Politique et santé publique, retour sur événement

En rapport aux brèves notes que j’avais mises en ligne au sujet de l’épisode politique des centres d’injection supervisés, le blog Europe-27etc. a publié un texte sur ce sujet (accompagné d’un relais vidéo) le mois dernier, à la même époque où une collègue et amie m’a fait rencontrer un membre fondateur du projet.

Le texte n’apporte aucune information de plus sur le récit exact de la controverse, qui avait été discuté dans les commentaires de ma note initiale. Concernant ce récit, on peut raisonnablement émettre l’hypothèse qu’il commence bien avant l’été 2010, étant donné que les politiques publiques ne naissent pas ex nihilo mais apparaissent d’abord dans ce que John Kingdon, dans un ouvrage classique de l’analyse des politiques publiques, appelle la primeval soup des idées fournissant un support à l’élaboration des problèmes publics et de leur traitement par les autorités publiques.

Comme l’a suggéré un habitué du bistro, les différents fora de discussion sur la santé publique où se rencontrent décideurs politiques et acteurs non gouvernementaux fournissent une première hypothèse sur la constitution du problème public. Le rapport d’expertise rendu ultérieurement, et sur lequel la ministre et ses services se sont appuyées pour lancer la déclaration qui ont fait scandale, n’ont alors qu’un rôle instrumental et intermédiaire dans le récit causal, qui dévie du récit journalistique sur ce point et sur d’autres.

La mise sur agenda obéit à cette logique de la primeval soup mais aussi à d’autres, comme par exemple celle du biais psychologique qui concentre l’attention sur les événements liés à la souffrance et à la mort ; j’en avais parlé au sujet de fusillades meurtrières aux États-Unis. C’est ce biais qui explique pourquoi la naïveté de l’économiste Herbert Gintis dans un de ses derniers compte-rendus d’ouvrage est feinte : le terrorisme est objectivement plus préoccupant pour les pouvoirs publics, quand bien même il est objectivement moins préoccupant que d’autres causes de mortalité prématurée (cf. ce billet sur le terrorisme).

À noter que l’agenda-setting n’est pas une théorie limitée à l’exposition des policy inputs : elle peut se combiner à une stratégie d’évaluation, la mise sur agenda faisant partie intégrante des policy outputs si l’on considère que l’action publique se comprend et s’évalue non seulement à ses effets mais aussi à son mode de production. Cette logique alimente mes propres travaux en cours, sur un autre sujet lié à la santé publique.