Annals of Youtube Science 1(10) : Daech et terrorisme-suicide

Le tout premier volume des Annals of Youtube Science évoquait les recherches de Hertog et Gambetta, et aussi les recherches sur la mesure du terrorisme, et du terrorisme islamique en particulier.

À nouveau, voici un volume sur le terrorisme, vu d’une position un peu étrange : celle de Robert A. Pape, qu’il est difficile de présenter en peu de mots. Au risque de caricaturer, disons qu’il s’agit d’un spécialiste des relations internationales venant de l’école réaliste, et dont les recherches se concentrent, depuis un peu plus de quinze ans, sur les aspects stratégiques du terrorisme-suicide (et pas du terrorisme en général).

Si vous suivez ce blog depuis longtemps, vous avez déjà entendu parler de Robert A. Pape ici et . Je surveille périodiquement ses travaux parce qu’il y a toujours beaucoup, beaucoup de données derrière, ce qui permet de se rappeler des choses telles que cette chronologie des attentats-suicide en Irak, le tout premier datant que quelques mois avant l’invasion états-unienne de 2003 :

pape-1

Voici la conférence de Pape à l’Université d’Emory (chaîne Youtube), intitulée « The Strategic Logic of the Islamic State of Iraq and Syria« , dont provient la slide ci-dessus, et dans laquelle Pape évoque le terrorisme-suicide en général, avant de se concentrer sur le cas de « l’État islamique »1 :

Vu le sujet, la conférence date un peu (mars 2015), mais cette autre conférence, plus récente, à l’American Islamic College de Chicago (chaîne Youtube), montre que la conférence d’Emory contient l’essentiel de l’argument :

Que dit Robert Pape, après avoir passé des années à alimenter une très bonne base de données sur le terrorisme-suicide ?

  1. Que le terrorisme-suicide est un expédient qui crée, à faible coût, un ratio de victimes similaire à celui de l’emploi d’une section de soldats d’élites, avec tout un tas d’externalités positives pour les commanditaires, la première étant la persécution des populations associées à leur dogme religieux, cette persécution réduisant la probabilité que ces populations aident les autorités à contrecarrer les actions futures des commanditaires.
  2. Que les motivations du terrorisme-suicide, mais on le savait depuis longtemps (au moins au Sri Lanka), ne découlent pas du fondamentalisme religieux2. En revanche, dans une vaste majorité de cas qui couvre aussi les situations de terrorisme-suicide où les adversaires ne sont pas occidentaux et/ou islamistes, la présence militaire étrangère est une motivation essentielle.
  3. Que l’envoi de troupes occidentales en Syrie et en Irak serait une erreur stratégique majeure. Et n’allez pas penser que personne n’y songe : c’est faux. Pape recommande une autre stratégie, qui consiste, en gros, à donner aux populations du Levant de quoi relancer leur développement agricole, en espérant que cela génère un nouveau « soulèvement d’Anbar » à grande échelle.

Le dernier argument est résumé sur cette slide de la conférence d’Emory (que j’insère ici en format « basse résolution », mais la conférence est accessible en haute définition)  :

pape-2

Terminons par citer la chaîne Youtube du CPOST, le centre de recherches dirigé par Pape à l’Université de Chicago.

Également sur l’État islamique

On trouve désormais des dizaines de conférences sur le thème de l’État islamique, de ses origines, de sa structure interne, de ses dynamiques de recrutement, de son fonctionnement, et aussi, de plus en plus, de sa future disparition, et de l’avenir géostratégique de la région qu’il a littéralement dévastée, dans à peu près tous les sens du terme.

Je me souviens avoir lu avec intérêt, il y a deux ans, un papier de Cole Bunzel, From Paper State to Caliphate: The Ideology of the Islamic State. L’originalité du papier tient à ce qu’il repose sur un examen approfondi des sources écrites et orales de l’État islamique, qui sont pléthoriques, et dont les premières remontent à 2006.

Voici une table-ronde de la Brookings Institution (chaîne Youtube), organisée en 2015, et dans laquelle Cole Bunzel intervient brièvement (l’autre intervenant présentant pour sa part une recherche sur l’utilisation de Twitter par l’État islamique) :

Et en complément, voici une table-ronde au sujet plus vaste, intitulée « Iran, ISIS, and the Future of Gulf Security », et organisée en 2015 par la New York University School of Law (chaîne Youtube) :

  1. Je mets les guillemets pour indiquer que je suis (vaguement) au courant des controverses sur la dénomination du groupe. []
  2. Voir, à nouveau, l’allocution de Scott Atran citée dans plusieurs billets de ce blog. []

Élections législatives 2017, données de survie

Les élections législatives 2017 commencent ce dimanche : voici ma liste de liste de liens utiles, que je tenterai de compléter au cours des prochaines semaines.

Champ de bataille

Le site Contexte a publié une carte interactive super bien fichue qui réunit à peu près tout ce qu’il faut dans une même interface. Le résultat est très satisfaisant, et je ne dis pas ça seulement parce que je connais quelques-uns des concepteurs.

Investitures

La presse parle d’un record historique de candidats pour ces élections – ce qui n’a rien de surprenant (addendum : finalement, il y a moins de candidats qu’en 2002 ; voir aussi ce billet), et qui fournit un spectacle plus ou moins drôle à découvrir chaque semaine dans les premières pages du Canard enchaîné.

En attendant la programmation du match de boxe Mélenchon/Mennucci dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, voici quelques liens intéressants :

Projections

  • Le premier fichier dont vous aurez besoin ici est celui des résultats des élections législatives de 2012, qu’il faudrait corriger à la marge pour tenir compte des quelques élections partielles de la période 2012-2017.

