Dernières choses sur l’élection présidentielle 2017

Mon post-mortem électoral de la présidentielle (en anglais ; partie 1, partie 2) n’utilise pas toutes les sources que j’avais mises de côté pour le rédiger. Du coup, voici quelques vidéos et quelques observations en plus, avant que l’on rentre dans la séquence des élections législatives.

Documents de campagne électorale

Commençons par ce live de Mediapart, qui rattrape un peu le minable débat télévisé d’entre-deux-tours (appréciation qui vaut, de mon point de vue, pour ses deux participants, et pas seulement pour Marine Le Pen) :

À signaler également, le documentaire sur la « partie de campagne » diffusé immédiatement après le premier tour, qui ne contient rien de retentissant, mais qui se laisse bien regarder.

Continuons par cette conférence de la Fondation Jean-Jaurès sur la stratégie d’entre-deux-tours du Front national et de Marine Le Pen, avec Joël et les autres membres de l’Observatoire des radicalités politiques :

On retrouve, dans cette conférence, quelques arguments déjà évoqués ici : Jérôme Fourquet, par exemple, dit la même chose que moi sur « les sondages, le Brexit et Trump », un sujet où le degré de « total bullshit«  a atteint un nouveau record cette année.

En revanche, le même Jérôme Fourquet commet une erreur quand il parle du vote ouvrier, « gagné » par le Front national avec environ 60% d’intentions de vote pour Marine Le Pen. Or, le « vote ouvrier » est majoritairement… inexistant : à la louche, au moins un ouvrier « français » sur cinq dix est étranger1, et parmi les restants, l’abstention est très élevée. On ne peut donc pas, comme le fait Fourquet ici, parler du vote ouvrier comme du vote des cadres, ou des femmes, ou autre, sans sérieusement déformer la réalité2.

Une chose intéressante dans cette conférence, en prévision des législatives : Jean-Yves Camus y rappelle qu’en 1986, lorsque l’élection législative s’était déroulée à la proportionnelle intégrale, la droite avait fait face à de nombreuses défections vers le Front national. Or, à l’heure actuelle, seuls deux futurs candidats FN aux législatives viennent des rangs de la droite, ce qui semble indiquer une porosité moindre au niveau des élus ; au niveau des électeurs, c’est autre chose3.

Enfin, citons à nouveau Mediapart, qui avait composé un superbe triple-plateau de soirée électorale, dont voici la première partie, où l’on retrouve à nouveau Joël :

Et pour terminer cette section, si vous êtes plus radio que télévision, je vous conseille cette récente émission de France Culture avec Nonna Mayer, ainsi que, et même si ce n’est pas tout à fait sur l’élection présidentielle française à proprement parler, cette allocution de Pippa Norris sur le populisme et l’autoritarisme, prononcée à la dernière conférence de la Political Studies Association britannique.

Erreurs d’analyse zombies

Au sujet de tout autre chose à présent.

Comme les zombies, certaines erreurs d’analyse refusent de mourir, ou alors ressuscitent en période électorale. Pendant cette campagne, les exemples les plus flagrants ont porté sur l’abstention et la reconnaissance du vote blanc, et j’en ai cité quelques exemples dans certains de mes billets.

Avant-hier, Le Monde a également ressuscité la très classique erreur d’inférence écologique, ou ecological fallacy, déjà évoquée ici en prenant une idée d’Emmanuel Todd en exemple. Cette fois-ci, c’est l’argument d’un autre démographe, Hervé Le Bras, qui a ressuscité, avec l’idée d’une association entre vote pour le Front national et présence de population immigrées (carte ci-contre).

Les corrélations « vote FN avec x » abondent en période électorale, mais l’exemple retenu ici a une particularité : il reprend les termes d’un débat scientifique vieux de trente ans, que l’on trouve désormais dans les manuels de sociologie électorale4.

L’idée de départ est simple : quand on s’éloigne suffisamment des individus, les agrégats permettent de corréler des variables qui, au niveau individuel ou micro-territorial, sont dé-corrélées, ou même négativement corrélées. Et typiquement, dans le cas de l’hypothèse « Karim vote à gauche et son voisin vote FN », on est dans ce cas de figure : le « vote des villes » cache des différences territoriales essentielles à l’analyse5.

L’article du Monde précité n’ignore pas complètement cette variable territoriale. Sous la carte reproduite plus haut, on lit ainsi :

Le cas de Calais, grande ville qui a le plus voté pour Marine Le Pen (à plus de 57 %), est évidemment particulier ; une large partie des immigrés présents dans la ville ne sont pas « légaux » puisqu’ils ne cherchent pas à être régularisés en France mais veulent passer en Angleterre. Mais Paris est un bon contre-exemple : alors que la capitale a le plus fort taux d’immigrés dans sa population (17,7 % d’immigrés légaux recensés par l’Insee), elle a voté massivement pour le rival de Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle (à près de 90 %) et rejeté ainsi le FN.

Reste que, en ce qui concerne Paris (mais c’est tout aussi vrai de Calais), cette explication traite toute la ville comme un même ensemble : or l’immigration et le vote FN – et/ou leur absence… – ne prennent pas du tout la même forme à Passy ou à Barbès ! L’erreur de perspective étant ici d’autant plus grave qu’elle empêche ensuite d’utiliser les différentes explications territoriales (parisiennes) sur d’autres composantes territoriales comparables.

Addendum, 14 mai : ça y est, j’ai trouvé une carte encore plus rigolote que celle du vote FN versus Tchernobyl ! Et Renaud Epstein a trouvé d’autres exemples très réussis.

Revues et enquêtes à suivre

Un dernier point pour évoquer la suite.

Pour celles et ceux qui voudront lire des articles de fond dans quelques mois, au moins deux revues scientifiques vont certainement publier un ou plusieurs numéros spéciaux sur l’élection présidentielle et/ou sur les élections législatives de cette année : la Revue française de science politique, et French Politics. À suivre.

On attend aussi, pour dans quelques mois, les données de plusieurs enquêtes pré- et post-électorales : l’Insee devrait publier un nouveau volet de son enquête sur la participation électorale, le Cevipof devrait ouvrir les données de son enquête par panel, et une surprise devrait aussi venir – scoop ! – des États-Unis. À suivre également.

  1. Correction suggérée par Xavier Molénat, via Twitter. Merci ! []
  2. C’est un peu la même chose quand on entend que « tout le monde a le bac » – ce qui est archi-faux, y compris dans les jeunes générations : la proportion de bacheliers généraux dans une classe d’âge ne dépasse pas, à ma connaissance, deux individus sur trois. []
  3. Pour bien compléter le tableau du mythique « front républicain » (que l’on appelait autrefois le « cordon sanitaire »), ces observations sont à compléter de cet article de Joël dans Le Monde diplomatique et de cet article de Gérard Courtois dans Le Monde. []
  4. Mots-clés : fallace écologique, effet direct, effet de halo ; auteurs : Hervé Le Bras, Pierre Martin, Nonna Mayer, Pascal Perrineau. L’un des textes-clés est celui de Pascal Perrineau, « Front national : l’écho politique de l’anomie urbaine » (Esprit, 1988), mais il est difficile de le lire sans l’acheter. Le chapitre de manuel déjà cité contient heureusement l’essentiel. []
  5. En l’occurrence, la carte du Monde nous apprend surtout qu’il y a plus d’ouvriers à Marseille et à Lille qu’à Paris, et un « zoom » à l’échelle des arrondissements de Paris, Lyon et Marseille auraient montré de très intéressantes différences de vote en fonction du taux de logements sociaux. []