À (ré)écouter : « FN : une force politique mouvante »

Joël est allé parler de son bouquin à la radio, et chose incroyable au 21e siècle, il a pu parler sans être interrompu toutes les 30 secondes !

joel-grande-table

C’est évidemment sur France Culture que ça se passait, dans l’émission « La Grande Table » ; à réécouter ci-dessous :

Au fil de son intervention, Joël pose plusieurs questions à la fois scientifiques et électorales :

  1. La question scientifique à 10 000 francs : pourquoi le vote FN persiste-t-il sur les mêmes territoires, alors que la structure de son électorat a changé ?
  2. Le clivage interne au Front national : comment faire pour gagner l’élection présidentielle ? Gagner seul en mode « ni-droite-ni-gauche » – ou jouer la carte du « rassemblement des droites » ?
  3. La grande difficulté de 2017 sera justement de trancher entre ces deux stratégies, en fonction du score à la présidentielle, et surtout des scores et sièges aux élections législatives.

Pour le détail, voir les 30 minutes d’antenne.

Regrets moyennement éternels

François Hollande a décidé de priver la science politique d’un « data point » supplémentaire : sauf changement d’avis – imaginez le délire : « c’était une blagounette, en fait j’y vais ! » –, on ne connaîtra pas le score électoral du septième président sortant de la Cinquième République.

Au lieu de ça, un cas inédit et intéressant se présente : ce sera, en toute probabilité, un Premier ministre, ou un ancien ministre du gouvernement, qui représentera le parti du président à la prochaine élection présidentielle. J’ai hâte de lire le Canard enchaîné pour voir comment chacun-chacune voit les choses.

J’imagine que le Canard aura aussi un petit mot pour ce document envisageant les prémisses d’une campagne électorale « Hollande 2017 » – document que j’ai soupçonné d’être un faux (c’en est un), sans être toutefois capable de trancher…

Deux rapides réactions à chaud

1. Je ne sais pas qui a persuadé le Président d’annoncer son renoncement électoral au moment précis où se terminait le cycle médiatique de l’élection du principal parti d’opposition, mais je dois avouer que c’est très, très finement joué. Cette année, on fête Noël en avance chez François Fillon.

2. Ma faible curiosité électorale est désormais toute entière tournée vers Christiane Taubira, qui dispose, à mon sens, d’un boulevard électoral, bien que tronqué des candidatures déjà déclarées à gauche et coupé dès le premier kilomètre par un obstacle électoral de taille en la personne du Premier ministre actuel1.

Quelques regrets, version politiques publiques

Dès le moment qu’un président en exercice prend la seule décision qui lui garantit systématiquement de ne pas être réélu, on est en droit, me semble-t-il, de décrire la longue couronne mortuaire qu’a tressé son mandat autour de ses ambitions personnelles.

Autrement dit :

Qu’est-ce qui peut justifier, du point de vue d’un dirigeant, qu’il s’auto-exclue lui-même du processus légal lui permettant de se faire réélire ?

On peut répondre à cette question de plusieurs manières, par exemple en faisant jouer les indices de popularité et autres oracles électoraux. On peut aussi envisager une grosse fatigue à l’idée de devoir se rendre au prochain G8 en compagnie de Donald Trump, Theresa May, Wolfgang Schäuble Angela Merkel, et l’ombre flottante de Vladimir Poutine…

Mais plutôt que de prendre en compte les « coûts futurs » d’une campagne électorale et d’un hypothétique mandat, prenons plutôt en compte les apprentissages passés, sans poser trop d’hypothèses sur les intentions réelles du président.

Un premier épisode critique de la mandature Hollande m’a paru être l’absence de réforme fiscale dans la période de « lune de miel » post-électorale. Tout dispose à penser que c’est à ce moment-là qu’il aurait été le plus possible d’imposer les très hauts revenus, de fusionner la CSG et l’IRPP, et de lancer le prélèvement à la source.

Au lieu de cela, le choix a été fait d’introduire les différentes composantes de cette réforme les uns après les autres, sous plusieurs équipes ministérielles. Ce choix a multiplié les occasions de sabotage, ce terme me semblant être le seul approprié pour qualifier la décision d’envoyer une version inconstitutionnelle de la réforme à la censure.

Un autre épisode critique de la mandature me semble se situer dans la guerre aux chômeurs, qui n’a pas plus connu d’inflexion sous Hollande et ses différents (premiers) ministres que sous les présidents précédents. Mêmes politiques, mêmes erreurs, même équation insolvable du plein emploi depuis Raymond Barre.

La partie était jouée d’avance avant même l’erreur qu’a pu incarner la promesse de « l’inversion de la courbe » : à partir du moment où les économies du sud de l’Europe ont commencé à sortir des taux de chômage à deux dizaines et plus chez les jeunes, il aurait peut-être fallu se fixer un objectif viable de stabiliser le chômage à la moitié de ça.

Un dernier épisode critique s’est ouvert avec les attentats de janvier 2015. Ce n’était pas les premiers, ce ne furent pas les derniers, et il y en aura, en toute probabilité, d’autres, dont on peut simplement souhaiter qu’ils connaissent le sort de la dernière tentative en date.

Se retrouver chef de guerre au Sahel et dirigeant démocratique sous état d’urgence doit être fatigant, mais probablement pas autant que d’écouter son ministre déclarer, au fil des événements, que « les services n’ont pas failli » – phrase récipiendaire du prix mondial et éternel de l’anti-performativité.

Jeu de flipper, version institutions politiques

Peut-être les manuels d’éducation civique devraient-ils songer à représenter la présidence de François Hollande sous la forme d’un jeu de flipper avec,

  • en lance-billes, le président sortant précédent,
  • en flippers, Bercy et Matignon,
  • en bumpers, la Banque centrale européenne et la Commission européenne
  • en rampe, le Parlement et le Conseil constitutionnel

Plus sérieusement, jamais le paysage institutionnel quinto-républicain ne m’a paru autant jouer contre un président français que lors de ces dernières années. Même le Parlement est arrivé à tirer son épingle du jeu, avec une excellente réaction dans la rue au fil du jeu parlementaire (adoptions de lois, rejets de motions de censure)2.

Tiens, puisqu’on parle du Parlement, d’ailleurs : il est étrange qu’Hollande n’ait pas mieux planifié sa sortie à l’aide de celui-ci. Il aurait suffi de demander une censure à sa propre majorité, en ayant préalablement averti le Premier ministre que son gouvernement allait tomber, afin de le laisser se présenter aux primaires une fois parti de Matignon.

Au lieu de ça, la primaire s’annonce fratricide, les cartes ayant été mal et tardivement distribuées. La primaire (ouverte) semble être la grande institution du moment, au grand bénéfice des ami(e)s qui travaillent dessus depuis un petit ou grand bout de temps, et qui sont aussi aller voir comment le dispositif fonctionnait à l’étranger.

En attendant la suite

Pas d’oraison funèbre, ni débouchage du champagne. Mais Michel Rocard, Jacques Delors, Lionel Jospin et désormais François Hollande forment une drôle de série noire de la social-démocratie française, quand même. Le nom du – à mon sens très, très mauvais – premier secrétaire actuel du Parti socialiste mérite aussi certainement de figurer ici.

