Annals of Youtube Science 1(9) : Tragédie des temps présents

Dans ce numéro un peu spécial des Annals of Youtube Science, un document historique.

Au début de cette année, j’ai été un peu pessimiste ; mais je n’ai pas été le seul :

Depuis la fondation de cette République [états-unienne], le discours nativiste d’une partie des Conservateurs (par exemple Huntington) craignait que les Sud-Américains hispanophones ne finissent par affaiblir les normes démocratiques (« anglo-saxonnes ») à cause d’une culture historique de pronunciamentos et coup d’Etats de Généraux et caudillos. Et c’est au nom de la discrimination contre les Latinos que la démocratie américaine fait arriver au pouvoir suprême ce qui ressemble le plus à un Catilina qui ne cache même pas son admiration pour les « Hommes Forts » autoritaires et son mépris pour les valeurs démocratiques. L’histoire n’a peut-être pas de « dialectique » mais elle recèle de l’ironie.

C’est bien vu, mais n’oublions pas trop vite la cohorte de petites mains dévouées qui a oeuvré à l’ascension de ce spectaculaire et crépusculaire abruti qui préside, pour quelques temps, au destin manifeste de nos amis d’outre-Atlantique.

Voici la video du débat entre l’ancien directeur de campagne de Donald J. Trump, Corey Lewandowski, et les étudiants de l’Université d’Oxford (celle qui, à seulement deux exceptions, a fourni tous les Premiers ministres britanniques depuis la Seconde guerre mondiale) réunis par l’Oxford Union (chaîne Youtube) :

Les cris étouffés que l’on peut entendre à certains points de l’enregistrement sont ceux des étudiants qui manifestaient à l’extérieur de la salle, comme cela avait été le cas lorsque Marine Le Pen et Tommy Robinson, par exemple, avaient été invités à s’exprimer1.

En écoutant le discours, et encore plus en écoutant le match de boxe qui a suivi – un spectacle « élites versus populistes » qui n’a pas échappé aux médias partisans de tous bords –, je n’ai pu m’empêcher d’entendre, dans les arguments de Lewandowski, une sorte de version au rabais des ficelles de persuasion utilisées par Trump lui-même, le Master Persuader dont parle Scott Adams.

Le comportement des étudiants d’Oxford, qui ouvrent la discussion par une salve de critiques acerbes puis finissent par implorer, presque de grâce, la raison de leur interlocuteur (au sujet du changement climatique), donne toute la mesure de leur légitime et impuissant désarroi.

Le comportement de Lewandowski est tout aussi caractéristique : au fil des échanges avec la salle, et après une passe d’armes très tendue avec le président de séance, on le sent se retrancher dans des réponses de plus en plus instinctives, après qu’il a usé de tous les trucs et astuces du démagogue : élever la voix, en appeler aux émotions, monter des exemples en généralité, et surtout, ne jamais, jamais reconnaître la moindre erreur, faille ou incomplétude de raisonnement.

L’Histoire n’a peut-être pas de dialectique, mais à l’écoute de ce débat, j’ai eu l’impression d’entendre s’affronter les produits conventionnels de la démocratie représentative – l’une des plus anciennes, dans les murs d’une de ses plus anciennes institutions – avec leur « mouton noir », leur nemesis, en quelque sorte. Je ne sais pas s’il sortira quoi que ce soit de positif de tout ça, mais dans l’immédiat, je ne vois rien de tel à l’horizon.

Addendum, 20 juillet 2017 : plusieurs mois après avoir rédigé ce billet, j’entends parler à nouveau de Corey Lewandowski à nouveau, à l’occasion d’un « segment » de Fox News où il parle de la rencontre entre Vladimir Poutine et Donald Trump. Allez visionner la vidéo : personnellement, j’ai d’abord cru à une parodie, et le le compte Twitter de l’intéressé m’a laissé la même impression.

  1. Tommy Robinson est le fondateur de l’English Defence League (EDL). Notez bien qu’il s’agissait d’invitations séparées, pas d’une conférence des deux (Le Pen et Robinson) ensemble. Vous trouverez les détails dans The Oxford Student, et les conférences sur Youtube. Est-ce que je conseille de regarder ces conférences ? Marine Le Pen, j’en doute, car on connaît la musique, mais pour ceux qui ne connaissent pas l’EDL, je pense que la conférence de Robinson (et les questions-réponses qui suivent) est instructive pour comprendre comment fonctionne l’extrême-droite britannique. []