Notes sur R et l’analyse de réseaux

Comme promis la semaine dernière, nouvelle annonce qui consacre mes deux obsessions pour la programmation statistique avec R et l’analyse de réseaux, toujours avec R :

r-notes

Le blog est syndiqué sur R-Bloggers, qui agrège plein de blogs sur R. Vous pouvez aussi vous y abonner par son flux Atom ou par son flux RSS.

Le moteur du blog est une version bidouillée de Dropplets.

Quelques notes déjà rédigées

J’ai commencé ce nouveau blog pour stocker des notes dont je suis le premier utilisateur, notamment sur les sujets suivants :

Je me suis aussi servi du blog pour documenter des résultats bizarres, faire des suggestions sur l’enseignement avec RStudio, et tenter des petites expériences avec jQuery, telles que celle-ci avec l’API Pinboard.

Il s’agit vraiment de notes plus que d’un blog : tout est rédigé dans un jargon pas très amusant, et il n’y a pas de commentaires, ni même de lien évident pour me contacter — d’où cette nouvelle publication en dehors du ‘bistro.

Dernière petite chose, vous pouvez désormais apercevoir les derniers billets du Polit’bistro et de R / Notes sur ma homepage universitaire, encore une fois grâce à jQuery, et plus précisément grâce au plugin FeedEk, qui permet de récupérer des contenus de fils RSS :

blogs-rss-feedek

Pour les fans, il y a aussi un peu de jQuery (avec beaucoup de JavaScript et un peu d’animations CSS3) sur la page où j’héberge ma frimousse.

Bonne(s) lecture(s) !

Une liste de ressources sur l’analyse de réseaux

Mon obsession pour les structures relationnelles a difficilement pu échapper aux lecteurs de ce blog. Bonne nouvelle : cette obsession est désormais sous la forme d’une liste de plus de 200 300 ressources en ligne.

awesome-network-analysis

La liste recense les ouvrages, conférences, cours, jeux de données, revues scientifiques, collectifs de recherche, articles de synthèse, logiciels et tutoriels qui me paraissent, ainsi qu’à quelques autres, très recommandables sur le sujet.

La liste étant collaborative, vous êtes bien sûr invités à y contribuer, en y rajoutant vos ressources recommandées, ou même en proposant d’en retrancher certaines, afin de s’en tenir à une liste de ressources strictly awesome.

La liste fait pleinement usage des fonctionnalités de GitHub : sa feuille de route (des idées sur sa future diffusion) se trouve sur son wiki, et les améliorations déjà prévues sont listées à cette adresse. Voici les améliorations déjà prévues :

awesome-network-analysis-issues

Cette liste est donc aussi peut-être aussi l’occasion de vous mettre à Git, un logiciel de gestion de versions concurrentes, et surtout, à GitHub, qui simplifie énormément son apprentissage.

Annonce préliminaire en supplément : une description un peu plus technique de la liste présentée ci-dessus se trouve à cette adresse, sur un blog (en anglais) dont je reviendrai faire la publicité ici dans une semaine.

Mise à jour : la liste mentionnée ci-dessus a rejoint la liste des Awesome Lists, ainsi que la liste Awesome R et son très joli site Internet, qui contient plein de ressources utiles sur R. À explorer sans modération :

awesome-R-website

Canulars scientifiques, Monty Pythons et podcasts

cleese_gumby

Je manque de temps pour écrire quelque chose de consistant sur le sujet, mais je tiens quand même à signaler aux clients du ‘bistro ce nouveau canular scientifique, qui tourne en dérision le bullshit d’un philosophe-français-très-connu :

badiou-1

Et si la première phrase du résumé ne suffit pas à vous faire recracher votre café, essayez le texte complet, qui contient ce passage tellement Monty Pythons qu’on pourrait l’inclure dans un épisode du Flying Circus :

badiou-2

Le sketch choisi pour illustrer ce billet n’a rien à voir avec la philosophie, mais les Monty Pythons ont produit plein de sketches délicieux sur le sujet : “Mrs. Premise and Mrs. Conclusion”, “Philosophers’ Football”, et bien sûr, “The Philosophers’ Song”.

Pour en revenir au canular, le texte a été publié (puis retiré) par la revue Badiou Studies. Sa bibliographie est par ailleurs très intéressante : on y trouve notamment le remarquable essai de Leo Bersani, “Is the Rectum a Grave?”, paru aux USA en pleine épidémie de sida, et qui m’a donné envie de relire Susan Sontag.

Pour une réaction au canular à laquelle je souscris en à peu près tout point, voir ce commentaire de Justin Erik Halldór Smith. Pour des précédents, voir le “canular Maffesoli”, et bien sûr, “l’affaire Sokal”.

Attention, “précédent” ne signifie pas que les canulars démontrent à chaque fois la même chose. En l’espèce, le “canular Badiou” me semble beaucoup plus proche de “l’affaire Sokal” que ne l’est le “canular Maffesoli”, qui en diffère pour les raisons clairement énoncées par Michel Dubois.

Mais au fait, pourquoi des canulars scientifiques ?

La réponse dans les premières minutes de cet entretien avec Jacques Bouveresse sur les intellectuels et les médias (pour l’explication dans le texte, voir Arthur Schütz, “The ‘Grubenhund’”, et Karl Kraus) :

Encore une fois, les différents canulars ne se ressemblent qu’en surface : le canular du “Grubenhund” visait un quotidien autrichien, alors que le “canular Badiou” vise une revue posant comme scientifique (“peer-reviewed”, dans ce contexte).

Notez bien que, de l’aveu même d’un de ses éditeurs, la revue Badiou Studies n’a pas les moyens d’être une revue scientifique. “Nous ne nous donnons pas les moyens d’être scientifiques, donc nous faisons juste semblant de l’être” : magnifique aveu, pour le coup !

Ce n’est pas le seul aveu : dans une réponse au vitriol, Badiou lui-même a réagi au canular en indiquant que sa présence dans le comité de rédaction des Badiou Studies était “purement décorative”.

La subversion du processus éditorial scientifique est donc ici à peu près totale. Le qualificatif de “total” va d’ailleurs plutôt bien à Badiou, mais lui-même y préférerait peut-être celui “d’infini”, qui fait quand même plus sérieux.

La suite en podcasts

J’avais déjà évoqué le “canular Maffesoli” à l’occasion d’une esquisse d’analyse du sous-espace éditorial formé par les revues francophones de sociologie.

Des sources très fiables me soufflent que les auteurs dudit canular passent aujourd’hui dans l’émission Du grain à moudre sur France Culture. À vos postes / podcasts !

