Une carto du complot

En fouillant les archives du ‘Bistro, je n’ai pas trouvé trace d’un billet évoquant cette petite cartographie des théories du complot, établie à partir des archives de trois blogs français documentant ce phénomène :

cartographie du complot

Le code pour produire le graphe est déjà vieux d’un an, mais il devrait tourner avec quelques ajustements mineurs. Je m’en sers parfois comme “demo” de ce que l’on peut faire avec un minimum de scraping et de visualisation de réseaux avec R.

Construction et résultats

Le graphe est un simple réseau de co-occurrence des mots-clés choisis par les auteurs des blogs pour thématiser leurs billets. Les groupes de mots-clés en gris correspondent aux différentes communautés du graphe, détectées à partir de l’algorithme de Louvain, et les mots-clés les plus foncés sont simplement les plus centraux.

Cette visualisation permet de repérer d’un coup d’oeil les différents éléments du conspirationnisme français tel que documenté par les blogs utilisés comme sources des mots-clés : extrême-droite (et extrême-gauche), “11 septembre”, anti-sémitisme, et “politique étrangère” à base d’empire états-unien et de conflit israélo-palestinien.

On retrouve aussi ces éléments dans le conspirationnisme “off-line”, par exemple chez les négationnistes français, dont l’idéologie est aussi une sorte de syncrétisme permettant d’expliquer l’ordre mondial à partir des Juifs et de leurs alliés dans la fabrication de mensonges destinés à tromper les masses.

Données et références

La principale source du réseau présenté ci-dessus est le blog Conspiracy Watch de Rudy Reichstadt, qui a aussi signé une note sur le conspirationnisme pour la Fondation Jean Jaurès. Ce blog fournit l’immense majorité des données utilisées pour construire le réseau.

Mon cher co-blogueur Joël avait aussi signé un rapport sur le conspirationnisme en France, ainsi qu’une très utile visualisation en ligne des différentes composantes de la nébuleuse conspirationniste francophone sur Internet (cliquer sur l’image pour la version interactive) :

joel-complosphere

L’analyse de la “complosphère” n’en est qu’à ses débuts, mas il y a déjà quelques travaux là-dessus, et vu l’actualité prise par ce sujet depuis l’irruption de Dieudonné et d’Alain Soral dans cet espace d’expression, il y aura aussi une section thématique sur la “Sociologie politique du conspirationnisme” au prochain Congrès de l’Association Française de Science Politique1.

  1. La section (ST 52) sera co-animée par Philippe Aldrin, qui a récemment signé une Sociologie politique des rumeurs, et Pierre France. []

Trump : comment en est-on arrivé là, et va-t-on y rester longtemps ?

Le dernier tour pris par la campagne électorale de Donald J. Trump est tout aussi confondant que les précédents, mais la lecture de l’article du Guardian ci-dessous m’a donné envie de partager avec vous l’une des photos de Trump que l’on y trouve :

donald-trump-1

donald-trump-2

Pour celles et ceux qui se demanderaient d’où vient ce logo bizarre à l’ironie si parfaite, il s’agit à la fois d’une référence à la comédie musicale Les Misérables qui tourne en boucle sur Broadway, et d’une allusion à une phrase d’Hillary Clinton sur la nature “déplorable” d’une partie (selon elle, la moitié qui serait sexiste, raciste, homophobe et islamophobe) des soutiens électoraux de Donald Trump dans la population.

Je ne sais pas s’il est très judicieux de prendre au sérieux l’expression de Clinton, plus violente dans sa tournure exacte que ce que j’en ai retenu ci-dessus : Clinton a parlé de “basket of deplorables“, ce qui peut raisonnablement se traduire par “ramassis d’abrutis”. Mais peut-être est-ce toutefois le moment de se demander quels seront les effets à long terme de la candidature de Trump.

Le commentaire de Clinton, qu’elle a retiré depuis avec toute la bienséance stratégique de la personnalité politique qui joue sur plusieurs fronts électoraux à la fois, suppose en effet qu’une large partie de la population des États-Unis est disposée à entendre qu’entre un cinquième et un quart du pays est composé de dégénérés irrécupérables, et qu’une autre fraction de taille égale est trop idiote pour avoir vu le piège que la candidature de Donald Trump leur tend.

Et l’on peut évidemment penser que c’est de bonne guerre, dans la mesure où ce sont les irrécupérables en question qui ont ouvert les hostilités, comme l’explique très bien le détail de leur ethnocentrisme déclaré :

trump-feeling-therm-bar

Notez bien que les auteurs du texte dont est issu le graphique ci-dessus ont fait de leur mieux pour vérifier que l’attitude ethnocentrique des électeurs de Trump est plus prononcée que celle de l’électorat républicain en général—bref, en d’autres termes, que Trump est en train de rendre les choses encore pire qu’elles ne l’étaient déjà :

trump-whiteresentamerident11d

À ce stade, j’ai envie de poser deux questions.

Comment en est-on arrivé là ?

Dans mon précédent billet sur la candidature de Trump, je parle surtout de son hold-up électoral sur le Parti républicain, dont j’ai encore du mal à réaliser qu’il ait pu se faire braquer par un seul homme, aussi riche et mal coiffé soit-il. Toutefois, si l’on se pose la question de savoir comment est-ce que l’on en est arrivé là, il faut naturellement remonter plus loin dans le temps—bon, peut-être pas jusqu’à la Guerre de Sécession, hein.

De mon point de vue, la meilleure explication du processus de court terme qui nous a fourni ce clown triste qu’est Trump est à trouver dans un papier de Michael Tesler :

tesler

J’avais déjà évoqué ce papier (voir aussi cet autre signalement), en soulignant que le phénomène qu’il souligne, c’est-à-dire l’élévation du ressentiment racial aux États-Unis, ne commence pas avec la réforme du système de santé de Barack Obama. Je citais à ce propos l’ouvrage Off Center de Pierson et Hacker, qui explique entre autres que la “dérive des continents électoraux” démocrate et républicains aux États-Unis a des origines plus anciennes que l’élection de Barack Obama.

Reste que c’est avec l’élection d’Obama, puis avec sa réforme du système de santé, que s’est cristallisée, dans la période récente, la partie la plus dommageable de la polarisation politique américaine : celle qui, au-delà des doutes somme toute inoffensifs sur le lieu de naissance du premier président Noir des États-Unis, a aussi laissé entendre que ce président était musulman, insinuation que peu d’électeurs seraient disposés à accueillir par le flegmatiqueWhat if he was?” de Colin Powell.

