Une approche raisonnable de l'anonymat

La description d'une blogueuse académique qui publie sous semi-anonymat :

I’m a sociology professor but not only a sociology professor. It isn’t hard to figure out my real name if you want to, but I keep it out of this blog because I don’t want my name associated with it in a Google search. Although I never write anything in a public forum like a blog that I’d be ashamed to have associated with my name (and you shouldn’t either!), it is illegal for me to use my position as a public employee to advance my religious or political views, and the pseudonym helps to preserve the distinction between my public and private identities. The pseudonym also helps to protect the people I may write about in describing public or semi-public events I’ve been involved with.

Quite sensible, innit?


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

5 réflexions au sujet de « Une approche raisonnable de l'anonymat »

  1. Heureusement, en France, la situation est différente : les universitaires se sont vus attribuer par le Conseil constitutionnel un droit spécifique à l'expression. Il faut en profiter dans les limites du droit - ce qui n'est pas possible pour d'autres fonctionnaires. Par ailleurs, je trouve cette position un peu hypocrite. Je ne crois pas qu'il faille distinguer sa personnalité publique de sa personnalité privée, du moins sur les sujets d'intérêt public. Pour ce qui concerne la vie privée, chacun a droit à sa réserve, mais si je tiens un discours sur quelque sujet d'intérêt public, je préfère pouvoir dire la même chose chez moi dans le privé, et sur un blog. Il existe bien sûr des limites légales (insulte, diffamation, etc.), mais il faut essayer d'être cohérent.

    • La séparation des personnalités fait partie des questions auxquelles je n'ai pas de réponse argumentée. Dans la pratique, je n'ai pas de séparation, mais je pense qu'il en faudrait une pour certains groupes d'étudiants qui ont besoin de se trouver face à un enseignant parfaitement neutre.

    • Pour ma part, je ne crois pas qu'on puisse être vraiment "neutre". On peut s'y efforcer dans certaines circonstances, mais, en fait, on y arrive jamais vraiment. La neutralité revendiquée (et vécue subjectivement comme un effort de neutralité de la part de l'enseignant) sera ainsi vue comme une prise de position politique marquée par certains étudiants. Cela m'est déjà arrivé... de me faire attaquer vivement par le front gauche... et le front droit...
      En revanche, si l'on ne peut être individuellement neutre, il faut simplement que les visions des choses affirmées par les enseignants restent pluralistes dans leurs orientations. C'est l'institution qui doit être pluraliste.
      Il est vrai que certains étudiants peuvent être "fragiles" et être trop facilement influençables... mais là encore, si l'institution est pluraliste, ils finiront par se rendre compte qu'il leur faut choisir une des options proposées.

    • En fait je ne pense pas avoir peur d'influencer mes étudiants, mais j'ai peur qu'ils se servent d'un positionnement comme savoir de substitution dans leurs copies. C'est donc l'inverse : je crains leurs (mauvais) calculs (stratégiques) plutôt que leur “fragilité”.

      Par exemple : si je critique un fait du prince dans le comportement d'un président de droite (mettons, pour compliquer les choses, le refus de la grâce présidentielle à Christian Ranucci par Valéry Giscard d'Estaing), je pense que certains étudiants me sortiront que Sarkozy est un autocrate, parce qu'ils pensent que m'offrir cette “faveur” peut leur faire gagner les points que je ne leur donnerai pas au niveau des connaissances de fond.

      Je crains vraiment ce mauvais calcul car je vois des étudiants me remettre Max Weber dans toutes les copies, parce qu'en début d'année j'ai dû leur donner un point là-dessus, alors ils tentent désespérément (et en même temps, ils ne prennent aucun risque, donc c'est stratégiquement viable) de renouveler l'essai.

      Parce que les étudiants effectuent toutes sortes de calculs, souvent faux mais souvent aussi cyniques, je crains leur donner une dimension supplémentaire si je leur donne une opinion personnelle, alors je m'en tiens aux textes et me tiens éloigné de la sphère des opinions personnelles, mais aussi de celle de la presse, par exemple. L'université n'est pas une institution assez intelligente pour cela (mais l'IEP a des avantages sur l'université).

    • Honnêtement, j'ai déjà eu ce genre d'étudiants qui essayent de complaire l'enseignant en croyant aller dans ce qu'ils croient être les opinions de ce dernier, y compris dans un IEP (ou même dans des copies anonymes de concours - sic!-), mais j'ai toujours constaté que cela ne les amenait pas bien loin question notation. Il y a même souvent une sorte de lien inverse (comme pour les copies de concours citées). Souvent d'ailleurs, ils viennent ensuite se plaindre... Simplement, ce genre d'attitude traduit une mauvaise compréhension de la matière enseignée et/ou une faiblesse intellectuelle plus générale (façon café du commerce). L'incapacité à distinguer l'opinion (de l'enseignant, de la presse, des médias en général) du fait (scientifique) ou de la théorie (dans sa zone de validité) est malheureusement un signe qui ne trompe guère de carences intellectuelles ... mais normalement c'est au lycée, voire avant, que ces étudiants auraient dû apprendre cela.

Les commentaires sont fermés.