  • Si vous envisagez de projeter les résultats du premier tour de la présidentielle sur les circonscriptions des législatives, ne vous embêtez pas, Le Monde l’a déjà fait. Je ne connais pas le degré de fiabilité (par exemple, le taux de prédiction des triangulaires) des projections similaires pour les élections précédentes.

  • Côté enquêtes/sondages, la projection « Ipsos/Cevipof/Le Monde » de fin mai a été bien commentée sur Twitter par Mathieu Gallard. Je n’en retiens que l’avance spectaculaire des candidat(e)s de la majorité présidentielle sur toutes les autres formations politiques :

  • Anthony Veyssiere a réalisé un calculateur de projections électorales assez complet, avec plusieurs scenarios électoraux possibles. Comme la projection précédente, celle-ci prévoit un grand nombre de triangulaires au second tour, un score magistral pour le président et un score crépusculaire pour le Parti socialiste, mais aussi, euh, pour tous les partis de la future opposition :1

  • Le superbe cartogramme législatif de Philippe Rivière et François Sermier vous attend sur le site Internet de Bastamag.

  • Cet article de Léopold Mebazaa montre comment certains partis – de droite ou d’extrême-droite – sanctionnent doublement les femmes au moment des élections législatives : (1) en en investissant moins comme candidates à l’élection, et (2) en les investissant dans des circonscriptions moins gagnables.

Analogie

Une idée, pour terminer, que je partage parce que je n’arrive pas à me la sortir de la tête : je pense qu’Emmanuel Macron va faire un score à la Berlusconi avec un mouvement politique à la Monti.

Le « score à la Berlusconi » est une référence aux élections législatives italiennes de 1994, et le « mouvement politique à la Monti » est une référence à Scelta Civica. Christophe Bouillaud a filé l’analogie un peu plus loin, et je pense qu’elle est très juste, même s’il faut bien noter la différence majeure de mode de scrutin2.

  1. De même que pour les deux projections précédentes, je n’ai aucune idée de la fiabilité du modèle au vu des résultats des élections passées. []
  2. Une autre différence notable tient évidemment aux enjeux internationaux : le grand chelem électoral de 2017 est important parce qu’il va sélectionner l’équipe de dirigeants qui pilotera le Brexit, la politique étrangère de Donald J. Trump, et l’élimination de Daech. C’est pas gagné. []

Journée d’étude « réseaux » à Lille, jeudi 8 juin 2017

Jeudi 8 juin à Lille, nous organisons, avec Sylvain Mignot et Fabien Éloire, une journée d’étude qui vise à fédérer les chercheurs en sciences humaines et sociales intéressés par l’analyse de réseaux.

Le programme (anglais, français) est en ligne, et les inscriptions se font avec ce formulaire, ou auprès de moi par email, comme indiqué dans l’affiche. Attention, les places sont limitées, donc inscrivez-vous vite si vous souhaitez venir !

La journée est co-financée par le Groupement de recherche Analyse de réseaux en sciences humaines et sociales (GDR AR-SHS), à qui nous enverrons un compte-rendu de la journée pour publication sur son blog.

L’un des objectifs à moyen terme de cette journée est de monter un collectif de recherche en analyse de réseaux sur Lille, puis de connecter ce collectif à des équipes de recherche idoines dans la région, à Paris ou en Belgique.

Si le projet vous intéresse, idem, écrivez-moi !

La même annonce est disponible sur le site Internet d’ESPOL, qui co-finance et co-organise l’événement avec quelques autres unités de recherche basées à Lille – l’Anthropo-Lab, la FGES et le CLERSÉ.

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/05

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04.
Liste rédigée un peu à la va-vite par manque de temps, mais bonne lecture quand même, et spécial dédicace aux étudiantes de Licence 3 qui m’ont parlé de cette série de billets.

  1. Mary Beard, pour son texte « Death of a dictator. How Caesar’s murder set the template for political assassination ». Voir aussi ce billet de Daniel Little sur le récent ouvrage de Beard, SPQR: A History of Ancient Rome.

  2. Laura Kipnis, pour son texte « Eyewitness to a Title IX Witch Trial ». Son point de vue, provocateur, minoritaire, et superbement écrit, est également évoqué dans cet article de Salon qui évoque aussi Camille Paglia.

    Sur le fond, je n’ai aucune opinion ferme à partager au sujet des questions « trans-genre/ethnicité » évoquées dans l’article qui a suscité la controverse qu’a suivi Kipnis. En revanche, je trouve que le comité éditorial de la revue qui a publié l’article a été d’une lâcheté sans nom. Lisez et décidez par vous-même.

  3. Béatrice Cherrier, déjà mentionnée le mois dernier, au tout début de la série et dans d’autres billets, pour ses epic tweetstorms d’histoire de la pensée économique. S’il fallait n’en lire qu’un, je conseille celui sur William Baumol, auteur très utilisé en économie de la santé.

  4. Substencia, pour ce mix génial, qui commence gentiment mais qui contient aussi quelques passages bien martelés façon Bauhaus/industriel :

  5. Hanna Brooks Olsen, pour ce texte qui explore une perspective que j’utilise très souvent dans mes séances sur les « politiques morales » :

    Abortion is an Economic Issue.

  6. Grete Hermann donne son nom à un package R très intéressant :

    Grete Hermann wasn’t a probabilist, but she wrote the first algorithms for computer algebra; in the 1920s, well before the first electronic computer was built.

    This work laid the foundations for computer algebra libraries (like TensorFlow) that enable modern probabilistic modelling.