Encore une fois, la grille de lecture anti-élitiste, raciste et islamophobe est tout sauf nouvelle aux États-Unis : l’explosion des hate groups après l’élection de Barack Obama en 2008. Mais à partir de la réforme du système de santé et de sa première conséquence politique, l’émergence du Tea Party, il a fallu compter avec une branche “non armée” (quoique…), et très bien organisée puisqu’à la fois politiquement représentée et financée de manière pérenne, de ces groupes.

koch-network-extremism

Pour finir, si l’effet mesuré par Michael Tesler persiste aujourd’hui, son dernier ouvrage en montre aussi l’effet-retour : loin d’atténuer le ressentiment racial aux États-Unis, l’élection et la présidence d’Obama ont permis à une partie substantielle de l’opposition républicaine de s’organiser en partisans du racisme systémique—Trump fournissant aujourd’hui l’effet multiplicateur qui permet d’étendre le domaine du préjudice aux femmes, aux Musulmans, aux Hispaniques et à tous les autres, sans avoir besoin de rejoindre une milice paramilitaire sudiste.

Deuxième question.

Que restera-t-il de tout ça le 5 novembre ?

Personnellement, je vois très mal comment la tendance actuelle pourrait s’inverser sous Clinton, et ce quel que soit le nombre d’années qu’elle passera au pouvoir—en supposant qu’elle l’exerce, mais c’est autrement plus probable que le scenario inverse, et je n’ai vraiment pas envie de savoir à quoi ressemblerait President Trump, et surtout la société qui irait avec.

La présidence Clinton s’annonce (j’insiste sur le terme) très peu transformative. Pour le moment, sa promesse la plus importante, qu’elle a récupéré de son ancien concurrent démocrate Bernie Sanders, semble être la suppression des frais d’inscription dans les universités publiques d’ici 2021. Pour les raisons que donne Corey Robin, c’est une mesure qui est loin d’être mineure, mais c’est aussi une mesure qui sera largement financée par les étudiants eux-mêmes, ce qui signifie qu’elle ne sera mettra en place qu’au fur et à mesure d’un dispositif qu’on est en droit d’imaginer très long.

Le même Corey Robin pense aussi, et je me sens proche de sa position, que la présidence Clinton ne sera pas une présidence de “réalignement” politique au moyen d’une lutte contre un adversaire abstrait qui changerait à la fois l’orientation des politiques publiques et les règles de la compétition électorale, mais simplement celle qui succèdera à l’élimination d’un rival inacceptable. Toute ressemblance avec un autre président serait naturellement fortuite…

Bon, c’est peut-être du bluff, et peut-être qu’une fois au pouvoir, Hillary Clinton reprendra la réforme du système de santé où celle-ci s’est arrêtée, et fera passer une forme d’option assurantielle publique qui accentuera la concurrence sur les prix dans le secteur des assurances-maladie. Ce serait toutefois peu probable : son passé en matière de réforme de la santé menacerait de la rattraper, et Hillary Clinton ne voudra certainement pas prendre le risque de déclencher une autre “Tea Party“.

La variable la plus importante ici me semble être la structure que prendra l’opposition à Hillary Clinton une fois qu’elle aura accédé au pouvoir : si celle-ci reprend une forme de “Tea Party” échappant au moins en partie à l’establishment du Parti républicain jusqu’à présenter de nouveaux candidats à la Michele Bachmann, alors le cauchemar Trump continuera, même sans lui.

Quelques petits trucs pour patienter

Si vous avez parcouru ce blog avant-hier, ou si vous faites partie des fidèles abonnés du ‘bistro grâce à son flux RSS, alors vous avez dû y trouver un billet sur Charlie-Hebdo. Ce billet a été publié en avance par erreur—mais il reviendra, promis !

En attendant la suite, voici quelques petits trucs pour patienter.

Samuel Hayat a recommencé à bloguer, et a posté il y a peu de temps un très intéressant billet sur l’histoire conceptuelle. J’en ai profité pour rajouter le blog de Samuel Hayat et le blog collectif Slowpolitix dans la très courte liste de blogs de politistes français qui se trouve sur la page “Blogs” de ce blog.

Je n’avais pas vu que Philippe C. Schmitter avait posté un manuscrit d’ouvrage, Conceptual Analysis and Research Design for Politologists, sur sa page de l’IUE de Florence. Je prends toujours beaucoup de plaisir à lire Schmitter, que je trouve analytiquement irréprochable, hyper-clair, et divertissant car ultra-érudit (à la manière des textes de Jean Leca, par exemple, les notes de bas-de-page contiennent souvent des petites pépites).

Colin Crouch vient de publier Society and Social Change in 21st Century Europe, un petit ouvrage de synthèse qui a l’air très clair et très bien informé, dans la lignée de toute sa production éditoriale. À mettre entre toutes les mains, et celles des étudiants en particulier.

Comment Joël a (presque) cartographié les électeurs FN à l’adresse

Joël vient de publier un article sur le vote FN à Marseille, intitulé : “A Marseille dans les “quartiers nord” : dis-moi où tu habites, je te dirai pour qui tu votes“. L’article est illustré à grands renforts de cartes montrant le détail du vote dans les “quartiers nords” de Marseille, et mettant à l’épreuve les revendications représentatives des élus FN locaux :

joel-marseille

Joël a également publié sur son site une explication technique complète, “Comment j’ai (presque) cartographié les électeurs FN à l’adresse“, rédigée dans le joli gabarit tufte-css fidèle au style d’Edward Tufte :

joel-tufte

La note technique montre comment reproduire, code R à l’appui, les cartes statiques et interactives de l’article, à l’aide des packages tmap et leaflet1 respectivement, et en utilisant les fonds de carte d’OpenStreetMap.

Toutefois, c’est à mon sens au niveau du travail de préparation des données que la note de Joël est la plus intéressante, notamment parce qu’il y explique comment mettre en correspondance des données INSEE collectées au niveau IRIS et des données électorales collectées au niveau des bureaux de vote au moyen d’une géolocalisation guidée par la Base Adresse Nationale :

adresse.data.gouv.fr

La note illustre également les limites actuelles de l’open data gouvernemental en France : si les donnés actuelles permettent des cartographies ultra-précises, elles ne permettent toutefois pas de mettre n’importe quelle variable sur ces cartes, comme l’illustre le petit bricolage technique auquel Joël a eu recours pour obtenir le type de logement des électeurs (maisons versus logement collectif).

Dans la note de Joël comme souvent en sciences sociales il me semble, le modèle interprétatif est simple, ce sont les données qui sont compliquées. Le résultat de cette combinaison est une série d’observations empiriquement très précises, car basées sur des variables mesurées en “haute résolution”, et faciles à interpréter.