Et s’il vous reste du temps après ça, je vous conseille cet exposé sur la philosophie des statistiques, par l’un des auteurs du “canular Badiou”.

Mise à jour, même jour plus tard : l’émission est là.

En hommage à Giulio Regeni

Il y a peu, la communauté universitaire et scientifique a été profondément choquée d’apprendre le meurtre sanglant de l’un des siens, Giulio Regeni, un doctorant en science politique assassiné au Caire par des agresseurs non identifiés à l’heure où je rédige ce billet, jeudi 11 février 2016.

N’ayant rien à rajouter aux nombreuses réactions publiées sur le sujet, mais ayant à présenter rapidement la science politique à de futurs étudiants dans quelques heures, j’ai choisi de lui dédier mon intervention. Cliquez sur n’importe quelle image ci-dessous pour accéder à l’intégralité des slides.

Liens : pétition britannique, pétition internationale, lettre à Matteo Renzi.

To Giulio Regeni’s family: please accept my deepest condolences for your loss. If you are uncomfortable with my use of Giulio’s picture in the slides that I have posted on this blog, please let me know by email and I will remove them as soon as I get your message. Siamo con voi.

2016-02-10-ESPOL-FB-conf-2-mars-2016-v2 (1)

2016-02-10-ESPOL-FB-conf-2-mars-2016-v2

“La fonction critique”

C’est en découvrant que Wolfgang Streeck avait un blog que je suis tombé sur cette conférence, enregistrée à l’occasion des 40 ans de l’EHESS, et que je n’avais pas eu le temps d’écouter en juin dernier. Toutes les interventions sont recommandables, mais celles de Streeck et de Carla Hesse m’ont particulièrement plues.

canal-u-fonction-critique

Autre annonce : le dernier bouquin d’Andrew Abbott, qui était intervenu à l’EHESS dans le même cadre, vient de sortir.

Enjoy!

Brèves mises à jour

  • En juin 2015, je m’étais gentiment moqué d’un “lecteur” du dernier ouvrage de Thomas Piketty, Le capital au 21e siècle.

    Pour une critique beaucoup plus sérieuse de Piketty et de “ses” “data”, comme disait l’autre, je vous renvoie à ce billet de blog, qui cite un papier tout aussi critique mais autrement mieux informé que le “lecteur” mentionné dans mon propre billet.

  • En avril 2015, j’avais évoqué une base de données portant sur les cosignatures de propositions de loi dans 15 pays européens, dont on peut tirer de jolis réseaux.

    Vous serez sans nul doute ravis, tous autant que vous êtes, d’apprendre que la base a été mise à jour et couvre désormais 20 pays (enfin, 19 plutôt, parce que je me suis récemment aperçu que les données pour l’Autriche sont tronquées). Allez voir les visualisations interactives, il y en a plein de nouvelles.

  • J’ai déjà parlé plusieurs fois du “scraping” (la récupération automatisée de données Web) sur ce blog.

    Récemment, j’ai aussi écrit une note à ce sujet sur R / Notes, un blog où je publie des notes (en anglais, et sans commentaires) sur l’utilisation de R. La note explique comment récupérer les décrets nominatifs du Journal officiel de la République française en quelques lignes de code R.

Je profite de ces mises à jour pour signaler aux habitués du ‘bistro que je serai présent, ce weekend, aux célébrations organisées pour les 20 ans de la Confédération des Jeunes Chercheurs (CJC), dont j’ai été membre actif pendant plusieurs années dans une vie qui me paraît déjà presque antérieure. Au plaisir de vous y croiser également !

Un cadeau offert à la science politique, ou : mangeons du pain wébérien

Ce billet est écrit en pensant au très bon blog de Denis Colombi et aux personnes citées dans le texte du billet. Il s’agit d’une longue et verbeuse discussion d’une photo et d’un commentaire découvert un lundi matin dans mon fil Facebook, arrivé là par quelques amis engagés :

Screen Shot 2016-02-01 at 09.30.21

Mise à jour, quelques minutes après publication de ce billet : voici l’article initial du Journal Du Dimanche. Mentionnons bien que le graphique posté ci-dessus y est titré : “Des préjugés tenaces”, ce qui mériterait certainement d’infléchir certains passages du texte ci-dessous, que je préfère préserver en l’état.

Remarquons aussi que le “sondage” a été réalisé pour le compte de la Fondation du Judaïsme Français, ce qui le rend encore plus sociologiquement parlant du point de vue de la mise en compétition, espérons-le involontaire mais effective, des haines, le sondage devenant classement des groupes sociaux des “plus” au “moins” discriminés, avec tout ce que la sociologie des classements sait dire de ces objets, des réifications qu’ils “performent” (au sens sociologique du terme), et des frontières invisibles qu’ils font naître là où la stratégie inverse de la République indivisible me semblerait recommandable.

Brève digression

Si vous ne connaissez pas Sylvain Bourmeau, il s’agit de l’animateur de l’excellente émission “La suite dans les idées” sur France Culture.

De ce que je crois savoir sans me donner la peine de le vérifier, Sylvain Bourmeau est par ailleurs docteur en science politique, comme semble d’ailleurs en témoigner, selon moi, son choix d’invités, dans lequel le politiste peut lire, dans un fin filigrane, ses attaches intellectuelles1.

S’il fallait recommander un seul épisode récent, je recommanderais celui avec James C. Scott, mais abonnez-vous au podcast, tant qu’à y être.

Comme l’indique le titre de cette section, ce billet ne porte toutefois pas du tout sur Sylvain Bourmeau. Cette digression est une forme de salutation polie et appuyée à son excellent travail d’intermédiaire entre le champ universitaire et le champ médiatique. Ces “passeurs de sciences” sont peu nombreux, alors saluons-les quand on peut.

Enseigner Weber

Comme l’indique le titre de ce billet, ce “sondage d’opinion” est un magnifique cadeau offert par le JDD et par l’institut qui l’a produit (Ipsos, apparemment) à la science politique, et en particulier aux enseignants de première année chargés des cours d’introduction à la science politique.

Lorsque vient le temps d’enseigner Max Weber, Le savant et le politique, c’est-à-dire en général tout au début d’un cursus de science politique, il est toujours utile de disposer d’un exemple probant et actuel de différenciation entre le comportement du savant et le comportement du citoyen engagé dans la Cité, afin de pouvoir illustrer correctement la partie de l’ouvrage portant sur “le métier et la vocation de savant”2.

