Une nouvelle cartographie de la science politique française

Un très bref billet, car tout est dans le titre.

Ça se passe sur le site de Sciences Po, et c’est une réalisation d’équipe :

L’annuaire de centres de recherches en science politique affiche 61 résultats au total, c’est-à-dire exactement autant que l’annuaire constitué en 2010 par l’ANCMSP, qui avait aussi listé les écoles doctorales en science politique.

Les deux annuaires ont leurs défauts1, mais il faut bien comprendre une chose : ce type de cartographie est très difficile à réaliser et encore plus difficile à maintenir à jour, car les administrations centrales (ministères compétents et, pour les sciences sociales, le CNRS) tiennent des annuaires très approximatifs des unités de recherche. Ayant participé aux annuaires ANCMSP en 2010, j’espère que ça s’est amélioré depuis, mais j’en doute.

  1. L’annuaire ANCMSP n’est plus à jour, et celui de Sciences Po ne décompte que les titulaires… et que les centres publics, ce qui fait que le mien n’y est pas. []

Les législatives britanniques 2017 en quelques mots

Quelques mots sur les législatives d’outre-Manche. Pour ce qui concerne les élections législatives françaises de 2017, qui commencent aujourd’hui, j’ai prévu de publier un billet le 13 juin et un autre le 21 juin.

L’élection générale britannique avait lieu jeudi dernier, et l’on pouvait suivre l’événement en direct depuis la London School of Economics (sauf mention contraire, les images de ce billet proviennent du stream) :

Le live valait son pesant de cacahuètes, avec beaucoup d’intervenants, et beaucoup d’humour, principalement au détriment de la campagne désastreuse de Theresa May (je vais y revenir). Les réactions de la salle étaient également amusantes. Extraits de mes notes au moment de l’annonce du premier exit poll :

[ BBC speaker: ] « …My giant touchscreen is being loaded with data… »
[ room bursts into laughter ]

[ BBC speaker: ] « Tories lead the vote… »
[ room softly saddens ]
[ BBC speaker: ] « …but are short of a majority. »
[ room literally explodes with joy ]

Un peu de contexte

La séquence électorale britannique de ces dernières années est impressionnante : referendum sur l’indépendance de l’Écosse en 2014, élection générale en 2015, referendum sur le « Brexit » en 2016, et élection générale cette année. Les marchés financiers, qui ont décroché depuis le « Brexit », risquent de ne pas bien accueillir non plus le résultat complexe (voir plus bas) de la semaine dernière, car ce résultat n’élimine pas la possibilité d’une autre élection générale avant 2022…

May avait promis de ne pas déclencher d’élection générale anticipée, puis finalement l’a fait, avec une avance de 20 points dans les sondages, qu’elle s’est appliquée à perdre au terme d’une période pré-électorale désastreuse pour son parti : May ne s’est pas présentée au débat télévisé, a remis le débat sur le fox hunting sur la table alors que la majorité des Britanniques n’en veut pas, et surtout, a dû défendre un programme qui ne prévoit aucune augmentation des salaires dans le secteur public et plusieurs régressions en matière de protection sociale, dont la désormais bien connue dementia tax.

Le Labour de Jeremy Corbyn a mené une campagne diamétralement inverse d’un point de vue stratégique : Corbyn s’est exposé au risque d’organiser des rassemblements de masse, a présenté un manifesto anti-austérité mais formulé dans des termes sociaux-démocrates raisonnables, et semble enfin avoir réussi à mettre une sourdine sur les accusations d’antisémitisme qui ont miné l’image de son parti l’an dernier.

La combinaison des deux campagnes semble pouvoir expliquer le revirement électoral spectaculaire mesuré par les sondages d’opinion entre l’annonce de l’élection et le vote – ce qui n’arrange pas nos affaires : il y a toute une littérature – à découvrir en partant de cet article – pour défendre l’idée que « les campagnes [électorales] ne comptent pas », ou peu, y compris au Royaume-Uni. À première vue, c’est exactement l’inverse qui s’est produit ici. Sincèrement, more research is needed!

