Persée.fr libère ses données !

Il y a bientôt deux ans, j’avais écrit un peu de code pour récupérer des informations sur le sous-espace éditorial constitué par les articles publiés dans les revues du portail de revues scientifiques Cairn.info.

À l’époque, j’avais aussi commencé à écrire le code pour faire la même chose avec Persée.fr, mais n’avais pas persévéré : le code HTML des pages était beaucoup plus lourd à manier que celui de Cairn.info, et les possibilités de chaînage entre les deux plateformes trop limitées.

Ces barrières techniques viennent de tomber : Persée a récemment lancé son portail « open data » (qui s’appelle, ne me demandez pas pourquoi, un « triple store« ), où l’on peut désormais récupérer toutes les métadonnées des articles publiés sur la plateforme dans un joli format RDF !

Les équipes de Persée.fr ont vraiment bien fait les choses : le portail peut être interrogé en SPARQL, et les identifiants des individus (auteurs, éditeurs, etc.) sont alignés sur le référentiel IdRef que l’on retrouve sur SUDOC et sur Thèses.fr (voir ce billet).

À l’heure où j’écris ce billet, je n’ai fait que lire la documentation du portail, qui explique très bien les choix (judicieux) de l’équipe à l’initiative de son lancement. Plus de nouvelles quand j’aurai un peu joué avec les données.

Annals of Youtube Science 1(3) : Sur le Moyen-Orient

J’avais cité, dans mes voeux de bonne année, Henri Laurens, qui donne actuellement cours au Collège de France. Je n’ai pas le temps d’aller écouter son cours de 2014-2015 sur la question palestinienne ou de lire les ouvrages correspondants, mais j’ai pris le temps d’écouter son audition parlementaire (par la commission des affaires étrangères du Sénat) en janvier 2016 :

La leçon d’histoire que constitue la première partie de l’audition passe en revue les origines du djihad international, le Printemps arabe, et enfin la catastrophe syrienne, qui constitue une sorte de trou noir géopolitique où se sont engouffrés tous les acteurs internationaux, sans savoir quand ils en ressortiront.

Dans mes voeux de bonne année, j’avais discrètement cité un article d’Edward N. Luttwak, personnage étonnant et à lire même pour atteindre des conclusions complètement opposées aux siennes. Pour comprendre ce que j’entends par là, il suffit de lire son article « The Middle of Nowhere« , où Luttwak recommande, en gros, de laisser le Moyen-Orient se démerder avec ses contradictions et ses conflits. Or, comme le dit Henri Laurens, l’expression même de « Moyen-Orient » exprime l’ingérence permanente de l’Occident dans cette région du monde.

En janvier 2016, l’Assemblée nationale menait également ses propres auditions parlementaires sur les moyens à allouer à la lutte contre le terrorisme. Parmi ces nombreuses auditions, je conseille, à nouveau, d’écouter celle de François Burgat.

Si vous préférez écouter Henri Laurens en mode « exposé magistral », je recommande sa conférence à l’IEA Paris en mai 2016, sur la façon dont les historiens traitent de la violence du 20ème siècle. Au tout début de son exposé, Laurens donne un autre titre à son exposé : « Le temps dévoile-t-il la vérité ? ».

Zilsel en revue, sur Cairn

Ce blog s’est souvent fait le relais des canulars publiés sur le Carnet Zilsel, soit pour parler de la forme-canular, soit pour parler de la topologie éditoriale des sciences humaines et sociales, et de la sociologie en particulier, ce qui m’avait amené à rédiger une série de billets sur la plateforme éditoriale Cairn.info.

Dans un superbe mouvement de mise en abyme, le Carnet Zilsel est récemment devenu une revue, que l’on peut désormais trouver… sur Cairn, la plateforme qui diffuse aussi l’une des revues ciblées par le canular de l’Autolib d’Arnaud (Saint-Martin) et Manuel (Quinon), que j’ai rencontrés quelques mois après.

Comme le laisse transparaître le sommaire du n°1, la revue est, fondamentalement, une revue de sociologie des sciences. Il faut rajouter à cela, et l’on verra si la tendance persiste au fil des numéros, que la revue est aussi un espace de critique féroce1. Reste qu’après la publication de comptes-rendus tels que celui-ci ou celui-là, on pouvait entendre certains egos se flétrir aux fenêtres de certains bureaux.

