Présidentielle 2017 : pre-mortem de premier tour, 1/2

Ce billet et le suivant me servent, depuis environ un mois, de « bloc-notes » sur l’élection présidentielle 2017 : je les publie en guise de synthèse pré-premier tour. Ce premier billet fait un point sur les prévisions électorales et les conséquences du vote à l’élection présidentielle sur la compétition partisane. La suite, qui reprendra mes vieilles antiennes sur les « sondages d’opinion » et leur lecture, sera publiée dans deux jours, et un post-mortem suivra très rapidement.

Le premier tour de l’élection présidentielle est dans quelques jours, mais tout semble joué depuis si longtemps :

Bon.

Récapitulatif des billets

À part ça, au mois de mars, j’ai posté cinq billets sur l’élection présidentielle :

J’ai aussi posté deux ou trois autres babioles, mais rien de sérieux.

Pronostic personnel

Si vous avez bien suivi et lu un peu entre les lignes, ma prévision, établie uniquement sur la base des élections passées, est donc celle d’un premier tour qui donnerait, dans l’ordre, (1) Marine Le Pen, (2) François Fillon et (3) probablement Emmanuel Macron, bien que rien, dans mes prévisions, n’interdisent à un autre candidat – Benoît Hamon ou Jean-Luc Mélenchon – de figurer en troisième place.

À l’issue d’un second tour FN/LR, tout ce que l’on sait sur les reports de voix face à un(e) candidat(e) FN donne ensuite François Fillon gagnant, ce qui nous ferait retomber sur un scénario d’alternance classique, sans modification radicale du vote (réalignement) ou de l’espace partisan (tripartition gauche/droite/extrême-droite).

Je precise bien que mon « pronostic » – terme que j’affectionne peu – ne se fonde que sur les performances électorales passées, ce que Joël a très bien résumé en observant que j’accorde beaucoup de poids aux « priors » – c’est-à-dire aux probabilités antérieures à celle de l’événement, en partant de l’idée que ces probabilités ont plus de chances de se répéter que n’importe quelles autres.

Récapitulatif des autres prévisions

À la mi-mars, à la date où je commence à rédiger ce billet, les sondages prévoient un second tour Le Pen/Macron, et le modèle sondagier « Depuis 1958 » donne Macron gagnant (confiance : 95%) sur un second tour Le Pen-Macron (confiance : 93%).

Au 19 avril, date à laquelle je termine ce billet, les prévisions ont un peu bougé, en rapport à la forte montée en popularité de Jean-Luc Mélenchon dans les intentions de vote. Le modèle précité donne désormais une probabilité dite « totale » de victoire (au second tour, donc) un peu plus faible à Emmanuel Macron, sur la base de scenarios de second tour qui donnent vaguement la même probabilité – environ 85% – à Emmanuel Macron d’être au second tour :

N’ayant aucune expertise ni capacité divinatoire à faire valoir, je ne serais pas surpris si ces prévisions s’avéraient justes, et que les miennes soient donc fausses sur au moins un des deux chiffres avancés. On m’a conseillé de parier sur mon pronostic de second tour (Fillon/Le Pen ; la cote était à 5:1 quand j’ai regardé), mais je n’aime pas les jeux d’argent.

Les chiffres à scruter le 23 avril

Le 23 avril au soir, je suis curieux de voir trois choses :

  1. Si la participation va chuter, ce qui a l’air prévu, mais qui ne présagerait en rien de l’avenir, sauf très improbable réforme constitutionnelle avec changement radical du mode de scrutin de la présidentielle et/ou des législatives à la clé ;
  2. Si le Front national va prolonger son second tour des élections régionales de 2015, en continuant à « produire » de nouveaux électeurs qui « n’existaient pas » au premier tour de l’élection présidentielle de 2012 ; et
  3. Si les scissions annoncées à droite et à gauche auront lieu—ce qui demande d’attendre la fin de la séquence électorale en entier, histoire que les partis et leurs élus finissent, en gros, de se compter les uns les autres.

Les éléments (1) et (2) ne prêteront à conséquence que si l’élection aboutit au résultat, extrêmement improbable, de l’élection de Marine Le Pen ; en revanche, l’élément (3), beaucoup plus probable qu’une victoire du Front national au second tour, aurait des conséquences inédites à gauche, et renverrait la droite dix ans en arrière.

