Quelques blogs et liens du moments

Inspiré (comme souvent) par Éconoclaste, un billet pour recenser quelques additions récentes à mon agrégateur, dans aucun ordre particulier :

  • Good Stats Bad Stats: “my name is Larry Cahoon. I have a PhD in Statistics and have spent over thirty-five years working on government surveys and censuses”.
  • Whimsley, “…where Tom Slee writes about technology and politics”. Je le signale juste pour son changement d’adresse il y a quelques semaines.
  • “Welcome to Monoskop, the media art and culture wiki.” Le blog recense des bouquins de théorie politique ou artistique des années 60-70, souvent délicieux.
  • Sur le toujours excellent conseil de Joël, Gaston Sanchez : “Data Analysis Visually Enforced”. L’auteur a notamment produit une méthode d’analyse qui a l’air intéressante, mais on manque d’avis dessus.
  • Peter Frase : un (brillant) doctorant en sociologie qui participe aussi à la rédaction du (non moins brillant) magazine américain Jacobin.
  • Brett Keller (santé publique, développement, politiques publiques et statistiques, avec un excellent billet sur la régression sur le mode de raisonnement)

Et pour les intéressés :

Statistiques partout

  • Le blog des “Déchiffreurs de l’éducation”.

    Cela s’est fait pour la macroéconomie à d’autres occasions. Ces collectifs épistémiques, où le chiffre doit apporter la démonstration des arguments, ont une petite histoire à écrire.

  • Statactivisme ! Si j’étais jeune et plein d’entrain, je dirais “+1” ou “RT”, mais comme je préfère le café old school, je préfère cautionner à donf++.

    Plus sérieusement, si votre thème de recherche tourne autour des processus de quantification d’une manière ou d’une autre, cette conférence promet d’être en plein dans le vif du sujet.

  • La fabrique de la loi : ouvrir et analyser les données parlementaires, un superbe projet par un ami et des collègues.

    Note : signalez-vous si vous avez du code à revendre pour extraire les débats parlementaires ! J’aimerais faire le tour de ce qui se fait à partir du scraping des législatures, avant de travailler sur les débats DADVSI 2005-2006 et HADOPI 2008-2009.

Les médias américains misent tous sur les blogs universitaires

Ou plus exactement, sur les blogueurs universitaires. Bloomberg y voit la cause principale d’amélioration du reporting entre les années “Hillarycare” (début des années 1990) et les années “Obamacare” (fin des années 2000), pour faire référence à deux réformes du système de santé américain1.

Cette observation n’est pas difficile à valider2. Je suis d’assez près les politiques de santé aux États-Unis, et l’apport des blogs universitaires est indéniable, qu’ils soient hébergés par les médias eux-mêmes ou qu’ils tournent indépendamment sur des plateformes ouvertes à tous. S’il ne fallait en citer qu’un, je citerais The Monkey Cage, mais les archives de Polit’bistro sont assez fournies sur le sujet des blogs universitaires, notamment américains.

Je passe à présent en mode “Lettres persanes” pour railler à peu de frais la situation en France :

  • Voici le blog “sondages d’opinion sur la présidentielle” du New York Times.
  • Voici le blog “sondages d’opinion sur la présidentielle” du Monde.

Qu’on se comprenne bien : les deux journalistes du Monde font leur travail, et Nate Silver fait le sien. Nate Silver est juste beaucoup mieux équipé pour faire le tri entre le grain et l’ivraie, pas les journalistes du Monde, qui publient parfois des énormités, et qui ne publient aucune analyse approfondie3.

Encore une fois, je ne donne pas de leçon aux journalistes du Monde : je pense simplement qu’ils n’ont pas l’outillage théorique de Nate Silver, qui utilise Stata et qui cite l’erreur standard des sondages directement par son acronyme, RMSE — l’écart méthodologique pourrait difficilement être plus grand. De plus, je perçois très clairement que les attentes du Monde sont sensiblement inférieures à celles du New York Times : la comparaison n’est en fait plus possible à mon sens, et cela s’explique beaucoup moins par la formation des journalistes que les conditions de travail des rédactions, et en particulier des régies en ligne.

Reste enfin le passage où je m’auto-flagelle pour distribuer équitablement les torts : qui, dans le milieu académique français, irait tenir un blog “enquêtes d’opinion sur la présidentielle” pour le compte du Monde ? Les observateurs ne manquent pas, loin de là, mais ils sont paradoxalement presque plus nombreux à l’étranger qu’en France. Même les plateformes qui ont capté une bonne partie des universitaires, comme Mediapart, publient surtout des tribunes, et très peu d’analyse scientifique.

J’espère presque m’être planté à plusieurs endroits dans cet état de l’art, ça aura peut-être le mérite de faire réagir.

  1. Précision : les deux surnoms viennent du camp républicain, les deux réformes du camp démocrate. La première a échoué, la deuxième a réussi, sauf si la Cour suprême en décide autrement dans les heures qui viennent—stay tuned. []
  2. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour employer la forme passive. D »ailleurs, est-ce bien la forme passive ? Bref, je suis d’accord avec Bloomberg. []
  3. Le résultat d’un sondage, ou même le commentaire d’un institut de sondage, n’est pas une analyse : c’est un discours rapporté, en chiffres et en lettres. L’analyse vient après le discours, quand on suit à la lettre ce que j’ai appris pour ma part en deuxième année d’études grâce à un journaliste de la PQR, qui se reconnaîtra peut-être s’il me lit. []

Sans titre (et sans carte)

Hmm. La dernière tentative de repasser au bistro remonte déjà au 4 octobre…

Sur 166 billets, j’en ai travaillé 20 (13%) au brouillon sans jamais les publier. J’avais moins de difficultés à publier il y a quelques années, et en cherchant à comprendre , je me suis rendu compte que je n’avais plus de carte mentale de la blogosphère, ou du moins des segments qui m’intéressent :

  • Sur le segment “Discussion politique”, les points de rencontre que je connaissais, comme Lieu Commun ou Paris Carnet, se sont épuisées, et je ne connais pas les nouvelles, si elles existent. Facebook et Twitter ont probablement capté une partie de l’attention.

    Je n’ai rien suivi dans ce domaine, mais je veux bien quelques impressions pour reprendre des repères. Sinon, je viens de remarquer que Versac (précurseur dans la cartographie des blogs politiques français) avait repris son blog.

  • Sur le segment “Discussion scientifique”, la structure que je connais le mieux marche bien. La plateforme-réseau Hypothèses, et d’autres plateformes étrangères comme la géniale StackExchange, comptent aussi beaucoup.

    Je réalise au passage que je n’ai probablement jamais signalé les blogs de statistiques et de santé publique que je tiens pour des cours, mais surtout pour moi. Les blogs tournent sous Tumblr, une sorte de ramasse-miettes intermédiaire entre blogging et social bookmarking.

Pour terminer, je redécouvre aussi le classement Wikio, qui était un peu le classement de Shangai des blogs francophones à une époque. La catégorie « Politique » m’est presque entièrement inconnue (et honnêtement, elle a l’air chiante à mourir). Il y a désormais une rubrique « Sciences humaines« , qui confirme la bonne indexation des plateformes citées plus haut.

Actualité de la loi d’airain de l’oligarchie

Roberto Michels enseignait jadis, en partant de l’étude du Parti social-démocrate de l’Allemagne d’avant la Première guerre mondiale, qu’il existe une « loi d’airain de l’oligarchie » selon laquelle, en régime démocratique, l’organisation nécessaire à la compétition électorale conduit les partis, fussent-ils démocratiques, à être bientôt dominés par une minorité, une élite. « Qui dit organisation, dit oligarchie ».
Bien que le caractère de « loi » en fut contesté, cette régularité a été maintes et maintes fois confirmée par la sociologie politique, et constitue toujours le socle de l’essentiel des travaux s’intéressant aux partis et organisations politiques.

Je fais ce billet à la suite de la tempête dans un verre d’eau qui a éclaté après la vraie-fausse interview d’Alain Lipietz dans Rue89, titrée « Duflot vendrait père et mère pour devenir ministre », phrase que Lipietz nie avoir prononcée.
Au-delà de savoir ce qui a été dit ou pas, et comment, et s’il fallait le publier (Daniel Schneidermann fait des remarques intéressantes reproduites sur Rue89), ces propos soulignent un point intéressant et qui n’a finalement rien de particulièrement scandaleux. Il dit en substance que Europe-Ecologie les Verts (EELV) est aujourd’hui dirigé par une génération (ou des générations – après tout, entre Jean-Vincent Placé et Stéphane Sitbon-Gomez[ref]Âgé de 25 ans, celui qu’on surnomme « Yop » est l’un des plus proches collaborateurs de Cécile Duflot depuis plusieurs années, et le directeur de campagne d’Eva Joly.[/ref], il y a bien une génération) dont la politique est le métier – par contraste avec sa génération.

Le constat d’Alain Lipietz n’est pas rigoureusement exact : dans sa génération, celle des fondateurs des Verts au début des années 1980, certains – comme Dominique Voynet, par exemple – sont devenus des professionnels de la politique. Mais il est vrai que, compte tenu de la structure d’opportunité qui était celle qui a présidé à leur engagement, celui-ci ne pouvait pas être motivé par la volonté de construire une véritable « carrière » politique. Du coup, la professionnalisation politique est passée par la transformation de capitaux (comme dans le cas de Lipietz lui-même, chercheur au CNRS et jouissant d’un réel capital scientifique, devenu professionnel de la politique/député européen).