Je fais partie du comité de rédaction de la revue, de même que tout un tas de gens que je connais parfois de nom, parfois de vue, mais rarement plus. L’ambiance des séances de travail sur le « numéro 1 » était sympa :

L’éditorial du numéro, qui explique notamment l’origine de son nom, est en ligne, et le n°1 fait 418 pages. Heureusement, la revue ne sortira que deux fois par an, ce qui me laissera peut-être la chance de terminer chaque numéro avant la sortie du suivant.

  1. Féroce, mais pas méchant : les accusations méprisantes de « négationnisme » ne sont évidemment pas à l’ordre du jour. Pas méchant, et même plutôt drôle : la forme-canular a notamment cette vertu. []

Quoi de neuf du côté de la mise sur agenda ?

Billet exhumé des brouillons de 2016 ; du coup, les références bibliographiques sont de l’an dernier. Je le publie ici sans l’avoir vraiment terminé ou mis à jour, mais je n’ai rien aperçu de notable dans les revues depuis les textes cités plus bas.


Les modèles de la mise sur l’agenda gouvernemental font partie de ces cadres analytiques souples dont on a besoin en « quali » comme en « quanti », et encore plus en « quali » ou « quanti » comparatifs.

Pour celles et ceux qui se demandent de quoi la mise sur l’agenda est faite d’un point de vue scientifique, allez voir cet article et ce chapitre d’ouvrage, tous deux de Patrick Hassenteufel, ou bien ce cas d’étude par Bastien Irondelle1. Notez au passage que la notion d’agenda se retrouve dans trois des dictionnaires des Presses de Sciences Po – , et –, et que la modélisation par « mise sur agenda » ne se limite pas au gouvernement : en voici un exemple.

Du côté quanti

En ce qui concerne les approches quantitatives de la mise sur l’agenda, on dispose régulièrement de travaux de synthèse, car les résultats sont très cumulatifs. En voici le dernier épisode, écrit par l’un des auteurs du bouquin qui fait office de traité fondateur pour ces approches :

agenda-setting-baumgartner

agenda-setting-gpw La table des matières du bouquin résumé par Frank Baumgartner montre par ailleurs très bien le côté cumulatif de ces recherches, qui tournent toutes sur une recette méthodologique suffisamment simple pour être utilisée à grande échelle—collecter et coder des données, les envoyer dans des modélisations de séries temporelles avec les ajustements nécessaires en fonction de leur distribution initiale, et comparer, de manière plus ou moins profonde, les résultats d’un pays à l’autre.

La recette a énormément de qualités, n’est évidemment pas exempte de défauts, qui sont loin de lui être propres—le nationalisme méthodologique, par exemple.

Du côté quali

Qu’en est-il, à présent, du côté « quali » ? On dispose de beaucoup de synthèses, mais qui me semblent beaucoup moins cumulatives, et c’est dommage, bien que prévisible : il est plus difficile de comparer la mise à l’agenda des réformes de l’armement parce que ces réformes sont plus difficilement comparables les unes aux autres, et problème lié, parce qu’il est plus difficile de savoir de quoi elles sont faites.

Voici, toutefois, un texte qui me semble faire exception, en « cumulant » au moyen d’une comparaison intersectorielle :

agenda-setting-boswell-rodrigues

Enfin, plaisante surprise, en cherchant les dernières publications de Nikoalos Zahariadis, qui a beaucoup, beaucoup publié sur la modélisation « quali » de l’agenda-setting dans la lignée du modèle par « flux multiples » de John Kingdon, je suis tombé sur ce handbook qui établit un joli état de l’art, à la fois « quali » et « quanti », de la question :

agenda-setting-nz

  1. Il y a des dizaines d’exemples d’excellentes études de cas utilisant les modèles de la mise sur agenda, mais j’ai tellement aimé ce que j’ai commencé à lire du bouquin de Bastien Irondelle (malheureusement décédé très jeune) que je profite de ce billet pour en faire la publicité. []

Vérité pour Giulio Regeni

J’ai évoqué, l’an dernier, l’assassinat de Giulio Regeni, un doctorant en science politique assassiné au Caire par des agresseurs désormais suspectés d’être membres des services secrets égyptiens. Regeni travaillait sur les syndicats égyptiens, qui font partie des rares contre-pouvoirs que la dictature égyptienne ait jamais eu à affronter.

Les circonstances exactes de l’assassinat de Regeni ne sont toujours pas connues.

Voici un appel à signer pour continuer de faire pression sur l’État égyptien :

Vérité pour Giulio Regeni

Le 3 février 2016, dans un fossé de la banlieue du Caire aux alentours d’une base des services militaires égyptiens, a été découvert le corps du doctorant italien Giulio Regeni, disparu le 25 janvier 2016 au Caire. Giulio, 28 ans, se trouvait en Égypte pour mener son terrain de recherche sur le syndicalisme indépendant dans le cadre de sa recherche doctorale à l’Université de Cambridge.

Lors de l’identification et des autopsies réalisées sur le corps de Giulio, nombreux signes de torture ont été relevés. L’ONG Amnesty International a déclaré avoir reconnu dans le cas de Giulio Regeni les mêmes modalités de disparition forcée et torture dont sont victimes un grand nombre des citoyens égyptiens. Par des examens successifs effectués par les autorités italiennes, on apprend que Giulio a été torturé pendant au moins 7 jours.

Pourtant, à une année de distance, les circonstances de sa disparition et de sa mort restent occultées.

Lire la suite, et signer en bas

To Giulio Regeni’s family: please accept my deepest condolences for your loss. If you are uncomfortable with my use of Giulio’s picture in the slides that I have posted on this blog, please let me know by email and I will remove them as soon as I get your message. Siamo con voi.

Hans Rosling ne fera plus de vidéos

Quand on aime les statistiques et la santé publique, on aime les vidéos d’Hans Rosling, qui vient de mourir d’un cancer du pancréas.

J’ai passé (des extraits de) cette vidéo dans de très nombreux cours. C’est d’ailleurs le seul « TED Talk » que j’ai regardé en entier.

Hans Rosling animait le site Gapminder, qu’il a créé avec son fils (si je me souviens bien), et dont j’ai réutilisé plein de cartes et de graphiques.

Toute la communauté de la « dataviz », dont il était devenu l’une de figures de proue pour son talent et son optimisme de vulgarisateur des statistiques du développement, est en deuil depuis hier. La communauté de « l’open data » est aussi en deuil, Rosling ayant beaucoup oeuvré pour la « libération » des données produites par les Nations Unies et par d’autres institutions.

Complément : cet article de la BBC, avec qui Hans Rosling avait travaillé sur le documentaire « The Joy of Stats« , contient quelques information supplémentaires.

Annals of Youtube Science 1(2) Suppl 1 : Il faut défendre la société civile américaine

La plupart des billets publiés sur ce blog le sont avec plusieurs semaines d’avance : le précédent, qui parle de la « transition Trump » aux États-Unis, ne fait pas exception, et évoque donc la période révolue de son arrivée au pouvoir.

De ce fait, je n’y ai pas évoqué les derniers événements, et en particulier deux des événements contestataires qui ont marqué l’actualité politique américaine dernières semaines — « marches pour les femmes » juste après l’inauguration de Trump, et manifestations dans les aéroports contre le refugee ban.

Dans les deux cas, ces événements donnent un très bon aperçu de ce que l’on enseigne, en sociologie politique, sous le nom de « participation politique non conventionnelle » : des acteurs sociaux, plus ou moins organisés en amont, se mobilisent en dehors des dispositifs politiques que sont les partis, les élections et le vote, pour faire connaître leur (absence de) soutien aux pouvoirs publics par d’autres moyens, autorisés ou non par ces mêmes pouvoirs.

Toutes les dimensions de ces événements sont intéressantes à analyser : le degré d’organisation préalable des groupes mobilisés (les mouvements féministes, les groupes de soutien aux réfugiés), la couverture médiatique des mouvements, la stratégie de moyen terme de l’exécutif…

La conférence ci-dessous s’inscrit dans ce contexte. Il s’agit d’une table ronde organisée par la NYU School of Law (chaîne Youtube), et qui montre comment la communauté universitaire est en train de s’organiser pour disséquer, mais aussi surtout pour lutter contre, les mesures de l’administration Trump :

Encore une fois, toutes les dimensions de l’événement sont intéressantes à prendre en compte : les personnes qui s’expriment ici – les juristes d’une université « libérale » de la côte Est – étaient préalablement organisées, dotées de capitaux très importants liés à leur activité professionnelle – très fort niveau de politisation, connaissances pointues en droit, salaires et budgets universitaires, très hauts niveaux de capital social, etc. –, auxquels se superposent la spontanéité et les forces supplémentaires de l’indignation, et leurs actions sont susceptibles d’avoir des conséquences de court, moyen et long termes.

