Présidentielle 2017 : pre-mortem de premier tour, 2/2

Suite et fin de mon pre-mortem de premier tour. Le post-mortem (en anglais) suivra dans deux quatre jours.

Derniers rappels sur le contexte

La première spécificité de la « PR 2017 » est que le président sortant ne se représente pas à la fin de son premier mandat. C’est inédit, et c’est bien la seule variable qui fasse structurellement exception ici : à part ça, l’élection se déroule au moment prévu, avec un nombre de candidats similaires à d’autres élections présidentielles de la Cinquième République, et dans un climat économique et social qui ne diffère pas radicalement de celui d’autres élections.

La deuxième spécificité de cette élection, qui est liée à la première, est que les partis de gouvernement sont tous les deux menacés d’être éliminés dès le premier tour, et la troisième, qui est liée à la seconde, est qu’un candidat annoncé comme un possible candidat de second tour, Emmanuel Macron, n’a aucun passé électoral qui permette de concevoir cette situation, mais seulement des défections.

Reste enfin le score du Front national, dont la candidate est annoncée comme candidate de second tour avec un forte probabilité, et même comme possible candidate majoritaire au terme du second tour. Au terme de mon examen de son score possible de premier tour et des arguments (spécieux) lui accordant une victoire au second, cette dernière possibilité me paraît toujours très, très, très faiblement probable.

Pronostics lus çà et là

Mon précédent billet contient mon pronostic personnel, établi sur la base très conservatrice des seules élections intermédiaires de 2015, et qui tranche nettement avec les sondages… ainsi qu’avec les pronostics que j’ai pu lire sur Facebook ou Twitter.

En prenant les pronostics de trois amis électoralistes, qui se reconnaîtront peut-être s’ils tombent sur ce billet, j’obtiens le pronostic de premier tour suivant :

  • Marine Le Pen : 26-28%1
  • Emmanuel Macron : 20.5–25%
  • François Fillon : 17–21%
  • Jean-Luc Mélenchon : 17–19%
  • Benoît Hamon : 5–8%
  • Nicolas Dupont-Aignant : 3–4%
  • Philippe Poutou et Nathalie Arthaud : 2–2.5%
  • Autres candidats : 1–1.5%

Marine Le Pen arrive en premier rang dans les trois pronostics, suivie d’Emmanuel Macron ou François Fillon, à scores quasi-égaux dans un pronostic, avec 5 et 8 points d’avance respectivement pour Emmanuel Macron dans les deux autres.

L’observation que je retiens dans ce pronostic est évidemment le pourcentage de suffrages allant à Emmanuel Macron : sur un électorat de 47 millions, il faudra au moins 7.5 millions de suffrages, légèrement au-delà du maximum de 7 millions que j’envisage de mon côté, pour le qualifier pour le second tour, dans un scenario à participation hyper-faible pour une élection présidentielle – scenario non réfuté par les sondages les plus récents, qui annoncent un taux de participation plus près de 70% que de 80%.

Quelques remarques supplémentaires, désormais.

Sur les « retraits » de candidatures

Dans les semaines qui ont précédé le premier tour et au lendemain des débats télévisés, j’ai lu plusieurs appels au retrait de tel ou tel candidat, et l’on ne manquera pas, dans quelques heures, de lire des contrefactuels du type « et si candidat x s’était retiré en faveur de candidat y, en additionnant les scores, on arrive à… et donc… ».

Pour rappel, puisque l’information va bientôt céder le pas à la spéculation sauvage, demander à tel ou tel candidat (de gauche) ne sert à rien, à moins que le candidat ne puisse rembourser par lui-même ses frais de campagne ! Quant aux promesses de remboursement en cas de retrait, je renvoie à la petite phrase de Charles Pasqua sur les promesses en politique.

La Constitution encadre à peu près la possibilité de retrait, et au-delà du délai prévu d’une semaine, le retrait est résolument l’option la moins attractive dans absolument tous les scenarios pour le candidat, et ce d’autant plus que le retrait du candidat oblige également à réécrire les accords conclus par son parti en vue des élections législatives.

Sur l’incertitude des sondages d’opinion

Sur l’autre thème porteur du moment, désormais :

Sur la même période et en réaction aux mêmes événements, quand les sondages annonçaient des progressions de +4 points pour tel ou tel candidat, j’ai lu des commentaires devenus récurrents depuis l’année dernière : « ah, mais les sondages se sont plantés sur le Brexit et Trump, donc ils auront tout faux à nouveau ! »2

Raisonnement très étrange que j’ai déjà tenté de mettre à mal, et qu’Arthur Charpentier a aussi démonté point par point, et cela bien que nous ayons tous deux de sérieuses réserves sur le calcul de probabilités à partir des sondages d’opinion.

Ces différentes remarques illustrent l’imagination débordante que suscite « la présidentielle » dans les esprits, et pourrait presque faire croire qu’on en dispose pas de documents sérieux pour documenter (1) comment se tient l’élection, et (2) comment les électeurs (et les candidats) se comportent.3

Le travail des instituts de sondage est loin d’être exempt de critiques, mais encore faut-il savoir identifier quels aspects de leur travail pose réellement problème. De mon point de vue, la « cuisine » sondagière est surtout critiquable pour ses redressements, qui peuvent notamment aboutir à ce problème :

Ces problèmes – de redressements effectués pour s’aligner sur les concurrents – ne sont qu’un aspect du problème des redressements : sur des échantillons constitués par quotas, tout redressement est par nature en violation des lois de probabilités qui permettent de pondérer un échantillonnage aléatoire—mais j’en ai déjà parlé, à de nombreuses occasions4.