Les résultats

Les résultats sont compliqués : les Conservateurs se retrouvent à nouveau en situation de devoir composer une coalition parlementaire – avec les unionistes irlandais ! – pour rester majoritaires à la Chambre des Communes1 ; le Scottish National Party perd sa dynamique électorale positive et régresse de 21 sièges ; et le Labour fait un très bon score de parti d’opposition, mais reste très loin d’être en mesure de revenir au gouvernement2.

Dans ce graphique de Martin Baxter, qui résume très bien à la fois la configuration électorale et les estimations des instituts de sondage, le score effectif de l’élection générale se situe dans la zone nord-ouest du cercle « low-pollsters« , à la frontière entre les zones « Con[servative] minority » et « Con[servative] majority » :

La diagonale située dans le cadran nord-est du graphique est importante, car elle trace la zone de « pure two-party vote« , où tous les partis hors « Tories » et Labour obtiennent 5% ou moins des suffrages. En 2010, mais surtout en 2015, Patrick Dunleavy (et d’autres) avaient annoncé la mort des lois de Duverger au Royaume-Uni ; les résultats de cette année confortent cette idée, vu que la coalition au pouvoir sera, à nouveau, et malgré le mode de scrutin, multi-partite3.

Ultime satisfaction

En traînant un peu sur Twitter pour y lire les excellentes notes de Martin Goodwin ou de Kiko Llaneras, je suis tombé sur la non moins excellente synthèse de Mathieu Gallard, et en particulier sur ce graphique, où l’on aperçoit, miracle, enfin, des intervalles de confiance (à ±4 points) dans une prévision électorale !

Il semble que les vives critiques adressées aux instituts de sondage britanniques suite à leur plantage complet de 2015 aient servi à quelque chose. C’est un stéréotype culturel que je tiens de mon séjour en Écosse : dans bien des domaines, les Britanniques sont meilleurs que « nous » lorsqu’il s’agit de publiquement reconnaître leurs failles pour tenter de les corriger.

Addendum #1 : pour le détail des résultats, je conseille cet autre fil Twitter de Mathieu Gallard, très en forme, et qui va certainement aussi faire du super boulot ce soir.

Addendum #2 : cette excellente analyse de Fabien Escalona se concentre sur le succès électoral du Labour de Corbyn. Fabien semble minorer certains des éléments internes au parti qui ont limité son audience électorale depuis 2015 : je pense tout particulièrement à la gestion par Corbyn des accusations d’antisémitisme. Mais hormis sur ce point, je souscris pleinement à son diagnostic, que j’aurais été bien incapable de formuler de manière aussi précise et aussi juste.

Addendum #3 : et un dernier lien vers ce billet de blog sur le two-party system, qui se porte plutôt bien en 2017 (au moins par rapport à 2015). Et cet autre billet vaut aussi le détour. Ah, et aussi ce billet, sur la prédiction réussie du modèle YouGov MRP.

  1. Comme le rappelle Henry Farrell dans le lien fourni au sujet du DUP, ce n’est pas la première fois que les conservateurs (anglais) font alliance avec les unionistes, et cela ne présage rien de bon pour l’application du « Brexit » en Irlande du Nord. []
  2. On peut spéculer sur la perspective de voir le maire de Londres, Sadiq Khan, dont l’image publique est excellente, se présenter pour le parti (néo-)travailliste dans les années qui viennent. []
  3. Certaines analyses parlent d’un retour au bipartisme en Angleterre – et d’un retour au quadripartisme en Écosse –, mais c’est un bipartisme perturbé : certes, les Liberal Democrats ne redeviennent pas un troisième « parti effectif » et les deux principaux partis passent au-dessus des 80% des suffrages, mais la répartition des sièges est suffisamment partagée entre eux pour n’en consacrer aucun sans l’aide de partis d’appui (même le Labour cherche des alliés dans l’opposition). []

Annals of Youtube Science 1(10) : Daech et terrorisme-suicide

Le tout premier volume des Annals of Youtube Science évoquait les recherches de Hertog et Gambetta, et aussi les recherches sur la mesure du terrorisme, et du terrorisme islamique en particulier.

À nouveau, voici un volume sur le terrorisme, vu d’une position un peu étrange : celle de Robert A. Pape, qu’il est difficile de présenter en peu de mots. Au risque de caricaturer, disons qu’il s’agit d’un spécialiste des relations internationales venant de l’école réaliste, et dont les recherches se concentrent, depuis un peu plus de quinze ans, sur les aspects stratégiques du terrorisme-suicide (et pas du terrorisme en général).