  1. Le troisième obstacle de taille est que Christiane Taubira est à un an de la retraite légale, et peut donc difficilement passer un tour pour jouer dans cinq ans. []
  2. Et ce malgré les réserves d’une partie des syndicats de salariés, voire leur mise hors-jeu sur certaines mobilisations (Manif pour tous, Nuit Debout). []

Les politiques de santé de l’Union européenne : une bibliographie détaillée à jour

Au début de ce semestre, j’ai complètement remanié mon cours sur les politiques de santé de l’Union européenne. Le résultat est en ligne :

syllabus-ehp-2016-v2-1

Descriptif rapide

Le cours porte sur les politiques de santé menées au niveau de l’Union européenne, soit directement, par les institutions européennes elles-mêmes, soit indirectement, par effet diffracté des politiques européennes – et en particulier de celles qui gouvernent l’organisation du marché intérieur – sur les systèmes de santé et sur les politiques nationales.

Ce n’est ni de l’européanisation « par le haut » ou « par le bas », pour reprendre une métaphore facile, mais principalement de l’européanisation « par la tangente », si l’on peut dire—ce qui requiert de traiter la CJUE et, pour la zone euro, la BCE comme des acteurs majeurs des politiques de santé, aux côtés de ceux que l’on croise habituellement au niveau national ou infra-national.

Version « 2.0 »

Le cours est versionné « 2.0 » car c’est une refonte majeure. J’ai composé le plan avant d’avoir eu le temps de lire toutes les références citées—le plan en contient une centaine, dont plusieurs sont encore en cours de publication. La version 3.0, prévue pour l’an prochain, devrait être « la bonne » qui me fera économiser du temps de préparation.

Certains aspects du cours sont très, très actuels : les effets de la crise économique en cours, par exemple, sont tellement récents qu’il faut admettre que l’on ne sait pas encore grand chose sur le sujet, et que le peu qu’on sait (l’augmentation des accidents de la route, le plus faible recours aux soins dentaires) est entouré de grandes marges d’erreur.

Il est toutefois certain, à la lecture de tout ce qui s’est publié sur le sujet, que la gouvernance fiscale de l’Union européenne, et celle de la zone euro en particulier, a eu des effets importants sur les dépenses de santé, sur la demande et l’offre de soins, et sur les réformes des systèmes de santé.

C’est ce dernier effet que je trouve le plus intéressant à étudier : si certains systèmes de santé n’ont pas vraiment dévié de leurs trajectoires institutionnelles sous l’effet des crises macroéconomiques, ce n’est peut-être pas le cas de tous. La question devient alors de savoir qui gouverne en période d’austérité permanente aggravée.

Remerciements et comments welcome

La bibliographie de ce cours s’appuie très fortement sur les travaux de Monika Steffen, Scott L. Greer et Elize Massard da Fonseca, pour qui j’ai une immense estime à la fois personnelle et intellectuelle. Et je ne connais pas personnellement Holly Jarman, mais vous la croiserez aussi à plusieurs endroits du « syllabus ».

Si vous avez des idées de références à rajouter (ou à enlever), faîtes signe dans les commentaires ! D’autant plus que je vais tenter de rédiger une synthèse des lectures de la dernière séance – thème : réformes des systèmes de santé et austérité fiscale.

Quelques slides sur le sujet

Sur ce sujet, voici le support d’un bref exposé intitulé Coping with Permanent, Aggravated Austerity in European Health Systems et présenté dans un séminaire récemment organisé par l’Université Catholique de Lille et Liverpool Hope University.

lhu-icl-briatte-2016-11-17-1

lhu-icl-briatte-2016-11-17-2

lhu-icl-briatte-2016-11-17-3

lhu-icl-briatte-2016-11-17-4

lhu-icl-briatte-2016-11-17-5

Comme vous pouvez le voir, en ce moment, je ne suis pas très optimiste sur le futur de l’Union européenne…

Fidel Castro : restons concrets (ou contrefactuels)

castro

Je n’avais vraiment pas prévu d’écrire quoi que ce soit sur le décès de Fidel Castro, mais c’est dingue ce qu’on peut lire sur les réseaux sociaux entendre dans la bouche de Jean-Luc Mélenchon, quand même. Le guitariste au second plan est parfait dans son rôle :

En réaction à un commentaire sarcastique de ma part, un ami écrit :

Troll. Late trolls shall be punished by being ineffective. No angry debate shall follow.

Bon, d’accord, mais un billet de blog quand même.

On trouve assez facilement sur Internet des histoires politiques raccourcies de Cuba sous Castro, c’est-à-dire Cuba depuis la révolution de 1959. La plupart de ces histoires présentent toujours les choses de la même manière : (1) le régime cubain est né dans un bain de sang, (2) qui persiste depuis sous la forme d’une autocratie hyper-répressive, et (3) dont les résultats économiques sont mitigés.

Je vais laisser le point (1) de côté, parce que je répugne à débattre des régimes politiques nés dans un bain de sang, en particulier avec mes amis américains ou hispanophones. Mais passons.

Le « mitigé » ci-dessus tient au « miracle cubain » dans les domaines de l’éducation et de la santé. En gros, les enfants cubains sont correctement alphabétisés – ce qui n’est pas l’apanage du seul régime cubain : plusieurs autres autocraties y arrivent pas trop mal, même si les résultats agrégés ne sont pas terribles, et que les démocraties y arrivent mieux et plus vite –, et le système de santé est, à différents points de vue, excellent, pour deux raisons notables :

  1. Il est accessible à une très large fraction de la population cubaine, surtout en ce qui concerne la médecine générale et préventive—comme c’est souvent le cas dans un système de santé pas trop mal financé, mais cela ne diminue pas le mérite du système de santé cubain ; et
  2. Il s’appuie sur une main d’oeuvre de très bonne qualité, obtenue notamment grâce aux restrictions du régime sur les différentes voies possibles dans son système d’enseignement supérieur, et par l’aide limitée mais réelle que les États-Unis y apportent discrètement.

… Mais trève de politiques sanitaires et sociales !

Parlons produit intérieur brut en dollars constants, c’est tellement plus subtil.

Si l’on s’amuse, à l’aide d’une méthodologie très sérieuse par ailleurs, à modéliser le Venezuela sans Chavez ou Cuba sans Castro, les résultats sont édifiants : les révolutions socialistes coûtent chacune quelques décennies de développement économique. Mauvaise limonade.

À ceci près que :

  1. Comme dans le cas de l’Iran, par exemple, les effets des embargos et/ou des accès différenciés aux ressources pétrolières faussent gravement l’équation initiale. Si l’on admet, de plus, que les embargos ont un effet sur la proportion de la population qui fuit le pays ciblé, et donc que l’embargo a un effet exogène sur le capital humain disponible pour faire tourner l’économie, l’avalanche de contrefactuels qu’il faut résoudre pour arriver à une mesure synthétique crédible se rapproche dangereusement du seuil où il vaut mieux arrêter les frais et aller refaire du café.
  2. Rajoutons à cela que, pour faire tourner un modèle par contrôle synthétique (la méthode très sérieuse mentionnée plus haut), il faut d’abord arriver à construire un cas synthétique crédible. Or, pour en revenir à la modélisation pré-citée de Cuba sans Castro, un cas synthétique où le taux d’analphabétisme est quasiment le double du cas réel est très moyennement crédible, sans même parler des différences de taille des secteurs économiques, qui sont probablement une conséquence, d’ailleurs, d’un problème de modélisation de la main d’oeuvre qualifiée—et donc d’effets endogènes.

