‘brɛk.sɪt, suite

Quelques observations après le vote du “Brexit” au Royaume-Uni la semaine dernière. Pour quelque chose de mieux organisé, allez lire ce papier d’Alan Renwick et les papiers auxquels il fait référence. Pour une réaction plus personnelle de politiste, allez lire celle d’Yves Surel, que je partage à différents niveaux1.

Du point de la sociologie électorale

Les Britanniques viennent de rendre un fier service aux spécialistes du vote spatial. La compositions des électorats “Leave” et “Remain” va donner lieu à toutes sortes de publications, mais avec un taux de participation très élevé et d’excellentes enquêtes pré-existantes comme la British Election Study ou la British Social Attitudes, on ne va pas se poser très longtemps de savoir “qui a voté quoi” au niveau national.

Étant donné la force des corrélations écologiques déjà observables et les différences régionales/urbaines visibles à l’oeil nu, la question la plus intéressante de ce point de vue risque plutôt d’être : qui a voté quoi, et où. L’intérêt de la réponse dépasse de très loin la simple observation que l’Écosse a voté “Remain” et que les villes universitaires ont, pour un grande partie d’entre elles, également voté “Remain2.

Une autre question très intéressante consiste à se demander ce que les électeurs savaient au moment du vote—ce qui est beaucoup plus difficile à mesurer que ce qu’ils ont voté. Par exemple, personne n’étant capable d’expliquer les règles exactes de fonctionnement de l’Eurozone, presque personne n’est capable d’expliquer comment la Suède ou la Pologne trichent avec l’ERM II pour conserver leurs monnaies nationales depuis leurs adhésions (post-Maastricht) à l’Union européenne3.

Il faudra certainement avoir recours à des dispositifs expérimentaux pour étudier l’effet exact de l’information sur des contrefactuels tels que “si vous aviez su que… auriez-vous voté… ?” Ces dispositifs sont compliqués à mettre en place, mais ils auront certainement tout leur intérêt dans la compréhension du vote et des effets des (intenses) campagnes menées par les deux camps, dans un pays qui regarde beaucoup la télévision, écoute beaucoup la radio et lit beaucoup les journaux.

Du point de vue de la théorie politique

Du billet enflammé de Christophe Bouillaud, on peut retenir plusieurs choses, dont certaines sont très négatives pour les institutions et les élites politiques de l’Union européenne (sur les aspects institutionnels, le billet de Thomas Piketty est une lecture très recommandable). On peut certainement aussi en retenir que le Brexit est un moyen parmi d’autres de se demander, avec d’autres, ce qui subsiste du sentiment démocratique au 21e siècle.

Par “sentiment démocratique”, j’entends l’adhésion à l’idée qu’il est bon, au sens normatif du terme, que le demos garde la main sur son destin, et qu’en vertu de ce principe, il dispose d’outils tels que le referendum pour contraindre ses élites dirigeantes à prendre certaines décisions importantes, telles que la sécession territoriale ou l’adhésion à des accords supranationaux très contraignants (l’Union européenne étant loin d’être le seul accord de ce type).

Remarquons, pour illustrer le point ci-dessus, que se négocie en ce moment-même un traité commercial tellement contraignant que ses instigateurs préfèrent le négocier en secret sous un nom obscur qui cherche à ne pas attirer l’attention sur ce qui s’y joue vraiment. Aucun vote n’est prévu sur ce traité, qui ressemble en cela à plusieurs autres “accords” discrètement négociés au sein d’organisations très détachées de la souveraineté populaire, telles que le G8, le SEBC ou l’OCDE.

Il est toujours intéressant, me semble-t-il, de se demander ce qui reste “entre les mains du peuple” dans des sociétés qui, en pratique, semblent avoir fait le choix de l’épistocratie—terme choisi par David Estlund pour désigner le gouvernement de tous par “ceux qui savent”, et qui, corrélat important, ne représentent jamais qu’une fraction très minoritaire du “tous” pré-cité. Or, remarquons simplement une chose au sujet du Royaume-Uni : le “gouvernement par tous” s’y porte plutôt bien.

Du point de vue de la “civilisation britannique”

En effet, en l’espace de quelques années, le peuple britannique a renouvelé son gouvernement central et ses gouvernements territoriaux, a refusé à l’Écosse son indépendance pour quelques années, et a tout récemment décidé de sortir de l’Union européenne, entraînant la démission du Premier ministre et un vote de défiance vis-à-vis du leader du principal parti d’opposition. Du point de vue de la “civilisation britannique”4, cet enchaînement est loin d’être neutre.

