Élections 2017 : bibliographie et données supplémentaires

À l’invitation d’une amie non francophone, j’ai récemment retranscrit le peu de choses que je connais au sujet des élections présidentielle et législatives de cette année, ce qui a donné trois billets en anglais : un premier billet sur le score possible de Marine Le Pen au premier tour, un autre billet sur la candidature d’Emmanuel Macron, et un dernier billet sur les données d’enquête et sondagières.

N’étant pas du tout spécialiste de la participation politique et/ou des élections, je n’ai rien écrit d’exceptionnellement original ou même fouillé dans ces billets. En revanche, si le sujet vous intéresse, je connais quelques noms de spécialistes à lire—ou à écouter, quand France Culture ou Mediapart leur donnent le temps nécessaire pour s’exprimer.

Quelques références à lire ou écouter

Quelques heures après sa publication, j’ai complété mon dernier billet par une note de bas-de-page à la toute fin du texte, afin d’y lister toutes les enquêtes dont on dispose en France pour étudier le comportement électoral. La liste se base sur l’annexe du dernier ouvrage deVincent Tiberj, Les citoyens qui viennent, que je viens tout juste de commencer, et qui est absolument magistral.1

On peut également écouter Vincent Tiberj sur France Culture, ou se tourner vers cet autre livre, sur le vote de Mitterrand à Hollande, qu’il a dirigé et publié il y a quelques années.

Les deux autres références que je conseillerais de lire dans la perspective des élections qui arrivent sont l’ouvrage de Céline Braconnier (ou alors ses articles récents) sur la participation électorale, et le livre collectif Les faux semblants du Front national.

Sur le Front national toujours, Mediapart – où l’on retrouve actuellement le politiste Fabien Escalona : salut Fabien ! – fait en ce moment un superbe travail de dissémination des résultats de la science politique au sujet du « vote Le Pen » et de la sociologie du FN : le dernier article en date donne la parole à trois des auteurs publiés dans Les faux semblants…, Nonna Mayer, Valérie Igounet, et mon discret co-blogueur Joël, dont j’ai recommandé l’ouvrage il y a peu.

Et si vous n’êtes pas abonné à Mediapart, rabattez-vous au moins sur leurs vidéos, qui ne coûtent rien et qui donnent vraiment à chacun des invités le temps de dérouler un discours construit et étayé.

Quelques données à consulter ou à travailler

Cette année, outre la liste des élus socialistes soutenant Emmanuel Macron (compilée par des militants de François Fillon, si j’en crois mes sources), on dispose aussi de la liste nominative des parrainages constitutionnellement requis pour être effectivement candidat à l’élection présidentielle :

Et vu que, grâce à l’activisme du mouvement open data en France, on dispose aussi depuis quelques années d’un portail de données où l’on trouve facilement – et dans des formats pas trop dégueulasses – les résultats des élections récentes, voici quelques graphiques sur les élus ayant parrainé un(e) candidat(e) ou l’autre :

Chacun des graphiques indique quel élu a parrainé quel candidat, en fonction du score moyen de François Hollande à l’élection présidentielle de 2012, au premier puis au second tour, dans le département de l’élu. Même si l’on pourrait se pencher sur des résultats plus précis2, les tendances observées ici sont déjà assez nettes :

  • Le parrainage est un acte extrêmement contraint en fonction du mandat : dans leur immense majorité, les parlementaires ne parrainent que les candidats issus de groupes eux-mêmes représentés dans les chambres parlementaires.
  • Malgré la dispersion, le candidat parrainé est, en moyenne (ou plutôt, en médiane), fonction des préférences agrégées des électeurs du bassin de population dont est issu l’élu(e).

Le cas d’Emmanuel Macron est intéressant (car oui, Macron est un cas) : à première vue, les élus le parrainant ressemblent, du point de vue de leur « terreau » électoral, plus à ceux de François Fillon (ou à ceux de… Jacques Cheminade) qu’à ceux de Benoît Hamon. Il faudrait néanmoins contrôler par tout plein de choses pour arriver à un résultat plus convaincant que ça.

Un autre vision du même résultat ci-dessous, mais à un niveau encore plus fortement agrégé, puisqu’on ne regarde que la moyenne. Attention, les moyennes incluent les élus d’outre-mer, ce qui a tendance à faire monter le vote Hollande 2012″ sur à peu près tous les candidats :

Je ne sais pas si l’on s’oriente vers une élection de rupture, avec réalignement partisan majeur de type « ouvert/fermé » – « Europe/frontières » – « GAL/TAN » – etc., mais en tout cas, le clivage gauche/droite a l’air encore vivace. La « politique des deux axes » est peut-être en train de se consolider.

Cliquez sur les graphiques pour les versions PDF. Pour le code et les données au format CSV, c’est par là. Et si vous avez le temps de faire passer une multinomiale à travers les données, je suis preneur des résultats : je voulais le faire, mais j’ai sagement préféré corriger des copies en retard à la place.

Dernière chose : aviez-vous remarqué que, parmi les candidats de l’élection présidentielle 2017, on ne trouve de diplômés des grandes écoles que chez les candidats « hors-système » (non soutenus par un groupe parlementaire) ?

Tableau ci-dessous, mis à jour le 23 mars :

La colonne « patrimoine » est évidemment très approximative, et non renseignée pour le candidat actuellement mis en examen au sujet de ses comptes personnels. Plus parlante, la dernière colonne donne une idée de qui sont les insiders du marché électoral.

L’ensemble du tableau n’est pas à prendre de manière trop littérale : ni le capital socio-culturel, ni le capital économique n’y sont mesurés de manière suffisamment précise, le capital social n’y figure pas, et il manque toutes les ressources des mouvements politiques, dont les comptes et le nombre d’élus, par exemple.

  1. Et pour parfaire les choses, le bouquin vient avec son blog, hébergé sur Hypothèses, et où l’on trouve toutes sortes de compléments utiles. []
  2. En utilisant des résultats plus désagrégés, comme me l’a suggéré Baptiste, ou en répétant l’exercice avec les données des élections intermédiaires — mais dans les deux cas, il faudrait procéder à des recodages plus complexes que ce que j’étais prêt à faire. []

Polls, surveys and the known unknowns of the French presidential election

Un dernier billet en anglais, et je ne dirai plus rien sur l’élection présidentielle de cette année. Je ne pense même pas faire de “post-mortem” du premier tour, vu que mes prédictions n’ont rien d’exceptionnel (loin de là) et que les réponses les plus intéressantes viendront après les résultats – et l’étude des reports de voix – des législatives.

If you have read any of my two previous blog posts on the respective electoral prospects of Marine Le Pen and Emmanuel Macron in the upcoming French presidential election, you might have noticed that I did not use either polling or survey data to produce my predictions, relying entirely instead on past elections.

This is because I hold strong views about both opinion polls and electoral survey data when it comes to France. I detail these views below, as some kind of a methodological appendix to my previous posts.

Note that my electoral predictions are nothing but semi-educated guesses, and that my methodological views are just the same: I have no scientific credentials in the fields of electoral studies, opinion polling or survey methodology.

Like the previous ones, this post is written in English because it is addressed to friends who do not read French, but who keep asking about the French presidential election and the risk that it might turn into a local equivalent of the Brexit “Leave” vote or Donald J. Trump’s election to the U.S. presidency.

Update, 24-25 March: added a section on non-random polls, including a link to (and several citations of) the UK 2015 “polling miss” report, as well asa link to the French Polls Committee.

French opinion polls

As in any other wealthy representative democracy, opinion polls provide a large share of the electoral horse race spectacle. And just like anywhere else, these opinion polls have sometimes been awfully wrong, even though their average historical record is, by and large, broadly accurate (more on that later).

There are lots of reasons why one might be skeptical of opinion polls in general, and French opinion polls in particular. The classical Bourdieusian critique applies here, and French political scientist Alain Garrigou has done lots to popularise it: polls are partly performative, insofar as they frequently ask questions that respondents had not thought about before. In the context of a two-round election, this particularly applies to hypothetical “second-round” voting scenarios.1

Another problem, which is perhaps more prevalent in French opinion polling than elsewhere, has to do with sampling. In recent years, the issue of whether opt-in Internet sampling creates representative samples has attracted a lot of discussion, but an older and, in my view, more problematic issue, has to do with quota sampling, another non-probabilistic method that is widely used by French polling institutes, principally because it is much less expensive than proper random sampling.

The main problem with quota sampling is that it creates a layer of opacity around the precise re-weighting methods used to make the poll as representative as possible of the target population – an operation called “redressement” in the jargon of French polling institutes, which develop their own “in-house” methods for doing so, and then sit on it like some kind of industrial secret.2

This is a huge issue: even when quota sampling seems to be able to “emulate” simple random sampling, we have no idea how that happens. To me, this issue makes the defence of quota sampling hopeless, perhaps even more than the trivial observation that the standard error of a quota sample has no formal relationship to sample size, which makes the presentation of error margins in quota-based polling results highly misleading to the public.3

Troubles with non-random polls

Allow me to elaborate for a few paragraphs on the point made above.

The idea of “emulating” simple random sampling is, at its core, fundamentally flawed. Nature cannot be fooled: pseudo-randomness is non-randomness. Even simple random samples will contain nonrandom (missing data) components, which are hard enough to deal with. Adding non-randomness “at the root” of the sampling procedure is just madness in the present context.

And yet this is something that polling companies seem to be okay with, and not just in France: just next door, the British polling market seems to be configured exactly the same way, and even though they have less things to predict over there since the party system contains less (national) elements, they also, from time to time, get it completely wrong, precisely because their samples are non-random.

Here’s the conclusion of the committee that worked on the serious polling miss that occurred in the UK before the 2015 general election:

… the primary cause of the polling miss in 2015 was unrepresentative samples… The statistical adjustment procedures applied to the raw data did not mitigate this basic problem to any notable degree. The other putative causes can have made, at most, only a small contribution to the total error. (p. 4, emphasis in original)

And a few pages down in the same document:

… all GB pollsters in 2015 took a common approach to sampling and estimation: they assembled a quota sample of eligible individuals, which was then weighted to known population totals. They asked sample members their vote intention and likelihood of voting, derived a predicted sub-sample of voters, and produced weighted estimates of vote intention for this sub-sample. (p. 22).

And then the report goes on to explain how the BES and BSA surveys are fundamentally different, because they use simple random sampling, ad because “both surveys produced good post-election estimates of the difference in vote shares between the Conservatives and Labour” (p. 27; important word here: “post” means that the surveys were run after the election, so considerations about turnout and voting uncertainty did not apply).

Issues with non-random quota samples are discussed in detail in the Francophone Wikipedia entry for opinion polls. The entry has multiple issues to do with its sources and the balance of its sections, but it otherwise makes a good read on the topic of why opinion polling is a problematic source of information, especially when it comes to voting behaviour. And if you need an example of a recent opinion poll to illustrate how black-boxed polling methodology is, here’s one.4

What can electoral polls be used for?

