Au sujet d’une boîte à savon

J’ai récemment eu le « loisir » – si l’on peut dire ça – de lire quelques billets du blog « RussEurope. Blog de Jacques Sapir sur la Russie et l’Europe », qui est hébergé sur la même plateforme que le ‘Bistro. Le blog est signé par Jacques Sapir, un économiste de l’EHESS, qui publie par ailleurs une copie conforme de son blog scientifique « Hypothèses » sur la plateforme de blogs du magazine Marianne.

Je me suis retrouvé à lire ce blog après lecture de quelques échanges très peu courtois sur Twitter, et qui me semblent poser un « problème » que le blog de Jacques Sapir illustre à la perfection. L’élection présidentielle française de 2017 approchant, le « problème » risque par ailleurs d’aller en s’aggravant.

Mise à jour : quelques heures après la mise en ligne de ce billet, on me signale l’existence d’un autre blog Hypothèses, « Monnaie et prix« , tenu par un doctorant de l’EHESS également friand de commentaires politiques. Son billet « Les enjeux économiques de l’élection présidentielle » est, en quelque sorte, une boîte à savon « 2-en-1 » qui regroupe les différentes catégories d’intervention de Jacques Sapir en un seul texte : commentaire, dissertation ou essai économique dans les premières sections (le qualificatif le plus adéquat est laissé à votre discrétion), suivi d’un commentaire-diagnostic à l’emporte-pièce des (programmes des) candidats à l’élection présidentielle (dont les épithètes sont, là aussi, laissés à votre appréciation).

Le « problème »

Le « problème » évoqué ci-dessus contient tous les ingrédients du problème classique de la politisation d’une position scientifique, le blog de Jacques Sapir (1) commentant fréquemment l’actualité politique nationale, (2) sur la base d’une expertise scientifique qui ne porte pas directement sur les sujets traités.

Le « problème » vient du fait que les blogs de la plateforme Hypothèses sont des carnets de recherche, et pas des soap boxes : on peut donc légitimement s’attendre à ce que les auteurs des blogs de la plateforme s’y conforment à « l’obligation pour le savant d’effectuer une distinction nette entre l’analyse empirique des faits et l’énoncé de ses propres préférences normatives »1.

Ce « problème » est rendu saillant par le « succès éditorial » des chroniques électorales que publie actuellement Jacques Sapir : sans surprise, son blog rencontre une audience non négligeable, en particulier, si j’ai bien compris la source de ses relais sur Internet2, auprès des sites Internet cherchant une caution scientifique à différentes formes du discours anti-élitiste et anti-européen.

En guide de cerise sur le gateau, (3) le blog contient toutes sortes de propos que l’on peut considérer, au sens large et non juridique du terme, comme des attaques ad hominem : récemment, Jacques Sapir a notamment écrit sur le « Decodex » du Monde en s’en prenant très directement à l’un de ses auteurs, et en se félicitant, par la suite, d’avoir réalisé une sorte de profit médiatique au terme de l’opération3.

Bref, encore une fois, tous les ingrédients du « problème » de la boîte à savon recouverte de vernis scientifique4 se retrouvent dans le blog évoqué plus haut : un ton polémique et volontiers grossier, qui détourne l’expertise scientifique de l’auteur au profit d’une entreprise éditoriale – « lisez-moi ! ouah, merci public, déjà plusieurs milliers de vues ! » – à visée politique de type « mais qu’est-ce qu’ils sont nuls ces politiques ! »

J’ai toutefois placé le terme de « problème » entre guillemets, parce que Jacques Sapir fait bien ce qu’il veut de sa vie, de son temps et de son blog. Reste que son blog est hébergé sur une plateforme de blogging scientifique, et qu’on serait en droit, je suppose, d’enlever les guillemets autour de « problème » pour cette raison.

Une opinion personnelle

Dans le cadre de ce billet, je souhaiterais simplement donner mon avis sur l’entreprise éditoriale de Jacques Sapir, en listant les éléments qui me paraissent pertinents pour formuler un jugement d’ensemble sur son initiative.

À mon sens, l’initiative de Jacques Sapir consiste à glisser, dans un blog « sur la Russie et l’Europe« , des chroniques électorales hexagonales d’une qualité intellectuelle proche, à mes yeux, des éditoriaux du Figaro ou de 20 minutes – c’est-à-dire nulle5. Or, pour parler comme un économiste, je pense que ce type d’initiative n’est payante qu’à court terme : le crédit accumulé en procédant de la sorte, par mélange des genres, est éphémère, et induit des coûts beaucoup plus durables en termes de réputation scientifique personnelle.

On parle bien, ici, de réputation scientifique personnelle : comment interpréter, en effet, la démarche d’un scientifique ne prenant, à aucun moment, le recul nécessaire pour commenter, avec un strict minimum de distance critique, la nature de son entreprise de profit médiatique et ses conséquences ? Peut-on vraiment, au risque de faire passer la collision entre science et politique pour un travestissement de la seconde au moyen de la première, ne pas chercher à objectiver publiquement ce type d’entreprise ?

C’est ce problème précis que me pose le blog de Jacques Sapir : ce que j’ai appelé sa « boîte à savon » politique, disséminée au milieu de comptes-rendus de lecture et d’analyses économiques que je n’ai pas lus mais dont je suppose qu’ils présentent, d’une manière ou d’une autre, un intérêt scientifique, ne s’accompagne d’aucune démarche un tant soit peu réflexive, comme si tout, dans la démarche de l’auteur, allait de soi6.

Bref, la démarche de Jacques Sapir, c’est un peu comme si je vous laissais, pour terminer, avec cette vidéo, en vous laissant déchiffrer par vous-même le filigrane de ce choix :

Russland ist ein schönes Land – ha ha ha ha, hey!

Plus sérieusement…

Pour terminer pour de vrai, désormais, et afin de vous laisser avec un peu de lecture en plus, voici un extrait de la page 23 du livre précité de Catherine Colliot-Thélène, La sociologie de Max Weber, à méditer (instruction que je donne chaque année à mes étudiants de première année) :

Enfin, si Jacques Sapir venait à lire ces lignes, j’espère qu’il voudra bien excuser les passages les moins sympathiques de mon billet, et qu’il voudra bien répondre sur le fond du problème que j’ai tenté de soulever ci-dessus.

  1. La citation ne vient pas du célèbre texte de Weber sur le métier de savant, mais de Catherine Colliot-Thélène, La sociologie de Max Weber, La Découverte, 2006, p. 22. []
  2. Le blog de Jacques Sapir fait, entre autres, fréquemment mention d’interventions sur des médias affiliés au gouvernement russe. []
  3. Notez que cette observation est indépendante de mon évaluation personnelle d’un outil comme le « Decodex » – qui est ici hors-sujet. []
  4. L’opération consistant, ici, à mélanger les genres, en alternant entre des contenus liées à l’expertise de l’auteur et des contenus sur lesquels sa compétence n’est pas démontrée. []
  5. Ce jugement est strictement personnel et n’engage que moi, qui n’ai presque aucun crédit scientifique ou éditorial propres. []
  6. Et en guise d’exemple réussi de « boîte à savon réflexive », j’ai découvert, quelques heures après la rédaction de ces lignes, que Christophe Bouillaud vient de publier un billet sur Emmanuel Macron. Lecture intégrale vivement recommandée, post-scriptum compris ! []

Une réflexion au sujet de « Au sujet d’une boîte à savon »

  1. Ping : 20170326-20170319 : Revue de presse | Mes usages numériques

Les commentaires sont fermés.