  1. La librairie Leaflet donne accès à énormément de fonds de cartes : jetez un coup d’oeil ! []

Prise de notes sur ordinateur, reprise du débat

Il y a plusieurs années, j’ai évoqué sur ce blog la prise de notes sur ordinateur en amphi. Mon billet était un coup de gueule : je venais de m’apercevoir que certains de mes étudiants, qui prenait leurs cours sur ordinateur, ne tiraient que quelques pages de notes (très aérées, et pleines d’erreurs) d’un cours magistral de 3 heures. Du coup, je suggérais d’interdire les ordinateurs en cours magistral.

Ce billet a généré la plus longue discussion de toute l’histoire de ce blog, et après 26 commentaires (plus quelques emails), j’avais publié une suite au billet, principalement pour citer une étude (et il y en a eu d’autres) qui allait dans le sens de mon message initial, que je résumerais aujourd’hui de cette manière :

Les étudiants qui prennent leurs notes sur ordinateur en cours magistral (1) s’y prennent mal, et (2) ont avant tout besoin d’apprendre à prendre des notes tout court, (3) ce qui s’apprend au papier-stylo avant de s’apprendre au clavier.

Les arguments numérotés ci-dessus sont chacun critiquables de différentes manières, et les études citées plus haut et dans les billets précédents ont aussi d’importantes faiblesses méthodologiques. Tout cela important peu, vu qu’en ce qui concerne l’enseignement, je fonctionne à l’intuition et me fonde avant tout sur les centaines d’heures d’expérience que j’ai accumulées au fil des années1.

Les discussions en ligne entre universitaires se passant désormais plus sur Twitter que sur les blogs, c’est une conversation récente entre plein de monde intéressant à suivre (dont des amis blogueurs de longue date) qui me fait reprendre le débat là où je m’étais arrêté.

Quelques points de contexte

Le contexte dans lequel j’évolue aujourd’hui n’a pas fondamentalement évolué depuis 2010 : j’enseigne toujours à peu près la même chose, à moins de 100 kilomètres de là où j’écrivais mes billets de l’époque. Les étudiants auxquels je suis confronté sont principalement des étudiants de Licence, et je vais mettre de côté mon expérience des cours en Master, vu que j’y enseigne surtout des cours de méthodes quantitatives2.

Depuis 2010, j’ai pris un peu de bouteille pédagogique, sans conviction d’être devenu un “meilleur” enseignant par ailleurs. Je n’ai jamais procédé à l’interdiction des ordinateurs—n’ayant ni autorité naturelle, ni la volonté d’en avoir une un jour, je ne me suis jamais cassé les pieds à le faire, et me contente paresseusement de froncer les sourcils devant les cas les plus flagrants d’utilisation non pédagogique de l’ordinateur.

Je n’ai jamais donné beaucoup de cours magistraux en amphi et n’enseigne quasiment plus sous cette forme aujourd’hui. De plus, je ne suis plus confronté aux ordinateurs en première année de Licence, car l’école où j’enseigne proscrit leur utilisation en cours en première année—pour des raisons par ailleurs très proches de celles que je suggérais dans mes billets de 2010.

On pourrait noter d’autres différences par rapport à 2010. Les ordinateurs sont aujourd’hui plus nombreux dans les salles de cours, mais pas seulement les ordinateurs : les tablettes et les téléphones sont devenus populaires à tel point que les étudiants s’en servent comme de leur principal terminal d’accès à Internet et à leurs emails, ce qui a, à mon sens, des effets catastrophiques3.

Je retiens, enfin, une dernière différence : en 2010, je me basais, lors de la rédaction de mes billets, sur un cours magistral que je donnais sans fournir de slides. Aujourd’hui, je ne pratique plus la “lecture” universitaire 100% vocale, et enseigne systématiquement avec un support slides au tableau. Ce qui signifie, concrètement, qu’une partie, mais une partie seulement, de ce que les étudiants doivent noter est déjà au tableau, et leur est fourni immédiatement après au début de chaque séance de cours.

Reprise du débat

Avant de rédiger ce billet, j’ai patiemment parcouru la conversation sur Twitter dont je parlais plus haut, et j’ai également deux billets de blog intéressants de Luc Bentz, qui raconte son cursus de Licence commencé après sa retraite en mettant l’accent sur les méthodes de travail qu’il y observe.

Je dois dire que ma position initiale par rapport à 2010 est largement inchangée sur un point : 9 étudiants sur 10 utilisent très mal leur ordinateur en cours, et je ne suis pas prêt à croire que cette fraction ne s’abaisse significativement entre le début et la fin de la Licence, à moins de prêter des facultés de concentration et d’apprentissage surhumaines aux publics que nous (les enseignants) avons en face de nous.

C’est évidemment sur la supériorité de la prise de notes sur papier que ma position initiale était la plus faible, et le reste. Cette faiblesse n’affectant toutefois en rien l’impératif pédagogique d’apprendre aux étudiants à savoir prendre des notes lorsqu’ils n’ont qu’un stylo et un calepin à disponibilité, je reste sur l’idée qu’il est essentiel pour eux de savoir écrire lisiblement et surtout synthétiquement, et pas seulement en vue de rendre des copies lisibles au moments des partiels.

Mon point de vue actuel s’appuie en priorité sur le “synthétiquement” de la phrase précédente. Très concrètement, j’ai besoin que “mes” étudiants sachent prendre des notes en abrégé, avec toutes sortes de symboles et d’enchaînements non-linéaires qui nécessitent, après le cours, une opération de relecture, une opération de complétion à partir d’un manuel, et enfin, une opération de fichage synthétique4.

Tout cela est faisable sur un ordinateur, mais beaucoup plus difficilement qu’à la main. Oui, il est possible d’arriver à faire tout ça à l’ordinateur plus vite et peut-être mieux qu’à la main ; et l’on peut aussi apprendre à écrire des équations en LaTeX plus vite et peut-être mieux qu’à la main. Sauf que je n’en ai aucune garantie, et que de mon point de vue, la charge de la preuve se situe, par défaut, du côté de l’ordinateur, pas de la main.

Avis aux commentaires

Je rouvre donc aujourd’hui le débat sur ce blog sans avoir fondamentalement changé d’avis, et sans avoir élaboré de politique stricte sur la prise de notes par ordinateur.

Comme je l’insinue plus haut, je pratique sur ce point une sorte de sélection naturelle du moindre effort : très égoïstement, je me contente de sanctionner gentiment les comportements qui m’empêchent moi de travailler, et je laisse les étudiants se démerder pour prendre les meilleures notes possibles, dans l’attente du Jugement Dernier plus connu sous le nom de “partiel de fin de semestre”. C’est auto-centré et paresseux, mais c’est la vérité et j’en suis là.