  7. Frida Boräng et ses collègues, pour leur article « Cooking the books: Bureaucratic Politicization and Policy Knowledge », qui rejoint tout de suite mon plan de cours sur la sociologie de la quantification et des statistiques officielles1 :

  8. Dawn Johnsen, pour son article « The Lawyers’ War. Counterterrorism From Bush to Obama to Trump ».

  9. Alice Coltrane (1937-2007), très bien chroniquée dans The Quietus. Ci-dessous, le morceau de référence, déjà mentionné il y a trois mois, mais on s’en fiche :

  10. « Older Woman » (qui est assez facile à identifier si vous y tenez), pour son texte « Asking the Wrong Questions about Protest ».

Mention spéciale à Carole Cadwalladr, pour cet article absolument sidérant : « The Great British Brexit Robbery: How our Democracy was Hijacked ». L’article explore le réseau d’élites, militaires et civiles, et de firmes (Cambridge Analytica, Palantir) ayant contribué à façonner, quasiment au sens propre du terme, une large partie de l’opinion publique britannique (mais aussi américaine) lors des votes « Brexit » et « Trump » de l’an dernier.

Le récit est parfaitement édifiant, et si les faits devaient (1) être confirmés et (2) être amenés à se reproduire, ils vont devenir incontournables dans l’étude des élections. Et si l’on rajoute à ça les diverses transgressions russes des dernières années et la géopolitique actuelle autour de la Corée du Nord, alors la Guerre Froide est au moins aussi morte que le punk, c’est-à-dire pas du tout.

  1. Je reparlerai, j’espère, de ce plan de cours dans pas trop longtemps ; si vous êtes curieux, écrivez-moi ou signalez-vous sur Twitter. Et en attendant que je réponde, allez donc lire l’excellent article de Dorothy Kronick, « How to Count Our Dead », sur la mortalité criminelle au Venezuela. []

De l’auto-destruction en Amérique

Début février, j’écrivais ceci :

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment1, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

J’ai encore du mal à croire qu’en quelques semaines à peine, on en soit arrivé au stade où les deux cas de figure évoqués ci-dessus soient devenus, à des degrés différents, crédibles, mais c’est bien le cas : les révélations des dix derniers jours ont fourni tout ce qu’il faut pour justifier d’une procédure d’impeachment contre Donald Trump, ou même, procédure tout à fait exceptionnelle qu’un ami au sens politique hors du commun avait prédit il y a plusieurs mois, d’une invocation du 25e Amendement, Section 4.

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que les membres des chambres parlementaires en viennent à réfléchir aux alternatives, et à la meilleure manière de les mettre en oeuvre : c’est à ce type de « destitution concertée » que l’histoire des régimes autoritaires destine les autocrates en situation d’effondrement de leurs soutiens.

Comment en est-on arrivé là ?

Le spectacle affligeant et obscène qu’a offert Trump dès son entrée en fonction – et avant ça, pendant la campagne électorale – a de nombreuses explications, mais voici trois éléments dont il me semble qu’ils ont très directement contribué à faire émerger la situation actuelle :

  • Dès le départ, Trump a choisi d’ériger la presse en parti d’opposition, et pas seulement en relais indirect des attaques issues d’un camp adverse plus ou moins dissimulé derrière elle : comme le montre l’épisode délirant des attaques terroristes « non couvertes » par les médias, la presse est l’ennemi numéro un de Trump, qui semble incapable de s’intéresser à tout autre espace que l’espace médiatique.

    Cette stratégie est idiote : l’adversaire désigné n’est pas un concurrent électoral, et la destruction physique de l’ennemi n’est pas une option ; en conséquence, je pense que le jeu répété qu’a créé Trump va nécessairement finir par se retourner contre lui, au fur et à mesure qu’augmenteront les coûts de la loyauté que lui porte encore un média comme Fox News.

  • Sa méthode du mensonge érigé en doctrine de gouvernement2, qui se rapproche incroyablement de celle de Slobodan Milosevic, n’est viable qu’entourée des institutions qui font tenir les régimes autocratiques.

    Dans un régime démocratique, je ne vois pas comment le voile ne pourrait pas finir par être levé sur le fait que Trump ne comprend absolument rien à rien à l’économie ou à la diplomatie, avec pour conséquence d’être incapable de satisfaire ses électeurs, en plus de faire peser une réelle menace géopolitique au niveau mondial.

  • Vient enfin la guerre interne que Trump semble avoir ouvert avec l’appareil exécutif fédéral, en cherchant à lui faire subir ce que Newt Gingrich a fait au Congrès, c’est-à-dire tenter de le rendre stupide (du grec stupos, frappé de stupeur). C’est en tout cas comme ça que je perçois sa guerre à bas bruit aux statistiques officielles3, ou son non-remplacement de conseillers en politique étrangère, en sciences et technologies, et plus généralement un peu partout dans l’appareil fédéral4.

    Or, à long terme, je ne comprendrais pas que la bureaucratie ne prenne sa revanche, à sa manière : en sabotant les projets du saboteur, en rendant les coups avec plusieurs mois (voire années) de décalage, et en savourant les effets de sa contre-offensive aux mid-terms de 2018, par exemple5.

Un changement de cap est-il probable ?

La déroute politique actuelle de Trump peut théoriquement s’arrêter du jour au lendemain, mais cela lui demanderait d’effectuer un « virage de personnalité » dont il est quasi-certainement incapable, en plus d’un changement quasi-intégral de garde rapprochée, ce qui lui demanderait notamment de renier publiquement plusieurs membres de sa famille.

Pour ces raisons, je ne pense pas que Trump « apprendra » de ses errements et modifiera son jeu politique en conséquence : il me semble beaucoup plus plausible qu’il suive le chemin inverse, qui consiste à s’enfoncer dans le déni et à continuer droit devant, au motif que l’on ne s’est pas laissé impressionner par l’opposition.

Il faut rappeler, enfin, que Trump n’est pas un homme politique, et ne semble pas particulièrement sensible à l’effritement de sa base électorale. Les médias les plus serviles de son camp semblent être sa seule source d’inspiration quotidienne, et l’on peut espérer que ceux-ci finiront par se retourner contre lui, d’une manière ou d’une autre.

