Reprise le 21 août

Ce blog s’interrompt officiellement pour trois semaines, le temps d’écrire au calme le jour et de coder la nuit.

Si la science politique vous manque d’ici-là, voici plus de 300 podcasts avec tout plein de politistes (surtout américains), et un nouveau portail – francophone, parisien, et primordialement politiste – de sciences sociales, et qui n’a malheureusement pas activé son flux RSS, ce qui fait que vous n’en entendrez probablement pas reparler ici.

Teaser programmatique

Cela fait un an que ce blog tourne à plein régime, avec entre 5 et 11 billets mensuels, soit entre 1.25 et 2.75 billet(s) par semaine. Il faut remonter à 2010 pour trouver une fréquence qui se rapproche de l’actuelle, et encore. Je pense que l’augmentation du volume de publication est à imputer à l’habitude de programmer les billets à l’avance, d’où l’heure de publication, factice, de 6 heures du matin, pour la plupart d’entre eux. Quand on publie sous cette forme, l’écriture devient largement asynchrone, et plus systématique.

Reprise des festivités le 21 août avec les deux feuilletons de l’année – Annals of Youtube Science et Women Also Know Stuff – et tous pleins de trucs que j’espère vaguement avoir le temps de finaliser dans les semaines qui arrivent, dont notamment un billet très en retard sur les élections legislatives de cette année.

Programme musical

J’ai le choix entre poster la liste des bouquins que j’aurais voulu lire cette année universitaire, ou poster une sélection de morceaux de musique. La seconde option convient mieux à une pause estivale.

Attention, la sélection ci-dessous demande de bonnes enceintes avec des vraies basses, pas des écouteurs standard ou des enceintes intégrées. Si vous cherchez un bon casque, je recommande la série MDR-XB de Sony (celui-ci est excellent) ; et pour les enceintes de bureau, les JBL Pebbles sont correctes, mais rien ne bat les Companion 2 de Bose.

  1. L’an dernier, j’ai eu la chance d’aller voir Terry Riley en concert pour la deuxième fois. La première fois, c’était à Grenoble en 1998, et il jouait avec Fred Frith ; la deuxième fois, c’était à Lille, et il jouait avec son fils.

    Si vous ne connaissez pas Terry Riley, c’est que vous avez oublié de prendre du LSD dans les années 1970. Séance de rattrapage :

  2. Pour la deuxième fois en quinze ans, je m’enracine : cela fait plus de trois ans et demi (ma durée-repère) que je paie un loyer au même endroit à Paris, et que je bosse au même endroit à Lille.

    Histoire de fêter ça, un peu de musique lilloise :

    Contexte : Sarin Assault est un des génies de la scène hardcore franco-britannique, que j’ai découvert grâce au morceau « The Thing » dans un mix de The DJ Producer, après avoir vu ce dernier live à Astropolis 2016.

  3. En février dernier, je suis allé voir Magma pour la quatrième fois—avec mon père, qui les a vus une douzaine de fois. Si vous ne connaissez pas Magma, vous avez quatre décennies de retard sur la musique contemporaine française, mais il n’est pas trop tard pour vous y mettre.

    Les techniciens de l’Olympia ont été sympa et astucieux ; voilà ce que l’on pouvait entendre comme « musique d’attente » avant le concert :

    Le morceau « Alice » de Sunn O))) est ainsi nommé en référence à Alice Coltrane, la moitié féminine du seul couple de divinités dont on ait une preuve du passage sur Terre, Alice et John Coltrane—ce dernier étant l’inspiration principale de Christian Vander, le batteur, créateur et leader de Magma. Je vous ai déjà parlé d’Alice Coltrane plusieurs fois cette année.

    Si vous ne connaissez pas Sunn O))), essayez le dernier album, qui est une tuerie absolue. Le groupe a commencé comme une sorte d’hommage à Earth, avant de vite devenir la référence du drone metal. Je rêve de les voir sur scène, dans le décor adéquat, mais les billets partent très vite.

  4. Agréable à toutes températures, Evigt Mörker, découvert grâce à Soundcloud :

    Sur la même plateforme d’écoute, je peux aussi conseiller son très chouette mix pour Metamorph, qui est généralement une très bonne source.

  5. Un peu plus agressif, désormais, mais de loin ma meilleure découverte cette année, Fen :

    La version live à Kiev est tout aussi bien, mais je doute d’arriver à convertir beaucoup de lecteurs de ce blog au black metal atmosphérique, alors que c’est, de très loin, l’un des sous-genres musicaux où « il se passe des choses » depuis quelques années.

  6. Programme pour quelques jours de vacances à Amsterdam :

    Eh oui : c’est Steve Reich qui fait l’ouverture du Festival Dekmantel cette année ! Faites-moi signe si vous y serez aussi. (Et au passage, pour les afficionados, le meilleur remix de « Drumming » jamais signé : celui de Mantronik, sur la génialissime compilation Reich Remixed.)

  7. Pour terminer, pensiez-vous sérieusement que j’allais vous parler de Magma sans vous laisser un extrait de concert ?

    L’extrait ci-dessus vient d’un morceau composé sur une trentaine d’années : voyez, pour comparaison, la version de 1978.

Puisqu’on parle musique, deux regrets récents : toujours pas de nouvel album de Casey (citée dans le Women Also Know Stuff de 2016), et le concert de Dasha Rush qui devait avoir lieu au Glazart n’a toujours pas été reprogrammé (je vous en parlais déjà en début d’année). Je me suis consolé en allant écouter Casey à Gennevilliers l’an dernier, et Dasha Rush au Rex cette année.

Également écoutés, vus et entendus cette année universitaire : Mayhem (black metal), Ecstatic Vision (rock psychédélique), Monarch (doom metal), Herbie Hancock (jazz), Scred Connexion (hip hop), l’Orchestre National de Barbès (rock gnanoua). Bêtement ratés, à charge de revanche : Ash Borer (black metal), Einstürzende Neubaten (rock industriel), Speed Caravan (oud-rock).

Et pour fêter la nouvelle année universitaire, on commencera par Zakir Hussain, Pharoah Sanders et Joachim Kühn, avec Émile Parisien et Jeff Mills en première partie. C’est le vrai line-up : ruez-vous sur les dernières places !

Passez de bonnes vacances si vous en prenez, et à bientôt.