Au premier semestre, une étudiante de première année m’a rappelé l’importance cruciale de cette section du cours. Au cours d’une brève discussion en travaux dirigés, je me souviens juste d’elle poser cette question :

Mais Monsieur, la guerre, c’est toujours mal, non ?

Je lui ai répondu comme n’importe quel enseignant de sciences sociales le ferait face à un propos normatif dans un contexte pédagogique qui cherche à faire émerger une pratique du raisonnement scientifique : on peut avoir un point de vue sur la guerre, mais ce point est un jugement de valeur ; j’ai d’ailleurs moi-même un point de vue sur la question, mais que je ne partage pas en cours, car c’est tout l’enseignement de Weber—ce serait, au sens intellectuel, un mélange des genres.

Voici les trois “genres”3 auxquels je pense, sous forme de commentaires de taille inégale et numérotés, bien qu’il n’existe aucune hiérarchie entre eux, et que dans la réalité, ces “genres” ne se séparent jamais complètement : pour reprendre les idées de Weber, c’est un travail intellectuel que de les séparer, et un engagement professionnel que de s’y vouer.

1. Une lecture citoyenne

La lecture citoyenne de ce sondage va différer selon les individus, et ceux, qui toujours plus nombreux, qui croient que la France est un pays “d’immigration massive” assailli par les ennemis extérieurs comme intérieurs, vont très bien se retrouver dans le diagramme en barres du JDD.

De ce point de vue, le commentaire de Sylvain Bourmeau est on ne peut plus juste : l’extrême-droite française se trouve, à l’heure actuelle, dans une dynamique “gagnant-gagnant”, qui lui permet, comme beaucoup d’autres partis politiques populistes en Europe, à la fois de façonner l’air du temps et d’enregistrer de très bons succès électoraux.

On peut (et, selon moi, on doit) se désoler, comme je le fais régulièrement avec mes amis, de cette dynamique, par ailleurs beaucoup mieux expliquée qu’ici par mon estimé (et je oserais-même le dire, de plus en plus célèbre) co-blogueur Joël aux pages 42-43 de ce magazine, et dans le reste de ses travaux et interventions — coucou Joël, et toujours heureux de te lire et de te savoir lu :)

On peut, et l’on doit, surtout, je pense, chercher les moyens d’endiguer cette dynamique, quelle que soit le nom qu’on lui donne : personnalité autoritaire, “anti-mai 68”, “lepénisation des esprits”, populisme, ou proto-fascisme pour les plus catégoriques.

Personnellement, j’estime, comme Joël, que le scrutin à deux tours va nous sauver de “Marine présidente”, mais que cela ne règle pas le problème de fond de la crise de la représentation : pour me centrer sur la portion du champ politique qui “me parle”, à l’heure actuelle, la trahison des clercs de gauche me semble totale, au point que même un électeur socialiste “naturel” dans mon style, biberonné au jospinisme, ne se déplace plus aux urnes4.

À quoi participe, selon le petit citoyen engagé au fond de moi, la publication de ce “sondage” (et j’expliquerai bientôt les guillemets autour de ce mot) ? À produire, je dirais, l’équivalent français de la Hongrie de Viktor Orbán : une machinerie médiatique et politique de la haine de soi, ce qui a déjà de graves conséquences, et qui en aura d’autres que l’imagination d’un pacifique citoyen du monde d’aujourd’hui ne peut même pas produire.

Toujours de mon point de vue, je ne pense pas que tout cela se finira dans un bain de sang révolutionnaire ou contre-révolutionnaire : j’ai plutôt confiance dans l’Histoire pour injecter à nouveau, dans quelques années et de manière comme toujours provisoire, une bonne dose d’anesthésiant dans la partie reptilienne du cerveau collectif qui produit la stigmatisation des musulmans, des Roms et des autres. C’est le faux optimiste en moi qui parle ici.

Bref, malgré le JDD et autres stigmates du quotidien, je “souhaite”, si l’on peut dire, à mes amis musulmans et d’origine rom5 la même “trajectoire” historique que celles de mes amis homosexuels : après de longues et douloureuses années d’humiliation, enfin, une forme de libération par l’endiguement de la haine, libération jamais vraiment acquise, mais il me semble, heureusement bien avancée en ce qui concerne l’homosexualité—qui oserait aujourd’hui remplacer “origine maghrébine” par “homosexuelles” dans ce “sondage”, écrivons-le pour terminer ce commentaire, infect, produit et publié par les idiots utiles d’une impasse intellectuelle qui ne peut qu’évoquer de terribles souvenirs ?

Toutefois, comme l’illustre le travail de Joël et un blog comme celui de Christophe Bouillaud, l’un de mes anciens enseignants, les commentaires ci-dessus et les commentaires indignés que je lis sur Facebook ne doivent pas faire obstacle à la seule “bonne nouvelle” contenue dans ce sondage.

2. Une (très brève esquisse de) lecture professionnelle

La lecture professionnelle de ce sondage est la première qui m’est venue à l’esprit : quel cadeau nous fait-là l’actualité ! Un objet sociologique aussi parlant que cette production sondagio-médiatique, quelle illustration fantastique de Bourdieu, de Weber ! Les enseignants de science politique ont dû au moins esquisser un sourire.

En effet, le marché qui produit ces biens de consommation que l’on appelle les “sondages d’opinion” est ici parfaitement représenté, de même que sa conséquence première : la fabrique de l’opinion, un phénomène qu’il faut apprendre à objectiver dans l’espace et dans le temps—le travail d’une profession, celle de politiste, ou de sociologue/historien du politique, ces distinctions n’ayant à mes yeux aucune importance fondamentale, au moins au niveau de réflexion où je souhaite situer ce commentaire.

Bref, pour aller beaucoup plus vite que dans mon premier commentaire, j’ai sauvegardé la capture d’écran qui ouvre ce billet dans mon dossier “L1 – TD – Intro. sc. po.”, pour tester l’enseignement de cet exemple l’année prochaine. En attendant, un dernier commentaire.

3. Quelques compléments

Ce troisième et dernier commentaire est une sorte de produit des deux premiers. Il s’agit réfléchir scientifiquement, à la fois comme professionnel de la science et comme citoyen engagé, à l’objet-sondage, et il me semble qu’il y a deux dimensions à prendre en compte :

  1. Commençons par la méthodologie pure, pourrait-on dire : d’un point de vue, ce “sondage” a-t-il la moindre valeur scientifique ?

    D’un point de vue quantitatif et statistique, probablement pas, l’industrie française des sondages n’étant pas en mesure6 de produire des enquêtes d’opinion, échantillonnées et modélisées plutôt que bricolées par quotas et redressements7.