The flaws outlined above do not mean that opinion polls cannot produce either interesting forecasts or useful information. Measures of voting uncertainty, for instance, can be accurately measured through polls, although their generalisation to the electorate is still a very risky exercise absent of detailed information on the composition and re-weighting/redressement of poll samples. Still, compared to past elections, it seems that voting uncertainty is currently very high, especially on the left.

Another interesting use of opinion polls for electoral purposes consists in aggregating as many polls as possible, re-weight their results according to what we know of their past performance and overall reliability, and then use these results to forecast electoral results. This style of electoral forecasting has been popularised by Nate Silver‘s forecasts of U.S. elections, some of which were highly accurate, some of which were far off the mark.5

There is currently one attempt to build a Silver-style, “polls-only” forecast of the French 2017 presidential election, which came to my knowledge thanks to a tweet by François Massot. The forecast is produced by Victor Poughon and published on the “Depuis 1958” (“Since 1958”) website. The current result of the forecast, which is based on transparent polling data, unambiguously predicts that Emmanuel Macron will win the election:6

The unequivocal result of the 2017 forecast is, to me, less interesting than the “retrofit” of the model to previous elections. The Bayesian methodology of the forecast shows the model fit to the 2012 presidential election, with the difference between the actual (red) and predicted (black) results:

I also find this kind of exercise interesting because it produces a rough estimate of how much of the vote might go to the first-tier (20%+ vote shares), second-tier (10-20% vote shares) and third-tier candidates (5% or less vote shares). In 2012, these shares respectively represented around 55%, 38% and 7% of the first-round vote. For 2017, the model predicts 44%/44%/12% vote shares, which is consistent with estimates of higher voting uncertainty:

Final observations: note how wide the credible intervals reflected in the predicted vote shares shown above are. Also note that the model does not say anything about turnout, which might be lower this year. Last, note that the model cannot inform us about who is voting for whom, i.e., about voter realignments (which can also differ between presidential and legislative elections). For all these reasons, we need other forms of electoral data to supplement what polls might provide.

French electoral surveys

Especially perhaps in a multi-party system, highly detailed and sophisticated electoral surveys are much, much more important than polls to get the data generating process – i.e. what makes people cast a vote, and for whom – right. Do we have (access to) such surveys in France?

The answer is: kind of. Here are, for instance, some results from the most recent CEVIPOF/Ipsos/Steria electoral survey, the Enquête Électorale Française 2017, which also show high rates of voting uncertainty, especially when it comes to the left-wing candidates:

What credit might we lend to that survey? There is, in fact, no way to tell, except for CEVIPOF or Ipsos/Steria insiders. The survey data are not public, and the kind of sketchy technical explanations provided in the media hint that even for the official partners of the survey, French newspaper Le Monde and the Jean-Jaurès Foundation, the exact methodology that produced the data is a black box.

Lack of transparency from private polling institutes is one thing; but partly-publicly funded research is different, or at least, in my view, should be. The conclusions that insiders are drawing from the Enquête Électorale Française 2017 are highly valuable, but they do not allow outsiders to learn anything from the survey data itself, or to reuse the data in different ways. In short, French electoral data, just like many other forms of data, suffer from serious availability and cumulativity issue.

Further problems with survey data

There are several other problems with “flat microdata” (repeated cross-sections), which make up most of polling and electoral survey data.

First, to answer some questions, we need proper longitudinal (panel) data, that is, data that are produced by asking repeated questions to the same respondents at different points in time. Second, for many other questions, we need relational (network) data, of the kind produced by family-wide sampling (when the entire household is sampled). Last, in the many cases (including voting) where geography matters, we often need spatial (geolocated) data.

A few years ago, my co-blogger Joël called for the launch of a longitudinal French National Election Study, suggesting that the survey should allow multilevel analysis—that is, a form of analysis that can observe and control for the existence of hierarchical (e.g. local/regional/national) patterns:

Such a survey exists in the United States. France has no equivalent survey; the French national statistics agency does not seem to be interested in running one; and the European Social Survey, which has many of the required qualities that such a survey would call for, can only imperfectly fit the bill. Last, the French Ministry of the Interior cannot produce such a survey, out of fear of being accused to produce a partisan survey.


As a result of the many different limitations outlined above, there is no data source to turn to when one wants to analyse voting intentions in France. Sure, there are polls and electoral surveys, but neither of them are currently transparent enough to allow for independent reanalysis. Instead, what we have in France is a small club of (French) election specialists, working on disparate data sources that only very imperfectly cumulate.

Things might be getting better: France has a data repository, the Réseau Quételet, which lets researchers access some of the existing electoral studies produced under the supervision of various research teams. Note, however, that the current “French Election Studies,” a by-product of the Comparative Study of Electoral Systems (CSES), are limited to presidential-election years, and are available only for 2007 and 2012, even though they seem to have been running for longer than that.

Further reading

This blog has many posts about opinion polls, some of which focus on (older) French presidential elections: see here, here and here.

For a fuller assessment of French survey data, take a look at the appendix in Vincent Tiberj’s last book on cohort and generational effects among French citizens. The book itself is absolutely excellent, and the appendix provides a useful list of surveys – many of them cross-national – that contain data on French social and political attitudes7

  1. And outside of electoral periods, one might argue that polls co-produce the presidential approval ratings that they claim to measure. Notwithstanding, I do not agree with Garrigou that prohibiting electoral polls is the way to go. []
  2. Furthermore, there is no French equivalent of either the ICPSR or the Pew Research Center, which means that there is no repository of polling data to turn to in order to inspect raw survey data. As a consequence, the entire system of French opinion polls is effectively black-boxed. []
  3. The committee in charge of regulating polls has stated that polls should come with an empirical “margin of uncertainty” rather than a theoretical one, which actually makes things worse, since “empirical” can mean pretty much anything here. []
  4. The linked example characteristically provides none of the methodological explanations that should come with any polling result: how were the samples collected, how was nonresponse addressed, what the denominators are for population/electorate estimates, etc. []
  5. For another example of aggregated-polls-based forecasting, see Chris Hanretty’s forecast of the Italian 2013 general election. []
  6. Note that the 2017 forecast goes beyond the first round of the election, and actually attempts to predict second-round results. Also note that Macron has always been high in the approval-rating polls, which likely played a role in his candidacy. In past elections, Alain Poher and Édouard Balladur also ran for the French presidency (in 1969 and 1995 respectively) with similarly high approval ratings in the polls. Both lost. []
  7. Namely: EB, EVS, ESS, EES, CEVIPOF and TriÉlec 2012 surveys, CNCDH Racism Barometer, Insee Participation Survey, Ined TeO survey, and the 1967 French National Election Survey by Philip E. Converse and Roy Pierce. One might consider adding the ISSP and the Insee EDP (census extract) to the list. []

Guesstimating the Macron presidential candidacy

Un autre billet en anglais, en complément du précédent, au sujet de l’élection présidentielle, et en réaction aux amis qui m’ont fait remarquer que j’étais trop catégorique dans mon refus de voir Emmanuel Macron au second tour.

En bref : j’ai fait « de mon mieux » (si l’on peut dire), mais je ne vois toujours pas Macron au-delà de 7 millions de voix, ce qui n’est suffisant pour atteindre le second tour de l’élection présidentielle qu’en cas d’abstention massive.


My previous post on the 2017 French presidential election was primordially an attempt to provide a precise estimate of the (lower credible bound of the) vote for Marine Le Pen, the candidate for the extreme-right Front national party.

Several friends, however, have focused their reactions to my post on one of my side comments, about the likelihood of “Centrist” candidate Emmanuel Macron to reach the second round of the election. Here are some more thoughts on that.

tl;dr – I am not making any predictions about whether Emmanuel Macron will be on the second round of the French presidential election. Rather, I am arguing that there is no evidence to believe that he will.

In what follows, I examine Macron’s candidacy in light of (1) its “Centrist” (social-liberal) positioning, (2) its relative position within voting choices, and (3) its opportunistic potential, which I believe to be the most correct way to assess its first-round electoral potential.

Update, March 16: added a link to a research note that contains useful information to support my remarks on Macron’s position vis-à-vis the French median voter.

Macron as a “Centrist” candidate

Macron was minister of the economy under incumbent Socialist president François Hollande from 2014 to 2016, but he did not take part in the Socialist primary election. Instead, he has been running since 2016 as an independent candidate with support from various centre-left and centre-right politicians, thus making him some kind of a “Centrist” candidate.

It also seems fair to designate Macron as the “Centrist” candidate in the election because he has received the support of the former historical “Centrist” candidate François Bayrou, who ran for the (centre-right) UDF/MoDem party in the 2002, 2007 and 2012 presidential elections.

The representation of Macron as a “Centrist” candidate is reinforced by the fact that there are no other Centrist candidate in the election, and by the relative positions of left-wing candidate Benoît Hamon and right-wing candidate François Fillon, who are believed to come from the left-wing and right-wing of their respective parties. As a consequence, Macron is currently perceived as a candidate who is closer to the median voter than any of the governing party candidates.

It should be noted that the French presidential election has already been won by a “Centrist” candidate: in 1974, when Valéry Giscard d’Estaing distanced Socialist candidate François Mitterrand by 425,000 votes, in the closest presidential election since the inception of the French Fifth Republic in 1958.

Some observers are reading Macron’s candidacy as a new “Giscardian moment” in French politics, but that view is, in my opinion, highly misguided. In 1974, the French right-wing was officially divided between rival Gaullist and Centrist political parties, leading to an “endogenous switch” from the former to the latter.1 That division does not exist today.

Macron as a potential Condorcet winner

It is much more likely, in my view, that Emmanuel Macron might (just might) be a potential Condorcet winner for some part – not all – of the French electorate. There seems to be empirical support for that hypothesis in some opinion polls, but I would argue that opinion polls are, by design, cognitively biased towards these kinds of scenarios.

If we accept to consider Macron as a winner in the Condorcet paradox, then we accept that the preferences of a determinant majority of voters are of the following form:

P1 : A > B > C

P2 : B > C > A

P3 : C > A > B

… where A and B designate the left-wing and right-wing candidates of the election, and C designates Macron.

It does not matter, for our purposes, which of Hamon or Fillon are denoted by A and B, as the paradox persists regardless: under rank-ordering, there is a set of voting preferences ( P1, P2, P3 ) that eliminates candidate C from a majority vote that retains only the two largest sets of preferences, even though candidate C had initially obtained the largest set of transitive preferences.

Opinion polls are cognitively biased towards that scenario because they do not limit the depth of rank-ordering, whereas a two-round election with only two candidates on the second round does: in effect, the first round of the election does not serve to select A or B, but to eliminate all other candidates. Unless the election proceeds through cardinal voting, all preferences beyond the first choice are irrelevant.