Il suffit de se mettre deux minutes dans la peau d’un électeur conservateur pour réaliser une chose : au moins en apparence, la démocratie britannique est très dynamique. Après son mandat unique, le Premier ministre John Major a tout simplement disparu de la scène électorale. Puis, lors des gouvernements Blair successifs, le Parti conservateur s’est donné toute une série de leaders éphémères, jusqu’à David Cameron—qui n’a plus d’avenir électoral depuis quelques jours.

Il est impossible de savoir qui va remplacer David Cameron à la tête du Cabinet gouvernemental britannique, mais l’électeur conservateur français peut facilement comprendre une chose : il ne s’agira ni de l’équivalent britannique d’Alain Juppé, ni de l’équivalent britannique de Nicolas Sarkozy, ni des équivalents britanniques de François Fillon ou de Jean-François Copé. Vous voyez où je veux en venir ?

On pourrait reproduire le raisonnement ci-dessus pour le Parti (néo-)travailliste, ou bien prendre l’Allemagne comme point de comparaison. Il n’en subsistera qu’un constat : au Royaume-Uni, “les choses bougent” et “le personnel politique change”, dans des directions très fortement contraintes par l’acte électoral populaire, et pas forcément souhaitées par l’élite dirigeante et/ou les places boursières. D’un point de vue strictement procédural, c’est important, et probablement même souhaitable5.

Du point de vue du politiste

“– Qu’est-ce qu’on se fait chier en études européennes…

[Arrive un blondinet avec un pipeau, racontant tout et son contraire. Au second plan, un roquet aboie. S’ensuit un vote, qui tient réveillé notre protagoniste jusqu’à 5 heures du matin.]

– OK, faîtes comme si j’avais rien dit.”

Plus sérieusement, pour le politiste intéressé par l’intégration européenne, les politiques européennes ou même plus généralement les politiques publiques, ce qui vient de se produire au Royaume-Uni est une aubaine scientifique de premier choix. La même chose vaut par ailleurs du point de vue de l’enseignant—j’ai aperçu hier le premier cours optionnel “Britain and the EU, 2016–17” dans une maquette pédagogique.

Les événements qui vont se succéder dans l’Union européenne post-Brexit vont écrire une page d’histoire inédite de l’intégration européenne. La défaite des dirigeants européens, tous confondus, dépasse tout ce que le passé fournit comme exemples en la matière. Le vote du Brexit n’est néanmoins que le point de départ d’un long processus parmi d’autres, tels que la ratification du Traité de Lisbonne ou le “sauvetage” de la Grèce.

Dans deux ans, il faudra comparer ces processus entre eux, et faire le point sur la nature démocratique (ou non) des décisions qui ont été prises. L’Union européenne ne peut pas effacer ses erreurs passées, mais elle peut éviter d’en commettre une nouvelle en punissant les Britanniques pour leur vote—car oui, ce serait une erreur magistrale, qui ne pourra d’ailleurs pas être complètement évitée6.

L’Union européenne pourra aussi s’illustrer, comme elle l’a fait par le passé, en aidant à sauvegarder la paix fragile qui règne actuellement en Irlande du Nord, et, si l’Écosse acquiert un jour son indépendance (ce que je souhaite sur un plan personnel, et qui est plus probable aujourd’hui que 7 jours en arrière), en lui offrant au moins les mêmes possibilités qu’au Royaume-Uni ou à la Suède lors de leur entrée dans l’Union.

De ces derniers aspects du Brexit, il faut avouer que l’on ne sait encore rien avec certitude, et l’on peut s’attendre à ce que s’écoulent au moins dix ans avant de finir de tirer certaines des leçons les plus importantes du vote de jeudi dernier. Si les institutions actuelles de l’Union européenne existent encore dans dix ans, cela sera aussi à mettre au rang des leçons primordiales du vote.