Pour autant, ce que dit Alain Lipietz est globalement exact. Les « jeunes » militants et dirigeants d’EELV ont aujourd’hui des perspectives de carrière politique sans commune mesure avec celles d’il y a vingt ans ou même dix – ce qui renvoie au texte classique de Daniel Gaxie sur « les rétributions du militantisme ». La conséquence en est que le parti peut faire vivre des gens – dès lors se creuse inévitablement le fossé entre ceux qui vivent de la politique et ceux qui vivent pour la politique, pour reprendre la célèbre distinction wéberienne.
Au passage, la référence de Lipietz au « profil MJS » m’a fait sourire, moi qui y suis brièvement passé, et ait été plus tard un animateur national de Fac verte, dont la fonction objective aura bien été de permettre à un certain nombre de militants l’accumulation primitive de capital politique nécessaire à en faire une carrière (pas nécessairement chez EELV d’ailleurs, plus largement dans l’ensemble des structures, notamment associatives, qui composent la nébuleuse écologiste). Il est clair que la structuration d’un (ou, dans le cas de l’écologie politique, de plusieurs…) mouvements de jeunesse participe très fortement à la professionnalisation d’une organisation politique.

Une dernière réflexion enfin : le Front national, auquel j’ai quelque raison de porter une attention soutenue, connaît exactement le même processus de professionnalisation que les Verts [ref]Rappelons d’ailleurs que si le FN est un parti plus ancien, puisque créé en 1972, il émerge électoralement au début des années 1980, en même temps que les Verts.[/ref]. Toute la glose autour de la succession de Marine Le Pen à son père ne saurait cacher que c’est fondamentalement une génération qui a pris le pouvoir au Front, celle que j’appelle des « sabras », ceux qui ont commencé politiquement au Front, et ont bien l’intention de vivre de la politique. Et pour cela, dans le système politique français en particulier (plus un système est proportionnel et décentralisé et moins c’est vrai), il faut s’emparer du pouvoir d’Etat. On comprend mieux dans ces conditions la stratégie de la direction du Front, qui devrait selon moi aboutir à terme à des alliances – sous une forme ou une autre – avec l’UMP, selon l’exemple italien de la Lega Nord (plus que d’Alleanza nazionale).

Blogging scientifique : les commentaires

À mon avis, une analogie simple avec une discussion en classe s’applique à la gestion des commentaires sur un blog scientifique (ou même non scientifique).

  • Lorsqu’il y a peu de réactions, une réponse quasi-systématique est à la fois possible et nécessaire, par politesse mais aussi pour fidéliser un lecteur dont on souhaite reconnaître la contribution et augmenter la probabilité qu’il laisse à nouveau un commentaire.
  • Lorsque les commentaires se multiplient, au-delà peut-être d’un certain seuil où la participation de l’auteur/enseignant ne représente plus qu’une fraction de la conversation, qui suit sa propre écologie, alors il devient possible de sélectionner les réactions qui appellent une réponse.

Une pratique intelligente, me semble-t-il, consiste à construire des notes à partir d’un commentaire préalablement laissé sur le blog, pour signifier l’existence d’un lien entre le contenu du blog et ses commentaires. Ce sont les commentaires d’un lecteur, par exemple, qui m’avaient amené à pousser un peu plus l’expérience cartographique il y a quelques mois.

Blogging scientifique : la critique argumentée

Fin octobre, le politiste Henry Farrell (Crooked Timber) a publié sa plus longue critique de l’éditorialiste Megan McArdle (The Atlantic). Il y reprend l’historique complet de leurs échanges, faits de désaccords quasi-systématiques sur tout un tas de sujets liés à l’actualité politique américaine.

Dans le débat Farrell/McArdle, le désaccord s’exprime sous la forme de longues notes se répondant à peu près les unes les autres. Les protagonistes n’ont pas le même statut : political economist d’un côté, business editor de l’autre. Mais en ligne, les deux détiennent la même possibilité d’expression, via leurs plateformes de publication respectives.

Quiconque a passé un peu de temps à lire des blogs dans les cinq dernières années sait que ce style d’échange est aussi commun que la critique des leaders et des institutions politiques. Dans le cadre du blogging scientifique, la tendance est plutôt aux notes informatives, parce que la première mission que se fixent les blogueurs scientifiques consiste généralement à faire connaître des objets de recherches éclipsés ou déformés par le reste de l’information en ligne.

La critique argumentée se réintroduit discrètement dans le blogging scientifique par ses marges : critiques d’ouvrages, critiques sur le fonctionnement de l’enseignement supérieur et la recherche, critiques sur la stupidité routinière dans le même secteur, et ainsi de suite.