Puisque j’ai cité Nate Silver, qui regarde les sondages français depuis les États-Unis, voici deux articles très recommandables d’auteurs américains sur « notre » élection présidentielle : Harrey Enten, « The French Election Is Way Too Close To Call », et G. Elliott Morris, « What to Know About the France 2017 Election, Part 1 — Polls and Predictions ». Et bien sûr, allez aussi faire un tour chez Arthur Goldhammer.

Full disclosure conclusive

Les lecteurs les plus attentifs savent que l’auteur de ce billet s’apprête à voter pour Benoît Hamon, après avoir découvert qu’il était encore inscrit sur les listes malgré une longue période de négligence totale du sujet, et après lecture du programme de Benoît Hamon, de celui de Jean-Luc Mélenchon, et de celui d’Emmanuel Macron. L’auteur a même parcouru le programme de François Asselineau, pour rendre service à une amie outre-Atlantique qui s’interrogeait sur l’offre politique autour du « Frexit ».

Je vous laisse mon intention de vote à des fins de transparence totale, et certainement pas avec l’idée d’influencer votre propre décision d’aller voter ou pas, et de voter pour tel(le) ou tel(le) candidat(e). En outre, le fait que j’ai lu les programmes de certains candidats, par exemple, ne signifie pas que je vote en fonction du programme : j’ai lu les programmes que l’on m’a tendu (biais socio-géographique), et j’en ai mis quelques-uns directement à la poubelle.

De mon point de vue, mon comportement électoral aux élections passées est un bien meilleur prédicteur de mon choix actuel que n’importe quel autre facteur—et mes prévision électorales reflètent d’ailleurs ce très fort biais en faveur des choix passés.

Dans tous les cas, entre les emplois fictifs, les costumes, le revenu universel et l’alliance bolivarienne (pardon ?), on aura vraiment eu le droit à tout au cours de la campagne :

Rideau !

  1. Soit la borne la plus haute de l’estimation de Joël, et sur la base d’une sous-estimation dans les sondages qui serait plus probable que le scenario inverse (ce qui reste à voir). []
  2. Idée que l’on retrouve en tête de cette tribune sur les biais des échantillons des sondages. La tribune est excellente… si l’on en retire les quelques lignes d’ouverture : d’une part, les sondages américains avaient bien annoncé la victoire d’Hillary Clinton au vote populaire ; d’autre part, les sondages britanniques sur le « Brexit » donnaient un résultat plus incertain que ce que l’on a pu en voir dans la presse française. Les sondages britanniques sont, en réalité, en difficulté depuis plus longtemps que le referendum du « Brexit », même si leurs performances passées furent respectables. []
  3. C’est bien évidemment faux—de même que les remarques qu’on a pu lire, çà et là, sur la non-reconnaissance du vote blanc, par exemple : la loi précise bien, depuis 2014, que ce vote est reconnu, mais non comptabilisé dans les exprimés. La nuance est de taille. []
  4. Il semble, malheureusement, que les erreurs les plus graves continuent de se glisser dans les médias, telle que cette vidéo du Monde, qui contient des tonnes d’approximations — et le cas n’est pas isolé. []

Présidentielle 2017 : pre-mortem de premier tour, 1/2

Ce billet et le suivant me servent, depuis environ un mois, de « bloc-notes » sur l’élection présidentielle 2017 : je les publie en guise de synthèse pré-premier tour. Ce premier billet fait un point sur les prévisions électorales et les conséquences du vote à l’élection présidentielle sur la compétition partisane. La suite, qui reprendra mes vieilles antiennes sur les « sondages d’opinion » et leur lecture, sera publiée dans deux jours, et un post-mortem suivra très rapidement.

Le premier tour de l’élection présidentielle est dans quelques jours, mais tout semble joué depuis si longtemps :

Bon.

Récapitulatif des billets

À part ça, au mois de mars, j’ai posté cinq billets sur l’élection présidentielle :

J’ai aussi posté deux ou trois autres babioles, mais rien de sérieux.

Pronostic personnel

Si vous avez bien suivi et lu un peu entre les lignes, ma prévision, établie uniquement sur la base des élections passées, est donc celle d’un premier tour qui donnerait, dans l’ordre, (1) Marine Le Pen, (2) François Fillon et (3) probablement Emmanuel Macron, bien que rien, dans mes prévisions, n’interdisent à un autre candidat – Benoît Hamon ou Jean-Luc Mélenchon – de figurer en troisième place.

À l’issue d’un second tour FN/LR, tout ce que l’on sait sur les reports de voix face à un(e) candidat(e) FN donne ensuite François Fillon gagnant, ce qui nous ferait retomber sur un scénario d’alternance classique, sans modification radicale du vote (réalignement) ou de l’espace partisan (tripartition gauche/droite/extrême-droite).

Je precise bien que mon « pronostic » – terme que j’affectionne peu – ne se fonde que sur les performances électorales passées, ce que Joël a très bien résumé en observant que j’accorde beaucoup de poids aux « priors » – c’est-à-dire aux probabilités antérieures à celle de l’événement, en partant de l’idée que ces probabilités ont plus de chances de se répéter que n’importe quelles autres.

Récapitulatif des autres prévisions

À la mi-mars, à la date où je commence à rédiger ce billet, les sondages prévoient un second tour Le Pen/Macron, et le modèle sondagier « Depuis 1958 » donne Macron gagnant (confiance : 95%) sur un second tour Le Pen-Macron (confiance : 93%).