A somewhat more realistic way to poll the electorate of a two-round election would be to ask them which pair of candidates (X, Y) they want to see reach the second round of the election, in which case the question boils down to which candidate they do not want to see get past round one:

P1 : ( A, B ) > { ( A, C ), ( B, C ) } ~ ¬ C

P2 : ( B, C ) > { ( B, A ), ( C, A ) } ~ ¬ A

P3 : ( C, A ) > { ( C, B ), ( A, B ) } ~ ¬ B

I have yet to see any polling institute frame its questions under that kind of “eliminative” voting behaviour. Note that this behaviour scales alright even if one considers more than three candidates, which would be relevant in the context of (at least this instance of) the French presidential election.

Macron as an opportunistic newcomer

Yet another way to frame Macron’s candidacy consists in comparing it to that of Édouard Balladur, a former Prime Minister who ran as an independent right-wing candidate in the 1995 French presidential election, at a time where almost all current politicians were already fighting for ministerial seats and presidential careers. Here are some pictures from Balladur’s government formation in 1993, showing, from left to right, Nicolas Sarkozy, François Fillon and Alain Juppé:

Encouraged by his high approval rates at the end of his dual-executive “cohabitation (divided government) mandate under Socialist president François Mitterrand’s second term, Balladur ran and came out out third on the first round of the election, with 5.6 million votes out of 30.4 million (18.5%). Balladur lost to Socialist Lionel Jospin, who came out first, and to the legitimate right-wing candidate Jacques Chirac, who got 690,000 more votes (roughly 2.3 percentage points) than Balladur.

Balladur and Macron are biographical twins. Both are archetypical French political elites, who studied in the same schools – Sciences Po Paris and the École Nationale d’Administration –, and then worked in the same offices, at the Secretary General of the Presidency and at the Ministry of Economics and Finance. Both have also worked for the private sector, although Balladur worked for the industry while Macron is a former banker.

Balladur and Macron might also be considered to be ideologically close. During his time as Prime Minister, Balladur (unsuccessfully) pushed for an economic reform that would have allowed employers to pay young workers less than the minimum wage. My own interpretation of Macron’s statements on the low-wage jobs offered by Uber puts him very close to that same idea, which has become a staple of social-liberal labour reforms, along with zero-hour contracts:

The caption reads: “The reality is that indeed, [Uber drivers] sometimes work 60 or 70 [weekly] hours to earn the [minimum wage].” In the rest of the interview, Macron argues that some fraction of the minimum wage is better than not working, or better than working in the criminal economy. Watch the full thing.

Last, there is some similarity between Balladur and Macron in terms of their electoral strategy. The similarity stems from the fact that, when Balladur ran for president in 1995, he was supported by many centre-right politicians, as well as by some right-wing dissidents disloyal to the Chirac candidacy. Quite similarly, Macron’s candidacy has gathered support from centre-right politicians, joined by some centre-left Socialists.

This parallel, however, also reveals some critical differences. In 1995, the centre-right was regrouped into a single political party that had not yet split into the two different parties that it has now become, one of which is currently holding to the electoral alliance that it has formed with the right-wing ahead of the forthcoming legislative elections.

Furthermore, and more importantly than the partisan structure itself, while Balladur could ground his presidential candidacy on the landslide electoral victory of the centre-right and right-wing parties in the 1993 legislative elections, Macron has no past event on which to base a tentative electoral coalition between his centre-right and centre-left supports.

That last difference is, to me, a crucial one. In my view, it shows that, beyond their common opportunism, Balladur and Macron are two different kinds of candidates, with only the latter really fitting the description of an opportunistic political newcomer trying to take advantage of low incumbent governmental performance:

Predicting Macron’s first-round score

Let’s now turn to reading Macron’s tea leaves.

While my previous post explored Marine Le Pen’s first-round electoral prospects, the methodology that I used to do so does not apply here, because Macron’s “En marche !” movement did not run in any past “intermediary” election. Instead, what we have at hand are limited similarities (and, in my view, some crucial differences) between Macron and former presidential candidates François Bayrou and Édouard Balladur.

François Bayrou scored 2 million votes (6.8% vote share) in 2002, 6.8 million votes in 2007 (18.5%), and 3.2 million votes in 2012 (9.1%). This puts his best electoral performance at the same vote share as Balladur obtained in 1993, although Balladur reached that percentage by getting 1.2 million votes less.

In the first round of the 2012 presidential election, a vote count of 6.8 million votes would have placed a hypothetical candidate in third place, just above Marine Le Pen. What I suggest is to use that count as the lower bound of a plausible interval for the Macron vote in 2017, and to use a “Bayrou 2007” vote share of 18.5% out of 47 million registered voters with 80% turnout (i.e. 6.95 million votes) as the upper bound of that same interval.

That puts my highest prediction of Macron’s first-round score at almost 7 million votes.

Given how it is computed, this prediction is highly uncertain: for instance, Macron might just as well turn to be a “Jean-Pierre Chèvenement” style of independent presidential candidate, in reference to a former Socialist minister who ran as an independent in the 2002 presidential election and ended up with just above 5% of the vote share. In other words, my lower bound does not preclude the possibility of a Macron “overhyped” candidacy that will eventually fare well below my estimate.

Furthermore, my prediction makes Macron a possible second-round candidate only if the 2017 presidential election makes 18.5% of the vote enough to reach the second round. If you read my previous post, you know that this has been the case only once since 1995, when Jean-Marie Le Pen got on the second round of the 2002 presidential election with roughly 17% of the first-round vote.

On top of that, to reach my upper bound of almost 7 million votes, Macron would need more than twice the electorate that François Bayrou managed to attract on the first round of the previous presidential election. Even if we grant Macron all of Bayrou’s former 2012 voters, that leaves Macron with 3.75 million votes to find among the rest of the electorate.2

That last number represents over a third of the votes that either right-wing candidate Nicolas Sarkozy or left-wing candidate François Hollande each got on the first round of the 2012 presidential election, and still over a third of the right-wing vote in the second round of the last regional elections (which had a much lower turnout rate than we should expect the 2017 presidential election to reach).

Assessing Macron’s candidacy

I can understand why young, brilliant, ambitious and highly connected technocratic elite Emmanuel Macron is running for president, just as I can understand why the French media are loving his independent, “above-the-rest” candidacy. But that does not affect my current prediction that Macron has very little chance to be on the second round of the 2017 presidential election.

Macron is a former banker with exactly zero electoral credentials and no preexisting electoral support. His political movement is not a mass movement, and his media dominance is nowhere near the kind of mass communication that propelled the rise of right-wing moguls like Silvio Berlusconi in Italy or Donald J. Trump.

In order for Macron to reach the second round of the upcoming presidential election, one needs to imagine a mass defection of right-wing and/or left-wing voters—not such an unlikely scenario, given the current state of affairs, but Macron is absolutely not the only candidate that disloyal voters from either side might defect to.

Taking all these parameters into account, I struggle to imagine any reason why Macron would effectively be on the second round. Perhaps his candidacy would benefit from a “mass abstention” scenario that would result in very low turnout, but that is just one more unlikely configuration that defies prediction.3

In brief, and somewhat unoriginally, Macron remains my “blind spot” in this election. He might do “well” in the first round, but to an extent that I do not deem sufficient to bring him to round two.

If you think otherwise, I would need to see some hard facts, articulated into some kind of plausible electoral scenario that does not stray too far ahead from past elections.


As way of full disclosure, I have no personal sympathy for Emmanuel Macron, and I decided not to re-register to vote when he was made Minister of the Economy, which I still consider to be the single most critical strategic mistake ever made by a left-wing French government. I have even less sympathy for Marine Le Pen and the Front national, the main topics of my previous post.


Further reading4

The reason why this post includes a short discussion of Macron as a potential Condorcet winner is because François Bayrou has been called a Condorcet winner before, in the context of the 2007 presidential election. For a detailed account of Bayrou’s 2007 high performance in that election, see this book chapter by Sylvie Strudel and this journal article by Nicolas Sauger.

After researching the issue a bit more, I also got the impression that Macron’s potential as a Condorcet winner might be even higher than Bayrou’s: many left-wing voters seem hesitant about their first-round vote,5 and the spectrum of politicians calling for a Macron vote extends to all sorts of right-wing and left-wing figures, including Greens and even (former or current) Communists, all calling for some kind of “vote utile”.

For a clearer formulation and detailed discussion of the Condorcet voting paradox, I highly recommend reading Dasgupta and Maskin’s “On the Robustness of Majority Rule” (2008):

  1. The “endogenous switch” (alternance endogène) expression comes from Jean-François Sirinelli, La Cinquième République, Presses Universitaires de France, 2009, p. 39. []
  2. Adjusting the Bayrou vote for the difference in electorate size between the two elections brings that figure down by only 200,000 votes. []
  3. See my very last footnote for a comment on why I prefer not to predict anything about turnout and voting uncertainty in this blog post. []
  4. This section was added a few hours after initial publication, based on early comments from my co-blogger Joël and a few other friends. I also added a few more links and changed a few words here and there. []
  5. Since making precise statements about (turnout and) voting uncertainty involves looking at polling data, I plan to finish this series by covering that topic in a third and last blog post. Stay tuned! []

Reading the tea leaves of the French 2017 presidential election

Un billet en anglais, pour les copains et copines qui se demandent, depuis l’étranger, si ce genre d’article, sur la possibilité pour le Front national d’emporter l’élection présidentielle à venir, est justifié. En bref : de mon point de vue, non. J’en profite, du coup, pour publier ma lecture des feuilles de thé électorales de la présidentielle 2017, à onze jours de la validation des dernières candidatures par le Conseil constitutionnel.

Recently, quite a few friends from outside France have been asking me or other friends whether Marine Le Pen, the candidate of the French Front national extreme-right party, has any chance to win the next French presidential election. Here are some thoughts on that.

tl;dr – It’s highly unlikely that the Front national will win the next presidential election, unless it manages to attract a massive amount of (mostly right-wing) voters in the second round.

Let’s start by looking at some raw numbers.

Recent first-round votes

The French electoral system features several two-round elections, and several “intermediary” (i.e. local) elections between two presidential/legislative elections, which have been synced since 2000.

Because the French presidential election has two rounds, the best estimate of how a candidate or party is doing is to look at the last two-round intermediary elections, which were the departmental elections and regional elections of 2015.1

The Front national did very well on the first rounds of both elections. In the départementales, it got 5.1 million votes (25% of the vote), and led the vote in roughly 1 canton out of 6. In the régionales, that figure rose to 6 million votes (27% of the vote), which was also the number of voters that Marine Le Pen got on the first round of the 2012 presidential election.

Lesson No. 1 is therefore that the Front national currently has a very large electoral base. In the first round of the last intermediary elections, that base was just a couple million votes below what governing coalitions got: right-wing coalitions scored 6.8/7.4 million votes, and left-wing coalitions scored 7.4/7.8 million votes (départementales/régionales, first round results only).