  1. J’ai effectué toute ma scolarité primaire et secondaire en section internationale anglaise, où je suis tombé amoureux des Monty Pythons et de Led Zeppelin, et j’ai résidé quelques années à Édimbourg. Je ne connais pas le Royaume-Uni mieux que ses spécialistes, mais je l’aime profondément, de différentes manières. Je ne sais pas si je suis heureux ou triste pour mes amis brits ; il est trop tôt pour le dire. Je suis juste un peu inquiet. []
  2. Observation soumise à vérification, comme toutes les autres, mais les premiers résultats vont clairement dans ce sens. []
  3. Notons au passage que les électeurs, dans lesquels je m’inclus, sont loins d’être les seuls à avoir souvent du mal à identifier les entités géographiques et institutionnelles sur lesquelles ils peuvent être amenés à se prononcer. []
  4. L’expression est entre guillemets car elle renvoie surtout à une division universitaire du travail scientifique, plus qu’à une catégorie d’analyse propre. []
  5. Ne me faîtes pas dire, quand j’écris qu’il est probablement souhaitable que les décisions populaires restent les plus souveraines des régimes démocratiques, que je suis un méchant protectionniste, un affreux néolibéral ou un vilain populiste. À la rigueur, je veux bien être qualifié de vieux majoritairien à la noix (de Grenoble). []
  6. De ce point de vue, les réactions sarcastiques de certains journalistes me rappellent juste que je suis plus heureux de vivre aujourd’hui qu’en 1914 ou en 1939. Les comportements apparemment bénins aujourd’hui ont parfois eu des conséquences drastiques hier, mais il ne faut certainement pas attendre de la presse qu’elle s’en rappelle. []

‘brɛk.sɪt

Ayant vécu quatre ans en Écosse, j’ai évidemment suivi avec quelque intérêt la campagne référendaire sur le Brexit (que je prononce à l’américaine). Les campagnes électorales britanniques sont toujours très intenses, et celle-ci n’a pas échappé à la règle, avec l’assassinat de la députée travailliste Jo Cox par un militant d’extrême-droite à quelques jours du vote1.

Pour rappel, il s’agit du second vote référendaire à l’échelle nationale en Grande-Bretagne, après celui de 1975. Les enquêtes d’opinion, très discréditées par leurs échecs prévisionnels au cours de la dernière élection générale, donnent les votes “Leave” et “Remain” au coude-à-coude, de même que la meilleure tentative de modélisation. La même tentative de modélisation donne toutefois la probabilité du Remain aux alentours de 70%, grâce aux votes non exprimés.

En effet, la variable déterminante devrait être, si l’on s’en réfère aux referenda pour l’indépendance du Pays de Galles et de l’Écosse, la participation des undecideds, qui ont tendance à choisir le vote présenté comme le plus sûr—contre l’indépendance, donc contre l’exit dans ce cas. De ce que j’en comprends, c’est aussi ce qu’espèrent une large partie des élites politiques2.

Ne lisant que The Guardian et étant connecté, via Twitter notamment, à tout plein de chercheurs britanniques spécialisés dans le domaine de la santé, il n’est pas étonnant que je n’ai entendu, de cette campagne, qu’un seul son de cloche : Remain, if only for the sake of the NHS. Il est toutefois très clair que les tabloïds britanniques ont fait campagne, de leur côté, pour l’exit, et ils sont loin de compter pour du beurre auprès d’un électorat déjà largement eurosceptique.

À titre personnel, le résultat du vote m’intéresse beaucoup (ce qui n’est pas le cas de tous les votes référendaires), mais je serais plus intéressé par les conséquences d’un vote Leave que par celles d’un vote Remain, notamment parce qu’un vote Leave rebattrait les cartes de l’indépendance de l’Écosse.

Une bonne partie de la classe politique britannique de gauche fait campagne pour le Remain sur des motifs économiques : un vote Leave exposerait la Grande-Bretagne à une forme de choc économique qui causerait sa chute –entre autres– sur les places boursières, ce qui affecterait toute son économie jusqu’à endommager sérieusement la progression des salaires, déjà très affectée par les politiques des deux dernières formations gouvernementales (Con-Lib puis 100% Con).

La limite de cet argument tient dans le fait que rien n’a été mis en place, sous les gouvernements néo-travaillistes précédents, pour empêcher cette situation. De ce fait, une fraction (minoritaire) de la “gauche de la gauche” britannique envisage, sans aller jusqu’à faire campagne pour le Leave à quelques exceptions près, qu’un vote d’exit aurait un effet “électrochoc” pour les travaillistes, qui ont peu de chances de gagner les prochaines élections générales dans leur configuration actuelle3.