Bref, réduire Cuba à ses politiques économiques et/ou sanitaires et/ou sociales est peut-être un peu plus compliqué que prévu, et les ambiguïtés qui en découlent permettent de parler favorablement ou pas du régime castriste, ce qui nous ramène à Jean-Luc Mélenchon (ou à Justin Trudeau, mais c’est encore autre chose).

Mais alors, comment faire pour discuter de Cuba-sous-Castro au café ?

Pour répondre à cette question cruciale, le ‘bistro vous offre son étalon-or des bilans-de-régimes-politiques-en-dix-minutes. Cet étalon-or s’appelle le taux d’incarcération de la population civile.

Il y a environ 11 000 ans, l’être humain a compris comment cultiver des céréales à grande échelle. Et là, curieuse coïncidence, dans les millénaires qui ont suivi, on observe, toutes civilisations confondues – Andes et Mésoamérique, Égypte et Mésopotamie, steppe eurasienne et grands fleuves indiens et chinois, etc. –, l’émergence d’États et de cités-États esclavagistes, avec mention spéciale pour Athènes et Sparte, les berceaux-de-notre-civilisation-occidentale.

Aujourd’hui, l’humanité continue d’ingurgiter les mêmes céréales qu’il y a 11 000 ans, et une partie de cette même humanité continue de vivre dans des régimes esclavagistes. La part du riz, du maïs et du blé a certes un peu diminué dans notre alimentation, et la définition de l’esclavage a aussi pas mal changé, mais mettons-nous d’accord : sur le très long terme, la privation physique de toute forme de liberté reste une modalité essentielle du fonctionnement des sociétés humaines.

Partant de là, il me semble empiriquement et normativement beaucoup plus sain d’évaluer cinquante ans de castrisme à l’aune du nombre de personnes ayant passé une fraction significative de leur existence dans une geôle cubaine, sous les bons auspices des gardiens de prisons du régime, que d’essayer d’utiliser tout autre instrument de mesure maladroitement ajusté aux variations de la productivité depuis la Révolution industrielle.

Est-ce que je vais vous donner le taux d’incarcération à Cuba ?

Non, ce serait trop facile. Et puis d’ailleurs, on ne sait pas grand chose des prisons cubaines, vu que le pays refuse d’y laisser rentrer la Croix Rouge et les autres organisations qui pourraient en dire quelque chose d’à peu près fiable et objectif.

Du peu que l’on en sait, le taux d’emprisonnement à Cuba était, vers 2012, à peu près deux fois celui de l’Estonie, cinq fois celui de la France, et dix fois celui de la Finlande au même moment. Si Cuba libérait 3 500 personnes à chaque passage du pape, il faudrait une douzaine de passages du pape pour que le taux d’emprisonnement à Cuba revienne dans la moyenne européenne.

Enfin un boulot utile pour le pape.

Plus sérieusement, le taux d’incarcération me semble un excellent benchmark ici—notamment parce qu’il permet de rappeler à nos camarades états-uniens que le taux d’incarcération de leur pays est une autre de ces absurdités dont l’humanité pourrait se passer, au même titre que les milliers d’heures de torture que les occupants des prisons de Fidel Castro ne pourront jamais oublier1.

Un contrefactuel fondé sur le taux d’emprisonnement sous Batista n’aurait aucune utilité ici : mon critère est catégorique. Les régimes politiques ayant massivement recours à l’emprisonnement (et à la torture, et au travail forcé, et…) ont tout simplement trop en commun avec les cités-États esclavagistes pour que j’ai envie de me demander si Fidel Castro était un mec sympa.

Son pays a de nombreux mérites, et peut-être son lider maximo en avait-il aussi ; mais certaines « erreurs », comme dirait Mélenchon, interdisent toutes les eulogies.

Une proposition, et une lecture

À la mort de Raul Castro, je propose qu’on laisse l’intégralité de l’espace médiatique dévoué à son bilan à un comité représentatif d’individus emprisonnés, par exemple, sous Hassan II au Maroc, Mobutu Sese Seko au Congo, ou Bachar El Assad en Syrie, et bien sûr, sous Castro à Cuba. Ça changerait un peu de l’ordinaire, et nous offrirait même, peut-être, un dispositif intéressant pour nos propres médias et campagnes électorales.

À lire : les pages d’Amnesty International sur les conditions de détention dans le monde.

Mise à jour : le débat sur les statistiques du développement à Cuba continue avec ce billet et les billets qu’il cite.

Mise à jour, bis : et comme pour clore définitivement le débat, une ministre française, pour qui j’ai voté quand je votais encore, lance une nouvelle mesure du caractère démocratique des régimes politiques.

  1. Alors que Jean-Luc Mélenchon, si. Les évocations de la torture dans son discours concernent la torture à l’extérieur de l’île, à une exception près : Guantanamo. Peu après, Mélenchon rajoute : « Fidel a fait des erreurs ; tout le monde fait des erreurs, mais tout le monde n’est pas Fidel ». Encore un peu plus tard, il évoque Salvador Allende et Patrice Lumumba. Je me demande ce que Lumumba, qui connut l’emprisonnement sous Mobutu Sese Seko, a pu penser des prisons castristes. []

Ce jeudi à Lille 3, venez écouter tout le bien que j’ai pensé du livre de Fabrice Cahen

Les détails sont sur le blog du projet AGLOS (Approches GLObales des Statistiques) :

aglos_lille_01-12-2016

Le bouquin de Fabrice Cahen est une vraie merveille, sur le fond comme sur la forme (les éditions de l’Ined font du très bon boulot).

Dans la discussion, je tenterai d’utiliser l’ouvrage pour en tirer des conclusions plus générales sur la construction des problèmes sociaux (et plus précisément sur les croisades symboliques) et sur la biopolitique, qui est une vieille obsession personnelle. Ces deux dimensions d’analyse m’ont été suggérées par la préface de Paul-André Rosental, et je pense que le livre donne amplement matière à réflexion sur l’une comme sur l’autre.

Merci Émilien pour l’invitation.

Venez nombreux, mais sans vuvuzelas.

Tragi-comédie britannique : revoir « Yes Minister » après le Brexit (et un peu de « The Wire » en bonus)

Jim Hacker — I’m not like you, Humphrey. I’m pro-Europe, I’m just anti-Brussels. I sometimes think you’re anti-Europe and pro-Brussels.

Yes Minister, saison 2, épisode 5 (« The Devil You Know« )

Je ne suis pas sûr, cette année, de pouvoir présenter mes slides sur les séries télévisées britanniques et leur apport à la compréhension du fonctionnement de l’État britannique.

La série « Yes Minister », abondamment citée dans ma présentation, est toutefois tellement drôle que je ne peux m’empêcher d’en partager deux extraits ci-dessous—extraits devenus encore plus tragicomiques depuis le vote du « Brexit », sujet déjà évoqué sur ce blog ici, , et là aussi.

Extraits trouvés grâce à une conférence sur le « Brexit » à l’Institut Universitaire de Florence, conférence que je recommande également à tous ceux intéressés par le sujet :

Aparté n°1 : Yes Minister et le public choice

En visionnant le documentaire The Trap, qui dresse un excellent portrait de la pensée néolibérale, j’ai appris que la série Yes Minister n’était pas simplement un support de cours très pertinent pour enseigner les théories du choix rationnel – en fait, elle a été très directement inspirée par ces théories dès ses origines, comme l’explique rapidement l’ouvrage (hagiographique) d’un biographe de Margaret Thatcher :

blundell-thatcher-bio-p97

Je me disais bien, aussi, que certaines scènes étaient tellement faciles à « styliser » que c’en était louche…

yes-minister-principal-agent

Aparté n°2 : The West Wing et The Wire

Dans mon billet initial, je citais d’autres séries télévisées susceptibles d’être « enseignées » – et notamment The West Wing et The Wire. Je n’ose imaginer une future suite à The West Wing, qui porte sur l’exécutif présidentiel américain, lorsqu’il sera temps de porter Trump à l’écran…

Quant à The Wire, je tenais à finir ce billet en signalant un article récent de Béatrice Cherrier, qui utilise cette série pour enseigner l’économie. Là encore, la réalité ne fait que rejoindre la fiction, l’un des personnages de la série prenant à un moment donné l’initiative de suivre des cours d’économie pour maximiser les profits de son réseau entreprise de trafic de drogue.

cherrier-wire

cherrier-wire-2

cherrier-wire-3

Sur The Wire toujours, je profite de ce billet pour signaler également cet ouvrage en français, qui lui est tout entier consacré, et dont on trouvera l’un des chapitres ici.

Marx et la sociologie

Le titre de ce billet est le sujet d’un entretien passionnant avec Frédéric Lebaron, récemment publié dans la revue Actuel Marx.

lebaron-actuel-marx

Je me souviens d’un professeur anglais (de sociologie, mais initialement formé en philosophie) qui m’avait dit qu’il y avait des pans entiers des sciences sociales qui éveillaient sa curiosité, mais qu’il n’avait tout simplement pas eu le temps d’investir.

Marx, ça a l’air intéressant ; mais je n’ai pas le temps – ou en tout cas, je ne l’ai pas pris. En tout et pour tout, j’ai peut-être lu quinze pages de Marx sur les quinze dernières années, et même si je me suis fadé pas mal de numéros du Monde diplomatique ou de science politique d’inspiration marxiste et/ou gramscienne, ça ne compte pas ; d’ailleurs, je n’ai pas non plus lu Gramsci (ou Engels, ou Poulantzas, ou…).

L’entretien accordé par Frédéric Lebaron est très éclairant, et les références qu’il cite permettent de « faire le pont » entre Marx et ce que l’on aura peut-être plus souvent lu dans un parcours de sociologie ou de science politique (Weber et les commentaires de Colliot-Thélène et de Kalinowski, par exemple). Vivement recommandé.

Trump, postface

Allez, un dernier billet et j’arrête, bien que les textes de très bonne qualité (celui-ci par exemple) continuent à affluer. Et si vous ne l’avez jamais vu, voici le dernier clip de campagne de Trump.

Il y a quelques semaines, je finissais d’enseigner un cours intitulé « Atelier de culture numérique » (j’en ai brièvement parlé) et en profitais pour demander aux étudiants ce qu’ils en avaient pensé.

Une étudiante prend alors la parole et me dit qu’elle a eu « un peu peur » pendant mon cours, en faisant référence aux passages où je parlais d’Edward Snowden et de surveillance de masse, de Stuxnet et de la centrale nucléaire iranienne de Natanz, de la guerre contre le general-purpose computing menée par l’industrie informatique, du piratage via un réseau WiFi… bref, un tableau assez sombre.

Contre toute attente, il se trouve qu’on m’a fait un peu le même style de remarques au sujet de mon post-mortem sur l’élection de Donald Trump, en me trouvant un peu trop pessimiste sur mes prédictions pour la suite.

Voici les deux objections que j’ai notées :

  1. Est-ce qu’on ne peut pas faire confiance à Trump pour signer quelques traités commerciaux avantageux pour sa population ? Après tout, c’est son boulot, et il a l’air de savoir s’y prendre en matière de deals.
  2. Sur mon insistance sur l’OTAN et Israël-Palestine : est-ce que le système des relations internationales est vraiment sensible à ce point aux (non-)décisions d’un seul homme dans un bureau ?

Je réponds à ces deux objections ci-dessous, et rajoute une dernière couche de compléments pour finir.

La compétence commerciale de Donald Trump, et autres salades

C’est effrayant mais vrai : plusieurs de mes amis semblent avoir totalement gobé le récit du self-made man peignant Trump en super-businessman, et en déduisent que les USA de Trump vont se remplir les poches sur le marché mondial, en faisant plier la Chine, en réclamant des chèques à l’Allemagne et à l’Europe, et je ne sais quoi d’autre.

Le problème, c’est que ce récit est complètement faux, comme l’explique très bien un petit bouquin sur le bonhomme, par David Cay Johnston :

Et s’il vous faut plus de biographes, Christophe Bouillaud fournit un lien vers cette table ronde, très éclairante sur la famille Trump.

Trump a bâti sa fortune sur des mécanismes de sauvetage et d’entourloupe, en utilisant les déclarations de faillite et les lenteurs des tribunaux commerciaux pour esquiver les amendes et se glisser entre les marteaux des régulateurs. Ça peut fonctionner quand votre adversaire est une chambre de commerce de l’État de New York, mais le marché international ne fonctionne pas du tout comme ça…

On peut ensuite noter que virtuellement toutes les politiques « domestiques » de Trump (à commencer par les déportations et les incarcérations de masse) vont avoir des coûts démesurés, et des bénéfices quasi-nuls. À la rigueur, je veux bien accorder à Trump un isolationnisme suffisamment solide pour ne pas aller claquer deux trillions en essayant d’envahir l’Iran, mais pour le reste…

Bref, je pense, comme Bernie Sanders, que si Trump remporte le moindre kopek à sa base désargentée, ce sera très bien, mais je n’y crois pas une minute. L’élection de Trump n’a pas fait disparaître les « fondamentaux » – et notamment le lobby anti-impôts qui a ses entrées dans les deux partis de gouvernement américains.

La compétence diplomatique de Donald Trump, et autres inconnues

Quid de Trump à l’international ? Ne peut-on rien attendre de positif de ses accolades à Vladimir Poutine ? (Si si, je vous jure, on me l’a vraiment demandé.) Ne dis-je pas moi-même que la diplomatie est un secteur d’action où il existe des dizaines de veto players devant empêcher les catastrophes ? Qu’on n’est plus en 1914, où une trentaine de décideurs suffit à déclencher une guerre mondiale ?

Sur tous ces points, Christophe Bouillaud a parfaitement résumé mon sentiment : There will be much blood. Et je ne parle même pas des victimes de crimes raciaux à l’intérieur des USA : je pense à toutes les population civiles sur la planète qui dépendent, plus ou moins directement et de manière plus ou moins critique, de la Pax Americana.

Dans un séminaire de haute volée La dernière fois au comptoir, en discutant avec un Irlandais qui se reconnaîtra, je glisse ça :

Imagine Trump in the same room as the king of Jordan. What might happen? No one has a clue.

Pendant ce temps-là, dans le New York Times, on apprend que Trump a eu au moins la moitié du Conseil de Sécurité de l’ONU au téléphone, sans la moindre note de préparation sur ce qu’il fallait mettre à l’agenda :

trump-unbriefed

Prenez tous les traités internationaux importants sur la prolifération nucléaire ou sur les armes non conventionnelles : tous dépendent des efforts des Etats-Unis. Le bilan de Barack Obama sur ce volet de sa politique étrangère est, pour faire court, médiocre, car, toujours en simplifiant à l’extrême, les décisions sur ces traités nécessitent de se fâcher et de s’imposer à beaucoup d’acteurs puissants, sans rien pouvoir espérer en retour.

Trump ne mesure pas non plus certaines de ses demandes : l’idée d’équilibrer la contribution militaire des pays occidentaux à l’OTAN, par exemple, peut avoir de très importantes conséquences politiques en Allemagne, en défaveur des partis de gouvernement et en faveur des isolationnistes de la droite dure, radicale, extrême, comme vous voulez. Trump n’a, en toute probabilité, aucune conscience des effets inattendus que pourront avoir ses déclarations1.

Pour vous en convaincre, allez écouter le bonhomme. Son « raisonnement » – le terme est exagéré – ne prend à aucun moment la mesure de ce que l’argent américain achète, à l’heure actuelle, en termes de stabilité géopolitique, en Asie ou ailleurs :

Penser que ce personnage fera mieux en termes de peacekeeping parce qu’il va se révéler génial (à sa manière) et parce qu’il va bien s’entourer (à sa manière) est un pari risqué. Non pas que nos dirigeants expérimentés aient placé la barre très haut…

Quant à l’idée que Poutine et Trump vont pouvoir accomplir le moindre geste positif en matière géostratégique, je la trouve tellement absurde que je préfère ne pas la commenter, et revenir vous dire ici que j’ai eu complètement tort quand on aura vu la suite.

Je n’évoque même pas ce qu’une équipe présidentielle compétente (démocrate ou républicaine) aurait pu accomplir en matière de non-prolifération nucléaire, de changement climatique ou au Moyen-Orient, car ce serait trop déprimant.

Derniers compléments

J’ai redécouvert, quelques heures après la publication de mon post-mortem et au cours des derniers jours, quelques documents supplémentaires que je vais citer ci-dessous avec le strict minimum syndical de commentaires.

Vous vous souvenez de ce simulateur électoral du site Five Thirty Eight ? Je l’ai redécouvert à l’occasion d’une présentation à la conférence useR! 20162. Retournez jouer avec, vous allez voir, il faut des taux de participation absurdes chez les Blancs non diplômés pour faire élire Trump :

538-elec-simulator

On commence, par ailleurs, à avoir les données réelles sur l’électorat, et ce qu’il en ressort est, comme on pouvait raisonnablement s’en douter, un écart historique (de par sa taille) entre Blancs et non-Blancs, doublé d’un écart également frappant entre Blancs diplômés et Blancs non diplômés :

pew-race-edu

Notez bien que, dans son premier billet d’une série à paraître, Michael Tesler, à qui je reprends le graphique ci-dessus, note que l’effet-diplôme chez les Blancs disparaît une fois que l’on contrôle cet effet par le « ressentiment racial ». C’est la combinaison des deux facteurs qui explique le différentiel de vote pro-Trump dans un électorat qui, sinon, s’est largement comporté à peu près comme dans les élections précédentes3.

Autre document intéressant, cette interview de Stephen Colbert, qui date de décembre 2015, mais où l’on peut déjà entendre plein de choses très, très justes au sujet de la relation entre Trump et sa base électorale :

Je sais que je me répète, mais Colbert dit, en substance, la même chose que mon axiome favori : la réalité dépasse toujours la fiction.

Toujours pas convaincu ? Allez lire le blog du créateur de Dilbert, Scott Adams. C’est tout simplement terrifiant, à plus d’un niveau de lecture.

Tout aussi terrifiant, le visionnage de ce documentaire sur Lawrence Lessig, qui a mené une campagne-éclair pour exiger une réforme du système de financement des partis au début de la campagne électorale. Les convergences entre son discours et celui de Trump (sur ce point et ce point uniquement) sont, rétrospectivement, tout à fait surprenantes, et bien que les deux individus aient eu une audience très différente, cela permet de comprendre d’où viennent les opinions qui se sont exprimées au cours de la campagne sur la nature « truquée » et « pré-déterminée » (rigged) du système électoral.

Encore un document—le cartogramme de l’élection (cliquez dessus pour l’explication complète, mais en gros, c’est une carte coloriée en fonction du rapport Démocrate/Républicain dans les suffrages exprimés, et dimensionnée de manière à ce que les territoires soient à l’échelle de leur population du dernier recensement)4 :

countycartpurple512

Cette carte montre, en substance, ce que le New York Times a illustré de manière encore plus marquante, en opposant la périphérie côtière, fortement urbanisée et relativement bien diplômée, au centre, qui ne partage qu’en partie ces caractéristiques à travers ses grandes villes.

Enfin, pour terminer, voici la prédiction du modèle « Bread and Peace » de Douglas Hibbs sur l’élection (le modèle indexe le score du parti sortant aux changements de revenu net disponible et au nombre de morts dans des opérations militaires extérieures) :

bp2-combined-v2c

Le résultat de Hibbs n’est pas aussi spectaculaire que ne le laisse penser son graphique, vu que tous les modèles basés sur les « fondamentaux » (voir le billet précédent) ont fourni des prédictions très honorables sur cette élection. Mais le résultat de Hibbs sur la Chambre des Représentants est également probant, ce qui est amplement suffisant pour vérifier l’hypothèse de vote économique sur laquelle il s’appuie.

Revenu + Éducation + Ethnicité + Investiture = Victoire indexée sur les territoires qui avaient déjà voté Romney (républicain) à la dernière élection, moins l’Utah (Religion). Bref, pas besoin d’aller imaginer des facteurs auxquels on n’avait jamais pensé auparavant, comme un « réalignement partisan », phénomène aussi pertinent dans certains cas qu’il n’est rare, et donc absent, dans la majorité des situations, ou bien un problème de serveur email illégitime5.

