Open Data for Urban Research, version 2016

Au semestre dernier, j’ai participé à la nouvelle version de ce cours :

syllabus-odur-2016

La thématique du cours est désormais bien assise dans l’espace médiatique – qui n’a pas encore survolé la carte des loyers parisiens ? –, et elle donne aussi lieu à toutes sortes d’innovations intéressantes dans le secteur privé1.

Le cours a sa petite histoire : il y a quelques années (trois ans, si je me souviens bien), le Master Governing the Large Metropolis a accepté d’inclure, dans sa deuxième année, un atelier un peu baroque, et développé à l’époque avec Antoine Jardin. L’atelier contenait des « stats » (multi-niveaux) et de « l’open data » – avec l’intention de montrer les apports croisés de l’approche « par les modèles » et « par les données ».

L’atelier a lentement mûri, et la section « open data » vole désormais de ses propres ailes, avec une visite au PC Lutèce, un atelier basé sur l’Open Data Census, et des séances plus traditionnelles, basées sur la sociologie de la quantification—d’où la longue bibliographie sur le sujet dans le plan de cours, qui intéressera peut-être les copains qui travaillent sur ce thème – Émilien et Béatrice, par exemple.

Je profite de ce billet pour signaler à nouveau le lancement, au semestre dernier, de Datactivist, avec Joël et Samuel aux commandes :

datactivi.st est une coopérative en cours de création qui se donne pour mission de mettre les données ouvertes au service de la société civile et des citoyens.

À suivre sur Twitter.

  1. Voir, par exemple, l’article « Les données comme première trame urbaine » sur le « blogue urbain » du Devoir. Notez que toutes les « innovations » du moment ne se valent pas : je ne comprends toujours pas le « hype » autour du concept de « smart cities« , mais je me soigne. []