Je n’ai pas le temps de rendre compte, dans le détail, de toutes les idées qui me viennent à l’esprit en suivant, par le biais des médias américains, les événements en cours—limogeage forcé de l’Acting Attorney General Sally Yates, résistance des tribunaux aux mesures de déportation, et ainsi de suite. Tout juste ai-je le temps d’attirer l’attention sur l’importance de l’arme du droit dans ce qui est en train de se jouer aux États-Unis.

À ce sujet, voici deux conférences données au Canada en 2014 par Liora Israël. La première, intitulée « Mobiliser le droit. Une approche sociologique« , est malheureusement un peu difficile à écouter, mais elle est très éclairante, de même que la seconde, intitulée « Résister par le droit: une approche sociologique« .

Dans une autre vie, je m’étais intéressé à la mobilisation des juristes américains contre les mesures de renforcement du droit d’auteur sur Internet, dont le représentant le plus connu est Lawrence Lessig. Je vois beaucoup de parallèles entre ce combat et ce qui se joue actuellement, mais n’ai malheureusement pas le temps de rentrer dans son détail.

Je laisse toutes ces pistes d’analyse en plan ici, en complément, donc, de mon billet précédent, en espérant que tous ces événements se retrouveront chroniqués sous la forme d’analyses plus complètes sur des blogs comme Lawfare, qui est très réactif, ou Mobilizing Ideas, qui est plus « slow science« .

Annals of Youtube Science 1(2) : From Obama to Trump

De l’avalanche de conférences organisées autour de l’élection présidentielle américaine et du phénomène Trump, je retiens celle-ci, qui se concentre sur la phase de transition entre deux équipes présidentielles :

La conférence, disponible sur la chaîne Youtube du Watson Institute for International and Public Affairs, fait intervenir deux personnes qui ont connu les transitions présidentielles de l’intérieur (spécifiquement, celle de Bush Senior vers Clinton/Gore).

Ce qu’ils ont à dire de la transition « Omaba vers Trump » est, à dessein, édifiant, Trump ayant déjà violé un nombre hallucinant des règles mises en place pour assurer que les périodes de transition entre deux « administrations » fédérales ne créent pas de vulnérabilité dans l’appareil d’État américain.

Vu l’absence totale d’ethos du service public chez Trump, et vu le primat de la compétence bureaucratique qui s’exprime très clairement chez les deux conférenciers, leur bilan extrêmement négatif de Trump comme « président-élu » est peu étonnant. Le détail de leur bilan est intéressant.

Sur un sujet proche, voir « President Trump’s First Term« , un excellent texte publié en septembre 2016 par le New Yorker, dans lequel l’auteur faisait le point sur la marge de manoeuvre du pouvoir présidentiel aux États-Unis.

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

La situation est navrante au plus haut point, et je ne pense pas que je vais réussir à chroniquer Trump ce semestre, mais d’autres s’en chargent très bien.

À écouter également

L’unes des choses que je trouve compliquée à comprendre au sujet de l’opinion publique américaine est sa réception des accords commerciaux internationaux. Trump en a fait un chapitre important de sa proto-politique économique, et si ses annonces sur le sujet (NAFTA, TPP) sont amenées à être suivies d’effets, on peut supposer que ce sera au début de son mandat qu’il devra expliquer de quoi il en retournera vraiment.

Sur les accords commerciaux internationaux, je recommande la conférence « Votes, Vetoes & International Trade Agreements« , donnée par Helen Milner à Princeton en 2013 :

La conférence reprend le contenu de son livre sur le sujet.

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/01

La suite de ce billet. Je présenterai une première version des « règles de publication » de cette série de billets lors de la prochaine édition, prévue pour fin février.

  1. Sara Kendzior : « An Unaired Interview on Trump, Authoritarianism and Kleptocracy » :

    Trump is openly building a kleptocracy backed by billionaires and white supremacists, and several Trump fans, including a few in Missouri, have written to me in alarm, saying this is not what they signed on for. A lot of folks just wanted good jobs to come back, and to stop feeling let down by the government and other officials. It’s pretty clear looking at Trump’s policies that this is not what is going to happen.

    Et ce n’est que le début.

  2. Mariel Roberts : le morceau « Formations » de son album Nonextraneous Sounds (2012) n’est malheureusement pas disponible en vidéo ; en voici néanmoins un bref extrait, et il est écoutable sur Spotify.