Si vous suivez ce blog depuis longtemps, vous avez déjà entendu parler de Robert A. Pape ici et . Je surveille périodiquement ses travaux parce qu’il y a toujours beaucoup, beaucoup de données derrière, ce qui permet de se rappeler des choses telles que cette chronologie des attentats-suicide en Irak, le tout premier datant que quelques mois avant l’invasion états-unienne de 2003 :

pape-1

Voici la conférence de Pape à l’Université d’Emory (chaîne Youtube), intitulée « The Strategic Logic of the Islamic State of Iraq and Syria« , dont provient la slide ci-dessus, et dans laquelle Pape évoque le terrorisme-suicide en général, avant de se concentrer sur le cas de « l’État islamique »1 :

Vu le sujet, la conférence date un peu (mars 2015), mais cette autre conférence, plus récente, à l’American Islamic College de Chicago (chaîne Youtube), montre que la conférence d’Emory contient l’essentiel de l’argument :

Que dit Robert Pape, après avoir passé des années à alimenter une très bonne base de données sur le terrorisme-suicide ?

  1. Que le terrorisme-suicide est un expédient qui crée, à faible coût, un ratio de victimes similaire à celui de l’emploi d’une section de soldats d’élites, avec tout un tas d’externalités positives pour les commanditaires, la première étant la persécution des populations associées à leur dogme religieux, cette persécution réduisant la probabilité que ces populations aident les autorités à contrecarrer les actions futures des commanditaires.
  2. Que les motivations du terrorisme-suicide, mais on le savait depuis longtemps (au moins au Sri Lanka), ne découlent pas du fondamentalisme religieux2. En revanche, dans une vaste majorité de cas qui couvre aussi les situations de terrorisme-suicide où les adversaires ne sont pas occidentaux et/ou islamistes, la présence militaire étrangère est une motivation essentielle.
  3. Que l’envoi de troupes occidentales en Syrie et en Irak serait une erreur stratégique majeure. Et n’allez pas penser que personne n’y songe : c’est faux. Pape recommande une autre stratégie, qui consiste, en gros, à donner aux populations du Levant de quoi relancer leur développement agricole, en espérant que cela génère un nouveau « soulèvement d’Anbar » à grande échelle.

Le dernier argument est résumé sur cette slide de la conférence d’Emory (que j’insère ici en format « basse résolution », mais la conférence est accessible en haute définition)  :

pape-2

Terminons par citer la chaîne Youtube du CPOST, le centre de recherches dirigé par Pape à l’Université de Chicago.

Également sur l’État islamique

On trouve désormais des dizaines de conférences sur le thème de l’État islamique, de ses origines, de sa structure interne, de ses dynamiques de recrutement, de son fonctionnement, et aussi, de plus en plus, de sa future disparition, et de l’avenir géostratégique de la région qu’il a littéralement dévastée, dans à peu près tous les sens du terme.

Je me souviens avoir lu avec intérêt, il y a deux ans, un papier de Cole Bunzel, From Paper State to Caliphate: The Ideology of the Islamic State. L’originalité du papier tient à ce qu’il repose sur un examen approfondi des sources écrites et orales de l’État islamique, qui sont pléthoriques, et dont les premières remontent à 2006.

Voici une table-ronde de la Brookings Institution (chaîne Youtube), organisée en 2015, et dans laquelle Cole Bunzel intervient brièvement (l’autre intervenant présentant pour sa part une recherche sur l’utilisation de Twitter par l’État islamique) :

Et en complément, voici une table-ronde au sujet plus vaste, intitulée « Iran, ISIS, and the Future of Gulf Security », et organisée en 2015 par la New York University School of Law (chaîne Youtube) :

  1. Je mets les guillemets pour indiquer que je suis (vaguement) au courant des controverses sur la dénomination du groupe. []
  2. Voir, à nouveau, l’allocution de Scott Atran citée dans plusieurs billets de ce blog. []

Élections législatives 2017, données de survie

Les élections législatives 2017 commencent ce dimanche : voici ma liste de liste de liens utiles, que je tenterai de compléter au cours des prochaines semaines.