Rendez-vous dans quelques mois pour un nouveau bilan à mi-parcours.

Addendum : un argument similaire à celui de ce billet est développé dans cette excellente tribune de Masha Gessen, déjà citée ici et sur ce blog.

  1. Les procédures de removal from office sont à la mode : au Brésil et en Corée du Sud, deux présidentes (deux femmes) ont été destituées à quelques mois d’intervalles. Le cas précédent était Viktor Yanukovych (Ukraine) en 2014, l’impeachment de Jacob Zuma (Afrique du Sud) en 2016 ayant échoué. []
  2. Sur cette méthode, le meilleur analyste de Donald Trump reste Scott Adams, qui a parfaitement compris – dans les moments où il arrive à oublier à quel point il déteste Hillary Clinton – le jeu du personnage. []
  3. Trump semble avoir promu suffisamment de personnes motivées par cet objectif pour que les premiers dégâts soient déjà visibles : les données sur la sécurité animale, l’open government data, et bien sûr les données climatiques, en sont les premières victimes. Data delenda est. []
  4. Note : la fin de cette phrase a été rajoutée quelques jours après la publication de ce billet. []
  5. À l’inverse, on imagine mal les bénéfices électoraux que Trump pourrait réclamer pour avoir supprimé quelques pages des sites Internet fédéraux. Sa « stratégie » me semble, ici encore, destinée se retourner contre lui, au moins sur les moyen et long termes. []

Annals of Youtube Science 1(9) : Tragédie des temps présents

Dans ce numéro un peu spécial des Annals of Youtube Science, un document historique.

Au début de cette année, j’ai été un peu pessimiste ; mais je n’ai pas été le seul :

Depuis la fondation de cette République [états-unienne], le discours nativiste d’une partie des Conservateurs (par exemple Huntington) craignait que les Sud-Américains hispanophones ne finissent par affaiblir les normes démocratiques (« anglo-saxonnes ») à cause d’une culture historique de pronunciamentos et coup d’Etats de Généraux et caudillos. Et c’est au nom de la discrimination contre les Latinos que la démocratie américaine fait arriver au pouvoir suprême ce qui ressemble le plus à un Catilina qui ne cache même pas son admiration pour les « Hommes Forts » autoritaires et son mépris pour les valeurs démocratiques. L’histoire n’a peut-être pas de « dialectique » mais elle recèle de l’ironie.

C’est bien vu, mais n’oublions pas trop vite la cohorte de petites mains dévouées qui a oeuvré à l’ascension de ce spectaculaire et crépusculaire abruti qui préside, pour quelques temps, au destin manifeste de nos amis d’outre-Atlantique.

Voici la video du débat entre l’ancien directeur de campagne de Donald J. Trump, Corey Lewandowski, et les étudiants de l’Université d’Oxford (celle qui, à seulement deux exceptions, a fourni tous les Premiers ministres britanniques depuis la Seconde guerre mondiale) réunis par l’Oxford Union (chaîne Youtube) :

Les cris étouffés que l’on peut entendre à certains points de l’enregistrement sont ceux des étudiants qui manifestaient à l’extérieur de la salle, comme cela avait été le cas lorsque Marine Le Pen et Tommy Robinson, par exemple, avaient été invités à s’exprimer1.

En écoutant le discours, et encore plus en écoutant le match de boxe qui a suivi – un spectacle « élites versus populistes » qui n’a pas échappé aux médias partisans de tous bords –, je n’ai pu m’empêcher d’entendre, dans les arguments de Lewandowski, une sorte de version au rabais des ficelles de persuasion utilisées par Trump lui-même, le Master Persuader dont parle Scott Adams.

Le comportement des étudiants d’Oxford, qui ouvrent la discussion par une salve de critiques acerbes puis finissent par implorer, presque de grâce, la raison de leur interlocuteur (au sujet du changement climatique), donne toute la mesure de leur légitime et impuissant désarroi.

Le comportement de Lewandowski est tout aussi caractéristique : au fil des échanges avec la salle, et après une passe d’armes très tendue avec le président de séance, on le sent se retrancher dans des réponses de plus en plus instinctives, après qu’il a usé de tous les trucs et astuces du démagogue : élever la voix, en appeler aux émotions, monter des exemples en généralité, et surtout, ne jamais, jamais reconnaître la moindre erreur, faille ou incomplétude de raisonnement.

L’Histoire n’a peut-être pas de dialectique, mais à l’écoute de ce débat, j’ai eu l’impression d’entendre s’affronter les produits conventionnels de la démocratie représentative – l’une des plus anciennes, dans les murs d’une de ses plus anciennes institutions – avec leur « mouton noir », leur nemesis, en quelque sorte. Je ne sais pas s’il sortira quoi que ce soit de positif de tout ça, mais dans l’immédiat, je ne vois rien de tel à l’horizon.

Addendum, 20 juillet 2017 : plusieurs mois après avoir rédigé ce billet, j’entends parler à nouveau de Corey Lewandowski à nouveau, à l’occasion d’un « segment » de Fox News où il parle de la rencontre entre Vladimir Poutine et Donald Trump. Allez visionner la vidéo : personnellement, j’ai d’abord cru à une parodie, et le le compte Twitter de l’intéressé m’a laissé la même impression.