Ma conviction profonde reste que les étudiants ne gagnent pas grand chose à perdre les multiples leçons de la prise de notes manuelles pour tenter d’acquérir les avantages plus flottants de la prise de notes sur ordinateur. Quand j’étais étudiant, je distribuais sur mon site personnel des transcriptions de cours5 ; mais en parallèle, lorsque je suivais un cours, j’y prenais des notes (ou les photocopiais lorsque je ratais la séance), et me basais là-dessus pour les examens, à grand renfort de fichage pré-partiels.

Je n’ai encore rien lu qui m’incite à changer ma méthode de travail personnelle – je continue à prendre des notes dans mes bouquins de travail ! – ou à juger différemment celles de mes étudiants. Évidemment, je trouverais bien confortable tout argumentaire me permettant de ne rien changer ou presque dans mon laxisme darwiniste, et serais fortement suspicieux de tout argument en faveur du 100% ordinateur en cours.

Je rajoute un dernier élément de débat. Ma mère, qui enseigne dans le secondaire privé, a récemment vu l’arrivée des tablettes (des iPads) dans sa formule pédagogique : on lui a imposé, avec tout un tas d’applications “pédagogiques” à mettre en oeuvre. Les tablettes étaient censées empêcher l’installation d’applications supplémentaires, mais de ce qu’elle m’en a dit, il a fallu moins de 48 heures aux élèves pour contourner l’obstacle et installer des jeux. À présent, elle voit quelques élèves regarder des vidéos sur Youtube au lieu de dormir ou de bavarder.

Je ne sais pas où l’on va, mais on y va, et la prise de notes à l’université n’est qu’un aspect mineur de ce qui est en train de se jouer en termes de littératie, de graphie, d’orthographie etc. Et je ne sais pas si vous avez écouté ou lu du Nicolas Sarkozy ou du Manuel Valls récemment, mais pour celles et ceux qui souhaitent lire dans le présent un cataclysme à venir, il y a des signes annonciateurs tous les jours dans les médias.

  1. Je ne me suis jamais amusé à compter précisément, mais cela doit représenter, depuis 2009-2010, environ 500 heures d’enseignement en science politique en Licence, et environ 500 heures d’enseignement en méthodes quantitatives en Master. []
  2. Ces cours se déroulent quasi-intégralement sur ordinateur, mais c’est plutôt la maturité attendue des étudiants de Master qui me fait les écarter de la réflexion. La prise de notes n’est pas au programme d’un cursus Master, c’est un acquis obligatoire. []
  3. Et pas seulement d’un point de vue orthographique : de très nombreux étudiants ne savent pas “répondre à tous” ou lire des fichiers joints depuis leurs téléphones. []
  4. Fichage qui passe, pour des raisons de mémorisation, par la réécriture des parties importantes, et pas seulement par un append des notes existantes. []
  5. Ce qui m’a valu quelques inimitiés chez les dinosaures et quelques amitiés chez les autres, mais c’est une autre histoire qui ne mérite pas d’être écrite. []

Quelques observations sur la candidature de Donald J. ¡Trump!

Je n’ai pas encore parlé, sur ce blog, du sociopathe qui réclame depuis plusieurs mois les codes nucléaires des États-Unis, et depuis peu, l’assassinat de son adversaire principal. Ce tweet illustré m’a toutefois motivé à le faire :

trump

Commençons au commencement

Au départ, il y a, d’un côté, les élections libres des démocraties libérales, et de l’autre côté, des huluberlus, plus ou moins riches, plus ou moins drôles. Le phénomène n’est vraiment, mais alors vraiment pas nouveau : renseignez-vous, par exemple, sur les candidatures de certains riches entrepreneurs (dont certains ont été élus au Parlement) en Belgique ou en Suisse, ou sur les partis éphémères construits autour d’actrices pornographiques en France et en Italie.

À ce stade, la candidature de Donald J. Trump à la présidence des États-Unis n’est qu’une instance de plus de clown triste engagé dans la compétition électorale d’une démocratie représentative. Je ne dirai rien, par pudeur, des clowns tristes qui gouvernent, ou ont gouverné, une bonne partie des régimes dictatoriaux. Je ne dirai rien, non plus, des précédents présidents américains dont on peut objectivement penser qu’il s’agissait de parfaits crétins, au pouvoir comme à la ville.

Le talent tragicomique de Trump se révèle toutefois dans une situation inquiétante : sa candidature concerne la magistrature suprême, pas juste un siège au Parlement, et d’une certaine manière, en obtenant l’investiture du parti Républicain, celui-ci a déjà intégré l’appareil d’État des États-Unis par l’intermédiaire des intelligence briefings délivrés par les services de renseignements aux candidats des deux partis susceptibles de remporter l’élection présidentielle. D’un coup, c’est moins drôle1.

Bon, alors que dire de Trump, une fois que l’on a fini de rigoler des Trump Insult Haiku Studies, de ses listes de losers et de tous les autres gags que Trump produit quotidiennement et qu’Hillary Clinton ne pourra jamais nous offrir ?

En revenir aux investitures

Commençons par constater que la candidature de Trump oblige à réexaminer certaines théories et hypothèses sur le fonctionnement du jeu électoral, ce qui n’est certes pas inédit à sa candidature, mais qui s’exprime de manière beaucoup plus prononcée que si le candidat républicain avait été Jeb Bush ou même Ted Cruz. La même opération de recalibration des connaissances acquises aurait aussi été nécessaire si Ben Carson avait remporté l’investiture.

C’est au niveau du processus d’investiture que le hold-up de Trump a eu lieu, et c’est à niveau-là qu’il faut probablement reconsidérer plusieurs idées acquises quant au fonctionnement des partis politiques. Si l’establishment du parti a échoué à imposer ses candidats (Jeb Bush, puis, par défaut, Marco Rubio, puis, par défaut encore, Ted Cruz), c’est qu’il y a eu une erreur magistrale sur la marchandise : pas seulement dans le choix de ces candidats, mais avant dans le profil des électeurs de la primaire censés sélectionner le candidat.

Les primaires américaines n’ont pas grand chose à voir avec celles que l’on connaît en Europe : une fraction énorme de l’électorat, presque un tiers de celui qui votera à l’élection présidentielle, y participe. On put évidemment retourner l’argument pour affirmer que les primaires ne sont pas représentatives, mais ce n’est pas l’enjeu ici : l’enjeu est d’observer que, pour un parti comme le parti Républicain américain, comprendre son “électorat de primaire” est une opération de grande envergure, et pas seulement une opération de ciblage de quelques dizaines de milliers de personnes.

