Le point sur les syndicats français

Les auteurs qui placent leurs dernières productions scientifiques sur le serveur HAL-SHS permettent de faire des recherches rapides sur des thèmes d’actualité, en se servant du moteur de recherche par mots-clé.

L’actualité est actuellement très chargée pour les enseignants-chercheurs, qui se mobilisent massivement (l’actualité de ce mouvement est suivie par Agora et par les blogs listés dans le dossier de La vie des idées). Mais qu’en est-il du mouvement syndical général en France, dont on sait qu’il a organisé une journée d’action un peu plus tôt dans l’année ?

Sur ce thème, un premier papier utile est celui de D. Labbé et D. Andolfatto au 2e Congrès international des associations francophones de science politique (Laval, Québec) :

Les syndicats français sont-ils toujours des vecteurs de mobilisation sociale ?

Examen des changements intervenus en un demi-siècle dans le répertoire d’action et le référentiel des syndicats français. On est passé d’un modèle de la mobilisation sociale à un système de groupes de pression en lutte pour le partage de positions de pouvoir et de ressources publiques. Cette évolution coïncide avec un affaiblissement continu des effectifs syndiqués et un émiettement des organisations. On montre également que cette évolution permet des changements rapides dans les relations industrielles qui rapprochent la France du modèle nord-américain. Plusieurs indices laissent penser que ces changements sont globalement peu favorables aux salariés français. Enfin, la notion de « groupe de pression » est complétée par deux concepts : « entrepreneurs de morale » et « partis de cartel ». [halshs-00150674]

Les mêmes, au XVIIIème congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française (Istanbul, Turquie) :

Le syndicalisme à la française en débat : la transformation “négociée” d’un système de relations professionnelles. Révolution ou achèvement d’un modèle ?

En janvier-avril 2008, une négociation entre syndicats et patronat a abouti à une “position commune” et à une loi pour la refonte des règles de représentativité et de la négociation collective en France. On trouvera ici un exposé des positions des principaux acteurs (CGT, CFDT, MEDEF) et du pouvoir politique. Les nouvelles règles assoient la “représentativité” syndicale sur l’audience électorale avec des seuils visant à éliminer les petites organisations ; les mises à disposition de personnel par les entreprises sont légalisées ; une transparence limitée des ressources syndicales est mise en oeuvre. Ce nouveau dispositif rénovera-t-il la “démocratie sociale” – selon son objectif – ou aggravera-t-il la crise des syndicats, achevant leur transformation en “cartels” privés de base sociale ? [halshs-00349255]

Voir aussi l’ouvrage Histoire des syndicats (1906-2006), Paris, Seuil, 2006, toujours des mêmes auteurs.

Quelques variations, enfin, sur le même thème, par S. Béroud, “Le mouvement syndical au miroir des élections de 2007 : les redéfinitions complexes du rapport au politique” :

Cet article se propose d’analyser les transformations des rapports entre l’univers syndical et l’univers politique. Cette question peut être abordée par l’étude des pratiques d’engagements multiples des militants. Mais cette dimension, aujourd’hui en déclin, doit être complétée, par l’analyse des formes d’articulation entre syndicats et partis, notamment dans leurs conceptions de leurs champs d’intervention. La CGT et la CFDT se sont appliquées à redéfinir, dans leurs discours, les limites de l’intervention syndicale, liant leur légitimité à agir dans le domaine des relations professionnelles à une conception de celui-ci comme un espace autonome, préservé du politique. A l’opposé, le PS et l’UMP n’hésitent pas à intervenir dans les débats syndicaux, se réappropriant une partie des propositions et se posant en détentrices du savoir sur le « bon modèle » de syndicalisme à promouvoir, ce qui prive justement les syndicats de cette autonomie qu’ils prétendent leur reconnaître. [halshs-00154337]


Une réflexion au sujet de « Le point sur les syndicats français »

  1. Ping : Petit rappel « Science politique en ligne

Les commentaires sont fermés.