  1. Et je n’ai aucune raison de faire confiance aux personnes dont il est en train de s’entourer pour corriger ce biais. []
  2. Ça n’a rien à voir, mais si vous programmez en R, foncez sur les archives, il y a plein de trucs intéressants ! []
  3. Le vote des Noirs et des Blancs ressemble, comme je l’écrivais, à Bush’00 ; il est même un peu moins conservateur chez les Blancs. Celui des Hispaniques, en revanche, ressemble plus à Obama’08. []
  4. Détail : vous noterez que le cartogramme est de Mark Newman, qui se trouve aussi être l’un des auteurs les plus cités en analyse de réseaux. []
  5. Dans le mémo où l’équipe de Clinton élabore son propre post-mortem (son épitaphe…), il est fait mention des événements des dix derniers jours de la campagne, pendant lesquels l’équipe pense que l’élection s’est jouée. On dirait un film hollywoodien. Storytelling, quand nous tiens… []

Ce soir au Tank à Paris : R et la data science au service de l’action publique

r-action-publique-2016-11-15-1

Joël et Samuel, avec qui nous enseignons le cours « Open Data in Urban Research » et qui sont en train de lancer leur entreprise, Datactivist, m’ont gentiment invité à intervenir ce soir dans cette conférence qu’ils co-organisent avec Open Data France :

conf-tank

La description complète de la conférence, qui fait partie du programme de la Semaine de l’innovation publique, suit, avec quelques liens et retours chariot supplémentaires :

La data science promet une transformation en profondeur de l’action publique. Comment fait-on parler les données publiques ? La data science doit-elle rester une affaire de spécialistes ?

Depuis la nomination d’Henri Verdier en tant qu’administrateur générale des données, de nouvelles organisations publiques annoncent régulièrement la nomination d’un Chief Data Officer en charge de l’application des méthodes de la data science aux données, en particulier ouvertes, de l’administration.

Mais concrètement comment fait-on parler les données publiques ? Avec quels outils ? La data science doit-elle rester une affaire de spécialistes ?

À l’occasion de la publication d’une formation d’introduction au logiciel R, véritable « couteau suisse » de la data science, la coopérative datactivi.st et l’association Open Data France proposent de discuter concrètement des outils et des méthodes qui permettent de « faire parler les données », autour d’une table ronde avec notamment :

Diane Beldame, data scientist, formatrice à R chez ThinkR

François Briatte, vétéran de la ligne ferroviaire TGV surtarifée Paris-Lille à des horaires tardifs ou matinaux

Jean-François Eudeline, administrateur de l’Insee, chef du service des études et de la diffusion à l’Insee Normandie

Christophe Libert, Responsable du service innovation numérique de la région Ile de France

Voici ma très brève présentation, qui évoque notamment les réseaux de collaboration parlementaire dont j’ai souvent parlé sur ce blog depuis quelques années. Quelques slides tirées de la présentation ci-dessous :

r-action-publique-2016-11-15-2

r-action-publique-2016-11-15-3

r-action-publique-2016-11-15-4

Ça se passe au Tank, la salle de Spintank, à 19h. Pensez à réserver sur Meetup !

r-action-publique-meetup

Mise à jour : tout était filmé ! Si j’avais su, je serais passé chez le coiffeur. Vidéo ci-dessous, avec plein de choses intéressantes de la part des intervenants et de Joël.

J’ai manqué de précision sur plusieurs des choses que je mentionne dans ma présentation, mais les liens que je fournis dans les slides devrait suffire à reconstituer l’essentiel.

Trump, post-mortem

Voici la suite du billet publié il y a quelques jours.

Mon propos sera, comme toujours, un peu décousu, mais là c’est encore pire : j’ai plein de copies en retard, je n’ai même pas encore fini de digérer le Brexit (et de lire les excellentes chroniques et interventions de Mark Elliott), et voilà qu’il faut déjà changer de sujet et aller lire le résumé des résultats par Brendan Nyhan et par des dizaines d’autres observateurs avisés.

Prélude : c’est un cauchemar

Commençons par un dessin tiré du Canard enchaîné de cette semaine, la réalité dépassant toujours la fiction et la satire :

cauchemar-par-petillon-canard-enchai%cc%82ne-2-novembre-2016

C’est un cauchemar. Il faut vraiment avoir d’excellentes défenses psychologiques naturelles pour considérer que ce qui s’est produit il y a quelques jours n’est qu’un « glitch » de la démocratie représentative. Ci-dessous, le futur président des États-Unis d’Amérique, dont la deuxième phrase officielle était déjà un mensonge.

trump-family-portrait

En revanche, cette élection n’est pas tant un cauchemar que ça pour la science politique, et pour la modélisation électorale en particulier : comme je l’explique ci-dessous, les « fondamentaux » ont bien voire très bien tenu sur ce cycle électoral, ce qui n’empêche pas le résultat d’être cataclysmique et, de par ce fait, inattendu et traumatique.

Ce billet aborde les thèmes suivants :

  1. Un plantage spectaculaire de nombreuses tentatives de modélisation du vote, …
  2. alors même que les « fondamentaux » socio-démographiques n’ont pas changé.
  3. Retour sur les causes : l’investiture, toujours l’investiture !
  4. Retour sur les causes, bis : la candidature Clinton
  5. Et un aperçu des conséquences : ma lecture du marc de café « Trump »…
  6. Enfin, un dernier mot sur la science politique dans tout ça

Mais avant ça, quelques préludes supplémentaires.

Rappel des résultats

Aux dernières nouvelles, Donald Trump a remporté 47,3% du vote populaire, soit 60,2 millions de suffrages, et 30 États. Hillary Clinton a quant à elle remporté 47,8% du vote populaire, soit 60,8 millions de suffrages, et un tiers d’États en moins, façon Bush’00.

Ce n’est pas une demi-victoire pour Trump, qui a remporté tout ce qu’il fallait de swing states pour être très confortablement élu. À l’inverse, Hillary Clinton perd 10 millions de voix par rapport à Obama’08—ce qui l’élimine totalement du jeu politique actuel et futur.

Bye Hillary1.

Les résultats sont également sans appel dans les chambres parlementaires, qui n’étaient que partiellement remises au vote : la Chambre des Représentants (carte de gauche) est « rouge » (républicaine) comme aux grands jours2, le Sénat n’a bougé que de +2 sièges pour les démocrates (carte de droite).

results-map

Et pour terminer sur les résultats, voici les marges de victoire 2016/2012 à 25% ou plus, avec la fameuse « Rust Belt » qui aurait fait l’élection. En réalité, la hausse du Parti républicain dans l’Est a été beaucoup plus large que ça :

elec-2016-east

Dernières notes

À noter : il y a déjà d’excellents sondages sortie-des-urnes (exit polls) sur les sites Internet des grands journaux, mais il est risqué de commencer à lire leurs résultats sans d’abord jeter un coup d’oeil aux proportions de chaque groupe socio-démographique dans l’électorat.

Du coup, je ne ferai pas référence aux exit polls dans la suite de ce billet, même si l’on peut quand même faire remarquer les choses suivantes :

  • En rapport au vote de 2012, Hillary Clinton a perdu des points sur quasiment tous les segments de l’électorat, y compris sur des clientèles ultra-captives comme les Noirs3.
  • Toujours en rapport au vote de 2012, Donald Trump fait très, très fort sur les moins riches et les moins diplômés, avec des pourcentages du vote bien au-delà de son pourcentage total du vote populaire.
  • La progression du vote démocrate chez les femmes est quasi-nulle, et je ne sais pas quoi penser des groupes confessionnels, ne connaissant rien à leur distribution initiale.

De même, l’électorat américain est aujourd’hui hyper-polarisé en comparaison de ce qu’il fut par le passé, et même si je n’y fait pas allusion ci-dessous, cette observation est un filigrane constant de mes observations.