De la campagne référendaire, je retiens aussi le comportement des élites politiques de l’Union européenne, qui m’ont rappelé le comportement de Nicolas Sarkozy au sujet de l’environnement (“ça commence à bien faire”). Le mépris pour les procédures de la démocratie représentative me semble être une raison suffisante, pour quelqu’un comme moi qui avais voté “oui” au referendum constitutionnel européen de 2005, pour refuser désormais le moindre soutien à cette élite4.

Résultats demain, sachant que mon souhait le plus cher, au-delà de la reprise en main de leur destin par les Écossais, reste la fin de la spirale sordide d’appauvrissement qui frappe une immense majorité de Britanniques, et qui la frappe encore plus durement depuis 2008-2009.

Au passage, je serai à Londres ce weekend. Faîtes signe si vous y êtes aussi !

  1. Les assassinats politiques de parlementaires sont moins rares en Grande-Bretagne qu’en France. Le dernier en date remonte à 1990, avec l’assassinat du député conservateur Ian Gow par l’IRA provisoire. []
  2. Pour des raisons diverses : le vote fait office de vote de confiance pour le gouvernement conservateur, et un exit compliquerait beaucoup la tâche de toute la classe politique, sans même parler de ses conséquences en Écosse—lire plus loin. []
  3. Pour faire bref, leur leader, Jeremy Corbyn, est à trop à gauche de l’électeur médian, et même de l’électeur médian travailliste. []
  4. En espérant néanmoins que ça change à l’avenir. Je me trouve pris dans le même dilemme au niveau national, incapable de voter pour la formation politique à laquelle je m’identifie le plus, vu qu’elle refuse d’appliquer le programme sur lequel elle a été élue. []

Collecte et visualisation de données législatives avec R

Le groupe d’utilisateurs R du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris (le groupe “Sémin-R”) organise une conférence R demain. Cliquez sur l’image ci-dessous pour le programme complet :

JourneeR-2016-Programme

J’y présenterai les slides résumées ci-dessous (cliquez sur n’importe quelle image pour la version PDF complète, ou utilisez la version en ligne), et si tout se passe bien, j’aurai un court papier technique à partager sur le sujet dans moins d’un mois :

Briatte_R_MNHN_2016-2

Briatte_R_MNHN_2016-3

Briatte_R_MNHN_2016-4

La présentation reprend, en substance, une brève note que j’ai récemment publiée dans Network Science. Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder au preprint ou lisez directement son annexe pour le détail des données :

Briatte_NWS_published

Comme d’habitude, le code et les données sont en ligne — j’en ai déjà parlé à plusieurs occasions cette année, et vous risquez d’en entendre encore parler dans les années qui arrivent (plus de détails quand il y en aura à partager).

Affaire à suivre, donc, mais bon, c’est pas comme si je ne vous avais pas déjà un peu cassé les pieds avec R et la visualisation de réseaux de collaborations législatives depuis quelques temps déjà.

J’en profite pour saluer amicalement les collègues suisses, et Marion Deville en particulier, qui participent à la Semaine de la démocratie de Genève, et qui ont prévu d’utiliser certains de mes graphiques dans une présentation de leurs travaux lors d’un hackathon organisé le 23 septembre. Je n’ai pas beaucoup plus d’informations là-dessus, mais vous pouvez écrire à Marion si vous êtes intéressés.

En attendant, il reste quelques places pour la conférence de demain : écrivez aux gentils organisateurs (leurs coordonnées sont sur le site du Sémin-R), ou faîtes-moi très vite signe, et je ferai suivre. À demain !

Mise à jour, le jour même : malgré un léger gros problème qui m’a fait rater la matinée, je peux confirmer que la journée R du MNHN était, comme prévu, hyper-chouette, le cadre du Muséum d’Histoire Naturelle étant très agréable par ailleurs.

À noter dans les présentations, qui seront bientôt en ligne sur le site du RUG MNHN :

  • les dernières améliorations du package FactoMineR – et Factoshiny
  • l’utilisation de scripts R sur un serveur Apache
  • la visualisation de cartes auto-organisatrices
  • un exemple d’interfaçage R + Java
  • la sonification (!) de graphiques R/ggplot2

La dernière présentation, par Jérôme Sueur (l’un des deux organisateurs de la journée, avec Amandine Blin) était très divertissante. Pour comprendre pourquoi, jetez un coup d’oeil au package playitbyr.