Champ de bataille

Le site Contexte a publié une carte interactive super bien fichue qui réunit à peu près tout ce qu’il faut dans une même interface. Le résultat est très satisfaisant, et je ne dis pas ça seulement parce que je connais quelques-uns des concepteurs.

Investitures

La presse parle d’un record historique de candidats pour ces élections – ce qui n’a rien de surprenant (addendum : finalement, il y a moins de candidats qu’en 2002 ; voir aussi ce billet), et qui fournit un spectacle plus ou moins drôle à découvrir chaque semaine dans les premières pages du Canard enchaîné.

En attendant la programmation du match de boxe Mélenchon/Mennucci dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, voici quelques liens intéressants :

Projections

  • Le premier fichier dont vous aurez besoin ici est celui des résultats des élections législatives de 2012, qu’il faudrait corriger à la marge pour tenir compte des quelques élections partielles de la période 2012-2017.

  • Si vous envisagez de projeter les résultats du premier tour de la présidentielle sur les circonscriptions des législatives, ne vous embêtez pas, Le Monde l’a déjà fait. Je ne connais pas le degré de fiabilité (par exemple, le taux de prédiction des triangulaires) des projections similaires pour les élections précédentes.

  • Côté enquêtes/sondages, la projection « Ipsos/Cevipof/Le Monde » de fin mai a été bien commentée sur Twitter par Mathieu Gallard. Je n’en retiens que l’avance spectaculaire des candidat(e)s de la majorité présidentielle sur toutes les autres formations politiques :

  • Anthony Veyssiere a réalisé un calculateur de projections électorales assez complet, avec plusieurs scenarios électoraux possibles. Comme la projection précédente, celle-ci prévoit un grand nombre de triangulaires au second tour, un score magistral pour le président et un score crépusculaire pour le Parti socialiste, mais aussi, euh, pour tous les partis de la future opposition :1

  • Le superbe cartogramme législatif de Philippe Rivière et François Sermier vous attend sur le site Internet de Bastamag.

  • Cet article de Léopold Mebazaa montre comment certains partis – de droite ou d’extrême-droite – sanctionnent doublement les femmes au moment des élections législatives : (1) en en investissant moins comme candidates à l’élection, et (2) en les investissant dans des circonscriptions moins gagnables.

Analogie

Une idée, pour terminer, que je partage parce que je n’arrive pas à me la sortir de la tête : je pense qu’Emmanuel Macron va faire un score à la Berlusconi avec un mouvement politique à la Monti.

Le « score à la Berlusconi » est une référence aux élections législatives italiennes de 1994, et le « mouvement politique à la Monti » est une référence à Scelta Civica. Christophe Bouillaud a filé l’analogie un peu plus loin, et je pense qu’elle est très juste, même s’il faut bien noter la différence majeure de mode de scrutin2.

  1. De même que pour les deux projections précédentes, je n’ai aucune idée de la fiabilité du modèle au vu des résultats des élections passées. []
  2. Une autre différence notable tient évidemment aux enjeux internationaux : le grand chelem électoral de 2017 est important parce qu’il va sélectionner l’équipe de dirigeants qui pilotera le Brexit, la politique étrangère de Donald J. Trump, et l’élimination de Daech. C’est pas gagné. []

Journée d’étude « réseaux » à Lille, jeudi 8 juin 2017

Jeudi 8 juin à Lille, nous organisons, avec Sylvain Mignot et Fabien Éloire, une journée d’étude qui vise à fédérer les chercheurs en sciences humaines et sociales intéressés par l’analyse de réseaux.

Le programme (anglais, français) est en ligne, et les inscriptions se font avec ce formulaire, ou auprès de moi par email, comme indiqué dans l’affiche. Attention, les places sont limitées, donc inscrivez-vous vite si vous souhaitez venir !

La journée est co-financée par le Groupement de recherche Analyse de réseaux en sciences humaines et sociales (GDR AR-SHS), à qui nous enverrons un compte-rendu de la journée pour publication sur son blog.

L’un des objectifs à moyen terme de cette journée est de monter un collectif de recherche en analyse de réseaux sur Lille, puis de connecter ce collectif à des équipes de recherche idoines dans la région, à Paris ou en Belgique.

Si le projet vous intéresse, idem, écrivez-moi !

La même annonce est disponible sur le site Internet d’ESPOL, qui co-finance et co-organise l’événement avec quelques autres unités de recherche basées à Lille – l’Anthropo-Lab, la FGES et le CLERSÉ.

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/05

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04.
Liste rédigée un peu à la va-vite par manque de temps, mais bonne lecture quand même, et spécial dédicace aux étudiantes de Licence 3 qui m’ont parlé de cette série de billets.

  1. Mary Beard, pour son texte « Death of a dictator. How Caesar’s murder set the template for political assassination ». Voir aussi ce billet de Daniel Little sur le récent ouvrage de Beard, SPQR: A History of Ancient Rome.

  2. Laura Kipnis, pour son texte « Eyewitness to a Title IX Witch Trial ». Son point de vue, provocateur, minoritaire, et superbement écrit, est également évoqué dans cet article de Salon qui évoque aussi Camille Paglia.

    Sur le fond, je n’ai aucune opinion ferme à partager au sujet des questions « trans-genre/ethnicité » évoquées dans l’article qui a suscité la controverse qu’a suivi Kipnis. En revanche, je trouve que le comité éditorial de la revue qui a publié l’article a été d’une lâcheté sans nom. Lisez et décidez par vous-même.

  3. Béatrice Cherrier, déjà mentionnée le mois dernier, au tout début de la série et dans d’autres billets, pour ses epic tweetstorms d’histoire de la pensée économique. S’il fallait n’en lire qu’un, je conseille celui sur William Baumol, auteur très utilisé en économie de la santé.

  4. Substencia, pour ce mix génial, qui commence gentiment mais qui contient aussi quelques passages bien martelés façon Bauhaus/industriel :

  5. Hanna Brooks Olsen, pour ce texte qui explore une perspective que j’utilise très souvent dans mes séances sur les « politiques morales » :

    Abortion is an Economic Issue.

  6. Grete Hermann donne son nom à un package R très intéressant :

    Grete Hermann wasn’t a probabilist, but she wrote the first algorithms for computer algebra; in the 1920s, well before the first electronic computer was built.

    This work laid the foundations for computer algebra libraries (like TensorFlow) that enable modern probabilistic modelling.

  7. Frida Boräng et ses collègues, pour leur article « Cooking the books: Bureaucratic Politicization and Policy Knowledge », qui rejoint tout de suite mon plan de cours sur la sociologie de la quantification et des statistiques officielles1 :

  8. Dawn Johnsen, pour son article « The Lawyers’ War. Counterterrorism From Bush to Obama to Trump ».

  9. Alice Coltrane (1937-2007), très bien chroniquée dans The Quietus. Ci-dessous, le morceau de référence, déjà mentionné il y a trois mois, mais on s’en fiche :

  10. « Older Woman » (qui est assez facile à identifier si vous y tenez), pour son texte « Asking the Wrong Questions about Protest ».

Mention spéciale à Carole Cadwalladr, pour cet article absolument sidérant : « The Great British Brexit Robbery: How our Democracy was Hijacked ». L’article explore le réseau d’élites, militaires et civiles, et de firmes (Cambridge Analytica, Palantir) ayant contribué à façonner, quasiment au sens propre du terme, une large partie de l’opinion publique britannique (mais aussi américaine) lors des votes « Brexit » et « Trump » de l’an dernier.

Le récit est parfaitement édifiant, et si les faits devaient (1) être confirmés et (2) être amenés à se reproduire, ils vont devenir incontournables dans l’étude des élections. Et si l’on rajoute à ça les diverses transgressions russes des dernières années et la géopolitique actuelle autour de la Corée du Nord, alors la Guerre Froide est au moins aussi morte que le punk, c’est-à-dire pas du tout.

  1. Je reparlerai, j’espère, de ce plan de cours dans pas trop longtemps ; si vous êtes curieux, écrivez-moi ou signalez-vous sur Twitter. Et en attendant que je réponde, allez donc lire l’excellent article de Dorothy Kronick, « How to Count Our Dead », sur la mortalité criminelle au Venezuela. []

De l’auto-destruction en Amérique

Début février, j’écrivais ceci :

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment1, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

J’ai encore du mal à croire qu’en quelques semaines à peine, on en soit arrivé au stade où les deux cas de figure évoqués ci-dessus soient devenus, à des degrés différents, crédibles, mais c’est bien le cas : les révélations des dix derniers jours ont fourni tout ce qu’il faut pour justifier d’une procédure d’impeachment contre Donald Trump, ou même, procédure tout à fait exceptionnelle qu’un ami au sens politique hors du commun avait prédit il y a plusieurs mois, d’une invocation du 25e Amendement, Section 4.

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que les membres des chambres parlementaires en viennent à réfléchir aux alternatives, et à la meilleure manière de les mettre en oeuvre : c’est à ce type de « destitution concertée » que l’histoire des régimes autoritaires destine les autocrates en situation d’effondrement de leurs soutiens.

Comment en est-on arrivé là ?

Le spectacle affligeant et obscène qu’a offert Trump dès son entrée en fonction – et avant ça, pendant la campagne électorale – a de nombreuses explications, mais voici trois éléments dont il me semble qu’ils ont très directement contribué à faire émerger la situation actuelle :

  • Dès le départ, Trump a choisi d’ériger la presse en parti d’opposition, et pas seulement en relais indirect des attaques issues d’un camp adverse plus ou moins dissimulé derrière elle : comme le montre l’épisode délirant des attaques terroristes « non couvertes » par les médias, la presse est l’ennemi numéro un de Trump, qui semble incapable de s’intéresser à tout autre espace que l’espace médiatique.

    Cette stratégie est idiote : l’adversaire désigné n’est pas un concurrent électoral, et la destruction physique de l’ennemi n’est pas une option ; en conséquence, je pense que le jeu répété qu’a créé Trump va nécessairement finir par se retourner contre lui, au fur et à mesure qu’augmenteront les coûts de la loyauté que lui porte encore un média comme Fox News.

  • Sa méthode du mensonge érigé en doctrine de gouvernement2, qui se rapproche incroyablement de celle de Slobodan Milosevic, n’est viable qu’entourée des institutions qui font tenir les régimes autocratiques.

    Dans un régime démocratique, je ne vois pas comment le voile ne pourrait pas finir par être levé sur le fait que Trump ne comprend absolument rien à rien à l’économie ou à la diplomatie, avec pour conséquence d’être incapable de satisfaire ses électeurs, en plus de faire peser une réelle menace géopolitique au niveau mondial.

  • Vient enfin la guerre interne que Trump semble avoir ouvert avec l’appareil exécutif fédéral, en cherchant à lui faire subir ce que Newt Gingrich a fait au Congrès, c’est-à-dire tenter de le rendre stupide (du grec stupos, frappé de stupeur). C’est en tout cas comme ça que je perçois sa guerre à bas bruit aux statistiques officielles3, ou son non-remplacement de conseillers en politique étrangère, en sciences et technologies, et plus généralement un peu partout dans l’appareil fédéral4.

    Or, à long terme, je ne comprendrais pas que la bureaucratie ne prenne sa revanche, à sa manière : en sabotant les projets du saboteur, en rendant les coups avec plusieurs mois (voire années) de décalage, et en savourant les effets de sa contre-offensive aux mid-terms de 2018, par exemple5.

Un changement de cap est-il probable ?

La déroute politique actuelle de Trump peut théoriquement s’arrêter du jour au lendemain, mais cela lui demanderait d’effectuer un « virage de personnalité » dont il est quasi-certainement incapable, en plus d’un changement quasi-intégral de garde rapprochée, ce qui lui demanderait notamment de renier publiquement plusieurs membres de sa famille.

Pour ces raisons, je ne pense pas que Trump « apprendra » de ses errements et modifiera son jeu politique en conséquence : il me semble beaucoup plus plausible qu’il suive le chemin inverse, qui consiste à s’enfoncer dans le déni et à continuer droit devant, au motif que l’on ne s’est pas laissé impressionner par l’opposition.

Il faut rappeler, enfin, que Trump n’est pas un homme politique, et ne semble pas particulièrement sensible à l’effritement de sa base électorale. Les médias les plus serviles de son camp semblent être sa seule source d’inspiration quotidienne, et l’on peut espérer que ceux-ci finiront par se retourner contre lui, d’une manière ou d’une autre.

Rendez-vous dans quelques mois pour un nouveau bilan à mi-parcours.

Addendum : un argument similaire à celui de ce billet est développé dans cette excellente tribune de Masha Gessen, déjà citée ici et sur ce blog.

  1. Les procédures de removal from office sont à la mode : au Brésil et en Corée du Sud, deux présidentes (deux femmes) ont été destituées à quelques mois d’intervalles. Le cas précédent était Viktor Yanukovych (Ukraine) en 2014, l’impeachment de Jacob Zuma (Afrique du Sud) en 2016 ayant échoué. []
  2. Sur cette méthode, le meilleur analyste de Donald Trump reste Scott Adams, qui a parfaitement compris – dans les moments où il arrive à oublier à quel point il déteste Hillary Clinton – le jeu du personnage. []
  3. Trump semble avoir promu suffisamment de personnes motivées par cet objectif pour que les premiers dégâts soient déjà visibles : les données sur la sécurité animale, l’open government data, et bien sûr les données climatiques, en sont les premières victimes. Data delenda est. []
  4. Note : la fin de cette phrase a été rajoutée quelques jours après la publication de ce billet. []
  5. À l’inverse, on imagine mal les bénéfices électoraux que Trump pourrait réclamer pour avoir supprimé quelques pages des sites Internet fédéraux. Sa « stratégie » me semble, ici encore, destinée se retourner contre lui, au moins sur les moyen et long termes. []

Annals of Youtube Science 1(9) : Tragédie des temps présents

Dans ce numéro un peu spécial des Annals of Youtube Science, un document historique.

Au début de cette année, j’ai été un peu pessimiste ; mais je n’ai pas été le seul :

Depuis la fondation de cette République [états-unienne], le discours nativiste d’une partie des Conservateurs (par exemple Huntington) craignait que les Sud-Américains hispanophones ne finissent par affaiblir les normes démocratiques (« anglo-saxonnes ») à cause d’une culture historique de pronunciamentos et coup d’Etats de Généraux et caudillos. Et c’est au nom de la discrimination contre les Latinos que la démocratie américaine fait arriver au pouvoir suprême ce qui ressemble le plus à un Catilina qui ne cache même pas son admiration pour les « Hommes Forts » autoritaires et son mépris pour les valeurs démocratiques. L’histoire n’a peut-être pas de « dialectique » mais elle recèle de l’ironie.

C’est bien vu, mais n’oublions pas trop vite la cohorte de petites mains dévouées qui a oeuvré à l’ascension de ce spectaculaire et crépusculaire abruti qui préside, pour quelques temps, au destin manifeste de nos amis d’outre-Atlantique.

Voici la video du débat entre l’ancien directeur de campagne de Donald J. Trump, Corey Lewandowski, et les étudiants de l’Université d’Oxford (celle qui, à seulement deux exceptions, a fourni tous les Premiers ministres britanniques depuis la Seconde guerre mondiale) réunis par l’Oxford Union (chaîne Youtube) :

Les cris étouffés que l’on peut entendre à certains points de l’enregistrement sont ceux des étudiants qui manifestaient à l’extérieur de la salle, comme cela avait été le cas lorsque Marine Le Pen et Tommy Robinson, par exemple, avaient été invités à s’exprimer1.

En écoutant le discours, et encore plus en écoutant le match de boxe qui a suivi – un spectacle « élites versus populistes » qui n’a pas échappé aux médias partisans de tous bords –, je n’ai pu m’empêcher d’entendre, dans les arguments de Lewandowski, une sorte de version au rabais des ficelles de persuasion utilisées par Trump lui-même, le Master Persuader dont parle Scott Adams.

Le comportement des étudiants d’Oxford, qui ouvrent la discussion par une salve de critiques acerbes puis finissent par implorer, presque de grâce, la raison de leur interlocuteur (au sujet du changement climatique), donne toute la mesure de leur légitime et impuissant désarroi.