    En revanche, d’un point de vue qualitatif, la valeur scientifique de ce sondage est évidente : pour des raisons sociologiques, politiques et historiques qui sous-tendent mon second commentaire, il est beaucoup plus socialement acceptable, aujourd’hui en France, de dénigrer les origines maghrébines que la confession juive ou les origines asiatiques.

  2. Terminons à présent sur une question de fond : faut-il tout de même essayer de produire des résultats robustes sur les confessions et les origines des individus, agresseurs comme agressés, pour reprendre le ton du “sondage” ici commenté ? L’enquête WVS ne tente-t-elle pas de mesurer la haine des voisins, et l’enquête ESS ne contient-elle pas des questions sur les discriminations subies dans les douze derniers mois ?

    La question me semble se poser car certain(e)s, du peu de que j’observe autour de moi dans le champ scientifique, persistent à défendre une science qualitative dédaigneuse des chiffres, à l’opposé d’ailleurs des figures tutélaires auxquelles elles et ils se réfèrent (je parle, évidemment, de Pierre Bourdieu). J’ai toutefois espoir dans cette sociologie de la quantification, qui a aujourd’hui le vent en poupe grâce, s’il ne fallait citer qu’un nom français, à l’héritage intellectuel d’Alain Desrosières, dont le point de vue me manque8.

    Le débat est complexe, et je change régulièrement d’opinion au sujet des statistiques ethniques et des autres dimensions de ce débat. Mais la plupart du temps, je penche nettement en faveur d’outils comme l’enquête TeO en ce qui concerne la mesure des “origines”, et pense généralement que l’on tirerait profit d’une activité scientifique de qualité – à l’heure actuelle marginale, mais les choses évoluent – sur ces questions, plutôt que de laisser le champ libre aux prêcheurs et prédicateurs.

Brève conclusion

Les lecteurs attentifs qui liront ce billet jusqu’à ces lignes jugeront peut-être que je travestis quelque peu la pensée de Weber dans ce billet, en séparant non pas la science et la politique, mais les métiers de savant et de politique, ce qui ne signifie pas la même chose, et qui n’a pas les mêmes conséquences pédagogiques.

Du point de vue du texte, le vrai fond du propos wébérien me semble bien être de distinguer des carrières, et pas des individus ou des pensées. C’est pourquoi je n’aime pas les sous-titres d’enseignements du type “science, politique et science politique”. En pratique, les étudiants sont déjà tous intuitivement de l’existence d’une distinction entre science et politique, ne serait-ce que par “pré-cognition” de la coexistence de différentes cités de justification, et pensent reconnaître cette distinction chez Weber, alors que le propos est plus fin.

D’un point de vue pédagogique, l’essentiel me semble en effet de trouver une manière de dire aux étudiants : soyez à la fois savants et politiques, portez ces deux “chapeaux” en conscience de cause, et considérez ces “chapeaux”, ces “casquettes”, comme des attributs culturels, intellectuels, éducatifs, et en définitive, professionnels, quelle que soit l’intitulé desdites professions (saluons ici une dernière fois le travail radiophonique de Sylvain Bourmeau, parmi d’autres).

Ma conclusion sera donc : toutes et tous que nous sommes, mangeons du pain wébérien. Regrettons ce que trahit, ce que traduit, ce que produit ce sondage, mais félicitons-nous qu’il existe des disciplines scientifiques dédiées à comprendre de tels objets, des journalistes disposés à diffuser cette compréhension, et servons-nous de ces objets pour changer le monde, car il sera toujours temps, comme l’écrit également Joël dans les dernières lignes de l’interview pré-citée, d’enrayer les cercles vicieux du présent et de se prémunir contre toutes les formes de violence inutiles.


Je profite de ce long texte pour souhaiter à tous les clients du Polit’bistro suffisamment patients pour lire ce dernier paragraphe une bonne année 2016, année qui a commencé de manière atypique de mon côté, ce qui explique peut-être la nature encore plus décousue et désordonnée du raisonnement et de l’écriture de ce billet, qui contient vraiment trop de guillemets, quelques passages certainement un peu trop personnels, et même un point Godwin.

  1. S’il fallait brièvement les qualifier, je parierais sur un penchant certain pour la socio-histoire et pour une partie bien spécifique de la science politique internationale. []
  2. La seule biographie de Weber ne constituant pas, à mon avis, une illustration suffisante pour les étudiants. Une autre illustration que je souhaite mentionner ici : cette très belle tribune de Virginie Guiraudon sur la déchéance de nationalité. []
  3. Le terme ne me convient pas, d’où les guillemets, faute de mieux. []
  4. Ma nouvelle parade lorsqu’on me reproche cette apathie est de dire que je suis un single-issue voter du droit de vote aux étrangers. Cette idée m’a été inspirée (mais pas suggérée) par un ami, Simon, qui se reconnaîtra s’il lit ces lignes. []
  5. D’ailleurs, qui a des amis rom ? En ai-je vraiment ? Le sais-je vraiment ? J’ai au moins un prénom en tête, un copain roumain de Pigalle, qui ne lira pas ce texte et ne se reconnaîtra donc pas, et pour être honnête, je ne sais pas s’il a du “sang rom”. Me poser cette simple question me révulse, et l’anti-autoritarisme primaire de mon copain me suffit amplement comme “réponse”. Salut à toi, Alex. []
  6. C’est un effet d’offre et de demande : personne, dans la clientèle des sondages, ne souhaitant lire de résultats robustes, il n’y a pas d’équivalent français de YouGov, et donc pas de Nate Silver français non plus. Au lieu ça, on a surtout des lecteurs de feuilles de thé, pour rester gentil. Le mode de scrutin me semble jouer un rôle important dans cette configuration des choses, mais c’est une autre histoire. []
  7. Un ami spécialiste vient d’ailleurs tout juste de poster sur Facebook : “Je viens de voir le sondage JDD-IPSOS. Les auteurs déclarent avoir travaillé avec des chercheurs du CNRS et de l’EHESS, on aimerai[t] bien savoir lesquels parce que c’est un tissu d’erreurs méthodologiques de l’échantillonnage à la formulation des questions”. []
  8. Personnellement, j’oserais même dire que le bonhomme me manque aussi. Je ne l’ai croisé que quelques fois, en séminaire et une fois dans un parc public parisien à côté de la Cité universitaire, d’où me reste ce souvenir d’une séance d’escrime improvisée avec une très jeune fille. Cet étalage de vie privée et de sentiments est peut-être excessif, et j’espère sincèrement que personne ne m’en voudra. En fait, je voulais juste écrire qu’Alain Desrosières me manque, et que j’ai toujours au moins l’un de ses textes à portée de main, au bureau comme à la maison. []

Hypothesosphère : le réseau des blogs d’Hypothèses, (presque) cinq ans plus tard

Il y a quelques années (en décembre 2010, pour être précis), Josquin Debaz avait rédigé un billet sur le réseau des blogs de la plateforme Hypothèses, “Hypothesosphère”, où il reconstituait le réseau des blogs indexés par la plateforme à partir des hyperliens entre les articles de ces blogs. Je me suis demandé si ça ne valait pas le coup d’actualiser son analyse, en récoltant des données permettant d’assembler ce réseau à différents points temporels, puis d’identifier les thèmes traités par les communautés qui forment ce réseau.