Bravo Marin ! (et vive le Cléo)

Marin Dacos, Pierre Mounier (photo : Élodie Picard)

Photo : Marin Dacos et Pierre Mounier en 2009, à l’occasion du cours “Outils de publication web : comparaison et évolutions” à l’Université d’été de l’édition électronique ouverte. Photo d’Élodie Picard (Cléo).


Marin Dacos, que je connais depuis une dizaine d’années et qui m’a fait l’honneur de m’embarquer dans les aventures de ce qui allait devenir plus tard le Cléo1, a récemment reçu une médaille scientifique bien méritée2.

Bravo Marin ! Et bravo à toute l’équipe que tu as rassemblée au fil des années. J’ai une pensée particulière pour Pierre Mounier, engagé à tes côtés sur les questions d’accès ouvert à la recherche depuis le début.

Et je dis bien “engagé”, car si je n’ai compris qu’une seule chose au sujet de l’édition scientifique au cours des dix dernières années, c’est qu’il s’agit bien d’une lutte, acharnée même, en France comme à l’étranger, et d’un combat très déséquilibré de surcroît, aussi bien en termes de ressources mobilisables par chacun des protagonistes qu’au niveau de l’information qui fonde les positions des uns et des autres.

Pour les chercheurs en sciences humaines et sociales, un round supplémentaire du combat est en train de s’écrire en ce moment même outre-Atlantique. À suivre, en espérant que les chercheurs français finissent un jour par tous comprendre ce qu’apporte une unité de services telle que le Cléo, qui – enfonçons un peu plus loin le clou – ne doit sa légitimité actuelle qu’à un combat de longue haleine contre toutes sortes d’institutions et de positions favorables à un accès payant, à des coûts prohibitifs, à la recherche scientifique publique.

Pour terminer sur une autre parenthèse personnelle, à la même époque où je rencontrais Marin et Pierre pour la première fois, grâce notamment au petit milieu que constituait alors le blogging scientifique francophone, j’avais également rencontré Lawrence Lessig, qui faisait campagne pour Creative Commons.

J’ai tiré de toutes ces rencontres quelques recherches sur les politiques du droit d’auteur sur Internet, mais j’en ai surtout tiré quelques solides convictions sur l’accès à la connaissance, convictions qui n’ont pas varié d’un iota depuis.

Aujourd’hui, j’ai bon espoir que ces convictions soient aujourd’hui mieux représentées dans le champ scientifique, toutes générations confondues, et je sais que je dois cet espoir à des gens comme Marin et Pierre en France, et d’autres comme Lawrence Lessig à l’étranger.

Ajout du lendemain : sur un sujet connexe, et sur cette même plateforme, voir ce billet présentant Sci-Hub et son enjeu sous-jacent, c’est-à-dire la lutte contre le racket de la publication scientifique.

  1. Plus précisément, en 2008, Marin m’a proposé de rentrer au comité scientifique de la plateforme Hypothèses, dont je m’efforce, avec plus ou moins de succès, de suivre les discussions depuis. []
  2. La médaille émane d’un organisme qui, malheureusement, persiste à se ridiculiser en éditant tout un tas d’élucubrations vaseuses sous le nom de “sociologie de l’imaginaire”, mais bon, ce n’est pas le sujet ici, même s’il faudra y revenir. []

“La causalité en question”, avec Ivan Ermakoff

Je ne sais pas comment introduire la vidéo suivante pour vous la recommander, et vais du coup me contenter de copier-coller son descriptif :

Table ronde autour de la question de la causalité en sciences sociales. Notre invité était Ivan Ermakoff, Professeur de sociologie à l’université de Wisconsin-Madison (http://www.ssc.wisc.edu/soc/faculty/s…).

Discutant.e.s: Hervé Rayner (remarques générales et volet “théories de l’alignement”), Bernard Voutat, Agnès Aubry et Fabien Thétaz (volet “théorie(s) de l’acteur”), Mounia Bennani-Chraïbi, Nicholas Pohl et Youssef El Chazli (volet “méthodologie”), Ivan Sainsaulieu, Martino Maggetti et Hervé Rayner (volet “contingence et explication causale”).

Accrochez-vous, ça dure trois heures, mais ça en vaut largement la peine.