    Ci-dessous, un lot de consolation, tiré de l’invraisemblable album No One to Know One (2011) du percussionniste Andy Akiho :

  3. Jane Mayer, dont l’ouvrage Dark Money: The Hidden History of the Billionaires Behind the Rise of the Radical Right documente un aspect essentiel de la vie politique américaine actuelle.

    Voir aussi son article « Covert Operations » pour le New Yorker en 2010, et cet article pour les représailles qui ont accompagné sa parution.

  4. Julia Belluz : « We visited one of America’s sickest counties. We’re afraid it’s about to get worse« . Sur un endroit paumé en Louisiane.

  5. Mimi Onuoha, « On Missing Data Sets » :

    « Missing data sets » are my term for the blank spots that exist in spaces that are otherwise data-saturated. My interest in them stems from the observation that within many spaces where large amounts of data are collected, there are often empty spaces where no data live. Unsurprisingly, this lack of data typically correlates with issues affecting those who are most vulnerable in that context.

  6. Jennifer (Jenny) Bryan, « Data Rectangling » (via).

  7. Andrea Parker, « After Dark » (1995) :

  8. Lorena A. Barba, « Barba-Group Reproducibility Syllabus » (via). Sur le même sujet, voir aussi les publications de Victoria Stodden.

  9. Mary Beard, SPQR: A History of Ancient Rome (on peut en lire beaucoup de bien un peu partout, et les quelques passages que j’ai lus étaient tous excellents).

  10. Alice Coltrane et Pharoah Sanders, « Journey In Satchidananda » (1971) :

Mention spéciale : Cathy O’Neil, dont je n’ai toujours pas lu le bouquin, Weapons of Math Destruction, mais dont tout le monde dit grand bien—voir, par exemple, la recension d’Arthur Charpentier.

Mon exemple favori d’erreur écologique

Ce billet traînait depuis plus d’un an et demi dans les brouillons du blog : le texte date de mai 2015. Je le publie sans retouches, mais vous aurez bien noté que le « peu de temps » dont je parle au début renvoie à cette période, c’est-à-dire aux premiers mois ayant suivi l’attentat contre Charlie-Hebdo.

Il y a peu de temps, Nonna Mayer et Vincent Tiberj ont pris le temps de fournir quelques résultats sérieux sur la sociologie des participants à la « marche républicaine » qui a suivi les attentats de janvier. Leur tribune répond au dernier ouvrage d’Emmanuel Todd, qui s’est basé sur différentes corrélations géographiques pour affirmer que les participants de la « marche » étaient… autant le laisser s’expliquer :

À la suite des travaux de Durkheim sur le suicide, ou de ceux de Max Weber, mon but, c’est de faire comprendre aux gens les valeurs profondes qui les font agir et qui ne sont généralement pas celles qu’ils imaginent. Quand on observe la carte des manifestations, la première chose qui frappe, c’est ce que l’Insee appelle avec élégance la prédominance des « cadres et professions intellectuelles supérieures ». C’est elle qui permet de comprendre l’importance qu’elles ont prise à Paris, Toulouse, Grenoble, etc.

Cette « chose qui frappe » s’enseigne d’ailleurs depuis des décennies en première année de sciences sociales : la participation politique (conventionnelle, comme le vote, ou pas, comme la manifestation) est inégalement distribuée en fonction, notamment, du plus haut niveau de diplôme obtenu. Mais c’est la suite du raisonnement qui contient le ressort argumentaire principal de Todd. Accrochez-vous :

L’autre variable qui, pour moi, d’une certaine manière, est encore plus importante encore, c’est la surmobilisation des vieilles terres issues du catholicisme. Là, il faut que je rappelle ma théorie des deux France, un modèle avec lequel je fonctionne depuis longtemps déjà. D’un côté nous avons la vieille France laïque et républicaine – le Bassin parisien, la façade méditerranéenne, etc. –, la France qui a fait la Révolution en somme. De l’autre, il y a la France périphérique : l’Ouest, une partie du Massif central, la région Rhône-Alpes, la Lorraine, la Franche-Comté. Ce sont les régions qui ont résisté à la Révolution et dans lesquelles l’imprégnation catholique est restée très forte jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. […]