This is certainly good reason for concern if you support any other party–or rather, any left-wing or right-wing coalition, because despite what many people seem to think, French elections are won by (second-round) coalitions, not parties.

Which brings me to my next section.

Recent second-round votes

Second-round elections require parties to either find coalition partners, or to attract additional voters. Most of the time, the Front national has to opt for the latter strategy, because all other contending parties will coalesce against it—a strategy known as the cordon sanitaire/front républicain strategy.

There have been, however, many local ‘exceptions’ to the cordon sanitaire, whereby the Front national was able to formally ally with right-wing politicians, and several right-wing ideologues are calling for a “union des droites” (“right-wings union”) between the Front national and any other potential right-wing party. More on that towards the end of this post.

On the second round of the last two intermediary elections, the Front national lost 1 million votes in the départementales, but gained 800,000 voters (+ 13%) in the régionales.

Vote loss in the second round is a common scenario for the Front national in intermediary elections: the same thing happened in all previous similar elections, and in all pre-2015 regional elections. It is, in fact, the common scenario that all parties go through, because of the difference in turnout between intermediary and non-intermediary elections.

The important part here is therefore the result of the second round of the 2015 regional election, in which the Front national made some nontrivial progress to the point of getting more votes than in the 2012 presidential election. Despite that, it failed to win any regional council presidencies, just as it failed to win any departmental council presidencies in the previous 2015 local election.

Lesson No. 2 is therefore that the Front national is currently in capacity to win votes between the two rounds of an election, just as it did in the 2002 presidential election when Jean-Marie Le Pen gained around 700,000 voters (+ 14%) in the second round.

This is another good reason for concern if you support any other party/coalition, although right-wing coalitions enjoyed a much larger increase of (over 3.2 million) votes between the two rounds of the 2015 regional election.

Now let’s look at 2017.

Predicted 2017 candidates

Like many other political spaces, French politics are currently stricken with anti-incumbent syndrome. François Hollande, the incumbent left-wing president, is not running for reelection. Neither will Nicolas Sarkozy, the former president who did only one term right before Hollande.

Instead, the French (left-wing) Socialist Party has elected Benoît Hamon, a candidate who is further away from the French median voter than his former rivals, and who is facing serious competition from far-left candidate Jean-Luc Mélenchon.

Meanwhile, the French (right-wing) Republicans Party has elected François Fillon, a candidate who was already less appealing to right-wing Centrists than many others, and who is currently facing highly damaging legal charges.

Last, the “centrist” candidate of the election, Emmanuel Macron, who started as an outsider even though he was François Hollande’s minister of the economy, is now receiving support from both left-wing and right-wing moderates.

The problem with that setup is that governing party candidates are facing mediocre second-round prospects – even against a Front national candidate, neither Hamon or Fillon can expect much of each other’s voters to vote for them. This state of affairs is leading quite a few observers to consider Macron as the best second-round candidate against Marine Le Pen, but let’s remember that Macron, a former banker with economically liberal views, has never run for election before.

What about Marine Le Pen?

Predicted 2017 first-round vote

How much of the vote will go to the Front national in a few weeks?

Vote shares are very hard to predict under varying turnout rates, which is highly relevant in the case of the French presidential election: in the last four elections, first-round turnout has varied by -3, -7, +12 and -4 percentage points.

Furthermore, the vote shares of the candidates who made it to round 2 have also been highly variable: 21/23 in 1995, 20/17 in 2002, 31/26 in 2007, and 27/27 in 2012. Barring the 2002 vote share of Le Pen, all of those shares are within the 21-31% range, which is already wide—and if you find no good reason to discard Le Pen 2002, the range of vote shares grows to 17-31%, which definitely says something about the difficulty of predicting electoral results.

With these known unknowns in mind, my prediction is that, with – at the very least – 7 million expected votes in the first round of the presidential election, Marine Le Pen is highly likely to make it to the second round of the election, with a vote share of – at the very least – 19%. I get to that vote share by computing

V = F / ( E × T )

where F are the 7 million votes for the Front national in the second round of the regional elections, E is an electoral body of 45.2 million voters (estimated from the 2015 regional election), and T an expected turnout of 80%.

The estimate above is excessively conservative, because it is estimated from a fixed number of Front national voters that is far below the size of its potential electorate on the presidential election. To fix that, let’s have

V = ( F × βT ) / E

where F now stands for the 6 million votes for the Front national in the first round of the regional elections, βT is a multiplier of 1.6 that accounts for the expected difference in turnout (from 50% to 80%), and E is unchanged.

That formula returns a vote share of 21%. Independently, my dear occasional co-blogger Joël has made a (much better informed) first-round prediction of a Front national vote share within the 21-28% range, and other vote specialists seem okay with that estimate.

What tends to make estimates above 20% credible is the current predicament of the right-wing candidate, and the fact that the Front national has been generally considered to perform better on presidential elections than on intermediary ones. Recent intermediary elections, however, might have been highly successful for the Front national precisely because that pattern is less true today.

Predicted 2017 second-round vote

It makes little sense to produce second-round estimates before getting first-round results, but the second-round results of previous intermediary elections are, again, useful to anticipate how the 2017 presidential election will play out.

In the second round of the 2015 regional elections, left-wing and right-wing coalitions respectively scored 8 million and 10 million out of 26.5 million voters, with turnout being slightly below 60%—20 percentage points less than presidential-election second rounds.

If the second round of the presidential election includes either a left-wing or a right-wing candidate, that candidate should therefore be able to get between 9.3 and 13 million voters from his own ranks, assuming that voters have fairly stable preferences and a turnout approaching 80%. Therefore, in order to win the election on her own, Marine Le Pen would need to find at least 30% more voters than she has ever had so far.2

Something pretty unusual would be required for that to happen, and the most likely of those rare events might be a split of the right-wing Republicans party into two factions, one of which would coalesce with the Front national on round 2.3

The likelihood of that last scenario is, in my view, a good estimate of how likely it is that the Front national will be able to win the presidential election later this year. To be clear, I am talking of a really low likelihood, although one that has probably increased as of late.

The likelihood of such an event is low because the frontmen of the French right-wing are just not interested in ruling through an Austrian-style “blue-black” coalition. There would need to be a transformative event in French politics for that situation to change.

Last remarks

My highly unoriginal prediction is that the Front national will be on the second round of the French presidential election, but will then lose to whoever it faces. What is that prediction worth?

Not much, but surely more than the strange error-correction bias that is leading many people to believe that, because the establishment was betting against Brexit and Trump, then surely all bets are off in the French presidential election. Unlike the two major unforeseen outcomes of 2016, the French presidential election has two rounds and can be compared with many past data points. That, alone, should suffice to invalidate what is already a very flawed comparison of events.4

It is, however, correct to observe that were the Front national to win the French presidential election, then what would follow would be some kind of a “Trump-style” transition of power, with the party struggling to build a functional governmental apparatus, by which I mean: forming a stable and loyal legislative majority, and gathering bureaucratic support from top civil servants to run its administration. The Front national currently has none of the resources required to do any of that, and therefore to govern.5

Under the likely scenario of the Front national losing in the presidential election but making important gains in the legislative elections, I will have to update my comment with notes on what to expect next. It will have to do with the strategy of the Front national, which, under Marine Le Pen, has been trying to win enough votes to win on second rounds. That strategy has been successful so far, but there is still a gaping 30% of voters to shift towards the Front national for that strategy to reach its end-goal: the French presidency.

Since that shift might never occur, several Front national figures, such as Marion Maréchal-Le Pen, are instead suggesting to go for local alliances with right-wing Republican dissidents, under the “union des droites” scenario that is already working well in some parts of Southern France. The “Marion strategy” is local, short-term and guaranteed to work to some reasonable extent: in contrast, the global, long-term “Marine strategy” described above might never succeed.6

Further reading

If you can read French, you should be reading Joël’s book on the Front national, or read his media papers: see, e.g., this radio show, these Mediapart articles (subscription required), and two articles published by Le Monde diplomatique: one on the North/South geography of the Front national vote, and one on the front républicain strategy mentioned in this post.

Two related readings that I would like to recommend on populism and populist parties in Europe are Perry Anderson’s essay “Why the system will still win,” published this month in the English edition of Le Monde diplomatique, and Cas Mudde’s 2012 Stein Rokkan lecture, “Three decades of populist radical right parties in Western Europe: So what?

Last, I do not read much from Arthur Goldhammer‘s French Politics blog – there are simply too many daily posts for me to be able to follow –, but I know that he does a stellar job at covering the topic. Following a few of his early-March links, I ended up on the brilliantly titled Arun With A View, and found that post: “Marine Le Pen: can she win?” Make it your next stop for some earlier –and, in my opinion, much wilder– electoral predictions about the 2017 French presidential election.

Update, 7 March 2017: added a few links, removed a few words. You might also want to listen to former Prime Minister Alain Juppé explaining why he will not replace Fillon as the right-wing candidate: see this blog post, this article, and the press conference itself.

  1. There are many kinds of intermediary/local elections, but I will focus only on those that took place in 2015 at the county (canton/département) and regional levels. The Front national performed extremely well in the French EU elections of 2014, but turnout is so low in those elections that I prefer to discard information based on such small numbers of votes. Similarly, I prefer to discard the 2014 municipal elections because I find them to be more “granular” (read: personalised), and would therefore need more data than I care to look at. Last, I will not be looking at by-elections because I do not have the adequate data at hand, but they would be, of course, relevant to paint a more accurate picture of post-2012 voting patterns, and of second-round vote shifts especially. []
  2. That estimate discards the still-likely scenario that Marine Le Pen would be facing Emmanuel Macron in the second round. I do not know what to make of that scenario, since I cannot resolve myself to imagine how Macron would go from having no electoral base to, all of a sudden, having enough votes to get past the first round. If my prediction goes wrong, I expect the error to be related to that blind spot, but in all honesty, I cannot see how a banker – a banker! have you ever talked about bankers with anyone earning less than the median wage? – would magically flip French politics on its head. []
  3. The Republicans Party already hosts both elected officials and voters who are, in effect, indistinguishable from their Front national equivalents. This article about Philippe de Villiers shows how porous the frontier currently is between the French right-wing and far-right, a state of affairs for which there is also tons of non-anecdotal evidence. []
  4. Just consider the British case: Brexit, which never polled so bad as to become a completely unlikely outcome, is only the last of many electoral surprises, if you consider the results of the last general election and the nomination of Jeremy Corbyn as leader of the Labour Party. The fact that Britain now operates a multi-party system has likely taken its toll on electoral prediction. If you really want to draw parallels between France and the UK, then you might want to equate Hamon’s primary election to Corbyn’s—but the comparison stops right there. []
  5. This recent op-ed by the French ambassador to Japan very eloquently makes my point. []
  6. On these two strategies, see the excellent documentary “Marine Le Pen, la dernière marche ?” that aired on French TV channel France 3 in January of this year. []

À (ré)écouter : « FN : une force politique mouvante »

Joël est allé parler de son bouquin à la radio, et chose incroyable au 21e siècle, il a pu parler sans être interrompu toutes les 30 secondes !

joel-grande-table

C’est évidemment sur France Culture que ça se passait, dans l’émission « La Grande Table » ; à réécouter ci-dessous :

Au fil de son intervention, Joël pose plusieurs questions à la fois scientifiques et électorales :

  1. La question scientifique à 10 000 francs : pourquoi le vote FN persiste-t-il sur les mêmes territoires, alors que la structure de son électorat a changé ?
  2. Le clivage interne au Front national : comment faire pour gagner l’élection présidentielle ? Gagner seul en mode « ni-droite-ni-gauche » – ou jouer la carte du « rassemblement des droites » ?
  3. La grande difficulté de 2017 sera justement de trancher entre ces deux stratégies, en fonction du score à la présidentielle, et surtout des scores et sièges aux élections législatives.