Au 19 avril, date à laquelle je termine ce billet, les prévisions ont un peu bougé, en rapport à la forte montée en popularité de Jean-Luc Mélenchon dans les intentions de vote. Le modèle précité donne désormais une probabilité dite « totale » de victoire (au second tour, donc) un peu plus faible à Emmanuel Macron, sur la base de scenarios de second tour qui donnent vaguement la même probabilité – environ 85% – à Emmanuel Macron d’être au second tour :

N’ayant aucune expertise ni capacité divinatoire à faire valoir, je ne serais pas surpris si ces prévisions s’avéraient justes, et que les miennes soient donc fausses sur au moins un des deux chiffres avancés. On m’a conseillé de parier sur mon pronostic de second tour (Fillon/Le Pen ; la cote était à 5:1 quand j’ai regardé), mais je n’aime pas les jeux d’argent.

Les chiffres à scruter le 23 avril

Le 23 avril au soir, je suis curieux de voir trois choses :

  1. Si la participation va chuter, ce qui a l’air prévu, mais qui ne présagerait en rien de l’avenir, sauf très improbable réforme constitutionnelle avec changement radical du mode de scrutin de la présidentielle et/ou des législatives à la clé ;
  2. Si le Front national va prolonger son second tour des élections régionales de 2015, en continuant à « produire » de nouveaux électeurs qui « n’existaient pas » au premier tour de l’élection présidentielle de 2012 ; et
  3. Si les scissions annoncées à droite et à gauche auront lieu—ce qui demande d’attendre la fin de la séquence électorale en entier, histoire que les partis et leurs élus finissent, en gros, de se compter les uns les autres.

Les éléments (1) et (2) ne prêteront à conséquence que si l’élection aboutit au résultat, extrêmement improbable, de l’élection de Marine Le Pen ; en revanche, l’élément (3), beaucoup plus probable qu’une victoire du Front national au second tour, aurait des conséquences inédites à gauche, et renverrait la droite dix ans en arrière.

Quelques éléments de contexte, désormais. Pour un aperçu plus complet des dynamiques de la campagne, je renvoie à l’excellente intervention d’Antoine Jardin sur France Culture, le 27 mars.

La possible élimination au premier tour du Parti Socialiste

Au-delà des scores exacts de chacun des candidats présents au premier tour de cette élection, je ne peux m’empêcher d’observer que, pour la troisième fois sur neuf élections présidentielles depuis 1965, un candidat socialiste risque de se faire éliminer au premier tour de l’élection présidentielle.

Voici les classements de premier tour des candidats socialistes, avec le différentiel par rapport au candidat arrivé second entre parenthèses, en points de pourcentages. Les différentiels des deux dernières élections présidentielles donnent un indice intéressant sur la santé du parti présentant ces candidats :

  1. 2012 : 1er (+1,45)
  2. 2007 : 2nd (-5,31)
  3. 2002 : éliminé
  4. 1995 : 1er (+2,46)
  5. 1988 : 1er (+14,15)
  6. 1981 : 2nd (-2,47)
  7. 1974 : 1er (+10,65)
  8. 1969 : éliminé ; candidat : Gaston Deferre, SFIO
  9. 1965 : 2nd (-12,93) ; candidat : François Mitterrand, CIR

Il s’est écoulé 33 ans et quatre élections entre l’élimination de Gaston Deferre, qui représentait une SFIO exsangue contre un Parti Communiste Français au sommet de son succès électoral, et l’élimination de Lionel Jospin au premier tour de l’élection de 2002, sous l’effet d’une triple concurrence à gauche, à l’extrême-gauche, et à l’extrême-droite.1

Si Benoît Hamon est éliminé à l’issue du premier tour, alors la durée sans élimination du candidat socialiste – et écologiste – au premier tour de l’élection présidentielle se sera réduite de plus de moitié par rapport à l’existant, et ce probablement sans gain de voix à l’extrême-gauche par rapport à 2002.

Il faut rappeler ici la configuration inédite de l’élection, le président sortant, lui-même socialiste, ayant pris la décision exceptionnelle de ne pas se représenter. De plus, si l’on agrandit la focale et que l’on jette un oeil escalonien sur les partis ouest-européens, on voit aussi que cette élection a lieu dans un contexte de défaites cinglantes pour les partis sociaux-démocrates, comme tout récemment aux Pays-Bas, par exemple2 :

La somme de ces éléments que le Parti Socialiste, plus que n’importe lequel des autres partis représentés dans cette élection, est sur la sellette, mais sa possible élimination au premier tour ne présage en rien de son score aux élections législatives : la concurrence du mouvement d’Emmanuel Macron n’y sera pas la même, les alliances « rouges-roses-vertes » seront à nouveau sur la table, et la possibilité de « triangulaires » entre trois candidats au second tour créent un environnement de reports de voix très différent de ce qu’il est à la présidentielle.

En attendant, le Parti Socialiste n’a pas d’électorat spécifique attaché à son candidat présidentiel, et une bonne partie de ses élus s’est déjà ralliée à Emmanuel Macron. Je pense que l’on peut compter sur les électeurs socialistes « sédimentés » (dans mon style) pour que Benoît Hamon n’ait pas à rembourser ses frais de campagne, mais à part ça, personne ne semble disposé à aller déposer des chrysanthèmes rue de Solférino si le parti achève de se scinder.