Les spécificités de la clientèle électorale

Or, si plusieurs recherches ont cherché à mieux connaître l’électorat de Trump et ses revendications, la question du chiffrage (“combien de divisions ?”), qui se joue au niveau des États fédérés, a de toute évidence posé de réels problèmes à la direction du parti Républicain, qui a, comme tout le monde, sous-estimé la fraction de sa clientèle électorale susceptible de se porter sur le vote Trump (ou Carson) plutôt que vers un autre.

À ce sujet, observons un incident récent. Dans un de ses meetings de campagne, Trump a récemment déclaré la chose suivante :

Hillary wants to abolish, essentially abolish, the Second Amendment… If she gets to pick her judges, nothing you can do, folks. Although the Second Amendment people, maybe there is, I don’t know. But I’ll tell you what, that will be a horrible day.

Les médias ont retenu de cette déclaration que Trump appelait indirectement au meurtre de son adversaire, ce qui est exact2. Néanmoins, c’est l’expression “Second Amendment people” qui m’intéresse ici.

Il n’y pas trois millions de “Second Amendment” différents : le début de l’amendement évoque les milices privées, et sa fin évoque le droit de porter des armes. On peut supposer que Trump n’adressait pas son propos aux milices paramilitaires des États-Unis, qui nourrissent généralement peu d’espoir dans le jeu démocratique, mais plutôt à l’énorme clientèle électorale que constituent, aux USA, les propriétaires et utilisateurs d’armes à feu, et parmi eux, les adhérents de la NRA3.

… Et c’est là l’élément remarquable : dans combien de démocraties libérales trouve-t-on, parmi les clientèles électorales des partis de gouvernement, un groupe comme les adhérents de la NRA ? Les États-Unis sont loin d’être le seul pays où une fraction significative de la population possède des armes à feu, mais le taux de possession aux USA est exceptionnellement élevé, et je ne crois pas qu’une clientèle électorale similaire, même de taille plus réduite, soit courtisée en Finlande, au Canada ou en Suisse4.

Pour un observateur intérieur, rien de nouveau : la NRA est un des groupes d’intérêt les plus puissants au sein du jeu politique américain, qu’il s’agisse de son influence sur les élus ou sur les électeurs. Mais pour un observateur extérieur, il faut d’abord admettre les spécificités (il y en a beaucoup d’autres) du marché électoral américain, qui expliquent en partie l’émergence et la persistance de candidats comme Donald Trump ou Ted Cruz.

C’est sur l’ensemble de ces points – fonctionnement des primaires, marché et clientèle électorale, et indirectement, fonctionnement des directions des partis – que Trump va permettre de réinterroger ce que l’on sait du système de partis américain.

C’est beau, l’exposition sélective

La candidature de Trump est également en train de produire de magnifiques données sur un autre plan : sa couverture médiatique, aux États-Unis et à l’international. Sur ce point, il faut regarder Fox News deux minutes (ce n’est pas très compliqué grâce à quelques sites Internet) pour comprendre la différence des messages reçus par l’électorat.

À titre d’exemple allant dans le sens inverse, voici ce qu’un lecteur du Guardian pouvait lire au sujet de Trump entre le 9 et le 11 août 2016 :

Donald Trump hints at assassination of Hillary Clinton by gun rights supporters

Republican presidential nominee says ‘second amendment people’ could stop Democrat choosing undesirable supreme court justices if she is elected

Trump gets date wrong twice while implying Clinton lacks mental stamina

Trump twice made a slip of the tongue at a Florida rally as he questioned the mental and physical condition of his Democratic rival

Trump reiterates he literally believes Barack Obama is the ‘founder of Isis’

Given a chance by radio host Hugh Hewitt to clarify his comments, Trump doubles down on literal interpretation and calls him Isis’s ‘most valuable player’

‘Like a joke gone bad’: Trump faces wide range of criticism for ‘assassination’ line

Republican rejects accusation that he advocated for gun owners to use violence to stop Hillary Clinton agenda amid bipartisan backlash to comments

Le “message reçu” ici est similaire à celui des bandeaux de chaînes télévisées qui ouvrent ce billet. En revanche, il n’a strictement rien à voir avec celui que véhiculent des médias comme Fox News. Je me souviens avoir aperçu quelques analyses de ces différences, mais il faudra encore un peu attendre pour disposer des données couvrant l’intégralité du cycle électoral, et permettant de comparer les grilles de lectures offertes par les médias partisans au sujet de Trump et des autres candidats.

Une prédiction pour finir

Le marc de café n’étant pas mon fond de commerce, je n’ai aucune prédiction personnelle à partager sur l’élection présidentielle américaine, mais comme il y a des gens qui font ça mieux que je ne pourrai jamais le faire, voici deux probabilités à retenir :

  • Les enquêtes d’opinion placent la probabilité d’une victoire de Trump à 1 chance sur 6. C’est faible, mais très, très loin d’être non négligeable.
  • Les mêmes enquêtes d’opinion placent la probabilité d’une marge de victoire très confortable de Clinton à 1 chance sur 3, ce qui est énorme.

Vu que, pour gagner une élection, il faut maximiser le vote de son camp, minimiser celui de l’autre, et rallier les indécis à son bord, on peut raisonnablement penser que Trump est en train de tout faire pour perdre : rien, dans sa stratégie, ne semble destiner à diminuer le vote Clinton ou à convaincre les indécis5. Au lieu de cela, Trump semble principalement passer du temps à galvaniser la “fraction NRA” de l’électorat républicain, comme si l’élection présidentielle n’était qu’une primaire républicaine à grande échelle6.

À ce stade, une défaite de Trump est, en réalité, le meilleur “scenario de sortie” pour le parti Républicain, comme l’explique très bien Chris Hayes :

1) There’s a lot of talk about how Trump is the end of the GOP, etc.. But as long as he loses, I don’t think that’s true.

2) If he loses, there’ll be some recriminations, and hand wringing, and post-mortems, but mostly it’ll be chalked up as a fluke by GOP.

3) No one will face serious professional or political consequences for allying with or working for Trump.

4) And then the GOP will shift into a mode it is most comfortable in: total anti-Clinton war. Right-wing media will have a field day.

5) And the party will likely do very well in the mid-terms and there won’t be any big reckoning. That’s my working hypothesis.