Dernière chose : je ne parlerai pas du « rôle-des-médias-dans-l’élection » parce que je n’y connais rien, mais allez lire cet article si vous êtes curieux du sujet.

1. Six modèles de projection électorale dans l’erreur

À l’occasion de l’élection, et dans la lignée du modèle de Nate Silver qui avait parfaitement prédit les résultats de l’élection de 2012 (législatives comprises), plusieurs journaux et groupes de recherche avaient développé des modélisations du vote :

elec-forecasts

Ces modélisations se sont plantées de quelques points de pourcentage du vote populaire, ce qui, dans une élection indirecte qui se joue à quelques fragments de points de pourcentage, représente un plantage total d’un point de vue probabiliste4. Ce résumé du plantage par Andrew Gelman montre bien à quel point le vote Trump a été sous-estimé partout, et dans les États « rouges » en particulier :

elec-trump-excess-performance

Voilà d’ailleurs pourquoi il est rationnel de voter, même lorsque la probabilité d’être un électeur-pivot est, fort heureusement d’ailleurs, proche de zéro—mais non nulle !

Pourquoi les données de l’industrie sondagière ont-elles pointé si loin de la réalité ? Les explications possibles sont nombreuses et complexes à vérifier5. J’en rappellerai une seule : le pourcentage de non-votants est tel aux États-Unis que seul environ un Américain sur cinq quatre a effectivement voté pour Trump6.

En attendant, l’existence même de ces projections et de leurs résultats erronés vont avoir des effets sociaux très importants : l’idée qu’il existe un « électorat caché », la fiction d’une « majorité silencieuse » invisible aux yeux d’un establishment qui ne voit « le peuple » qu’à travers des « statistiques », va faire long feu.

C’est évidemment gênant, car les conséquences de cette binarisation radicale de la société sous la forme d’une vision de « nous contre eux » a des conséquences sociales et politiques, et aussi, bien sûr, parce que cette vision est plus radicale que la réalité.

Tournons-nous, en effet, vers les modélisations produites en dehors des médias, et dans les revues scientifiques.

2. Du côté des fondamentaux, pas de plantage magistral

À chaque élection présidentielle américaine, la revue PS: Political Science & Politics, éditée par l’American Political Science Association (APSA), publie les prédictions des modèles de la science politique américaine. Les articles décrivant ces prédictions sont en accès gratuit pour au moins quelques mois.

Voici ce que les politistes américains avaient prédit, plusieurs mois avant l’élection :

ps-pred-table2

ps-pred-table3

Voilà qui devrait rassurer ceux qui s’inquiètent pour la santé mentale des professionnels des « out-of-sample predictions » : les modèles basés sur les fondamentaux, plutôt que sur l’industrie sondagière, se sortent plutôt bien de cette élection. Le « Primary Model » de Northop, par exemple, était catégorique sur la victoire de Trump ; lisez ci-dessous :

ps-pred-norpoth

3. Causes et contrefactuels : l’investiture über alles

J’ai déjà évoqué les causes du vote Trump : les causes psychologiques, de type « angry white males« , à base de ressentiment racial, mais aussi les variables institutionnelles, la première d’entre elles étant liée aux mécanismes d’investiture du Parti républicain.

Il ne fait, en effet, pas grand sens, à mon avis, de penser au contrefactuel suivant (très présent dans la presse, britannique notamment) : est-ce que Bernie (Sanders) aurait gagné contre Donald (Trump) ?

La performance de Sanders aux primaires démocrates est certainement un bon « prédicteur rétrospectif » de la faible mobilisation électorale (relative) pour Hillary Clinton, qui a « sous-performé » sur beaucoup de segments démographiques habituellement acquis en masse à son parti.

Toutefois, une candidature Sanders aurait aussi certainement mobilisé d’autres adversaires, et démobilisé d’autres segments de l’électorat. À mes yeux, ce contrefactuel est donc tout simplement trop compliqué pour être valable. En revanche, les contrefactuels suivants sont faciles à imaginer, et à mes yeux, pertinents :

Imaginez un instant que l’élection américaine se déroule un dimanche, avec deux fois plus de bureaux de vote.

Imaginez un instant que les États-Unis n’incarcèrent pas 5% de la population afro-américaine masculine, jeune et non diplômée.

Imaginez un instant que les États-Unis aient une population diplômée du supérieur 1.5 fois plus large que l’actuelle.

Imaginez enfin, un instant, que le salaire horaire minimum ait doublé depuis 1992, sous Clinton, quand Robert Reich recommandait qu’il atteigne $15.

Ces contrefactuels requièrent de modifier, à coups de scalpel mental, des variables structurelles du processus électoral et politique américain, avec des conséquences importantes sur la structure de l’électorat. Mais paradoxalement, ces importants changements me semblent plus heuristiques que de remplacer Clinton par Sanders, ou d’imaginer l’élection « si seuls les jeunes avaient voté », par exemple.

Le même Robert Reich que cité ci-dessus est aujourd’hui très remonté contre le Parti démocrate. Son jugement est sans appel : quand on abandonne la classe ouvrière, on finit par déliter l’intégralité du contrat social et par être abandonné par l’électorat, ouvrier ou non, des sociétés post-industrielles.

À mon avis, il y a peu à retirer ou même à nuancer dans les propos de Reich, et beaucoup, malheureusement, à apprendre, tellement ces vérités simples semblent étrangères aux « logiciels » partisans des partis de gauche et centre-gauche contemporains, à de rares exceptions près.

Je tiens, néanmoins, à en revenir, encore une fois, à un seul et simple contrefactuel, qui reste la cause proximale la plus importante de l’élection :

Imaginez que Trump n’ait pas été investi par le Parti républicain.

On peut l’affirmer avec certitude : si Trump avait concouru en indépendant, même le plus faible candidat républicain aurait fait un très bon score, comme en attestent les résultats des républicains dans les chambres parlementaires, et il n’aurait pas été élu. Le hold-up partisan réussi de Trump reste la cause fondamentale à garder à l’esprit, et sa victoire électorale fut, en réalité, double : Trump a éliminé à la fois Jeb Bush et Hillary Clinton.

4. La candidature d’Hillary Clinton

Partons de l’idée, donc, qu’on peut lire le résultat de l’élection sous la forme non pas d’un réalignement partisan (au contraire, le vote Trump’16 corrèle très bien au vote Romney’12), mais d’un très bon score pour Trump et d’un très mauvais score pour Clinton. Cette carte7 montre où se trouvent les plus gros gains de voix pour Trump, superposés à la plus large catégorie d’électeurs, à l’échelle du comté :

map-county-modal-group-shift

Si l’on accepte la corrélation écologique ci-dessus, la défaite de Clinton est très clairement une défaite auprès de l’électorat blanc non-diplômé, sur lequel Trump a beaucoup misé8. Les mises en récit de sa défaite alignent d’autres déterminants, mais je serais très étonné que ce facteur ne reste pas la cause première de son échec dans les analyses plus poussées qui feront surface dans les prochains mois et années.

Notons pour terminer que tout n’est pas « Trump v. Clinton » dans cette élection : les Républicains font de très bons scores dans les deux chambres, et contrôlent aussi tout un tas d’États fédérés. Le résultat est spectaculaire—voici la carte des gouvernements monochromes sur trois niveaux (Congrès, Sénat et gouvernorat) :

trifecta-control

Autrement dit, les Démocrates ont un pays à reconquérir. La suite dans deux ans, au moment des prochaines midterms.

