Annals of Youtube Science 1(5) : Brexit means… ?

Bon, maintenant que le gouvernement a les mains libres pour déclencher le fameux « Article 50 TEU » et a annonce son intention de le faire très prochainement, il est grand temps de faire un petit topo « Brexit ».

Ce billet a été rédigé longtemps à l’avance ; si vous voulez lire des prévisions plus récentes sur le « Brexit », voici un scenario pessimiste, et un scenario optimiste.

Je ne sais pas vraiment qui croire, mais tends clairement vers l’option pessimiste : à mon sens, la Grande-Bretagne vient de signer pour au moins deux décennies de stagflation, avec de graves conséquences sur la mobilité sociale et à terme, quand les flux migratoires s’ajusteront à la nouvelle donne, sur la démographie.

En attendant, voici, à nouveau, une conférence de la chaîne Youtube du Robert Schuman Centre for Advanced Studies, qui a organisé, début novembre 2016, un « atelier Brexit ».

Ci-dessous la première partie de l’atelier :

La toute première intervention, de John Curtice, contient un florilège de graphiques résumant ce que l’on sait des attitudes des Britanniques vis-à-vis de l’Union européenne. Sur le quatrième graphique ci-dessous, par exemple, on voit clairement ce que John Curtice présente comme la réaction du public britannique aux sanctions européennes prises lors de la « crise de la vache folle » :

conf-curtice-1

conf-curtice-2

conf-curtice-3

conf-curtice-4

conf-curtice-5

La suite des vidéos de l’atelier/conférence :

Et sur le même sujet, le même centre de recherches a aussi organisé cette conférence, déjà mentionnée dans l’un de mes nombreux billets sur le Brexit.

Lectures recommandées

Une lecture supplémentaire de plus sur le Brexit : « Disunited Kingdom« , par le toujours excellent Henry Farrell, citant le toujours excellent Peter Mair. Pour une thèse similaire, voir, du même auteur (Farrell) : « This book explains why Jeremy Corbyn now leads Labour. Its author died in 2011« .

Quelques mots, désormais, pour attester du lien entre le « Brexit » et la situation actuelle du Labour sous la direction de Jeremy Corbyn. En fouillant les archives du blog, je réalise que je n’ai pas écrit de billet sur Corbyn—probablement parce que le personnage m’est sympathique, mais que je considère son élection comme une catastrophe politique, puisqu’elle signifie, à mes yeux, que les conservateurs gouvernent désormais la Grande-Bretagne sans opposition effective.

Quand Corbyn a été élu a la tête du parti travailliste, je me souviens avoir lu d’autres réactions très négatives à son élection—celle de Josep Colomer, par exemple, qui notait qu’un pourcentage infime d’électeurs travaillistes avait, de facto, voté pour lui à la primaire du parti. Henry Farrell explique par ailleurs très bien comment le parti en est arrivé là, en invoquant Mair, mais aussi, indirectement, Michels, et une foule d’autres spécialistes.

Le parti travailliste se trouve désormais dans la pire des configurations : sa base ne peut pas renverser son establishment sans éliminer complètement son assise électorale, et son establishment ne peut pas imposer à sa base un programme et/ou un leader qui lui permettrait de reconquérir l’exécutif. Le « Brexit » reflète en partie cette défaite : le vote « Leave » a donné un mandat à une partie du parti conservateur, tout en oblitérant complètement le parti travailliste, qui ne porte aucune alternative, de l’équation gouvernementale.

Le bilan est tragique : le seul parti qui prone une alternative à l’état courant des affaires est un parti indépendantiste qui ne pourra mettre en oeuvre la seule alternative post-Brexit – concrètement, un « Rejoin » ; Article 50, alinéa 5 – qu’au prix d’une dislocation du Royaume-Uni. Cela n’augure rien de positif pour personne : ni pour le Royaume-Uni, ni pour l’Écosse, ni pour « l’UE 27 » et ses dirigeants actuels et futurs.

Pour terminer, au rayon des lectures recommandables mais inaccessibles sans abonnements :

  1. Ces nouveaux clivages ne sont pas vraiment nouveaux, mais leur redéfinition en un point donné est toujours intéressante à observer. Idem du clivage rural/urbain. []