Le résultat montre qu’environ un tiers des blogs de la plateforme Hypothèses a, au moins une fois, renvoyé ses lecteurs vers un autre blog de la plateforme. Au cours des années 2009 à 2015, la plateforme s’est enrichie de nombreux blogs, ce qui donne, même lorsque l’on se concentre sur un échantillon de ces blogs, comme ci-dessous, un réseau qui contient de nombreuses “sous-communautés” (linguistiques, notamment), et quelques blogs (dont Polit’bistro !) nettement plus centraux que les autres :

hyponet

Cliquer le graphe ci-dessus pour la version PDF plus lisible, où l’on aperçoit clairement le blog des concepteurs de la plateforme (en plein milieu), ainsi que la partie germanophone d’Hypothèses (au sud). Ci-dessous, une longue notice technique, avec une visualisation temporelle du réseau à chaque année d’existence de la plateforme, et une modélisation des thématiques abordées dans les billets de chacune des communautés au fil du temps.

Échantillonnage des données

Depuis le billet de Josquin Debaz, l’index d’Hypothèses s’est beaucoup enrichi, et a aussi certainement changé au niveau du code, car les “vieux” billets (ceux de la page 300, par exemple) n’y sont pas indexés comme les nouveaux. Du coup, pour actualiser l’Hypothesosphère, mieux vaut peut-être passer par le catalogue OpenEdition, qui recense actuellement 1 071 blogs dont on peut ensuite récupérer les articles :

openedition-catalogue

Pour effectuer cette dernière opération, j’ai simplement essayé de lire chaque “page” de chaque blog, de la première à la dernière. Certains blogs, comme celui-ci par exemple, n’utilisent pas de pagination (ce que l’on peut raisonnablement considérer comme un événement survenant de manière aléatoire parmi les blogs de la plateforme), et sont en conséquence exclus de l’échantillon que l’on va constituer1.

Dans un premier temps, il faut donc lister les blogs et essayer de lister tous leurs articles. En une demi-heure d’essais-erreurs avec le code HTML des blogs, qui tournent tous sur WordPress mais pas avec les mêmes gabarits et donc avec des balises HTML différentes, j’en suis arrivé à ce script, qui est certainement plus lent que celui qu’a rédigé Josquin Debaz (en Python), mais qui fonctionne suffisamment bien sur la plateforme Hypothèses actuelle.

Le résultat est un échantillon qui contient 622 blogs, soit 60 % du catalogue total d’OpenEdition, et un total de 77 608 articles, soit 124 articles par blog en moyenne2. Si l’on compare les années de création des blogs du catalogue OpenEdition à celles des blogs contenus dans l’échantillon, les différences de proportion de chaque année à l’intérieur de chaque groupe sont minimes et aléatoires, ce qui est plutôt bon signe pour la qualité de l’échantillon.

Année Catalogue % Échantillon %
2009 76 7 65 10
2010 81 8 61 10
2011 138 13 78 13
2012 282 26 149 24
2013 233 22 118 19
2014 126 12 61 10
2015 133 12 88 14

Construction des réseaux temporels

Dans un second temps, il faut ensuite scanner le contenu des articles des blogs sélectionnés, et en extraire les liens vers des adresses de blogs hébergés sur Hypothèses. Alors que l’opération précédente n’a pas demandé plus de quelques heures, celle-ci risquait de prendre beaucoup plus longtemps, étant donné la quantité de données à parcourir. Du coup, j’ai à nouveau échantillonné dans les données, en ne téléchargeant que 25% des 77 608 articles, soit 19 402 articles3.

Vu que l’on va vouloir observer la manière dont l’Hypothesesosphère a changé au cours du temps, on va ensuite scanner ces articles pour y trouver les inter-citations entre blogs, en notant également la date de parution des articles et le nombre d’inter-citations par article, qui pourra faire office de coefficient de pondération si besoin. Je ne vais pas jusqu’à sous-échantillonner pour limiter le nombre d’articles par blog, mais c’est envisageable4.

Enfin, on va écrire le code de visualisation de l’Hypothesesosphère de chaque année, en mettant des couleurs sur les huit “communautés” de blogs les plus larges, que l’on identifie grâce à un algorithme qui maximise la modularité (le degré de ségrégation) du réseau. Le code ressemble fortement à ce que j’ai déjà décrit dans plusieurs billets précédents, et notamment dans ce petit tutoriel, qui couvre aussi la récupération des données.

Ci-dessous, un exemple de visualisation produit par ce code. Je dis “exemple” car le placement des blogs est en partie aléatoire, comme l’exige n’importe quel algorithme de placement à force dirigée. À noter aussi : la visualisation ne montre pas que le réseau est dirigé, mais il suffit de faire attention à la couleur des liens pour la deviner (lorsque les liens sont plus foncés, c’est qu’ils sont réciproques : les blogs se font mutuellement référence).

hyponet

Pour obtenir un résultat plus exhaustif, il suffit d’augmenter le seuil précité de 25%, ce qui permettra de scanner un plus grand nombre d’articles, et donc potentiellement de rendre l’Hypothesesosphère de chaque année un peu plus dense. Le seuil que j’ai choisi devrait toutefois suffire pour se faire une première idée de ce à quoi ressemble le réseau complet des inter-citations entre les blogs de la plateforme.

Modélisation des communautés

Les réseaux présentés ci-dessus contiennent des blogs, liés entre eux par des articles. Chacun de ces articles contient des mots-clés, ou a minima une catégorie qui correspond, elle-même, à un mot-clé. La plupart des mots-clés sont en français, sauf dans les sous-communautés linguistiques d’Hypothèses, qui utilisent des mots-clés, en allemand, en anglais, en espagnol.