Si l’hypothèse de Hayes est correcte, la parenthèse Trump se fermera symboliquement lors des prochaines midterms, donc dans deux ans. Il n’en reste que les trois-quatre années de hold-up électoral de Trump auront été plus inquiétantes encore pour le parti Républicain que les candidatures de Ross Perot, qui avait capté une partie de son électorat, mais qui s’était représenté à titre de candidat indépendant, ce qui laissait l’appareil partisan républicain intact.

La candidature de Trump sera peut-être plus transformative que celle de Perot : on peut en effet se demander, pour terminer, s’il y aura une purge des traîtres une fois la parenthèse fermée. Chris Hayes semble dire que non, mais je n’en suis pas si sûr, en particulier en cas de victoire “double-digit” d’Hillary Clinton et surtout d’un score faible des Républicains dans les chambres parlementaires (au Sénat en particulier). De ce point de vue, la personnalisation du staff de campagne de Trump, qui a recruté beaucoup d’outsiders, protège, en quelque sorte, l’avenir du parti Républicain.

Reste que c’est au moins la deuxième fois que le parti se fait quelque peu “prendre en otage” par une partie de sa base dans la période récente, si l’on inclut le ticket présidentiel McCain-Palin de 2008 dans cette catégorie. Ce qui me fait prédire, à moyen terme, et à défaut d’une purge des “traîtres”, une réforme significative du mode de désignation du candidat républicain, c’est-à-dire une sorte de revanche de l’establishment du parti sur ses propres électeurs.

… Et si Trump est élu ?

La probabilité de victoire de Trump est trop élevée pour que son élection puisse être rangée avec les autres scénarios très peu probables, comme un coup d’État militaire ou un assassinat réussi du candidat—et histoire d’être bien clair, je n’appelle personne à tenter d’assassiner Donald J. Trump !

Si Trump obtient d’être président, l’appareil d’État des États-Unis tentera de faire ce que le parti Républicain n’a pas réussi à faire, c’est-à-dire à le destituer symboliquement puis constitutionnellement, un peu à la manière de ce que l’armée du Venezuela a récemment entrepris, avec succès jusqu’à présent, contre Nicola Maduro7. L’état-major des armées et les départements d’État ont, à coup sûr, une stratégie déjà écrite sur ce point, à laquelle le futur Congrès, qui contrôle par ailleurs la procédure constitutionnelle d’impeachment, n’aura aucun mal à se ranger.

Il existe donc encore plusieurs très solides barrières entre la réalité et le scénario-catastrophe qui permette à Trump, comme le personnage de Greg Stillson dans le roman The Dead Zone de Stephen King, de déclencher une guerre thermonucléaire. Mais le simple fait que cette probabilité soit supérieure à 0 montre à quel point la réalité peut dépasser la fiction, ce qui reste, à mes yeux, l’une des seules lois valables en sciences sociales.

Remarquons, pour terminer pour de bon cette fois-ci, que dans le roman de Stephen King, le candidat présidentiel Stillson est finalement obligé de renoncer à briguer la mandature, ce que Trump ne semble pas du tout enclin à faire à ce stade… mais qui reste également possible, même si cela serait, à ma connaissance, totalement inédit.

Pour aller plus loin

Pour celles et ceux qui se demandent encore comment l’on a pu en arriver là, j’imagine que ce recueil de textes tirés du blog The Monkey Cage apportera quelques réponses provisoires :

science-of-trump

  1. À tel point que certains ont proposé de ne pas le briefer. Notons que l’autre candidat a également eu quelques petits soucis avec ses emails classés secret-défense. []
  2. Ce n’est pas la première fois que Trump parle de tuer quelqu’un : réécoutez la vidéo en tête de cet excellent article de Matt Traibi. Et ce n’est pas non plus la première fois que ce genre de menace serait mise à exécution : Yitzhak Rabin, présidents américains… la liste est longue. []
  3. La menace que laisse planer Trump s’adresse bien évidemment à une fraction infime de ces personnes : celles qui seraient prêts à assassiner Hillary Clinton. Le texte de Geoffrey Pullum cité en début de note pose bien le constat. []
  4. Il y a certes, en Scandinavie et ailleurs en Europe, des partis ruralistes courtisant les vote des chasseurs, mais rien d’équivalent aux États-Unis, où la possession d’armes à feu et la chasse sont deux réalités très déconnectées. L’équivalent européen serait plutôt à chercher dans les micro-partis libertariens revendiquant le droit de porter une arme au nom de la liberté individuelle. []
  5. Les réactions aux toutes dernières sorties de Trump semblent indiquer, au contraire, qu’il est en train de s’aliéner cette partie de l’électorat. []
  6. L’ancien maire de New York City Rudolph Giuliani, qui fait campagne pour Trump (au point que Trump semble dépeindre sur lui), l’a fait publiquement remarquer. []
  7. Le contraste avec la situation en Turquie est ici saisissant, mais c’est un autre sujet. []

Le bordel des disciplines : un exemple de topologie de l’interdisciplinarité

Je ne m’étais encore jamais penché sur le portail des thèses soutenues en France, Thèses.fr, qui est géré par l’Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur (ABES). Ce portail présente l’avantage de disposer d’une API XML documentée au chapitre 3 de son manuel, et qui permet d’extraire quelques informations intéressantes du portail.

Un échantillon-test

Histoire de tester l’API, je lui ai demandé la liste des directeurs et directrices de thèses dans les disciplines “Sciences sociales, sociologie, anthropologie” et “Science politique”. L’échantillon d’environ 8 000 personnes renvoyé par le portail est naturellement biaisé, puisqu’il est centré sur ces deux catégories disciplinaires et exclut donc une immense partie des personnes catégorisées comme appartenant à d’autres domaines, telles que la psychologie ou l’histoire.

À partir de ces 8 000 noms, j’ai ensuite demandé au portail de me fournir la liste de toutes les thèses qu’ils avaient dirigées, co-dirigées ou examinées en tant que membres du jury. Ce nouvel échantillon de 51 000 thèses est, lui aussi, biaisé : d’une part, le catalogue n’est pas exhaustif, le portail ne disposant que des données que les universités veuillent bien lui transmettre, et d’autre part, l’échantillon des thèses est intrinsèquement lié au choix des directeurs et directrices de thèse mentionné plus haut.

Sur la base de cet échantillon de thèses, j’ai réussi à récupérer presque 41 000 notices bibliographiques, incluant le domaine disciplinaire de la thèse sous la forme d’un ou plusieurs codes de la classification décimale Dewey. Un peu plus de 5 000 thèses de cet échantillon contiennent plus d’un code de classification, ce qui permet de se pencher sur la topologie de l’interdisciplinarité dans cet échantillon.