Quelques éléments de contexte, désormais. Pour un aperçu plus complet des dynamiques de la campagne, je renvoie à l’excellente intervention d’Antoine Jardin sur France Culture, le 27 mars.

La possible élimination au premier tour du Parti Socialiste

Au-delà des scores exacts de chacun des candidats présents au premier tour de cette élection, je ne peux m’empêcher d’observer que, pour la troisième fois sur neuf élections présidentielles depuis 1965, un candidat socialiste risque de se faire éliminer au premier tour de l’élection présidentielle.

Voici les classements de premier tour des candidats socialistes, avec le différentiel par rapport au candidat arrivé second entre parenthèses, en points de pourcentages. Les différentiels des deux dernières élections présidentielles donnent un indice intéressant sur la santé du parti présentant ces candidats :

  1. 2012 : 1er (+1,45)
  2. 2007 : 2nd (-5,31)
  3. 2002 : éliminé
  4. 1995 : 1er (+2,46)
  5. 1988 : 1er (+14,15)
  6. 1981 : 2nd (-2,47)
  7. 1974 : 1er (+10,65)
  8. 1969 : éliminé ; candidat : Gaston Deferre, SFIO
  9. 1965 : 2nd (-12,93) ; candidat : François Mitterrand, CIR

Il s’est écoulé 33 ans et quatre élections entre l’élimination de Gaston Deferre, qui représentait une SFIO exsangue contre un Parti Communiste Français au sommet de son succès électoral, et l’élimination de Lionel Jospin au premier tour de l’élection de 2002, sous l’effet d’une triple concurrence à gauche, à l’extrême-gauche, et à l’extrême-droite.1

Si Benoît Hamon est éliminé à l’issue du premier tour, alors la durée sans élimination du candidat socialiste – et écologiste – au premier tour de l’élection présidentielle se sera réduite de plus de moitié par rapport à l’existant, et ce probablement sans gain de voix à l’extrême-gauche par rapport à 2002.

Il faut rappeler ici la configuration inédite de l’élection, le président sortant, lui-même socialiste, ayant pris la décision exceptionnelle de ne pas se représenter. De plus, si l’on agrandit la focale et que l’on jette un oeil escalonien sur les partis ouest-européens, on voit aussi que cette élection a lieu dans un contexte de défaites cinglantes pour les partis sociaux-démocrates, comme tout récemment aux Pays-Bas, par exemple2 :

La somme de ces éléments que le Parti Socialiste, plus que n’importe lequel des autres partis représentés dans cette élection, est sur la sellette, mais sa possible élimination au premier tour ne présage en rien de son score aux élections législatives : la concurrence du mouvement d’Emmanuel Macron n’y sera pas la même, les alliances « rouges-roses-vertes » seront à nouveau sur la table, et la possibilité de « triangulaires » entre trois candidats au second tour créent un environnement de reports de voix très différent de ce qu’il est à la présidentielle.

En attendant, le Parti Socialiste n’a pas d’électorat spécifique attaché à son candidat présidentiel, et une bonne partie de ses élus s’est déjà ralliée à Emmanuel Macron. Je pense que l’on peut compter sur les électeurs socialistes « sédimentés » (dans mon style) pour que Benoît Hamon n’ait pas à rembourser ses frais de campagne, mais à part ça, personne ne semble disposé à aller déposer des chrysanthèmes rue de Solférino si le parti achève de se scinder.

La possible présence au second tour du Front National

L’autre fait remarquable est évidemment que l’extrême-droite va probablement accéder, pour la deuxième fois, au second tour d’une élection présidentielle. En l’absence d’alliés pouvant servir de réservoir de voix, ses chances de victoire au second tour restent néanmoins médiocres, les mobilisations de type « front républicain » étant numériquement bien plus efficaces (voir par exemple cet article sur Avignon, Tableau 2)3.

Là encore, le moment décisif va se jouer au moment des élections législatives, car dans certaines circonscriptions, le Front National est, de facto, le parti de droite dominant, sans lequel il est devenu techniquement impossible, pour un candidat(e) de droite, d’être élu au second tour : en conséquence, l’ambiguïté stratégique qu’autorise la présidentielle risque de voler en éclats.