De plus, on a segmenté chaque réseau de manière algorithmique, en communautés optimales. Par conséquent, il est facile de créer des groupes de mots-clés correspondant à une communauté de blogs connectés par leurs inter-citations, ce qui est ici une manière de passer de la forme “réseau” à la forme textuelle en intégrant l’information structurelle du réseau dans la constitution du corpus textuel.

On va donc représenter les données de nos réseaux temporels sous la forme d’un corpus, où chaque document correspond aux mots-clés d’une communauté. Le corpus produit par cette opération contient autant de documents que n’apparaissent de communautés au fil des sept années d’existence de la plateforme, soit un corpus de 127 documents : 3 pour 2009, 7 pour 2010, jusqu’à 29 documents pour 2015.

On peut nettoyer des documents de manière approximative, en nettoyant les termes comme s’ils étaient tous français—ce qui n’est pas très grave : la langue va, quoique l’on fasse, fortement discriminer les communautés de blogs non francophones. Et enfin, on envoie ces documents à un topic model structurel, qui, un peu comme dans cet exemple, prend en compte l’année et la communauté de chaque document5.

Le résultat de cette opération sera un certain nombre de “thèmes” traités par les sous-communautés d’Hypothèses, identifiés à partir de quelque chose qui se rapproche d’un modèle multi-niveaux quant au type d’information qu’on fournit à l’estimateur. Le nombre de thèmes identifiés est arbitraire : j’ai choisi d’en identifier 20, un chiffre proche du nombre moyen de communautés identifiées dans chacun des réseaux (18)6.

Résultats : les thèmes de l’Hypothesesosphère

Dans les résultats ci-dessous, chaque ligne correspond à un regroupement thématique, ordonné du plus au moins fréquent dans le corpus, et représenté par ses trois premiers mots-clés (sans les suffixes, qui ont sauté au nettoyage). On aperçoit les thèmes constitués autour des billets en langue allemande, ou ceux créés autour de zones géographiques (“chin” ou “arab”) :

hypotopics

On aperçoit aussi, dans les thèmes, certains sujets bien précis : “polit” et “scienc”, par exemple, dans le thème n°2, correspond au séminaire “Politique des Sciences” de l’EHESS. Ce dernier constat est un peu embêtant : concrètement, le modèle que l’on a utilisé a “sur-identifié” certains sujets, plutôt que d’identifier des thèmes réellement transverses au corpus.

Le modèle fournit une probabilité d’occurrence de chaque thème dans chaque document, ce qui permet de connecter les thèmes entre eux en corrélant ces probabilités. On obtient ainsi, pour terminer, le réseau de thèmes suivants, où les couleurs correspondent à nouveau aux communautés optimales, et où l’on aperçoit distinctement l’espace thématique germanophone de la plateforme Hypothèses, de même que les thèmes les plus génériques (“actualités”, “lectures”, “colloques”, …) :

hyponet_topics

Pour améliorer cette visualisation, il faudrait déjà envisager d’augmenter l’échantillon des articles au-delà des 25% précités. Ensuite, il faudrait réfléchir à un découpage temporel plus intelligent que celui proposé ici. En effet, segmenter l’Hypothesesosphère par année civile n’est probablement pas très pertinent : on pourrait essayer d’utiliser plutôt les années universitaires, ou même un découpage plus fin se rapprochant des semestres.

Enfin, et surtout, une modélisation plus robuste des thèmes de l’Hypothesesosphère nécessiterait d’affiner trois des paramètres de la modélisation proposée ci-dessus : (1) le nettoyage des mots-clés en fonction de leur langue, (2) le nombre de thèmes à identifier, et (3) l’identification des thèmes, de manière à jouer à la fois sur la prévalence et le contenu des termes du corpus, comme l’explique la documentation du package stm :

stm-metadata

Ces améliorations demanderaient de passer plus de temps sur la collecte des données et sur le calibrage du modèle. Avis aux intéressé(e)s !

Pour aller plus loin

Ce billet explique comment actualiser les données initialement imaginées par Josquin Debaz, et suggère de modéliser ces données à mi-chemin entre l’analyse de réseaux et l’analyse textuelle. Ce croisement méthodologique est assez fréquent : voir, par exemple, ce papier récemment présenté au Congrès de l’AFSP, qui étudie la “web-sphère” créée autour du hashtag #CharlieHebdo sur Twitter.

Quelques liens, donc, pour terminer.

Pour reproduire l’analyse, allez voir ce dossier, qui inclut la liste des blogs à partir de laquelle on a constitué l’échantillon, et l’exemple de corpus sur lequel on a travaillé pour ce billet. Le code n’est pas particulièrement compliqué, et il est facilement amendable (on pourrait, par exemple, étudier le réseau bipartite des blogs d’Hypothèses citant des articles publiés sur revues.org).

Pour analyser du texte, la méthode que j’ai employée (et que j’avais déjà évoquée ici et , notamment) n’est pas la plus simple, ni même la plus conclusive. Pour des alternatives aux topic models, cf. notamment les méthodes de classification hiérarchiques implémentées par Iramuteq, ainsi que ce billet d’Étienne, qui explique clairement ce qu’est un topic model et qui recense d’autres autres méthodes disponibles.

Pour visualiser des réseaux, je passe systématiquement par la fonction ggnet (voir le billet de présentation et d’autres exemples), mais vous voudrez peut-être passer par igraph (qui vient de passer en version 1.0.0 ! et le bouquin a l’air génial), ou par une librairie permettant de visualiser le réseau par périodes. Dans ces deux cas, jetez un coup d’oeil à cet excellent tutoriel de visualisation réseau, par Katherine Ognyanova.

Pour illustrer ce que l’on peut apprendre en lisant le tutoriel ci-dessus, voici un dernier graphe, qui montre la croissance cumulée de l’Hypothesesosphère, de janvier 2009 à juin 2015. Si vous utilisez Google Chrome, vous pouvez également jouer avec la version interactive, réalisée avec le package (encore très expérimental) ndtv, que j’ai découvert grâce au tutoriel.

hypodyn

Contrairement aux autres graphes du billet, ces deux animations utilisent un échantillon beaucoup plus large de presque 85 000 billets publiés sur la plateforme, au fil desquels 340 blogs ont renvoyé leurs lecteurs vers 484 blogs, pour un total de 605 blogs différents actuellement présents dans l’Hypothesesosphère.