  1. Tommy Robinson est le fondateur de l’English Defence League (EDL). Notez bien qu’il s’agissait d’invitations séparées, pas d’une conférence des deux (Le Pen et Robinson) ensemble. Vous trouverez les détails dans The Oxford Student, et les conférences sur Youtube. Est-ce que je conseille de regarder ces conférences ? Marine Le Pen, j’en doute, car on connaît la musique, mais pour ceux qui ne connaissent pas l’EDL, je pense que la conférence de Robinson (et les questions-réponses qui suivent) est instructive pour comprendre comment fonctionne l’extrême-droite britannique. []

Séminaire RUSS : Web scraping et APIs avec R

Sur la sympathique invitation de Timothée Giraud, dont je parlais il y a peu, j’interviens après-demain au séminaire RUSS – « R à l’usage des sciences sociales » – co-organisé par l’Ined et par l’EHESS.

Le séminaire a lieu dans le bâtiment Olympes de Gouges de Paris Diderot (salle M19), de 9 heures à midi.

Comme dans d’autres séances de formation telles que celle-ci, il s’agira de voir quels outils permettent de récupérer des données depuis Internet, soit par le biais d’extractions depuis des pages HTML, soit par le biais d’APIs dédiées à la diffusion de données par moyens programmatiques.

Vous avez déjà entendu parler de ces sujets ici : ce blog parle beaucoup de scraping, un peu moins d’APIs—il me semble que la dernière dont j’ai fourni un exemple d’utilisation est celle de Thèses.fr.

Les slides de ma présentation sont disponibles sur le site du séminaire RUSS. En voici un aperçu, que je poste uniquement pour pouvoir montrer ma slide « RTFM » (vers la fin) :

Quasiment toutes les images des slides sont cliquables pour obtenir les sources.

Bonne lecture, et/ou à bientôt si vous êtes inscrit(e) au séminaire !

Addendum, 27 juillet 2017 : cette formidable liste d’APIs renvoyant des résultats au format JSON a définitivement sa place en bas de ce billet.

Le grand chelem électoral européen de 2017

Je ne l’ai pas annoncé sur le coup, mais cela ne vous aura pas échappé :

On va donc enchaîner entre les scrutins français et britanniques, et l’Italie pourrait se rajouter à la liste en cas d’élections législatives anticipées.

À l’échelle du Parlement européen de 2014, les élections en cours sont l’équivalent d’un renouvellement d’au moins 243 sièges sur 571, soit un peu plus de 4 sièges sur 10, et un peu plus d’un siège sur deux si l’Italie renouvelle aussi son parlement.

Ces fractions sont purement indicatives : le Parlement européen ne sera formellement renouvelé qu’en 2019. Néanmoins, elles donnent une bonne idée de l’ampleur des changements qui pourront éventuellement découler de ces trois élections et des autres élections générales prévues ou déjà passées cette année dans plusieurs autres États-membres de l’Union européenne :

La Hongrie (parti majoritaire : droite nationaliste-populiste) a également réélu son président, et la Slovénie, dont la présidence est primordialement symbolique, tiendra son élection présidentielle à la fin de l’année.

Autre perspective : entre l’élection présidentielle américaine de novembre 2016 et les élections législatives britanniques anticipées de juin 2017, les trois exécutifs démocratiquement élus et membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies auront été renouvelés en six mois.

Mise à jour, 14 mai : cette interview me fait réaliser que les élections législatives autrichiennes sont prévues pour cette année, et vu la situation créée par la dernière élection présidentielle, ça promet.

Dernières choses sur l’élection présidentielle 2017

Mon post-mortem électoral de la présidentielle (en anglais ; partie 1, partie 2) n’utilise pas toutes les sources que j’avais mises de côté pour le rédiger. Du coup, voici quelques vidéos et quelques observations en plus, avant que l’on rentre dans la séquence des élections législatives.

Documents de campagne électorale

Commençons par ce live de Mediapart, qui rattrape un peu le minable débat télévisé d’entre-deux-tours (appréciation qui vaut, de mon point de vue, pour ses deux participants, et pas seulement pour Marine Le Pen) :

À signaler également, le documentaire sur la « partie de campagne » diffusé immédiatement après le premier tour, qui ne contient rien de retentissant, mais qui se laisse bien regarder.

Continuons par cette conférence de la Fondation Jean-Jaurès sur la stratégie d’entre-deux-tours du Front national et de Marine Le Pen, avec Joël et les autres membres de l’Observatoire des radicalités politiques :

On retrouve, dans cette conférence, quelques arguments déjà évoqués ici : Jérôme Fourquet, par exemple, dit la même chose que moi sur « les sondages, le Brexit et Trump », un sujet où le degré de « total bullshit«  a atteint un nouveau record cette année.

En revanche, le même Jérôme Fourquet commet une erreur quand il parle du vote ouvrier, « gagné » par le Front national avec environ 60% d’intentions de vote pour Marine Le Pen. Or, le « vote ouvrier » est majoritairement… inexistant : à la louche, au moins un ouvrier « français » sur cinq dix est étranger1, et parmi les restants, l’abstention est très élevée. On ne peut donc pas, comme le fait Fourquet ici, parler du vote ouvrier comme du vote des cadres, ou des femmes, ou autre, sans sérieusement déformer la réalité2.

Une chose intéressante dans cette conférence, en prévision des législatives : Jean-Yves Camus y rappelle qu’en 1986, lorsque l’élection législative s’était déroulée à la proportionnelle intégrale, la droite avait fait face à de nombreuses défections vers le Front national. Or, à l’heure actuelle, seuls deux futurs candidats FN aux législatives viennent des rangs de la droite, ce qui semble indiquer une porosité moindre au niveau des élus ; au niveau des électeurs, c’est autre chose3.

Enfin, citons à nouveau Mediapart, qui avait composé un superbe triple-plateau de soirée électorale, dont voici la première partie, où l’on retrouve à nouveau Joël :

Et pour terminer cette section, si vous êtes plus radio que télévision, je vous conseille cette récente émission de France Culture avec Nonna Mayer, ainsi que, et même si ce n’est pas tout à fait sur l’élection présidentielle française à proprement parler, cette allocution de Pippa Norris sur le populisme et l’autoritarisme, prononcée à la dernière conférence de la Political Studies Association britannique.

