talking to the Enemy: Faith, Brotherhood, and the (Un)Making of Terrorists, et de son compte-rendu par Herbert Gintis, je publie quelques notes assemblées sur le terrorisme il y a assez longtemps, en mars 2009. (Mise à jour : un autre compte-rendu de l’ouvrage, qui passe par le paradoxe de l’absurdité chez Hobbes, est également à noter. Je renvoie aussi à un billet de Denis Colombi, et au papier de Gambetta et Hertog, dont je n’arrive plus à déterminer si je le cite assez ailleurs dans mes réflexions sur le terrorisme.)

Il y a quelques années, l’anthropologue Maurice Godelier écrivait dans un rapport sur les sciences humaines (cité et disponible dans cette note) qu’une priorité de la science devait être de comprendre le wahhabisme. Son propos permet de saisir un biais très profondément ancré dans l’opinion publique, chez les élites dirigeantes mais aussi dans certains travaux d’histoire des sciences : que le progrès scientifique passe principalement par la découverte de nouvelles espèces animales ou végétales, ou par la révélation d’éléments visibles à des échelles infra-microscopiques. En réalité, une bonne partie du progrès scientifique passe soit par la démonstration de résultats presque purement théoriques, soit par l’observation de phénomènes sociaux et humains qui ne demandent pas à être découverts (ils sont visibles de tous) mais expliqués. Hélas, le financement de la recherche par les autorités publiques, élues par l’opinion précitée, semble plutôt passer dans les équipements lourds, l’exploration de l’inconnu et la recherche appliquée—trois objectifs légitimes en soi mais qui concentrent trop de ressources par rapport à ce que l’on alloue aux autres perspectives.

Le terrorisme est un phénomène observable par à peu près n’importe quel individu doté d’un radio-transistor. Même en se servant de moyens d’information extrêmement pauvres, comme le journal télévisé, il est donné à tout le monde de reconstituer le trajet-type du terrorisme, en particulier au Moyen-Orient et au niveau international. Tous les médias expriment un biais évident pour cette forme de terrorisme, motivée par des conflits territoriaux et fondée sur une opposition idéologique en appelant à la religion. Les formes non religieuses et purement politiques du terrorisme, comme le terrorisme marxiste des Tigres tamouls, est plus discret dans les pages “Actualité”, sauf lorsque des progrès significatifs sont accomplis contre sa prolifération, ou lorsque les mouvements s’auto-dissolvent.

Le terrorisme contient souvent, pour ses protagonistes, des éléments de sacrifice. Dans certains mouvements marxistes, la guerilla pouvait aussi correspondre à une sorte de “suicide révolutionnaire”. Dans le terrorisme moyen-oriental, beaucoup d’actes de terrorisme consistent en des opérations-suicide plus ou moins protocolaires, selon le réseau d’organisateurs qui en a la charge. Une partie du protocole consiste à présenter les terroristes comme des “martyrs” de leur cause. Ce terme a une forte connotation religieuse, et il remplit également une fonction sociale (auprès des familles des victimes, par exemple).

Le premier numéro de la revue International Theory a été publié en 2009, et l’un de ses articles concerne justement le terrorisme, les suicides et le statut de “martyr”. L’auteur explore ce qu’il désigne comme les bases structurelles du terrorisme, ce qui rappelle la publication de l’article controversée de Robert Pape, “The Strategic Logic of Suicide Terrorism”, dont j’ai déjà parlé. En plus de l’ouvrage de Scott Atran, voici une bonne base de lecture sur le sujet, que l’on peut compléter avec des ouvrages plus généralistes comme ceux de Gilles Kepel et Olivier Roy sur le jihad, par exemple.

Je passe le sujet connexe qu’il faudrait ouvrir sur la torture : George W. Bush, dans son immense intelligence qui ne cessera jamais de m’inquiéter sur la possibilité de la démocratie sans destruction, a récemment montré qu’il y croyait, plus qu’il n’avait les preuves (inexistantes) de son efficacité (qui est un mythe persistant, abandonné par d’autres leaders politiques ; mais il reste la peine de mort dans ce même registre inquiétant).

Propositions : ce que la science politique sait

Josep Colomer vient de publier un manuel de science politique ; jusque-là, rien d’original. Sauf que si l’on soulève le capot et jette un coup d’oeil à l’introduction, cela devient très intéressant.

Ce manuel tente une vraie synthèse de science politique—et pas de sociologie politique. Les titres des chapitres sont extrêmement courts, parfois un seul mot1. Le plus original est à la fin de l’introduction : l’auteur tente de formuler trente propositions élaborées en science politique. En voici une :

28. MINIMUM COALITIONS.

Political parties in parliament tend to form minimum-size winning coalitions and prefer partners located in contiguous policy and ideology positions The distribution of cabinet portfolios among coalition parties tends to be proportional to the number of seats controlled by each party.

Son entreprise est assez originale : très peu de manuels se risquent à cet exercice. Pourtant, c’est la reconnaissance tacite que ces propositions existent qui font que l’on peut parler de science politique, à la fois parce que ces propositions (testables et réfutables) donnent une base scientifique à notre activité, et parce que ces propositions ne viennent pas d’autres sciences sociales mais bien de la science politique, discipline traitant d’un objet spécifique.

  1. C’était l’approche que j’avais retenue pour mon propre enseignement dans cette matière, pour insister sur l’idée que l’enseignement traitait de notions. []

Sociologie des crises politiques, tournée 2009

Michel Dobry a récemment publié une nouvelle édition de son livre Sociologie des crises politiques, initialement publié en 1986. Il a participé à une émission de radio que j’aime beaucoup, et qui est encore écoutable en ligne à l’heure où nous passons sous presse.

Personnellement, je n’ai jamais réussi à cerner précisément ce que propose cet ouvrage, qui est rédigé dans un style très obscur qui m’échappe (cette fiche de lecture le laisse également transparaître que ce qui se pense clairement ne s’énonce pas nécessairement clairement). Peut-être la version “live” est-elle plus accessible.

Add. En fait non, je n’ai pas beaucoup mieux compris l’entretien radiophonique que le texte. Je n’y mets peut-être pas assez du mien (le texte est dit “classique” mais n’est pas essentiel à ma thématique de recherche).

On reconnaîtra tout de même une qualité majeure à Michel Dobry : il ne trivialise pas sa discipline, tant au niveau de la validité des démonstrations (scientifiques) que de l’importance d’en tirer des résultats (scientifiques). La recherche en SHS au quotidien n’offre pas toujours ce même spectacle de rigueur.