  1. Le meilleur moyen de travailler sur l’intégralité de la base serait bien sûr de l’obtenir auprès de la plateforme (à laquelle je contribue très épisodiquement), mais le texte intégral pèse certainement trop lourd pour pouvoir être facilement transféré. De plus, la base intégrale doit contenir les brouillons des articles des blogs, ou ceux publiés de manière privée. Pour ne pas rentrer dans ces problèmes, je n’ai accédé qu’aux données publiques de la plateforme. []
  2. En relançant le script plusieurs fois pour pallier aux erreurs réseau, je suis arrivé jusqu’à 885 blogs et 104 844 articles, soit 118 articles par blog en moyenne. []
  3. Il est fortement recommandé, à ce stade, de laisser une seconde entre chaque téléchargement, pour ne pas stresser la plateforme. []
  4. Cette étape serait nécessaire si l’on souhaitait contrôler (éliminer) les différences de volume de publication d’une année sur l’autre, de manière comparer des probabilités d’occurrence (ou plutôt, des écarts par rapport à une hypothèse d’équiprobabilité, qui peut s’estimer de différentes manières) dans chacun des réseaux temporels. []
  5. Très grossièrement, un topic model structurel est un topic model (soit une technique de regroupement de termes discriminants en thèmes, ou topics) qui peut prendre en compte de l’information supplémentaire sur les documents (des “méta-données”, comme ici l’année de “parution” du document formé par les mots-clés, et la communauté qui a “produit” ce document cette année-là, au fil de ses billets de blogs). Pour des exemples de topic models, cf. cette synthèse, cet article, et ce projet, sur le même thème que ce billet. []
  6. À noter : il y a de plusieurs manières d’identifier le nombre de thèmes à rechercher dans un corpus. Certaines d’entre elles sont expliquées dans les documents cités dans la note précédente. []

Les “unes” de Charlie Hebdo : quelques réseaux de plus

Le 6e Congrès de l’Association Française de Sociologie commence après-demain. Le Réseau Thématique 37 “Sociologie des médias” y organise une réunion autour des événements “Charlie Hebdo”, à laquelle Gaël devait participer, sans finalement pouvoir s’y rendre. Sur son invitation, je le remplacerai pour évoquer cette petite note, qui reprend une partie de ce que vous avez pu lire sur ce blog au sujet des “unes” de Charlie Hebdo et de l’analyse des associations thématiques qu’elles contiennent.

La note ne procède pas tout à fait de la même manière que les billets du blog. J’ai retiré tout ce qui avait trait aux ERGM pour utiliser quelque chose d’un peu moins sophistiqué mais de tout aussi parlant. Dans un premier temps, j’ai affiné les catégories thématiques dans lesquelles j’ai regroupé les mots-clés utilisés par le blog Strips Journal pour coder les “unes” de Charlie Hebdo. L’échantillon reste très réduit : le blog ne couvre que les années 2009 à 2015, soit un peu plus de 300 “unes”.

J’ai ensuite fait figurer ces “unes” dans des réseaux bipartites où apparaissent à la fois les “unes” et leurs catégories thématiques. Voici par exemple le réseau des “unes” et de leurs thèmes pour l’année 2011 (cliquer sur le réseau pour le voir en plus grand) :

themes_network_2011

La topologie du réseau renvoie aux deux grands pôles thématiques traités par Charlie Hebdo dans ses “unes”, avec l’actualité politique nationale d’un côté (catégories en bleu), et tous les autres thèmes de l’autre, dont l’actualité internationale et la religion. Cette représentation permet d’effectuer des calculs de distance pondérée, à partir il est facile de repérer les catégories thématiques “proches” ou “éloignées” dans le réseau tissé par les “unes”. Voici les distances entre les catégories thématiques de l’année 2011 (cliquer…) :

distance_matrix_2011

La matrice de distance traduit la même information que le réseau : les catégories les plus “proches” de la catégorie “Religion” sont les catégories “Violence” et “International”, dans cet ordre. La note systématise cette grille de lecture à toutes les catégories sur toutes les années de 2009 à 2015, où il apparaît clairement que la catégorie “Religion” est régulièrement associée à la catégorie “Violence”, sans entretenir toutefois de lien privilégié avec cette catégorie, qui est également associée à d’autres thématiques que la religion.

Bref, je ne sais toujours pas si Charlie Hebdo est “obsédé” par l’islam, si tant est que cela veuille dire quelque chose1. En revanche, je pense qu’on peut établir, au moyen de ses “unes”, que Charlie Hebdo ne réserve pas ses critiques qu’à la seule institution religieuse—sur la période étudiée, le personnel politique en prend au moins autant, sinon plus, pour son grade—,et qu’en plus, sa critique de la religion en “une” survient au sein d’une “triade thématique”, où elle se retrouve liée, sans grande surprise, à l’actualité internationale.

Si vous êtes à l’UVSQ après-demain, j’aurai quelques minutes pour expliquer tout ça. Et comme je n’ai jamais mis les pieds dans un Congrès AFS, ce sera l’occasion de voir à quoi ça ressemble.

Dernière petite chose. Dans le billet précédent, je terminais en mentionnant le blog elementR, pour apprendre à utiliser R dans un contexte de recherche en sciences sociales. En ce qui concerne les réseaux, il faut cette fois-ci mentionner l’excellent blog du groupe fmr (“flux, matrices, réseaux”), qui publie depuis longtemps de très bonnes ressources pour apprendre l’analyse de réseaux, avec R ou d’autres logiciels (voir, par exemple, ce texte sur les ERGM, que j’aurais dû citer dans plusieurs billets précédents sur les “unes” de Charlie Hebdo).

  1. Comme Gaël, et comme les auteurs de cette tribune, j’aurais plutôt tendance à penser que non, même si la “une” me semble être un bon dispositif de mesure des orientations stratégiques que peut prendre la direction d’un hebdomadaire. Il faudrait néanmoins avoir accès à d’autres données (qualitatives), ainsi qu’à un échantillon de “unes” s’étalant sur une période plus longue, pour pouvoir étudier cette question, un peu sur le modèle de ce qu’a fait Nicolas Hubé sur la presse allemande et française. []

Comment ne pas parler des livres que l’on n’a pas lus

Écouter France Culture est un régal quotidien, et s’il ne fallait garder qu’une émission, ce serait évidemment Les pieds sur terre. Mais parfois, on y entend aussi des choses comme ça, dans la bouche de Vincent Ricordeau, co-fondateur de la plateforme collaborative KissKissBankBank :

Aujourd’hui après avoir encensé Piketty, on massacre Piketty, puisqu’il y a des étudiants, certains très jeunes, qui ont prouvé que ses bases de données, la façon dont il gérait les data, arrivait à des résultats qui étaient erronés.

