Plein de bonnes nouvelles sur le front de l’accès ouvert aux travaux scientifiques

Lu il y a quelques semaines dans l’excellente New York Data Science Community Newsletter, ma newsletter favorite du moment (et qui a désormais son équivalent sur la côte ouest des États-Unis) :

  • SocArXiv, le dépôt de publications que j’avais signalé en août dernier, est désormais officiellement lancé !

    SocArXiv, the open access, open source archive of social science, is officially launching in beta version today. Created in partnership with the Center for Open Science, SocArXiv provides a free, noncommercial service for rapid sharing of academic papers; it is built on the Open Science Framework, a platform for researchers to upload data and code as well as research results.

  • Et dans la foulée, la psychologie s’y met aussi, avec PsyArXiv :

    Today, PsyArXiv officially launches its open access digital archive, PsyArXiv.com, dedicated to psychological science. PsyArXiv joins a growing collection of online archives in fields including physics, biology, linguistics, and sociology, by providing a free, open access outlet for new findings in the psychological sciences.

  • Toutes ces initiatives s’inspirent d’arXiv, qui a, concrètement, réglé le problème de l’accès aux travaux scientifiques dans certaines disciplines (notamment l’informatique, la physique, les mathématiques et les statistiques). La philosophie, quant à elle, a PhilPapers, même si je n’ai pas l’impression que le portail soit aussi fréquemment utilisé qu’arXiv l’est dans les autres disciplines citées.

  • Rappelons aussi, pour la forme, qu’en France, on dispose des portails HAL, HAL-SHS, TEL et autres variantes, qui, à défaut d’être superbes et/ou ergonomiques, font néanmoins un excellent travail de dissémination des publications : j’en tiens pour témoins les étudiants dont j’encadre les travaux de recherche de fin de Licence, et qui s’en servent beaucoup.

    Aparté — une documentaliste de mon ancienne UMR CNRS m’avait dit que le dépôt des publications d’un laboratoire dans HAL était obligatoire pour que la publication soit prise en compte, notamment dans les rapports d’avancement que demandent les organismes comme le CNRS, mais je n’ai pas l’impression que la consigne soit vraiment suivie. Je suis abonné au flux RSS des publications SHS:SCIPO1, et je vois passer plein de choses2, mais pas tout, loin de là.

Bref, diffuser un preprint – en lui adjoignant un DOI, pour un suivi aussi fiable que possible sur le long terme – n’a jamais été aussi facile ; et pour le code, les données et autres matériaux de réplication, il y a d’autres portails, tels que Dataverse, Figshare ou Zenodo.

Notez que toutes les initiative listées ci-dessus devraient être plus fiables, sur le long terme, que les portails privés, tels que Academia ou ResearchGate3, sur lesquels je trouve utile d’avoir un compte pour des questions de visibilité à court terme, mais où je renâcle à déposer quoi que ce soit—le rachat de SSRN par Elsevier ayant achevé de me convaincre que ces « pages Facebook pour chercheurs » sont à utiliser avec précaution.

Avant-dernière chose, la même newsletter citée en tête de billet m’apprend l’existence de l’initiative suivante :

The Open Research Funders Group (ORFG) is a partnership of funding organizations committed to the open sharing of research outputs. This will benefit society by accelerating the pace of discovery, reducing information-sharing gaps, encouraging innovation, and promoting reproducibility. The ORFG will speak in an amplified voice, and engage a range of stakeholders to develop actionable principles and policies that enable sharing and collaboration across the global research enterprise.

The Open Research Funders Group (ORFG) has its genesis in an October, 2015, meeting convened by the Robert Wood Johnson Foundation (RWJF) and the Scholarly Publishing and Academic Resources Coalition (SPARC). This forum of open access stakeholders included representatives from more than 50 organizations. It offered a unique opportunity for participants to share experiences, concerns, strategies, and questions regarding open access and open data.

Et enfin, tout dernier rappel, pour citer les amis et alliés dans la lutte pour l’accès ouvert aux travaux scientifiques : ce blog est hébergé sur Hypothèses, une plateforme de blogs scientifiques inclue dans l’initiative OpenEdition, conçue par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)4.

Ça vous fera assez d’ouverture pour la journée, ou j’en remets une « open » couche5 ?

Deux cadeaux pour terminer

  1. C’est Noël très en avance sur OpenEdition Books, qui a récemment mis en ligne les deux volumes de L’argument statistique, l’oeuvre finale du très regretté Alain Desrosières. À inclure dans vos plans de cours, et merci à l’éditeur !

  2. Et pour terminer, je découvre que j’ai complètement raté le lancement de Socius, une revue « libre accès + publication rapide » de l’American Sociological Association. Cet excellent billet d’Elizabeth Popp Berman vous en dira beaucoup plus.
  1. Eh oui, ça existe. Je suis un gros nerd, et un fanboy absolu du standard RSS, auquel avait amplement contribué le très regretté Aaron Swartz, un de mes héros personnels. Si j’avais une fille, je ne la laisserais pas se marier à quelqu’un qui n’a pas de lecteur RSS. []
  2. En ce moment, je découvre, par exemple, les passionnants travaux de l’historien Jacques Sémelin, et ce grâce à HAL-SHS. []
  3. De même, Google Scholar, qui est simplement un dérivé de l’indexation de Google et qui ne permet pas de déposer quoi que ce soit, ORCID, qui fournit une sorte d’identifiant unique pour les chercheurs, ou Publons, qui se concentre sur l’activité de peer review. []
  4. Je siège par ailleurs dans l’un des conseils scientifiques d’Hypothèses. []
  5. Pour passer la deuxième couche, il y a ces slides hyper-denses de Jérome Valluy. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *