Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/03

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02. Cette édition contient beaucoup, beaucoup d’analyse de données.

  1. Ann Swidler, dont il est temps, comme l’a fait remarquer Kieran Healy, de relire le classique « Culture in Action: Symbols and Strategies » :

    swidler-culture-in-action

  2. J’ai déjà cité, dans l’édition 2017/01, Jennifer Bryan, pour ses slides sur la manipulation de données, et avant ça, j’avais cité, dans l’édition 2016, Julia Silge, pour l’ouvrage Tidy Text Mining qu’elle co-écrit avec David Robinson.

    En janvier, j’ai suivi de loin la première RStudio Conference via Twitter, et la forte présence féminine lors de la conférence m’a semblé faire partie de ses points forts. Jenny Bryan et Julia Silge en étaient, et l’on peut aussi mentionner Hilary Parker (lisez ses slides), Hilary Mason (qui a le meilleur t-shirt du monde), Amelia McNamara et Charlotte Wickham, qui a présenté une excellente démo de programmation fonctionnelle avec le package purrr.

    La forte présence féminine à la conférence ne doit pas grand chose au hasard : il y a une task force qui travaille sur le sujet, et des initiatives dans la communauté R.

  3. Meredith Monk, « Dawn », sur l’album Book of Days (1990) :

  4. Aperçue dans une autre conférence que celle citée plus haut, Haley Jeppson, qui a repris le flambeau du package productplots avec ggmosaic :

  5. Je reviendrai sur cette série d’entretiens, mais voici le sixième épisode de la série « DataChats », avec la statisticienne Jo Hardin, qui présente son cours sur le bootstrapping :

    … série dans laquelle on retrouve, à nouveau, Charlotte Wickham, qui y présente un cours de manipulation de données spatiales.

  6. Björk, « Unravel » (1997) ; la version jouée avec le Brodsky Quartet est ma favorite, mais le clip de l’originale est plus esthétique :

  7. Alice Bartlett, « Git for Humans » :

    git-for-designers

    Et sur le même thème, voir, à nouveau, Jenny Bryan et al., Happy Git and GitHub for the useR.

  8. Bonnie Stabile, pour son papier « Reproductive Policy and the Social Construction of Motherhood » :

    Findings. Women’s choices fell within social construction quadrants as being positively portrayed and powerful; negatively portrayed but powerful; positively portrayed but powerless; and negatively portrayed and powerless. Married heterosexual women embracing motherhood were likely to be viewed positively and to reap benefits. Women forgoing motherhood, poor women, and women seeking to form nontraditional families were likely to be viewed negatively and to bear burdens; critical among these burdens was restriction of access to technologies that could be used to support a decision to avoid motherhood or to achieve motherhood through nontraditional methods.

  9. Melt-Banana (Yasuko Onuki au chant, Ichirou Agata au reste), « Last Target On The Last Day », dernier morceau de l’album Bambi’s Dilemma (2007), ci-dessous en version live à Tokyo (2009) :

  10. Julia Lynch a formulé un point de vue que je rumine depuis longtemps :

    Medicalizing inequality is more appealing to most politicians than tackling income and wage inequality head-on, but it results in framing the problem of social inequality in a way that makes it technically quite difficult to solve. Policy-makers should consider adopting more traditional programs of taxation, redistribution and labor market regulation in order to reduce both health inequalities and the underlying social inequalities.

Mention spéciale : Mica Levi, pour l’intégralité de la bande originale du film Under the Skin. La bande-son, dont un extrait suit, est plus intéressante que le film lui-même, et devrait vous plaire si vous avez aimé la bande-son de Donnie Darko, par exemple.