Erreurs d’analyse zombies

Au sujet de tout autre chose à présent.

Comme les zombies, certaines erreurs d’analyse refusent de mourir, ou alors ressuscitent en période électorale. Pendant cette campagne, les exemples les plus flagrants ont porté sur l’abstention et la reconnaissance du vote blanc, et j’en ai cité quelques exemples dans certains de mes billets.

Avant-hier, Le Monde a également ressuscité la très classique erreur d’inférence écologique, ou ecological fallacy, déjà évoquée ici en prenant une idée d’Emmanuel Todd en exemple. Cette fois-ci, c’est l’argument d’un autre démographe, Hervé Le Bras, qui a ressuscité, avec l’idée d’une association entre vote pour le Front national et présence de population immigrées (carte ci-contre).

Les corrélations « vote FN avec x » abondent en période électorale, mais l’exemple retenu ici a une particularité : il reprend les termes d’un débat scientifique vieux de trente ans, que l’on trouve désormais dans les manuels de sociologie électorale4.

L’idée de départ est simple : quand on s’éloigne suffisamment des individus, les agrégats permettent de corréler des variables qui, au niveau individuel ou micro-territorial, sont dé-corrélées, ou même négativement corrélées. Et typiquement, dans le cas de l’hypothèse « Karim vote à gauche et son voisin vote FN », on est dans ce cas de figure : le « vote des villes » cache des différences territoriales essentielles à l’analyse5.

L’article du Monde précité n’ignore pas complètement cette variable territoriale. Sous la carte reproduite plus haut, on lit ainsi :

Le cas de Calais, grande ville qui a le plus voté pour Marine Le Pen (à plus de 57 %), est évidemment particulier ; une large partie des immigrés présents dans la ville ne sont pas « légaux » puisqu’ils ne cherchent pas à être régularisés en France mais veulent passer en Angleterre. Mais Paris est un bon contre-exemple : alors que la capitale a le plus fort taux d’immigrés dans sa population (17,7 % d’immigrés légaux recensés par l’Insee), elle a voté massivement pour le rival de Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle (à près de 90 %) et rejeté ainsi le FN.

Reste que, en ce qui concerne Paris (mais c’est tout aussi vrai de Calais), cette explication traite toute la ville comme un même ensemble : or l’immigration et le vote FN – et/ou leur absence… – ne prennent pas du tout la même forme à Passy ou à Barbès ! L’erreur de perspective étant ici d’autant plus grave qu’elle empêche ensuite d’utiliser les différentes explications territoriales (parisiennes) sur d’autres composantes territoriales comparables.

Addendum, 14 mai : ça y est, j’ai trouvé une carte encore plus rigolote que celle du vote FN versus Tchernobyl ! Et Renaud Epstein a trouvé d’autres exemples très réussis.

Revues et enquêtes à suivre

Un dernier point pour évoquer la suite.

Pour celles et ceux qui voudront lire des articles de fond dans quelques mois, au moins deux revues scientifiques vont certainement publier un ou plusieurs numéros spéciaux sur l’élection présidentielle et/ou sur les élections législatives de cette année : la Revue française de science politique, et French Politics. À suivre.

On attend aussi, pour dans quelques mois, les données de plusieurs enquêtes pré- et post-électorales : l’Insee devrait publier un nouveau volet de son enquête sur la participation électorale, le Cevipof devrait ouvrir les données de son enquête par panel, et une surprise devrait aussi venir – scoop ! – des États-Unis. À suivre également.

  1. Correction suggérée par Xavier Molénat, via Twitter. Merci ! []
  2. C’est un peu la même chose quand on entend que « tout le monde a le bac » – ce qui est archi-faux, y compris dans les jeunes générations : la proportion de bacheliers généraux dans une classe d’âge ne dépasse pas, à ma connaissance, deux individus sur trois. []
  3. Pour bien compléter le tableau du mythique « front républicain » (que l’on appelait autrefois le « cordon sanitaire »), ces observations sont à compléter de cet article de Joël dans Le Monde diplomatique et de cet article de Gérard Courtois dans Le Monde. []
  4. Mots-clés : fallace écologique, effet direct, effet de halo ; auteurs : Hervé Le Bras, Pierre Martin, Nonna Mayer, Pascal Perrineau. L’un des textes-clés est celui de Pascal Perrineau, « Front national : l’écho politique de l’anomie urbaine » (Esprit, 1988), mais il est difficile de le lire sans l’acheter. Le chapitre de manuel déjà cité contient heureusement l’essentiel. []
  5. En l’occurrence, la carte du Monde nous apprend surtout qu’il y a plus d’ouvriers à Marseille et à Lille qu’à Paris, et un « zoom » à l’échelle des arrondissements de Paris, Lyon et Marseille auraient montré de très intéressantes différences de vote en fonction du taux de logements sociaux. []

A post-mortem of the French 2017 presidential election, 2/2

Suite et fin de mon post-mortem présidentiel 2017. Spécial dédicace à Diane et Frédéric, et un grand merci à Guillaume, qui m’a fait découvrir l’histoire politique de la Finlande, ainsi qu’à Emmanuel, qui se souvient bien de ses cours de lycée.

Mise à jour : fin de billet complétée, notamment suite à l’annonce du retrait de Marion Maréchal-Le Pen, et aussi parce qu’il me manquait la partie sur Emmanuel Macron, sortie plus tard que prévu des tiroirs.

tl;dr: The French 2017 presidential election was won by the spiritual son of centre-left French politician Dominique Strauss-Kahn and centre-right politician François Bayrou, both of whom failed to to claim the presidency before him, each in different ways.1

The newborn weighted precisely two votes out of three at birth and seems healthy. His godfathers, centre-left François Hollande and centre-right Valéry Giscard d’Estaing, two former French presidents who lasted one mandate only, must also feel very proud.