Derrière Piketty, ce n’est pas ses formules mathématiques qui comptent pour arriver à prouver une chose. Il a montré assez clairement, et on a besoin de ça, que le système dans lequel on vit aujourd’hui, c’est-à-dire vers une maximisation du profit et une individualisation du profit, fait que ça crée des inégalités tellement dingues qu’on est revenu au même niveau qu’au XIXe siècle, et que potentiellement notre civilisation disparaîtra à cause de ça.

Donc du coup les mille pages de Piketty, qui sont très difficiles à lire d’ailleurs, n’ont de valeur pour moi que parce qu’elles montrent une direction. Si vous prenez Rifkin, également, […]

Les passages en gras sont de mon fait. S’ensuit le même style d’argument sur Rifkin. Allez écouter par vous-même, à la 21e minute environ du podcast de la dernière émission du sinon excellent Grain à moudre d’Hervé Gardette, qui conclut l’intervention de Vincent Ricordeau par ce propos laconique :

En général, quand on est critiqué, c’est aussi peut-être un signe de succès.

Avant de continuer, full disclosure : je ne connais aucun des protagonistes cités dans ce billet, et je n’ai pas lu le dernier ouvrage de Piketty. En revanche, j’ai pas mal manipulé les données Piketty/Saez, que j’ai souvent utilisées en cours, et j’ai lu quelques-uns des articles où elles apparaissent.

Enfin, il y a plusieurs années, j’ai écrit à Thomas Piketty pour lui demander quelques-unes de ses séries temporelles supplémentaires. Voici sa réponse (qui ne trahit rien de personnel : l’adresse email apparaissait sur son site Internet) :

piketty-email

Sur la forme, l’email ci-dessus n’est pas vraiment le genre d’email que l’on reçoit de la part de quelqu’un qui ne saurait pas “gérer ses data” ; c’est même plutôt l’inverse, Thomas Piketty étant l’un des rares chercheurs à diffuser publiquement et gratuitement la quasi-intégralité de ses données.

Mais sur le fond, il y a plein d’autres inepties dans le propos de Vincent Ricordeau, qui fait au passage la même erreur que de très nombreux commentateurs de Piketty, en lui attribuant la paternité intégrale des données utilisées dans Le capital au XXIe siècle. En réalité, comme l’indiquent plusieurs notes de bas-de-page, certaines sections de l’ouvrage utilisent les données WTID/WWID, qui ont mobilisé des dizaines de chercheurs1.

Histoire d’illustrer le fait que Piketty ne fait vraiment pas secret de la production collective des données présentées dans son ouvrage, écoutez les dix premières minutes de cette présentation, qui ne fait pas exception (j’ai trouvé plein d’autres podcasts où Piketty raconte strictement la même chose sur la nature collective des données de l’ouvrage, en citant d’ailleurs toujours les mêmes collègues, dans le même ordre) :

Le début du propos est peut-être le plus censé : effectivement, l’ouvrage de Piketty a été critiqué, notamment par un jeune économiste de 26 ans. Sauf que la critique en question ne porte à aucun moment sur la manière dont Piketty “gère ses data”, qui s’en sortent parfaitement indemnes2.

À ma connaissance, la seule critique de Piketty qui a porté directement sur les données est celle de Chris Giles (du Financial Times), et qui s’est à mon sens complètement trompé, alors qu’il avait correctement diagnostiqué les problèmes d’un modèle publié par le FMI dans un rapport de 2012.

Le plus drôle dans l’intervention de Ricordeau, c’est évidemment l’énorme “smoking gun” que j’ai grassé dans le dernier paragraphe : apparemment, dans la bouche de quelqu’un qui parle comme s’il avait lu l’ouvrage, les “mille pages” du Capital au XXIe sont “très difficiles à lire”.

Notez que juste avant, le même intervenant parle de formules mathématiques. Voici l’index de l’entrée “équations” dans l’édition américaine de l’ouvrage, avec les équations soulignées :

piketty-equations

L’équation la plus compliquée étant un produit, on peut supposer que ce n’est pas la formalisation mathématique de Piketty qui lui vaut ici le qualificatif de “très difficile à lire”. Ce doit donc être le texte lui-même. Voici donc un extrait pris au hasard dans l’édition française de l’ouvrage :

piketty-bouquin-1

Pas convaincu ? J’ai arbitrairement sélectionné cet extrait ? L’intervention de Vincent Ricordeau se situant à environ 21:30 du podcast de l’émission, voici la page 231 de la version électronique de l’ouvrage :

piketty-bouquin-2

Si vous avez déjà lu de l’économie, ne serait-ce qu’un papier NBER, le contraste devrait être saisissant. Et si vous n’en avez jamais lu, le texte devrait quand même vous indiquer quelque chose que presque tous les compte-rendus de lecture de Piketty indiquent par ailleurs : c’est très bien, et surtout très simplement, écrit3.

De mon point de vue, le seul obstacle sérieux à la lecture du dernier ouvrage Piketty est la longueur du manuscrit, qui est un peu plus court en langue anglaise (dans une traduction sublime d’Arthur Goldhammer), mais qui reste long.

Sur tous les autres points soulevés par Vincent Ricordeau, j’ai surtout eu l’impression qu’il avait autant lu l’ouvrage que moi, qui l’ai acheté mais pas lu, et j’imagine qu’une partie des auditeurs de l’émission a dû se dire exactement la même chose. Peut-être ferait-il mieux de se tourner vers un ouvrage plus court.

  1. L’équipe WTID/WWID inclut notamment Tony Atkinson. []
  2. La critique de Rognlie consiste, en gros, à rajouter un diviseur sur certaines mesures centrales, et à décomposer certains résultats. Il obtient, comme d’autres, des effets parfois plus faibles que ceux rapportés par Piketty, et un effet majeur du secteur immobilier, dont il tire une critique que je n’ai pas la compétence d’évaluer. Piketty a répondu à ce type de critiques dans plusieurs revues ; pour un excellent numéro spécial dans ce style, cf. celui-ci, en sociologie. []
  3. Piketty a expliqué plusieurs fois avoir écrit son livre pour un large public, en insistant sur le fait qu’il se sent moins économiste que chercheurs en sciences sociales, et que du coup. Si j’ai bien compris son parcours, qui passe par le MIT, il doit bien maîtriser les équations DGSE, mais écrire des modèles complètement abstraits ne l’intéresse pas. Une partie des réactions à l’ouvrage de Piketty s’explique d’ailleurs à mon sens par cette distance à la formalisation, mais il y a d’autres facteurs à considérer. []