Je dois rajouter qu’Ivan Ermakoff est un personnage assez fascinant à écouter. Sa manière de s’exprimer est probablement ce qui se fait de plus chirurgical en matière de prise de parole, avec d’assez longs silences1 avant les questions qui demandent réflexion, et des choix de termes ultra-précis, qui laissent aussi peu d’ambiguïté que possible dans le propos. On est très proche, il me semble, de ce que la sociologie (ou la philosophie) analytique se donne comme agenda.

Si vous n’avez le temps que pour l’exposé principal d’Ermakoff, fondé sur son ouvrage Ruling Oneself Out: A Theory of Collective Abdications, commencez à la 24e minute. L’exposé s’arrête à la 60e.

  1. Ce lien pointe vers les rushes d’un documentaire, “Pétain, Vichy et nous tous”, avec d’autres interviews captivantes, entre autres, de Zeev Sternhell, Robert Paxton, Emilio Gentile, Denis Peschanski, Stéphane Audoin Rouzeau… []

Notes sur R et l’analyse de réseaux

Comme promis la semaine dernière, nouvelle annonce qui consacre mes deux obsessions pour la programmation statistique avec R et l’analyse de réseaux, toujours avec R :

r-notes

Le blog est syndiqué sur R-Bloggers, qui agrège plein de blogs sur R. Vous pouvez aussi vous y abonner par son flux Atom ou par son flux RSS.

Le moteur du blog est une version bidouillée de Dropplets.

Quelques notes déjà rédigées

J’ai commencé ce nouveau blog pour stocker des notes dont je suis le premier utilisateur, notamment sur les sujets suivants :

Je me suis aussi servi du blog pour documenter des résultats bizarres, faire des suggestions sur l’enseignement avec RStudio, et tenter des petites expériences avec jQuery, telles que celle-ci avec l’API Pinboard.

Il s’agit vraiment de notes plus que d’un blog : tout est rédigé dans un jargon pas très amusant, et il n’y a pas de commentaires, ni même de lien évident pour me contacter — d’où cette nouvelle publication en dehors du ‘bistro.

Dernière petite chose, vous pouvez désormais apercevoir les derniers billets du Polit’bistro et de R / Notes sur ma homepage universitaire, encore une fois grâce à jQuery, et plus précisément grâce au plugin FeedEk, qui permet de récupérer des contenus de fils RSS :

blogs-rss-feedek

Pour les fans, il y a aussi un peu de jQuery (avec beaucoup de JavaScript et un peu d’animations CSS3) sur la page où j’héberge ma frimousse.

Bonne(s) lecture(s) !

Une liste de ressources sur l’analyse de réseaux

Mon obsession pour les structures relationnelles a difficilement pu échapper aux lecteurs de ce blog. Bonne nouvelle : cette obsession est désormais sous la forme d’une liste de plus de 200 300 ressources en ligne.

awesome-network-analysis

La liste recense les ouvrages, conférences, cours, jeux de données, revues scientifiques, collectifs de recherche, articles de synthèse, logiciels et tutoriels qui me paraissent, ainsi qu’à quelques autres, très recommandables sur le sujet.

La liste étant collaborative, vous êtes bien sûr invités à y contribuer, en y rajoutant vos ressources recommandées, ou même en proposant d’en retrancher certaines, afin de s’en tenir à une liste de ressources strictly awesome.

La liste fait pleinement usage des fonctionnalités de GitHub : sa feuille de route (des idées sur sa future diffusion) se trouve sur son wiki, et les améliorations déjà prévues sont listées à cette adresse. Voici les améliorations déjà prévues :

awesome-network-analysis-issues

Cette liste est donc aussi peut-être aussi l’occasion de vous mettre à Git, un logiciel de gestion de versions concurrentes, et surtout, à GitHub, qui simplifie énormément son apprentissage.

Annonce préliminaire en supplément : une description un peu plus technique de la liste présentée ci-dessus se trouve à cette adresse, sur un blog (en anglais) dont je reviendrai faire la publicité ici dans une semaine.

Mise à jour : la liste mentionnée ci-dessus a rejoint la liste des Awesome Lists, ainsi que la liste Awesome R et son très joli site Internet, qui contient plein de ressources utiles sur R. À explorer sans modération :

awesome-R-website

Canulars scientifiques, Monty Pythons et podcasts

cleese_gumby

Je manque de temps pour écrire quelque chose de consistant sur le sujet, mais je tiens quand même à signaler aux clients du ‘bistro ce nouveau canular scientifique, qui tourne en dérision le bullshit d’un philosophe-français-très-connu :

badiou-1

Et si la première phrase du résumé ne suffit pas à vous faire recracher votre café, essayez le texte complet, qui contient ce passage tellement Monty Pythons qu’on pourrait l’inclure dans un épisode du Flying Circus :

badiou-2

Le sketch choisi pour illustrer ce billet n’a rien à voir avec la philosophie, mais les Monty Pythons ont produit plein de sketches délicieux sur le sujet : “Mrs. Premise and Mrs. Conclusion”, “Philosophers’ Football”, et bien sûr, “The Philosophers’ Song”.