5. Conséquences et prédictions : la marge de manoeuvre de Trump

Terminons sur le nouveau (futur) président des États-Unis. Grosse fatigue…

L’anecdote sur le propos mensonger de Trump à la sortie de son entretien avec Obama (le mensonge porte sur la durée prévue de la rencontre) n’est qu’une anecdote, mais on peut la généraliser : Trump a, en effet, déjà montré à maintes reprises qu’il ne craignait pas de raconter n’importe quoi, et de changer d’avis en fonction des circonstances9.

Mentir et changer d’avis sont deux choses différentes : on peut mentir avec constance. En ce qui concerne Trump, le problème se situe plutôt dans la variation imprévisible de ses propos (et peut-être, dans quelques semaines, des décisions) que dans leur véracité. Peut-on imaginer un président de la trempe de Trump concevoir les accords d’Oslo ?

On en est réduit à espérer – mais avec quelle probabilité ? — qu’un magnat de l’immobilier fera au moins aussi bien, et espérons même mieux – mais même question ici – que les présidents précédents… Et personne n’aime avoir à faire ce genre de calcul hautement incertain. Surtout pas le secrétaire général de l’OTAN, par exemple.

Le problème est un problème de credible commitment, comme on dit en théorie des jeux : l’absence de toute expérience historique empêche d’anticiper ce dont quoi Trump est capable, aussi bien en positif (faire signer un accord de paix) qu’en négatif (créer un différend diplomatique avec un chef d’État étranger, par exemple)10.

En pratique, Trump va désormais disposer d’une véritable machine de guerre bureaucratique et judiciaire (son administration) pour mettre en pratique ses désirs. Certes, c’est effrayant, mais cela se passe loin de chez moi, et le Congrès comme les circuits judiciaires fédéraux y trouveront certainement à redire11. En revanche, par son simple verbe, Trump a la possibilité de foutre en l’air nombre de relations diplomatiques sur lesquelles le Congrès n’a aucune prise (et n’en désire aucune).

N’oublions pas enfin que Trump a évidemment aussi la faculté, de par son seul verbe, de se « racheter » en quelque sorte. C’est le sens du dernier paragraphe d’un communiqué de presse acerbe de Harry Reid, qui remarque à juste titre que c’est à Trump de réparer ce qu’il a lui-même commencé à détruire en stigmatisant de larges fractions du peuple américain. Ce serait juste, et stratégiquement très intelligent—mais je peine encore à utiliser ce qualificatif en évoquant ce goujat populiste à l’haleine mentholée.

6. Et la science politique là-dedans ?

Pour terminer, j’ai déjà évoqué le « public service announcement » des politistes américains au sujet de Trump. Ses déclarations font froid dans le dos : déportations civiles en masse, menaces sur le pouvoir judiciaire… typiquement le genre de rhétorique que l’on s’attend plus à trouver chez Erdogan en Turquie ou Orban en Hongrie qu’à Washington, d’où l’inquiétude.

Après tout, on parle bien du candidat qui a déclaré que la torture fonctionne, et que les méthodes actuelles ne vont pas assez loin.

Mais passés les inquiétudes sur le candidat Trump et le choc du résultat électoral de novembre 2016, qu’est-ce que la science politique doit envisager pour continuer son patient travail de déconstruction des phénomènes politiques ?

Vu les résultats des « fondamentaux » mentionnés plus haut, je suis assez peu séduit par l’idée que Trump aurait fait donné tort à toutes les lois de la discipline. Au contraire, le ressentiment racial que j’évoque dans mon précédent billet est au coeur de nombreuses recherches contemporaines12.

En revanche, je suis très sensible à l’idée que la science politique peut faire beaucoup mieux, en dialoguant avec plus d’interlocuteurs qu’elle n’en a actuellement. À titre d’illustration, j’ai beaucoup aimé le contenu de ce dialogue entre Arthur Goldhammer et son fils. Goldhammer n’est pas tout à fait politiste, mais l’idée y est.

  1. J’avoue l’avoir toujours trouvé un peu robotique, mais bon, j’aimais bien Jospin aussi… []
  2. Les résultats finaux ne sont pas encore arrêtés, mais l’on s’achemine vers du +7 sièges pour le Parti démocrate, sur des proportions qui sont celles des vingt dernières années, où, à l’exception de la période 2007-2011, le Congrès a été confortablement républicain. []
  3. En réalité, Clinton se contente, si l’on peut dire, de perdre la marge « en surplus » obtenue par Obama, et revient sur un vote Noir qui rappelle l’élection de Bush’00. La situation est plus compliquée chez les Hispaniques. []
  4. On peut reprocher à Nate Silver de vouloir sauver les meubles quand il dit que son modèle a été très volatile dans ses prédictions des dernières semaines. En réalité, c’est une très bonne explication ; et quand Silver avait aligné 100% de prédictions, il avait bien précisé que c’était un coup de chance, et qu’un résultat marginalement incorrect n’aurait pas discrédité l’intégralité du modèle. []
  5. La question s’était déjà posée l’an dernier en Grande-Bretagne, à l’occasion de l’élection générale, et il faudra attendre une explication équivalente à celle qui avait été produite en Grande-Bretagne, ce qui ne peut pas prendre moins de plusieurs mois. []
  6. Pourquoi tant de non-votants ? On peut citer énormément de facteurs structurels : par exemple, l’élection n’a pas lieu un jour chômé, une fraction importante du pays est… en prison, et certaines files d’attente aux bureaux de vote alignent des milliers de personnes. Voir la section 3 de ce billet pour quelques contrefactuels utilisant ces facteurs. []
  7. J’ai partagé cette carte sur Twitter dans l’espoir d’obtenir les données brutes, mais un journaliste-cartographe du New York Times m’a répondu que les données brutes ne seraient a priori pas disponibles. Tant pis. []
  8. Cet électorat a diminué en taille, mais reste la plus grosse masse critique électorale des USA en 2016. Or, comme le pointe très justement Alec Tyson, en 1992, elle vote pour Bill Clinton ; en 2016, elle vote autant pour chacun des candidats. []
  9. L’adjectif « versatile » est ici un faux-ami intéressant à considérer dans ses acceptions anglo-saxonne et française… []
  10. Ce problème est critique, et la procédure d’impeachment prévoit d’ailleurs qu’un président qui mentirait face à un tribunal puisse être relevé de ses fonctions ; c’est un peu plus compliqué que ça en pratique, comme le montre l’acquittement de Bill Clinton par le Sénat en 1998, mais reste qu’historiquement, un président qui ment « à la barre » se retrouve démis de ses fonctions de monarque temporaire du système politique américain. []
  11. Les prochaines midterms sont dans deux ans. Une partie du Congrès va devoir se positionner sur Trump. Chez les Démocrates, la partie est déjà jouée, mais chez les Républicains, ça risque d’être vraiment très sport, en fonction de ce qui va se passer dans les deux années à venir… []
  12. Merci à Tommaso pour le lien vers cet ouvrage. []