Sur ce blog, il y a peu de critique argumentée, probablement parce que la plupart de mes impressions critiques ne sont pas argumentées et s’évacuent très bien sous la forme d’un bref message sur Facebook ou Twitter. Sur certains sujets, j’ai juste eu envie de laisser une trace un peu plus visible en ligne.

Il reste que pointer les insuffisances du journalisme (notamment en matière de sondages) ou de la classe politique (notamment en matière de décision économique) reste une manière, pour les blogueurs scientifiques, de signifier à leur lectorat que l’univers des discours publics est délimité : la sphère scientifique se préserve une marge d’autorité sur les autres en disqualifiant les raccourcis et/ou l’aveuglement d’autres professions.

Blogging scientifique : la taille des textes

Trop court, trop long… La taille des textes se pose pour n’importe quel travail, de la copie d’étudiant au manuscrit de thèse. Les textes publiés dans les revues scientifiques n’échappent pas au problème, étant donné que les limites actuelles mélangent des critères scientifiques et des critères obsolètes liés à la publication imprimée. Qu’en est-il des blogs scientifiques ?

En règle générale, la publication en ligne se fait sur un format court, voire très court, qui correspond à un seul “feuillet” en jargon journalistique, sinon plus court. Contrairement aux mauvaises pratiques des sites Internet de certains supports de presse, elle se fait également sur une seule page. Les textes plus longs sont sériés, à la manière des romans de Charles Dickens, d’abord publiés sous forme de feuilletons de revue.

Un travail scientifique (déjà cité) de notes publiées sous forme de série est le feuilleton de la réforme des retraites par Antoine Bozio, sur Ecopublix. Au passage, Antoine Bozio (que je ne connais pas et dont je doute qu’il lise ce blog) est en train d’écrire un monument du blogging scentifique en langue française, je l’écris pour la postérité de l’analyse : allez donc le lire.

Voici un autre exemple, avec un autre doctorant en économie, Roy Mill, qui a détourné le format du blog pour produire un court manuel de manipulation de données sous Stata. Et encore un autre exemple : Daniel Little, que je cite dès que j’en trouve l’occasion pour partager ce joyau qu’est son blog, publie sous la forme d’un ouvrage généraliste d’épistémologie et de sciences sociales. J’ai aussi souvenir d’un enseignant en philosophie à la retraite qui publiait ses mémoires sous cette forme, en rajoutant des numéros de chapitres.

Les formats varient, mais en règle générale, toujours, il faut se limiter à des paragraphes courts et à une longueur de texte qui corresponde au lectorat : dans le cadre d’un blog qui vise même marginalement au-delà d’un public de niche, le format scientifique classique doit être adapté à la lecture en ligne.

Pour terminer sur une illustration un peu déviante mais d’excellente qualité, je signale les quasi-aphorismes de Martin Kusch, sur son pseudo-blog qu’il transforme aussi en recueil annuel. La concision n’est pas un carcan, il suffit de réfléchir à la demande (le lectorat) avant de penser à l’offre (le texte), et de trouver un point optimal.

Blogging scientifique et périodicité

Ce blog semble avoir trouvé sa périodicité à raison d’un billet grosso modo tous les quatre jours quitte à prendre un peu de retard sur l’actualité. Je garantis qu’il y aura des plages de silence de temps à autre. Cette stratégie de publication a fonctionné peu ou prou pour mon blog personnel, où je tournais à un billet quotidien, mais vais désormais viser une périodicité différente.

Une périodicité fixe force à passer un peu de temps à coordonner les dates de publication de chaque note, ce qui oblige à retourner régulièrement dans ses archives ; l’intérêt de cette contrainte est qu’elle permet du coup de mieux connaître ses propres archives, d’y apporter plus de soin (au niveau des mots-clés, par exemple), et d’y faire plus souvent référence.

La pré-publication induit aussi un décalage avec l’actualité immédiate : par exemple, un événement qui se produit à t ne pourra être couvert que vers t+16 si la périodicité est de quatre jours et que trois notes sont déjà prévues. On peut évidemment substituer la note prévue vers t+4 avec celle qui porte sur l’actualité “brûlante” pour réduire le délai à son niveau minimal. Dans tous les cas, ce décalage est aussi une forme de recul utile au blogueur et au lecteur.

J’en profite pour signaler que mon bien-aimé co-blogueur Joël est en congés prolongés dans le-vrai-monde-du-travail, comme me le disait le notaire de mes parents il y a quelques mois en apprenant que je faisais “une thèèèse” (prononcer avec la voix d’un prêtre au chevet d’un convalescent), mais qu’il va bien (Joël, pas le notaire ; il faut suivre un peu dans les parenthèses et les appositions).

Il m’arrive aussi de poster d’autres types de contenu sur Facebook, Twitter, Delicious, quelques blogs d’amis et un autre blog personnel plutôt discret, mais Polit’bistro concentre la plupart de mes notes sur les sujets scientifiques en langue française.