Aux élections régionales de 2015, les électeurs de gauche ont fait élire des présidents de région de droite comme Christian Estrosi (voir, à nouveau, cet article sur Avignon) et Xavier Bertrand ; il faudra voir dans quelles proportions les électeurs de droite prendront la décision similaire de faire élire des députés de gauche, ou s’ils donneront au Front National de quoi constituer un groupe parlementaire.

Sur ce dernier point, et sans faire de prévision sur le nombre de ces députés, anticipons une chose. Si le nombre de parlementaires FN – rappelons qu’il y en a deux dans chaque chambre – augmente cette année, ce sera sur la base d’électorats initialement assez différents, à tel point que l’on ait pu parler d’un « FN du nord » et d’un « FN du sud » en confondant, comme l’a expliqué Joël, géographie et variations socio-démographiques :

Reste que si le Front National parvient à faire élire plusieurs députés sans effondrement de la participation électorale, alors ces différences se seront estompées au fur et à mesure de la massification de l’électorat FN.

Rien n’interdit, enfin, d’envisager une scission au sein du Front national en cas de contre-performance électorale. Les attentes au sein du parti sont, de ce que j’ai pu lire dans la presse, très élevées : 35% au premier tour, et un groupe parlementaire ! De telles attentes s’apparentent presque à du sabotage préparatoire, en vue d’une scission entre la ligne « seuls contre tous » et « union des droites » à venir.

Le degré de personnalisation du vote

Dernier élément de contexte : plusieurs partis politiques de gauche ont fait le choix, pour cette élection, de se présenter au sein de coalitions – ce qui tend à personnaliser l’acte de vote, du fait que le suffrage devient plus difficile à associer à un parti spécifique, c’est-à-dire à l’élément contre-balançant la dimension personnelle de la candidature. Pour prendre un exemple, il faudra vraiment avoir été « fillonniste » pour aller voter « LR » cette année.

Je ne sais pas comment analyser cette sur-personnalisation du vote « Fillon », du vote « Marine [Le Pen] » et de plusieurs des autres votes. Peter Mair en parle peu dans Ruling the Void, même s’il cite les candidatures de Blair (versus Brown) et de Schröder (versus Lafontaine) pour formuler un argument qui touche à la personnalisation du vote, et à la « présidentialisation » de l’exercice du pouvoir politique.

À droite, la tendance à la personnalisation est encore plus claire : avec deux candidatures souverainistes sur une ligne « à la Pasqua » (Nicolas Dupont-Aignan et François Asselineau), la droite me semble se trouver dans une position proche de celle de la gauche en 2002, avec un éclatement possible du vote de « droite post-gaulliste » si ces deux candidats parviennent à bénéficier de l’effondrement de la confiance dans François Fillon—ce qui n’est qu’une hypothèse parmi d’autres scenarios possibles. Je doute, en revanche, qu’ils récupèrent grand monde venu du Front national ou de l’abstention.

  1. Pour rappel, en 2002, les candidats divers-gauche (MRC, PRG et Verts) rassemblent presque 13% des voix, et les candidats d’extrême-gauche (LO, LCR, PCF, PT) font presque 14% des voix. Avec 16,86% des voix, le FN ne devance alors le PS que de 0,68 points. []
  2. Il faudrait nuancer cette observation en remarquant qu’en Allemagne, notamment, les choses ont l’air d’aller mieux pour les sociaux-démocrates—mais l’Allemagne est peut-être, de ce point de vue, en avance de quelques cycles électoraux et scissions partisanes sur beaucoup de pays ouest-européens : en Grande-Bretagne, le parti (néo ?) travailliste est déchiré en deux, de même que le Parti démocrate en Italie. Et dans d’autres pays encore (Grèce, Espagne), les partis socialistes ont, au moins temporairement, cédé le pas à d’autres partis de gauche radicale. []
  3. Rien ne dit, de plus, que l’extrême-droite soit nécessairement au second tour de cette élection présidentielle : rien n’interdit d’imaginer une série d’événements – chute de la participation, effritement sur les candidatures souverainistes – qui fasse baisser ce score en-deçà d’un score garantissant une première ou seconde place au premier tour. Peu probable, mais pas inimaginable. []