Philippe Schmitter a parlé

Et le texte est en ligne : fortement conseillé, en particulier aux (néo-)institutionalistes façon Olsen. Shorter : et si l’on réécrivait partiellement les micro-fondations de la science politique en quelques pages, sans tenter la révolution copernicienne, mais quand même ?

Le reste de ses textes est également à découvrir (certains sont en ligne). Sa vision de la science politique a réellement modifié ma manière de réfléchir, de même que le livre de Pierre Favre m’avait fait réfléchir beaucoup plus profondément à certains aspects épistémologiques qui m’échappaient (et m’échappent encore souvent).

Le texte cité a été présenté à l’Institut Universitaire de Florence à la fin de l’année dernière.

Note : les commentaires sont fermés pour faire face au spam. Vous pouvez envoyer vos réactions par email, ou les poster sur un autre billet.