Eh bien, ce qui a inspiré ma méfiance immédiate, c’est que le 11 janvier, la mobilisation a été du simple au double entre la France de tradition athée et révolutionnaire et cette France périphérique, historiquement antirépublicaine. Ce sont les régions les moins républicaines par le passé qui ont le plus manifesté pour la laïcité, avouez qu’il y a là quelque chose d’étrange. En somme, les bastions ex-catholiques sont les endroits où on a le plus milité pour le droit au blasphème. Si on compare Marseille et Lyon, on voit même que l’intensité des manifestations est du simple au double. Qu’on ne vienne pas me dire dans ces conditions qu’il s’agit de la même laïcité que celle d’hier !1

Nonna Mayer et Vincent Tiberj rappellent ce qui doit inspirer une « méfiance immédiate » dans ce type de raisonnement, en faisant référence à William S. Robinson et à l’inférence écologique, que j’adore illustrer (pour enseigner le paradoxe de Simpson) avec cette slide, qui est d’ailleurs précédée d’un rappel de l’exemple historique de Robinson, qui concernait l’illettrisme2 :

ei

La propension à la mobilisation au niveau régional

Bon, soyons charitable avec Todd. Supposons qu’il ait raison, et qu’une fois le niveau de diplôme pris en compte, la propension à se mobiliser « pour la laïcité » et « pour le droit au blasphème » le 11 janvier soit différente d’une région à l’autre, en rapport à l’héritage catholique régional. Après tout, la réponse que lui font Nonna Mayer et Vincent Tiberj ne dit rien de la géographie des participants.

En revanche, pour que cette différence soit autre chose qu’un artefact, il faut qu’à niveau de diplôme égal et en dehors du contexte du 11 janvier, les habitants des différentes régions françaises aient la même propension à la mobilisation, sinon le lien avec la laïcité se retrouve pris dans un ensemble d’explications possibles au différentiel de mobilisation qu’observe Todd, sans distinction possible sinon de manière subjective.

On va donc prendre les données de l’European Social Survey (ESS) et regarder ça de plus près pour les années 2010 et 2012 (les années précédentes n’utilisent pas les mêmes regroupements géographiques, ce qui rendrait l’analyse plus longue qu’une pause-café). L’une des questions posées dans l’ESS (variable pbldmn) devrait faire l’affaire :

Il existe différents moyens pour essayer d’améliorer les choses en France ou pour empêcher que les choses n’aillent mal. Au cours des 12 derniers mois, avez‐vous fait l’une des choses suivantes ? … Avez‐vous pris part à une manifestation autorisée ?

On va vérifier, en langage Todd où les régions parlent d’elles-mêmes, que les différentes régions françaises répondent « oui » dans la même proportion à cette question. Voici la carte des « réponses régionales », en pourcentage des enquêtés et en tenant compte du schéma de pondération qui fait toute la qualité de l’enquête :

ess_pbldmn_1000_500

Comme on pouvait s’y attendre, la propension à manifester varie dans l’espace et dans le temps, selon des régularités qui ne s’observent pas au niveau régional : les cartes ne montrent pas les erreurs standard, qui sont conséquentes (certaines régions ne sont « représentées » que par quelques dizaines d’enquêtés), et ne disent rien du profil socio-démographique des résidents, qui varie (aléatoirement) d’une vague de l’enquête à l’autre.

On pourrait s’amuser à aller plus loin, mais pour quoi faire ? Les données ESS ne révèlent qu’une seule chose de manière stable, qui correspond à ce qu’expliquent Nonna Mayer et Vincent Tiberj à partir de données différentes : la propension à la mobilisation est nettement plus faible à droite, et plus nettement forte chez les diplômés (je ne montre pas les coefficients, mais vous pouvez faire tourner le modèle chez vous).

Pour détecter un effet géographique du style de ce que décrit Todd, il n’y a que deux manières de s’y prendre. La première consiste à réunir des données aussi granulaires que possible, de les faire passer dans un modèle multi-niveaux, et d’en tirer des conclusions prudentes sur tel ou tel prédicteur. La seconde consiste à avoir une théorie et beaucoup, beaucoup d’assurance.

  1. La dernière phrase est sublime, n’est-ce pas ? C’est extrait d’un entretien au Nouvel Obs du 30 avril 2015. Le journaliste lui sert d’ailleurs complètement la soupe. Je n’ose pas citer le site Internet sur lequel j’ai récupéré l’extrait. []
  2. Les états américains où l’illettrisme était le plus fort était ceux où il y avait le moins d’immigrés, alors que le fait d’être né à l’étranger est un prédicteur individuel de l’illettrisme. Le paradoxe du vote des riches et des pauvres aux États-Unis est un autre exemple. []