Blogging scientifique : les commentaires

À mon avis, une analogie simple avec une discussion en classe s’applique à la gestion des commentaires sur un blog scientifique (ou même non scientifique).

  • Lorsqu’il y a peu de réactions, une réponse quasi-systématique est à la fois possible et nécessaire, par politesse mais aussi pour fidéliser un lecteur dont on souhaite reconnaître la contribution et augmenter la probabilité qu’il laisse à nouveau un commentaire.
  • Lorsque les commentaires se multiplient, au-delà peut-être d’un certain seuil où la participation de l’auteur/enseignant ne représente plus qu’une fraction de la conversation, qui suit sa propre écologie, alors il devient possible de sélectionner les réactions qui appellent une réponse.

Une pratique intelligente, me semble-t-il, consiste à construire des notes à partir d’un commentaire préalablement laissé sur le blog, pour signifier l’existence d’un lien entre le contenu du blog et ses commentaires. Ce sont les commentaires d’un lecteur, par exemple, qui m’avaient amené à pousser un peu plus l’expérience cartographique il y a quelques mois.


2 réflexions au sujet de « Blogging scientifique : les commentaires »

  1. Merci d’encourager la réponse aux commentaires ! Quand il y a discussion, la réponse est plus facile c’est vrai, que quand le commentaire est plus descriptif – mais alors on fait jouer le small talk, et le tour est joué, le contact est maintenu et le « lien numérique » aussi – la conversation qui s’installe parmi les commentateurs est un peu un idéal, en tout cas c’est agréable à lire et à suivre pour l’auteur – à bientôt… dans un commentaire sans doute !

    • Le small talk a toute son importance dans le milieu universitaire ! La publicité des propos a d’ailleurs cet avantage à mes yeux de couper court aux conversations les moins intéressantes—celles qui rappellent les livres de David Lodge, en moins drôle (ce qui ne signifie pas que la blogosphère académique soit entièrement pacifiée : ça flingue sévère chez les philosophes, mais de manière argumentée et non ad hominem, comme c’est trop souvent le cas aux pauses-café des grands colloques disciplinaires… enfin de ce que j’en sais, car je n’en connais que quelques-uns, qui ne sont a priori pas représentatifs de l’ensemble).

Les commentaires sont fermés.