sleep 5 && reboot – Reprise retardée (à nouveau)

Peut-être est-ce une forme d’épuisement post-séquence électorale 2015-2017 : régionales, Brexit, Trump, présidentielle et législatives – et encore, j’ai le mauvais goût de ne rien suivre de ce qui se passe en Allemagne, en Autriche, en Espagne, en Italie, et me contente de vaguement suivre la lente ascension vers l’éligibilité de Jeremy Corbyn, en parallèle de la lente descente aux enfers de Theresa May, dont j’espère seulement qu’elle n’emmènera pas l’Irlande du Nord avec elle.

Peut-être est-ce aussi une forme de dégoût vis-à-vis du jeu politique du gouvernement français actuel, le président ayant choisi d’être Merkel à Paris / shadow-président de la Commission européenne / le meilleur élève du Haut Conseil des Finances Publiques pendant qu’un Premier ministre – de droite – se charge d’exploiter au mieux les faiblesses du corporatisme français de dialoguer sereinement avec les partenaires sociaux pour finaliser les réformes Attali / Hartz III / Hollande du code du travail. Quelle révolution1 ! Quelle expansion des horizons d’attente !

Et puis peut-être est-ce encore ce constat accablant : la lutte contre le terrorisme est apparemment une chose trop grave pour être confiée aux hommes politiques.2 Dans la droite lignée de la version stupide de la controverse expliquer/comprendre par un ancien Premier ministre, redevenu député avec le nihil obstat de l’exécutif actuel, on a eu droit à John Stuart Mill moins l’intelligence, par le porte-parole du gouvernement. Ne rien comprendre aux causes ni aux mesures de remédiation, ne rien apprendre du passé ; au lieu de ça, pérenniser ce qui devrait rester l’exception, et tenter de « terroriser les terroristes » en les traitant de déséquilibrés, de fous, alors même que les faits vont dans l’autre sens : quelle excellente manière d’envisager le terrorisme et ses corrélats. Bravo les gars ! Ça donne vraiment envie de « marcher » avec vous.3

Mais peut-être est-ce plutôt les températures extérieures clémentes, qui me permettent de bouquiner en terrasse avec un thé à la menthe quand je ne suis pas en train d’écrire un email à mes groupes de travaux dirigés, ou de leur donner cours. Le mois de septembre est toujours plus intensif que prévu, avec certaines journées de 10 heures de cours, et de nombreuses sessions nocturnes pour être sûr que tout est bien enclenché pour la suite.

Ou alors peut-être est-ce un éloignement mi-volontaire, mi-contraint (septembre…) de l’actualité ? J’ai résilié mon abonnement au Monde, contracté il y a au moins dix ans, fait de même pour Médiapart, et me suis désabonné des newsletters afférentes. Je ne me souviens pas non plus avoir acheté le Canard enchaîné depuis juin. Tout juste me reste-t-il les quelques articles en anglais du Spiegel, chaque weekend ; et je ne consulte plus mes « réseaux sociaux » qu’une fois par semaine. À part ça, je me contente – amplement – du journal du matin de la RTBF La Première quand je suis à Lille, et de quelques émissions de France Culture.

Enfin, peut-être est-ce une forme de lassitude face à lente fausse mort des blogs scientifiques, prophétie partiellement auto-réalisatrice, mais bien aidée par au moins deux facteurs de taille : Twitter, et avant ça, la fermeture de Google Reader (je ne leur pardonnerai jamais) et le retrait (ou la dissimulation) des flux RSS par des éditeurs scientifiques tels que Cambridge University Press4.

Toujours est-il qu’au mois de septembre, j’ai différé à nouveau la reprise de ce blog, qui fêtera bientôt ses dix ans. Les quelques billets apparus en septembre ont été rédigés longtemps à l’avance, avant les vacances estivales.

Je reprends aujourd’hui afin de publier, dans quelques jours, un billet sur la fermeture du blog de Jacques Sapir—et aussi parce qu’il me fallait un prétexte pour rester à mon ordinateur, près des enceintes, pendant l’écoute de la bande originale de Blade Runner 2049, tout aussi excellente que le film lui-même.

  1. Notons, au passage, que si l’offre partisane a radicalement changé ces derniers mois, les préférences électorales n’ont pas tant changé que ça de leur côté. Cette note de bas-de-page remplace le billet que je voulais écrire au sujet des élections législatives de cette année, et que je n’aurai probablement jamais le temps d’écrire. []
  2. Malgré l’allusion à Clemenceau, je ne suggère pas qu’on la confie aux militaires : je verrais plutôt un système qui la confierait aux juges anti-terroristes, sur nomination des deux autres branches du gouvernement. []
  3. Sans même parler du reste, qui est tout aussi inspirant. Je précise que je ne bénéficie d’aucune aide publique au logement, et que je me contrefiche royalement – sic – de tout ce qui peut avoir rapport à Stéphane Bern. []
  4. Bande d’imbéciles ; c’est pas faute, pourtant, de vous l’avoir réclamé de toutes les manières possibles, en allant même jusqu’à accepter de figurer dans les « testeurs » de votre plateforme. Peine perdue. Idiots. []