La possible présence au second tour du Front National

L’autre fait remarquable est évidemment que l’extrême-droite va probablement accéder, pour la deuxième fois, au second tour d’une élection présidentielle. En l’absence d’alliés pouvant servir de réservoir de voix, ses chances de victoire au second tour restent néanmoins médiocres, les mobilisations de type « front républicain » étant numériquement bien plus efficaces (voir par exemple cet article sur Avignon, Tableau 2)3.

Là encore, le moment décisif va se jouer au moment des élections législatives, car dans certaines circonscriptions, le Front National est, de facto, le parti de droite dominant, sans lequel il est devenu techniquement impossible, pour un candidat(e) de droite, d’être élu au second tour : en conséquence, l’ambiguïté stratégique qu’autorise la présidentielle risque de voler en éclats.

Aux élections régionales de 2015, les électeurs de gauche ont fait élire des présidents de région de droite comme Christian Estrosi (voir, à nouveau, cet article sur Avignon) et Xavier Bertrand ; il faudra voir dans quelles proportions les électeurs de droite prendront la décision similaire de faire élire des députés de gauche, ou s’ils donneront au Front National de quoi constituer un groupe parlementaire.

Sur ce dernier point, et sans faire de prévision sur le nombre de ces députés, anticipons une chose. Si le nombre de parlementaires FN – rappelons qu’il y en a deux dans chaque chambre – augmente cette année, ce sera sur la base d’électorats initialement assez différents, à tel point que l’on ait pu parler d’un « FN du nord » et d’un « FN du sud » en confondant, comme l’a expliqué Joël, géographie et variations socio-démographiques :

Reste que si le Front National parvient à faire élire plusieurs députés sans effondrement de la participation électorale, alors ces différences se seront estompées au fur et à mesure de la massification de l’électorat FN.

Rien n’interdit, enfin, d’envisager une scission au sein du Front national en cas de contre-performance électorale. Les attentes au sein du parti sont, de ce que j’ai pu lire dans la presse, très élevées : 35% au premier tour, et un groupe parlementaire ! De telles attentes s’apparentent presque à du sabotage préparatoire, en vue d’une scission entre la ligne « seuls contre tous » et « union des droites » à venir.

Le degré de personnalisation du vote

Dernier élément de contexte : plusieurs partis politiques de gauche ont fait le choix, pour cette élection, de se présenter au sein de coalitions – ce qui tend à personnaliser l’acte de vote, du fait que le suffrage devient plus difficile à associer à un parti spécifique, c’est-à-dire à l’élément contre-balançant la dimension personnelle de la candidature. Pour prendre un exemple, il faudra vraiment avoir été « fillonniste » pour aller voter « LR » cette année.

Je ne sais pas comment analyser cette sur-personnalisation du vote « Fillon », du vote « Marine [Le Pen] » et de plusieurs des autres votes. Peter Mair en parle peu dans Ruling the Void, même s’il cite les candidatures de Blair (versus Brown) et de Schröder (versus Lafontaine) pour formuler un argument qui touche à la personnalisation du vote, et à la « présidentialisation » de l’exercice du pouvoir politique.

À droite, la tendance à la personnalisation est encore plus claire : avec deux candidatures souverainistes sur une ligne « à la Pasqua » (Nicolas Dupont-Aignan et François Asselineau), la droite me semble se trouver dans une position proche de celle de la gauche en 2002, avec un éclatement possible du vote de « droite post-gaulliste » si ces deux candidats parviennent à bénéficier de l’effondrement de la confiance dans François Fillon—ce qui n’est qu’une hypothèse parmi d’autres scenarios possibles. Je doute, en revanche, qu’ils récupèrent grand monde venu du Front national ou de l’abstention.

  1. Pour rappel, en 2002, les candidats divers-gauche (MRC, PRG et Verts) rassemblent presque 13% des voix, et les candidats d’extrême-gauche (LO, LCR, PCF, PT) font presque 14% des voix. Avec 16,86% des voix, le FN ne devance alors le PS que de 0,68 points. []
  2. Il faudrait nuancer cette observation en remarquant qu’en Allemagne, notamment, les choses ont l’air d’aller mieux pour les sociaux-démocrates—mais l’Allemagne est peut-être, de ce point de vue, en avance de quelques cycles électoraux et scissions partisanes sur beaucoup de pays ouest-européens : en Grande-Bretagne, le parti (néo ?) travailliste est déchiré en deux, de même que le Parti démocrate en Italie. Et dans d’autres pays encore (Grèce, Espagne), les partis socialistes ont, au moins temporairement, cédé le pas à d’autres partis de gauche radicale. []
  3. Rien ne dit, de plus, que l’extrême-droite soit nécessairement au second tour de cette élection présidentielle : rien n’interdit d’imaginer une série d’événements – chute de la participation, effritement sur les candidatures souverainistes – qui fasse baisser ce score en-deçà d’un score garantissant une première ou seconde place au premier tour. Peu probable, mais pas inimaginable. []

Annals of Youtube Science 1(7) : Inégalités et post-démocratie

L’économiste Tony Atkinson, qui a immensément contribué à l’étude des inégalités économiques, est mort au tout début de cette année. Si vous avez déjà lu du Piketty, vous avez déjà lu du Atkinson. Pour un « obit » très bien ficelé, voir le blog de Béatrice Cherrier : « Remembering Tony Atkinson as the Architect of Modern Public Economics » – et pour des compléments, voir les notes d’Ingrid Robeyns et de Thomas Piketty.

En 2015, Tony Atkinson avait présenté son livre Inequality. What Can Be Done? dans tout un tas d’endroits, notamment à la London School of Economics (chaîne Youtube) :

La même année, il était intervenu dans une série de conférences en Allemagne, où intervenait également Colin Crouch, l’auteur de Post-Democracy :

Enfin, toujours sur le thème des inégalités, voici une conférence de Branko Milanovic à l’Oxford Martin School en 2016 (chaîne Youtube), sur la mesure des inégalités mondiales :

Je trouve intéressant d’écouter et de regarder comment des économistes comme Milanovic communiquent, parce que leur sujet d’étude est intimement lié à la visualisation des inégalités, à l’aide de graphiques comme celui-ci, qui utilise des centiles sur les deux axes :

conf-milanovic-1

À mon sens, Piketty et Milanovic ont très bien compris la capacité de séduction de ces graphiques de concentration, qu’il faut évidemment déconstruire. Le graphique de « l’éléphant » de Milanovic, par exemple, reproduit ci-dessous, a fait l’objet de critiques très précises :

conf-milanovic-2

Petit bilan éditorial

Je profite de ce septième billet « Annals of Youtube Science » pour faire un mini-bilan.

Cette série de billets est très facile à rédiger : je n’ai pas la télévision, je n’écoute la radio qu’en podcasts, et j’aime bien écouter les auteurs des bouquins que je n’ai pas le temps de lire. Enfin, et même si je n’ai pas encore commencé à l’utiliser, j’ai tout un stock de conférences que j’ai accumulées au fil du temps, principalement pour les recommander aux étudiants en travaux dirigés.

Par manque de temps, je ne publie quasiment aucun commentaire d’accompagnement avec les vidéos que je poste dans Annals of Youtube Science, mais si vous fouillez les archives de ce blog, vous trouverez souvent des billets sur les mêmes thématiques que les conférences que j’y mets en avant. Thomas Piketty, par exemple, doit faire partie des auteurs les plus cités sur le ‘Bistro.

Je prévois de continuer cette série de billets au rythme d’un billet tous les quinze jours environ. Si vous avez des suggestions, en français ou en anglais1, elles sont évidemment les bienvenues.

  1. J’ai tenté de suivre une conférence en allemand, pour voir ce qu’il me reste d’allemand après plus de quinze ans de désintérêt. Échec patent. []

Plein de bonnes nouvelles sur le front de l’accès ouvert aux travaux scientifiques

Lu il y a quelques semaines dans l’excellente New York Data Science Community Newsletter, ma newsletter favorite du moment (et qui a désormais son équivalent sur la côte ouest des États-Unis) :

  • SocArXiv, le dépôt de publications que j’avais signalé en août dernier, est désormais officiellement lancé !

    SocArXiv, the open access, open source archive of social science, is officially launching in beta version today. Created in partnership with the Center for Open Science, SocArXiv provides a free, noncommercial service for rapid sharing of academic papers; it is built on the Open Science Framework, a platform for researchers to upload data and code as well as research results.

  • Et dans la foulée, la psychologie s’y met aussi, avec PsyArXiv :

    Today, PsyArXiv officially launches its open access digital archive, PsyArXiv.com, dedicated to psychological science. PsyArXiv joins a growing collection of online archives in fields including physics, biology, linguistics, and sociology, by providing a free, open access outlet for new findings in the psychological sciences.

  • Toutes ces initiatives s’inspirent d’arXiv, qui a, concrètement, réglé le problème de l’accès aux travaux scientifiques dans certaines disciplines (notamment l’informatique, la physique, les mathématiques et les statistiques). La philosophie, quant à elle, a PhilPapers, même si je n’ai pas l’impression que le portail soit aussi fréquemment utilisé qu’arXiv l’est dans les autres disciplines citées.

  • Rappelons aussi, pour la forme, qu’en France, on dispose des portails HAL, HAL-SHS, TEL et autres variantes, qui, à défaut d’être superbes et/ou ergonomiques, font néanmoins un excellent travail de dissémination des publications : j’en tiens pour témoins les étudiants dont j’encadre les travaux de recherche de fin de Licence, et qui s’en servent beaucoup.

    Aparté — une documentaliste de mon ancienne UMR CNRS m’avait dit que le dépôt des publications d’un laboratoire dans HAL était obligatoire pour que la publication soit prise en compte, notamment dans les rapports d’avancement que demandent les organismes comme le CNRS, mais je n’ai pas l’impression que la consigne soit vraiment suivie. Je suis abonné au flux RSS des publications SHS:SCIPO1, et je vois passer plein de choses2, mais pas tout, loin de là.

Bref, diffuser un preprint – en lui adjoignant un DOI, pour un suivi aussi fiable que possible sur le long terme – n’a jamais été aussi facile ; et pour le code, les données et autres matériaux de réplication, il y a d’autres portails, tels que Dataverse, Figshare ou Zenodo.

Notez que toutes les initiative listées ci-dessus devraient être plus fiables, sur le long terme, que les portails privés, tels que Academia ou ResearchGate3, sur lesquels je trouve utile d’avoir un compte pour des questions de visibilité à court terme, mais où je renâcle à déposer quoi que ce soit—le rachat de SSRN par Elsevier ayant achevé de me convaincre que ces « pages Facebook pour chercheurs » sont à utiliser avec précaution.

