Portofolios académiques

J’ai déouvert, il y a quelques mois, que Dan Sperber avait mis en ligne toute sa production de recherche. Pourquoi la pratique de mettre en ligne ses publications, et autres documents connexes, n’est-elle pas plus répandue en France ?

  • Parce qu’il n’existe pas de demande correspondant à cette offre ? (peut-être)
  • Parce que la propriété intellectuelle l’interdit ? (peut-être, même si c’est faux)
  • Parce que les plagiats se multiplieraient ? (peut-être, même si c’est également faux : la numérisation augmente les opportunités mais diminue les plagiats non détectés)
  • Parce que cela serait conçu comme une démarche mégalomane ? (peut-être, mais bof…)
  • Parce que la pratique représente une coût trop élevé ? (peut-être, mais bof aussi…)
  • Parce que les chercheurs ne produisent rien ? (sans commentaire)

Honnêtement, je ne sais pas, mais je remarque un fossé culturel entre les États-Unis et l’Europe, en plus d’un fossé disciplinaire, sur cette pratique “open source” de la publication scientifique. Dans les disciplines où la possibilité de réplication des résultats et l’analyse secondaire des données existantes sont des impératifs quasi-catégoriques, la mise en ligne est très recommandée, et l’absence de mise en ligne presque suspecte.

Jeremy Freese a écrit un texte très élaboré sur le sujet, où il invite la sociologie à rejoindre les autres disciplines déjà converties à l’open-source social science, mais le texte porte sur les données, et la seule objection sérieuse concerne la confidentialité de certaines d’entre elles. Concernant les publications, il n’y a vraiment pas d’objection sérieuse.

Le double argument sur la propriété intellectuelle témoigne d’un manque de connaissance flagrant du droit et de l’économie des biens culturels et scientifiques ; il est apparemment invoqué par certains réfractaires à la plateforme HAL-SHS. L’argument “mégalomane” suppose qu’il n’existe aucune autre forme d’orgueil scientifique, ce qui est plus que vraisemblablement faux.

Il reste le coût de la pratique, calculé en temps passé à effectuer la mise en ligne, mais si d’autres y arrivent, alors même qu’ils doivent être bien occupés par ailleurs, c’est qu’un facteur supplémentaire rentre en ligne de compte. Le coût technique lui-même ne peut pas jouer un rôle majeur, car il est faible. Il n’y a pas non plus de fossé “générationnel”.

Je pense que le premier facteur est celui qui joue le plus : la règle mertonienne concernant la publicité des travaux scientifique n’a jamais pesé très lourd, la demande de réplication est encore plus faible que la demande de consultation, et il n’y a pas, comme dans le monde artistique, un public de consommateurs et de recruteurs plus large que le monde académique lui-même, dont on suppose qu’il a déjà accès aux textes d’une autre manière.

Que ces postulats soient faux, au moins en partie, n’a pas d’importance : s’il fallait établir la liste des raisons pour lesquelles les portofolios académiques n’existent qu’à l’état résiduel dans des disciplines comme la mienne, je produirais la liste ci-dessus. Je suis tenté de rajouter un point sur l’anti-américanisme, l’esprit de paroisse face à l’impérialisme linguistique, mais je n’oserais pas déclencher une nouvelle guerre des Gaules.


6 réflexions au sujet de « Portofolios académiques »

  1. Je crois tout de même que vous négligez, pour beaucoup de gens dont moi-même, l’argument de la complication technique, les façons de publier en ligne se sont multipliées depuis quelques années; moi-même, je m’y perds, et je ne sais plus à quoi j’ai légitimement accès, je ne me suis pas mis à faire le point sur ce qui est accessible dans ma (faible) production et ce qui ne l’est pas, je m’y perds, et c’est très évolutif. Il est vrai que la solution d’avoir un site personnel et de tout mettre en ligne serait sans doute la plus pratique, mais j’attends qu’une norme ait émergé en ce sens, et que cela soit facile. J’ai aussi un peu saboté ma présence sur HAL-SHS, simplement parce que cela nous a été présenté comme obligatoire. Comme pour toute technologie (depuis 25 ans que je suis confronté à des évolutions, depuis les débuts de l’informatique personnelle), j’attends que la poussière soit retombée et que tout cela se soit simplifié. Vous savez, j’ai eu des cours de FORTRAN dans les années 1980, cela calme, je suppose que je ne suis pas le seul.