Voici à quoi ressemble le “bordel des disciplines” dans cet échantillon (cliquer sur le graphique pour la version agrandie) :

network_of_disciplines

Principes de construction

Dans ce réseau, chaque noeud est un code Dewey présent dans l’échantillon. Les codes sont connectés par un lien lorsqu’ils apparaissent plus de 8 fois ensemble parmi les 5 000 thèses “interdisciplinaires” de l’échantillon, 8 étant la fréquence moyenne d’association entre deux classes dans cet échantillon. La position des noeuds est déterminée par un algorithme de Fruchterman-Reingold, un choix classique dans les algorithmes à force dirigée.

Les couleurs des noeuds correspondent à l’un des dix grandes classes Dewey qui apparaissent en abrégé sur la droite du graphique. Les liens entre deux noeuds appartenant à une même grande classe sont représentés dans la couleur de cette grande classe, ce qui permet de repérer les quelques “homophilies” disciplinaires du réseau.

L’épaisseur des liens, enfin, renvoie à la fréquence d’association entre les noeuds, prise sur une échelle logarithmique de base 10. Vu la manière dont l’échantillon a été construit, ce sont évidemment les liens de la classe 300 (“sciences sociales”) avec quelques-unes de ses sous-classes qui sont les plus forts dans le réseau observé. On pourrait inventer une pondération plus complexe des liens représentés, mais la nature très exploratoire de ce billet ne le justifie pas.

Quelques observations rapides

On peut commencer par observer que le réseau des associations disciplinaires ainsi obtenu est composé d’une très large composant principal composante connexe et de quelques associations isolées, en bas et à gauche, qui correspondent à des associations entre la classe 400 (“Langues”) et la classe 600 (“Littérature”). L’association disciplinaire “Langues et Littérature” apparaît aussi en plusieurs points du composant principal, en haut et à droite.

Il faut ensuite dire un mot des noeuds du réseau, qui sont au nombre de 65. Parmi eux, les 4 classes Dewey les mieux représentées, avec 9 ou 10 noeuds chacune, sont les classes 300 (“Sciences sociales”), 400 (“Langues”), 800 (“Littérature”) et 900 (“Histoire-géographie”), qui totalisent deux tiers des classes représentées. On retrouve ici l’association disciplinaire “LSHS” fréquente entre lettres, humanités et sciences sociales.

Les classes les moins représentées dans le réseau sont les classes 200 (“Religion”, 2 occurrences), 000 (classe résiduelle) et 100 (“Philosophie-Pyschologie”). On voit bien ici comment la construction de l’échantillon a déformé sa représentation des disciplines universitaires en France, en marginalisant des disciplines – la philosophie et la psychologie – qui pèsent pourtant très lourd dans la cartographie doctorale, le portail Thèses.fr recensant plus de 40 000 directeurs ou directrices de thèse dans ces disciplines.

Du strict point de vue de la topologie du réseau, on peut enfin remarquer, en haut à gauche de sa représentation graphique, un petit amas de classes 700 (“Arts”) et 900 (“Histoire-géographie”), dont on suppose qu’il est le résultat de l’association entre art et histoire de l’art dans la cartographie universitaire. Ce n’est qu’une intuition, mais elle est robuste à l’observation : cette petite communauté persiste à plusieurs relances de l’algorithme de placement.

Pour aller plus loin

J’ai produit le petit test ci-dessous pour commencer à explorer l’API de Thèses.fr, et plus généralement les APIs de l’ABES, qui développe aussi le référentiel IdRef, par exemple. À l’aide de ce référentiel, et en bidouillant un peu, il doit être possible, par exemple, de connecter les données de Thèses.fr et celles du catalogue SUDOC.

Pour celles et ceux qui souhaitent utiliser le code R ayant servi à collecter les données et dessiner le réseau décrit dans ce billet, tout est en ligne.

Pour celles et ceux qui aiment les réseaux et les thèses, tournez-vous vers le blog de Baptiste Coulmont, qui avait déjà “défriché le terrain”, notamment dans ses billets “Réseaux de sociologues : l’état actuel de la sociologie française” en 2012 et “Les amis de mes amis sont directeurs de thèse” en 2013.

Enfin, pour celles et ceux qui se demandent l’importance que peuvent revêtir les réseaux créés par les jurys de thèses, je renvoie à l’article classique d’Olivier Godechot et Nicolas Mariot, “Les deux formes du capital social. Structure relationnelle des jurys de thèses et recrutement en science politique“, dont Baptiste avait également parlé à sa sortie.

Début de reprise, suite

Quelques textes supplémentaires pour passer l’été, avec un salut appuyé aux collègues de Grenoble cités en tête de cortège.


La thèse de Simon Labouret, soutenue en 2014, est en ligne : “La rupture de 2007 : changement électoral et dynamiques de réalignement en France. À consulter sans modération pour comprendre quelque chose à l’ordre électoral français depuis 1984, et encore plus depuis la stratégie Sarkozy du virage à droite-toute.

Deux textes de Christophe Bouillaud sur le Mouvement Cinq Etoiles (M5S) de Beppe Grillo, pour faire le point sur son contexte historique de long terme : un texte en français, et un texte en anglais, tous deux présentés en 2016.

‘Two Logics of Collective Action: Theoretical Notes on Social Class and Organizational Form’: A Review”, un texte de Barry Eidlin relisant un article de Claus Offe et Helmut Wiesenthal publié en 1980. Révisez vos classiques de l’action collective (Olson, Michels) à peu de frais.

Coup nouvelle: Did we just witness a new type of coup in Venezuela?” – un texte stimulant de Javier Corrales et Franz von Bergen sur la décision du président Nicolás Maduro de placer un militaire à la tête de son gouvernement1.

Sur les faits stylisés et leur emploi dans le champ politique, ce texte de Daniel Hirschman, “Stylized Facts in the Social Sciences”, paru dans la encore-assez-récente revue Sociological Science.

Et pour terminer, “WikiLeaks Put Women in Turkey in Danger, for No Reason”, un article de Zeynep Tufekci qui explique très bien le problème basique posé par le dernier batch de documents révélés par WikiLeaks au sujet de la Turquie.

  1. Texte repéré grâce à l’excellent compte Pinboard de Xavier Marquez, qui rédige également le très bon blog Abandoned Footnotes. []

Début de reprise

Ce n’est vraiment encore la reprise, mais un peu quand même, alors on s’y remet.

Deux comptes-rendus de conférences, et un projet à suivre :

Et une photo de voyage, histoire de répéter ce que j’ai déjà dit sur Facebook : le “Bourdieu” de Fabiani est un excellent livre qui accompagne très bien les heures chaudes.