Pour le détail, voir les 30 minutes d’antenne.

Regrets moyennement éternels

François Hollande a décidé de priver la science politique d’un « data point » supplémentaire : sauf changement d’avis – imaginez le délire : « c’était une blagounette, en fait j’y vais ! » –, on ne connaîtra pas le score électoral du septième président sortant de la Cinquième République.

Au lieu de ça, un cas inédit et intéressant se présente : ce sera, en toute probabilité, un Premier ministre, ou un ancien ministre du gouvernement, qui représentera le parti du président à la prochaine élection présidentielle. J’ai hâte de lire le Canard enchaîné pour voir comment chacun-chacune voit les choses.

J’imagine que le Canard aura aussi un petit mot pour ce document envisageant les prémisses d’une campagne électorale « Hollande 2017 » – document que j’ai soupçonné d’être un faux (c’en est un), sans être toutefois capable de trancher…

Deux rapides réactions à chaud

1. Je ne sais pas qui a persuadé le Président d’annoncer son renoncement électoral au moment précis où se terminait le cycle médiatique de l’élection du principal parti d’opposition, mais je dois avouer que c’est très, très finement joué. Cette année, on fête Noël en avance chez François Fillon.

2. Ma faible curiosité électorale est désormais toute entière tournée vers Christiane Taubira, qui dispose, à mon sens, d’un boulevard électoral, bien que tronqué des candidatures déjà déclarées à gauche et coupé dès le premier kilomètre par un obstacle électoral de taille en la personne du Premier ministre actuel1.

Quelques regrets, version politiques publiques

Dès le moment qu’un président en exercice prend la seule décision qui lui garantit systématiquement de ne pas être réélu, on est en droit, me semble-t-il, de décrire la longue couronne mortuaire qu’a tressé son mandat autour de ses ambitions personnelles.

Autrement dit :

Qu’est-ce qui peut justifier, du point de vue d’un dirigeant, qu’il s’auto-exclue lui-même du processus légal lui permettant de se faire réélire ?

On peut répondre à cette question de plusieurs manières, par exemple en faisant jouer les indices de popularité et autres oracles électoraux. On peut aussi envisager une grosse fatigue à l’idée de devoir se rendre au prochain G8 en compagnie de Donald Trump, Theresa May, Wolfgang Schäuble Angela Merkel, et l’ombre flottante de Vladimir Poutine…

Mais plutôt que de prendre en compte les « coûts futurs » d’une campagne électorale et d’un hypothétique mandat, prenons plutôt en compte les apprentissages passés, sans poser trop d’hypothèses sur les intentions réelles du président.

Un premier épisode critique de la mandature Hollande m’a paru être l’absence de réforme fiscale dans la période de « lune de miel » post-électorale. Tout dispose à penser que c’est à ce moment-là qu’il aurait été le plus possible d’imposer les très hauts revenus, de fusionner la CSG et l’IRPP, et de lancer le prélèvement à la source.

Au lieu de cela, le choix a été fait d’introduire les différentes composantes de cette réforme les uns après les autres, sous plusieurs équipes ministérielles. Ce choix a multiplié les occasions de sabotage, ce terme me semblant être le seul approprié pour qualifier la décision d’envoyer une version inconstitutionnelle de la réforme à la censure.

Un autre épisode critique de la mandature me semble se situer dans la guerre aux chômeurs, qui n’a pas plus connu d’inflexion sous Hollande et ses différents (premiers) ministres que sous les présidents précédents. Mêmes politiques, mêmes erreurs, même équation insolvable du plein emploi depuis Raymond Barre.

La partie était jouée d’avance avant même l’erreur qu’a pu incarner la promesse de « l’inversion de la courbe » : à partir du moment où les économies du sud de l’Europe ont commencé à sortir des taux de chômage à deux dizaines et plus chez les jeunes, il aurait peut-être fallu se fixer un objectif viable de stabiliser le chômage à la moitié de ça.

Un dernier épisode critique s’est ouvert avec les attentats de janvier 2015. Ce n’était pas les premiers, ce ne furent pas les derniers, et il y en aura, en toute probabilité, d’autres, dont on peut simplement souhaiter qu’ils connaissent le sort de la dernière tentative en date.

Se retrouver chef de guerre au Sahel et dirigeant démocratique sous état d’urgence doit être fatigant, mais probablement pas autant que d’écouter son ministre déclarer, au fil des événements, que « les services n’ont pas failli » – phrase récipiendaire du prix mondial et éternel de l’anti-performativité.

Jeu de flipper, version institutions politiques

Peut-être les manuels d’éducation civique devraient-ils songer à représenter la présidence de François Hollande sous la forme d’un jeu de flipper avec,

  • en lance-billes, le président sortant précédent,
  • en flippers, Bercy et Matignon,
  • en bumpers, la Banque centrale européenne et la Commission européenne
  • en rampe, le Parlement et le Conseil constitutionnel

Plus sérieusement, jamais le paysage institutionnel quinto-républicain ne m’a paru autant jouer contre un président français que lors de ces dernières années. Même le Parlement est arrivé à tirer son épingle du jeu, avec une excellente réaction dans la rue au fil du jeu parlementaire (adoptions de lois, rejets de motions de censure)2.

Tiens, puisqu’on parle du Parlement, d’ailleurs : il est étrange qu’Hollande n’ait pas mieux planifié sa sortie à l’aide de celui-ci. Il aurait suffi de demander une censure à sa propre majorité, en ayant préalablement averti le Premier ministre que son gouvernement allait tomber, afin de le laisser se présenter aux primaires une fois parti de Matignon.

Au lieu de ça, la primaire s’annonce fratricide, les cartes ayant été mal et tardivement distribuées. La primaire (ouverte) semble être la grande institution du moment, au grand bénéfice des ami(e)s qui travaillent dessus depuis un petit ou grand bout de temps, et qui sont aussi aller voir comment le dispositif fonctionnait à l’étranger.

En attendant la suite

Pas d’oraison funèbre, ni débouchage du champagne. Mais Michel Rocard, Jacques Delors, Lionel Jospin et désormais François Hollande forment une drôle de série noire de la social-démocratie française, quand même. Le nom du – à mon sens très, très mauvais – premier secrétaire actuel du Parti socialiste mérite aussi certainement de figurer ici.

  1. Le troisième obstacle de taille est que Christiane Taubira est à un an de la retraite légale, et peut donc difficilement passer un tour pour jouer dans cinq ans. []
  2. Et ce malgré les réserves d’une partie des syndicats de salariés, voire leur mise hors-jeu sur certaines mobilisations (Manif pour tous, Nuit Debout). []

Trump, postface

Allez, un dernier billet et j’arrête, bien que les textes de très bonne qualité (celui-ci par exemple) continuent à affluer. Et si vous ne l’avez jamais vu, voici le dernier clip de campagne de Trump.

Il y a quelques semaines, je finissais d’enseigner un cours intitulé « Atelier de culture numérique » (j’en ai brièvement parlé) et en profitais pour demander aux étudiants ce qu’ils en avaient pensé.

Une étudiante prend alors la parole et me dit qu’elle a eu « un peu peur » pendant mon cours, en faisant référence aux passages où je parlais d’Edward Snowden et de surveillance de masse, de Stuxnet et de la centrale nucléaire iranienne de Natanz, de la guerre contre le general-purpose computing menée par l’industrie informatique, du piratage via un réseau WiFi… bref, un tableau assez sombre.

Contre toute attente, il se trouve qu’on m’a fait un peu le même style de remarques au sujet de mon post-mortem sur l’élection de Donald Trump, en me trouvant un peu trop pessimiste sur mes prédictions pour la suite.

Voici les deux objections que j’ai notées :

  1. Est-ce qu’on ne peut pas faire confiance à Trump pour signer quelques traités commerciaux avantageux pour sa population ? Après tout, c’est son boulot, et il a l’air de savoir s’y prendre en matière de deals.
  2. Sur mon insistance sur l’OTAN et Israël-Palestine : est-ce que le système des relations internationales est vraiment sensible à ce point aux (non-)décisions d’un seul homme dans un bureau ?

Je réponds à ces deux objections ci-dessous, et rajoute une dernière couche de compléments pour finir.

La compétence commerciale de Donald Trump, et autres salades

C’est effrayant mais vrai : plusieurs de mes amis semblent avoir totalement gobé le récit du self-made man peignant Trump en super-businessman, et en déduisent que les USA de Trump vont se remplir les poches sur le marché mondial, en faisant plier la Chine, en réclamant des chèques à l’Allemagne et à l’Europe, et je ne sais quoi d’autre.

Le problème, c’est que ce récit est complètement faux, comme l’explique très bien un petit bouquin sur le bonhomme, par David Cay Johnston :

Et s’il vous faut plus de biographes, Christophe Bouillaud fournit un lien vers cette table ronde, très éclairante sur la famille Trump.

Trump a bâti sa fortune sur des mécanismes de sauvetage et d’entourloupe, en utilisant les déclarations de faillite et les lenteurs des tribunaux commerciaux pour esquiver les amendes et se glisser entre les marteaux des régulateurs. Ça peut fonctionner quand votre adversaire est une chambre de commerce de l’État de New York, mais le marché international ne fonctionne pas du tout comme ça…

On peut ensuite noter que virtuellement toutes les politiques « domestiques » de Trump (à commencer par les déportations et les incarcérations de masse) vont avoir des coûts démesurés, et des bénéfices quasi-nuls. À la rigueur, je veux bien accorder à Trump un isolationnisme suffisamment solide pour ne pas aller claquer deux trillions en essayant d’envahir l’Iran, mais pour le reste…

Bref, je pense, comme Bernie Sanders, que si Trump remporte le moindre kopek à sa base désargentée, ce sera très bien, mais je n’y crois pas une minute. L’élection de Trump n’a pas fait disparaître les « fondamentaux » – et notamment le lobby anti-impôts qui a ses entrées dans les deux partis de gouvernement américains.

