Aiding and abetting

18 U.S. Code § 2 – Principals

(a) Whoever commits an offense against the United States or aids, abets, counsels, commands, induces or procures its commission, is punishable as a principal.

(b) Whoever willfully causes an act to be done which if directly performed by him or another would be an offense against the United States, is punishable as a principal.

Dans l’un de mes trop nombreux billets sur Donald Trump, j’avais formulé la prédiction suivante, lâchement planquée dans une note de bas-de-page :

dans les deux années qui arrivent, le président des États-Unis d’Amérique sera publiquement à l’origine de l’assassinat ciblé d’un citoyen américain à l’intérieur de ses frontières, via Twitter ou autre medium lui permettant de communiquer avec la frange psychopathe de la population des États-Unis.

La prédiction ne s’est heureusement pas encore vérifiée, mais le nombre d’incidents se rapprochant du scenario évoqué est tragiquement remarquable.

Trump a publiquement appelé à l’exécution des individus reconnus coupables de terrorisme, à au moins deux reprises. Notons au passage que son premier appel, qui faisait suite à l’attentat de Barcelone, se fondait, comme si souvent avec Trump (et en politique en général1), sur un mythe aussi persistant qu’infondé.

Vint ensuite la marche de Charlottesville, que Trump refusa d’abord de condamner, avant de le faire du bout des lèvres : « both sides »2 ! Rappelons que la marche en question, un défilé de néonazis et paramilitaires aux sympathies pro-Trump univoques, a fait une victime à la voiture-bélier chez les contre-manifestants.

Vint ensuite ce tweet, qui se rapproche de très près du scenario que j’envisageais en début d’année : un appel au meurtre à peine voilé3. L’appel fut heureusement non suivi d’effet et non renouvelé, Trump et ses proches semblant désormais se contenter d’insulter CNN à la moindre occasion.

Hier, un « militant 2.0 » de Trump a apparemment tué son propre père, à l’issue d’une dispute au cours de laquelle il aurait traité ses parents de « pédophiles gauchistes ».

La rhétorique provocatrice de Trump annonce, hélas, d’autres incidents de ce style, à tel point que même le régime nord-coréen me paraît rationnel dans certaines de ses interrogations sur le maintien au pouvoir de l’actuel président des États Unis d’Amérique.

En moins d’un an, Trump n’a fourni aucune des garanties qui auraient rendu absurde la perspective d’une révocation en cours de mandat. Il ne s’est pas non plus extirpé de « l’enquête russe », et n’a créé aucun bénéfice politique qui puisse lui assurer une clientèle électorale susceptible de le reconduire au pouvoir. On top of that, il compte toujours au moins autant d’ennemis que de soutiens dans l’appareil d’État.

L’ancien directeur du renseignement intérieur américain James Clapper a certainement raison de penser que la perspective d’une révocation reste peu probable : la procédure est compliquée et très coûteuse, pour des bénéfices très incertains. Je ne parviens pas à imaginer quel événement hors du commun pourrait modifier cet équilibre, en rendant le statu quo moins préférable à un scenario de vacance au pouvoir.

À y réfléchir, je préfère ne pas l’imaginer.

  1. Vous avez remarqué que ça fait au moins deux semaines que personne n’a parlé de « l’arrivée démocratique au pouvoir d’Adolf Hitler » ? Ça ne saurait tarder. []
  2. En 2016, Trump avait également refusé de se distancier du Ku Klux Klan. Dans le cadre de ce billet, ce sont l’absence de condamnation morale et l’appel à la violence qui m’intéressent, mais il faut remettre la déclaration de 2016 en perspective : Trump n’était pas élu, et jouait alors chacune de ses phrases sur le marché de l’attention médiatique. Son « jeu présidentiel » (et, je suppose, le reste de son existence) montre que c’est le seul jeu qu’il connaît par ailleurs. []
  3. Les militants pro-Trump affirment avoir trouvé, dans la correspondance email d’Hillary Clinton, un appel au meurtre de Julian Assange (« can’t we just drone this guy? »), sans toutefois en apporter la preuve. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *