Annonce rapide : Paris, et Mediator

En transit entre quatre villes, je suis à Paris pour un colloque à Sciences Po aujourd’hui et demain, passez dire bonjour si vous y êtes aussi !

Au passage, je regrette de ne pas avoir le temps d’écrire sur le scandale autour du Mediator, mais j’en parle dans tous mes enseignements du moment :

  • Avant Noël, j’en parlais dans la revue de presse de mon cours de politiques de santé, en rapport à la séance sur les marchés de produits pharmaceutiques.
  • J’en parle en ce moment dans un cours d’analyse et d’évaluation des politiques publiques, en rapport à d’autres scandales sanitaires (les parallèles avec le sang contaminé et l’amiante sont partout, on reparle de sécurité sanitaire…) et aux logiques de la médiatisation et de construction des crises par des lanceurs d’alerte et des relais politiques, etc.
  • Et je vais certainement en parler en statistiques, étant donné que la méthode utilisée par les laboratoires Servier pour annoncer trois décès imputés au Mediator est absurde en rapport aux méthodes et au raisonnement statistiques appliqués en épidémiologie. À ce sujet, l’épidémiologiste Catherine Hill explique assez simplement ce qu’est un odds ratio sans citer la notion1.

Pure coïncidence, j’ai reçu un appel à communication très à propos aujourd’hui même… La liste des soutiens financiers n’est pas encore publique.

Dernière chose, j’ai remarqué du spam dans les commentaires, je suppose que cela devrait se régler au niveau de la plate-forme assez rapidement, et je fais manuellement le tri de toute manière.

  1. Disclaimer : certains travaux de Catherine Hill apparaissent en sources dans ma recherche doctorale, et je prépare depuis longtemps une recherche sur le raisonnement statistique dans la controverse qui a opposé le célèbre statisticien Ronald Fisher aux épidémiologistes ayant identifié un lien entre tabagisme et carcinome (cancer) du poumon) dans les années 1950. []

2 réflexions au sujet de « Annonce rapide : Paris, et Mediator »

  1. Je peux me tromper, mais le scandale autour du Médiator possède deux particularités inédites : le lien direct avec un fief politique à l’ouest de Paris; et surtout la mise en avant (par lui-même d’ailleurs) d’un personnage de roman, le sieur Servier, qu’on croirait sorti d’un mélange de Balzac et des Simpsons. Ce dernier a d’ailleurs dénoncé il y a quelques jours, un complot contre le dit titulaire du fief, ou aujourd’hui une « mafia ». Dans les scandales précédents, si mes souvenirs ne me trompent pas, les responsables, réels ou supposés, étaient restés plus collectifs, plus difficiles à appréhender comme personne concrète.

    • Je ne connais pas assez l’histoire des scandales sanitaires pour confirmer cette observation (car il y en a eu d’autres, sur les traitements hormonaux par exemple), mais la personnalisation dans le cas présent est effectivement beaucoup plus marquée que sur les deux autres scandales précités.

      Il est probable, de surcroît, que d’autres acteurs impliqués se fassent aussi discrets que possible pour s’assurer que le blâme public (médiatique) se reporte intégralement sur la personne de Jacques Servier, qui fera alors office de bouc émissaire. Cette stratégie est peut-être même consciente de sa part.

      J’attends surtout de voir comment les relations vont se structurer du côté du groupe circonstanciel des victimes : class action ? imitation de la mobilisation des hémophiles ? quelles conséquences à moyen terme (if any) sur le champ associatif pour des organisations comme le CISS ?

Les commentaires sont fermés.