La compétence diplomatique de Donald Trump, et autres inconnues

Quid de Trump à l’international ? Ne peut-on rien attendre de positif de ses accolades à Vladimir Poutine ? (Si si, je vous jure, on me l’a vraiment demandé.) Ne dis-je pas moi-même que la diplomatie est un secteur d’action où il existe des dizaines de veto players devant empêcher les catastrophes ? Qu’on n’est plus en 1914, où une trentaine de décideurs suffit à déclencher une guerre mondiale ?

Sur tous ces points, Christophe Bouillaud a parfaitement résumé mon sentiment : There will be much blood. Et je ne parle même pas des victimes de crimes raciaux à l’intérieur des USA : je pense à toutes les population civiles sur la planète qui dépendent, plus ou moins directement et de manière plus ou moins critique, de la Pax Americana.

Dans un séminaire de haute volée La dernière fois au comptoir, en discutant avec un Irlandais qui se reconnaîtra, je glisse ça :

Imagine Trump in the same room as the king of Jordan. What might happen? No one has a clue.

Pendant ce temps-là, dans le New York Times, on apprend que Trump a eu au moins la moitié du Conseil de Sécurité de l’ONU au téléphone, sans la moindre note de préparation sur ce qu’il fallait mettre à l’agenda :

trump-unbriefed

Prenez tous les traités internationaux importants sur la prolifération nucléaire ou sur les armes non conventionnelles : tous dépendent des efforts des Etats-Unis. Le bilan de Barack Obama sur ce volet de sa politique étrangère est, pour faire court, médiocre, car, toujours en simplifiant à l’extrême, les décisions sur ces traités nécessitent de se fâcher et de s’imposer à beaucoup d’acteurs puissants, sans rien pouvoir espérer en retour.

Trump ne mesure pas non plus certaines de ses demandes : l’idée d’équilibrer la contribution militaire des pays occidentaux à l’OTAN, par exemple, peut avoir de très importantes conséquences politiques en Allemagne, en défaveur des partis de gouvernement et en faveur des isolationnistes de la droite dure, radicale, extrême, comme vous voulez. Trump n’a, en toute probabilité, aucune conscience des effets inattendus que pourront avoir ses déclarations1.

Pour vous en convaincre, allez écouter le bonhomme. Son « raisonnement » – le terme est exagéré – ne prend à aucun moment la mesure de ce que l’argent américain achète, à l’heure actuelle, en termes de stabilité géopolitique, en Asie ou ailleurs :

Penser que ce personnage fera mieux en termes de peacekeeping parce qu’il va se révéler génial (à sa manière) et parce qu’il va bien s’entourer (à sa manière) est un pari risqué. Non pas que nos dirigeants expérimentés aient placé la barre très haut…

Quant à l’idée que Poutine et Trump vont pouvoir accomplir le moindre geste positif en matière géostratégique, je la trouve tellement absurde que je préfère ne pas la commenter, et revenir vous dire ici que j’ai eu complètement tort quand on aura vu la suite.

Je n’évoque même pas ce qu’une équipe présidentielle compétente (démocrate ou républicaine) aurait pu accomplir en matière de non-prolifération nucléaire, de changement climatique ou au Moyen-Orient, car ce serait trop déprimant.

Derniers compléments

J’ai redécouvert, quelques heures après la publication de mon post-mortem et au cours des derniers jours, quelques documents supplémentaires que je vais citer ci-dessous avec le strict minimum syndical de commentaires.

Vous vous souvenez de ce simulateur électoral du site Five Thirty Eight ? Je l’ai redécouvert à l’occasion d’une présentation à la conférence useR! 20162. Retournez jouer avec, vous allez voir, il faut des taux de participation absurdes chez les Blancs non diplômés pour faire élire Trump :

538-elec-simulator

On commence, par ailleurs, à avoir les données réelles sur l’électorat, et ce qu’il en ressort est, comme on pouvait raisonnablement s’en douter, un écart historique (de par sa taille) entre Blancs et non-Blancs, doublé d’un écart également frappant entre Blancs diplômés et Blancs non diplômés :

pew-race-edu

Notez bien que, dans son premier billet d’une série à paraître, Michael Tesler, à qui je reprends le graphique ci-dessus, note que l’effet-diplôme chez les Blancs disparaît une fois que l’on contrôle cet effet par le « ressentiment racial ». C’est la combinaison des deux facteurs qui explique le différentiel de vote pro-Trump dans un électorat qui, sinon, s’est largement comporté à peu près comme dans les élections précédentes3.

Autre document intéressant, cette interview de Stephen Colbert, qui date de décembre 2015, mais où l’on peut déjà entendre plein de choses très, très justes au sujet de la relation entre Trump et sa base électorale :

Je sais que je me répète, mais Colbert dit, en substance, la même chose que mon axiome favori : la réalité dépasse toujours la fiction.

Toujours pas convaincu ? Allez lire le blog du créateur de Dilbert, Scott Adams. C’est tout simplement terrifiant, à plus d’un niveau de lecture.

Tout aussi terrifiant, le visionnage de ce documentaire sur Lawrence Lessig, qui a mené une campagne-éclair pour exiger une réforme du système de financement des partis au début de la campagne électorale. Les convergences entre son discours et celui de Trump (sur ce point et ce point uniquement) sont, rétrospectivement, tout à fait surprenantes, et bien que les deux individus aient eu une audience très différente, cela permet de comprendre d’où viennent les opinions qui se sont exprimées au cours de la campagne sur la nature « truquée » et « pré-déterminée » (rigged) du système électoral.

Encore un document—le cartogramme de l’élection (cliquez dessus pour l’explication complète, mais en gros, c’est une carte coloriée en fonction du rapport Démocrate/Républicain dans les suffrages exprimés, et dimensionnée de manière à ce que les territoires soient à l’échelle de leur population du dernier recensement)4 :

countycartpurple512

Cette carte montre, en substance, ce que le New York Times a illustré de manière encore plus marquante, en opposant la périphérie côtière, fortement urbanisée et relativement bien diplômée, au centre, qui ne partage qu’en partie ces caractéristiques à travers ses grandes villes.

Enfin, pour terminer, voici la prédiction du modèle « Bread and Peace » de Douglas Hibbs sur l’élection (le modèle indexe le score du parti sortant aux changements de revenu net disponible et au nombre de morts dans des opérations militaires extérieures) :

bp2-combined-v2c

Le résultat de Hibbs n’est pas aussi spectaculaire que ne le laisse penser son graphique, vu que tous les modèles basés sur les « fondamentaux » (voir le billet précédent) ont fourni des prédictions très honorables sur cette élection. Mais le résultat de Hibbs sur la Chambre des Représentants est également probant, ce qui est amplement suffisant pour vérifier l’hypothèse de vote économique sur laquelle il s’appuie.

Revenu + Éducation + Ethnicité + Investiture = Victoire indexée sur les territoires qui avaient déjà voté Romney (républicain) à la dernière élection, moins l’Utah (Religion). Bref, pas besoin d’aller imaginer des facteurs auxquels on n’avait jamais pensé auparavant, comme un « réalignement partisan », phénomène aussi pertinent dans certains cas qu’il n’est rare, et donc absent, dans la majorité des situations, ou bien un problème de serveur email illégitime5.

  1. Et je n’ai aucune raison de faire confiance aux personnes dont il est en train de s’entourer pour corriger ce biais. []
  2. Ça n’a rien à voir, mais si vous programmez en R, foncez sur les archives, il y a plein de trucs intéressants ! []
  3. Le vote des Noirs et des Blancs ressemble, comme je l’écrivais, à Bush’00 ; il est même un peu moins conservateur chez les Blancs. Celui des Hispaniques, en revanche, ressemble plus à Obama’08. []
  4. Détail : vous noterez que le cartogramme est de Mark Newman, qui se trouve aussi être l’un des auteurs les plus cités en analyse de réseaux. []
  5. Dans le mémo où l’équipe de Clinton élabore son propre post-mortem (son épitaphe…), il est fait mention des événements des dix derniers jours de la campagne, pendant lesquels l’équipe pense que l’élection s’est jouée. On dirait un film hollywoodien. Storytelling, quand nous tiens… []

Trump, post-mortem

Voici la suite du billet publié il y a quelques jours.

Mon propos sera, comme toujours, un peu décousu, mais là c’est encore pire : j’ai plein de copies en retard, je n’ai même pas encore fini de digérer le Brexit (et de lire les excellentes chroniques et interventions de Mark Elliott), et voilà qu’il faut déjà changer de sujet et aller lire le résumé des résultats par Brendan Nyhan et par des dizaines d’autres observateurs avisés.

Prélude : c’est un cauchemar

Commençons par un dessin tiré du Canard enchaîné de cette semaine, la réalité dépassant toujours la fiction et la satire :

cauchemar-par-petillon-canard-enchai%cc%82ne-2-novembre-2016

C’est un cauchemar. Il faut vraiment avoir d’excellentes défenses psychologiques naturelles pour considérer que ce qui s’est produit il y a quelques jours n’est qu’un « glitch » de la démocratie représentative. Ci-dessous, le futur président des États-Unis d’Amérique, dont la deuxième phrase officielle était déjà un mensonge.

trump-family-portrait

En revanche, cette élection n’est pas tant un cauchemar que ça pour la science politique, et pour la modélisation électorale en particulier : comme je l’explique ci-dessous, les « fondamentaux » ont bien voire très bien tenu sur ce cycle électoral, ce qui n’empêche pas le résultat d’être cataclysmique et, de par ce fait, inattendu et traumatique.

Ce billet aborde les thèmes suivants :

  1. Un plantage spectaculaire de nombreuses tentatives de modélisation du vote, …
  2. alors même que les « fondamentaux » socio-démographiques n’ont pas changé.
  3. Retour sur les causes : l’investiture, toujours l’investiture !
  4. Retour sur les causes, bis : la candidature Clinton
  5. Et un aperçu des conséquences : ma lecture du marc de café « Trump »…
  6. Enfin, un dernier mot sur la science politique dans tout ça

Mais avant ça, quelques préludes supplémentaires.

Rappel des résultats

Aux dernières nouvelles, Donald Trump a remporté 47,3% du vote populaire, soit 60,2 millions de suffrages, et 30 États. Hillary Clinton a quant à elle remporté 47,8% du vote populaire, soit 60,8 millions de suffrages, et un tiers d’États en moins, façon Bush’00.

Ce n’est pas une demi-victoire pour Trump, qui a remporté tout ce qu’il fallait de swing states pour être très confortablement élu. À l’inverse, Hillary Clinton perd 10 millions de voix par rapport à Obama’08—ce qui l’élimine totalement du jeu politique actuel et futur.

Bye Hillary1.