Tanger, juillet 2016

Photo prise à la terrasse du Café Menara, Tanger, Petit Socco, Maroc.

Petites choses pour les vacances

Le ‘bistro ferme quelques temps pour aller prendre l’air loin du zinc.

Je vous laisse avec autant de petites choses que je prends de jours de vacances :

  1. Du côté d’ArchiPolis : “La banque d’enquête qualitatives en sciences sociale beQuali vient de mettre à disposition des chercheurs une nouvelle enquête, dirigée par la sociologue et Directrice de recherche CNRS Agnès van Zanten”. Lecture du document de support très fortement recommandée, car très instructive sur la structure d’un corpus qualitatif
  2. Du côté de Freakonometrics, “Données et santé : valeurs, acteurs et enjeux”, un billet d’Arthur Charpentier et Raphaël Suire sur un thème qui m’est cher, même si je n’ai pas pris le temps de plonger en profondeur dans la base Transparence-Santé, par exemple.
  3. Sur un thème tangent, “How to Count Our Dead”, une enquête sur la façon dont les acteurs de terrain cherchent à compter les morts violentes (qui signifie ici : de causes criminelles) au Venezuela. On y retrouve absolument tous les enjeux de la sociologie de la quantification, et en particulier la compétition pour “l’autorité numéraire” qui existe entre les acteurs situés à différents niveaux de gouvernement.
  4. Toujours sur un thème tangent, cet article de Moritz Hunsmann : “Le ‘plaidoyer fondé sur des preuves’ dans l’action sanitaire internationale”, texte glissé dans un numéro spécial de la Revue d’anthropologie des connaissances, “Mesurer et standardiser : les technologies politiques du gouvernement de l’Afrique”.
  5. À lire sur La vie des idées, cet entretien sur “la possibilité des révolutions”, qui passe en revue les questions que se posent la sociologie politique autour des révolutions sociales et politiques récentes, dans le monde arabophone mais pas seulement, et où il est à nouveau question d’Ivan Ermakoff, que j’évoquais ici il y a peu.
  6. Chez Daniel Little, qui reste le meilleur blogueur de sciences sociales dans mon panthéon personnel, ce texte instructif sur un auteur que je n’aurai jamais le temps de lire autant que je le souhaiterais : “Karl Polanyi as a critical realist?”.
  7. Bon, vous avez certainement déjà avalé votre dose de Brexit au cours des dernières semaines, y compris sur ce blog, mais il est toujours intéressant de se pencher sur ce qu’en pense Simon Hix, qui voit les choses de manière –à mon sens– très réaliste sur ce à quoi pourrait ressembler la relation “EU-UK” à moyen terme. Rien ne sera plus comme avant, mais tout peut s’arranger, mais cela demandera beaucoup, beaucoup d’efforts au Royaume-Uni—ou ce qu’il en restera.
  8. Et d’ailleurs, avant que l’on oublie rapidement le vote du Brexit lui-même, s’il ne fallait lire qu’un seul post-mortem sur les modèles qui cherchaient à prédire le vote, je propose de lire celui-ci, de Ron Johnston, Kelvyn Jones et David Manley, qui ont pris le temps de regarder la géographie des résidus du modèle et de chercher à les interpréter (soit 50% de ce que je conçois comme un bon travail de modélisation).
  9. Tiens, et si à la manière d’Yves Surel, je glissais discrètement un clip vidéo dans ces petites choses ? J’ai plusieurs candidats en tête : celui de “Yung Rapunxel”, d’Azealia Banks, mais il est un peu foutraque ; celui de Mayhem pour “Watchers”, mais il ne plaira qu’aux fans de black metal ; celui de Romain Gavras pour “Gosh”, de Jamie xx… mais non, il faut que ce soit The Egyptian Lover, “I Cry (Night After Night)”, car c’est les vacances :
  10. Tiens, tant qu’on est au rayon musical, s’il fallait recommander quelques albums de cette première moitié d’année, je dirais : le dernier Death in Vegas, Transmission, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à du Throbbing Gristle ; quelques morceaux d’Under the Sun, de Mark Pritchard ; Ignition Of The Sun, de Synthi A (un avatar de The Future Sound of London) ; mais surtout Tilt, de Joce Mienniel, que l’on peut écouter en live sur Fip Radio grâce sa nomination aux Victoires du Jazz. Le dernier Avishai Cohen, Into the Silence, est aussi très bien.
  11. Vous reprendrez bien encore un peu de Brexit ? “Voting on the British Psyche” n’est probablement pas l’intervention la plus pertinente de Mark Blyth, mais cela me permet de recommander le podcast “On The Media, de WNYC Studios, qui sort tous les vendredis.
  12. Pour les nerds qui aiment la programmation statistique et le Web, il y a le XML, et pour le XML avec R, il y a xml2, désormais en version 1.0.0.
  13. Anecdote triste : alors que je dirige une séance de stage-recherche avec quatre étudiants de Licence 3, je glisse discrètement la musique du générique de Magnum P.I. dans la playlist que nous écoutions en travaillant. Aucun étudiant ne reconnaît la musique.
  14. On continue dans les digressions personnelles sans intérêt—ça sent vraiment les vacances… À la façon d’un ami sur Facebook, cinq choses auxquelles je n’ai toujours pas pris le temps de m’intéresser depuis bientôt 33 ans : (1) Nietzsche, (2) BitCoin, (3) la cuisine, (4) les ordres de grandeur exprimés en kilowatts (5) mon sac de voyage pour dans 48 heures.
  15. Toujours pour les nerds : l’IDE Beaker qui permet d’appliquer la logique des notebooks de Python à tout plein de langages, dont R et JavaScript. Recommandé par le très vénérable Moses Boudourides lors d’une pause-café à l’EUSN 2016 (allez apprendre un peu de Python sur son compte GitHub si vous avez le temps, c’est toujours ça de pris).
  16. Who Rules?” Un entretien avec David Estlund, que je n’avais plus lu depuis plusieurs années, mais qui reste un des philosophes politiques qui m’intéresse le plus (voir, par exemple, “On Following Orders in an Unjust War”).
  17. Et un dernier lien vers un blog de la plateforme Hypothèses : “Contribuer à l’histoire de l’Algérie indépendante depuis les États-Unis ? Le mythe de l’archive”, un récit qui va très vite se retrouver dans mes conseils de lectures pour les travaux dirigés d’épistémologie et de méthodologie des sciences sociales.

À bientôt Paris, Lille, et le ‘Bistro—bonnes vacances tout le monde !