Modèles : Poutou battrait Macron, qui battrait Le Pen, au troisième tour

On s’éloigne du 1er avril, et l’on se rapproche du premier tour de l’élection présidentielle.

Coïncidence ? Je ne crois pas.

Si ce style de « raisonnement » vous plaît, alors ce papier, dont la seule véritable hypothèse implicite semble être la régression vers la médiocrité au sens propre comme au sens figuré, est fait pour vous :

Certes, l’argument est très facilement démontable : il suffit de prendre le plus gros contingent électoral du candidat en question et réaliser que, même si le taux de participation descendait à 70%, il faudrait encore, pour que Marine Le Pen remporte le second tour de l’élection présidentielle après s’être qualifiée au premier, qu’elle obtienne plus du double des électeurs ayant jamais voté Front national lors d’un tour d’élection.

Impossible ? Bien sûr que non : à partir du moment où un candidat est présent au second tour, il est naturellement éligible. Simplement, poser l’hypothèse d’une mobilisation différentielle qui laisserait à un raz-de-marée électoral d’entre 6 et 9 millions de nouveaux votes Front national est totalement déconnecté de la réalité, ce que ce billet / poisson-d’avril exprime aussi très bien :

Entre ça, les débats télévisés et les sondages, il est grand temps, quelque part, que le vote ait lieu et qu’on en finisse. Vote pour lequel j’ai par ailleurs découvert qu’au final, j’étais encore inscrit, à l’insu de mon plein gré ! C’est dire si je connais bien mon Code électoral…

Quelques liens pour terminer

Pour terminer, si vous avez lu ce billet dans l’espoir de lire quelque chose de consistant sur l’élection présidentielle, je vous propose de jeter un coup d’oeil à ces portraits d’électeurs compilés par Le Monde. Ça vole moins haut que la « sociophysique », mais c’est tant mieux :

Un petit clin d’oeil amical, également, à l’émission de radio EGOphonique, de l’association Espoir Goutte d’Or – Aurore, dont le dernier numéro s’intitule « Voter, c’est ne plus rester en marge« .

Et enfin, merci à l’étudiante qui a lu mon billet sur Emmanuel Macron et qui m’a apporté… son programme, que j’ai lu (surtout la page imprimée en rose, de toute évidence ciblée sur l’électorat socialiste). J’en sors renforcé dans ma conviction intime – attention, méga-scoop : cet homme a été banquier d’affaires et ministre à Bercy, et il est encore à des années-lumière de savoir parler à l’électeur socialiste modal.