Les résultats sont également sans appel dans les chambres parlementaires, qui n’étaient que partiellement remises au vote : la Chambre des Représentants (carte de gauche) est « rouge » (républicaine) comme aux grands jours2, le Sénat n’a bougé que de +2 sièges pour les démocrates (carte de droite).

results-map

Et pour terminer sur les résultats, voici les marges de victoire 2016/2012 à 25% ou plus, avec la fameuse « Rust Belt » qui aurait fait l’élection. En réalité, la hausse du Parti républicain dans l’Est a été beaucoup plus large que ça :

elec-2016-east

Dernières notes

À noter : il y a déjà d’excellents sondages sortie-des-urnes (exit polls) sur les sites Internet des grands journaux, mais il est risqué de commencer à lire leurs résultats sans d’abord jeter un coup d’oeil aux proportions de chaque groupe socio-démographique dans l’électorat.

Du coup, je ne ferai pas référence aux exit polls dans la suite de ce billet, même si l’on peut quand même faire remarquer les choses suivantes :

  • En rapport au vote de 2012, Hillary Clinton a perdu des points sur quasiment tous les segments de l’électorat, y compris sur des clientèles ultra-captives comme les Noirs3.
  • Toujours en rapport au vote de 2012, Donald Trump fait très, très fort sur les moins riches et les moins diplômés, avec des pourcentages du vote bien au-delà de son pourcentage total du vote populaire.
  • La progression du vote démocrate chez les femmes est quasi-nulle, et je ne sais pas quoi penser des groupes confessionnels, ne connaissant rien à leur distribution initiale.

De même, l’électorat américain est aujourd’hui hyper-polarisé en comparaison de ce qu’il fut par le passé, et même si je n’y fait pas allusion ci-dessous, cette observation est un filigrane constant de mes observations.

Dernière chose : je ne parlerai pas du « rôle-des-médias-dans-l’élection » parce que je n’y connais rien, mais allez lire cet article si vous êtes curieux du sujet.

1. Six modèles de projection électorale dans l’erreur

À l’occasion de l’élection, et dans la lignée du modèle de Nate Silver qui avait parfaitement prédit les résultats de l’élection de 2012 (législatives comprises), plusieurs journaux et groupes de recherche avaient développé des modélisations du vote :

elec-forecasts

Ces modélisations se sont plantées de quelques points de pourcentage du vote populaire, ce qui, dans une élection indirecte qui se joue à quelques fragments de points de pourcentage, représente un plantage total d’un point de vue probabiliste4. Ce résumé du plantage par Andrew Gelman montre bien à quel point le vote Trump a été sous-estimé partout, et dans les États « rouges » en particulier :

elec-trump-excess-performance

Voilà d’ailleurs pourquoi il est rationnel de voter, même lorsque la probabilité d’être un électeur-pivot est, fort heureusement d’ailleurs, proche de zéro—mais non nulle !

Pourquoi les données de l’industrie sondagière ont-elles pointé si loin de la réalité ? Les explications possibles sont nombreuses et complexes à vérifier5. J’en rappellerai une seule : le pourcentage de non-votants est tel aux États-Unis que seul environ un Américain sur cinq quatre a effectivement voté pour Trump6.

En attendant, l’existence même de ces projections et de leurs résultats erronés vont avoir des effets sociaux très importants : l’idée qu’il existe un « électorat caché », la fiction d’une « majorité silencieuse » invisible aux yeux d’un establishment qui ne voit « le peuple » qu’à travers des « statistiques », va faire long feu.

C’est évidemment gênant, car les conséquences de cette binarisation radicale de la société sous la forme d’une vision de « nous contre eux » a des conséquences sociales et politiques, et aussi, bien sûr, parce que cette vision est plus radicale que la réalité.

Tournons-nous, en effet, vers les modélisations produites en dehors des médias, et dans les revues scientifiques.

2. Du côté des fondamentaux, pas de plantage magistral

À chaque élection présidentielle américaine, la revue PS: Political Science & Politics, éditée par l’American Political Science Association (APSA), publie les prédictions des modèles de la science politique américaine. Les articles décrivant ces prédictions sont en accès gratuit pour au moins quelques mois.

Voici ce que les politistes américains avaient prédit, plusieurs mois avant l’élection :

ps-pred-table2

ps-pred-table3

Voilà qui devrait rassurer ceux qui s’inquiètent pour la santé mentale des professionnels des « out-of-sample predictions » : les modèles basés sur les fondamentaux, plutôt que sur l’industrie sondagière, se sortent plutôt bien de cette élection. Le « Primary Model » de Northop, par exemple, était catégorique sur la victoire de Trump ; lisez ci-dessous :

ps-pred-norpoth

3. Causes et contrefactuels : l’investiture über alles

J’ai déjà évoqué les causes du vote Trump : les causes psychologiques, de type « angry white males« , à base de ressentiment racial, mais aussi les variables institutionnelles, la première d’entre elles étant liée aux mécanismes d’investiture du Parti républicain.

Il ne fait, en effet, pas grand sens, à mon avis, de penser au contrefactuel suivant (très présent dans la presse, britannique notamment) : est-ce que Bernie (Sanders) aurait gagné contre Donald (Trump) ?

La performance de Sanders aux primaires démocrates est certainement un bon « prédicteur rétrospectif » de la faible mobilisation électorale (relative) pour Hillary Clinton, qui a « sous-performé » sur beaucoup de segments démographiques habituellement acquis en masse à son parti.

Toutefois, une candidature Sanders aurait aussi certainement mobilisé d’autres adversaires, et démobilisé d’autres segments de l’électorat. À mes yeux, ce contrefactuel est donc tout simplement trop compliqué pour être valable. En revanche, les contrefactuels suivants sont faciles à imaginer, et à mes yeux, pertinents :

Imaginez un instant que l’élection américaine se déroule un dimanche, avec deux fois plus de bureaux de vote.

Imaginez un instant que les États-Unis n’incarcèrent pas 5% de la population afro-américaine masculine, jeune et non diplômée.

Imaginez un instant que les États-Unis aient une population diplômée du supérieur 1.5 fois plus large que l’actuelle.

Imaginez enfin, un instant, que le salaire horaire minimum ait doublé depuis 1992, sous Clinton, quand Robert Reich recommandait qu’il atteigne $15.

Ces contrefactuels requièrent de modifier, à coups de scalpel mental, des variables structurelles du processus électoral et politique américain, avec des conséquences importantes sur la structure de l’électorat. Mais paradoxalement, ces importants changements me semblent plus heuristiques que de remplacer Clinton par Sanders, ou d’imaginer l’élection « si seuls les jeunes avaient voté », par exemple.

Le même Robert Reich que cité ci-dessus est aujourd’hui très remonté contre le Parti démocrate. Son jugement est sans appel : quand on abandonne la classe ouvrière, on finit par déliter l’intégralité du contrat social et par être abandonné par l’électorat, ouvrier ou non, des sociétés post-industrielles.

À mon avis, il y a peu à retirer ou même à nuancer dans les propos de Reich, et beaucoup, malheureusement, à apprendre, tellement ces vérités simples semblent étrangères aux « logiciels » partisans des partis de gauche et centre-gauche contemporains, à de rares exceptions près.

Je tiens, néanmoins, à en revenir, encore une fois, à un seul et simple contrefactuel, qui reste la cause proximale la plus importante de l’élection :

Imaginez que Trump n’ait pas été investi par le Parti républicain.

On peut l’affirmer avec certitude : si Trump avait concouru en indépendant, même le plus faible candidat républicain aurait fait un très bon score, comme en attestent les résultats des républicains dans les chambres parlementaires, et il n’aurait pas été élu. Le hold-up partisan réussi de Trump reste la cause fondamentale à garder à l’esprit, et sa victoire électorale fut, en réalité, double : Trump a éliminé à la fois Jeb Bush et Hillary Clinton.

4. La candidature d’Hillary Clinton

Partons de l’idée, donc, qu’on peut lire le résultat de l’élection sous la forme non pas d’un réalignement partisan (au contraire, le vote Trump’16 corrèle très bien au vote Romney’12), mais d’un très bon score pour Trump et d’un très mauvais score pour Clinton. Cette carte7 montre où se trouvent les plus gros gains de voix pour Trump, superposés à la plus large catégorie d’électeurs, à l’échelle du comté :

map-county-modal-group-shift

Si l’on accepte la corrélation écologique ci-dessus, la défaite de Clinton est très clairement une défaite auprès de l’électorat blanc non-diplômé, sur lequel Trump a beaucoup misé8. Les mises en récit de sa défaite alignent d’autres déterminants, mais je serais très étonné que ce facteur ne reste pas la cause première de son échec dans les analyses plus poussées qui feront surface dans les prochains mois et années.

Notons pour terminer que tout n’est pas « Trump v. Clinton » dans cette élection : les Républicains font de très bons scores dans les deux chambres, et contrôlent aussi tout un tas d’États fédérés. Le résultat est spectaculaire—voici la carte des gouvernements monochromes sur trois niveaux (Congrès, Sénat et gouvernorat) :

trifecta-control

Autrement dit, les Démocrates ont un pays à reconquérir. La suite dans deux ans, au moment des prochaines midterms.

5. Conséquences et prédictions : la marge de manoeuvre de Trump

Terminons sur le nouveau (futur) président des États-Unis. Grosse fatigue…

L’anecdote sur le propos mensonger de Trump à la sortie de son entretien avec Obama (le mensonge porte sur la durée prévue de la rencontre) n’est qu’une anecdote, mais on peut la généraliser : Trump a, en effet, déjà montré à maintes reprises qu’il ne craignait pas de raconter n’importe quoi, et de changer d’avis en fonction des circonstances9.

Mentir et changer d’avis sont deux choses différentes : on peut mentir avec constance. En ce qui concerne Trump, le problème se situe plutôt dans la variation imprévisible de ses propos (et peut-être, dans quelques semaines, des décisions) que dans leur véracité. Peut-on imaginer un président de la trempe de Trump concevoir les accords d’Oslo ?

On en est réduit à espérer – mais avec quelle probabilité ? — qu’un magnat de l’immobilier fera au moins aussi bien, et espérons même mieux – mais même question ici – que les présidents précédents… Et personne n’aime avoir à faire ce genre de calcul hautement incertain. Surtout pas le secrétaire général de l’OTAN, par exemple.

Le problème est un problème de credible commitment, comme on dit en théorie des jeux : l’absence de toute expérience historique empêche d’anticiper ce dont quoi Trump est capable, aussi bien en positif (faire signer un accord de paix) qu’en négatif (créer un différend diplomatique avec un chef d’État étranger, par exemple)10.

En pratique, Trump va désormais disposer d’une véritable machine de guerre bureaucratique et judiciaire (son administration) pour mettre en pratique ses désirs. Certes, c’est effrayant, mais cela se passe loin de chez moi, et le Congrès comme les circuits judiciaires fédéraux y trouveront certainement à redire11. En revanche, par son simple verbe, Trump a la possibilité de foutre en l’air nombre de relations diplomatiques sur lesquelles le Congrès n’a aucune prise (et n’en désire aucune).