Avant-dernière chose, la même newsletter citée en tête de billet m’apprend l’existence de l’initiative suivante :

The Open Research Funders Group (ORFG) is a partnership of funding organizations committed to the open sharing of research outputs. This will benefit society by accelerating the pace of discovery, reducing information-sharing gaps, encouraging innovation, and promoting reproducibility. The ORFG will speak in an amplified voice, and engage a range of stakeholders to develop actionable principles and policies that enable sharing and collaboration across the global research enterprise.

The Open Research Funders Group (ORFG) has its genesis in an October, 2015, meeting convened by the Robert Wood Johnson Foundation (RWJF) and the Scholarly Publishing and Academic Resources Coalition (SPARC). This forum of open access stakeholders included representatives from more than 50 organizations. It offered a unique opportunity for participants to share experiences, concerns, strategies, and questions regarding open access and open data.

Et enfin, tout dernier rappel, pour citer les amis et alliés dans la lutte pour l’accès ouvert aux travaux scientifiques : ce blog est hébergé sur Hypothèses, une plateforme de blogs scientifiques inclue dans l’initiative OpenEdition, conçue par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)4.

Ça vous fera assez d’ouverture pour la journée, ou j’en remets une « open » couche5 ?

Deux cadeaux pour terminer

  1. C’est Noël très en avance sur OpenEdition Books, qui a récemment mis en ligne les deux volumes de L’argument statistique, l’oeuvre finale du très regretté Alain Desrosières. À inclure dans vos plans de cours, et merci à l’éditeur !

  2. Et pour terminer, je découvre que j’ai complètement raté le lancement de Socius, une revue « libre accès + publication rapide » de l’American Sociological Association. Cet excellent billet d’Elizabeth Popp Berman vous en dira beaucoup plus.
  1. Eh oui, ça existe. Je suis un gros nerd, et un fanboy absolu du standard RSS, auquel avait amplement contribué le très regretté Aaron Swartz, un de mes héros personnels. Si j’avais une fille, je ne la laisserais pas se marier à quelqu’un qui n’a pas de lecteur RSS. []
  2. En ce moment, je découvre, par exemple, les passionnants travaux de l’historien Jacques Sémelin, et ce grâce à HAL-SHS. []
  3. De même, Google Scholar, qui est simplement un dérivé de l’indexation de Google et qui ne permet pas de déposer quoi que ce soit, ORCID, qui fournit une sorte d’identifiant unique pour les chercheurs, ou Publons, qui se concentre sur l’activité de peer review. []
  4. Je siège par ailleurs dans l’un des conseils scientifiques d’Hypothèses. []
  5. Pour passer la deuxième couche, il y a ces slides hyper-denses de Jérome Valluy. []

La lente désintégration démocratique de la Hongrie est une tragédie européenne

La plupart des universitaires européens et nord-américains sont au courant, et la presse s’en est fait le relais : le gouvernement illibéral hongrois de Viktor Orbán a pris des mesures de rétorsion contre la Central European University de Budapest, au motif stratégique inavouable de réduire à néant un contrepouvoir supplémentaire et de donner ainsi des gages aux électeurs qui menacent de dépasser son parti d’extrême-droite sur sa droite extrême-extrême.

Je ne peux m’empêcher, à chaque fois que je lis un article de plus sur la lente désintégration du régime démocratique hongrois (et de ses protections constitutionnelles) sous la pression d’Orbán, de penser aux sanctions (diplomatiques) que l’Union européenne avait appliquées au gouvernement autrichien de Jörg Haider en 1999. Ce n’était pas grand chose, mais c’était symbolique et c’est resté dans les manuels.

À l’heure où j’écris ce billet, les 9 et 11 avril, l’Union européenne n’a encore rien fait de tel, de même qu’elle n’avait rien fait lors de la crise des migrants, ou lorsque le gouvernement hongrois a toléré l’organisation de marches antisémites ou démantelé une partie de la presse d’opposition.1

La géométrie variable des politiques européennes en matière de respect des critères de Copenhague est une tragédie pour quiconque nourrit même le plus modeste espoir de supranationalisme européen. Pire, l’exécutif français me semble totalement atone en la matière, alors que je me tiens quand même pas trop mal informé sur ses faits et gestes.2 Enfin, notons que la seule puissance est-européenne qui pourrait peser dans la balance a elle aussi glissé dans l’illibéralisme (complotiste) le plus sordide ces dernières années.

Le niveau de pression sur le gouvernement Orbán semble heureusement s’être élevé au cours des derniers jours, et le Parlement européen semble envisager de sortir la grosse artillerie si besoin.

En attendant, voici le formulaire à remplir pour exprimer votre soutien à la CEU et à ses personnels et voici la page listant les différentes manières de protester contre les mesures en cours d’application :

Mise à jour, 16 avril : voici un article récent de Daniel Kelemen dont la lecture m’a l’air toute recommandée dans le contexte actuel. L’article mentionne aussi des « épisodes de democratic backsliding » en Roumanie, en Bulgarie et en Slovénie :

Critics have long argued that the EU suffers from a democratic deficit and that growing EU power undermines national democracy. But recent backsliding on democracy and the rule of law in Hungary and Poland reminds us that grave democratic deficits can also exist at the national level in member states and that the EU may have a role in addressing them. This article will place the EU’s struggles with democratic deficits in its member states in comparative perspective, drawing on the experience of other democracies that have struggled with pockets of subnational authoritarianism.

  1. Je ne fournis pas de liens car je tiens ces éléments d’une amie journaliste (et juive) résidant à Budapest, mais je ne doute pas qu’on en trouve confirmation dans la presse hongroise indépendante. []
  2. La campagne présidentielle me laisse même clairement l’impression que l’exécutif français actuel a fait une croix sur son électorat, et n’envisage même plus de lui offrir la moindre action symbolique qui puisse revaloriser son image, mais c’est un autre débat. []

Modèles : Poutou battrait Macron, qui battrait Le Pen, au troisième tour

On s’éloigne du 1er avril, et l’on se rapproche du premier tour de l’élection présidentielle.

Coïncidence ? Je ne crois pas.

Si ce style de « raisonnement » vous plaît, alors ce papier, dont la seule véritable hypothèse implicite semble être la régression vers la médiocrité au sens propre comme au sens figuré, est fait pour vous :

Certes, l’argument est très facilement démontable : il suffit de prendre le plus gros contingent électoral du candidat en question et réaliser que, même si le taux de participation descendait à 70%, il faudrait encore, pour que Marine Le Pen remporte le second tour de l’élection présidentielle après s’être qualifiée au premier, qu’elle obtienne plus du double des électeurs ayant jamais voté Front national lors d’un tour d’élection.

Impossible ? Bien sûr que non : à partir du moment où un candidat est présent au second tour, il est naturellement éligible. Simplement, poser l’hypothèse d’une mobilisation différentielle qui laisserait à un raz-de-marée électoral d’entre 6 et 9 millions de nouveaux votes Front national est totalement déconnecté de la réalité, ce que ce billet / poisson-d’avril exprime aussi très bien :

Entre ça, les débats télévisés et les sondages, il est grand temps, quelque part, que le vote ait lieu et qu’on en finisse. Vote pour lequel j’ai par ailleurs découvert qu’au final, j’étais encore inscrit, à l’insu de mon plein gré ! C’est dire si je connais bien mon Code électoral…

Quelques liens pour terminer

Pour terminer, si vous avez lu ce billet dans l’espoir de lire quelque chose de consistant sur l’élection présidentielle, je vous propose de jeter un coup d’oeil à ces portraits d’électeurs compilés par Le Monde. Ça vole moins haut que la « sociophysique », mais c’est tant mieux :

Un petit clin d’oeil amical, également, à l’émission de radio EGOphonique, de l’association Espoir Goutte d’Or – Aurore, dont le dernier numéro s’intitule « Voter, c’est ne plus rester en marge« .

Et enfin, merci à l’étudiante qui a lu mon billet sur Emmanuel Macron et qui m’a apporté… son programme, que j’ai lu (surtout la page imprimée en rose, de toute évidence ciblée sur l’électorat socialiste). J’en sors renforcé dans ma conviction intime – attention, méga-scoop : cet homme a été banquier d’affaires et ministre à Bercy, et il est encore à des années-lumière de savoir parler à l’électeur socialiste modal.

Bribes de la conférence XXL

Mi-mars, j’ai pu me rendre à un tout petit segment des journées d’étude « Science XXL », déjà rapidement évoquée dans un des quelques billets « big data » de ce blog.

La conférence se tenait salle Alfred Sauvy de l’Ined, et le peu que j’en ai vu était très réussi : bonne ambiance, présentations et arguments variés, café arôme « service public » à volonté. Et surtout, un peu à la manière du théorème de Cantor, chacune des interventions soulevait tellement de questions connexes que l’on aurait pu organiser une infinité de conférences supplémentaires en partant des positions exprimées.

L’enjeu de la conférence était de comprendre « ce que l’abondance et la diversité des données numériques font au sciences sociales », et si vous êtes intéressés par les réponses apportées à cette question, jetez un coup d’oeil aux comptes-rendus, très détaillés, d’Étienne Ollion et de Béatrice Cherrier.

Je profite de ce billet pour signaler le lancement officiel de « Démarre SHS !« , le programme “DonnÉes MAssives et Riches pour la REcherche en SHS” de l’Institut des données de Grenoble. Leur blog n’en dit pas beaucoup plus pour l’instant.

Annals of Youtube Science 1(6) : Une fin au capitalisme ?

Wolfgang Streeck, déjà recommandé il y a quelques mois, est toujours aussi intéressant à écouter (ou à lire) de temps à autre. L’une de ses dernières conférences, donnée début novembre 2016 au King’s College London, est disponible sur la chaîne Youtube du département de droit :

Le thème de la conférence – « How Will Capitalism End? » – ne surprendra pas celles et ceux qui ont déjà prêté l’oreille à Wolfgang Streeck au cours des dernières années. C’était déjà le thème, par exemple, de sa conférence à la British Academy (chaîne Youtube) en janvier 2014 :

Et voici encore une autre conférence de Streeck la même année, donnée à Princeton :

Dans ses conférences récentes, Streeck mélange – à bon escient – plusieurs choses : des observations sur la crise économique et politique qui traverse l’Union européenne et la zone euro en particulier ; des critiques plus générales à l’encontre du capitalisme et de la globalisation ; et des remarques sur les élections récentes et sur les dirigeants politiques des années à venir.

La période actuelle se prête très bien à ces « exposés syncrétiques » et, dans une certaine mesure, téléologiques. Toutes les tendances observées depuis des décennies semblent en effet désormais rentrer en collision les unes avec les autres : désaveu des politiques fiscales et macroéconomiques par leurs « perdants » ; aggravation des dysfonctionnements liés à la dérégulation financière ; et consolidation des trajectoires électorales ascendantes des partis politiques populistes et des candidats anti-système. Bref, la fin est proche.

Si vous avez étudié l’Union européenne dans les années 2000, vous avez très certainement lu Fritz Scharpf, Governing in Europe (trad. fr.). De la même manière, si vous étudiez l’UE dans les années 2010, il est plus que probable que l’on vous fera aussi lire Wolfgang Streeck, Buying Time (trad. fr.). Et si vous n’avez pas le temps, allez au moins lire ses articles dans la New Left Review.

Les thèses de Streeck sont parfois proches de celles de Claus Offe, bien connu pour ses critiques radicales de l’État-providence, et qui a aussi sorti un livre ultra-critique sur l’UE, Europe Entrapped.

Sur le même thème

Pour une vision différente de l’avenir du capitalisme, on peut écouter une autre conférence donnée à Princeton, celle de Tyler Cowen, en 2015 :

Sondages : Roosevelt battrait Macron au second tour

Je ne peux m’empêcher de partager cet article, sans en dire plus :

The Literary Digest poll of 1936, which incorrectly predicted that Landon would defeat Roosevelt in the 1936 US presidential election, has long been held up as an example of how not to sample. The sampling frame was constructed from telephone directories and automobile registration lists, and the survey had a 24% response rate. But if information collected by the poll about votes cast in 1932 had been used to weight the results, the poll would have predicted a majority of electoral votes for Roosevelt in 1936, and thus would have correctly predicted the winner of the election. We explore alternative weighting methods for the 1936 poll and the models that support them. While weighting would have resulted in Roosevelt being projected as the winner, the bias in the estimates is still very large. We discuss implications of these results for today’s low-response-rate surveys and how the accuracy of the modeling might be reflected better than current practice.

Si le sujet de la pondération des données d’enquêtes vous intéresse, je ne peux que recommander cet autre article :

Et si vous voulez lire plus de choses sur les sondages, allez voir chez Arthur Charpentier.

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/03

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02. Cette édition contient beaucoup, beaucoup d’analyse de données.

  1. Ann Swidler, dont il est temps, comme l’a fait remarquer Kieran Healy, de relire le classique « Culture in Action: Symbols and Strategies » :

    swidler-culture-in-action

  2. J’ai déjà cité, dans l’édition 2017/01, Jennifer Bryan, pour ses slides sur la manipulation de données, et avant ça, j’avais cité, dans l’édition 2016, Julia Silge, pour l’ouvrage Tidy Text Mining qu’elle co-écrit avec David Robinson.

    En janvier, j’ai suivi de loin la première RStudio Conference via Twitter, et la forte présence féminine lors de la conférence m’a semblé faire partie de ses points forts. Jenny Bryan et Julia Silge en étaient, et l’on peut aussi mentionner Hilary Parker (lisez ses slides), Hilary Mason (qui a le meilleur t-shirt du monde), Amelia McNamara et Charlotte Wickham, qui a présenté une excellente démo de programmation fonctionnelle avec le package purrr.

    La forte présence féminine à la conférence ne doit pas grand chose au hasard : il y a une task force qui travaille sur le sujet, et des initiatives dans la communauté R.

  3. Meredith Monk, « Dawn », sur l’album Book of Days (1990) :

  4. Aperçue dans une autre conférence que celle citée plus haut, Haley Jeppson, qui a repris le flambeau du package productplots avec ggmosaic :

  5. Je reviendrai sur cette série d’entretiens, mais voici le sixième épisode de la série « DataChats », avec la statisticienne Jo Hardin, qui présente son cours sur le bootstrapping :

    … série dans laquelle on retrouve, à nouveau, Charlotte Wickham, qui y présente un cours de manipulation de données spatiales.

  6. Björk, « Unravel » (1997) ; la version jouée avec le Brodsky Quartet est ma favorite, mais le clip de l’originale est plus esthétique :

  7. Alice Bartlett, « Git for Humans » :

    git-for-designers

    Et sur le même thème, voir, à nouveau, Jenny Bryan et al., Happy Git and GitHub for the useR.

  8. Bonnie Stabile, pour son papier « Reproductive Policy and the Social Construction of Motherhood » :

    Findings. Women’s choices fell within social construction quadrants as being positively portrayed and powerful; negatively portrayed but powerful; positively portrayed but powerless; and negatively portrayed and powerless. Married heterosexual women embracing motherhood were likely to be viewed positively and to reap benefits. Women forgoing motherhood, poor women, and women seeking to form nontraditional families were likely to be viewed negatively and to bear burdens; critical among these burdens was restriction of access to technologies that could be used to support a decision to avoid motherhood or to achieve motherhood through nontraditional methods.

  9. Melt-Banana (Yasuko Onuki au chant, Ichirou Agata au reste), « Last Target On The Last Day », dernier morceau de l’album Bambi’s Dilemma (2007), ci-dessous en version live à Tokyo (2009) :

  10. Julia Lynch a formulé un point de vue que je rumine depuis longtemps :

    Medicalizing inequality is more appealing to most politicians than tackling income and wage inequality head-on, but it results in framing the problem of social inequality in a way that makes it technically quite difficult to solve. Policy-makers should consider adopting more traditional programs of taxation, redistribution and labor market regulation in order to reduce both health inequalities and the underlying social inequalities.

Mention spéciale : Mica Levi, pour l’intégralité de la bande originale du film Under the Skin. La bande-son, dont un extrait suit, est plus intéressante que le film lui-même, et devrait vous plaire si vous avez aimé la bande-son de Donnie Darko, par exemple.