Pour en revenir au canular, le texte a été publié (puis retiré) par la revue Badiou Studies. Sa bibliographie est par ailleurs très intéressante : on y trouve notamment le remarquable essai de Leo Bersani, “Is the Rectum a Grave?”, paru aux USA en pleine épidémie de sida, et qui m’a donné envie de relire Susan Sontag.

Pour une réaction au canular à laquelle je souscris en à peu près tout point, voir ce commentaire de Justin Erik Halldór Smith. Pour des précédents, voir le “canular Maffesoli”, et bien sûr, “l’affaire Sokal”.

Attention, “précédent” ne signifie pas que les canulars démontrent à chaque fois la même chose. En l’espèce, le “canular Badiou” me semble beaucoup plus proche de “l’affaire Sokal” que ne l’est le “canular Maffesoli”, qui en diffère pour les raisons clairement énoncées par Michel Dubois.

Mais au fait, pourquoi des canulars scientifiques ?

La réponse dans les premières minutes de cet entretien avec Jacques Bouveresse sur les intellectuels et les médias (pour l’explication dans le texte, voir Arthur Schütz, “The ‘Grubenhund’”, et Karl Kraus) :

Encore une fois, les différents canulars ne se ressemblent qu’en surface : le canular du “Grubenhund” visait un quotidien autrichien, alors que le “canular Badiou” vise une revue posant comme scientifique (“peer-reviewed”, dans ce contexte).

Notez bien que, de l’aveu même d’un de ses éditeurs, la revue Badiou Studies n’a pas les moyens d’être une revue scientifique. “Nous ne nous donnons pas les moyens d’être scientifiques, donc nous faisons juste semblant de l’être” : magnifique aveu, pour le coup !

Ce n’est pas le seul aveu : dans une réponse au vitriol, Badiou lui-même a réagi au canular en indiquant que sa présence dans le comité de rédaction des Badiou Studies était “purement décorative”.

La subversion du processus éditorial scientifique est donc ici à peu près totale. Le qualificatif de “total” va d’ailleurs plutôt bien à Badiou, mais lui-même y préférerait peut-être celui “d’infini”, qui fait quand même plus sérieux.

La suite en podcasts

J’avais déjà évoqué le “canular Maffesoli” à l’occasion d’une esquisse d’analyse du sous-espace éditorial formé par les revues francophones de sociologie.

Des sources très fiables me soufflent que les auteurs dudit canular passent aujourd’hui dans l’émission Du grain à moudre sur France Culture. À vos postes / podcasts !

Et s’il vous reste du temps après ça, je vous conseille cet exposé sur la philosophie des statistiques, par l’un des auteurs du “canular Badiou”.

Mise à jour, même jour plus tard : l’émission est là.

En hommage à Giulio Regeni

Il y a peu, la communauté universitaire et scientifique a été profondément choquée d’apprendre le meurtre sanglant de l’un des siens, Giulio Regeni, un doctorant en science politique assassiné au Caire par des agresseurs non identifiés à l’heure où je rédige ce billet, jeudi 11 février 2016.

N’ayant rien à rajouter aux nombreuses réactions publiées sur le sujet, mais ayant à présenter rapidement la science politique à de futurs étudiants dans quelques heures, j’ai choisi de lui dédier mon intervention. Cliquez sur n’importe quelle image ci-dessous pour accéder à l’intégralité des slides.

Liens : pétition britannique, pétition internationale, lettre à Matteo Renzi.

To Giulio Regeni’s family: please accept my deepest condolences for your loss. If you are uncomfortable with my use of Giulio’s picture in the slides that I have posted on this blog, please let me know by email and I will remove them as soon as I get your message. Siamo con voi.

2016-02-10-ESPOL-FB-conf-2-mars-2016-v2 (1)

2016-02-10-ESPOL-FB-conf-2-mars-2016-v2