Le comportement de Lewandowski est tout aussi caractéristique : au fil des échanges avec la salle, et après une passe d’armes très tendue avec le président de séance, on le sent se retrancher dans des réponses de plus en plus instinctives, après qu’il a usé de tous les trucs et astuces du démagogue : élever la voix, en appeler aux émotions, monter des exemples en généralité, et surtout, ne jamais, jamais reconnaître la moindre erreur, faille ou incomplétude de raisonnement.

L’Histoire n’a peut-être pas de dialectique, mais à l’écoute de ce débat, j’ai eu l’impression d’entendre s’affronter les produits conventionnels de la démocratie représentative – l’une des plus anciennes, dans les murs d’une de ses plus anciennes institutions – avec leur « mouton noir », leur nemesis, en quelque sorte. Je ne sais pas s’il sortira quoi que ce soit de positif de tout ça, mais dans l’immédiat, je ne vois rien de tel à l’horizon.

  1. Tommy Robinson est le fondateur de l’English Defence League (EDL). Notez bien qu’il s’agissait d’invitations séparées, pas d’une conférence des deux (Le Pen et Robinson) ensemble. Vous trouverez les détails dans The Oxford Student, et les conférences sur Youtube. Est-ce que je conseille de regarder ces conférences ? Marine Le Pen, j’en doute, car on connaît la musique, mais pour ceux qui ne connaissent pas l’EDL, je pense que la conférence de Robinson (et les questions-réponses qui suivent) est instructive pour comprendre comment fonctionne l’extrême-droite britannique. []

Séminaire RUSS : Web scraping et APIs avec R

Sur la sympathique invitation de Timothée Giraud, dont je parlais il y a peu, j’interviens après-demain au séminaire RUSS – « R à l’usage des sciences sociales » – co-organisé par l’Ined et par l’EHESS.

Le séminaire a lieu dans le bâtiment Olympes de Gouges de Paris Diderot (salle M19), de 9 heures à midi.

Comme dans d’autres séances de formation telles que celle-ci, il s’agira de voir quels outils permettent de récupérer des données depuis Internet, soit par le biais d’extractions depuis des pages HTML, soit par le biais d’APIs dédiées à la diffusion de données par moyens programmatiques.

Vous avez déjà entendu parler de ces sujets ici : ce blog parle beaucoup de scraping, un peu moins d’APIs—il me semble que la dernière dont j’ai fourni un exemple d’utilisation est celle de Thèses.fr.

Les slides de ma présentation sont disponibles sur le site du séminaire RUSS. En voici un aperçu, que je poste uniquement pour pouvoir montrer ma slide « RTFM » (vers la fin) :

Quasiment toutes les images des slides sont cliquables pour obtenir les sources.

Bonne lecture, et/ou à bientôt si vous êtes inscrit(e) au séminaire !

Le grand chelem électoral européen de 2017

Je ne l’ai pas annoncé sur le coup, mais cela ne vous aura pas échappé :

On va donc enchaîner entre les scrutins français et britanniques, et l’Italie pourrait se rajouter à la liste en cas d’élections législatives anticipées.

À l’échelle du Parlement européen de 2014, les élections en cours sont l’équivalent d’un renouvellement d’au moins 243 sièges sur 571, soit un peu plus de 4 sièges sur 10, et un peu plus d’un siège sur deux si l’Italie renouvelle aussi son parlement.

Ces fractions sont purement indicatives : le Parlement européen ne sera formellement renouvelé qu’en 2019. Néanmoins, elles donnent une bonne idée de l’ampleur des changements qui pourront éventuellement découler de ces trois élections et des autres élections générales prévues ou déjà passées cette année dans plusieurs autres États-membres de l’Union européenne :

La Hongrie (parti majoritaire : droite nationaliste-populiste) a également réélu son président, et la Slovénie, dont la présidence est primordialement symbolique, tiendra son élection présidentielle à la fin de l’année.

Autre perspective : entre l’élection présidentielle américaine de novembre 2016 et les élections législatives britanniques anticipées de juin 2017, les trois exécutifs démocratiquement élus et membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies auront été renouvelés en six mois.

Mise à jour, 14 mai : cette interview me fait réaliser que les élections législatives autrichiennes sont prévues pour cette année, et vu la situation créée par la dernière élection présidentielle, ça promet.