    Pour l’absence de public externe à nos disciplines, vous avez raison. Je suis moins convaincu par votre argument de l’antiaméricanisme ou de l’esprit de paroisse linguistique. J’y ajouterais un autre : dans le fond, pour ma génération, il existe une certaine habituation à avoir un accès difficile aux textes, que cela devienne si facile est troublant, que de temps perdu jadis à faire des photocopies, à commander d’obscures revues avec des fiches papier, etc.. Il faut aussi admettre son statut de « dinosaure ». C’est sûr qu’il faudrait s’y mettre (quand on nous paiera comme outre-atlantique de jeunes et dynamiques assistants de recherche…)

    • Merci beaucoup pour ce témoignage, qui traduit bien deux problèmes avec mon raisonnement. D’une part, je sous-estime certainement les coûts d’apprentissage : une plateforme comme Hypothèses existe d’ailleurs en partie pour les faire baisser drastiquement et son succès (contre mes premières prédictions, assez pessimistes) devrait me faire changer mon estimation. D’autre part, je néglige les effets de norme que vous citez, alors même que je connais aussi le problème à travers ce que je sais de l’adoption d’HAL-SHS.

      Autre effet de norme qui m’avait échappé et que vous mettez en exergue : les habitudes liées à l’acquisition documentaire. J’ai, comme vous, passé des heures à photocopier des articles de revues au centre documentaire, mais dès mon séjour en Écosse, il y a cinq ans, j’ai découvert l’accès aux ressources numériques, qui constitue à présent 99% de mes acquisitions. La thèse de l’effet générationnel est effectivement plus raisonnable que l’argument du fossé “linguistico-culturel” transatlantique, qui existe toutefois dans les faits, pour expliquer les changements d’habitude.

      Et je suis naturellement sensible, pour terminer, à l’argument économique, ne serait-ce que parce que les universités américaines mettent à disposition des espaces d’hébergement en ligne à leurs chercheurs. En France, j’ai remarqué que ce n’était pas toujours le cas, et lorsque c’est possible, des barrières techniques et hiérarchiques supplémentaires existent.

  2. Dans la première liste, j’ajouterais l’argument culturel – l’exemple de sperber est emblématique : il s’inscrit dans les sciences cognitives, discipline internationalisée depuis longtemps, et donc où la discussion a eu très tôt besoin du support numérique pour se faire – de plus il est à l’IJN, où tous les chercheurs mettent leurs textes en ligne depuis longtemps, textes majoritairement en anglais, et donc hautement « circulables » – il y a une vraie culture technique de la recherche, présente ou absente selon les individus et les disciplines, et intégrée ou pas à l’actvité de recherche, encore considéré comme uniquement céphaolo- et logocentrée – et les résistances me semblent majoritairement de ce type – en tout cas le commentaire précédent montre bien qu’il y a un facteur générationnel, qu’il ne faut pas écarter à mon avis.

    En tout cas très intéressante cette discussion !

    • Cette question me travaille régulièrement.

      L’argument culturel semble fonctionner pour expliquer certains profils. Dan Sperber est effectivement exposé à des incitations plus fortes que la moyenne pour mettre ses textes en circulation, et c’est aussi un travail d’entrepreneur scientifique dans son cas, avec des skills et des opportunities. C’est dans ces termes que la discussion m’amène à présent à réfléchir au problème.

    • Vous avez peut-être mis dans le mille : ne serait-ce pas que certains sont des « entrepreneurs scientifiques » qui veulent – à tort ou à raison – qu’on parle d’eux et de leurs travaux? En y repensant, je crois bien avoir entendu parler du programme scientifique de Dan Sperber dès le début des années 1990. Il pensait donc déjà à vendre sa marchandise…, et j’aurais pu l’acheter à l’époque en m’orientant dans cette voie de recherche. Resterait à expliquer pourquoi l’université anglo-saxonne semble produire en proportion beaucoup plus de bateleurs que nous – je crois plus aux incitations institutionnelles fortes à publier, avec les effets de sélection que cela a eu sur le personnel engagé dans ces carrières depuis 20 ans, qu’à un quelconque effet culturel particulier.

    • Il y a effectivement, peut-être, la pression du marché universitaire américain, où il faut assurer sa notoriété dans un marché beaucoup plus large qu’en France. Mais cela s’applique-t-il aux tenured professors ? Il y a aussi l’impératif mertonien de publicité des travaux.

Les commentaires sont fermés.