Aimer l’université

Je me demandais, depuis quelques jours, comment conclure le débat ouvert sur ce blog au sujet de la prise de notes et de l’utilisation des ordinateurs en cours magistral.

Au terme des échanges, j’ai révisé ma position en cherchant à mieux comprendre ce que je cherchais à modifier dans mon expérience d’enseignement, et il faudra probablement que je revienne en parler ici pour expliquer ce que j’ai pu améliorer, et ce qui aura échoué une nouvelle fois.

Une tribune de François Mazon, Pourquoi j’ai aimé l’université !, publiée dans Les Échos il y a une semaine (merci à mes coreligionnaires Baptiste et Joël) offre une jolie postface au débat. En voici deux paragraphes :

De mon expérience de neuf mois, je déduis que l’université est forte là où c’est le plus difficile, la qualité de l’enseignement, mais elle est faible là où c’est le plus facile, les infrastructures et la logistique… ce qui vaut quand même mieux que l’inverse !

[…] en neuf mois, j’ai aussi suivi la moitié de mes TD dans des locaux préfabriqués, je me suis plusieurs fois pris les pieds dans les fils électriques qui jonchent le sol des amphithéâtres, et je me suis tordu le cou pour entendre le professeur dont le micro ne marchait pas. Et je ne parle pas de l’informatique lourde, complexe et si peu pratique pour des étudiants connectés en permanence, prenant leurs cours sur des ordinateurs tout en gardant un oeil à la fois sur Facebook, leur messagerie et les SMS arrivant sur leur portable !

La tribune est à lire en entier, elle n’est pas très longue, même si elle appellerait de très nombreux commentaires.