Manipulation nationale

Le site d’information Mediapart a lancé une pétition contre le débat sur l’identité nationale, en avançant de nombreuses raisons de refuser ce débat. Personnellement, j’estime qu’il y a trois moyens pour un scientifique de s’insérer dans un débat politique : par confirmation des arguments exposés, par réfutation des arguments exposés, ou par argument d’autorité (une forme de soutien ou de déni de soutien qui n’a aucune valeur démonstrative). Parce qu’elle ne permet pas de laisser de commentaires, la pétition de Mediapart ne permet que de formuler un argument d’autorité, alors qu’il y a des arguments valides permettant de réfuter le débat sur l’identité nationale.

Un argument consiste à montrer que les observations mobilisées dans le cadre du débat sont soit erronées, soit instrumentalisées. Plusieurs historiens sont déjà intervenus en ce sens, à partir de leurs travaux respectifs, mais Gérard Noiriel a bien résumé le problème : les observations sur l’appartenance a un groupe national sont inconséquents, et ne se comprennent qu’à la lumière de leurs usages politiques. Un autre argument consiste à montrer que les prémisses logiques du débat sont erronées. Personne n’a montré cela mieux que Michel Serres, qui pointe une faute cruciale dans le langage employé. Sa conclusion est fondamentalement la même : poser le terme d’identité sert un objectif politique.

Quelle que soit la démarche employée, on remarque que la finalité politique du débat l’a emporté sur sa validité. Un scientifique a toutes les raisons du monde de s’opposer à ce que l’on se réclame d’un débat (un agencement d’observations et d’arguments) qui n’aboutisse pas à une meilleure compréhension du monde, mais à sa manipulation. C’est sur cette base que je pense qu’il faut contester l’organisation du débat et le réfuter en bloc.