Visual summary of both rounds

More seriously now, let’s summarise the full presidential election ‘horse race’ in two graphs. Just in case you forgot about the first round, the results and their trail of pre-election “voting intentions” polls looked like this:

In the second round, the results and the “second-round scenario” answers to those same polls ended up looking like that, thereby predicting a certain victory for Emmanuel Macron, even under high abstention and/or voter uncertainty:2

Second-round polling accuracy

I owe both of the graphs above to Matthieu Gallard, who was kind enough to also share (and comment) similar graphs for the second-round polls of six out of the seven last presidential elections: 1974, 1981, 1988, 1995, 2002 (no data: read why), 2007 and 2012.

As a cursory look through the entire series of graphs should make obvious, the mean absolute error of second-round polls in French presidential elections has always been rather low, even though the polls have a strange tendency to lose, rather than gain, polling accuracy in the last days before the election.3

Second-round turnout and ‘valid’ votes

The polls also correctly predicted that second-round turnout (74.5%) was going to be lower than that of the first round (77.7%), even though it is important to understand what exactly happened here:

  • 1.5 million voters (3% of the registered electorate) completely ‘evaporated’ between both rounds. As a result, the second round of the 2017 presidential election totalled only 600,000 more effective votes than that of the previous presidential election.
  • The number of blank votes in the second round reached a record count of 3 million (over 4.5 times what is was in the first round). Although much smaller, the number of null votes was also multiplied by over 3.6 and reached over 1 million ‘spoilt’ votes.4
  • Adding up lower turnout and high amounts of blank/null voting counts yields a very low count of 31.3 million ‘valid votes’ (suffrages exprimés), of which 20.7 million went to Emmanuel Macron and 10.6 million to Marine Le Pen.

The record-high amounts of ‘invalid’ votes has lots of possible consequences, and lots of possible explanations:

  • None of the governing parties were on the second-round ballot, which made it impossible for any of these parties to coordinate the formation of a second-round front républicain against the Front national.
  • Unlike many of his coalition partners, such as the French Communist Party, far-left candidate Jean-Luc Mélenchon refused to endorse Emmanuel Macron, as apparently did a non-trivial fraction of his first-round electorate.5
  • In parallel, Marine Le Pen promised to make right-wing candidate Nicolas Dupont-Aignan her Prime Minister if she won the election, but Dupont-Aignan’s decision to ally with Marine Le Pen did not necessarily reflect his voters’ preferences.

All of these explanations might be true to some extent, but even on large samples, the subgroups of voters corresponding to each working hypothesis are rather small, which makes it difficult to test anything reliably before we get more data from the forthcoming legislative elections—read on for more on that.

Consequences of Marine Le Pen’s defeat

Between the two rounds of the presidential election, the candidate of the Front national increased its raw number of voters from 7.6 to 11.4 million, beating its own historical record from two years ago:

Two years ago, in the 2015 regional elections, the Front national managed to win new voters between the two rounds of the election. The same thing happened this year, and by that standard, the second-round score of the Front national is a tremendous success for Marine Le Pen, as her party now seems able to appeal to new voters in the decisive phase of a two-round election.

In line with what we know from studying extreme-right voters, opinion polls tend to locate most of the new second-round Front national votes within the right-wing first-round vote, and then within first-round abstentions. Given the derelict state of the French right-wing, which just lost its second presidential election in a row on top of being financially in dire straits and lacking a manifest leader, one might expect that dynamic to continue.

The right-wing won less than 9.5 million votes in the first round,6 and was absent from the second round. As a consequence, and even without adjusting for turnout (which was higher in the first round), more people voted for the extreme-right Front national in this election than for the non-extreme right wing. Again, from that angle, the French extreme-right might legitimately claim that its second-round performance was a great success.

The paradox here is that all the “good news” listed above sum up to a dilemma for the Front national, which might follow two hardly reconcilable electoral strategies:

  • On the one hand, the party can continue backing Marine Le Pen’s “neither right-wing or left-wing” strategy until she gets 51% of the second-round vote on her own.
  • On the other hand, the party might feel that its immediate success with right-wing voters justifies switching to a coalition-based strategy, with the Front national trying to supplant the traditional right-wing as the main player.

The first strategy outlined above – called ni droite ni gauche in French7 – can be argued for by observing the very weak state of both governing parties, and by considering Emmanuel Macron as the ‘most desirable opponent’ for an extreme-right populist party. The legislative elections might also lend additional support for that strategy if the Front national manages to eliminate candidates of all parties in the second round.

The second strategy above – called “union des droites” in French – has many staunch supporters within the Front national, and even has some kind of an official representative in the person of Marion Maréchal-Le Pen (see update below). That segment of the party is either unconvinced that Marine Le Pen will ever win a relative majority of second-round votes,8 or bothered by some of the most liberal items of her moral agenda, or both.

In the worst case scenario for the Front national (and probably the best-case scenario for its opponents), the two competing strategies listed above have the potential to cause the party to split—which has happened before, and might well happen again.9 The results of the forthcoming legislative elections, which will be the last electoral results before 2020, could be determinant in that regard.

Update, May 10: just a few hours after I published the paragraph above, Marion Maréchal-Le Pen created a conflict within the Front national by “temporarily” (her word) resigning from politics, citing a mix of personal and political reasons for doing so.

Consequences of Emmanuel Macron’s victory

Let’s finish this post with the president-elect.

Except for his very young age, none of Emmmanuel Macron’s ‘static attributes’ are entirely new to French politics. Quite a few bankers have risen to high positions in French political history, and as hinted in my opening paragraphs and in a previous post, ambitious Centrist French politicians close to the median voter are also far from new.