N’oublions pas enfin que Trump a évidemment aussi la faculté, de par son seul verbe, de se « racheter » en quelque sorte. C’est le sens du dernier paragraphe d’un communiqué de presse acerbe de Harry Reid, qui remarque à juste titre que c’est à Trump de réparer ce qu’il a lui-même commencé à détruire en stigmatisant de larges fractions du peuple américain. Ce serait juste, et stratégiquement très intelligent—mais je peine encore à utiliser ce qualificatif en évoquant ce goujat populiste à l’haleine mentholée.

6. Et la science politique là-dedans ?

Pour terminer, j’ai déjà évoqué le « public service announcement » des politistes américains au sujet de Trump. Ses déclarations font froid dans le dos : déportations civiles en masse, menaces sur le pouvoir judiciaire… typiquement le genre de rhétorique que l’on s’attend plus à trouver chez Erdogan en Turquie ou Orban en Hongrie qu’à Washington, d’où l’inquiétude.

Après tout, on parle bien du candidat qui a déclaré que la torture fonctionne, et que les méthodes actuelles ne vont pas assez loin.

Mais passés les inquiétudes sur le candidat Trump et le choc du résultat électoral de novembre 2016, qu’est-ce que la science politique doit envisager pour continuer son patient travail de déconstruction des phénomènes politiques ?

Vu les résultats des « fondamentaux » mentionnés plus haut, je suis assez peu séduit par l’idée que Trump aurait fait donné tort à toutes les lois de la discipline. Au contraire, le ressentiment racial que j’évoque dans mon précédent billet est au coeur de nombreuses recherches contemporaines12.

En revanche, je suis très sensible à l’idée que la science politique peut faire beaucoup mieux, en dialoguant avec plus d’interlocuteurs qu’elle n’en a actuellement. À titre d’illustration, j’ai beaucoup aimé le contenu de ce dialogue entre Arthur Goldhammer et son fils. Goldhammer n’est pas tout à fait politiste, mais l’idée y est.

  1. J’avoue l’avoir toujours trouvé un peu robotique, mais bon, j’aimais bien Jospin aussi… []
  2. Les résultats finaux ne sont pas encore arrêtés, mais l’on s’achemine vers du +7 sièges pour le Parti démocrate, sur des proportions qui sont celles des vingt dernières années, où, à l’exception de la période 2007-2011, le Congrès a été confortablement républicain. []
  3. En réalité, Clinton se contente, si l’on peut dire, de perdre la marge « en surplus » obtenue par Obama, et revient sur un vote Noir qui rappelle l’élection de Bush’00. La situation est plus compliquée chez les Hispaniques. []
  4. On peut reprocher à Nate Silver de vouloir sauver les meubles quand il dit que son modèle a été très volatile dans ses prédictions des dernières semaines. En réalité, c’est une très bonne explication ; et quand Silver avait aligné 100% de prédictions, il avait bien précisé que c’était un coup de chance, et qu’un résultat marginalement incorrect n’aurait pas discrédité l’intégralité du modèle. []
  5. La question s’était déjà posée l’an dernier en Grande-Bretagne, à l’occasion de l’élection générale, et il faudra attendre une explication équivalente à celle qui avait été produite en Grande-Bretagne, ce qui ne peut pas prendre moins de plusieurs mois. []
  6. Pourquoi tant de non-votants ? On peut citer énormément de facteurs structurels : par exemple, l’élection n’a pas lieu un jour chômé, une fraction importante du pays est… en prison, et certaines files d’attente aux bureaux de vote alignent des milliers de personnes. Voir la section 3 de ce billet pour quelques contrefactuels utilisant ces facteurs. []
  7. J’ai partagé cette carte sur Twitter dans l’espoir d’obtenir les données brutes, mais un journaliste-cartographe du New York Times m’a répondu que les données brutes ne seraient a priori pas disponibles. Tant pis. []
  8. Cet électorat a diminué en taille, mais reste la plus grosse masse critique électorale des USA en 2016. Or, comme le pointe très justement Alec Tyson, en 1992, elle vote pour Bill Clinton ; en 2016, elle vote autant pour chacun des candidats. []
  9. L’adjectif « versatile » est ici un faux-ami intéressant à considérer dans ses acceptions anglo-saxonne et française… []
  10. Ce problème est critique, et la procédure d’impeachment prévoit d’ailleurs qu’un président qui mentirait face à un tribunal puisse être relevé de ses fonctions ; c’est un peu plus compliqué que ça en pratique, comme le montre l’acquittement de Bill Clinton par le Sénat en 1998, mais reste qu’historiquement, un président qui ment « à la barre » se retrouve démis de ses fonctions de monarque temporaire du système politique américain. []
  11. Les prochaines midterms sont dans deux ans. Une partie du Congrès va devoir se positionner sur Trump. Chez les Démocrates, la partie est déjà jouée, mais chez les Républicains, ça risque d’être vraiment très sport, en fonction de ce qui va se passer dans les deux années à venir… []
  12. Merci à Tommaso pour le lien vers cet ouvrage. []

La science politique et… Trump

trump-last-hope Donald J. Trump est désormais presque certain de devenir le prochain, 45e président des États-Unis d’Amérique, à la suite d’une campagne qui en avait fait le monarque temporaire d’une clientèle électorale très dévouée et très extrême dans ces positions, qu’il s’agisse de son opinion vis-à-vis de l’opposition ou des promesses électorales du candidat.

Si vous revenez d’un voyage inter-stellaire, contentez-vous d’aller lire la page dont est extraite l’image ci-jointe pour voir de quoi je parle.

Bon, par où on commence ?

Pour commencer, un petit rappel du mois d’août de cette année :

… Et si Trump est élu ?

La probabilité de victoire de Trump est trop élevée pour que son élection puisse être rangée avec les autres scénarios très peu probables, comme un coup d’État militaire ou un assassinat réussi du candidat—et histoire d’être bien clair, je n’appelle personne à tenter d’assassiner Donald J. Trump !

Dans ce même billet, j’évoquais les mécanismes d’investiture et la clientèle électorale des États-Unis. Ces facteurs reviendront dans un billet plus complet, mais j’ai déjà discuté, en septembre, du ressentiment racial et de ses possibles conséquences électorales.

Souvenons-nous simplement que le pays qui vient d’élire Donald Trump est le même pays dans lequel plusieurs individus plus ou moins isolés ont récemment pris les armes pour aller assassiner des congrégations noires dans des églises, avec l’intention affichée de déclencher une « guerre raciale » (Donald Trump a reçu le parrainage du Ku Klux Klan).

Enfin, dans un billet plus récent, j’évoquais le fait que Trump avait émis un doute sur la validité du processus électoral, et sur sa reconnaissance du résultat en cas de défaite. Transition parfaite vers la suite.

Les inquiétudes de la science politique

Cette entorse à la légitimité procédurale de la démocratie est le premier critère sélectionné par plusieurs centaines de politistes américains dans un courrier qui résume leurs craintes, que je partage, à l’égard d’une « présidence Trump » :

trump-statement-of-concern

La liste des motifs d’inquiétude est reproduite ci-dessous, sans commentaire de ma part. Je précise juste que mes propres craintes portent toujours sur ce que je connais le moins bien (ou pense le moins bien connaître) : les relations internationales1.

1. He has cast doubt on the validity of the election process, without any supporting evidence.

2. He has stated that he may reject the outcome of a free election if he does not win.

3. He has encouraged supporters to engage in voter suppression and intimidation.

4. He has threatened to jail the leader of the opposition party.

5. He has questioned the independence of the judiciary and the impartiality of judges based on their race, ethnicity, religion, and parentage.

6. He has impugned the loyalty of citizens and other persons in the United States on the basis of race, ethnicity, religion, and country of birth.

7. He has endangered freedom of the press by intimidating individual journalists, banning major news organizations from his rallies, and promising to change libel laws.

8. He has called for the proliferation of nuclear weapons.

9. He has threatened to destroy the strategic basis of NATO, the most important security alliance of the last seventy years, by questioning the commitment of the United States to regard an attack on any member state as an attack on all.

For all these reasons and despite our own indifference on matters of politics and partisanship, we stand united in the conviction that a Trump presidency would pose a grave threat to American democracy and to other democratic governments around the world.

Notons, pour terminer, que ce courrier est parfaitement exceptionnel : la science politique n’est pas un média qui prend position sur un ou plusieurs candidats à chaque cycle électoral. Ici, c’est virtuellement toute la profession états-unienne qui s’est mobilisée pour exprimer une liste de craintes, fondées en grande partie dans l’observation des comportements anti-démocratiques qui s’observent habituellement en dehors des démocraties libérales plutôt qu’en leur sein.

Mais les temps changent… Et il faut chercher à comprendre comment et pourquoi.

Plus de commentaires dans les jours à venir

meny-surel-populisme Plus de commentaires sur l’élection elle-même dans quelques jours, une fois que j’aurai complètement absorbé l’idée que cette voix insupportable qui sort de mes enceintes pour appeler à la déportation en masse de populations civiles et à la prolifération d’armements atomiques est celle du commandant en chef de la plus importante force armée mondiale.

Peut-être devrais-je relire, entre-temps, ce livre qui m’avait été proposé au lycée… « Par le peuple, pour le peuple »… Espérons-le, mais ça a quand même l’air assez mal barré. Le personnage est affligeant, l’événement est traumatique, le processus est spectaculaire, et les causes sont inquiétantes.

Espérons que le futur soit aussi faiblement indexé sur le présent que possible.

  1. C’est pour cette raison que ce qui m’inquiète le plus au sujet du Brexit est l’avenir du Good Friday Agreement en Irlande du Nord, et que ce qui m’inquiète le plus au sujet de Trump est sa future politique étrangère et militaire, au sein de l’OTAN et en matière de (non-)prolifération nucléaire (points 8 et 9 du courrier). La marge de manoeuvre du président américain dans ces domaines est beaucoup plus importante qu’au niveau domestique. []

Joël sort son bouquin sur le Front National !

Et hop, bientôt dans les bacs :

joel-bouquin-couv

À l’heure où j’écris ce billet, le livre n’est pas encore catalogué sur le site des Éditions Eyrolles, mais cela ne saurait trop tarder est dans les bacs de sa maison d’édition !

Une soirée de lancement a lieu ce soir à la Fondation Jean-Jaurès, où Joël officie en tant que membre de l’Observatoire des radicalités politiques :

joel-fjj

Je suis naturellement tout content pour mon estimé co-blogueur, et ce sera l’occasion pour moi de lire (et si tout se passe bien, de chroniquer ici) un bouquin complet sur le Front national, ce que je n’ai pas fait depuis très, très longtemps.

Sur le même sujet, comme on dit, deux articles récents de la revue Projet dans un petit dossier « spécial FN » :

Mise à jour : et il y a même une vidéo très éclairante !