Cartographie pas si facile

Suite à ma note sur le megacombo “R + Google Map Charts” et aux commentaires avisés d’Éric Verdeil, un autre blogueur du coin, j’essaie de fabriquer des cartes avec maptools sous R et spmap sous Stata. J’essaie, plus exactement, de reproduire ce type de cartes, qui ont un lien avec ma thèse (message subliminal à quelques lecteurs et à moi-même).

Après quelques heures de code et une bonne dizaine d’emails échangés avec Baptiste Coulmont, dont les conseils avisés m’ont permis de régler plusieurs problèmes que je n’aurais jamais réussis à élucider tout seul, je pense avoir simplement réussi à me prouver que ce n’était pas simple.

Mais après quelques minutes de code supplémentaire, toujours avec l’aide inestimable de Baptiste Coulmont, je peux enfin mettre cette note à jour et visualiser correctement, voire même élégamment (si le terme est approprié), le taux de mortalité par cancer du poumon chez les femmes en 2008 dans les 27 États-membres de l’Union européenne, en suivant un modèle de l’European Cancer Observatory :

J’ai utilisé un fonds de carte EuroGeographics, des données de l’International Agency for Cancer Research, et la patience de Baptiste, plus quelques autres correspondants qui recevront bientôt tous un email de remerciements avec un lien vers une page permettant de répliquer l’intégralité de ma démarche.

En attendant, le code est disponible, avec la carte et des explications je ne sais pas vraiment si j’ai le droit de distribuer les fichiers SHP (shapefile) utilisés pour la carte, même avec une mention complète de la source.

Comme l’écrit Baptiste, le code final n’est pas très impressionnant, mais il a fallu de nombreuses étapes avant d’arriver à intégrer exactement les bonnes commandes, et à résoudre les situations illogiques. Le même résultat sous Stata (non reproduit ici) est moins élégant, mais s’obtient en une demi-douzaine de lignes à partir d’un modèle disponible dans la documentation du module approprié.


17 réflexions au sujet de « Cartographie pas si facile »

  1. Pour faire suite à nos échanges d’hier. Il ne manque au code que ceci :

    test<-match(europe$CNTR_ID,cancer$code)
    plot(europe,col=colcode[test],xlim=xcoord,ylim=ycoord)

    • Et l’inversion de couleurs, que je n’ai pas non plus pris le temps de rajouter depuis. Je fais ça dans la semaine et documente le mieux possible.

  2. Ping : Baptiste Coulmont » R, cartographie, suite

    • J’ai commenté sur l’exemple. Ces petites expérimentations me seront très utiles.

  3. La prochaine fois, demande moi ! j’ai passé suffisamment de temps à apprendre à faire toutes sortes de cartes sous R…

    • J’en ai d’abord parlé à Baptiste mais tu étais n°2 sur la liste des amis pouvant aider avec mes soucis de cartographie, tu t’en doutes :)

  4. En fait, les cartes avec R c’est relativement facile… la seule difficulté c’est de trouver des fonds de cartes… quelqu’un sait-il s’il existe des blogs ou des sites qui recense des fonds de cartes pour R ?

    • Je n’en connais pas. Je regrette que le code départ soit si compliqué, mais c’est vrai qu’une fois les formules initiales posées, ça s’enchaîne assez vite. Plus dur : l’économétrie spatiale… J’ai juste regardé du côté des clusters.

  5. Le cas échéant je peux vous faire parvenir CartESO, un logiciel de carto thématique fonctionnant sur Mac (Freeware développé localement)
    Il importe les données en texte tabulé et les fonds de carte polygones réalisés sous Illustrator ou au format d’export Mapinfo (MIF/MID)

    Exemples de production ici : http://eso-gregum.univ-lemans.fr/spip.php?rubrique43

    • Tu trouveras la « chose » ici : http://eso.cnrs.fr/spip.php?article544

      Toutes les options ne sont pas activées, il n’y a pas de doc, il y a des bugs, la FAQ est moins qu’ébauchée…

      Mais cela fait quand même des cartes intéressantes.

      Je reste à ta disposition pour toute l’aide nécessaire (envoi de mail par l’intermédiaire du menu aide du logiciel, ou depuis l’icône « Nous contacter » en bas de la page de téléchargement)

    • Merci, c’est téléchargé. Je n’aurai pas le temps de regarder avant plusieurs semaines (copies, ordinateur en rade, etc.) mais je promets de documenter la découverte dès que j’aurai comparé cette solution à la solution R, plus portable et donc plus universelle mais certainement plus ardue (enfin j’espère !).

    • OK, bon courage donc.

      PS : l’option « envoi de mail par l’intermédiaire du menu aide du logiciel » ne semble fonctionner que sur le réseau de mon université ! (encore un bug à corriger)
      Utiliser la seconde méthode.

Les commentaires sont fermés.