There are, however, many new ‘dynamic attributes’ in Emmanuel Macron’s successful presidential candidacy (which, again, I failed to imagine as possible):

  • Emmanuel Macron’s En Marche ! movement won the presidential election autonomously, without forming any formal alliance with one or more of the existing governing parties. That’s a first, and a remarkable one.

    Until now, even Charles de Gaulle or Valéry Giscard d’Estaing had formed such alliances to win their respective presidencies. Similarly, most foreign examples of fast-winning presidents, such as Martti Ahtisaari‘s run for the Finnish presidency in 1993-1994, also relied on at least one governing party to do so.10

  • By going from zero past mandates to president without touching base between those two steps, Emmanuel Macron has also set a precedent that threatens not only the organisation of governing parties, where long political careers are a requirement for higher office, but also one of the main benefits of the Front national, which also offers short time-to-office career tracks for aspiring mandate-seekers.

    This, to me, is the most interesting dynamic set in motion by Emmanuel Macron: his election is a black-swan event within the overall and ever-increasing trend that has led to the professionalisation of French politics up to a very high degree. It will be very interesting to see if the legislative elections ‘upgrade’ this change to a system-level one, or if things will “revert to type.”

  • Last, by calling for a sweeping change in political representation, Emmanuel Macron has framed his candidacy as that of an ‘anti-system candidate for the educated.’

    The ‘system’ here stands for the existing party system and for some of its incumbent elites: even though Emmanuel Macron himself is hardly anti-elitist or a populist candidate, his campaign – as well as many others – did take advantage of the electoral disconnection between governing parties and voters.

    To some extent, the position described above also echoes that of Charles de Gaulle’s Rassemblement du Peuple Français at its onset, in the immediate aftermath of the Second World War.

    In its early days, the Gaullist movement, which – unlike En Marche ! – allowed its members to keep their existing party affiliations, also presented itself as a catch-all ‘movement’ with the ability to transcend the existing party system of the French Fourth Republic, and also went on to win large fractions of the vote in its first years of existence, although in rather different historical circumstances.11

    Similarly, and to a minor but still significant extent, there is also a parallel to be drawn between Emmanuel Macron’s current strategy and that of Pierre Poujade’s Union de défense des commerçants et artisans, which shook up the French Fourth Republic in its last years.12

    To be clear, Emmanuel Macron does not seem to carry any of the violently anti-Semitic traits of Poujade’s movement, which offered Jean-Marie Le Pen his first electoral mandate in 1956. That aspect of Poujade’s politics, along with other legacies of French fascism, rests with the Front national, with which Emmanuel Macron is programmatically at odds.

    Yet just like the Poujadist movement, En Marche ! movement – just renamed République En Marche ! a few hours ago – also presents itself as a threat against the established balance of power, with the ability to completely disrupt the status quo by removing many incumbents from the political mainstream. In that respect, Emmanuel Macron is the last piece of the strange ‘anti-system’ puzzle that has assembled over the years, and that now contains populist and proto-fascist right-wing parties, anti-capitalist left-wing alternatives, and now a pro-EU Centrist former banker.

That’s it for now. For a broader overview of the French political space in its current shape, I recommend this excellent article by Fabien Escalona (in French, subscription required). This quick recap by Verónica Hoyo and William M. Chandler (in English) also has most of the important facts sorted out.

  1. François Bayrou ran three times, in 2002 (arriving 4th), in 2007 (arriving 3rd) and in 2012 (arriving 5th), while « DSK » did not manage to run at all due to, well, you know why. []
  2. On that topic, you might have stumbled upon this New York Times op-ed, or this other column. As explained in an earlier post (in French), both texts are utterly wrong, for rather obvious reasons, and uninformed to the point of embarrassment. []
  3. Both links in this paragraph lead to Will Jennings’ Twitter account. Along with the other Twitter accounts mentioned in the first part of my post-mortem, I highly recommend following his tweets if you want to become an accomplished elections nerd. []
  4. Following an electoral reform passed in 2014, ‘blank’ and ‘null’ votes are now counted separately under French electoral law, yet blank votes still do not count as ‘valid’ votes. On top of that, anecdotal evidence shows that very few people know about the law and its effects anyway. []
  5. The irony of Jean-Luc Mélenchon, a former Troskyist, refusing to rally against an extreme-right candidate, was not lost on anyone. []
  6. 8.9 million votes if one counts only François Fillon and Nicolas Dupont-Aignan; 9.3 million if one also counts minor candidates François Asselineau and Jacques Cheminade. []
  7. See also Zeev Sternhell’s book on French fascism, who uses the expression in its title. The book was controversial among historians when it came out, but seems to have won the argument over the years. []
  8. After all, so far, Marine Le Pen has never won over more than one registered voter out of four, and her second-round performance, which would have won only 45 legislative constituencies out of 577, indicates that she even lost some voters in large urban areas between both rounds. On top of that, the 2015 regional elections attest that governing parties can deny the Front national any second-round success. []
  9. One reason for that is the sentiment that the Front national is coming close to reaching its ‘maximum electoral potential:’ its vote has stayed geographically stable for two decades or so, and has not increased much among either pensioners or educated voters. []
  10. I owe this analogy to my dear friend Guillaume. I know close to nothing about Finnish politics myself. []
  11. I owe this analogy to my dear friend Emmanuel. My point about En Marche ! asking its members to drop their previous party affiliations is based on an article published in the Canard enchaîné on April 26, 2017, which indicates that En Marche ! will not endorse candidates from other political parties in the forthcoming legislative elections. More will be known very, very soon. []
  12. On the Poujade movement, see this book by Romain Souillac, which is well covered in this radio show, as well as this other radio show. []